Informations

Île d'observation EAG-154 - Histoire


Île d'observation
(EAG-154 dp. 16,100,1. 564', b. 76', dr. 26', s. 21 k., cpl. 434 cl. Observation Island; T.C4-5-1A)

Observation Island (EAG-154) a été conçu comme un cargo à grande vitesse de classe Mariner le 15 septembre 1952 par la New York Shipbuilding Corp., Camden, NJ, lancé sous le nom d'Empire State Mariner le 15 août 1953, parrainé par Mme Samuel C. VVaugh , et livré à la 3/faritime Administratfon et aux États-Unis Lines pour exploitation en vertu de l'Accord général d'Ageney le 24 février 1954.

Empire State Mariner, le capitaine V. R. Arkin, capitaine, a effectué trois voyages pour MSTS. Les deux premiers l'ont emmenée à Bremerhaven et Liverpool. Le troisième, commençant en mai 1954, l'a emmenée le long des côtes est et ouest, ainsi que dans la zone du canal, Guam, la Corée et le Japon. Elle est revenue à Mobile, Alabama en septembre 1954 et est entrée dans la Flotte de Réserve de Défense nationale le 9 novembre.

Empire State Mariner transféré à la Marine le 10 septembre 1956 avec trois autres Mariners. Sa conversion au premier navire de guerre ayant un système de missiles balistiques de flotte entièrement intégré a été autorisée le 15 octobre 1957, et la réalisation partielle du projet a été réalisée au chantier naval de Norfolk, Portsmouth, Virginie avant sa mise en service le 5 décembre 1958 sous le nom d'Observatior~ Island (EAG -154), le capitaine Leslie M. Slack, USN, aux commandes.

Au cours de l'onversion, il n'y a eu aucune modification majeure de la coque ou de l'ingénierie autre que l'installation d'un système de stabilisation du roulis. Cependant, des modifications importantes ont été effectuées dans la superstructure et les zones de cale afin d'aménager le système d'armes FBM. Observation Island a quitté son port d'attache de Norfolk le 3 janvier 1959, a subi un shakedown à Guantanamo Bay, puis a opéré sur la chaîne de missiles Allantie au large du cap Kennedy, effectuant des lancements de missiles factices et des tests de communication.

En mars 1959, Observation Island est retournée au chantier naval de Norfolk pour l'installation d'équipements supplémentaires, notamment le système de navigation inertielle des navires (SINS). En juin, il partit pour son nouveau port d'attache, Port Canaveral, en Floride.

et a fait des préparatifs pour le premier lancement en mer d'un missile Polaris. Désigné UGM-27, le missile a été lancé avec succès depuis Observation Island le 27 août.

Après cette étape importante, Observation Island est retournée au chantier naval de Norfolk pour l'installation d'un système de conduite de tir lui permettant de lancer des versions guidées plus sophistiquées des missiles Polaris de nouvelle génération. Elle a également reçu un nouveau lanceur, le prototype de développement de ceux installés dans les sous-marins FBM.

Ce travail a été achevé en janvier 1960 et Observation Island est retourné à Port Canaveral pour poursuivre les opérations de lancement d'essai Polaris. Après un total de six lancements, le navire a commencé à soutenir les lancements Polaris à partir de sous-marins FBM. Elle a fourni des services de collecte de données optiques et électroniques et a servi de station relais de communication entre les sous-marins submergés et le superviseur des opérations de tir au Cap. Le premier lancement réussi d'un missile Polaris entièrement guidé à partir d'un sous-marin immergé a eu lieu le 20 juillet 1960 depuis Geor,qe Washington (SNLE-698). Thlougll Octuber Observation Island a également pris en charge les lancements de Patrick Ilenry (SSBN-599)

Après d'autres modifications au chantier naval de Norfolk à l'automne 1960, Observation Island est retourné à Port Canaveral en décembre pour poursuivre le travail de soutien FBM et les tests et l'évaluation des systèmes. Elle a reçu la Mention élogieuse de l'Unité de la Marine le 15 décembre; a lancé le nouveau A-2 Polaris le 1er mars 1961; et a soutenu le premier lancement d'A-2 submergé d'Ethan Allen (SNLE-608) le 23 octobre.

À la fin de 1961, l'Obervation Island servait de navire d'enquête sur l'Atlantic Missile Range, et en janvier 1962, il s'installa à nouveau au chantier naval de Norfolk, cette fois pour des modifications préparatoires au lancement du nouveau A-3 Polaris. En revenant à Port Canaveral en mars, elle a soutenu des sous-marins FBM jusqu'à l'automne suivant, quand elle a fumé pendant deux mois d'opérations sur la chaîne de missiles Pacifique.

L'île d'observation était de retour à Port Canaveral à Noël, et jusqu'en juin 1963, elle a étendu son rôle de prospection océanographique dans la chaîne de l'Atlantique. Elle a mené les premiers lancements en mer réussis de l'A-3 Polaris les 17 et 21 juin. Le président John F. Kennedy est monté à bord le 16 novembre pour observer un lancement de Polaris.

Il a depuis continué à fonctionner essentiellement comme une plate-forme maritime à partir de laquelle des missiles lancent des conditions très proches rencontrées dans les lancements de sous-marins FBM. Son équipement est constamment modifié, ce qui permet de tester minutieusement les prototypes avant que les missiles et les composants associés ne deviennent opérationnels avec la Flotte. En tant que plate-forme mobile, elle peut effectuer des tests dans n'importe quelle gamme d'instruments.

L'île d'observation a été rebaptisée AG-154 le 1er avril 1968. Elle a commencé une vaste conversion de dix mois le 24 juin au chantier naval de Norfolk en préparation du soutien du programme de missiles Poseidon C-3. L'été 1969 l'a retrouvée à Port Canaveral, prête à reprendre les lancements de missiles expérimentaux, à aider à la formation des équipages de sous-marins FBM, à assister les opérations de mise au point des sous-marins FBM à Cape Kennedy, et à soutenir d'autres phases importantes du développement et déploiement du système d'armes FBM. Elle poursuit cette œuvre emblématique en 1970.


USS Andrew Jackson (SNLE 619)

L'USS ANDREW JACKSON était le troisième sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe LAFAYETTE. Désarmé et rayé de la liste de la Marine le 31 août 1989, le ANDREW JACKSON a passé les années suivantes au chantier naval de Puget Sound, Bremerton, Washington, en attendant d'être éliminé par le biais du programme de recyclage des navires et sous-marins à propulsion nucléaire de la Marine. Le recyclage a été terminé le 30 août 1999.

Caractéristiques générales: Attribué : 23 juillet 1960
Pose de la quille : 26 avril 1961
Lancé : 15 septembre 1962
Mise en service : 3 juillet 1963
Déclassé : 31 août 1989
Constructeur : Mare Island Naval Shipyard, Vallejo, Californie.
Système de propulsion : un réacteur nucléaire S5W
Hélices : une
Longueur : 425 pieds (129,6 mètres)
Faisceau : 33 pieds (10 mètres)
Tirant d'eau : 31,5 pieds (9,6 mètres)
Déplacement : Surfacé : env. 7 250 tonnes Submergé : env. 8 250 tonnes
Vitesse : En surface : 16 - 20 nœuds Immergé : 22 - 25 nœuds
Armement : 16 tubes verticaux pour missiles Polaris ou Poséidon, quatre tubes lance-torpilles 21" pour torpilles Mk-48, torpilles Mk-14/16, torpilles Mk-37 et torpilles nucléaires Mk-45
Équipage : 13 Officiers et 130 Enrôlés (deux équipages)

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS ANDREW JACKSON. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

Accidents à bord de l'USS ANDREW JACKSON :

Histoire de l'USS ANDREW JACKSON :

L'USS ANDREW JACKSON a été posé le 26 avril 1961 à Vallejo, en Californie, par le chantier naval de Mare Island, lancé le 15 septembre 1962 parrainé par Mme Estes Kefauver, l'épouse du sénateur Kefauver du Tennessee et mis en service le 3 juillet 1963, le Comdr. Alfred J. Whittle, Jr., (équipage bleu) et le Comdr. James B. Wilson (Gold crew) aux commandes.

Après sa mise en service, le sous-marin lance-missiles à propulsion nucléaire a navigué via le canal de Panama jusqu'à la côte est. Les 1er et 11 octobre, lors d'un entraînement au shakedown à Cape Canaveral, en Floride, elle a lancé avec succès des missiles A-2 Polaris et, le 26 octobre, elle a envoyé des missiles A-3X Polaris dans l'espace lors du premier lancement submergé de ce type et elle a répété l'exploit le 11 novembre. Cinq jours plus tard et six jours avant son assassinat, le 16 novembre 1963, le président John F. Kennedy s'embarqua à OBSERVATION ISLAND (EAG 154) observa ANDREW JACKSON lancer un autre missile A-2 Polaris depuis un point au large de Cap Canaveral et félicita le Comdr. Wilson et son équipe pour "un travail d'équipe impressionnant". Fin novembre, ANDREW JACKSON est entré dans le chantier naval de Charleston, Charleston, S.C., pour une disponibilité post-shakedown.

Les travaux de triage ont été achevés le 4 avril 1964 et ANDREW JACKSON a été affecté à l'Escadron de sous-marins 16, Force sous-marine, Flotte de l'Atlantique. En mai, il a quitté son port d'attache, Charleston, pour sa première patrouille et a continué à effectuer des patrouilles de dissuasion depuis la base avancée de Rota, en Espagne, jusqu'en 1973. Le 19 mars de la même année, le sous-marin est arrivé à la division des bateaux électriques de General Dynamics. Corp., Groton, Connecticut, pour une conversion en Poséidon.

Cette tâche de modernisation et de réparation a été achevée le 7 août 1975 et le navire a navigué vers Exuma Sound, aux Bahamas, pour des essais acoustiques. Ensuite, elle se rendit à Cape Canaveral, en Floride, pour des essais de missiles Poséidon. En décembre, ANDREW JACKSON est retourné à Groton, son nouveau port d'attache, pour les vacances de Noël.

Les opérations post-shakedown se sont poursuivies en 1976. En février, ANDREW JACKSON a effectué des tests d'acceptation d'armes nucléaires à Roosevelt Roads, à Porto Rico St. Croix et à Fort. Lauderdale, Floride Elle a navigué à Charleston et est entrée dans le Chantier Naval de Charleston le 8 mars pour une période de disponibilité. ANDREW JACKSON était de nouveau en route le 9 mai et est revenu à New London, Connecticut, en juin. Les quatre semaines suivantes ont été consacrées à des croisières de formation d'aspirants dans la zone d'exploitation de New London. Fin juillet, il quitta New London pour sa première patrouille de dissuasion stratégique après sa conversion au Poséidon. Une fois la patrouille terminée, ANDREW JACKSON est entré dans sa base avancée à Holy Loch, en Écosse. En 1977, les patrouilles de Holy Loch ont été entrecoupées de visites portuaires à Halifax, en Nouvelle-Écosse et à New London. En septembre, un carénage est effectué à Charleston, puis le sous-marin retourne à Holy Loch. ANDREW JACKSON a poursuivi ses patrouilles de dissuasion de Holy Loch jusqu'en 1985.

Désarmé et rayé de la liste de la Marine le 31 août 1989, le ANDREW JACKSON a passé les années suivantes au chantier naval de Puget Sound, Bremerton, Washington, en attendant d'être éliminé par le biais du programme de recyclage des navires et sous-marins à propulsion nucléaire de la Marine. Le recyclage a été terminé le 30 août 1999.


Île d'observation EAG-154 - Histoire

La deuxième UNC NROTC Alumni Association a doté une bourse commémorative nommée en l'honneur du Master Chief Donald R. Ledford, USN (retraité).

Don Ledford s'est enrôlé dans la Marine en 1957. Au cours de sa brillante carrière, il a servi sur de nombreux navires, états-majors à flot et commandements à terre. Ses périodes de service comprenaient le personnel COMSERVLANT à Norfolk, VA USS Observation Island (EAG 154) homeported à Cap Canaveral, Floride COMNAVAIRLANT Staff à Norfolk, VA USS BAYFIELD (APA 33), navire amiral pour COMPHIBRON SEVEN, homeported à Long Beach, CA COMPHIBRON SEVEN Commandant d'état-major Groupe de préparation amphibie, Pacific COMIBERLANT Staff à Lisbonne, Portugal Officier administratif, COMDESRON 34 à Charleston, SC Naples, Italie où il était administrateur pour COMFAIRMED, COMSUBGROUP EIGHT, et CTF67 Sous-officier responsable, équipe d'assistance administrative au personnel, Atlantique , Norfolk, VA et sa dernière affectation en tant qu'agent administratif, unité NROTC, Université de Caroline du Nord.

Parmi les moments forts de sa carrière navale, il a été sur le pont de l'USS Observation Island (EAG154) lorsqu'elle a tiré le premier missile Polaris en mer et a participé à l'opération Starlite, la première opération amphibie de la guerre du Vietnam.

Don a pris sa retraite en juillet 1987 après trente ans de service actif continu.

Ses récompenses comprennent la médaille d'honneur de la marine, la médaille d'honneur de la marine, la médaille du service de la défense nationale, la médaille expéditionnaire des forces armées, la citation d'unité méritoire des forces armées vietnamiennes (croix de galanterie), la citation d'unité méritoire des forces armées vietnamiennes (couleur de l'action civile), la médaille de service vietnamien (4 étoiles), la médaille de la campagne du Vietnam, la mention élogieuse de l'unité de la marine, la mention élogieuse de l'unité méritoire, la médaille de bonne conduite (7) et le ruban de déploiement du service en mer.

Après avoir pris sa retraite de la Marine, Don a suivi une formation de base sur l'application de la loi et a été officier de police dans les hôpitaux UNC de Chapel Hill jusqu'en 1989, puis est resté actif dans l'application de la loi pendant plusieurs années en tant qu'adjoint de réserve pour le département du shérif du comté de Chatham.

En 1989, Don est retourné à l'UNC Naval Armory en tant qu'assistant administratif et directeur de département du département des sciences navales. En 1990, il a effectué des recherches dans les dossiers du Centre des anciens élèves de l'UNC-CH pour rassembler une liste des anciens officiers commissionnés de l'UNC NROTC, afin qu'ils puissent être contactés et encouragés à rejoindre l'Association des anciens élèves. Il a servi de liaison entre l'unité NROTC et l'association des anciens élèves de l'UNC NROTC depuis sa création en 1990 jusqu'en 2003. En 1998, Don a été élu directeur de l'association des anciens élèves de l'UNC NROTC et a occupé ce poste pendant trois ans.

Don a représenté le professeur de sciences navales lors de diverses réunions avec des responsables de l'université et a participé à la rénovation de l'arsenal naval en 2005-2006 lorsqu'il a été reconfiguré pour abriter les unités ROTC de la marine, de l'armée et de l'armée de l'air.

Don considère les années qu'il a passées à l'unité UNC NROTC, en service actif et en tant que civil, comme les meilleures années de sa carrière dans la marine et dans le civil, principalement en raison de sa chance d'interagir avec les aspirants de marine et les aspirants-officiers et d'avoir une petite partie dans leur formation. Il reste toujours en contact avec de nombreux officiers de la Marine et du Corps des Marines qui ont commandé par l'intermédiaire de l'unité UNC NROTC et a toujours été fier de leurs réalisations.

Don a déclaré que "le fait d'être récompensé par le Distinguished Service Award et d'avoir une bourse d'études établie en mon nom par l'UNC NROTC Alumni Association sont probablement les plus grands honneurs que j'ai reçus. Ce qui les rend si spéciaux, c'est qu'ils ont été décernés par des diplômés de l'UNC NROTC, dont beaucoup ont commandé pendant que je travaillais à l'Unité. Je ne peux pas penser à un plus grand honneur."

Don a pris sa retraite de l'Université en 2003 et vit dans la région de Chapel Hill avec sa femme Betty.


Intelligence

Le radar Cobra Judy était un programme radar embarqué basé sur l'île d'observation des navires de la marine américaine [T-AGM-23]. COBRA JUDY a opéré à partir de Pearl Harbor et a été conçu pour détecter, suivre et collecter des données de renseignement sur les États-Unis. Essais de missiles balistiques russes et autres au-dessus de l'océan Pacifique.

L'île d'observation de l'USNS a été discrètement retirée des rouleaux des navires de la marine américaine et inactivée le 31 mars 2014, mettant ainsi fin au programme conjoint Cobra Judy de l'armée et de l'armée de l'air de 30 ans.

Lancé à l'origine le 15 août 1953 sous le nom d'Empire State Mariner, un cargo à grande vitesse de classe Mariner, le navire est entré dans la flotte de réserve de la Défense nationale en 1954 après quelques voyages. L'Empire State a été transféré à la Marine le 10 septembre 1956 et est devenu le premier navire équipé d'un système de missiles balistiques de flotte entièrement intégré. Il a été officiellement mis en service deux ans plus tard, le 5 décembre 1958, sous le nom d'USS Observation Island.

Le 27 août 1959, l'USS Observation Island est entré dans l'histoire en lançant le premier missile A-1 Polaris lancé en mer. Après avoir effectué six lancements, l'île d'observation a apporté son soutien au programme d'essais Polaris lancé par sous-marin, en fournissant une collecte de données optiques et électroniques. Plus tard, le président John F. Kennedy a assisté à une démonstration de lancement de Polaris depuis les ponts de l'île d'observation le 14 novembre 1963.

Le radar à réseau phasé embarqué AN/SPQ-11 est conçu pour détecter et suivre les ICBM lancés par la Russie dans leur gamme de missiles d'ouest en est. Le Cobra Judy fonctionne dans la bande 2900-3100 MHz. Le réseau octogonal en bande S, composé de 12 288 éléments d'antenne, forme une grande structure octogonale d'environ 7 m de diamètre. et est intégré dans une tourelle en acier à rotation mécanique. L'ensemble du système pèse environ 250 tonnes et mesure plus de quarante pieds de haut.

En 1985, Raytheon a installé un radar en bande X à 9 GHz, utilisant une antenne parabolique pour compléter le système multiéléments en bande S. L'antenne parabolique à bande X à cinq étages est installée à l'arrière de l'entonnoir du navire et à l'avant du réseau phasé. La mise à niveau de la bande X [qui peut être associée au nom du programme COBRA SHOE] était destinée à améliorer la capacité du système à collecter des données de renseignement sur la phase terminale des essais de missiles balistiques, puisque le fonctionnement en bande X offre un meilleur degré de résolution et séparation de la cible.

Les radars S-Band et X-Band sont utilisés pour vérifier la conformité au traité et fournir un soutien aux tests de développement de missiles par la Ballistic Missile Defence Organization. Les radars sont également utilisés pour des travaux de recherche et de développement dans des zones non accessibles aux capteurs au sol.

Le navire est exploité par le Military Sealift Command pour le Centre d'applications techniques de l'US Air Force à Patrick Air Force Base, en Floride. Electronic Systems Center assure le maintien en puissance tandis qu'un détachement de l'AIA à Patrick AFB, en Floride, supervise les opérations quotidiennes.

L'USNS Observation Island est un navire marchand converti, d'abord modifié en tant que plate-forme de lancement d'essais de missiles balistiques de la flotte, puis en tant que plate-forme de suivi des missiles. L'USNS Observation Island opère dans le monde entier, surveillant les essais de missiles étrangers pour le commandement du renseignement de l'Air Force. Le Military Sealift Command exploite des navires pilotés par des équipages civils et sous le commandement d'un capitaine civil. Ces navires, indiqués par les bandes bleues et dorées sur leur pile, sont des « United States Naval Ships » plutôt que des « United States Ships » comme c'est le cas des navires commissionnés.

États-Unis Observation Island a commencé sa carrière en tant que SS Empire State Mariner. Sa quille a été posée le 15 septembre 1952, à New York Shipbuilding Corporation, Camden, New Jersey. Après une courte carrière en tant que navire marchand, elle a été placée dans la flotte de réserve maritime. Le 10 septembre 1956, le navire a été transféré à la Marine pour être utilisé comme installation de haute mer pour les tests et l'évaluation du système d'armes de missiles balistiques de la flotte.

Le navire a été mis en service sous le nom d'USS Observation Island (EAG-154) en décembre 1958. Au cours de la conversion, d'importants changements ont été apportés à la superstructure et aux cales pour permettre l'installation du premier système d'armes de missile balistique (FBM) de la flotte. Depuis la mise en service jusqu'au 27 août 1959, les efforts des officiers et des hommes ont été dirigés vers le premier lancement en mer du missile Polaris. Le premier lancement d'un missile d'essai Polaris en mer a été effectué avec succès depuis le pont de l'USS Observation Island à environ sept missiles au large de Cap Canaveral en septembre 1959.

Après cette étape importante et le tir ultérieur d'autres missiles Polaris, le navire a commencé à soutenir les lancements de Polairs à partir des sous-marins FBM USS George Washington (SNLE 598) étant le premier. Le 15 décembre 1960, Observation Island a reçu la Navy Unit Commendation pour ses performances lors des premiers lancements de Polaris en mer. Le 1er mars 1961, le navire a lancé avec succès le nouveau missile A2 Polaris et le 23 octobre a soutenu le premier lancement réussi du nouveau A2 Polaris à partir d'un sous-marin FBM, l'USS Ethan Allen (SSBN 608).

En novembre et décembre 1961, Observation Island a joué le nouveau rôle de navire d'enquête sur le champ de tir de l'Atlantique. En janvier, le navire est retourné au chantier naval de Norfolk pour d'autres modifications en vue du tir du nouveau A3 Polaris et, à son retour à Port Canaveral en mars 1962, a repris son rôle de navire de soutien sous-marin FBM qui s'est poursuivi tout l'été. En septembre et octobre 1962, Observation Island a tiré des missiles A2 Polaris sur le champ de tir de l'Atlantique.Fin octobre, le navire est parti pour Hawaï via le canal de Panama pour des lancements similaires sur le Pacific Missile Range. Pendant ce temps, le rôle de soutien des sous-marins a été repris par les destroyers qui installaient des équipements de communication et de télémétrie dans des fourgons portables. Jusqu'à cette époque, chaque sous-marin Polaris avait été soutenu par l'île d'observation.

Observation Island a quitté Pearl Harbor début décembre et est arrivé à Port Canaveral avant Noël. De la fin avril au début juin 1963, l'île d'Obsrvation étendait son rôle dans les levés océanographiques dans les zones océaniques de l'Atlantic Missile Range. Au retour des opérations d'enquête, le 17 juin 1963, Observation Island a effectué le premier lancement en mer réussi du nouveau missile A3 Polaris. Immédiatement après avoir tiré avec succès un deuxième A3 Polaris le 21 juin, Observation Island s'est rendu au chantier naval de Norfolk pour d'autres modifications. Le navire est retourné à Port Canaveral fin août 1963 et a pris en charge les lancements de sous-marins FBM, y compris le premier lancement immergé d'un missile A3 Polaris par l'USS Andrew Jackson (SNLE 619) en octobre. Le 16 novembre 1963, Observation Island était le navire hôte de feu le président Kennedy lorsqu'il est monté à bord pour observer un lancement en mer d'un Polaris A2 à partir du sous-marin immergé USS Andrew Jackson. Au cours de l'hiver 1963, le navire a continué à soutenir les lancements de Polaris à partir de sous-marins ainsi qu'à effectuer plusieurs lancements à partir de ses propres ponts.

En mars 1964, le navire a quitté Port Canaveral pour des opérations de lancement et de soutien dans le champ de tir du Pacifique. Début juin, le navire est retourné à son port d'attache, après une brève escale au port d'Acupulco, au Mexique. Les mois de juin à octobre 1964 ont de nouveau trouvé l'île d'observation dans son rôle familier de navire de soutien au lancement de sous-marins FBM, opérant à partir de Port Canaveral. Le 14 octobre 1964, le navire a quitté son port d'attache pour des opérations à l'appui du Pacific Missile Range. Les ports Liberty au cours de ce déploiement comprenaient Pearl Harbor, Hawaï et Hong Kong. Le déploiement a pris fin avec l'arrivée du navire à Port Canaveral le 9 avril 1965. Le navire est retourné au chantier naval de Norfolk à l'été 1965 pour une période de disponibilité du chantier naval d'environ deux mois. Suite à cette période de révision elle est revenue aux opérations de soutien quotidiennes de Port Canaveral pour les sous-marins FBM et le travail d'enquête dans la Gamme de Missile de l'Atlantique.

Le navire a été converti au chantier naval de Norfolk et en réserve à partir de septembre 1972. Le 18 août 1977, Observation Island a été racheté par la marine américaine à la Maritime Administration et transféré au Military Sealift Command et reclassé sous le nom de T-AGM 23.

Le 14 mai 1999, Raytheon Support Services, Burlington, Mass., a obtenu un contrat à prix fixe ferme de 11 824 227 $ pour l'exploitation et la maintenance du 14 mai 1999 au 13 mai 2000, des radars Cobra Judy et Cobra Gemini. systèmes déployés sur l'île d'observation de l'USNS et l'USNS Invincible, respectivement. Quatre entreprises ont été sollicitées et trois propositions reçues. La date d'achèvement prévue du contrat est le 13 mai 2000. La date d'émission de l'invitation à soumissionner était le 20 octobre 1998. La date d'achèvement des négociations était le 13 mai 1999. Le 668e Escadron de logistique, Kelly AFB, Texas, était l'activité contractuelle.

L'USNS Observation Island/Cobra Judy entièrement équipée avait une double mission : surveiller le respect des traités sur les armes stratégiques dans le monde entier et soutenir les programmes d'essais d'armes militaires. Les deux principaux clients étaient l'Air Force Foreign Technology Division et le U.S. Army Strategic Defense Command, un prédécesseur du U.S. Army Space and Missile Defense Command/Army Forces Strategic Command.

Cobra Judy a fourni les données métriques et de signature haute résolution nécessaires sur les phases à mi-parcours et de rentrée des vols de missiles balistiques, en accordant une attention particulière à la taille, la forme, la masse et le mouvement précis de la cible. Ces informations aideraient à recréer des trajectoires cibles et à définir des signatures de véhicules améliorant les futurs algorithmes de discrimination.

Au fur et à mesure que le programme de défense antimissile progressait, Cobra Judy a apporté son soutien à de nombreux programmes de missiles, collectant des données de vol sur les missiles stratégiques et de théâtre et les intercepteurs tout au long du programme d'essai. De plus, Cobra Judy a participé à l'opération Burnt Frost, la destruction du satellite américain défectueux en 2008.

Au fil des ans, mais avec peu de pièces de rechange disponibles, il est devenu de plus en plus difficile de prendre en charge et d'entretenir les radars Cobra Judy. Néanmoins, l'île d'observation de l'USNS a continué à fonctionner et a achevé sa mission finale en décembre 2013. Elle a été remplacée par le nouveau système radar COBRA KING hébergé à bord de l'USNS Howard O. Lorenzen.

Pendant plus de 31 ans, l'Observation Island/Cobra Judy a passé en moyenne plus de 260 jours par an en mer et a effectué 558 missions parrainées au niveau national. Comme Ed Hotz, un responsable du programme Cobra Judy, l'a observé ce printemps. "Les informations recueillies ont été essentielles au développement d'algorithmes d'abattage pour les systèmes de défense antimissile tactiques et stratégiques soutenant la vérification des traités internationaux [et] fournissant aux décideurs nationaux, du président à la descente, des données précises et exploitables sur les événements mondiaux. "



Caractéristiques générales, île d'observation de l'USNS

Constructeur : New York Shipbuilding
Conversion : Maryland Shipbuilding and Drydock Company
Centrale électrique : deux chaudières, turbines à engrenages, arbre unique, 19 250 chevaux-vapeur
Longueur : 564 pieds (172 mètres)
Faisceau : 76 pieds (23 mètres)
Déplacement : 17 015 tonnes (15 468 tonnes métriques)
Vitesse : 20 kts (23 mph, 37 km/h)
Bateau:
Île d'observation de l'USNS (T-AGM 23)
Équipage : 143 civils


AN/SPQ-11 COBRA JUDY

Le radar Cobra Judy est un programme radar embarqué basé sur l'île d'observation des navires de la marine américaine [T-AGM-23]. COBRA JUDY opère à partir de Pearl Harbor et est conçu pour détecter, suivre et collecter des données de renseignement sur les États-Unis. Essais de missiles balistiques russes et autres au-dessus de l'océan Pacifique

Le radar à réseau phasé embarqué AN/SPQ-11 est conçu pour détecter et suivre les ICBM lancés par la Russie dans leur gamme de missiles d'ouest en est. Le Cobra Judy fonctionne dans la bande 2900-3100 MHz. Le réseau octogonal en bande S, composé de 12 288 éléments d'antenne, forme une grande structure octogonale d'environ 7 m de diamètre. et est intégré dans une tourelle en acier à rotation mécanique. L'ensemble du système pèse environ 250 tonnes et mesure plus de quarante pieds de haut.

En 1985, Raytheon a installé un radar en bande X à 9 GHz, utilisant une antenne parabolique pour compléter le système de réseau phasé en bande S. L'antenne parabolique à bande X à cinq étages est installée à l'arrière de l'entonnoir du navire et à l'avant du réseau phasé. La mise à niveau de la bande X visait à améliorer la capacité du système à collecter des données de renseignement sur la phase terminale des essais de missiles balistiques, car le fonctionnement en bande X offre un meilleur degré de résolution et de séparation des cibles.

Les radars S-Band et X-Band sont utilisés pour vérifier la conformité au traité et fournir un soutien aux tests de développement de missiles par la Ballistic Missile Defence Organization. Les radars sont également utilisés pour des travaux de recherche et de développement dans des zones non accessibles aux capteurs au sol.

Le navire est exploité par le Military Sealift Command pour le Centre d'applications techniques de l'US Air Force à Patrick Air Force Base, en Floride. Electronic Systems Center assure le maintien en puissance tandis qu'un détachement de l'AIA à Patrick AFB, en Floride, supervise les opérations quotidiennes.

L'USNS Observation Island est un navire marchand converti, d'abord modifié en tant que plate-forme de lancement d'essais de missiles balistiques de la flotte, puis en tant que plate-forme de suivi des missiles. L'USNS Observation Island opère dans le monde entier, surveillant les essais de missiles étrangers pour le commandement du renseignement de l'Air Force. Le Military Sealift Command exploite des navires pilotés par des équipages civils et sous le commandement d'un capitaine civil. Ces navires, indiqués par les bandes bleues et dorées sur leur pile, sont des « United States Naval Ships » plutôt que des « United States Ships » comme c'est le cas des navires commissionnés.

États-Unis Observation Island a commencé sa carrière en tant que SS Empire State Mariner. Sa quille a été posée le 15 septembre 1952, à New York Shipbuilding Corporation, Camden, New Jersey. Après une courte carrière en tant que navire marchand, elle a été placée dans la flotte de réserve maritime. Le 10 septembre 1956, le navire a été transféré à la Marine pour être utilisé comme installation de haute mer pour les tests et l'évaluation du système d'armes de missiles balistiques de la flotte.

Le navire a été mis en service sous le nom d'USS Observation Island (EAG-154) en décembre 1958. Au cours de la conversion, d'importants changements ont été apportés à la superstructure et aux cales pour permettre l'installation du premier système d'armes de missile balistique (FBM) de la flotte. Depuis la mise en service jusqu'au 27 août 1959, les efforts des officiers et des hommes ont été dirigés vers le premier lancement en mer du missile Polaris. Le premier lancement d'un missile d'essai Polaris en mer a été mené avec succès depuis le pont de l'île d'observation USS à propos de sept missiles au large de Cap Canaveral en septembre 1959. Après cette étape importante et le tir ultérieur d'autres missiles Polaris, le navire a commencé à soutenir les lancements de Polairs à partir de les sous-marins FBM USS George Washington (SNLE 598) étant les premiers. Le 15 décembre 1960, Observation Island a reçu la Navy Unit Commendation pour ses performances lors des premiers lancements de Polaris en mer. Le 1er mars 1961, le navire a lancé avec succès le nouveau missile A2 Polaris et le 23 octobre a soutenu le premier lancement réussi du nouveau A2 Polaris à partir d'un sous-marin FBM, l'USS Ethan Allen (SSBN 608).

En novembre et décembre 1961, Observation Island a joué le nouveau rôle de navire d'enquête sur le champ de tir de l'Atlantique. En janvier, le navire est retourné au chantier naval de Norfolk pour d'autres modifications en vue du tir du nouveau A3 Polaris et, à son retour à Port Canaveral en mars 1962, a repris son rôle de navire de soutien sous-marin FBM qui s'est poursuivi tout l'été. En septembre et octobre 1962, Observation Island a tiré des missiles A2 Polaris sur le champ de tir de l'Atlantique. Fin octobre, le navire est parti pour Hawaï via le canal de Panama pour des lancements similaires sur le Pacific Missile Range. Pendant ce temps, le rôle de soutien des sous-marins a été repris par les destroyers qui installaient des équipements de communication et de télémétrie dans des fourgons portables. Jusqu'à cette époque, chaque sous-marin Polaris avait été soutenu par l'île d'observation.

Observation Island a quitté Pearl Harbor début décembre et est arrivé à Port Canaveral avant Noël. De la fin avril au début juin 1963, l'île d'Obsrvation étendait son rôle dans les levés océanographiques dans les zones océaniques de l'Atlantic Missile Range. Au retour des opérations d'enquête, le 17 juin 1963, Observation Island a effectué le premier lancement en mer réussi du nouveau missile A3 Polaris. Immédiatement après avoir tiré avec succès un deuxième A3 Polaris le 21 juin, Observation Island s'est rendu au chantier naval de Norfolk pour d'autres modifications. Le navire est retourné à Port Canaveral fin août 1963 et a pris en charge les lancements de sous-marins FBM, y compris le premier lancement immergé d'un missile A3 Polaris par l'USS Andrew Jackson (SNLE 619) en octobre. Le 16 novembre 1963, Observation Island était le navire hôte de feu le président Kennedy lorsqu'il est monté à bord pour observer un lancement en mer d'un Polaris A2 à partir du sous-marin immergé USS Andrew Jackson. Au cours de l'hiver 1963, le navire a continué à soutenir les lancements de Polaris à partir de sous-marins ainsi qu'à effectuer plusieurs lancements à partir de ses propres ponts.

En mars 1964, le navire a quitté Port Canaveral pour des opérations de lancement et de soutien dans le champ de tir du Pacifique. Début juin, le navire est retourné à son port d'attache, après une brève escale au port d'Acupulco, au Mexique. Les mois de juin à octobre 1964 ont de nouveau trouvé l'île d'observation dans son rôle familier de navire de soutien au lancement de sous-marins FBM, opérant à partir de Port Canaveral. Le 14 octobre 1964, le navire a quitté son port d'attache pour des opérations à l'appui du Pacific Missile Range. Les ports Liberty au cours de ce déploiement comprenaient Pearl Harbor, Hawaï et Hong Kong. Le déploiement a pris fin avec l'arrivée du navire à Port Canaveral le 9 avril 1965. Le navire est retourné au chantier naval de Norfolk à l'été 1965 pour une période de disponibilité du chantier naval d'environ deux mois. Suite à cette période de révision elle est revenue aux opérations de soutien quotidiennes de Port Canaveral pour les sous-marins FBM et le travail d'enquête dans la Gamme de Missile de l'Atlantique.

Le navire a été converti au chantier naval de Norfolk et en réserve à partir de septembre 1972. Le 18 août 1977, Observation Island a été racheté par la marine américaine à la Maritime Administration et transféré au Military Sealift Command et reclassé sous le nom de T-AGM 23.

Le 14 mai 1999, Raytheon Support Services, Burlington, Mass., a obtenu un contrat à prix fixe ferme de 11 824 227 $ pour l'exploitation et la maintenance du 14 mai 1999 au 13 mai 2000 des systèmes radar Cobra Judy et Cobra Gemini déployés respectivement sur l'île d'observation de l'USNS et l'USNS Invincible. Quatre entreprises ont été sollicitées et trois propositions reçues. La date d'achèvement du contrat prévue est le 13 mai 2000. La date d'émission de l'invitation à soumissionner était le 20 octobre 1998. La date d'achèvement des négociations était le 13 mai 1999. Le 668e Escadron de logistique, Kelly AFB, Texas, est l'activité contractuelle.


USS Observation Island (E-AG-154) lançant un missile Poséidon C3, 1970 [1500×1882]

Un peu de contexte pour d'autres qui, comme moi, étaient confus par ce qui se passe dans cette image :

L'île d'observation USNS (T-AGM-23) a été construite [en 1953] en tant que navire marchand de classe Mariner Empire State Mariner pour la Commission maritime des États-Unis… navire d'instrumentation USNS Observation Island (T-AGM-23). … Observation Island était la plate-forme pour le premier tir en mer du missile Polaris en 1959 et aussi la plate-forme pour le premier tir en mer du missile Poséidon en 1969.

Île d'observation de l'USNS (T-AGM-23)

L'USNS Observation Island (T-AGM-23) a été construit en tant que navire marchand de classe Mariner Empire State Mariner pour la Commission maritime des États-Unis, lancé le 15 août 1953 et exploité par United States Lines à sa livraison le 24 février 1954, effectuant des voyages pour le Military Sea Transportation Service (MSTS) jusqu'à sa mise en réserve à Mobile, Alabama, le 9 novembre 1954. Le titre a été transféré à la marine des États-Unis le 10 septembre 1956 et, après sa conversion, le navire a été rebaptisé Observation Island. Lors de la mise en service, le navire a été classé comme "auxiliaire divers expérimental" (EAG), USS Observation Island (EAG-154) soutenant le développement de missiles balistiques de la flotte. Le 1er avril 1968, l'île d'observation a été redésignée en tant qu'île d'observation auxiliaire de l'USS (AG-154).


Photos: Un ancien warcraft militaire se cache dans la rivière Neches

L'un des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (au centre) assiste à une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) , en mer au large de la Floride.

Robert Knudsen. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Au cours d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (centre gauche) regarde une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619 ), en mer au large de la Floride.

Robert Knudsen. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (au centre, regardant à travers des jumelles) et d'autres se tiennent sur le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large des côtes de la Floride. De gauche à droite (au premier plan) : Commandant de l'USS Observation Island, le capitaine Roderick O. Middleton officier militaire non identifié (à l'arrière) Aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. Le président Kennedy (portant un coupe-vent portant le insignes de l'USS Observation Island et du sous-marin USS Andrew Jackson, SSBN-619, présenté comme un cadeau des équipages des deux navires) Aide militaire du président, le général Chester V. Clifton (à l'arrière, principalement caché) Commandant adjoint du Force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance et le sénateur George A. Smathers (Floride). Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Robert Knudsen. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (au centre, portant des lunettes de soleil) parle par radiotéléphone à l'équipage du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) depuis le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large de la côte de Floride. De gauche à droite : Commandant adjoint de la Force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le Contre-amiral Vernon L. Lowrance Commandant de l'USS Observation Island, le Capitaine Roderick O. Middleton (à l'arrière, partiellement caché) Le Président Kennedy (portant un coupe-vent portant le insignes de l'USS Observation Island et de l'USS Andrew Jackson présenté comme un cadeau des équipages des deux navires) Aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. et le sénateur George A. Smathers (Floride). Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Robert Knudsen. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154) en mer au large des côtes de la Floride, le président John F. Kennedy (au centre à droite, portant des lunettes de soleil) est titulaire d'un coupe-vent offert en cadeau par les équipages de la USS Observation Island et le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619). Aux côtés du président Kennedy se trouvent (de gauche à droite) : le commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. et le sénateur George A. Smathers (Floride) Le médecin du président, le contre-amiral Dr George G. Burkley, se tient à l'arrière-plan à l'extrême droite. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154) en mer au large des côtes de la Floride, le président John F. Kennedy (au centre à gauche, portant des lunettes de soleil) enfile un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) présenté en cadeau par les équipages des deux navires. De gauche à droite (au premier plan) : commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. Président Kennedy aide militaire du président, le général Chester V. Clifton et directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (au centre, portant des lunettes de soleil) parle par radiotéléphone à l'équipage du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) depuis le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large de la côte de Floride. De gauche à droite : trois militaires non identifiés Commandant adjoint de la Force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le Contre-amiral Vernon L. Lowrance Commandant de l'USS Observation Island, le Capitaine Roderick O. Middleton (à l'arrière, partiellement caché) Le Président Kennedy (portant un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et de l'USS Andrew Jackson présenté en cadeau par les équipages des deux navires) le directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin et deux marins non identifiés. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (au centre à droite, portant des lunettes de soleil) regarde une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson ( SSBN-619), en mer au large des côtes de la Floride. De gauche à droite : officier militaire non identifié (partiellement caché sur le bord du cadre) Agent des services secrets de la Maison Blanche, Floyd Boring (à l'arrière) Commandant de l'USS Observation Island, Capitaine Roderick O. Middleton Commandant adjoint de la Force sous-marine de l'Atlantique américain Fleet, le contre-amiral Vernon L. Lowrance Président Kennedy (portant un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et de l'USS Andrew Jackson présenté comme un cadeau des équipages des deux navires) et le directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (centre gauche, portant des lunettes de soleil) marche avec l'aide militaire du président, le général Chester V. Clifton, vers un hélicoptère du Corps des Marines des États-Unis avant son départ du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154 ), en mer au large de la Floride, des marins (de part et d'autre) saluent le président Kennedy. Également sur la photo : l'agent des services secrets de la Maison Blanche, Floyd Boring, commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, le sénateur George A. Smathers (Floride), commandant de l'USS Observation Island, le capitaine Roderick O. Middleton et aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. Le président (portant un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et du sous-marin USS Andrew Jackson, SSBN-619, présenté en cadeau par les équipages des deux navires ) a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin.

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (au centre à gauche, portant des lunettes de soleil) et d'autres personnes se tiennent sur le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large de la Floride. De gauche à droite (au premier plan) : le directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin (face à la route) le commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, le président Kennedy et le sénateur George A. Smathers (Floride). Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 à partir du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619).

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (à droite, portant des lunettes de soleil) reçoit une plaque des membres d'équipage du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) lors de sa visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island, en mer au large des côtes de Florida Naval L'assistant du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. (à l'extrême droite, dos à la caméra), regarde. Le président Kennedy a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 63.2185, “Plaque commémorant le tir du Polaris A-2”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Au cours d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (au centre, regardant à travers des jumelles) regarde une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson ( SSBN-619), en mer au large des côtes de la Floride. De gauche à droite : le commandant de l'USS Observation Island, le capitaine Roderick O. Middleton, commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, le président Kennedy et le directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin .

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (centre gauche), serre la main du commandant adjoint de la Force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, avant son départ du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large des côtes de la Floride, des marins (de part et d'autre) saluent le président Kennedy. Également sur la photo : agent des services secrets de la Maison Blanche, Floyd Boring Le sénateur George A. Smathers (Floride) Directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin Aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. Aide militaire du président , le général Chester V. Clifton et le photographe de la Maison Blanche, le chef Robert L. Knudsen. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 à partir du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619).

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (en bas à droite, portant des lunettes de soleil) et d'autres se tiennent sur le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large de la Floride Aide navale du président, le capitaine Tazewell T. Shepard, Jr. (sur le bord du cadre), se tient à l'extrême droite. Le président Kennedy a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619).

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154) en mer au large des côtes de la Floride, le président John F. Kennedy (au centre, portant des lunettes de soleil) enfile un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) présenté en cadeau par les équipages des deux navires. De gauche à droite (au premier plan) : Commandant de l'USS Observation Island, le capitaine Roderick O. Middleton, commandant adjoint de la Force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, le sénateur George A. Smathers (Floride) Aide navale à le président, le capitaine Tazewell T. Shepard, le président Jr. Kennedy, assistant militaire du président, le général Chester V. Clifton et le directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154) en mer au large des côtes de la Floride, le président John F. Kennedy (au centre, portant des lunettes de soleil) enfile un coupe-vent offert en cadeau par les équipages du USS Observation Island et le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619). De gauche à droite (au premier plan) : commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance, le sénateur George A. Smathers de Floride (retour à la caméra) Le président Kennedy, assistant militaire du président, le général Chester V. Clifton et directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Le président John F. Kennedy (au centre à gauche, portant des lunettes de soleil) s'adresse par radiotéléphone à l'équipage du sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619) depuis le pont du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), en mer au large la côte de Floride. De gauche à droite : officier militaire non identifié, commandant adjoint de la force sous-marine de la flotte américaine de l'Atlantique, le contre-amiral Vernon L. Lowrance commandant de l'USS Observation Island, le capitaine Roderick O. Middleton Président Kennedy (portant un coupe-vent portant les insignes de l'USS Observation Island et USS Andrew Jackson présenté comme un cadeau des équipages des deux navires) le sénateur George A. Smathers (Floride) directeur des projets spéciaux (USN), le contre-amiral IJ Galantin et deux marins non identifiés. Le président a navigué à bord du navire pour assister à une démonstration de lancement de missile Polaris A-2 depuis le sous-marin. [Voir aussi MO 75.704, “United States Naval Jacket”]

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (en bas à droite) assiste à une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619 ), en mer au large de la Floride.

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

Lors d'une visite à bord du navire de la marine américaine USS Observation Island (EAG-154), le président John F. Kennedy (en bas à droite) assiste à une démonstration du tir d'un missile Polaris A-2 depuis le sous-marin USS Andrew Jackson (SNLE-619 ), en mer au large de la Floride.

Cecil Stoughton. Photographies de la Maison Blanche. John F. Kennedy Presidential Library and Museum, Boston Voir plus Voir moins

31 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

32 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

34 des 177 signes marquent la présence de la Marine pendant des décennies à Orange, qui était la base d'un centre de réserve navale jusqu'à sa fermeture en 1975. Cela fait partie de l'affiliation de longue date de la région avec la Marine et l'industrie de la construction navale. La "flotte de naphtaline" de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

35 de 177 Le lieutenant Cmdr. Gordy Waters, qui a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et le Vietnam, est montré ici sur une photo d'archive. Waters était le dernier commandant du Naval Reserve Center d'Orange, qui a fermé ses portes en 1975, après 34 ans dans le Triangle d'Or. est décédé en 2010 à Grapeland, Texas. La "flotte de naphtaline" de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

37 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

38 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

40 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

41 sur 177 L'USS Yard Freighter Reefer 443 remonte la rivière pour être affecté à la flotte de réserve de Beaumont en 1962. La "flotte de naphtaline" de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

43 sur 177 Sur la photo, l'équipe d'inspecteurs qui est venue évaluer la "flotte de naphtaline" de Beaumont dans sa candidature aux honneurs nationaux. Le chantier naval de réserve était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

44 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

46 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

47 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

49 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

50 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

52 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

53 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

55 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

56 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

58 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

59 sur 177 Vu sur cette photo de 1960, le SS Joseph Lykes, qui faisait partie de la ligne locale Lykes Bros. Steamships, remonte la rivière Neches pour être retiré de la « flotte de naphtaline » de Beaumont. Le navire a effectué environ 94 allers-retours au cours de ses 20 ans d'histoire. La flotte de réserve de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

61 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

62 sur 177 Sur cette image de 1960, on voit l'USS Wagner, un destroyer d'escorte de la Seconde Guerre mondiale qui a été amené dans la région par une flotte de réserve du Massachusetts pour réparation à Bethlehem Steel pour déclassement. La "flotte de naphtaline" de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

64 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

65 des 177 équipages travaillent à bord d'un navire de la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

67 sur 177 Un capuchon de tourelle à canon est hissé en place à bord d'un navire à la retraite amené à la "flotte de naphtaline" de Beaumont, qui était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

68 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

70 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont étaient l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

71 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

73 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

74 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont, qui est montrée ici sur une photo de 1977, était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

76 de 177 Sur cette photo de 1972, plusieurs des navires amarrés à la "flotte de naphtaline" de Beaumont sont visibles. À l'époque, les 20 navires Liberty vus à gauche devaient être coulés au fond du golfe du Mexique en tant que récifs artificiels pour attirer la vie marine. La flotte de réserve de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

77 des 177 « flotte de naphtaline » de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

79 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

80 de 177 Les plus récents quais, achevés en 2014, attendent les futurs navires de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite encore de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

82 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

83 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite encore de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

85 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite encore de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

86 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite encore de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

88 sur 177 Un cargo brésilien, qui a été repris par les États-Unis après que la compagnie maritime ait fait défaut de paiement au milieu d'une faillite nationale, fait partie des navires hébergés par la flotte de réserve de défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

89 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville.Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

91 of 177 Une hélice massive est partiellement immergée sous la coque d'un navire à la retraite de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

92 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

94 de 177 De hautes tours et tourelles s'avancent des ponts des navires à la retraite logés dans la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

95 de 177 Le Pollux et le Regulus sont deux des navires ROS amarrés aux nouveaux quais de la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

97 de 177 De lourdes chaînes et ancres maintiennent en place les navires de la Marine à la retraite et d'autres navires à la Flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

98 sur 177 De lourdes chaînes et ancres maintiennent en place les navires de la Marine à la retraite et d'autres navires à la Flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

100 des 177 Observation Island, à droite, était un navire espion en service dans les années 1960 et a reçu la visite du président John F. Kennedy, qui a regardé un nouveau test de lancement de missile à Cap Canaveral depuis son pont. Le président Kennedy a été assassiné six jours plus tard. Le navire fait partie de ceux qui attendent l'élimination de la ferraille à Brownsville, dans la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont, sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

Le Pollux et le Regulus sont deux des navires ROS amarrés aux nouveaux quais de la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise

103 des 177 navires à la retraite sont ancrés à la Flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

104 sur 177 L'USS Nassau est le plus ancien navire de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, amarré au lit de la rivière par un million de livres de chaînes et d'ancres. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

106 des 177 navires à la retraite sont ancrés à la Flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

107 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

109 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

110 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

112 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

113 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

115 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

116 sur 177 Le Pollux et le Regulus sont deux des navires ROS amarrés aux nouveaux quais de la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

118 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

119 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

121 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville.Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

122 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

124 des 177 navires sont surveillés pour le courant électronique antirouille circulant sous leurs coques, ainsi que les niveaux d'humidité et les alarmes d'incendie ou d'effraction à la flotte de réserve de défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

125 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

127 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

128 sur 177 Des zones de rétention des déversements d'hydrocarbures entourent certains des navires de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

130 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

131 of 177 Observation Island était un navire espion en service dans les années 1960, et a été visité par le président John F. Kennedy, qui a regardé un nouveau test de lancement de missile à Cap Canaveral depuis son pont. Le président Kennedy a été assassiné six jours plus tard. Le navire fait partie de ceux qui attendent l'élimination de la ferraille à Brownsville, dans la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont, sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

133 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

134 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

136 des 177 grues lourdes remplissent le pont supérieur d'un navire amarré à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

137 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup comme le Nassau, sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

139 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

140 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve, dont le Nassau (à droite) et le Tripoli, un navire de défense antimissile qui a servi trois fois au Vietnam, sont amarrés à la flotte de réserve de défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attente leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

142 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

143 of 177 Un système de confinement des déversements d'hydrocarbures entoure certains des navires abrités de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

145 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

146 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

148 of 177 Le Regulus est l'un des deux navires ROS amarrés aux nouveaux quais de la Flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

149 des 177 postes d'amarrage supplémentaires ont été construits à la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, avec le projet de plusieurs millions de dollars achevé en 2014. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site.Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

151 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

152 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

154 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

155 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

157 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Des échafaudages remplissent l'extérieur du Nassau alors que les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui tomberait autrement dans la rivière et la polluerait. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

158 of 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

160 de 177 Le Nassau est l'un des plus anciens navires à la retraite de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

161 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Des échafaudages remplissent l'extérieur du Nassau alors que les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui tomberait autrement dans la rivière et la polluerait. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

163 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup comme le Nassau, sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Un système électronique est fixé sur les navires, avec un courant circulant sous la surface de la rivière qui empêche la rouille. Les équipes continuent d'entretenir les extérieurs et les intérieurs, en enlevant la peinture écaillée qui autrement tomberait et polluerait la rivière. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

164 de 177 Une petite embarcation se dirige vers le site d'amarrage de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

166 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

167 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

169 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

170 sur 177 Près de deux douzaines de navires de guerre à la retraite ou en réserve sont amarrés à la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, en attendant leur prochain déploiement, qui pour beaucoup sera finalement un parc à ferraille à Brownsville. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

172 de 177 vieux matériaux maritimes et de la marine sont exposés à la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

173 des 177 vieux matériaux maritimes et de la marine sont exposés à la flotte de réserve de la défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

175 de 177 L'USS Nassau est le plus ancien navire de la flotte de réserve de la Défense nationale de Beaumont sur la rivière Neches, amarré au lit de la rivière par un million de livres de chaînes et d'ancres. Lancé après la Seconde Guerre mondiale, le site était l'une des huit flottes opérant sur les principales voies navigables côtières des États-Unis. Les unités étaient connues sous le nom de « Mothball ou Ghost Fleets », amarrant des navires de guerre déclassés qui étaient entretenus et pouvaient être réactivés si nécessaire. Bien qu'elle abrite toujours de nombreux navires devant être mis au rebut, la flotte a été agrandie en 2014, l'Administration maritime allouant des millions de dollars pour construire l'installation de Marad Lay Berth, qui permet huit navires. Les navires ROS, dont chacun est entretenu par des équipages à temps plein, sont également amarrés sur le site. Photo prise le mercredi 27 juillet 2016 Kim Brent/The Enterprise Kim Brent Afficher plus Afficher moins

176 sur 177 Photo aérienne de la flotte de réserve américaine dans la rivière Neches. Photo prise le vendredi 15 juillet 2016 Guiseppe Barranco/The Enterprise Guiseppe Barranco/Photo Editor Voir plus Voir moins

Un ancien navire de la Marine honoré par le président John F. Kennedy six jours avant son assassinat accueillera des ferrailleurs dans quelques mois alors que la soi-disant flotte de naphtaline à Beaumont se prépare à faire ses adieux à un autre navire.

Aujourd'hui, le navire, nommé Observation Island, est l'une des près de deux douzaines d'embarcations militaires actuelles ou anciennes nichées dans un coude de la rivière Neches en attendant leur prochain déploiement. Pour beaucoup, le seul voyage à venir est celui d'un démolisseur.

La mission de la flotte de réserve de Beaumont, gérée par l'administration maritime américaine, a évolué depuis qu'elle a accepté ses premiers navires au milieu du retrait de la Seconde Guerre mondiale il y a 68 ans. Mais une partie de son objectif reste de servir de dernière aire de repos pour les artefacts marins destinés à la destruction.

Le 16 novembre 1963, l'île d'observation, riche en histoires et très fréquentée, a accueilli Kennedy dans ce qu'un marin à bord se souvient comme un moment symbolique dans les affaires mondiales.

Kennedy se tenait sur le pont avec une paire de jumelles pour voir un lancement d'essai d'un missile tiré par un sous-marin capable de transporter une ogive nucléaire à 1 700 milles. Les États-Unis étaient en guerre au Vietnam et un an après la crise des missiles de Cuba. Six jours plus tard, Kennedy a été tué à Dallas.

Rick Munch, qui était là pour la visite présidentielle, espère embarquer pour la dernière fois sur Observation Island en septembre.

Sa visite n'a pas pour but d'apaiser la nostalgie, mais d'aider à récupérer l'équipement du navire avant qu'il ne soit envoyé à un démolisseur à Brownsville ou à la Nouvelle-Orléans.

L'équipement récupéré irait sur l'USS Kidd, un destroyer de la Seconde Guerre mondiale converti en musée de Baton Rouge, où Munch se porte volontaire. Munch, bien que comprenant que tous les navires ne peuvent pas être sauvés, souhaite que Observation Island ait un avenir similaire.

"C'est juste quelque chose à propos d'un vieux navire de la Marine qui touche vraiment votre cœur", a déclaré Munch, qui était électricien en communications intérieures. "Il n'est pas vivant, mais il semble être vivant."

La "flotte de naphtaline" de Beaumont était l'un des huit chantiers navals nationaux exploités par la Réserve maritime américaine le long des trois principales côtes du pays. Les sites ont joué un rôle essentiel dans la défense de la nation après la Seconde Guerre mondiale, en réparant et en abritant des navires de la marine qui pourraient être prêts à servir selon les besoins à l'avenir. La flotte a fourni non seulement un bras stratégique à la défense de la nation, mais était également une aubaine économique locale. L'emploi à la fois sur place et dans les industries auxiliaires a ajouté du travail et de l'argent à la région. Photo d'archive d'entreprise Kim Brent

Les navires présentent l'histoire

Les cavaliers récréatifs et commerciaux passent quotidiennement par la crique de McFadden Bend. Mais alors que la flotte n'est guère secrète et à portée de vue, l'accès du public aux machines de guerre pour la plupart inactives est limité.

Les navires y sont divers en termes d'âge, d'utilité, d'utilisation future et de ce que leurs histoires disent sur les affaires mondiales passées et présentes.

Le Regulus et le Pollux sont amarrés aux nouveaux quais d'accostage de la flotte.Les navires, qui sont désignés comme "réserves prêtes", sont accompagnés d'équipages et peuvent être prêts à être mis en service dans les cinq jours suivant leur appel.

Lawrence Wolfford, surintendant adjoint de la flotte de réserve de Beaumont, a déclaré que le Regulus, le Pollux et deux autres navires "prêts de réserve" en main sont révélateurs de la façon dont la mission du mouillage a changé.


USS Observation Island (E-AG-154) tirant un missile Polaris au large de Cap Canaveral, Floride, date inconnue.[1500 x 1863]

J'en parle à chaque fois que quelqu'un dit Polaris ou Longue plage: USS Longue plage était à un moment donné au cours de son processus de conception conçu avec un espace pour transporter quatre Polaris missiles à l'arrière du pont. L'espace était à l'origine destiné à Régulus missiles de croisière, mais après leur retrait (en raison de Polaris en ligne), Polaris a été mis là à la place. Le concept a finalement été supprimé et la zone a été équipée à la place de deux canons de 5 pouces, un de chaque côté, car le président Kennedy a déclaré qu'elle devrait avoir des armes à feu.

Bien qu'aucun navire de surface américain n'ait jamais été construit avec Polaris à l'esprit, la marine italienne vraiment a derrière l'idée de Polaris-croiseurs armés. Le croiseur vétéran de la Seconde Guerre mondiale Giuseppe Garibaldi a été reconstruit comme un croiseur lance-missiles à la fin des années 2750 et comprenait quatre tubes destinés à Polaris. Les croiseurs d'hélicoptères de nouvelle construction du début des années ' Andrea Doria classe devaient transporter deux Polaris missiles par navire, mais les tubes de lancement n'ont jamais été installés. Enfin, le Vittorio Vénétie, un autre hélicoptère de croisière, a été construit avec quatre Polaris tubes à la fin des années ❠.

Les missiles n'ont jamais été donnés aux Italiens pour des raisons diplomatiques, alors les Italiens ont lancé un programme pour construire leur propre arme similaire, qu'ils ont appelée Alfa. Malgré des tests réussis, la signature du TNP et l'évolution du paysage politique ont conduit à son annulation en 1975, et aucun des 40 missiles n'a jamais été armé d'ogives nucléaires américaines partagées ou installé sur des navires.


Par NHHC

En commentant le service désintéressé des soldats de l'hôpital de la marine américaine, le général Alfred M. Gray, USMC (à la retraite), le 29e commandant du Corps des Marines et vétéran de la guerre de Corée, a noté qu'il « saluait nos soldats pour leur courage, leur bravoure et volonté de servir au-delà de l'appel du devoir.

L'hommage émouvant du général Gray serait le plus approprié en reconnaissance de l'héroïsme affiché par Hospitalman Francis C. Hammond, USN (décédé) dans la nuit du 26 au 27 mars 1953. Originaire d'Alexandria, Virginie, l'Hospitalman de 21 ans était servant avec le 1er Bataillon, 5e Marines, 1re Division de marines, lorsque son peloton a été soumis à un barrage de mortiers ennemis et de tirs d'artillerie. Bien que blessé, Hospitalman Hammond a continué à administrer de l'aide à ses Marines blessés pendant une période épuisante de quatre heures. Lorsque son unité a finalement reçu l'ordre de se retirer, il est resté dans la zone balayée par le feu et a habilement dirigé l'évacuation des victimes, jusqu'à ce qu'il tombe mortellement blessé par les tirs de mortier ennemi. Les efforts héroïques de l'Hospitalman Hammond ont sans aucun doute sauvé la vie de beaucoup de "ses" Marines, et son sacrifice a été honoré neuf mois plus tard par la remise à sa femme et à son fils en bas âge d'une Médaille d'honneur à titre posthume.

Le 25 juillet 1970, l'USS Francis Hammond (DE/FF-1067) a été mis en service à Long Beach, en Californie. Après 22 ans de service, Hammond a été désarmé en 1992 et démantelé neuf ans plus tard.

Aujourd'hui, la clinique médicale Camp Margarita à Camp Pendleton, en Californie, et une école dans sa ville natale d'Alexandria, en Virginie, portent le nom du jeune Hospitalman, qui, dans la plus pure tradition du Navy Hospital Corps, a fait le sacrifice ultime pour son pays. et marines. айм на карту онлайн


Voir la vidéo: 5 Epave retrouvée à lIle dYeu 27 mn 28 secondes (Décembre 2021).