Informations

Des dessins rupestres asiatiques récemment datés réécrivent l'histoire de l'art humain


Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature a révélé que d'anciennes peintures de mains et d'animaux trouvées dans sept grottes calcaires de l'île de Sulawesi en Indonésie sont aussi anciennes que l'art préhistorique célèbre en Europe. La recherche montre que les humains produisaient de l'art rupestre il y a 40 000 ans aux extrémités opposées du monde eurasien du Pléistocène.

Plus d'une centaine de peintures rupestres ont été trouvées dans les grottes près de Maros dans le sud de Sulawesi dans les années 1950, la plupart créées avec un pigment appelé ocre rouge. L'art rupestre se compose de nombreux pochoirs à main, ainsi que de représentations d'animaux naturalistes. Le soufflage ou la pulvérisation de pigment autour d'une main pressée contre des surfaces rocheuses était une pratique courante chez les artistes rupestres à travers les âges, et a été trouvé dans de nombreux pays à travers le monde.

Avant toute méthode de datation efficace, les peintures rupestres étaient estimées à environ 10 000 ans. Cependant, en 2011, les scientifiques ont remarqué de petits affleurements minéraux sur les dessins, connus sous le nom de « pop corn des grottes », qui permettraient de dater les peintures en utilisant la nouvelle technologie de datation de la désintégration de l'uranium. Les résultats étaient surprenants et inattendus.

« En utilisant la datation en série à l'uranium de spéléothèmes coralloïdes directement associés à 12 pochoirs de mains humaines et à deux représentations d'animaux figuratifs provenant de sept sites rupestres des karsts de Maros à Sulawesi, nous montrons que les traditions d'art rupestre de cette île indonésienne sont au moins compatibles en âge avec le l'art européen le plus ancien », ont écrit les auteurs de l'étude dans la revue Nature.

Jusqu'à présent, les plus anciennes peintures rupestres connues sont des disques rouges et des pochoirs à main vieux de 40 800 ans provenant d'El Castillo, dans le nord de l'Espagne, qui ont également été datés à l'aide de la désintégration de l'uranium.

Points rouges trouvés dans la grotte d'El Castillo en Espagne. Crédit : Pedro Saura. Source de l'image .

"La première image datée de Maros, avec un âge minimum de 39 900 ans, est maintenant le plus ancien pochoir à main connu au monde", écrivent les auteurs de l'étude. « De plus, une peinture d’un babirusa (« cochon-cerf ») réalisée il y a au moins 35 400 ans est l’une des premières représentations figuratives datées au monde, sinon la plus ancienne. »

La peinture d'un babirusa (« cerf cochon ») à Sulawesi est la plus ancienne représentation figurative connue au monde. Source de l'image : La nature

Maxime Aubert, responsable de l'étude et archéologue et géochimiste de l'Université Griffith d'Australie, a expliqué qu'avant cette découverte, les experts avaient une vision centrée sur l'Europe de comment, quand et où les humains ont commencé à faire des peintures rupestres et d'autres formes d'art figuratif. Cependant, le fait que les habitants de Sulawesi produisaient également de l'art en même temps suggère que soit la créativité humaine a émergé indépendamment à peu près à la même époque dans le monde, soit lorsque les humains ont quitté l'Afrique, ils avaient déjà la capacité et le penchant pour l'art.

Si tel est le cas, a écrit l'équipe de recherche australo-indonésienne, "nous pouvons nous attendre à de futures découvertes de représentations de mains humaines, d'art figuratif et d'autres formes de création d'images datant de la première période de la dispersion mondiale de notre espèce".

Image vedette : Pochoirs à main préhistoriques provenant d'une grotte en Indonésie. Crédit : Kinez Riza

La source:

Aubert, M. et al. (2014). Art rupestre du Pléistocène de Sulawesi, Indonésie. La nature, 514, 223-227.


Art rupestre

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Art rupestre, en général, les nombreuses peintures et gravures trouvées dans des grottes et des abris datant de la période glaciaire (paléolithique supérieur), il y a environ 40 000 à 14 000 ans. Voir également art rupestre.

La première grotte peinte reconnue comme étant paléolithique, c'est-à-dire dès l'âge de pierre, fut Altamira en Espagne. L'art découvert là-bas a été considéré par les experts comme l'œuvre de l'homme moderne (Homo sapiens). La plupart des exemples d'art rupestre ont été trouvés en France et en Espagne, mais quelques-uns sont également connus au Portugal, en Angleterre, en Italie, en Roumanie, en Allemagne, en Russie et en Indonésie. Le nombre total de sites décorés connus est d'environ 400.

La plupart des œuvres d'art rupestres consistent en des peintures réalisées avec des pigments rouges ou noirs. Les rouges étaient fabriqués avec des oxydes de fer (hématite), tandis que le dioxyde de manganèse et le charbon étaient utilisés pour les noirs. Des sculptures ont également été découvertes, comme les statues d'argile de bison dans la grotte du Tuc d'Audoubert en 1912 et une statue d'un ours dans la grotte de Montespan en 1923, toutes deux situées dans les Pyrénées françaises. Des murs sculptés ont été découverts dans les abris du Roc-aux-Sorciers (1950) dans la Vienne et du Cap Blanc (1909) en Dordogne. Les gravures ont été faites avec les doigts sur des murs mous ou avec des outils en silex sur des surfaces dures dans un certain nombre d'autres grottes et abris.

Les représentations dans les grottes, peintes ou non, comprennent peu d'humains, mais parfois des têtes ou des organes génitaux humains apparaissent isolément. Les pochoirs et empreintes de mains sont caractéristiques des périodes antérieures, comme dans la grotte de Gargas dans les Pyrénées françaises. Les figures animales constituent toujours la majorité des images dans les grottes de toutes les époques. Durant les premiers millénaires de la création de l'art pariétal, les espèces les plus représentées, comme dans la grotte Chauvet-Pont-d'Arc en France, étaient les plus redoutables, aujourd'hui disparues : lions des cavernes, mammouths, rhinocéros laineux. , ours des cavernes. Plus tard, chevaux, bisons, aurochs, cervidés et bouquetins se sont répandus, comme dans les grottes de Lascaux et de Niaux. Les oiseaux et les poissons étaient rarement représentés. Les signes géométriques sont toujours nombreux, bien que les types spécifiques varient en fonction de la période au cours de laquelle la grotte a été peinte et de l'emplacement de la grotte.

L'art rupestre est généralement considéré comme ayant une fonction symbolique ou religieuse, parfois les deux. Les significations exactes des images restent inconnues, mais certains experts pensent qu'elles peuvent avoir été créées dans le cadre de croyances et de pratiques chamaniques. Une de ces pratiques consistait à entrer dans une grotte profonde pour une cérémonie au cours de laquelle un chaman entrait en état de transe et envoyait son âme dans l'autre monde pour entrer en contact avec les esprits et essayer d'obtenir leur bienveillance.


Oeuvre à travers les âges

Les résultats de l'équipe ont montré que les œuvres d'art anciennes du Kalimantan oriental ont été réalisées au cours de trois périodes distinctes. La première phase, qui remonte à il y a entre 52 000 et 40 000 ans, comprend des pochoirs à main et des animaux dessinés à l'ocre rouge-orange - principalement le banteng (Bos javanicus), un type de bétail sauvage qui vit toujours à Bornéo, et la mystérieuse vache sauvage inconnue, a déclaré Aubert.

Un changement majeur s'est produit dans la culture au cours du dernier maximum glaciaire glacial il y a environ 20 000 ans, ce qui a conduit à un nouveau style d'art rupestre, axé sur le monde humain. Les artistes de cette phase ont privilégié une couleur violet mûre foncé et des pochoirs peints à la main, des signes abstraits et des figures humaines portant des coiffes élaborées et se livrant à diverses activités, telles que la chasse ou la danse rituelle, ont déclaré les chercheurs.

"Nous ne savons pas si ces [différents types d'art rupestre] proviennent de deux groupes d'humains différents, ou s'ils représentent l'évolution d'une culture particulière", a déclaré Aubert. "Nous prévoyons des fouilles archéologiques dans ces grottes afin de trouver plus d'informations sur ces artistes inconnus."

La phase finale de l'art rupestre comprend des figures humaines, des bateaux et des dessins géométriques qui ont été pour la plupart dessinés avec des pigments noirs, ont déclaré les chercheurs. Ce type d'art se trouve ailleurs en Indonésie et peut provenir d'agriculteurs néolithiques asiatiques qui se sont installés dans la région il y a environ 4 000 ans, ou plus récemment, selon les chercheurs. [Photos : le plus ancien dessin connu a été réalisé avec un crayon rouge]


Reconsidérer l'histoire : des peintures rupestres asiatiques vieilles de 40 000 ans étonnent les archéologues

La première peinture rupestre connue au monde n'a pas été trouvée en Europe, mais en Indonésie.

Une étude a indiqué que la peinture d'un animal, découverte sur l'île de Bornéo, remonte à au moins 40 000 ans, ce qui est encore plus ancien que les célèbres peintures rupestres de France et d'Espagne.

"La plus ancienne image d'art rupestre que nous ayons datée est une grande peinture d'un animal non identifié, probablement une espèce de bétail sauvage encore trouvée dans les jungles de Bornéo", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Maxime Aubert, archéologue et géochimiste à l'Université Griffith en Australie. . "C'est maintenant la première œuvre d'art figurative connue", selon USA Today.

Cette découverte s'ajoute à l'opinion croissante selon laquelle l'art rupestre - l'une des innovations les plus importantes de l'histoire culturelle de l'humanité - n'est pas apparu en Europe aussi longtemps qu'on l'a cru.

ÉTATS-UNIS AUJOURD'HUI 发布于 2018年11月7日周三

Les peintures ont environ 4 000 ans de plus que les plus anciennes, qui ont été trouvées à Sulawesi.

En ce qui concerne le contenu de la peinture, "Nous pensons que ce n'était pas seulement de la nourriture pour eux - cela signifiait quelque chose de spécial", a déclaré Aubert.

"Que ce soit une coïncidence, le résultat d'une convergence culturelle dans des régions très éloignées, des migrations à grande échelle d'une population eurasienne distincte ou une autre cause reste inconnue", a déclaré l'étude.

Pochoirs de mains dans une grotte en Indonésie. Les dessins rupestres antiques en Indonésie sont aussi vieux que l'art préhistorique célèbre en Europe, selon une nouvelle étude qui montre que nos ancêtres dessinaient partout dans le monde il y a 40 000 ans. Et cela fait allusion à une aube encore plus précoce de la créativité chez les humains modernes que les scientifiques ne l'avaient pensé. (AP Photo/Kinez Riza, Magazine Nature)

Pendant ce temps, "qui étaient les artistes de l'ère glaciaire de Bornéo et ce qui leur est arrivé est un mystère", a déclaré Pindi Setiawan, co-auteur de l'étude.

Les peintures trouvées à Sulawesi dans les années 1950 ont été initialement rejetées comme ayant environ 10 000 ans, car les scientifiques pensaient qu'elles ne pourraient pas survivre dans les climats tropicaux.

“Les peintures ont été réalisées avec du pigment minéral naturel ocre - probablement de l'hématite de pierre de fer - que les chasseurs-cueilleurs ont réduit en poudre et mélangé avec de l'eau ou d'autres liquides pour créer de la peinture. Il y a longtemps, les murs et les plafonds des grottes auraient pu être recouverts d'images qui ouvrent une fenêtre sur l'esprit des occupants de l'ère glaciaire, selon un article du Guardian en 2014, qui comprend une empreinte de main.

Pochoirs de mains dans une grotte en Indonésie. Les dessins rupestres antiques en Indonésie sont aussi vieux que l'art préhistorique célèbre en Europe, selon une nouvelle étude qui montre que nos ancêtres dessinaient partout dans le monde il y a 40 000 ans. Et cela fait allusion à une aube encore plus précoce de la créativité chez les humains modernes que les scientifiques ne l'avaient pensé. (AP Photo/Kinez Riza, Magazine Nature)

En regardant les peintures en 2014, les détails sur les dessins d'animaux sont « vraiment, vraiment bien faits », a déclaré Aubert lors d'un entretien téléphonique depuis Jakarta, en Indonésie. « Ensuite, lorsque vous le regardez dans son contexte, il a vraiment 40 000 ans, c'est incroyable », selon l'Associated Press.

Le paléoanthropologue John Shea de l'Université Stony Brook à New York, qui ne faisait pas partie de l'étude, a qualifié cette découverte d'importante qui change ce que la science pensait des premiers humains et de l'art.

Avant cette découverte, les experts avaient une vision centrée sur l'Europe de comment, quand et où les humains ont commencé l'art, a déclaré Aubert. Il est important de savoir quand l'art a commencé car « cela nous définit en quelque sorte » en tant qu'humains, a-t-il déclaré.

Shea a déclaré dans un e-mail : « Dans la mesure où beaucoup d'entre nous auraient des difficultés à reproduire de telles peintures, ils [les personnes qui ont peint dans les grottes indonésiennes] ont peut-être même été nos supérieurs à cet égard. »


Rock (Art) of Ages : les peintures rupestres indonésiennes ont 40 000 ans

Les critiques modernes salueraient probablement les artistes rock émergents qui habitaient autrefois l'Indonésie. Une centaine de grottes à l'extérieur de Moras, une ville dans les forêts tropicales de Sulawesi, étaient autrefois bordées de pochoirs à main et de peintures murales vibrantes de porcs abstraits et de buffles nains. Aujourd'hui, il ne reste que des fragments de l'œuvre d'art et les mystérieux artistes ont disparu depuis longtemps.

Contenu connexe

Pour l'instant, tout ce que nous savons, c'est quand les grottes ont été peintes - ou du moins à des dates approximatives - et la découverte suggère que la pratique consistant à revêtir les murs des grottes d'images de la vie naturelle était courante il y a 40 000 ans. Une étude publiée aujourd'hui dans La nature suggère que les peintures dans les grottes de Maros-Pangkep ont entre 17 400 et 39 900 ans, près de l'âge d'œuvres d'art similaires trouvées sur les parois des grottes en Europe.

« Cela offre une nouvelle vision des origines de l'homme moderne, du moment où nous sommes devenus cognitivement modernes », explique Maxime Aubert, archéologue à l'Université Griffith en Australie. « Cela change le quand et le où notre espèce prend conscience d'elle-même et commence à penser de manière abstraite, à peindre et à sculpter des figurines.

Les naturalistes suisses Fritz et Paul Sarasin sont revenus d'une expédition scientifique en Indonésie entre 1905 et 1906 avec des récits d'anciens abris sous roche, d'artefacts et de peintures rupestres, mais peu de détails. L'archéologue néerlandais H. R. van Heereken a décrit pour la première fois les peintures rupestres autour de Maros en 1950, et bien que des chercheurs indonésiens aient effectué des travaux importants dans les grottes, peu de choses ont été publiées sur elles depuis.

Les travaux de scientifiques locaux décrivent des dessins au fusain plus récents qui représentent des animaux domestiqués et des motifs géométriques. Il mentionne également des pièces d'art potentiellement plus anciennes dans une peinture rouge de couleur baies - probablement une forme d'ocre riche en fer - qui orne les entrées de la grotte, les plafonds et les pièces profondes et moins accessibles. Selon les estimations précédentes, l'art rupestre de Maros n'avait pas plus de 10 000 ans. "Les gens ne pensaient pas que les peintures rupestres dureraient aussi longtemps dans des grottes dans un environnement tropical", explique Aubert.

Une conception de pochoir à main sur le mur d'une grotte à Sulawesi, en Indonésie. (Kinez Riza) Les pochoirs à main, comme celui illustré ci-dessus dans une grotte de Sulawesi, sont courants dans l'art préhistorique. (Kinez Riza) Un mur de grotte avec une peinture de babirusa et un pochoir à main montre la gamme d'œuvres d'art simples à sophistiquées trouvées dans les grottes de Maros-Pankep. (Kinez Riza)

La datation des peintures rupestres peut s'avérer extrêmement difficile. La datation au radiocarbone peut être destructrice pour l'œuvre d'art et ne peut être utilisée que pour dater les pigments contenant du carbone, généralement du charbon de bois. Cette méthode vous donne également l'âge de l'arbre abattu qui a fabriqué le charbon de bois, plutôt que l'âge du charbon de bois lui-même. Les bactéries, le calcaire et d'autres matières organiques peuvent fausser davantage les résultats de la datation. « Nous voyons souvent des dates au radiocarbone extrêmement variables d'un même tableau », explique Alistair Pike, archéologue à l'Université de Southampton qui n'était pas affilié à l'étude.

Lors de la fouille de vestiges archéologiques dans les grottes, Adam Brumm, co-auteur et archéologue à l'Université de Wollongong en Australie, a remarqué du pop-corn des cavernes sur certaines œuvres d'art. Cette couche de calcite bosselée finirait par devenir des stalactites et des stalagmites des millénaires plus tard, mais surtout, elle contient de l'uranium, une substance radioactive qui peut être utilisée pour estimer l'âge d'une peinture.

Aubert et ses collègues ont collecté 19 échantillons prélevés sur les bords de 14 œuvres d'art sur sept sites de grottes. Les images allaient de simples pochoirs à main à des représentations d'animaux plus complexes. En laboratoire, ils ont estimé l'âge des peintures sur la base des isotopes d'uranium dans les échantillons. Dans certains cas, des couches de calcite ont été trouvées au-dessus ou en dessous de l'art. "Si j'ai un échantillon en haut, c'est un âge minimum, et s'il est en bas du tableau, alors c'est un âge maximum", explique Aubert.

La plupart des œuvres d'art ont environ 25 000 ans, ce qui les place parmi les œuvres d'art les plus anciennes d'Asie du Sud-Est. Mais certains se sont avérés être beaucoup plus âgés que prévu. « Ce fut un peu un choc », dit Aubert en riant. Un pochoir à main date d'au moins 39 900 ans, ce qui en fait le plus ancien exemple de pochoir à main au monde. Certaines des œuvres d'art animalières établissent également des records : une peinture d'une femelle babirusa, ou « cochon-deer » a au moins 35 400 ans.

Ces dates sont à quelques encablures de certains des plus anciens arts rupestres et sculptures d'Europe. À l'aide de la datation à l'uranium, l'équipe de Pike a précédemment placé des pochoirs à main et des peintures géométriques dans la grotte d'El Castillo en Espagne, la plus ancienne jamais enregistrée : un maximum de 40 800 ans. Des images naturalistes plus complexes d'animaux dans les célèbres grottes de Lascaux en France ont environ 20 000 ans, tandis que celles de Chauvet, en France, mesurent environ 32 000 ans, bien que certains réfutent cette date. Les sculptures d'animaux trouvées dans des grottes en Allemagne datent également d'une période similaire.

Les points rouges (ci-dessus) dans le Corredor de los Puntos de la grotte d'El Castillo ont été datés de 34 000 à 36 000 ans. Ailleurs dans la grotte, un point similaire est estimé à 40 800 ans, encore une fois sur la base de la datation à l'uranium. (Pedro Saura) La "salle des taureaux" dans la grotte de Lascaux, France. Les scientifiques soupçonnent que les peintures murales d'animaux élaborées ont été peintes il y a environ 20 000 ans. (Avec l'aimable autorisation de l'utilisateur de Flickr Adibu456) Oeuvre de combat de rhinocéros peinte sur le mur de la grotte Chauvet en France. Sur la base de la datation au radiocarbone du pigment de charbon utilisé pour créer les peintures, la plus ancienne image animale de la grotte Chauvet est estimée à 32 000 ans. (© Javier Trueba Rodriguez/Bibliothèque de photos scientifiques/Corbis) Une peinture d'un bison dans la grotte d'Altamira, en Espagne. La datation à l'uranium suggère que l'œuvre d'art d'Altamira a été réalisée il y a environ 20 000 ans, soit entre 35 000 et 15 200 ans. (© Corbis) Lors de fouilles en 2008, une figurine féminine surnommée "Vénus de Hohle Fels" a été découverte dans la grotte de Hohle Fels, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Les scientifiques estiment que cette figurine a au moins 35 000 ans. (H. Jensen/Université de Tübingen. )

Les scientifiques pensaient traditionnellement que les humains ont commencé à créer de l'art une fois qu'ils ont atteint l'Europe depuis l'Afrique, et que les formes d'art humaines se sont dissipées aux confins du globe à partir de là. « C'est une jolie vision eurocentrique du monde », déclare Aubert. "Mais maintenant, nous pouvons nous éloigner de cela." L'étude fournit des preuves convaincantes que les artistes asiatiques peignaient en même temps que leurs homologues européens. Non seulement cela, ils dessinaient des animaux reconnaissables qu'ils chassaient probablement.

« Cela soulève plusieurs possibilités intéressantes », déclare Pike. L'art rupestre peut avoir émergé séparément dans ces lieux disparates. Étant donné que de simples pochoirs à main apparaissent partout dans le monde, souligne-t-il, ce ne serait pas trop surprenant. Ensuite, il est possible qu'en quittant l'Afrique, il y a environ 70 000 ans, l'homme moderne ait déjà développé un savoir-faire artistique, qu'il a apporté avec lui en s'installant en Europe et en Asie. Si cela est vrai, il y a encore plus d'art rupestre ancien à découvrir entre l'Europe et l'Indonésie. Aubert a le pressentiment que c'est le cas : « C'est juste que nous ne les avons pas encore trouvés ou datés. Je pense que ce n'est qu'une question de temps.

À propos d'Hélène Thompson

Helen Thompson écrit sur la science et la culture pour Smithsonian. Elle a déjà écrit pour NPR, Nouvelles de National Geographic, La nature et d'autres.


Peintures rupestres préhistoriques – Art paléolithique

El Castillo – Peintures rupestres préhistoriques – Art paléolithique Source de la photo : https://news.nationalgeographic.com/news/2012/06/120614-neanderthal-cave-paintings-spain-science-pike/

Les peintures rupestres préhistoriques sont les premières preuves que nous avons de l'art paléolithique. Les premières peintures jamais créées sont incluses dans le Ère aurignacienne. Il y a une immense valeur dans ces représentations des premières périodes de l'humanité. On apprend beaucoup de choses de ces peintures, comme leur routine quotidienne, leurs matériaux et, même, leurs croyances. Beaucoup de ces représentations étaient décoratives. Mais certains d'entre eux avaient également une signification plus précieuse derrière. Ils ont également partagé à travers eux, leurs inclinations spirituelles et leurs valeurs.

Au Paléolithique, il y a environ 2,6 millions d'années à environ 12 000 ans, l'homme a évolué à la fois physiquement et spirituellement. Cette période symbolise la naissance de l'homme et de l'art. Cet article est le premier pas dans l'histoire de l'art de l'humanité.

Les plus importantes découvertes d'art paléolithique

Peintures rupestres d'El Castillo – Les plus anciennes peintures rupestres jamais trouvées se trouvent en Espagne et s'appellent Grotte du Castillo peintures. Ils ont été découverts par l'archéologue espagnol et célèbre expert en art préhistorique et art paléolithique, Hermilio Alcalde del Rio, en 1903. Dans cette grotte, ont été trouvées environ 100 images avec des peintures rupestres préhistoriques datant d'environ 39 000 ans avant notre ère. La plupart d'entre eux étaient des représentations d'animaux (bisons, chèvres, chevaux, cerfs), de nombreuses peintures de chiens, mais aussi des pochoirs à main et à disque. Les peintures à la main et au disque ont été créées en pulvérisant de la peinture sur la main à travers un tube.

Babirusa – Art paléolithique – Source de la photo : https://news.nationalgeographic.com/news/2014/10/141008-cave-art-sulawesi-hand-science/

Peintures rupestres de Leang Timpuseng – Les plus anciennes peintures rupestres ont été trouvées dans une grotte indonésienne et la plus ancienne remonte à environ 37 900 ans avant notre ère. La peinture rupestre de cochon-cerf qui a été trouvée dans la même grotte représentant l'animal mangeant des fruits est incroyable. C'est l'une des premières preuves de la manifestation de l'esprit artistique chez l'homme. Ce type de porc est appelé “babirusa” et il a été trouvé dans le Grotte de Leang Timpuseng, Maros-Pangkep, Indonésie. La race des animaux est un type de porc d'Asie du Sud-Est. Les peintures rupestres trouvées sont deux images d'animaux et douze représentations de mains. Les archéologues ne savent pas avec certitude si ces représentations d'art paléolithique ont été créées uniquement pour décorer les espaces habités par les Néandertaliens ou ont des significations spirituelles ou chamaniques plus profondes.

Peintures rupestres d'Altamira – Les œuvres d'art d'Altamira sont mondialement connues pour leurs magnifiques peintures rupestres préhistoriques multicolores. Situées dans le nord de l'Espagne, les peintures sont datées entre 34 000 et 15 000 avant notre ère. La technique et le style utilisés dans la représentation de la peinture sont uniques à cette époque pour de nombreuses raisons. De nombreuses couleurs ont été utilisées pour créer des figures animales réalistes. Les nuances des animaux présentent de nombreuses variations, ce qui les rend réalistes. Plus important encore, les animaux sont dessinés dans des proportions grandeur nature et sont très détaillés.

Fumane peintures rupestres sont datés d'environ 35 000 ans et ont été trouvés en Italie. La collection de peintures rupestres préhistoriques de cette peinture représente une figure mi-humaine, mi-animale. Les peintures rupestres sont réalisées à l'ocre rouge. Une nouvelle technique découverte à cette époque est la peinture abstraite créée avec des points. La peinture ocre utilisée pour cet art paléolithique contient de l'hématite, du titane et de l'aluminium. Il s'agit d'une combinaison de matériaux bien adaptés à la coloration sur la roche.

Peintures rupestres Chauvet – Peinture d'art préhistorique – Source photo : https://www.theguardian.com/artanddesign/jonathanjonesblog/2015/apr/15/chauvet-cave-art-replica-is-nonsense

Peintures rupestres Chauvet-Pont-d’Arc – Un magnifique complexe de peintures rupestres préhistoriques a été trouvé dans le Grotte Chauvet-Pont-d’Arc. Cette impressionnante grotte d'art paléolithique contient pas moins de 400 mètres de long réseau de chambres et de galeries en pierre. Les peintures ont été bien conservées grâce à un glissement de terrain qui a scellé la grotte il y a environ 25 000 ans. Les peintures rupestres datent d'environ 30 000 ans avant notre ère. Les archéologues ont remarqué une évolution dans les représentations de cette grotte. Les préhistoriens ont peint plus que des animaux destinés à l'alimentation, mais aussi des animaux dangereux, des ombrages, des dessins de composition, des portraits, et sont principalement en noir et rouge. On remarque dans cette grotte des figures de rhinocéros, de lions et de mammouths. La valeur de cette découverte est énorme car elle donne un aperçu approfondi de la vie quotidienne et de la perspective des humains vivant à l'époque paléolithique.

Art rupestre de Kimberley – Cette grotte a le même âge que la découverte précédente et c'est 30 000 avant notre ère. À côté des pochoirs à main, des figures d'animaux et des portraits, dans ce complexe artistique ont également été trouvés des pictogrammes et des pétroglyphes. Cette grotte a été habitée bien après le paléolithique car on y a trouvé des représentations artistiques datant des époques mésolithique et néolithique.

Conclusion

La valeur de ces peintures rupestres préhistoriques est inestimable. C'est le premier pas vers l'évolution artistique de l'être humain. Nous assistons au premier message jamais écrit par l'homme des cavernes pour l'homme moderne. On pourrait dire que ces peintures rupestres sont des messages pour l'avenir. L'art paléolithique est une petite preuve que l'humain est né avec une âme d'artiste.

(Photo de couverture: Peintures rupestres d'Altamira, Source photo : https://pixabay.com/en/bison-cave-of-altamira-1171794/)

Source de la photo : pixabay.com

Comment créer des peintures rupestres ?

Pour ce petit article, j'ai également créé une réinterprétation des peintures rupestres préhistoriques. En utilisant du carton, du charbon de bois doux et des pastels, j'ai dessiné un bison semblable aux figures animales trouvées dans les grottes.


Alors que de nombreux sites conservent encore de beaux exemples d'art rupestre dans cette région, de nombreux autres peuvent avoir été détruits par l'érosion. Une menace supplémentaire peut provenir de l'intérêt croissant que les gens porteront à la région. Les autorités indonésiennes ont déclaré qu'elles prévoyaient d'inscrire les peintures rupestres sur une liste du "patrimoine culturel" officiel de la nation et de demander leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Peintures rupestres indonésiennes - Réécrire l'histoire de l'art


Trouver le temps

La peinture murale est la dernière œuvre artistique majeure trouvée dans les grottes de la région de Maros-Pangkep à Sulawesi. Il y a des millions d'années, des rivières souterraines ont creusé le calcaire ici pour former un labyrinthe de cavernes, dont beaucoup contiennent des pochoirs à main et d'autres peintures réalisées par les humains qui ont élu domicile sur l'île il y a des dizaines de milliers d'années.

Depuis les années 1950, les chercheurs ont documenté plus de 240 sites d'art rupestre à Sulawesi, mais pendant des décennies, on a supposé que ces peintures n'avaient pas plus de 12 000 ans. Cela a commencé à changer en 2014, lorsqu'une équipe comprenant Aubert et Brumm a commencé à trouver des peintures rupestres en Indonésie qui avaient au moins 40 000 ans, ce qui les rend au moins aussi vieilles que les célèbres sites d'art rupestre d'Europe, sinon plus.

« L'Europe était autrefois considérée comme une « école de finition » pour l'humanité, car la France en particulier a fait très tôt l'objet d'intenses recherches. Ainsi, pendant longtemps, le record européen d'art rupestre a vraiment donné le ton à ce que nous nous attendions à voir », a déclaré l'archéologue de l'Université de Victoria, April Nowell, qui n'était pas impliquée dans la recherche, dans un e-mail. "Nous savons depuis longtemps que cette vision de l'Europe comme une" école de finition " n'est plus tenable, et la richesse des découvertes en Australie et en Indonésie continue de souligner ce point. "

La peinture murale est d'importance mondiale, déclare Peter Veth, un archéologue de l'Université d'Australie occidentale qui a examiné les ébauches de l'étude : Indigènes asiatiques montrant les relations homme-animal avant sapiens même arrivé en Europe.

Comment les chercheurs déterminent-ils l'âge d'une peinture rupestre ? Une méthode fournit une estimation indirecte en révélant quand les minéraux ont commencé à croître par rapport à l'art fini. Ces minéraux contiennent naturellement des traces d'uranium radioactif, qui se désintègre en thorium à un rythme prévisible. Plus le gisement est ancien, plus il contiendra de thorium par rapport à l'uranium.

Pour la nouvelle fresque murale, l'équipe d'Aubert et Brumm a échantillonné des dépôts qui se sont développés sur des parties de la peinture et a découvert que les minéraux ont commencé à se former il y a entre 35 100 et 43 900 ans. Comme il est possible que la peinture murale ait été réalisée encore plus tôt, les chercheurs traitent ces dates comme des minimums. Et parce que l'équipe pense que la peinture murale a été réalisée d'un seul coup, elle utilise la date la plus ancienne - 43 900 ans - comme âge minimum de l'ensemble de la peinture murale.

Aubert est confiant que ces dates tiendront. D'une part, l'équipe a échantillonné des minéraux qui se sont clairement formés sur la couche de pigment de la peinture et étaient donc assurément plus jeunes que la peinture. Les échantillons ne semblent pas avoir lessivé de l'uranium au fil du temps, ce qui élimine une source possible d'erreur. Il est également clair que les anciens habitants de Sulawesi avaient développé des côtelettes artistiques. Une fouille à proximité dirigée par Brumm a trouvé des « crayons » et des bijoux vieux de 30 000 ans.

Elisabeth Culley, archéologue à l'Arizona State University spécialisée dans l'art rupestre, convient que la peinture de Sulawesi est au moins aussi ancienne que les peintures de la grotte Chauvet en France, qui datent d'il y a entre 30 000 et 32 ​​000 ans. Elle convient également que l'œuvre d'art représente une scène appropriée.

"Je ne pense pas que l'interprétation soit controversée", dit-elle. "Les chiffres sont orientés les uns vers les autres, [and] ce n'est pas simplement dynamique - il semble y avoir du mouvement."


Roches et radioactivité

Les habitants de l'île connaissent depuis longtemps ces peintures, car ils ont rencontré les œuvres étonnantes lors de la chasse aux nids d'oiseaux comestibles. L'œuvre d'art a finalement été documentée dans les années 1990 et datée plus tard. Mais de nombreux échantillons étaient poreux, explique Aubert, ce qui donne notoirement des âges plus anciens que la réalité. À l'époque, l'équipe s'était fixée sur un âge minimum prudent de 10 000 ans.

Aubert et ses collègues se sont aventurés dans les grottes en 2016 et 2017 pour collecter de nouveaux échantillons non poreux et retester les âges en utilisant la même méthode, qui repose sur l'égouttement d'eau omniprésent. Au fur et à mesure que le liquide s'infiltre à travers la roche et les sédiments au-dessus, l'eau dissout lentement à la fois le calcaire et l'uranium radioactif naturel. Il dépose ensuite les substances dans des revêtements de carbonate de calcium sur les parois de la grotte.

L'uranium se dégrade de manière prévisible en thorium, et parce que l'eau laisse cet élément derrière lui dans son cheminement, les scientifiques peuvent mesurer le rapport de l'uranium au thorium pour déterminer l'âge de diverses caractéristiques. Au total, l'équipe a analysé 15 échantillons de carbonate de calcium provenant de six sites de grottes, en puisant dans des dépôts au-dessus et en dessous des dessins qui prennent en sandwich l'art dans le temps.

Les nouvelles dates semblent définir trois étapes de l'art paléolithique dans la région, et elles montrent un passage de la représentation des animaux à la présentation du monde humain.

« Nous ne nous attendions pas du tout à cela », dit Aubert.

La phase la plus ancienne est composée d'images orange rougeâtre commençant il y a entre 40 000 et 52 000 ans, y compris les éclats de couleur décrivant les mains anciennes et les animaux ressemblant à des bovidés. Les images violet foncé marquent une deuxième période chronométrée il y a environ 20 000 ans. De nombreuses mains composent cette phase, mais elles sont ornées de points, de tirets et de lignes ressemblant à des tatouages. Des vrilles en forme de vigne relient les mains entre elles. Les pigments rouges et violets semblent être faits du même matériau, l'un peut simplement être plus altéré que l'autre, note Aubert.

Une silhouette humaine mince de couleur mûre datant d'environ 13 600 ans mène l'art dans la troisième phase. Cette période est dominée par des formes géométriques pigmentées de noir et des figures de bâtons engagées dans des activités telles que la danse, la navigation de plaisance et la chasse. Trouvés ailleurs sur l'île de Bornéo, ces dessins aux pigments noirs n'auraient que quelques milliers d'années.


Contenu

Près de 350 grottes ont été découvertes en France et en Espagne qui contiennent de l'art de la préhistoire. Initially, the age of the paintings had been a contentious issue, since methods like radiocarbon dating can produce misleading results if contaminated by other samples, [9] and caves and rocky overhangs (where parietal art is found) are typically littered with debris from many time periods. But subsequent technology has made it possible to date the paintings by sampling the pigment itself, torch marks on the walls, [10] or the formation of carbonate deposits on top of the paintings. [11] The subject matter can also indicate chronology: for instance, the reindeer depicted in the Spanish cave of Cueva de las Monedas places the drawings in the last Ice Age.

The oldest known cave painting is a red hand stencil in Maltravieso cave, Cáceres, Spain. It has been dated using the uranium-thorium method [11] to older than 64,000 years and was made by a Neanderthal. [4] The oldest date given to an animal cave painting is now a depiction of several human figures hunting pigs in the caves in the Maros-Pangkep karst of South Sulawesi, Indonesia, dated to be over 43,900 years old. [8] Before this, the oldest known figurative cave paintings were that of a bull dated to 40,000 years, at Lubang Jeriji Saléh cave, East Kalimantan, Borneo, [12] and a depiction of a pig with a minimum age of 35,400 years at Timpuseng cave in Sulawesi. [1]

The earliest known European figurative cave paintings are those of Chauvet Cave in France, dating to earlier than 30,000 BCE (Upper Paleolithic) according to radiocarbon dating. [13] Some researchers believe the drawings are too advanced for this era and question this age. [14] However, more than 80 radiocarbon dates had been obtained by 2011, with samples taken from torch marks and from the paintings themselves, as well as from animal bones and charcoal found on the cave floor. The radiocarbon dates from these samples show that there were two periods of creation in Chauvet: 35,000 years ago and 30,000 years ago. One of the surprises was that many of the paintings were modified repeatedly over thousands of years, possibly explaining the confusion about finer paintings that seemed to date earlier than cruder ones. [15]

In 2009, cavers discovered drawings in Coliboaia Cave in Romania, stylistically comparable to those at Chauvet. [16] An initial dating puts the age of an image in the same range as Chauvet: about 32,000 years old. [17]

In Australia, cave paintings have been found on the Arnhem Land plateau showing megafauna which are thought to have been extinct for over 40,000 years, making this site another candidate for oldest known painting however, the proposed age is dependent on the estimate of the extinction of the species seemingly depicted. [18] Another Australian site, Nawarla Gabarnmang, has charcoal drawings that have been radiocarbon-dated to 28,000 years, making it the oldest site in Australia and among the oldest in the world for which reliable date evidence has been obtained. [19]

Other examples may date as late as the Early Bronze Age, but the well-known Magdalenian style seen at Lascaux in France (c. 15,000 BCE) and Altamira in Spain died out about 10,000 BCE, coinciding with the advent of the Neolithic period. Some caves probably continued to be painted over a period of several thousands of years. [20]

The next phase of surviving European prehistoric painting, the rock art of the Iberian Mediterranean Basin, was very different, concentrating on large assemblies of smaller and much less detailed figures, with at least as many humans as animals. This was created roughly between 10,000 and 5,500 years ago, and painted in rock shelters under cliffs or shallow caves, in contrast to the recesses of deep caves used in the earlier (and much colder) period. Although individual figures are less naturalistic, they are grouped in coherent grouped compositions to a much greater degree.

The most common subjects in cave paintings are large wild animals, such as bison, horses, aurochs, and deer, and tracings of human hands as well as abstract patterns, called finger flutings. The species found most often were suitable for hunting by humans, but were not necessarily the actual typical prey found in associated deposits of bones for example, the painters of Lascaux have mainly left reindeer bones, but this species does not appear at all in the cave paintings, where equine species are the most common. Drawings of humans were rare and are usually schematic as opposed to the more detailed and naturalistic images of animal subjects. Kieran D. O'Hara, geologist, suggests in his book Cave Art and Climate Change that climate controlled the themes depicted. [21] Pigments used include red and yellow ochre, hematite, manganese oxide and charcoal. Sometimes the silhouette of the animal was incised in the rock first, and in some caves all or many of the images are only engraved in this fashion, [ citation requise ] taking them somewhat out of a strict definition of "cave painting".

Similarly, large animals are also the most common subjects in the many small carved and engraved bone or ivory (less often stone) pieces dating from the same periods. But these include the group of Venus figurines, which have no real equivalent in cave paintings. [ citation requise ]

Hand stencils, formed by placing a hand against the wall and covering the surrounding area in pigment result in the characteristic image of a roughly round area of solid pigment with the uncoloured shape of the hand in the centre, these may then be decorated with dots, dashes, and patterns. Often, these are found in the same caves as other paintings, or may be the only form of painting in a location. Some walls contain many hand stencils. Similar hands are also painted in the usual fashion. A number of hands show a finger wholly or partly missing, for which a number of explanations have been given. Hand images are found in similar forms in Europe, Eastern Asia and South America. [22]

Theories and interpretations Edit

In the early 20th century, following the work of Walter Baldwin Spencer and Francis James Gillen, scholars such as Salomon Reinach, Henri Breuil and Count Bégouën [fr] interpreted the paintings as 'utilitarian' hunting magic to increase the abundance of prey. [23] Jacob Bronowski states, "I think that the power that we see expressed here for the first time is the power of anticipation: the forward-looking imagination. In these paintings the hunter was made familiar with dangers which he knew he had to face but to which he had not yet come." [24]

Another theory, developed by David Lewis-Williams and broadly based on ethnographic studies of contemporary hunter-gatherer societies, is that the paintings were made by paleolithic shamans. [25] The shaman would retreat into the darkness of the caves, enter into a trance state, then paint images of their visions, perhaps with some notion of drawing out power from the cave walls themselves.

R. Dale Guthrie, who has studied both highly artistic and lower quality art and figurines, identifies a wide range of skill and age among the artists. He hypothesizes that the main themes in the paintings and other artifacts (powerful beasts, risky hunting scenes and the representation of women in the Venus figurines) are the work of adolescent males, who constituted a large part of the human population at the time. [26] [ vérification nécessaire ] However, in analyzing hand prints and stencils in French and Spanish caves, Dean Snow of Pennsylvania State University has proposed that a proportion of them, including those around the spotted horses in Pech Merle, were of female hands. [27]

Europe Edit

Well-known cave paintings include those of:

14,500 ys old cave etchings and bas-reliefs discovered in 2003), Peștera Coliboaia in Romania (

Rock painting was also performed on cliff faces but fewer of those have survived because of erosion. One example is the rock paintings of Astuvansalmi (3000–2500 BC) in the Saimaa area of Finland.

When Marcelino Sanz de Sautuola first encountered the Magdalenian paintings of the Cave of Altamira in Cantabria, Spain in 1879, the academics of the time considered them hoaxes. Recent reappraisals and numerous additional discoveries have since demonstrated their authenticity, while at the same time stimulating interest in the artistry and symbolism [31] of Upper Palaeolithic peoples.

East and Southeast Asia Edit

Originating in the Paleolithic period, the rock art found in Khoit Tsenkher Cave, Mongolia, includes symbols and animal forms painted from the walls up to the ceiling. [33] Stags, buffalo, oxen, ibex, lions, Argali sheep, antelopes, camels, elephants, ostriches, and other animal pictorials are present, often forming a palimpsest of overlapping images. The paintings appear brown or red in color, and are stylistically similar to other Paleolithic rock art from around the world but are unlike any other examples in Mongolia.

In Indonesia the caves in the district of Maros in Sulawesi are famous for their hand prints. About 1,500 negative handprints have also been found in 30 painted caves in the Sangkulirang area of Kalimantan preliminary dating analysis as of 2005 put their age in the range of 10,000 years old. [34] A 2014 study based on uranium–thorium dating dated a Maros hand stencil to a minimum age of 39,900 years. A painting of a babirusa was dated to at least 35.4 ka, placing it among the oldest known figurative depictions worldwide. [1]

The Padah-Lin Caves of Burma contain 11,000-year-old paintings and many rock tools.

In November 2018, scientists reported the discovery of the oldest known figurative art painting, over 40,000 (perhaps as old as 52,000) years old, of an unknown animal, in the cave of Lubang Jeriji Saléh on the Indonesian island of Borneo. [5] [6]

In January 2021, archaeologists announced the discovery of cave art at least 45,500 years old in Leang Tedongnge cave. According to the journal Science Advances, the cave painting of a warty pig is the earliest evidence of human settlement of the region. [35] [36] It has been reported that it is rapidly deteriorating as a result of climate change in the region. [37]

India Edit

The Bhimbetka rock shelters exhibit the earliest traces of human life in India. Paintings in Bhimbetka are dated to about 8,000 BCE. [38] [39] [40] [41] [42] Similar paintings are found in other parts of India as well. In Tamil Nadu, ancient Paleolithic Cave paintings are found in Kombaikadu, Kilvalai, Settavarai and Nehanurpatti. In Odisha they are found in Yogimatha and Gudahandi. In Karnataka, these paintings are found in Hiregudda near Badami. The most recent painting, consisting of geometric figures, date to the medieval period. Executed mainly in red and white with the occasional use of green and yellow, the paintings depict the lives and times of the people who lived in the caves, including scenes of childbirth, communal dancing and drinking, religious rites and burials, as well as indigenous animals. [43]

Southern Africa Edit

Cave paintings found at the Apollo 11 Cave in Namibia are estimated to date from approximately 25,500–27,500 years ago. [44]

In 2011, archaeologists found a small rock fragment at Blombos Cave, about 300 km (190 mi) east of Cape Town on the southern cape coastline in South Africa, among spear points and other excavated material. After extensive testing for seven years, it was revealed that the lines drawn on the rock were handmade and from an ochre crayon dating back 73,000 years. This makes it the oldest known rock painting. [45] [46]

Australia Edit

Significant early cave paintings, executed in ochre, have been found in Kimberley and Kakadu, Australia. Ochre is not an organic material, so carbon dating of these pictures is often impossible. The oldest so far dated at 17,300 years is an ochre painting of a kangaroo in the Kimberley region, which was dated by carbon dating wasp nest material underlying and overlying the painting. [47] Sometimes the approximate date, or at least, an epoch, can be surmised from the painting content, contextual artifacts, or organic material intentionally or inadvertently mixed with the inorganic ochre paint, including torch soot. [dix]

A red ochre painting, discovered at the centre of the Arnhem Land Plateau, depicts two emu-like birds with their necks outstretched. They have been identified by a palaeontologist as depicting the megafauna species Genyornis, giant birds thought to have become extinct more than 40,000 years ago however, this evidence is inconclusive for dating. It may suggest that Genyornis became extinct at a later date than previously determined. [18]

Hook Island in the Whitsunday Islands is also home to a number of cave paintings created by the seafaring Ngaro people. [48]

Asia Edit

In the Philippines at Tabon Caves the oldest artwork may be a relief of a shark above the cave entrance. It was partially disfigured by a later jar burial scene. [ citation requise ]

The Edakkal Caves of Kerala, India, contain drawings that range over periods from the Neolithic as early as 5,000 BCE to 1,000 BCE. [49] [50] [51]

Horn of Africa Edit

Rock art near Qohaito appears to indicate habitation in the area since the fifth millennium BC, while the town is known to have survived to the sixth century AD. Mount Emba Soira, Eritrea's highest mountain, lies near the site, as does a small successor village. Much of the rock art sites are found together with evidence of prehistoric stone tools, suggesting that the art could predate the widely presumed pastoralist and domestication events that occurred 5000– 4000 years ago. [52] [53]

In 2002, a French archaeological team discovered the Laas Geel cave paintings on the outskirts of Hargeisa in Somaliland. Dating back around 5,000 years, the paintings depict both wild animals and decorated cows. They also feature herders, who are believed to be the creators of the rock art. [54] In 2008, Somali archaeologists announced the discovery of other cave paintings in Dhambalin region, which the researchers suggest includes one of the earliest known depictions of a hunter on horseback. The rock art is dated to 1000 to 3000 BCE. [55] [56]

Additionally, between the towns of Las Khorey and El Ayo in Karinhegane is a site of numerous cave paintings of real and mythical animals. Each painting has an inscription below it, which collectively have been estimated to be around 2,500 years old. [57] [58] Karihegane's rock art is in the same distinctive style as the Laas Geel and Dhambalin cave paintings. [59] [60] Around 25 miles from Las Khorey is found Gelweita, another key rock art site. [58]

In Djibouti, rock art of what appear to be antelopes and a giraffe are also found at Dorra and Balho. [61]

North Africa Edit

Many cave paintings are found in the Tassili n'Ajjer mountains in southeast Algeria. A UNESCO World Heritage Site, the rock art was first discovered in 1933 and has since yielded 15,000 engravings and drawings that keep a record of the various animal migrations, climatic shifts, and change in human inhabitation patterns in this part of the Sahara from 6000 BCE to the late classical period. [62] Other cave paintings are also found at the Akakus, Mesak Settafet and Tadrart in Libya and other Sahara regions including: Ayr mountains, Niger and Tibesti, Chad.

The Cave of Swimmers and the Cave of Beasts in southwest Egypt, near the border with Libya, in the mountainous Gilf Kebir region of the Sahara Desert. The Cave of Swimmers was discovered in October 1933 by the Hungarian explorer László Almásy. The site contains rock painting images of people swimming, which are estimated to have been created 10,000 years ago during the time of the most recent Ice Age.

In 2020, limestone cave decorated with scenes of animals such as donkeys, camels, deer, mule and mountain goats was uncovered in the area of Wadi Al-Zulma by the archaeological mission from the Tourism and Antiquities Ministry. Rock art cave is 15 meters deep and 20 meters high. [63] [64]

Southern Africa Edit

At uKhahlamba / Drakensberg Park, South Africa, now thought to be some 3,000 years old, the paintings by the San people who settled in the area some 8,000 years ago depict animals and humans, and are thought to represent religious beliefs. Human figures are much more common in the rock art of Africa than in Europe. [65]

North America Edit

Distinctive monochrome and polychrome cave paintings and murals exist in the mid-peninsula regions of southern Baja California and northern Baja California Sur, consisting of Pre-Columbian paintings of humans, land animals, sea creatures, and abstract designs. These paintings are mostly confined to the sierras of this region, but can also be found in outlying mesas and rock shelters. According to recent radiocarbon studies of the area, of materials recovered from archaeological deposits in the rock shelters and on materials in the paintings themselves, suggest that the Great Murals may have a time range extending as far back as 7,500 years ago. [66]

Native artists in the Chumash tribes created cave paintings that are located in present-day Santa Barbara, Ventura, and San Luis Obispo Counties in Southern California in the United States. They include examples at Burro Flats Painted Cave and Chumash Painted Cave State Historic Park.

There are also Native American pictogram examples in caves of the Southwestern United States. Cave art that is 6,000 years old was found in the Cumberland Plateau region of Tennessee. [67]

South America Edit

Serra da Capivara National Park is a national park in the north east of Brazil with many prehistoric paintings the park was created to protect the prehistoric artifacts and paintings found there. It became a World Heritage Site in 1991. Its best known archaeological site is Pedra Furada.

It is located in northeast state of Piauí, between latitudes 8° 26' 50" and 8° 54' 23" south and longitudes 42° 19' 47" and 42° 45' 51" west. It falls within the municipal areas of São Raimundo Nonato, São João do Piauí, Coronel José Dias and Canto do Buriti. It has an area of 1291.4 square kilometres (319,000 acres). The area has the largest concentration of prehistoric small farms on the American continents. Scientific studies confirm that the Capivara mountain range was densely populated in prehistoric periods.

Cueva de las Manos (Spanish for "Cave of the Hands") is a cave located in the province of Santa Cruz, Argentina, 163 km (101 mi) south of the town of Perito Moreno, within the borders of the Francisco P. Moreno National Park, which includes many sites of archaeological and paleontological importance.

The hand images are often negative (stencilled). Besides these there are also depictions of human beings, guanacos, rheas, felines and other animals, as well as geometric shapes, zigzag patterns, representations of the sun, and hunting scenes. Similar paintings, though in smaller numbers, can be found in nearby caves. There are also red dots on the ceilings, probably made by submerging their hunting bolas in ink, and then throwing them up. The colours of the paintings vary from red (made from hematite) to white, black or yellow. The negative hand impressions date to around 550 BCE, the positive impressions from 180 BCE, while the hunting drawings are calculated to more than 10,000 years old. [68] Most of the hands are left hands, which suggests that painters held the spraying pipe with their right hand. [ citation requise ]

Southeast Asia Edit

There are rock paintings in caves in Thailand, Malaysia, Indonesia, and Burma. In Thailand, caves and scarps along the Thai-Burmese border, in the Petchabun Range of Central Thailand, and overlooking the Mekong River in Nakorn Sawan Province, all contain galleries of rock paintings. In Malaysia, the Tambun rock art is dated at 2000 years, and those in the Painted Cave at Niah Caves National Park are 1200 years old. The anthropologist Ivor Hugh Norman Evans visited Malaysia in the early 1920s and found that some of the tribes (especially Negritos) were still producing cave paintings and had added depictions of modern objects including what are believed to be automobiles. [69] (See prehistoric Malaysia.)


Voir la vidéo: art pariétal et peintures rupestres- histoire de lart (Décembre 2021).