Informations

Chronologie de Harold Godwinson


  • 1042 - 1066

    Règne d'Edouard le Confesseur, roi d'Angleterre.

  • 1051

    Guillaume, duc de Normandie, rend visite à Edouard le Confesseur qui, selon des sources normandes, promet à Guillaume la couronne d'Angleterre.

  • Avr 1053

    Harold Godwinson devient comte de Wessex.

  • 12 avril 1053

    Le comte Godwin, comte de Wessex, décède.

  • 1057

    Edgar Ætheling et ses sœurs Margaret et Cristina reviennent d'exil en Hongrie en Angleterre.

  • 1063 - 1064

    Harold Godwinson, avec l'aide de son frère Tostig, lance une campagne militaire réussie par terre et par mer contre le roi de Galles, Gruffydd ap Llywelyn.

  • mars 1064

    Visite possible en Normandie par Harold Godwinson, comte de Wessex. Les écrivains normands prétendraient qu'il avait été capturé et détenu par Guillaume le Conquérant jusqu'à ce qu'il promette d'être le vassal des Normands en Angleterre.

  • 1065

    Une révolte en Northumbrie contre Tostig, le comte de Northumbria, est réprimée par Harold Godwinson, comte de Wessex.

  • 5 janvier 1066

    Mort d'Edouard le Confesseur à Westminster.

  • 6 janvier 1066

    Harold Godwinson est couronné Harold II, roi d'Angleterre, probablement à l'abbaye de Westminster.

  • 6 janvier 1066 - 14 octobre 1066

    Règne d'Harold Godwinson, Harold II, roi d'Angleterre.

  • août 1066

    Guillaume, duc de Normandie, prépare sa flotte d'invasion pour conquérir l'Angleterre.

  • 20 sept. 1066

    Bataille de Fulford Gate au cours de laquelle une force dirigée par Harald Hardrada bat une armée anglo-saxonne dirigée par les comtes de Northumbrie et de Mercie.

  • 25 sept. 1066

    Bataille de Stamford Bridge dans laquelle Harold Godwinson (Harold II) bat une armée d'invasion dirigée par Harald Hardrada, roi de Norvège.

  • 28 sept. 1066

    L'armée d'invasion de Guillaume le Conquérant débarque à Pevensey dans le Sussex, dans le sud de l'Angleterre.

  • 14 octobre 1066

    La bataille d'Hastings au cours de laquelle Guillaume, duc de Normandie, bat le roi Harold II d'Angleterre.


Chronologie de Harold Godwinson - Histoire

arold II fut le dernier roi anglo-saxon d'Angleterre. Il est tué en 1066 à la bataille d'Hastings lorsque Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterre. Harold était le deuxième fils du comte Godwin, comte de Wessex, et de sa femme Gytha. La famille Godwin accéda au pouvoir en Angleterre sous le roi Canute et en 1044, Harold devint comte d'East Anglia. Ce pouvoir a été interrompu par un différend avec Edouard le Confesseur en 1051 conduisant la famille Godwin à fuir le pays.

La famille Godwin a été expulsée d'Angleterre en 1051 par le roi Edouard le Confesseur. Un an plus tard, le roi a été contraint d'accepter la famille quand ils ont navigué sur la Tamise jusqu'à Londres avec une grande force d'hommes. En 1053, le père d'Harold mourut et en tant que fils aîné, Harold hérita du titre de comte de Wessex. Le roi, Edouard le Confesseur s'est concentré sur les affaires de l'église, ce qui a laissé Harold gérer les affaires du pays, y compris la lutte contre les Gallois. Harold avait deux femmes, toutes deux appelées Edith. Sa seconde épouse était la veuve du prince gallois qu'Harold avait vaincu en 1063.

Question de succession

Edward le Confesseur n'avait pas d'enfants et il fallait trouver un héritier au trône d'Angleterre. Lorsqu'on découvrit qu'Edouard l'Exilé qui était le fils d'Edmond II (Ironside) était toujours en vie, le problème de la succession au trône semblait être résolu et Edouard l'Exilé fut invité à revenir en Angleterre. Peu de temps après son arrivée en Angleterre, Edward mourut mystérieusement. Harold a peut-être eu quelque chose à voir avec la mort, car sans héritier désigné du trône, Harold lui-même pourrait obtenir l'approbation du peuple anglais pour être élu roi. Edward l'Exil a amené sa famille avec lui en Angleterre, y compris son fils aîné, Edgar l'Aetheling. Après la mort d'Edouard l'Exil, sa famille fut prise en charge par Edouard le Confesseur qui nomma Edgar l'Aetheling comme héritier du trône d'Angleterre.

Tostig était le frère cadet d'Harold et comte de Northumbrie. En 1065, il s'enfuit en Flandre après qu'une rébellion dirigée contre lui par Morcar le força à quitter l'Angleterre.

Événements mystérieux en Normandie

Une mystérieuse réunion aurait eu lieu en Normandie entre Guillaume le Conquérant et Harold en 1064 ou 1065. Lors de la réunion, il a été affirmé qu'Harold avait accepté que Guillaume devienne roi d'Angleterre à la mort d'Édouard le Confesseur. D'après ce que l'on sait d'Harold, il semble peu probable qu'il accepte quelque chose comme ça. Même si l'accord a été conclu, nous savons qu'il s'y est opposé lorsqu'il a assumé le rôle de roi après la mort d'Edward. La Tapisserie de Bayeaux montre Harold voyageant ou faisant naufrage sur les terres de Guy, comte de Ponthieu. Harold a été capturé par Guy et détenu dans son château de Beaurain jusqu'à ce que Guillaume le Conquérant organise sa libération. La tapisserie montre peut-être Harold prêtant serment tandis que ses mains reposent sur ce qui semble être des reliques sacrées. Après cela, il retourne en Angleterre.

Edward le Confesseur mourut début janvier 1066. Edgar l'Aetheling était trop jeune pour régner et Harold fut couronné roi à l'abbaye de Westminster le 6 janvier.

Tostig fut le premier à profiter de la mort de King et en mai envahit l'Angleterre. Tostig n'a pas réussi et il a dû s'enfuir en Écosse où il a trouvé refuge. Il s'est ensuite rendu en Norvège à la cour de Harold Hardrada où il a persuadé le chef viking de l'aider dans ses plans d'invasion. en septembre 1066, Tostig et Harold attaquèrent le Yorkshire avec une énorme armée d'hommes. À Fulford Gate, le 20 septembre, les envahisseurs ont été accueillis par une armée anglaise dirigée par les comtes Morcar et Edwin et une bataille a commencé. Les envahisseurs ont gagné cette bataille, mais le 25 septembre, après avoir marché depuis la côte sud, une armée anglaise dirigée par Harold II a vaincu les envahisseurs dans le Yorkshire à Stamford Bridge. Tostig et Harold Hardrada ont été tués dans la bataille. Peu de temps après la victoire, la nouvelle que Guillaume le Conquérant avait débarqué sur la côte sud de l'Angleterre signifiait que Harold devait faire reculer son armée dans le pays pour combattre une autre force d'invasion. Sur une colline près de Hastings, les deux armées se sont rencontrées. Les hommes d'Harold se sont battus avec acharnement et auraient pu gagner, mais après les longues marches vers le nord et le sud, cela aurait peut-être été trop demander. L'armée de William a été victorieuse et Harold a été tué dans la bataille. Probablement pas par une flèche dans l'œil comme le laisse entendre la Tapisserie de Bayeux. En décembre 1066, Guillaume, maintenant connu sous le nom de Conquérant, avait le soutien de suffisamment de comtes et d'hommes d'église anglais pour devenir roi d'Angleterre.


Contenu

Harold était le fils de Godwin (c. 1001 –1053), le puissant comte de Wessex, et de Gytha Thorkelsdóttir, dont le frère Ulf le comte était marié à Estrid Svendsdatter (c. 1015/1016), la fille du roi Sweyn Forkbeard [ 2] (mort en 1014) et sœur du roi Cnut le Grand d'Angleterre et du Danemark. Le fils d'Ulf et Estrith deviendrait le roi Sweyn II de Danemark [3] en 1047. Godwin était le fils de Wulfnoth, probablement un thegn et originaire du Sussex. Godwin a commencé sa carrière politique en soutenant le roi Edmund Ironside (règne d'avril à novembre 1016), mais est passé au soutien du roi Cnut en 1018, lorsque Cnut l'a nommé comte de Wessex. [4] Godwin est resté un comte tout au long du reste du règne de Cnut, l'un des deux seuls comtes à survivre jusqu'à la fin de ce règne. [5] À la mort de Cnut en 1035, Godwin a initialement soutenu Harthacnut au lieu du successeur initial de Cnut, Harold Harefoot, mais a réussi à changer de camp en 1037, non sans être impliqué dans le meurtre en 1036 d'Alfred Aetheling, demi-frère de Harthacnut et frère cadet du futur roi Édouard le Confesseur. [6] Quand Harold Harefoot est mort en 1040, Harthacnut est monté sur le trône anglais et le pouvoir de Godwin a été mis en péril par son implication antérieure dans le meurtre d'Alfred, mais un serment et un grand cadeau ont assuré la faveur du nouveau roi pour Godwin. [7] La ​​mort de Harthacnut en 1042 impliquait probablement Godwin dans un rôle de faiseur de rois, aidant à sécuriser le trône anglais pour Edward le Confesseur. En 1045, Godwin atteignit l'apogée de son pouvoir lorsque le nouveau roi épousa Edith, la fille de Godwin. [8] Godwin et Gytha ont eu plusieurs enfants – six fils : Sweyn, Harold, Tostig, Gyrth, Leofwine et Wulfnoth et trois filles : Edith de Wessex (à l'origine nommée Gytha mais rebaptisée Ealdgyth (ou Edith) lorsqu'elle épousa le roi Édouard le Confesseur) , Gunhild et Ælfgifu. Les dates de naissance des enfants sont inconnues, mais Harold était le deuxième fils, Sweyn étant l'aîné. [9] Harold avait environ 25 ans en 1045, ce qui fait que son année de naissance se situe vers 1020. [10]

Edith épousa Edward le 23 janvier 1045 et, à cette époque, Harold devint comte d'East Anglia. Harold est appelé « comte » lorsqu'il apparaît comme témoin dans un testament qui peut dater de 1044 mais, vers 1045, Harold apparaît régulièrement comme comte dans des documents. L'une des raisons de sa nomination à East Anglia peut avoir été un besoin de se défendre contre la menace du roi Magnus le Bon de Norvège. Il est possible qu'Harold ait dirigé certains des navires de son comté qui ont été envoyés à Sandwich en 1045 contre Magnus. [11] Sweyn, le frère aîné de Harold, avait été nommé comte en 1043. [12] C'est également à l'époque où Harold a été nommé comte qu'il a commencé une relation avec Edith la Belle, qui semble avoir été l'héritière de atterrit dans le Cambridgeshire, le Suffolk et l'Essex, atterrit dans le nouveau comté de Harold. [13] La relation était une forme de mariage qui n'était ni bénie ni sanctionnée par l'Église, connue sous le nom de Plus de danico, ou "à la manière danoise", et a été accepté par la plupart des laïcs en Angleterre à l'époque. Tous les enfants d'une telle union étaient considérés comme légitimes. Harold est probablement entré dans la relation en partie pour obtenir un soutien dans son nouveau comté. [14]

Le frère aîné d'Harold, Sweyn, fut exilé en 1047 après avoir enlevé l'abbesse de Leominster. Les terres de Sweyn étaient partagées entre Harold et un cousin, Beorn. [15] En 1049, Harold commandait un navire ou des navires envoyés avec une flotte pour aider Henri III, empereur du Saint-Empire contre Baudouin V, comte de Flandre, qui était en révolte contre Henri. Au cours de cette campagne, Sweyn retourna en Angleterre et tenta d'obtenir un pardon du roi, mais Harold et Beorn refusèrent de rendre aucune de leurs terres, et Sweyn, après avoir quitté la cour royale, prit Beorn en otage et le tua plus tard. [16]

Lorsqu'en 1051, le comte Godwin fut envoyé en exil, Harold accompagna son père et l'aida à regagner son poste un an plus tard. Puis Godwin mourut en 1053 et Harold lui succéda en tant que comte de Wessex (le tiers sud de l'Angleterre). Cela a sans doute fait de lui la figure la plus puissante d'Angleterre après le roi. [17]

En 1055, Harold repoussa les Gallois qui avaient brûlé Hereford. 18 exil en Normandie. Il mena une série de campagnes réussies (1062-1063) contre Gruffydd ap Llywelyn de Gwynedd, roi de Galles. Ce conflit a pris fin avec la défaite et la mort de Gruffydd en 1063. [19]

Harold dans le nord de la France

En 1064, Harold aurait fait naufrage à Ponthieu. Il y a beaucoup de spéculations sur ce voyage. Les premiers chroniqueurs normands post-conquête rapportent que le roi Édouard avait déjà envoyé Robert de Jumièges, l'archevêque de Cantorbéry, pour nommer comme héritier le parent maternel d'Édouard, le duc Guillaume II de Normandie, et qu'à cette date ultérieure Harold a été envoyé pour jurer fidélité. . [20] Les savants sont en désaccord quant à la fiabilité de cette histoire. Guillaume, au moins, semble avoir cru qu'on lui avait offert la succession, mais il a dû y avoir une certaine confusion de la part de Guillaume ou peut-être des deux hommes, puisque la succession anglaise n'était ni héritée ni déterminée par le monarque régnant. Au lieu de cela, le Witenagemot, l'assemblée des principaux notables du royaume, se réunirait après la mort d'un roi pour choisir un successeur. D'autres actes d'Edouard sont incompatibles avec le fait qu'il ait fait une telle promesse, comme ses efforts pour renvoyer son neveu Edouard l'Exil, fils du roi Edmund Ironside, de Hongrie en 1057. [a] Les chroniqueurs normands ultérieurs suggèrent d'autres explications pour le voyage d'Harold : qu'il demandait la libération des membres de sa famille retenus en otage depuis l'exil de Godwin en 1051, ou encore qu'il avait simplement voyagé le long des côtes anglaises pour une expédition de chasse et de pêche et qu'il avait traversé la Manche par un imprévu tempête. Il y a un accord général qu'il est parti de Bosham, et a été emporté, atterrissant à Ponthieu. Il a été capturé par le comte Guy I de Ponthieu, et a ensuite été pris en otage au château comtal de Beaurain, [b] 24,5 km (15,2 mi) en amont de la rivière Canche de son embouchure à ce qui est maintenant Le Touquet. Le duc Guillaume arriva peu après et ordonna à Guy de lui remettre Harold. [21] Harold a alors apparemment accompagné Guillaume pour lutter contre l'ennemi de Guillaume, le Duc Conan II de Bretagne. En traversant la Bretagne après l'abbaye fortifiée du Mont Saint-Michel, Harold est enregistré comme sauvant deux des soldats de William des sables mouvants. Ils ont poursuivi Conan de Dol-de-Bretagne à Rennes, et enfin à Dinan, où il a remis les clés de la forteresse à la pointe d'une lance. William a présenté Harold avec des armes et des armes, le faisant chevalier. La Tapisserie de Bayeux et d'autres sources normandes rapportent ensuite qu'Harold a prêté serment sur des reliques sacrées à Guillaume pour soutenir sa prétention au trône d'Angleterre. Après la mort d'Edouard, les Normands n'ont pas tardé à souligner qu'en acceptant la couronne d'Angleterre, Harold avait rompu ce prétendu serment. [22]

Le chroniqueur Orderic Vitalis a écrit à propos d'Harold qu'il « se distinguait par sa grande taille et la force de son corps, ses manières polies, sa fermeté d'esprit et sa maîtrise des mots, par un esprit vif et une variété d'excellentes qualités. dons précieux, quand la bonne foi, fondement de toutes les vertus, manquait ? [23]

En raison d'un doublement des impôts de Tostig en 1065 qui menaçait de plonger l'Angleterre dans la guerre civile, Harold soutint les rebelles de Northumbrie contre son frère, Tostig, et le remplaça par Morcar. Cela a conduit à l'alliance de mariage d'Harold avec les comtes du nord, mais a fatalement divisé sa propre famille, poussant Tostig à s'allier avec le roi Harald Hardrada ("Hard Ruler") de Norvège. [24]

À la fin de 1065, le roi Édouard le Confesseur tomba dans le coma sans préciser sa préférence pour la succession. Il mourut le 5 janvier 1066, selon le Vita dwardi Regis, mais pas avant de reprendre brièvement conscience et de recommander sa veuve et le royaume à la « protection » d'Harold. L'intention de cette accusation reste ambiguë, tout comme la Tapisserie de Bayeux, qui représente simplement Edward pointant du doigt un homme censé représenter Harold. [c] Lorsque les Witan se sont réunis le lendemain, ils ont choisi Harold pour réussir, [d] et son couronnement a suivi le 6 janvier, très probablement tenu à l'abbaye de Westminster, bien qu'aucune preuve de l'époque ne survive pour le confirmer. [26] Bien que des sources normandes postérieures soulignent la soudaineté de ce couronnement, la raison en est peut-être que tous les nobles du pays étaient présents à Westminster pour la fête de l'Épiphanie, et non à cause d'une usurpation du trône de la part d'Harold.

Au début de janvier 1066, apprenant le couronnement d'Harold, le duc Guillaume II de Normandie commença à planifier l'invasion de l'Angleterre, construisant 700 navires de guerre et transports à Dives-sur-Mer sur la côte normande. Initialement, Guillaume ne put obtenir de soutien pour l'invasion mais, affirmant qu'Harold avait juré sur des reliques sacrées pour soutenir sa revendication du trône après avoir fait naufrage à Ponthieu, Guillaume reçut la bénédiction de l'Église et les nobles affluèrent à sa cause. En prévision de l'invasion, Harold rassembla ses troupes sur l'île de Wight, mais la flotte d'invasion resta au port pendant près de sept mois, peut-être en raison de vents défavorables. Le 8 septembre, les provisions étant épuisées, Harold licencie son armée et retourne à Londres. Le même jour, Harald Hardrada de Norvège, qui revendique également la couronne anglaise, [e] rejoint Tostig et envahit, débarquant sa flotte à l'embouchure de la Tyne.

Les forces d'invasion de Hardrada et Tostig ont vaincu les comtes anglais Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie à la bataille de Fulford près de York le 20 septembre 1066. Harold a dirigé son armée vers le nord à marche forcée depuis Londres, a atteint le Yorkshire en quatre jours et a attrapé Hardrada par surprise. Le 25 septembre, lors de la bataille de Stamford Bridge, Harold bat Hardrada et Tostig, qui sont tous deux tués.

Selon Snorri Sturluson, avant la bataille, un seul homme s'est rendu seul à Harald Hardrada et Tostig. Il n'a donné aucun nom, mais a parlé à Tostig, offrant le retour de son comté s'il se retournait contre Hardrada. Tostig a demandé ce que son frère Harold serait prêt à donner à Hardrada pour sa peine. Le cavalier a répondu "Sept pieds de sol anglais, car il est plus grand que les autres hommes." Puis il retourna à l'armée saxonne. Hardrada a été impressionné par l'audace du cavalier et a demandé à Tostig qui il était. Tostig a répondu que le cavalier était Harold Godwinson lui-même. [27] Selon Henry de Huntingdon, Harold a dit "Six pieds de terrain ou autant qu'il en a besoin, car il est plus grand que la plupart des hommes."

Le 12 septembre 1066, la flotte de Guillaume partit de Normandie. Plusieurs navires coulent dans des tempêtes, ce qui oblige la flotte à se réfugier à Saint-Valery-sur-Somme et à attendre que le vent tourne. Le 27 septembre, la flotte normande met le cap sur l'Angleterre et arrive le lendemain à Pevensey sur la côte du Sussex de l'Est. L'armée de Harold a marché 241 miles (386 kilomètres) pour intercepter William, qui avait débarqué peut-être 7 000 hommes dans le Sussex, dans le sud de l'Angleterre. Harold a établi son armée dans des travaux de terrassement construits à la hâte près de Hastings. Les deux armées s'affrontent à la bataille d'Hastings, à Senlac Hill (près de l'actuelle ville de Battle) près d'Hastings le 14 octobre, où après neuf heures de durs combats, Harold est tué et ses forces défaites. Ses frères Gyrth et Leofwine ont également été tués dans la bataille, selon le Chronique anglo-saxonne. [28] [ source non primaire nécessaire ]

L'idée qu'Harold soit mort d'une flèche dans l'œil est une croyance populaire aujourd'hui, mais cette légende historique fait l'objet de nombreux débats savants. Un récit normand de la bataille, Carmen de Hastingae Proelio (« Chanson de la bataille d'Hastings »), qui aurait été écrite peu après la bataille par Guy, évêque d'Amiens, dit qu'Harold a été tué par quatre chevaliers, dont probablement le duc Guillaume, et que son corps a été démembré. Histoires anglo-normandes du XIIe siècle, comme celle de Guillaume de Malmesbury Gesta Regum Anglorum et Henri de Huntingdon Historia Anglorum racontent qu'Harold est mort d'une flèche blessée à la tête. Une source plus ancienne, Amatus de Montecassino L'Ystoire de li Normant (« Histoire des Normands »), écrit seulement vingt ans après la bataille d'Hastings, contient un rapport d'Harold ayant reçu une balle dans l'œil avec une flèche, mais il s'agit peut-être d'un ajout du début du XIVe siècle. [29] Les comptes ultérieurs reflètent l'une ou les deux de ces deux versions.

Un personnage dans le panneau de la Tapisserie de Bayeux avec l'inscription "Hic Harold Rex Interfectus Est" ("Ici le roi Harold est tué") est représenté tenant une flèche qui a frappé son œil, mais certains historiens se sont demandé si cet homme était destiné à être Harold ou si Harold est conçu comme le prochain personnage allongé à droite presque sur le dos, mutilé sous les sabots d'un cheval. Les gravures faites de la Tapisserie dans les années 1730 montrent la figure debout avec différents objets. Le croquis de Benoît de 1729 ne montre qu'une ligne pointillée indiquant des points de couture sans aucune indication d'empennage, alors que toutes les autres flèches de la Tapisserie sont empennées. La gravure de 1730 de Bernard de Montfaucon a une ligne continue ressemblant à une lance tenue en pronation correspondant à la manière de la figure à gauche. Le dessin à l'aquarelle de Stothard de 1819 a, pour la première fois, une flèche empennée dans l'œil du personnage. Bien que cela ne soit pas apparent dans les représentations précédentes, la tapisserie présente aujourd'hui des points de suture indiquant que la silhouette tombée avait autrefois une flèche dans l'œil. Il a été suggéré que la deuxième figure avait une fois une flèche ajoutée par des restaurateurs trop enthousiastes du XIXe siècle qui a ensuite été décousue. [30] Beaucoup le croient, car le nom "Harold" est au-dessus de la figure avec une flèche dans l'œil. Cela a été contesté en examinant d'autres exemples de la Tapisserie où le centre visuel d'une scène, et non l'emplacement de l'inscription, identifie des personnages nommés. [31] Une autre preuve est qu'une volée de flèches serait lâchée avant la charge de la cavalerie normande. Une autre suggestion est que les deux récits sont exacts et que Harold a d'abord subi la blessure à l'œil, puis la mutilation, et la Tapisserie représente les deux dans l'ordre. [32]

Le récit du chroniqueur contemporain Guillaume de Poitiers déclare que le corps d'Harold a été donné à Guillaume Malet pour l'enterrement :

Les deux frères du roi ont été retrouvés près de lui et Harold lui-même, dépouillé de tous les insignes d'honneur, n'a pu être identifié par son visage mais seulement par certaines marques sur son corps. Son cadavre fut amené dans le camp du duc, et Guillaume le donna pour inhumation à Guillaume, surnommé Malet, et non à la mère d'Harold, qui offrit pour le corps de son fils bien-aimé son poids d'or. Car le duc jugeait inconvenant de recevoir de l'argent pour de telles marchandises, et il jugeait également mal qu'Harold fût enterré comme sa mère le souhaitait, car tant d'hommes n'avaient pas été enterrés à cause de son avarice. Ils disaient en plaisantant que celui qui avait gardé la côte avec un zèle si insensé devait être enterré au bord de la mer.

Une autre source déclare que la veuve d'Harold, Edith Swannesha, a été appelée pour identifier le corps, ce qu'elle a fait par une marque privée connue d'elle seule. La forte association d'Harold avec Bosham, son lieu de naissance, et la découverte en 1954 d'un cercueil anglo-saxon dans l'église là-bas, ont conduit certains à suggérer qu'il s'agissait du lieu de sépulture du roi Harold. Une demande d'exhumation d'une tombe dans l'église de Bosham a été refusée par le diocèse de Chichester en décembre 2003, le chancelier ayant jugé que les chances d'établir l'identité du corps comme étant celui d'Harold étaient trop minces pour justifier la perturbation d'un lieu de sépulture. [f] Une exhumation préalable avait révélé les restes d'un homme, estimé à jusqu'à 60 ans à partir de photographies des restes, sans tête, une jambe et la partie inférieure de son autre jambe, une description conforme au sort de le roi comme enregistré dans le Carmen. Le poème affirme également qu'Harold a été enterré au bord de la mer, ce qui est cohérent avec le récit de Guillaume de Poitiers et avec l'identification de la tombe de l'église de Bosham qui se trouve à quelques mètres seulement du port de Chichester et en vue de la Manche. [33]

Il y avait des légendes selon lesquelles le corps de Harold aurait reçu des funérailles convenables des années plus tard dans son église de Waltham Holy Cross dans l'Essex, qu'il avait refondée en 1060. Des légendes ont également grandi selon lesquelles Harold n'était pas mort à Hastings mais avait plutôt fui l'Angleterre ou qu'il avait fini plus tard. sa vie d'ermite à Chester ou à Canterbury. [34]

Le fils d'Harold, Ulf, ainsi que Morcar et deux autres, ont été libérés de prison par le roi Guillaume alors qu'il mourrait en 1087. Ulf s'est engagé avec Robert Curthose, qui l'a fait chevalier, puis a disparu de l'histoire. Deux des autres fils d'Harold, Godwine et Edmund, envahirent l'Angleterre en 1068 et 1069 avec l'aide de Diarmait mac Máel na mBó (Haut Roi d'Irlande). [g] En 1068, Diarmait a présenté à un autre roi irlandais l'étendard de bataille d'Harold. [35]

Pendant une vingtaine d'années, Harold a été marié plus de danico (latin : "à la manière danoise") à Edyth Swannesha et a eu au moins six enfants avec elle. Elle était considérée comme la maîtresse d'Harold par le clergé. [h]

Selon Orderic Vitalis, Harold était à un moment donné fiancé à Adeliza, une fille de Guillaume le Conquérant si c'est le cas, les fiançailles n'ont jamais abouti au mariage. [36]

Vers janvier 1066, Harold épousa Edith (ou Ealdgyth), fille d'Ælfgar, comte de Mercie, et veuve du prince gallois Gruffydd ap Llywelyn. Edith avait un fils, nommé Harold, probablement né à titre posthume. [37] [38] [39] Un autre des fils de Harold, Ulf, peut avoir été un jumeau du plus jeune Harold, bien que la plupart des historiens le considèrent comme un fils d'Edyth Swannesha. [37] [40] [38] [41] Ces deux fils ont survécu jusqu'à l'âge adulte et ont probablement vécu leur vie en exil. [ citation requise ]

Après la mort de son mari, Edith s'est réfugiée chez ses frères, Edwin, comte de Mercie et Morcar de Northumbrie, mais les deux hommes ont d'abord fait la paix avec le roi Guillaume avant de se rebeller et de perdre leurs terres et leurs vies. Edith a peut-être fui à l'étranger (peut-être avec la mère d'Harold, Gytha, ou avec la fille d'Harold, Gytha). Les fils d'Harold, Godwin et Edmund, s'enfuirent en Irlande puis envahirent le Devon, mais furent vaincus par Brian de Bretagne. [je] [ citation requise ]


5. Harold fait naufrage en Normandie en 1064

Il y a beaucoup de débats historiques sur ce qui s'est passé lors de ce voyage.

Guillaume, duc de Normandie, a plus tard insisté sur le fait que Harold avait prêté serment sur les saintes reliques qu'il soutiendrait la revendication de Guillaume au trône à la mort d'Edouard le Confesseur, qui était à la fin de sa vie et sans enfant.

Cependant, certains historiens pensent que cette histoire a été fabriquée par les Normands pour légitimer leur invasion de l'Angleterre.

La Tapisserie de Bayeux montre Harold prêtant serment pour soutenir la revendication de William sur le trône d'Angleterre.


Contenu

Harold était le fils de Godwin (c. 1001 –1053), le puissant comte de Wessex, et de Gytha Thorkelsdóttir, dont le frère Ulf le comte était marié à Estrid Svendsdatter (c. 1015/1016), la fille du roi Sweyn Forkbeard [ 2] (mort en 1014) et sœur du roi Cnut le Grand d'Angleterre et du Danemark. Le fils d'Ulf et Estrith deviendrait le roi Sweyn II de Danemark [3] en 1047. Godwin était le fils de Wulfnoth, probablement un thegn et originaire du Sussex. Godwin a commencé sa carrière politique en soutenant le roi Edmund Ironside (règne d'avril à novembre 1016), mais est passé au soutien du roi Cnut en 1018, lorsque Cnut l'a nommé comte de Wessex. [4] Godwin est resté un comte tout au long du reste du règne de Cnut, l'un des deux seuls comtes à survivre jusqu'à la fin de ce règne. [5] À la mort de Cnut en 1035, Godwin a initialement soutenu Harthacnut au lieu du successeur initial de Cnut, Harold Harefoot, mais a réussi à changer de camp en 1037, non sans être impliqué dans le meurtre en 1036 d'Alfred Aetheling, demi-frère de Harthacnut et frère cadet du futur roi Édouard le Confesseur. [6] Quand Harold Harefoot est mort en 1040, Harthacnut est monté sur le trône anglais et le pouvoir de Godwin a été mis en péril par son implication antérieure dans le meurtre d'Alfred, mais un serment et un grand cadeau ont assuré la faveur du nouveau roi pour Godwin. [7] La ​​mort de Harthacnut en 1042 impliquait probablement Godwin dans un rôle de faiseur de rois, aidant à sécuriser le trône anglais pour Edward le Confesseur. En 1045, Godwin atteignit l'apogée de son pouvoir lorsque le nouveau roi épousa Edith, la fille de Godwin. [8] Godwin et Gytha ont eu plusieurs enfants – six fils : Sweyn, Harold, Tostig, Gyrth, Leofwine et Wulfnoth et trois filles : Edith de Wessex (à l'origine nommée Gytha mais rebaptisée Ealdgyth (ou Edith) lorsqu'elle épousa le roi Édouard le Confesseur) , Gunhild et lfgifu. Les dates de naissance des enfants sont inconnues, mais Harold était le deuxième fils, Sweyn étant l'aîné. [9] Harold était âgé d'environ 25 ans en 1045, ce qui fait de son année de naissance environ 1020. [10]

Edith épousa Edward le 23 janvier 1045 et, à cette époque, Harold devint comte d'East Anglia. Harold est appelé « comte » lorsqu'il apparaît comme témoin dans un testament qui peut dater de 1044 mais, vers 1045, Harold apparaît régulièrement comme comte dans des documents. L'une des raisons de sa nomination à East Anglia peut avoir été un besoin de se défendre contre la menace du roi Magnus le Bon de Norvège. Il est possible qu'Harold ait dirigé certains des navires de son comté qui ont été envoyés à Sandwich en 1045 contre Magnus. [11] Sweyn, le frère aîné d'Harold, avait été nommé comte en 1043. [12] C'est également à l'époque où Harold a été nommé comte qu'il a commencé une relation avec Edith la Belle, qui semble avoir été l'héritière de atterrit dans le Cambridgeshire, le Suffolk et l'Essex, atterrit dans le nouveau comté de Harold. [13] La relation était une forme de mariage qui n'était ni bénie ni sanctionnée par l'Église, connue sous le nom de Plus de danico, ou "à la manière danoise", et a été accepté par la plupart des laïcs en Angleterre à l'époque. Tous les enfants d'une telle union étaient considérés comme légitimes. Harold est probablement entré dans la relation en partie pour obtenir un soutien dans son nouveau comté. [14]

Le frère aîné d'Harold, Sweyn, fut exilé en 1047 après avoir enlevé l'abbesse de Leominster. Les terres de Sweyn étaient partagées entre Harold et un cousin, Beorn. [15] En 1049, Harold commandait un navire ou des navires envoyés avec une flotte pour aider Henri III, empereur du Saint-Empire contre Baudouin V, comte de Flandre, qui était en révolte contre Henri. Au cours de cette campagne, Sweyn retourna en Angleterre et tenta d'obtenir un pardon du roi, mais Harold et Beorn refusèrent de rendre aucune de leurs terres, et Sweyn, après avoir quitté la cour royale, prit Beorn en otage et le tua plus tard. [16]

Lorsqu'en 1051, le comte Godwin fut envoyé en exil, Harold accompagna son père et l'aida à regagner son poste un an plus tard. Puis Godwin mourut en 1053 et Harold lui succéda en tant que comte de Wessex (le tiers sud de l'Angleterre). Cela a sans doute fait de lui la figure la plus puissante d'Angleterre après le roi. [17]

En 1055, Harold repoussa les Gallois qui avaient brûlé Hereford. 18 exil en Normandie. Il mena une série de campagnes réussies (1062-1063) contre Gruffydd ap Llywelyn de Gwynedd, roi de Galles. Ce conflit a pris fin avec la défaite et la mort de Gruffydd en 1063. [19]

Harold dans le nord de la France

En 1064, Harold aurait fait naufrage à Ponthieu. Il y a beaucoup de spéculations sur ce voyage. Les premiers chroniqueurs normands post-conquête rapportent que le roi Édouard avait précédemment envoyé Robert de Jumièges, archevêque de Cantorbéry, pour nommer comme héritier le parent maternel d'Édouard, le duc Guillaume II de Normandie, et qu'à cette date ultérieure Harold a été envoyé pour jurer fidélité. . [20] Les savants sont en désaccord quant à la fiabilité de cette histoire. Guillaume, au moins, semble avoir cru qu'on lui avait offert la succession, mais il a dû y avoir une certaine confusion de la part de Guillaume ou peut-être des deux hommes, puisque la succession anglaise n'était ni héritée ni déterminée par le monarque régnant. Au lieu de cela, le Witenagemot, l'assemblée des principaux notables du royaume, se réunirait après la mort d'un roi pour choisir un successeur. D'autres actes d'Edouard sont incompatibles avec le fait qu'il ait fait une telle promesse, comme ses efforts pour renvoyer son neveu Edouard l'Exil, fils du roi Edmund Ironside, de Hongrie en 1057. [a] Les chroniqueurs normands ultérieurs suggèrent d'autres explications pour le voyage d'Harold : qu'il demandait la libération des membres de sa famille retenus en otage depuis l'exil de Godwin en 1051, ou encore qu'il avait simplement voyagé le long des côtes anglaises pour une expédition de chasse et de pêche et qu'il avait traversé la Manche par un imprévu tempête. Il y a un accord général qu'il est parti de Bosham, et a été emporté par le cap, atterrissant à Ponthieu. Il a été capturé par le comte Guy I de Ponthieu, et a ensuite été pris en otage au château comtal de Beaurain, [b] 24,5 km (15,2 mi) en amont de la rivière Canche de son embouchure à ce qui est maintenant Le Touquet. Le duc Guillaume arriva peu après et ordonna à Guy de lui remettre Harold. [21] Harold a alors apparemment accompagné Guillaume pour lutter contre l'ennemi de Guillaume, le Duc Conan II de Bretagne. En traversant la Bretagne après l'abbaye fortifiée du Mont Saint-Michel, Harold est enregistré comme sauvant deux des soldats de William des sables mouvants. Ils ont poursuivi Conan de Dol-de-Bretagne à Rennes, et enfin à Dinan, où il a remis les clés de la forteresse à la pointe d'une lance. William a présenté Harold avec des armes et des armes, le faisant chevalier. La Tapisserie de Bayeux et d'autres sources normandes rapportent ensuite qu'Harold a prêté serment sur des reliques sacrées à Guillaume pour soutenir sa prétention au trône d'Angleterre. Après la mort d'Edouard, les Normands n'ont pas tardé à souligner qu'en acceptant la couronne d'Angleterre, Harold avait rompu ce prétendu serment. [22]

Le chroniqueur Orderic Vitalis a écrit à propos d'Harold qu'il « se distinguait par sa grande taille et la force de son corps, ses manières polies, sa fermeté d'esprit et sa maîtrise des mots, par un esprit vif et une variété d'excellentes qualités. dons précieux, quand la bonne foi, fondement de toutes les vertus, manquait ? [23]

En raison d'un doublement des impôts de Tostig en 1065 qui menaçait de plonger l'Angleterre dans la guerre civile, Harold soutint les rebelles de Northumbrie contre son frère Tostig et le remplaça par Morcar. Cela a conduit à l'alliance de mariage d'Harold avec les comtes du nord, mais a fatalement divisé sa propre famille, poussant Tostig à s'allier avec le roi Harald Hardrada ("Hard Ruler") de Norvège. [24]

À la fin de 1065, le roi Édouard le Confesseur tomba dans le coma sans préciser sa préférence pour la succession. Il mourut le 5 janvier 1066, selon le Vita dwardi Regis, mais pas avant de reprendre brièvement conscience et de recommander sa veuve et le royaume à la « protection » d'Harold. L'intention de cette accusation reste ambiguë, tout comme la Tapisserie de Bayeux, qui représente simplement Edward pointant du doigt un homme censé représenter Harold. [c] Lorsque les Witan se sont réunis le lendemain, ils ont choisi Harold pour réussir, [d] et son couronnement a suivi le 6 janvier, très probablement tenu à l'abbaye de Westminster, bien qu'aucune preuve de l'époque ne survive pour le confirmer. [26] Bien que des sources normandes ultérieures soulignent la soudaineté de ce couronnement, la raison en est peut-être que tous les nobles du pays étaient présents à Westminster pour la fête de l'Épiphanie, et non à cause d'une usurpation du trône de la part d'Harold.

Au début de janvier 1066, apprenant le couronnement d'Harold, le duc Guillaume II de Normandie commença à planifier l'invasion de l'Angleterre, construisant 700 navires de guerre et transports à Dives-sur-Mer sur la côte normande. Initialement, Guillaume ne put obtenir de soutien pour l'invasion mais, affirmant qu'Harold avait juré sur des reliques sacrées pour soutenir sa revendication du trône après avoir fait naufrage à Ponthieu, Guillaume reçut la bénédiction de l'Église et les nobles affluèrent à sa cause. En prévision de l'invasion, Harold rassembla ses troupes sur l'île de Wight, mais la flotte d'invasion resta au port pendant près de sept mois, peut-être en raison de vents défavorables. Le 8 septembre, les provisions étant épuisées, Harold licencie son armée et retourne à Londres. Le même jour, Harald Hardrada de Norvège, qui revendique également la couronne anglaise, [e] rejoint Tostig et l'envahit, débarquant sa flotte à l'embouchure de la Tyne.

Les forces d'invasion de Hardrada et Tostig ont vaincu les comtes anglais Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie à la bataille de Fulford près de York le 20 septembre 1066. Harold a dirigé son armée vers le nord à marche forcée depuis Londres, a atteint le Yorkshire en quatre jours et a attrapé Hardrada par surprise. Le 25 septembre, lors de la bataille de Stamford Bridge, Harold bat Hardrada et Tostig, qui sont tous deux tués.

Selon Snorri Sturluson, avant la bataille, un seul homme s'est rendu seul à Harald Hardrada et Tostig. Il n'a donné aucun nom, mais a parlé à Tostig, offrant le retour de son comté s'il se retournait contre Hardrada. Tostig a demandé ce que son frère Harold serait prêt à donner à Hardrada pour sa peine. Le cavalier a répondu "Sept pieds de sol anglais, car il est plus grand que les autres hommes." Puis il retourna à l'armée saxonne. Hardrada a été impressionné par l'audace du cavalier et a demandé à Tostig qui il était. Tostig a répondu que le cavalier était Harold Godwinson lui-même. [27] Selon Henry de Huntingdon, Harold a dit "Six pieds de terrain ou autant qu'il en a besoin, car il est plus grand que la plupart des hommes."

Le 12 septembre 1066, la flotte de Guillaume partit de Normandie. Plusieurs navires coulent dans des tempêtes, ce qui oblige la flotte à se réfugier à Saint-Valery-sur-Somme et à attendre que le vent tourne. Le 27 septembre, la flotte normande met le cap sur l'Angleterre et arrive le lendemain à Pevensey sur la côte du Sussex de l'Est. L'armée d'Harold a parcouru 241 miles (386 kilomètres) pour intercepter William, qui avait débarqué peut-être 7 000 hommes dans le Sussex, dans le sud de l'Angleterre. Harold a établi son armée dans des travaux de terrassement construits à la hâte près de Hastings. Les deux armées s'affrontent à la bataille d'Hastings, à Senlac Hill (près de l'actuelle ville de Battle) près d'Hastings le 14 octobre, où après neuf heures de durs combats, Harold est tué et ses forces vaincues. Ses frères Gyrth et Leofwine ont également été tués dans la bataille, selon le Chronique anglo-saxonne. [28] [ source non primaire nécessaire ]

L'idée qu'Harold soit mort d'une flèche dans l'œil est une croyance populaire aujourd'hui, mais cette légende historique fait l'objet de nombreux débats universitaires. Un récit normand de la bataille, Carmen de Hastingae Proelio (« Chanson de la bataille d'Hastings »), qui aurait été écrite peu après la bataille par Guy, évêque d'Amiens, dit qu'Harold a été tué par quatre chevaliers, dont probablement le duc Guillaume, et que son corps a été démembré. Histoires anglo-normandes du XIIe siècle, comme celle de Guillaume de Malmesbury Gesta Regum Anglorum et Henri de Huntingdon Historia Anglorum racontent que Harold est mort par une flèche blessée à la tête. Une source plus ancienne, Amatus de Montecassino L'Ystoire de li Normant (« Histoire des Normands »), écrit seulement vingt ans après la bataille d'Hastings, contient un rapport d'Harold ayant reçu une balle dans l'œil avec une flèche, mais il s'agit peut-être d'un ajout du début du XIVe siècle. [29] Les comptes ultérieurs reflètent l'une ou les deux de ces deux versions.

Un personnage dans le panneau de la Tapisserie de Bayeux avec l'inscription "Hic Harold Rex Interfectus Est" ("Ici le roi Harold est tué") est représenté tenant une flèche qui a frappé son œil, mais certains historiens se sont demandé si cet homme était destiné à être Harold ou si Harold est conçu comme le prochain personnage allongé à droite presque sur le dos, mutilé sous les sabots d'un cheval. Les gravures faites de la Tapisserie dans les années 1730 montrent la figure debout avec différents objets. Le croquis de Benoît de 1729 ne montre qu'une ligne pointillée indiquant des points de couture sans aucune indication d'empennage, alors que toutes les autres flèches de la Tapisserie sont empennées. La gravure de 1730 de Bernard de Montfaucon a une ligne continue ressemblant à une lance tenue en pronation correspondant à la manière de la figure à gauche. Le dessin à l'aquarelle de Stothard de 1819 a, pour la première fois, une flèche empennée dans l'œil du personnage. Bien que cela ne soit pas apparent dans les représentations précédentes, la tapisserie présente aujourd'hui des points de suture indiquant que la silhouette tombée avait autrefois une flèche dans l'œil. Il a été suggéré que la deuxième figure avait une fois une flèche ajoutée par des restaurateurs trop enthousiastes du XIXe siècle qui a ensuite été décousue. [30] Beaucoup le croient, car le nom "Harold" est au-dessus de la figure avec une flèche dans l'œil. Cela a été contesté en examinant d'autres exemples de la Tapisserie où le centre visuel d'une scène, et non l'emplacement de l'inscription, identifie des personnages nommés. [31] Une autre preuve est qu'une volée de flèches serait lâchée avant la charge de la cavalerie normande. Une autre suggestion est que les deux récits sont exacts et que Harold a d'abord subi la blessure à l'œil, puis la mutilation, et la Tapisserie représente les deux dans l'ordre. [32]

Le récit du chroniqueur contemporain Guillaume de Poitiers déclare que le corps d'Harold a été donné à Guillaume Malet pour l'enterrement :

Les deux frères du roi ont été retrouvés près de lui et Harold lui-même, dépouillé de tous les insignes d'honneur, n'a pu être identifié par son visage mais seulement par certaines marques sur son corps. Son cadavre fut amené dans le camp du duc, et Guillaume le donna pour inhumation à Guillaume, surnommé Malet, et non à la mère d'Harold, qui offrit pour le corps de son fils bien-aimé son poids d'or. Car le duc jugeait inconvenant de recevoir de l'argent pour de telles marchandises, et il jugeait également mal qu'Harold fût enterré comme sa mère le souhaitait, car tant d'hommes n'avaient pas été enterrés à cause de son avarice. Ils disaient en plaisantant que celui qui avait gardé la côte avec un zèle si insensé devait être enterré au bord de la mer.

Une autre source déclare que la veuve d'Harold, Edith Swannesha, a été appelée pour identifier le corps, ce qu'elle a fait par une marque privée connue d'elle seule. La forte association d'Harold avec Bosham, son lieu de naissance, et la découverte en 1954 d'un cercueil anglo-saxon dans l'église là-bas, ont conduit certains à suggérer qu'il s'agissait du lieu de sépulture du roi Harold. Une demande d'exhumation d'une tombe dans l'église de Bosham a été refusée par le diocèse de Chichester en décembre 2003, le chancelier ayant jugé que les chances d'établir l'identité du corps comme étant celui d'Harold étaient trop minces pour justifier la perturbation d'un lieu de sépulture. [f] Une exhumation préalable avait révélé les restes d'un homme, estimé à jusqu'à 60 ans à partir de photographies des restes, sans tête, une jambe et la partie inférieure de son autre jambe, une description conforme au sort de le roi comme enregistré dans le Carmen. Le poème affirme également qu'Harold a été enterré au bord de la mer, ce qui est cohérent avec le récit de Guillaume de Poitiers et avec l'identification de la tombe de l'église de Bosham qui se trouve à quelques mètres seulement du port de Chichester et en vue de la Manche. [33]

Il y avait des légendes selon lesquelles le corps de Harold aurait reçu des funérailles convenables des années plus tard dans son église de Waltham Holy Cross dans l'Essex, qu'il avait refondée en 1060. Des légendes ont également grandi selon lesquelles Harold n'était pas mort à Hastings mais avait plutôt fui l'Angleterre ou qu'il avait fini plus tard. sa vie d'ermite à Chester ou à Canterbury. [34]

Le fils d'Harold, Ulf, ainsi que Morcar et deux autres, ont été libérés de prison par le roi Guillaume alors qu'il mourrait en 1087. Ulf s'est engagé avec Robert Curthose, qui l'a fait chevalier, puis a disparu de l'histoire. Deux des autres fils d'Harold, Godwine et Edmund, envahirent l'Angleterre en 1068 et 1069 avec l'aide de Diarmait mac Máel na mBó (Haut Roi d'Irlande). [g] En 1068, Diarmait a présenté à un autre roi irlandais l'étendard de bataille d'Harold. [35]

Pendant une vingtaine d'années, Harold a été marié plus de danico (latin : "à la manière danoise") à Edyth Swannesha et a eu au moins six enfants avec elle. Elle était considérée comme la maîtresse d'Harold par le clergé. [h]

Selon Orderic Vitalis, Harold était à un moment donné fiancé à Adeliza, une fille de Guillaume le Conquérant si c'est le cas, les fiançailles n'ont jamais abouti au mariage. [36]

Vers janvier 1066, Harold épousa Edith (ou Ealdgyth), fille d'Ælfgar, comte de Mercie, et veuve du prince gallois Gruffydd ap Llywelyn. Edith avait un fils, nommé Harold, probablement né à titre posthume. [37] [38] [39] Un autre des fils de Harold, Ulf, peut avoir été un jumeau du plus jeune Harold, bien que la plupart des historiens le considèrent comme un fils d'Edyth Swannesha. [37] [40] [38] [41] Ces deux fils ont survécu jusqu'à l'âge adulte et ont probablement vécu leur vie en exil. [ citation requise ]

Après la mort de son mari, Edith s'est réfugiée chez ses frères, Edwin, comte de Mercie et Morcar de Northumbrie, mais les deux hommes ont d'abord fait la paix avec le roi Guillaume avant de se rebeller et de perdre leurs terres et leurs vies. Edith a peut-être fui à l'étranger (peut-être avec la mère d'Harold, Gytha, ou avec la fille d'Harold, Gytha). Les fils d'Harold, Godwin et Edmund, s'enfuirent en Irlande puis envahirent le Devon, mais furent vaincus par Brian de Bretagne. [je] [ citation requise ]


Kingmaker, une chronologie de Godwinson

Eh bien, j'ai déjà Harold qui est un pouvoir dans les coulisses, donc je ne veux pas que deux d'entre eux courent partout.

Je veux vraiment qu'Odo veuille établir sa propre règle à la suite de la défaite frustrante en Angleterre. Hmm. Y a-t-il des enregistrements à cette époque d'évêques renonçant à leurs fonctions cléricales pour devenir des dirigeants séculiers ?

Et en plus, Odo était un prêtre guerrier, et pas un très bon prêtre à cela. Je pense qu'il voudrait établir plus pleinement son pouvoir, au-delà d'être un « mère » évêque.

Ah ! Peut-être pourrait-il conclure un marché avec le duc de Bretagne, Hoel de Cornouailles ? Après tout, les Bretons revendiquaient des terres en Normandie, n'est-ce pas ?

Oui, je suppose que 2 en un TL dans le premier bit pourrait être un peu trop

Je pouvais croire qu'il le voudrait mais je ne suis toujours pas sûr de le voir, de toute façon ça a l'air bon pour l'avenir si Robert peut s'enfuir - belle guerre civile potentielle

Sioniste

Mai-août 1066 : En mai, les factions normandes rivales s'affrontent à Bayeux et dans le Maine. Les forces d'Odo sont légèrement inférieures en nombre au début, et il est vaincu près du Maine et contraint de fuir à Bayeux. Cependant, il fait appel à deux puissants nobles normands : Roger de Montgomerie et Ralph de Gael. Les deux agissent en tant que capitaines d'Odo, et ensemble, les trois commencent à repousser les forces servant au nom de Robert Curthose.

Pendant ce temps, Lanfranc, abbé de Saint-Étienne, (archevêque de Cantorbéry à OTL) et professeur de Guillaume, fils de feu le duc Guillaume, s'enfuit dans les Pouilles avec le jeune Guillaume II. Il croit que le pouvoir d'Odo mélangé à Ralph et Roger est trop fort pour lutter contre, mais de cette façon, justifie sa fuite par sa loyauté envers la famille de l'ancien duc. Il pense que Robert Guiscard protégera ses compatriotes normands. Des centaines de Normands fuient avec lui.

Le 3 juin, Odo rencontre les partisans de Robert Curthose au combat. Cependant, les loyalistes ont un nouvel avantage, les mercenaires bretons. Robert avait négocié auparavant avec le duc Hoël de Bretagne, convaincant le Breton de l'aider en échange de quelques parcelles de terre contestées. Les nouveaux soldats de Robert parviennent à briser un tiers de l'armée d'Odon, et ils tuent Roger de Montgomerie. Cependant, les Bretons ne suffisent pas à vaincre Odo, qui chasse les soldats de Robert du terrain.

Robert de Normandie est lui-même capturé, et contraint de renoncer à toute prétention sur le duché de Normandie. Lui et le reste de sa famille s'enfuient dans les Pouilles, pour rejoindre Lanfranc et son frère William. Odon est oint duc Odon de Normandie par Maurille, archevêque du siège de Rouen (et donc de Normandie). Le duc Odo brûle le reste des villes fidèles à Robert, et bientôt le seul homme en Normandie qui peut le défier est Ralph De Gael, son fidèle serviteur. Dans son dernier acte d'évêque, Odon cède sa charge d'évêque de Bauyex à Roger de Montgomerie, fils du capitaine décédé d'Odon du même nom.

Pendant ce temps, en Angleterre, Harold, agissant au nom d'Edgar, chasse les quelques nobles normands qui possèdent des terres sur les îles et redistribue les terres aux loyaux thanes saxons.

En juillet, Robert Guiscard d'Hautville, duc des Pouilles et de Calabre, commence à constituer ses forces pour une invasion du comté de Capoue, actuellement détenu par Richard Drengot. Les immigrés normands renforcent ses armées, permettant d'achever sa préparation en août.

Cependant, craignant le pouvoir naissant des Hautvilles, le comte Richard s'allie à Gisulf, comte lombard de Salerne, et tous deux achètent des mercenaires sur les terres détenues par le pape, espérant tromper "Le Guiscard" en lui faisant croire que la papauté l'excommuniera s'il les attaque. .

Agissant séparément de Guiscard et des deux comtes, l'exilé Robert Curthose se faufile loin des hostilités, à Rome, où il cherche une audience avec le pape Alexandre. Son audience est accordée et Robert supplie le pape de lui permettre de commander une force de soldats pontificaux contre une éventuelle attaque normande contre la papauté. En échange de son service, Robert demande que la ville de Vasto dans la région des Abruzzes lui soit concédée, ainsi que d'autres terres que seule la papauté pouvait fournir. Le pape Alexandre accepte ses conditions si les Normands attaquent.

A la fin du mois d'août, Robert Guiscard déclare la guerre au comte Richard et au comte Gisulf. Le duc ne sait pas qu'une force papale / normande, dirigée par Robert Curthose, marche contre lui, dans l'intention de remplir sa part de l'accord avec le pape Alexandre en attaquant (et donc en étant attaqué par) toute faction normande qu'ils rencontrent.

Jammy

Intéressant que Robert obtienne un siège papal pour gouverner - il n'a sûrement pas déjà abandonné la Normandie ?

Il marche contre le duc mais est son frère avec le duc, ou toute la famille est réunie.

Quelle est la relation avec l'Ecosse en ce moment ? À OTL, c'est là qu'Edgar s'est enfui et je pense que le roi d'Écosse était marié à sa sœur. Sans Normands, cela pourrait être très différent.

Sioniste

Intéressant que Robert obtienne un siège papal pour gouverner - il n'a sûrement pas déjà abandonné la Normandie ?

Il marche contre le duc mais est son frère avec le duc, ou toute la famille est réunie.

Quelle est la relation avec l'Ecosse en ce moment ? À OTL, c'est là qu'Edgar s'est enfui et je pense que le roi d'Écosse était marié à sa sœur. Sans Normands, cela pourrait être très différent.

Sioniste

Annnd je suis de retour avec plus de bonté TL-ly.

septembre-décembre 1066


Septembre: Le duc Odo (maintenant connu sous le nom d'Odo de Bayeux) épouse Agnès, la fille de Guy-Geoffrey, duc d'Aquitaine, afin de légitimer son règne. Guy-Geoffrey, de son côté, accepte le mariage pour étendre son influence aux terres du nord de la France.


Le roi Malcolm d'Écosse voit la faiblesse des Northumbriens, du comte Morcar tomber au combat contre les Danois et être remplacé par Eadric Wilde, un simple comte. Après avoir assisté aux violences en Angleterre et en Normandie, il s'adjoint les services de Tostig, frère d'Harold, qui connaît assez bien la tactique des Saxons.

Tostig arrive en Écosse et commence à instruire les Écossais dans diverses tactiques, conçues pour vaincre les armées du roi Edgar (et plus important encore, les forces du comte Harold). Il réclame une grande étendue de terre en Northumbrie en échange de son aide contre les Anglais. Le roi Malcolm accepte les demandes, tout en voulant ces mêmes terres pour son propre usage.

Pendant ce temps, le roi Harald Hardradara de Norvège fait des motions pour mobiliser une force contre les Anglais et exige une chose en échange de ne pas envahir l'Angleterre en période de faiblesse : la main de Margeret Atheling pour son fils Olaf. Il cherche ainsi à légitimer sa revendication sur l'Angleterre, mais se rend compte que ses jours sont comptés. Les exploits d'Earl Harold contre les Danois et les Normands impressionnent suffisamment le roi de Norvège pour qu'il offre une force de 1 500 Normands au roi Edgar pour qu'il soit utilisé contre les Écossais. Edgar, frustré qu'Harold l'éloigne de toute bataille, déclare que le mariage sera nul et non avenu à moins que les troupes ne soient placées sous son commandement.


Hardrada lui-même est approché par Alexios Kommenus, l'un des princes byzantins les plus talentueux, et lui propose un marché. Hardrada avait autrefois été membre de la Garde Varangaran, un groupe d'élite d'hommes de toute la Scandinavie dévoués à l'empereur romain d'Orient. Alexios, bien que jeune, connaissait Harald par la redoutable réputation du seigneur nordique. Hardrada, désireux de gagner du butin et de la gloire, et lassé de ses guerres constantes avec le roi danois Sweyn, a accepté, mais a noté qu'il était occupé à comploter dans la guerre anglo-écossaise.

À la mi-septembre, Robert Guiscard prend une force de 3 500 soldats normands et attaque le comte Gisulf dans sa forteresse de Salerne. Gisulf est tué dans le combat vicieux, mettant fin à la lignée des princes lombards de Salerne. Cependant, Guiscard est grièvement blessé, et bien que Salerne soit prise, la guerre s'arrête jusqu'à la nouvelle année.

Dans les derniers jours de septembre, Edith of Merica donne naissance à Harold Godwinson un fils, également nommé Harold.

Tout au long du mois de novembre, les Écossais et les Anglais renforcent leurs forces en prévision de la guerre. Cependant, l'automne et l'hiver à venir sont particulièrement froids et les armées sont obligées de retourner aux champs pour conjurer une famine. La guerre est au point mort, pour le moment.

En Normandie, le duc Odon fait face à la première menace pour son règne, un soulèvement paysan qui serait parrainé par les régents du jeune roi Philippe Capet de France, qui désapprouvent l'usurpation du duché par Odon. Odo montre ses capacités en tant que commandant militaire et dirigeant en écrasant la rébellion et en redistribuant les terres/fermes des rebelles morts parmi les paysans loyaux. Il accorde même plusieurs chevaliers aux roturiers qui ont fait preuve de bravoure au combat.

En Bretagne, Conan II de Bretagne n'a pas été empoisonné (En OTL, il a été assassiné de cette manière, probablement par le duc Guillaume de Normandie) et s'accorde plutôt avec ses plans d'OTL pour envahir la Normandie, en assiégeant d'abord la ville d'Angers, pour neutraliser son rival, le duc d'Anjou. Les habitants de la ville sont cependant têtus et résistent à ses tentatives de les affamer. Ainsi, Conan s'installe pour un long siège. Conan apaise le roi Philippe (et donc les armées massives de France) en promettant de mettre les Normands sous contrôle français après avoir résolu ce différend avec l'Anjou, et en jurant fidélité au roi.

Robert Curthose, récompensé par Vasto et une force de plusieurs centaines de soldats pontificaux (combinés avec ses propres partisans normands), attaque Geoffry de Hautville, frère de Robert Guiscard, à Bénévent. Geoffry est tué et Robert Curthose de Normany prend le contrôle total de la ville de Bénévent, ainsi que des zones environnantes de la ville.

Le Guiscard, encore remis de ses blessures, réagit lentement, et Robert Curthose s'empresse de se proclamer " duc de Normandie à Bénévent ", signifiant qu'il a toujours des desseins sur le domaine du duc Odon. Curthose s'allie à Richard Drengot, devenant rapidement des amis avec Richard et son fils Jordan. Robert Curthose rend hommage au Pape pour ses terres. Un grand nombre de Normands opposés à Robert Guiscard émigrent sur les terres de Robert Curthoses.

Renvoyant une faveur aux Drengot (car ils l'ont aidé à l'installer au sein de la papauté), le pape Alexandre II proclame la paix de Dieu entre Richard Drengot et les Guiscard, reconnaissant tous deux en leurs possessions. Il reconnaît également Robert Curthose comme comte de Vasto et de Bénévent, exaspérant Robert Guiscard, qui promet de retirer le pape du pouvoir par tous les moyens possibles.

Observant les événements en Italie, Harold Godwinson commence sagement la construction de plusieurs monastères dans le Wessex, pour apaiser le pape.

Dans sa vieillesse, Lanfranc de Pavie, (professeur de Robert Curthose) commence à écrire une histoire des Normands en Sicile. Il mourra avant que ce soit fini.


Chronologie

Le roi Edouard le Confesseur meurt sans héritier. Harold Godwinson revendique le trône, mais beaucoup pensent que le trône a déjà été promis au duc Guillaume de Normandie.

1066 : 6 janvier Harold Godwinson

Harold Godwinson est couronné roi Harold II d'Angleterre à l'abbaye de Westminster le même jour que l'enterrement d'Edouard. Harold sera le dernier souverain anglo-saxon d'Angleterre et le premier des trois seuls rois d'Angleterre à être tué au combat

1066 : 25 septembre Bataille de Stamford Bridge

Le roi Harold II (Harold Godwinson) d'Angleterre bat une armée norvégienne dirigée par le roi Harold Hardrada de Norvège et son propre frère Tostig Godwinson près de York, mettant ainsi fin à l'ère viking en Angleterre.

1066 : 14 octobre Bataille de Hastings

Guillaume le Conquérant bat les Anglais menés par le roi Harold II qui meurt au combat. Cela commence la conquête normande de l'Angleterre ainsi que le début de l'âge des châteaux alors que des châteaux de motte et de bailey sont construits dans toute l'Angleterre, à commencer par Pevensey et Hastings.

1066 : 25 décembre William le Conquérant

Guillaume est couronné roi d'Angleterre le jour de Noël 1066, à l'abbaye de Westminster à Londres. Alors que la noblesse et les clercs présents criaient haut et fort leur approbation au roi, ses gardes, surpris par l'explosion et croyant qu'il y avait une trahison en cours, ont rapidement mis le feu aux bâtiments environnants de la ville de Londres. L'église s'est remplie de fumée, la congrégation s'est enfuie et William est resté tremblant.

1170 : 29 décembre Meurtre dans la cathédrale

Thomas Becket, l'archevêque de Cantorbéry, est assassiné dans la cathédrale de Cantorbéry par quatre chevaliers, Reginald Fitzurse, Hugh de Morville, William de Tracy et Richard le Breton, qui ont interprété les paroles du roi Henri II comme signifiant qu'il souhaitait que Becket soit tué. Les chevaliers ont fui vers le nord et se sont réfugiés dans le château de Hugh de Morville à Knaresborough après avoir commis le meurtre. Il existe de nombreux récits de ce que Henry a dit, le plus probable étant :

Quels misérables faux-bourdons et traîtres ai-je nourris et élevés dans ma maison, qui ont laissé leur seigneur être traité avec un mépris si honteux par un clerc de basse naissance ?

1199 : 25 mars Richard Cœur de Lion - Blessé

Richard Cœur de Lion est blessé lors du siège du château de Châlus-Chabrol en France. Richard marchait autour du périmètre du château faiblement défendu sans sa cotte de mailles quand il a été coincé dans l'épaule près de son cou par la flèche d'un arbalétrier.Il a tenté en vain de retirer la flèche par lui-même, puis a fait appel à un chirurgien qui l'a retirée mais lui a également mutilé le bras. Richard se fait apporter les arbalétriers et, dans un acte de miséricorde, a pardonné au garçon et a ordonné qu'il soit libéré. Richard mourrait de cette blessure gangréneuse peu après le 6 avril.

1217 : 20 mai Deuxième bataille de Lincoln

La deuxième bataille de Lincoln a eu lieu au château de Lincoln en Angleterre, pendant la première guerre des barons, entre les forces du futur Louis VIII de France et celles du roi Henri III d'Angleterre. Les forces de Louis ont été attaquées par une force de secours sous le commandement de William Marshal, 1er comte de Pembroke. Thomas, le comte du Perche, commandant les troupes françaises, est tué et Louis est expulsé de sa base dans le sud-est de l'Angleterre.

1264 : 14 mai Bataille de Lewes

La bataille de Lewes dans le Sussex en Angleterre faisait partie de la deuxième guerre des barons. Henri III a quitté la sécurité du château de Lewes pour engager les barons dans la bataille et a d'abord réussi, son fils le prince Edward a mis en déroute une partie de l'armée baronnie avec une charge de cavalerie. Cependant, Edward a poursuivi sa carrière hors du champ de bataille et a laissé les hommes d'Henry exposés. Henry a été contraint de lancer une attaque d'infanterie jusqu'à Offham Hill où il a été vaincu par les hommes des Barons défendant le sommet de la colline. Les royalistes ont fui vers le château et le roi a été contraint de signer la Mise de Lewes, cédant bon nombre de ses pouvoirs à Simon de Montfort, 6e comte de Leicester.

1272 : 16 novembre Edouard Ier

Le prince Edward devient le roi Édouard I lors d'un voyage pendant la neuvième croisade, à la mort de son père, le roi Henri III. Il faudra près de deux ans avant qu'Edward ne revienne en Angleterre et ne monte sur le trône.

1297 : 11 septembre Bataille du pont de Stirling

La bataille de Stirling Bridge, les forces d'Andrew Moray et William Wallace ont vaincu les forces anglaises combinées de John de Warenne, 6e comte de Surrey, et Hugh de Cressingham près du château de Stirling, sur la rivière Forth.

1298 : 22 juillet Bataille de Falkirk

La bataille de Falkirk a été l'une des principales batailles de la Première Guerre d'indépendance de l'Écosse. Dirigée par le roi Édouard Ier d'Angleterre, l'armée anglaise a vaincu les Écossais, dirigés par William Wallace. Peu de temps après la bataille, Wallace a démissionné de son poste de gardien de l'Écosse.

13h00 : 22 juillet Edouard Ier au château de Brougham

Edward I séjourne au château de Brougham en Cumbrie pendant l'une de ses campagnes du Nord des guerres anglo-écossaises.

1304 : 20 juillet Le loup de guerre

Edward I prend le contrôle du château de Stirling en Écosse en utilisant le War Wolf considéré comme le plus grand trébuchet jamais construit. Les Écossais tentent de rendre le château lorsqu'ils voient la structure massive en cours d'assemblage, mais Longshanks décide de terminer l'assemblage et de voir à quel point cela fonctionne avant d'accepter la reddition. Une partie de la courtine du château est détruite rapidement par l'arme de siège.

1305 : 23 août William Wallace

Sir William Wallace est pendu, tiré et écartelé pour haute trahison à Smithfield à Londres.

1307 : 13 octobre Les Templiers

Des centaines de Templiers sont arrêtés en France sur ordre du roi Philippe le Bel. Ils seront plus tard accusés d'hérésie après avoir avoué sous la torture et brûlés vifs. C'était un vendredi et certains attribuent cet événement au vendredi 13 étant considéré comme un jour de malchance.

1314 : 23 juin Bataille de Bannockburn

Les forces écossaises dirigées par Robert le Bruce battent les Anglais dirigés par le roi Édouard II, pendant la première guerre d'indépendance écossaise. Edward II fuit la bataille et se retire au château de Dunbar avant de retourner en Angleterre par bateau.

1329 : 7 juin Robert le Bruce

Le roi Robert Ier d'Écosse (Robert le Bruce) meurt au manoir de Cardross, près de Dumbarton en Écosse après avoir souffert pendant quelques années d'aliments. Son corps repose dans l'abbaye de Dunfermline, mais il a demandé que son cœur soit retiré et emmené au combat "contre les ennemis de Dieu":

« Je veux qu'aussitôt que je sois sorti de ce monde, vous preniez ma part de mon corps, et que vous le donniez, et que vous preniez de mon trésor comme vous le jugerez suffisant pour cette entreprise, à la fois pour vous-même et pour telle compagnie comme vous emporterez avec vous et offrirez du cœur au saint-sépulcre, là où, comme notre seigneur se trouve, voyant mon corps ne peut pas y venir."

Son cœur a été pris par Sir James Douglas conformément à ses souhaits, mais Douglas a été tué au combat en portant toujours le cœur dans un cercueil d'argent. Le cœur a été renvoyé en Écosse et enterré à l'abbaye de Melrose. Le fils de Robert, David, devient le roi David II d'Écosse à l'âge de 5 ans.

1346 : 17 octobre David II à la Tour de Londres

Le roi David II d'Écosse a été blessé et fait prisonnier par Sir John Copeland lors de la bataille de Neville's Cross. David a été livré au roi Edouard III qui l'a emprisonné dans la Tour de Londres. Il a ensuite été transféré au château de Windsor, puis au château d'Odiham dans le Hampshire. Il a été prisonnier pendant 11 ans en tout.

1356 : 19 septembre La bataille de Poitiers

Dans le cadre de la guerre de Cent Ans entre l'Angleterre et la France, les Anglais, menés par Edward, le Prix Noir, battent l'armée française et capturent le roi de France, Jean II.

1371 : 22 février David II au château d'Édimbourg

Le roi David II d'Écosse meurt subitement au château d'Édimbourg à l'âge de 46 ans et est enterré à l'abbaye de Holyrood. Il est le dernier descendant mâle de la maison Bruce.

1400 : 14 février Richard II au château de Pontefract

Richard II meurt au château de Pontefract dans le West Yorkshire en Angleterre, probablement de faim. Son corps a été emmené au sud de Pontefract et exposé dans la cathédrale Saint-Paul le 17 février avant d'être inhumé au prieuré de King's Langley le 6 mars.

1415 : 25 octobre Bataille d'Azincourt

Faisant partie de la guerre de Cent Ans entre l'Angleterre et la France, l'armée anglaise en infériorité numérique dirigée par le roi Henri V a vaincu les Français le jour de la Saint Crispin en raison en grande partie de l'arc anglais et de la largeur étroite et des conditions boueuses du champ de bataille.

1431 : 30 mai Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc, "La Pucelle d'Orléans", est brûlée sur le bûcher pour hérésie à Rouen France par un tribunal dominé par les Anglais.

1455 : 22 mai Première bataille de St Albans

La guerre des roses commence avec la première bataille de St Albans où Richard, duc d'York, bat et capture le roi Henri VI d'Angleterre.

1461 : 29 mars Bataille de Towton

Les guerres des roses : les troupes yorkistes battent les forces lancastriennes lors de la bataille de Towton dans le Yorkshire, l'une des plus grandes batailles sur le sol anglais.

1471 : 17 avril Bataille de Barnet

Wars of the Roses: The Battle of Barnet - Les troupes yorkistes dirigées par Edward IV battent solidement les Lancastre dirigés par Richard Neville, comte de Warwick qui avait auparavant soutenu la maison d'York.

1471 : 4 mai Bataille de Tewkesbury

Guerres des Roses : La Bataille de Tewkesbury - Quelques semaines seulement après Barnet, les forces lancastriennes sont à nouveau battues par Edouard IV et les troupes Yorkistes. De nombreux nobles de Lancastre, dont Edward, prince de Galles et héritier du trône, sont tués au combat ou exécutés par la suite.

1478 : 18 février George, duc de Clarence à la Tour de Londres

George, duc de Clarence est exécuté en privé à la Tour de Londres après avoir été reconnu coupable de trahison contre son frère aîné, le roi Édouard IV d'Angleterre.

1485 : 22 aoûtBataille de Bosworth Field

Guerres des Roses : La Bataille de Bosworth Field - La dernière grande bataille de la Guerre des Roses. C'est ici que Richard III est tué au combat, mettant fin à la dynastie Plantagenêt et au règne de la maison d'York. Henry Tudor est couronné roi Henry VII sur Crown Hill à proximité et commence ainsi la dynastie Tudor.

1491 : 28 juin Henri VIII

Henri VIII d'Angleterre est né à Greenwich Palace et est le deuxième sur le trône d'Angleterre derrière son frère aîné Arthur. Mais quand Arthur meurt à l'âge de 15 ans, Henry devient l'héritier présomptif. Il est de la Maison Tudor.

1499 : 23 novembrePerkin Warbeck à la Tour de Londres

Perkin Warbeck, prétendant au trône, est pendu pour avoir prétendument tenté de s'échapper de la Tour de Londres. Il était un prétendant au trône d'Angleterre sous le règne d'Henri VII (Henry Tudor), prétendant être Richard de Shrewsbury, duc d'York. Richard était l'un des deux jeunes princes détenus dans la Tour de Londres lorsqu'ils étaient enfants, qu'on ne reverra jamais.

1509 : 21 avril Henri VIII

Henri VII d'Angleterre et premier roi de la maison des Tudor meurt de la tuberculose et est enterré à l'abbaye de Westminster. Son fils, Henri VIII, monte sur le trône d'Angleterre à sa mort.

1515 : 1er janvierFrançois Ier

Le roi François Ier monte sur le trône de France. François a régné pendant la Renaissance et au début de son règne, a fait construire le château de Chambord dans la forêt de Chambord, en France.

1533 : 1er juin Anne Boleyn

Anne Boleyn est couronnée reine d'Angleterre.

1536 : 22 maiAnne Boleyn à la Tour de Londres

Anne Boleyn, reine d'Angleterre, est arrêtée pour adultère, trahison et sorcellerie et emprisonnée à la Tour de Londres. Elle sera exécutée par décapitation dans 17 jours.

1540 : 28 juillet Thomas Cromwell à la Tour de Londres

Thomas Cromwell, 1er comte d'Essex, est exécuté à Tower Hill pour trahison et hérésie sur ordre d'Henri VIII. Cromwell a été détenu dans la tristement célèbre Tour de Londres pendant un peu plus d'un mois avant son exécution par décapitation.

1541 : 10 décembreThomas Culpepper au château de Pontefract

Thomas Culpepper et Francis Dereham sont exécutés pour avoir eu des relations avec Catherine Howard, reine d'Angleterre et cinquième épouse d'Henri VIII. Francis Dereham a été pendu et écartelé pour ses transgressions accusées survenues avant que Catherine ne devienne reine et épouse d'Henry. Thomas Culpepper a été miséricordieux par le roi et seulement décapité. Leur liaison s'est produite pendant son règne et lors d'un voyage royal à York et au château de Pontefract où une lettre infâme de Catherine à Thomas aurait été écrite où elle déclare :

"Je n'ai jamais eu autant envie de thynge que de te voir et de parler avec toi, la femme en qui j'ai confiance sera bientôt maintenant", et "ma confiance est toujours en toi pour que tu sois comme tu m'as promis. "

1558 : 15 novembre Élisabeth I

La reine Mary I, connue sous le nom de Bloody Mary pour sa persécution des protestants, meurt de la grippe au palais St. James. À la mort de sa demi-soeur, sa jeune demi-soeur Elizabeth devient la reine Elizabeth I d'Angleterre, marquant le début de l'ère élisabéthaine.

1559 : 30 juinHenri II de France

Le roi Henri II de France est mortellement blessé lors d'un match de joute contre Gabriel de Montgomery lorsqu'un fragment de la lance brisée transperce sa visière dans son œil et son cerveau. Comment mourrait moins de deux semaines plus tard, le 10 juillet.

1568 : 2 mai Marie Reine d'Ecosse

Mary, reine d'Écosse, s'échappe du château de Loch Leven avec l'aide de George Douglas, frère de Sir William Douglas, propriétaire du château.

1587 : 8 févrierMarie Reine d'Ecosse

Mary, reine d'Écosse, est exécutée au château de Fotheringhay dans le Northamptonshire en Angleterre, soupçonnée d'être impliquée dans le complot de Babington visant à assassiner sa cousine, la reine Elizabeth I. Elle a été enterrée à la cathédrale de Peterborough et des années plus tard, réinhumée dans l'abbaye de Westminster près de sa tombe cousine, Elizabeth I.

1605 : 5 novembre Guy Fumseck

Guy Fawkes est découvert sous la Chambre des Lords à Londres, protégeant un stock de poudre à canon à utiliser pour faire exploser la Chambre des Lords dans le cadre d'une tentative planifiée d'assassiner le roi Jacques Ier et de restaurer un monarque catholique sur le trône. Guy est arrêté et torturé à la Tour de Londres, où il avoue plus tard et identifie ses co-conspirateurs, tous qui sont tirés, pendus et écartelés.

1625 : 27 marsCharles Ier

Charles Ier est couronné roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Il revendique également le titre de roi de France.

1628 : 30 septembre Fulke Greville au château de Warwick

Fulke Greville, 1er baron Brooke, décède après avoir été poignardé 4 semaines plus tôt par son valet qui s'est senti trompé dans le testament de son maître. Il a été poignardé au château de Warwick, où il vivait, et maintenant son fantôme hante l'une des tours, maintenant appelée la tour fantôme.

1644 : 27 octobreDeuxième bataille de Newbury

La guerre civile anglaise : la deuxième bataille de Newbury - Les forces parlementaires combinées combattent les royalistes dirigés par le roi Charles Ier. Il s'agit d'une bataille indécise avec les parlementaires obtenant des avantages tactiques. Après l'arrêt des combats pour la journée, Charles réalisa que son armée ne résisterait pas à une autre attaque le lendemain, alors ils se retirèrent vers le nord cette nuit-là, laissant ses blessés et la plupart de ses armes et bagages au château de Donnington. Le lendemain, les parlementaires attaquent le château de Donnington qui est facilement vaincu.

1653 : 16 décembre Olivier Cromwell

Oliver Cromwell devient Lord Protecteur d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Lui et l'armée parlementaire sont également responsables de la destruction partielle de nombreux châteaux en Angleterre pour les rendre indéfendables par les royalistes pendant la guerre civile anglaise.

1671 : 9 maiLes bijoux de la couronne

Déguisé en ecclésiastique, Thomas Blood tente de voler les joyaux de la couronne d'Angleterre à la tour de Londres.

1718 : 30 novembre Charles XII de Suède

Le roi Charles XII de Suède meurt lors du siège de la forteresse de Fredriksten en Norvège. Charles a été tué par un projectile qui a percé un côté de sa tête et est sorti de l'autre. Cela a fait l'objet d'un grand débat car certains pensent que le projectile a été tiré de la forteresse par ses ennemis tandis que d'autres attestent que quelqu'un de sa propre armée était le coupable. Son corps a été exhumé trois fois au cours des siècles pour tenter de résoudre le mystère.

1739 : 23 févrierDick Turpin au château d'York

Alors qu'il était détenu au château de York, John Palmer est identifié comme n'étant autre que le tristement célèbre bandit de grand chemin Dick Turpin, par son ancien professeur d'école qui reconnaît son écriture dans une lettre. Turpin sera plus tard jugé pour vol de chevaux et pendu à la potence du Knavesmire à York.

1745 : 8 novembre Bonnie Prince Charlie

Charles Edward Stuart (Bonnie Prince Charlie) et une armée de 5000 hommes envahissent l'Angleterre. Cette armée participera plus tard à la bataille de Culloden.

1746 : 16 avrilBataille de Culloden

L'armée jacobite de Charles Edward Stuart a été défaite de manière décisive par une force du gouvernement britannique sous William Augustus, duc de Cumberland, sur Drummossie Moor près d'Inverness dans les Highlands écossais. Ce fut la dernière bataille rangée livrée sur le sol britannique.

1869 : 5 septembre Château de Neuschwanstein

La première pierre du château de Neuschwanstein est posée. Il faudra plus de deux décennies pour achever la majeure partie du château, car certains bâtiments ne seront jamais construits car la construction est arrêtée peu après la mort controversée du roi Louis II. Le château de Neuschwanstein est l'un des trois châteaux construits par Louis II, les plans d'un quatrième n'ayant jamais été réalisés. Le roi Ludwig a déclaré dans une lettre au célèbre compositeur Richard Wagner à propos de Neuschwanstein :

"J'ai l'intention de reconstruire l'ancienne ruine du château de Hohenschwangau près des gorges de Pöllat dans le style authentique des anciens châteaux de chevaliers allemands, et je dois vous avouer que j'ai hâte d'y vivre un jour. vous savez l'hôte vénéré que j'aimerais y loger l'endroit est l'un des plus beaux qui soient, saint et inaccessible, un temple digne de l'ami divin qui a apporté le salut et la vraie bénédiction au monde. Cela vous rappellera aussi Tannhäuser et Lohengrin."

1886 : 13 juinLouis II

Le roi Louis II de Bavière meurt. Son corps est retrouvé dans les eaux du lac de Starnberg et sa mort est considérée comme un suicide, mais des rumeurs subsistent à ce jour selon lesquelles il a été assassiné.

1992 : 20 novembre château de Windsor

Le château de Windsor prend feu après qu'un projecteur dans la chapelle privée de la Reine a déclenché des étincelles et enflammé un rideau voisin, causant d'importants dégâts. Le château est restauré au cours des prochaines années.

2013 : 4 févrierRichard III

Les archéologues confirment qu'un squelette retrouvé sous un parking de Leicester n'est autre que celui du roi Richard III d'Angleterre. Richard a été tué lors de la bataille de Bosworth Field en 1485. Sa dépouille a été transportée en procession à la cathédrale de Leicester le 22 mars 2015 et inhumée le 26 mars 2015 lors d'un service religieux de réinhumation.


Kingmaker, une chronologie de Godwinson

Salut à tous, SplendidTuesday ici. Certains d'entre vous m'ont peut-être vu poster des idées (probablement irréalistes) pour les TL. Ainsi, vous avez peut-être réalisé que je suis un débutant. Par conséquent, je propose un concept plutôt noob pour un TL : Harold Godwinson survit. En fait, non seulement il survit, mais il n'est jamais déclaré roi par le Witenagemot en 1066.

Le PoD est Harold et ses frères se remémorant leur père lors d'un festin, et réalisant qu'Harold ne avoir besoin être roi pour contrôler l'Angleterre. Cela provoque de nombreux papillons au 11ème siècle.

J'aurai la première partie du TL sous peu.

Capitaine Amérique

Sioniste

Dans une grande salle en bois, un puissant seigneur saxon et deux de ses frères font la fête, car c'est le jour de la fête d'un saint. Harold, fils de Godwin, et ses frères Gyrth et Leofwine, mangent et boivent avec tout l'enthousiasme d'un Français avec son vin.

Leofwine, déjà bien ivre, lève son gobelet en chancelant.
"Frères, je pense que nous devrions honorer notre père Godwin. Après tout, n'est-il pas la raison pour laquelle nous pouvons nous régaler à cœur joie, sans craindre qu'un seigneur rival nous tende une embuscade ? Nous sommes les plus grands seigneurs d'Angleterre !"

Gyrth, pas aussi ivre que son frère, mais toujours ivre, rit.
"Ah, oui ! Père n'a même jamais eu besoin d'être roi ! L'Angleterre était dans la paume de sa main."

Leofwine, répondant aux paroles de Gyrth, se mit à rire.
"Et dire qu'Harold nourrit l'idée de porter la couronne ! C'est le fils du père, il n'a pas besoin de titre de roi !"

À cela, Harold, qui était resté silencieux tout au long de l'échange, était agacé par cette insulte ivre envers son ambition. Il n'a été empêché de frapper ses frères que par le fait qu'ils étaient de la famille et qu'il était lui-même légèrement ivre.

Au lieu de cela, il pensa aux paroles de ses frères. Ils ont raison. Pourquoi chercher la couronne et risquer la rage du duc William en rompant le " serment " que j'ai fait sur les os des saints dans cette histoire fantaisiste qu'il raconte à tout le monde, alors que mes frères et moi régnons sur la majeure partie de l'Angleterre entre nous? Je peux simplement contrôler le roi par mon influence, comme mon père l'a fait avant moi. Hmm. Je devrais peut-être demander à un scribe d'enregistrer cela. Après tout, cela peut être utile à mes enfants.

Pendant qu'il réfléchissait à cette nouvelle idée de régner, ses frères se moquaient d'eux-mêmes. Soudain, cependant, Gyrth, bafouant ses mots, a demandé à Harold d'honorer leur père.

Souriant, Harold leva son gobelet.

"À notre père Godwin, roi d'Angleterre à part son nom. Il n'avait pas besoin de couronne, et tant que nous, ses fils, sommes unis, nous non plus. Nous gouvernerons l'Angleterre sans couronne jusqu'à ce qu'on nous demande d'être rois.Nous sommes des Godwinsons, et nous n'avons pas d'égal sur cette terre, mais personne ne peut dire que nous sommes des usurpateurs ! »

Ses frères applaudissent et le reste de la fête continue comme la plupart, sans aucune différence à part le refus d'Harold de boire plus. Au lieu de cela, il commande un scribe monastique et dicte quelques réflexions sur l'idée d'« influence » au scribe.

Au matin, le scribe avait terminé le traité d'Harold, et bien que ses frères aient oublié leur rôle dans les nouvelles vues d'Harold, Harold lui-même ne l'avait pas fait.

Guerrier arctique

Sioniste

Oui, ce fil a eu une grande influence sur mon propre TL. Cependant, je n'obéirai pas à toutes les suggestions faites dans ce fil. Je dois avoir mes propres idées, non ?

Quoi qu'il en soit, maintenant que le PoD a été mis en place, la prochaine partie du TL sera bientôt publiée, avec une citation du nouveau traité d'Harold sur l'influence.

Jammy

C'est une idée intéressante, je vais regarder ça.

Je ne sais pas comment Harold peut facilement contrôler William, Edward était assez différent de William - je pense qu'Harold aurait beaucoup de mal à contrôler pleinement William.

Capitaine Amérique

Guerrier arctique

DieuRaimundo

Robertp6165

Dans un château en pierre, un fort seigneur saxon et deux de ses frères festoient, car c'est le jour de la fête d'un saint.

Petit détail. il n'y avait pas de châteaux de pierre en Angleterre en 1065. En effet, il n'y avait pas de châteaux d'aucune sorte, en bois ou en pierre, ceux-ci étant une innovation normande introduite après la Conquête en 1066.

Un seigneur saxon comme Harold aurait un complexe, appelé burh, composé de sa salle (un long bâtiment où se déroulaient les fêtes et d'autres fonctions), avec des dépendances contenant des dortoirs, des cuisines, une église et d'autres bâtiments. L'enceinte serait entourée d'un fossé et d'une palissade en bois.

La salle elle-même serait un bâtiment à un ou deux étages, généralement fait de charpente en bois, rempli de nogging ou d'acacia et de torchis et plâtré, et avec un toit de chaume (si vous regardez les maisons médiévales survivantes dans de nombreuses villes et villages d'Angleterre aujourd'hui , cela vous donnera une idée de ce à quoi cela aurait ressemblé.

Ce complexe pourrait également être contenu dans les murs d'une ville, et ceux-ci pourraient être en pierre, mais dans ce cas, ils auraient survécu aux murs de pierre romains (comme à Canterbury ou à Winchester) et non aux murs de pierre d'un château.

Juste offert par souci d'authenticité. Sinon, j'aime bien.

Sioniste


décembre 1065: Edouard le Confesseur, roi d'Angleterre, tombe dans un coma profond, comme dans OTL. Cependant, Harold passe son temps à poursuivre son nouveau traité et à assurer à ses rivaux d'Angleterre qu'il ne briguera pas la couronne.

5 janvier 1066 : Le roi Edward se réveille et déclare Harold son héritier avant de mourir. Harold choque le Witenagemot en refusant de prendre la couronne. Il soutient plutôt le jeune Edgar Atheling, neveu du Confesseur, en tant que roi, tout comme ses frères.

Avec sa vaste influence sur les nobles anglo-saxons, ils le nomment conseiller et régent temporaire d'Edgar. Edgar est couronné comme Edgar II le lendemain. Harold, réalisant l'opportunité qu'il pourrait créer, encourage le nouveau roi à avoir un somptueux couronnement, et le roi mineur est grandement affecté par la bière qu'il consomme, agissant de manière ivre et impie. Déjà, Edgar est perçu comme un seigneur indulgent.

6-31 janvier 1066 : Le duc Guillaume de Normandie reçoit la nouvelle du couronnement d'Edgar et, enragé par le soutien d'Harold à Edgar, rassemble rapidement une armée de Normands pour écraser le roi mineur. Contrairement à OTL, le pape Alexandre II ne donne pas à Guillaume de bannière papale, jugeant insuffisante l'affirmation de Guillaume selon laquelle Harold a juré de donner le trône à Guillaume. A ce titre, Guillaume ne reçoit pas de troupes flamandes, et beaucoup moins de troupes françaises. Au lieu de cela, un certain nombre de soldats gallois, cherchant à se venger de la défaite de Gruffydd ap Llywelyn par Harold, rejoignent les Normands.

Tostig, banni d'Angleterre, ne presse pas Harald Hardrada d'envahir l'Angleterre comme dans OTL, mais se faufile au Danemark et convainc le roi Sweyn d'envahir l'Angleterre, car l'oncle de Sweyn, Canut le Grand, a autrefois régné sur les Anglais, alors pourquoi ne devrait-il pas ?

Le roi Sweyn et le duc William se rendent compte qu'il sera plus difficile de rassembler des troupes contre Earl Harold, qui combattra probablement à la place du roi Edgar, alors ils concluent un accord pour diviser l'Angleterre entre eux, en combinant leurs forces. Secrètement, ni l'un ni l'autre n'a l'intention de permettre à l'autre de régner sur n'importe quelle partie de l'Angleterre.

Le pape Alexandre, pour sa part, envoie un messager à Harold, exigeant qu'Harold soumette l'église anglaise aux réformes grégoriennes, sinon Guillaume se verrait accorder la bannière papale. Harold, un homme pieux, accepte les conditions du pape.

Il y a aussi une bonne nouvelle pour Harold, sans que les problèmes d'être roi ne prennent son temps, sa femme (légale, car Edith Swan-neck était sa conjointe de fait depuis 20 ans) sa femme Edith de Mercie tombe enceinte avant OTL. Contrairement à OTL, elle n'est pas enceinte de jumeaux.

1er-4 février 1066 : Contrairement à OTL, il n'y a pas de tempête anormale qui permet à William d'attendre huit mois. Au lieu de cela, il y a un temps vicieux pendant seulement 4 jours, jours que les envahisseurs utilisent pour compléter leurs armées.

5-6 février 1066 : Le duc Guillaume part de Normandie et arrive à la limite sud de l'Angleterre, sur le territoire ancestral d'Harold, alors que le roi Sweyn arrive dans le comté de Northumbria, détenu par le comte Morcar.

Harold envoie du travail à Morcar pour retenir les Danois, et avant de quitter la cour d'Edgar pour défendre ses propres terres, convainc le roi qu'en tant que souverain mineur, il ne devrait pas risquer sa vie avant d'avoir un héritier. Ce faisant, Harold réduit encore la popularité du roi et augmente son propre prestige.

7 février 1066 : Morcar de Northumbria combat le roi Sweyn et le traître Tostig près du village de Fulford, mais est tué dans la bataille par Tostig, et l'armée de Northumbrian est mise en déroute. Écrasant toute résistance dans la région, Tostig et Sweyn triomphent. Tostig se déclare à nouveau comte de Northumbrie (après son exil).

Pendant ce temps, dans le Sud, l'armée de William (plus petite que l'OTL) évite soigneusement la puissante armée du Wessex, dirigée par Harold. William tente de contourner complètement Harold, marchant vers Londres et le roi Edgar.

8 février 1066 :
William est pris près du petit village de Hastings et son armée est obligée de se battre. Sans menace d'excommunication ou de lâcheté au-dessus de sa tête (comme dans OTL), Harold est autorisé à placer ses forces dans la bonne position, et les deux hommes savent qu'Harold va gagner. Malgré cela, le duc Guillaume fait un effort herculéen pour combattre Harold, utilisant ses archers et sa cavalerie pour tenter de diviser le mur de bouclier saxon.

Dans les combats acharnés, William et la plupart de ses commandants sont tués, aux dépens de Leofwine Godwinson. Plus de la moitié des envahisseurs normands sont tués et les soldats français et gallois qui les ont aidés s'enfuient. Le seul commandant normand restant est Odon de Bayeux, le demi-frère de feu Guillaume, qui est capturé. Odo implore la clémence et jure de renoncer à toutes les revendications normandes sur l'Angleterre pour toujours, en donnant en outre une grosse somme d'argent à Harold. Harold, convaincu que les Normands ne seront plus une menace, laisse Odon quitter l'Angleterre.

Au nord, Edwin, comte de Mercie et frère de Morcar, rallie les Northumbriens loyalistes en fuite. En les combinant avec ses propres troupes merciennes, marche sur le roi Sweyn et Tostig Godwinson.

10 février 1066 : Après avoir rassemblé ses troupes, Tostig rencontre Edwin lors d'une réunion d'avant-bataille. Tostig offre à Edwin des concessions et des terres si Edwin demande la paix avec lui. Earl Edwin refuse, déclarant que "le sang de mon frère ne peut être remboursé qu'en nature" et fait allusion à ses propres pensées traîtresses en notant que c'est Harold qui a convaincu Morcar de combattre Tostig et de mourir ainsi. Edwin et Tostig retournent dans leurs armées pour s'affronter.

Après s'être encerclées pendant plusieurs heures, les armées se chargent finalement les unes les autres et commencent des combats acharnés. Un ealdorman du nom d'Eadric (surnommé The Wild) se distingue dans la bataille contre Tostig, repoussant de nombreuses attaques du traître. À la fin de la journée, le plus grand nombre du côté d'Edwin lui permet de vaincre les soldats danois. L'armée de Tostig est écrasée à grands frais pour l'hôte Mercian, et Tostig s'enfuit d'Angleterre pour la dernière fois.

Cependant, le roi Sweyn se cache toujours aux confins nord de l'Angleterre, avec un vaste hôte danois.

12 février 1066 : Harold et Edwin se rencontrent et associent leurs armées dans une confrontation finale contre le roi Sweyn près de Fulford, lors de la deuxième bataille de Fulford. L'armée de Sweyn avait été plutôt infructueuse en quête de nourriture et en pillage, donc au moment où la bataille a été engagée, l'armée danoise a été affaiblie par la désertion et la faim. Les armées saxonnes conjointes chassent les Danois du champ de bataille, prenant en otage de nombreux nobles guerriers, dont le blessé Sweyn.

Comme Odo, Sweyn renonce à sa prétention au trône d'Angleterre, mais parvient à marchander le traité de paix pour ne s'appliquer que pour la vie de lui-même et de ses fils. Il donne la somme d'argent requise et ramène au Danemark plusieurs centaines de colons danois de Northumbrie, car ils savaient très bien que les Danois ne sont plus les bienvenus en Angleterre.

La paix avec les Normands et les Danois était terminée. Harold avait vaincu les envahisseurs.

14 février 1066 :
Harold revient à Londres et est salué comme un héros par toute l'Angleterre. Comme pour le couronnement d'Edgar, Harold convainc le roi d'organiser un grand festin pour honorer la célébration, et dans la joie de l'occasion, il fiance sa fille Gytha à Edgar, qui sera pleinement marié deux ans plus tard. Harold est honoré par tous les seigneurs anglais, et tout le monde sait très bien que c'est Harold qui les a sauvés, Harold qui s'est battu pour eux, et non Edgar.

15 février-mai 1066 : Odon de Bayeux revient en Normandie et retire les fils de Guillaume de la domination du duché, se proclamant le nouveau duc. Le chaos règne en Normandie alors que les disciples d'Odo et de Robert Curthose (le fils aîné de William) se battent entre eux. De nombreux Normands fuient en Italie, dans le royaume de Robert Guiscard.

Pendant ce temps, en Angleterre, Eadric the Wild, qui a gagné beaucoup de prestige lors de la deuxième bataille contre Tostig, obtient le comté de Mercie, tandis que son ancien propriétaire, Earl Edwin, obtient le comté de Northumbria, anciennement détenu par son frère Morcar. Toutes les parties concernées considèrent cela comme un commerce équitable.


Fin du XIe siècle

1067 - Une crise de succession continue continue de peser sur le roi Harold, car la régente de Normandie, Mathilde, pense que son fils, le duc Guillaume II, est le roi légitime. Le jeune roi de Norvège se croit également roi.

1068 - Des espions écossais sont capturés à Londres et amenés devant le roi Harold, les deux espions disent qu'ils ont été envoyés par leur roi au nom du roi de Norvège.

1069 - Le roi Harold attaque enfin la Norvège, il déclare à ses conseillers que les Norvégiens ont été une douleur à ses côtés assez longtemps que la guerre anglo-saxonne norvégienne commence.

1069 - Le roi Harold d'Angleterre envahit la Norvège et rencontre une armée norvégienne massive, mais il la vainc.

1070 - Le roi Harold d'Angleterre prend la plupart des villes du nord de la Norvège, les Norvégiens concentrent désormais principalement leurs forces dans le sud. Les combats continuent.

1071 - Après deux ans de combats sanglants, la capitale de la Norvège est prise, Oslo.


Chronologie (Bataille de Caldbeck)

1066 Harold Godwinson bat Harald Hardrada à Stamford Bridge et Guillaume de Normandie à Caldbeck. Harold est excommunié. Harold institue des réformes qui centralisent le pouvoir militaire entre les mains des Witan.

1067 Guerre civile en Normandie. Bataille de Rouen entre la faction soutenue par les Danois et la faction soutenue par les Français. La victoire danoise leur vaut Dieppe, les îles anglo-normandes et la moitié nord de la presqu'île du Cotentin.

1068 Naissance d'Edgar Haroldson, fils du roi Harold II.

1069 L'île de Man passe sous domination anglaise, le roi de Man est chargé de l'entretien d'une flotte irlandaise petite mais permanente. Le fils illégitime d'Harold, Harold Godwin MacHarold, est nommé roi de l'homme.

Siège de Dieppe par les Français. Philippe de France, 16 ans, est tué alors que le siège est brisé par Hoël de Bretagne et le comte danois de Cherbourg. Hugh II (13 ans) monte sur le trône, avec sa mère comme régente. La Normandie fait partie du Royaume du Danemark.

1070 Harold rencontre Malcolm III d'Écosse à l'abbaye de Whitby et s'accorde sur la frontière entre l'Écosse et l'Angleterre. Cumberland et Northumbria au nord de la crête des collines de Lammermuir sont cédées à l'Écosse. Malcolm épouse Gytha de Wessex, la fille d'Harold.

Naissance de Gyrth Haroldsoson, fils du roi Harold II.

1072 Premier contact commercial entre les bateaux mannois et l'Islande.

1075 Premier contact commercial entre les bateaux mannois et le Groenland.

Bataille de Lewis, Edmund MacHarold bat Lewismen. Earl Erland d'Orkney est contraint d'autoriser les navires anglais et mannois à traverser les Hébrides sans être inquiétés. Fiançailles de Harold Haroldson à la princesse de Norvège.

1079 Le pape reconnaît Hoël Ier comme roi de Bretagne.

1081 Mort du roi Harold Godwinson dit « Harold le Grand » ou Harold « North Star ».

Les Witan ont élu Harold Haroldson comme roi, bien que certains pensent que Harold Godwine MacHarold était le successeur choisi du roi décédé. Harold Godwine MacHarold, Leofwine et Gyrth Godwinson et Waltheof de Huntingdon et les Marches écossaises se rebellent contre les Witan en déclarant Harold Godwine MacHarold King. Edmund MacHarold (aujourd'hui comte de Cornouailles), Magnus MacHarold (comte de Devon), Ulf Haroldson (comte de Wessex) et les comtes de Northumbria et Mercia soutiennent Harold Haroldson. L'hôte Witan soutient largement Harold Haroldson.

Harold Godwine MacHarold couronné à Westminster. Harold Haroldson couronné à Winchester.

Meols et Chester pris par les troupes mannoises et les mercenaires irlandais, au service de Harold Godwine MacHarold.

Hiver féroce de novembre à mars. Beaucoup meurent de froid et de faim.

1081-1086 "La guerre des Godwinings" Guerre civile en Angleterre.

1082 Avril. Bataille de Catterick, Waltheof et des « volontaires » écossais (pro Harold Godwine MacHarold) vaincus par Aelfgar Morcarson, fils de Morcar Northumbria, et la garnison de cavalerie basée à Leeds. Waltheof s'échappe et brûle Durham en retraite.

Peut. Bataille de Knutsford. Earl Edwin de Mercie (pro Harold Haroldson) est tué dans une bataille acharnée contre les partisans mannois et irlandais de MacHarrold.

Peut. "La Bataille des Trois Frères". Edmund et Magnus MacHarold battent le « roi » Harold Godwine MacHarold et les forces fidèles à Leofwine et Gyrth Godwinson. Gyrth Godwinson est tué et Magnus MacHarold perd une main, sa vie étant sauvée par l'intervention d'un médecin juif. Harold Godwine MacHarold a assiégé Londres pendant deux semaines.

Juin. Les forces bretonnes et irlandaises débarquent en Cornouailles, essayant de soulever la rébellion des Cornouailles. Au lieu de cela, une guerre de guérilla pro-Harold Haroldson éclate, dirigée par Maelcun d'Exeter et Geront An Gof.

Août. Bataille de Bodmin Moor. Edmund MacHarrold bat l'invasion bretonne. Le roi Harold III et Ulf Haroldson défendent les frontières des incursions galloises.

1083 Bataille de Leicester, le roi Harold Haroldson et son frère Ulf sont vaincus par Ethelread Gyrthson et Harold Godwine MacHarold, commandant une force de mercenaires norvégiens et l'armée d'East Anglia. Seules les forces de cavalerie des Haroldson échappent à un terrible massacre. 3 semaines plus tard, Leicester est reprise, après la bataille de Ratby, au cours de laquelle Edmund MacHarrold et les jumeaux Haroldson, avec des alliés gallois et bretons, mettent en déroute Ethelread Gyrthson et les Norvégiens. Harold Godwine MacHarold doit s'échapper de Huntingdon et se réfugie à Ely. Northampton et Huntingdom passent sous le contrôle d'Haroldson.

1084 Ulf Haroldson tué par Manxmen à Chester. Une frontière instable établie entre les deux factions. Les Midlands du sud-est subissent une guerre frontalière constante. Hereward the Wake mène la guerre des frontières pour la faction Harold Godwin MacHarold.

1086 Le roi Harold III et Harold Godwine MacHarold sont tous deux tués à Wallbrook, près de Londres. Witan de Londres déclare Magnus MacHarold « King Magnus I ». Edmund MacHarold est nommé comte de Bretland, comprenant le Devon, les Cornouailles, le Somersaete et l'ouest du Dorsaete. Ce sont les régions d'Angleterre qui maintiennent encore une importante population anglophone.

Le roi Alonso de Castille est vaincu à la bataille de Sagrajas par une alliance almoravide et andalouse. Il rappelle Rodrigo Diaz de Vivar et son armée privée en Castille après des années d'exil. Les réfugiés juifs et chrétiens fuient l'Andalousie contrôlée par les Almoravides.


10 réflexions sur les enfants du roi Harold & rdquo

Très bon résumé, mais quelques corrections mineures s'imposent.

(1) L'épithète de l'épouse/maîtresse attachée à la main de Harold était Swann hnesce (“Gentle Swan”).

(2) Pour autant que nous le sachions, Alan Rufus n'était *de jure* comte de n'importe où : son titre de comte était une courtoisie accordée à lui et à ses frères (et vraisemblablement sœurs) en raison d'un arrangement politique conclu par son père, le comte. Eozen avec le frère de ce dernier Alan III, duc de Bretagne (décédé en octobre 1040 ou 1039).

(3) Alan est probablement décédé le 4 août 1093, ce que Keats-Rohan appelle « le matin d'une aventure impénétrable et obscure », donc Gunnhild a presque certainement quitté Wilton avant août de la même année. Richard Sharpe suppose qu'elle est partie quelques années, voire des décennies plus tôt.

Alan R. était locataire en chef de 782 villas, dont 430 dans son domaine personnel. Il pourrait être considéré comme *de facto* comte d'East Anglia, East Midlands, York et Richmond, et vers la fin de sa vie peut-être comte de Kent. Il était aussi seigneur de Richemont dans l'extrême Haute-Normandie. (Il était apparemment au service royal à Southampton et peut-être à East London - quelque chose à voir avec la flotte anglaise ?)

Quelques détails supplémentaires pertinents :

Le territoire du Grand Prince de Kiev comprenait une grande partie de la Russie européenne : il était en fait un empereur (ou tsar).

Le commandant de l'armée qui a vaincu les fils d'Harold sur le terrain en 1069 était le comte Brian, un frère d'Alan Rufus. Brian s'est ensuite précipité vers le nord car il y avait une rébellion dans les West Midlands, attisée par Eadric the Wild, et les Anglais et les Gallois s'y étaient joints contre les Normands. Brian a rencontré une armée du roi Guillaume se dirigeant vers l'ouest et a uni ses forces pour combattre les rebelles. La bataille très sanglante et acharnée de Stafford s'ensuivit, au cours de laquelle il semble que Brian ait été si grièvement blessé qu'il se soit par la suite retiré en Bretagne (en tant qu'invalide, pour citer Keats-Rohan).

Harold et sa maîtresse ont été rejoints lors d'une cérémonie à peu près au moment où le roi Édouard le Confesseur l'a fait comte d'East Anglia (au début des années 1040), et il l'a mise de côté après la mort d'Édouard. Cela suggère une certaine relation entre le Gentle Swan et le roi Edward.

Plusieurs historiens éminents de l'époque pensent qu'il est très probable que l'éminent propriétaire terrien Eadgifu (alias Edith la belle et Edith la riche) soit la même personne que la maîtresse d'Harold.De ses manoirs dans le Cambridgeshire, le plus riche a été approprié par le roi Guillaume, la plupart du reste est allé au comte Alan, plus certains aux hommes d'Alan Hardwin, Joscelin et Mainou. Alan a également reçu une bonne partie des manoirs d'Eadgifu dans l'Essex et le Suffolk.

Edward le Confesseur était un cousin germain maternel d'Eozen, donc le même ADN mitochondrial. (Donc, si Eadgifu était apparentée à Edward, elle aurait peut-être aussi été à Eozen.)

Eozen est également connu dans l'histoire sous le nom de comte Eudes, sous le nom d'Odon de Penthièvre, et dans la version "normande" de la "chanson de Roland" sous le nom d'Eudon le seigneur de Bretagne. Sont également mentionnés dans la chanson Geoffroy d'Anjou, qui a contribué des navires et des hommes à l'invasion de l'Angleterre par Guillaume, et au 10ème siècle Richard sans Peur de Normandie. Ce que ces trois-là ont en commun, c'est qu'ils sont tous liés à l'aile ouest de l'armée : les hommes d'Anjou ont servi aux côtés des Bretons, et Richard était un ancêtre des Eozènes. (L'évêque Odon de Bayeux était également placé sur l'aile ouest.) Il semble donc plausible que ce soit chez les Bretons et les Angevins que cette variante ait été chantée.

(Le français normand est en fait un dialecte du gallo, la langue commune à l'est de la Bretagne, à l'ouest et au sud de la Normandie, au Maine et à l'Anjou. C'est le gallo qui a gallisé l'anglais médiéval.)

“Roland” est une variante du breton “Riwallon”, le nom de William’s (et Eozen’s) allié qui était seigneur de Dol pendant la guerre bretonne-normande 1064-1065 que Earl Harold (volontairement ou pas) participé.

L'aîné Ralph de Gael et de Montfort, connu sous le nom de "Ralph le Staller" était bien connu du roi Édouard le Confesseur, qu'il a servi comme agent royal en East Anglia, et d'Eozen (comme témoin des chartes de famille qu'il a signé comme “Ralph Anglicus”, c'est-à-dire “Ralph English”). Il est donc probable qu'Eadgifu le Bel et le comte Alan se connaissaient avant Hastings.

À l'époque du roi Édouard, un « Alan » était le seigneur de Wyken dans le Suffolk : c'est une ferme qui fonctionne toujours, bien qu'elle ait été agrandie pour englober un vignoble. Il y a des raisons circonstancielles (le modèle de propriété foncière en 1086) de croire que cet Alan peut avoir été Alan Rufus.

Un bon nombre de "Normands" étaient soit des Bretons ethniques, soit des liens bretons de longue date. Le propriétaire 1086 de la ferme Wyken était Pierre de Valognes, dont la sœur portait le nom breton “Muriel”. La sœur connue de l'évêque Odo de Bayeux (et du comte Robert de Mortain) était également "Muriel" et leurs deux parents ont également des noms à consonance celtique insulaire suspecte. Hugh, comte de Chester, était originaire d'Avranches qui était alors niché dans un coin de la Normandie mais était autrefois à l'intérieur de la Bretagne. L'archevêque Anselme de Cantorbéry est né à Aoste en Italie, mais sa famille, la Maison de Candia, était originaire de la ville de Candé en Anjou qui au XIe siècle était près de la frontière bretonne, mais au IXe avait fait partie de la Bretagne.

Hier, je suis allé à l'endroit où Magnus a été enterré. Les historiens anglais devraient avoir honte d'eux-mêmes, car Gallus Anonimus, chroniqueur de l'histoire polonaise, fait des références détaillées à la carrière de Magnus en tant que grand homme d'État.
Ce que l'on pense être des restes de Magnus ont été déterrés en 1966 lors d'une fouille archéologique dans les ruines de sa chapelle dans son château de Czersk, juste au sud de Varsovie.
Il a été abondamment écrit en polonais, mais les historiens anglais semblent complètement inconscients.
Il mourut en 1109. À travers lui, le blason héraldique de la Principauté de Mazowsze (Mazovia) porte encore aujourd'hui le dragon du Wessex.

Crikey ! Merci. N'ayant jamais été en Pologne, cette pièce particulière du puzzle m'a complètement échappé. J'aime l'information selon laquelle le dragon du Wessex est toujours utilisé aujourd'hui. Je pense qu'une partie du problème est que dans le passé, les historiens de l'histoire britannique se sont intéressés aux acteurs clés et une fois qu'ils cessent d'avoir un impact perceptible sur l'histoire britannique, ils tombent dans les notes de bas de page ou dans l'obscurité. De même, il y a beaucoup d'histoires fascinantes qui ont été laissées en marge et qui sont maintenant réexplorées. Certes, quand j'étais à l'université, personne ne s'inquiétait trop de la relation d'Elizabeth I avec l'Empire ottoman par exemple, mais l'histoire n'est pas une chose statique, des révisions sont toujours faites et l'accent change. Pas de confusion pour omission je sais mais certainement dans mon cas, il s'agissait de ne pas savoir ce que je ne savais pas jusqu'à ce que vous envoyiez votre commentaire. J'ajouterai Magnus à ma liste toujours croissante de futurs messages. Merci beaucoup.


Voir la vidéo: Jan Hammer - Crocketts Theme live by Kebu @ Dynamo (Novembre 2021).