Informations

L'homme qui a inventé le patinage artistique s'est moqué de l'Amérique


Près de 60 ans avant les premiers Jeux olympiques d'hiver, bien avant que le patinage artistique ne soit même un sport, un Américain du nom de Jackson Haines s'est fait connaître pour les pirouettes, les danses et les sauts dramatiques qu'il effectuait sur la glace.

Le chemin de Haines vers la gloire et la fortune n'a pas été facile. Il s'est moqué de la glace dans son pays d'origine et a passé des années à essayer de convaincre le public européen qu'il voulait regarder la danse sur glace. Mais avec un peu de talent et une tête ingénieuse pour les affaires, l'athlète américain a changé la façon dont le monde envisage le patinage.

Grâce à Haines, maintenant connu comme le père du patinage artistique, la danse sur glace est devenue un sport apprécié dans le monde entier.

Le patinage sur glace existe depuis des milliers d'années, depuis environ 3000 avant JC, lorsque les Scandinaves indigènes utilisaient des os d'animaux taillés pour se propulser sur la glace. Mais le patinage artistique a mis un peu plus de temps à voir le jour. Bien que le patinage sur glace était un passe-temps apprécié à l'époque victorienne, il y avait peu d'art impliqué. Pendant les périodes de froid, les amateurs de patinage se rendaient dans les étangs et les lacs gelés sur des lames rugueuses forgées à la main attachées par des lanières de cuir aux chaussures.

Dans les années qui ont précédé la guerre de Sécession, les États-Unis sont tombés sous le charme d'un engouement pour le patinage, formant des clubs et inaugurant l'aube du patinage en tant que sport de compétition. Cependant, les mouvements raides de ces premiers patineurs – dont la plupart pratiquaient le patinage « à l'anglaise » – seraient presque méconnaissables pour le public d'aujourd'hui. Sur la glace, ils exécutaient leurs mouvements en réponse à un « appelant », qui criait les noms des formations et des mouvements à ceux qui se déplaçaient sur la glace. En réponse, les patineurs exécutaient les différentes postures. Les genoux devaient rester dépliés et les bras non levés. C'était formel, étouffant et techniquement exigeant.

Il a fallu Jackson Haines pour détendre les choses sur la glace. Né à New York en 1840, Haines était un danseur de formation et un artiste né. Il voulait traduire ses mouvements de ballet sur la glace. Au cours des années 1860, Haines a commencé à patiner en musique au lieu des instructions des appelants, effectuant des mouvements fluides qui étaient complètement différents des formations glaciales pratiquées par les patineurs de style anglais.

Au dire de tous, le public ne savait pas quoi penser du patinage improvisé et fluide de Haines. Il s'est donc dirigé vers l'Europe, laissant derrière lui sa femme et ses deux jeunes enfants, à la recherche d'un public plus libéral. Bien qu'on ne sache pas comment il a été reçu en Angleterre, les archives montrent qu'il était apprécié des spectateurs en Suède, en Norvège et en Russie.

Les expositions de patinage de Haines, accompagnées de musique, de sauts et de pirouettes, sont devenues une attraction incontournable pour le public de toute l'Europe, et il a remporté des prix comme une médaille d'or incrustée de pierres précieuses et une bague en diamant pour ses performances. Pour rendre ses mouvements plus faciles à réaliser, Haines a attaché ses lames de patin directement à ses bottes.

Haines était créatif, mais il était aussi entreprenant. Devenu la coqueluche du public viennois, il capitalise sur l'obsession de la capitale autrichienne pour la valse en l'intégrant à son programme. Lors d'une représentation en 1868 en présence de l'empereur François-Joseph Ier et d'autres sommités locales, Haines a montré son nouveau style dramatique de patinage.

« Il a tiré sur une longue [spirale] extérieure qui a pris toute la circonférence de la zone, a effectué une pirouette et a levé son chapeau à un grand-duc qui était présent », a écrit un spectateur américain. « Quand le groupe est passé de l'ouverture à l'air de la valse, il a fait un double rouleau croisé à l'envers. »

La performance a provoqué une « grande sensation », a écrit le spectateur – et Haines a capitalisé sur l'excitation. Il a créé au moins une école de patinage à Vienne, et son style de danse sur glace est devenu connu sous le nom de style viennois et plus tard international. Pour la première fois, sous l'impulsion de Haines, les gens ont commencé à exécuter des danses sociales sur la glace.

À Vienne, Haines se lie d'amitié avec un élève nommé Franz Bellazzi. Ensemble, ils ont exécuté ce qui semble avoir été l'un des premiers exemples de patinage en couple sur glace au cours d'une routine dans laquelle Haines – habillé en ours – valsait avec son « entraîneur ». En raison de sa participation à la danse sur glace homosexuelle, certains historiens du sport le considèrent comme un pionnier LGBT.

Haines n'a jamais eu l'occasion de ramener ses danses sur glace populaires aux États-Unis. En janvier 1875 (certaines sources disent 1876), il mourut en Finlande après avoir soi-disant contracté une pneumonie alors qu'il voyageait de Saint-Pétersbourg à Stockholm en traîneau dans une tempête de neige. Comme le souligne l'historien du sport James R. Hines, cette cause dramatique de décès - et de nombreux autres détails de la vie de Haines - est probablement une légende. (Haines est probablement mort de tuberculose.)

Les styles de patinage artistique et athlétique d'aujourd'hui ne ressemblent pas beaucoup à la danse sur glace que Haines a contribué à rendre populaire. Mais les fans de ce sport peuvent toujours repérer son influence sur la glace dans l'un des mouvements les plus basiques du patinage artistique : la pirouette assise. La prochaine fois que vous verrez un patineur s'accroupir sur une jambe en tournant sur place, remerciez Haines, le premier gentleman flamboyant du patinage artistique.


Les archéologues ont découvert des patins à glace fabriqués à partir d'os dans toute l'Europe du Nord et la Russie pendant des années, ce qui a conduit les scientifiques à postuler que ce mode de transport était à un moment donné moins une activité qu'une nécessité. Une paire tirée du fond d'un lac en Suisse, datant d'environ 3000 avant JC, est considérée comme l'un des plus vieux patins jamais trouvés. Ils sont fabriqués à partir des os des pattes de gros animaux, avec des trous percés dans chaque extrémité de l'os dans lesquels des lanières de cuir ont été insérées et utilisées pour attacher les patins au pied. Il est intéressant de noter que l'ancien mot néerlandais pour skate est schenkel, ce qui signifie « os de la jambe ».

Cependant, une étude de 2008 sur la géographie et le terrain de l'Europe du Nord a conclu que les patins à glace sont probablement apparus pour la première fois en Finlande il y a plus de 4000 ans. Cette conclusion était basée sur le fait que, étant donné le nombre de lacs en Finlande, ses habitants auraient dû inventer un moyen de gagner du temps pour naviguer à travers le pays. De toute évidence, cela aurait permis d'économiser un temps et une énergie précieux pour trouver un moyen de traverser les lacs, plutôt que de les contourner.


Islande

En 1920, Zamboni, alors âgé de seulement 19 ans, a quitté l'Utah pour la Californie du Sud avec son frère Lawrence. Les deux frères ont rapidement commencé à vendre de la glace en blocs, que les grossistes laitiers locaux « utilisaient pour emballer leurs produits qui étaient transportés par chemin de fer à travers le pays », selon le site Web informatif et animé de la société Zamboni. « Mais à mesure que la technologie de réfrigération s'améliorait, la demande de blocs de glace a commencé à diminuer » et les frères Zamboni ont commencé à chercher une autre opportunité commerciale.

Ils l'ont trouvé dans le patinage sur glace, dont la popularité montait en flèche à la fin des années 1930. "Donc, en 1939, Frank, Lawrence et un cousin ont construit la patinoire islandaise à Paramount", une ville à environ 30 miles au sud-est de Los Angeles, note le site Web de la société. C'était, au moment de son ouverture en 1940, avec 20 000 pieds carrés de glace, la plus grande patinoire au monde et pouvait accueillir jusqu'à 800 patineurs à la fois.

Les affaires marchaient bien, mais pour lisser la glace, il a fallu quatre ou cinq ouvriers - et un petit tracteur - au moins une heure pour gratter la glace, enlever les copeaux et pulvériser une nouvelle couche d'eau sur la patinoire. Il a fallu encore une heure pour que l'eau gèle. Cela a amené Frank Zamboni à penser: "J'ai finalement décidé de commencer à travailler sur quelque chose qui le ferait plus rapidement", a déclaré Zamboni dans une interview en 1985. Neuf ans plus tard, en 1949, la première Zamboni, appelée le modèle A, a été introduite.


Champions du 20e siècle

Le patinage artistique compte actuellement plus de femmes que d'hommes, mais cela n'a pas toujours été le cas. Lors des premiers championnats du monde, tenus à Saint-Pétersbourg en 1896, seule une épreuve masculine a été patinée. Les couples n'ont été introduits qu'en 1908 et la danse sur glace pas avant 1952. La première femme à participer à un championnat du monde, Madge Syers de Grande-Bretagne, l'a fait en 1902. Parce que les règles ne précisaient pas le sexe des participants, Syers est entrée dans le monde championnats organisés à Londres, et elle a terminé deuxième derrière Salchow, qui lui a offert sa médaille d'or parce qu'il pensait qu'elle aurait dû gagner l'événement. L'année suivante, les règles de l'ISU ont été modifiées pour spécifier que les femmes ne pouvaient pas participer à l'événement, mais une catégorie féminine distincte, que Syers a remportée les deux premières années, a finalement été créée trois ans plus tard.

Vingt et un ans plus tard, Sonja Henie est devenue la première grande star du patinage féminin. Elle a régné en tant que championne du monde de 1927 à 1936 et a transformé sa renommée en une carrière hollywoodienne. Gagnant son premier titre mondial à l'âge de 14 ans, elle était la plus jeune championne jusqu'à ce que Tara Lipinski remporte le championnat du monde en 1997 à un âge de deux mois plus jeune que Henie. Lipinski a également détrôné Henie en tant que plus jeune championne olympique féminine en remportant la médaille d'or en 1998 alors qu'elle avait 15 ans. La Canadienne Barbara Ann Scott, la première non européenne à remporter un championnat du monde, est devenue une patineuse professionnelle, tout comme Henie et Lipinski, après avoir remporté une médaille d'or olympique en 1948.

Dick Button a été la première grande star masculine américaine du 20e siècle. Maintenant considéré comme la « voix du patinage artistique », il a remporté cinq titres mondiaux (de 1948 à 1952) et deux médailles d'or olympiques (1948 et 1952) ainsi que sept championnats nationaux américains (de 1947 à 1953). Button a également réalisé un double axel aux Jeux olympiques d'hiver de 1948 à Saint-Moritz, en Suisse, le premier patineur à réussir un tel saut en compétition. Alors que le succès de Button a ouvert la voie à l'émergence de plus de sauts multirévolutionnaires en patinage artistique, d'autres patineurs masculins ont développé différents aspects du sport. Karl Schäfer, par exemple, a introduit de nouveaux éléments dans le spinning en créant un « blur spin » ou un scratch spin, où le patineur tourne rapidement sur un pied en position verticale.

La communauté américaine du patinage artistique a été dévastée en 1961 par un accident d'avion qui a tué toute l'équipe américaine. L'équipe était en route pour Prague pour les championnats du monde lorsque l'avion s'est écrasé à l'approche de Bruxelles. Les championnats ont été annulés. Bien que les États-Unis aient perdu des championnes du monde potentielles telles que Laurence Owen, le patinage américain est revenu à la notoriété mondiale en 1966 lorsque Peggy Fleming, réputée pour son élégance et sa grâce, a remporté le titre mondial féminin à Davos, en Suisse, et une médaille d'or olympique deux ans plus tard à Grenoble, France. Fleming a suivi les traces de grands champions olympiques américains tels que Tenley Albright (1956) et Carol Heiss (1960). Janet Lynn, médaillée de bronze olympique en 1972 à Sapporo, au Japon, et Dorothy Hamill, médaillée d'or olympique en 1976 à Innsbruck, en Autriche, ont également participé à l'ascension du patinage féminin aux États-Unis. Parmi les nouveaux entraîneurs qui sont allés aux États-Unis figuraient Carlo Fassi, un champion italien en simple dans les années 40 et 50. Il a entraîné les Américains Fleming et Hamill ainsi que les champions olympiques britanniques John Curry et Robin Cousins.

Katarina Witt d'Allemagne de l'Est, dominant le simple féminin d'une manière qui n'avait pas été vue depuis Henie, a remporté des médailles d'or olympiques aux Jeux d'hiver de 1984 (Sarajevo, Yougoslavie) et 1988 (Calgary, Alberta). L'Américain Scott Hamilton (voir Encadré : Scott Hamilton : Training for Olympic Gold) a remporté quatre championnats du monde (1981-1984) ainsi qu'une médaille d'or olympique en 1984. Auparavant, les frères américains Hayes et David Jenkins avaient remporté des médailles d'or olympiques successives aux Jeux de 1956 et 1960. Brian Boitano a poursuivi la domination olympique américaine en remportant la médaille d'or en 1988.

Alors que les États-Unis continuaient à produire des champions en simple, l'Union soviétique était le maître des paires. Les patineurs en couple français Andrée et Pierre Brunet ont remporté des médailles d'or olympiques en 1928 et 1932, mais la domination de l'Union soviétique est devenue apparente dans les années 1960 et a duré jusqu'au 21e siècle. Lyudmila Belousova et Oleg Protopopov ont remporté des médailles d'or olympiques aux Jeux de 1964 (Innsbruck) et 1968 (Grenoble). Irina Rodnina a remporté trois médailles d'or olympiques (de 1972 à 1980) avec deux partenaires différents, Aleksey Ulanov et Aleksandr Zaytsev. Cette domination s'est poursuivie dans les années 1980 lorsque Yelena Valova et Oleg Vassilyev ont remporté l'or en 1984 (Sarajevo). Yekaterina Gordeeva et Sergey Grinkov ont remporté l'or à deux reprises (1988 et 1994), tout comme Artur Dmitriyev (1992 et 1998) avec deux partenaires différents, Natalya Mishkutenok et Oksana Kazakova. La médaille d'or olympique de 2002 a été partagée par deux paires en raison d'une controverse au niveau des juges : Yelena Berezhnaya et Anton Sikharulidze de Russie et Jamie Salé et David Pelletier du Canada.

La danse sur glace a été introduite en tant qu'événement olympique en 1976 et les équipes soviétiques ont dominé le sport. Les équipes de ce pays ont remporté une médaille d'or olympique en 1976 (Lyudmila Pakhomova et Aleksandr Gorshkov), 1980 (Natalia Linichuk et Gennady Karponosov), 1988 (Natalia Bestemianova et Andrey Bukin), 1992 (Marina Klimova et Sergey Ponomarenko), et 1994 et 1998 (Oksana Grichuk et Yevgeny Platov). Cependant, les Britanniques Jayne Torvill et Christopher Dean ont remporté l'or en 1984, et les Français Marina Anissina et Gwendal Peizerat se sont classés premiers en 2002, remportant la première médaille d'or de la France en patinage artistique depuis 1932.

Les théories varient sur la raison de la domination de l'ex-Union soviétique. Une école de pensée affirme que les forces politiques et culturelles du pays ont privilégié les réalisations de groupe plutôt que les réalisations individuelles. L'accent culturel mis sur la danse et le ballet peut également avoir été un facteur, ainsi que la tendance des paires et des équipes de danse à rester ensemble, car les athlètes ont été généreusement récompensés sous le régime soviétique. De plus, les meilleurs entraîneurs en simple ne résidaient pas en Russie mais en Europe occidentale et aux États-Unis. Cependant, avec l'éclatement de l'Union soviétique en 1991, de nombreux entraîneurs russes et leurs patineurs ont déménagé aux États-Unis pour profiter de ses installations d'entraînement supérieures. Les couples et équipes de danse européens et américains ont bénéficié de l'entraînement russe, et l'écart entre la Russie et le reste du monde a commencé à se réduire. Dans le même temps, les Russes ont commencé à produire de meilleurs patineurs en simple, en partie grâce à l'accès aux installations et aux entraînements américains et en partie parce qu'ils utilisaient des techniques d'entraînement différentes, ce qui les distinguait. Les Russes ont commencé à dominer le patinage artistique masculin en 1992 lorsque Viktor Petrenko a remporté la médaille d'or olympique. En 1994, Aleksey Urmanov a remporté la médaille d'or olympique, tandis qu'Ilya Kulik l'a remportée en 1998 et Aleksey Yagudin en 2002.


Qui a inventé le patinage sur glace ?

L'histoire du patinage sur glace a commencé il y a 4000 ans en Finlande. Les premiers patins étaient attachés aux pieds et les gens glissaient. Qui l'a inventé, et dans quel but est inconnu. Son histoire postérieure, cependant, est bien connue.

Évolution des patins à glace

C'est vers le 13ème siècle que des lames d'acier ont été incorporées dans les patins. Cela a permis au patin de couper à travers la glace. Certains historiens affirment en fait que son histoire proprement dite a commencé dans l'Europe du 14ème siècle. Hormis les lames en acier, les parties inférieures ont été affûtées. On ne sait toujours pas qui est à l'origine de ces innovations.

Quoi qu'il en soit, l'histoire du patinage sur glace indique que les patins sont devenus largement utilisés. Les membres de la famille royale et les gens du commun ont trouvé l'idée de rouler sur des patins agréable en tant que sport. Un compte indique que le roi Jacques II a popularisé le sport. Il était en visite aux Pays-Bas lorsqu'il a vu des gens faire du patin à glace.

Le patinage sur glace devient populaire

Au début de la Renaissance, le patinage sur glace s'était répandu sur tout le continent. Plusieurs œuvres d'art de l'époque montrent des personnes en patins. Pendant ce temps, des patinoires ont commencé à apparaître. L'empereur Rodolphe II fit construire une patinoire spécialement pour lui.

Les autres membres de la famille royale qui ont apprécié le sport étaient le roi français Louis XVI et Napoléon III. Au fur et à mesure que l'histoire du patinage sur glace évoluait en Europe, la famille Stuart est également devenue amoureuse de l'activité.

Dans certaines parties de l'Europe, l'activité était réservée aux aristocrates ou à la royauté. Mais finalement, le patinage sur glace a touché les masses. Sans aucun doute, ce développement a été crucial pour répandre la popularité du patinage sur glace dans son ensemble.

À la fin des années 1500, le patinage sur glace était devenu bien connu sur tout le continent. En 1642, le Skating Club of Edinburgh est créé. Il est devenu très populaire auprès des laïcs et sera bientôt suivi par d'autres.

Bien qu'il ait commencé comme une activité de loisir, il est finalement devenu une compétition sportive. Dans les années 1760, plusieurs concours étaient organisés. Ces événements allaient se révéler très populaires en Angleterre.

Alors que les Britanniques se dirigeaient vers l'Amérique, ils emportaient le sport avec eux. Tout au long des années 1800, le patinage sur glace est lentement devenu populaire aux États-Unis. Le sport avait atteint une grande popularité qu'en 1889, un événement de championnat du monde a été organisé aux Pays-Bas. C'était le premier dans l'histoire du patinage sur glace.

Évolution des patins à glace

La pince tout en métal a été inventée en 1848 à Philadelphie. Pendant plusieurs années, c'était l'appareil utilisé par les patineurs. Dans les années 1870, la patinoire artificielle était déjà installée en Angleterre. Une autre innovation a eu lieu en 1914. C'était l'invention des lames d'orteil.

Depuis, de nombreuses innovations ont été introduites. La concurrence entre les entreprises a entraîné la vente de nombreux types et variantes. Aujourd'hui, on peut aussi acheter des casques pour éviter les accidents en patinant.

L'origine et l'histoire du patinage sur glace font encore l'objet de discussions et de débats. Mais sa popularité dans de nombreuses régions du monde ne peut plus être remise en question.


L'homme qui a inventé le patinage artistique s'est moqué de l'Amérique – HISTOIRE

Regardez: Kwan dans le dernier épisode de Ice Talk – Source, IceNetwork.com

Yuzuru Hanyu pourrait être absent plus longtemps que prévu en raison d'une blessure – Source, The Japan Times

Anna Pogorilaya manquera les Jeux olympiques – par Nick Zaccardi, NBCOlympics.com

Misha Ge : "Tout ce que je sais en tant qu'entraîneur et chorégraphe vient de mes parents" – par Victoria Burdman, Figure Skaters Online

L'homme qui a inventé le patinage artistique a été ri d'Amérique – par Erin Blakemore, History.com

Les frères Kermond : pionniers de l'acrobatie sur glace – par Ryan Stevens, Skate Guard

La finale du Grand Prix Junior 2017 Nagoya, Japon Jour 3 (Galerie de photos) – Source, Absolute Skating

“J'ai parlé des quatre. Avec un plus. ” Zagitov et Sotskov se sont envolés pour Moscou : à l'aéroport “Sheremetyevo” les athlètes ont rencontré un correspondant de “Soviet Sport” – de Nikolay Mysin, Sovsport.ru

Sui Wenjing Han Cong Entretien de novembre 2017 avec sous-titres anglais – Source, Youtube.com

Le patinage artistique masculin a du désordre sur les mains (et les genoux et les fesses) – par Philip Hersh, Globetrotting


L'histoire du patinage sur glace de The Bucket

G’day Bucketeers. Aujourd'hui, j'ai un cadeau très spécial pour vous.

La plupart de mes précédents tutoriels d'histoire étaient le produit de nombreuses heures passées à étudier l'Encyclopaedia Britannica ou à me frayer un chemin à travers d'anciens manuscrits avec des mains gantées de blanc.

De temps en temps, cependant, j'ai pris des raccourcis et copié des informations directement à partir de tous les documents que j'ai volés au Musée national d'histoire au cours de la période de seize ans où j'avais une histoire d'amour extrascolaire torride avec la tante veuve du conservateur.
Elle m'a largué sans cérémonie l'année dernière après avoir développé un boitement, un zézaiement et une paupière droite tombante, qui, selon elle, étaient tous le résultat du stress causé par mes soins romantiques infatigables et persistants.

Cependant, pour notre sujet d'aujourd'hui, je peux m'appuyer fièrement sur une vaste réserve d'expérience personnelle.

En tant qu'Australien vivant sous les tropiques, j'ai naturellement une réserve extraordinaire de connaissances en patinage sur glace qui proviennent de trois sources principales

1. Examiner le comportement de ma spatule de dégivrage lorsque, une à deux fois par an, je dégivre le compartiment congélateur de mon réfrigérateur.

2. Étudier la magnifique histoire australienne des performances de patinage médaillées d'or aux Jeux olympiques d'hiver.

Un grand total de UNE.

Dans l'épreuve masculine de patinage de vitesse sur 1000 mètres aux Jeux olympiques d'hiver de 2002 en Corée du Sud, Steven Bradbury, après avoir été à la traîne pendant la majeure partie de la course, a remporté l'or après que tous les autres concurrents se soient retrouvés dans un empilement spectaculaire dans le dernier virage. . Steven s'est frayé un chemin à travers tout le carnage jusqu'à la ligne d'arrivée et, ce faisant, s'est couvert, lui et son pays, du pong pompeux de la supériorité provinciale.

3. Regarder d'innombrables heures de patinage artistique à la télévision. (Il s'agit principalement de jeunes femmes galbées vêtues de jupes jaunes diaphanes courtes – la recherche peut en effet être une tâche très onéreuse et fastidieuse.)

ou des costumes diaphanes de couleur marron

Une fois, je suis tombé amoureux de Nancy Kerrigan (photo ci-dessus) en 1994 après que la très charmante Tonya Harding ait conspiré pour faire du mal à Nancy magnifique, longue, splendide, galbée, sensuelle, sylphène, sexy ..mes excuses…..J'ai failli sombrer dans les fantasmes d'un vieil homme là-bas. Maintenant, où en étais-je ?

Oh oui. De retour aux affaires. Vous êtes ici pour l'histoire officielle du patinage sur glace, alors la voici

* * * * * * * * * * *
Le patinage sur glace permet à une minorité de personnes dans le monde de tirer le meilleur parti de la décision épouvantable que leurs ancêtres ont prise en migrant des climats africains hospitaliers aux extrémités glacées de la planète.

Il est généralement admis que le patinage sur glace a commencé sur les canaux gelés des Pays-Bas il y a plus de 1000 ans, lorsque des côtes ou des tibias d'animaux étaient attachés aux pieds.

Lorsque les Néerlandais ont voyagé en Amérique du Nord au 19e siècle, ils ont apporté avec eux leurs schaatsen ainsi que les sabots, les moulins à vent et (vraisemblablement) le courage, la maladie de l'orme, les ventes aux enchères et les fours.

La première lame de patin en acier est apparue en 1860 et le patinage de vitesse a été introduit comme sport olympique d'hiver pour les hommes à Chamonix, en France, en 1924, et pour les femmes aux Olympiades de 1960 à Squaw Valley, en Californie, après qu'une marche de protestation des filles a exigé l'égalité de la cheville. -entorse et tibia-fracture droits chez les hommes.

Le Canada a donné naissance au hockey sur glace peu de temps après qu'une foule de soldats anglais au chômage aient été observés en train de balancer des bâtons sur un petit rocher plat sur la surface glacée du lac Kingston, en Ontario, en 1867, avant que tous ne soient immédiatement confinés dans des casernes puis transportés emmenés par leur officier supérieur au Sanitorium le plus proche pour une intervention psychologique suivie d'un rapatriement en Grande-Bretagne.

Le patinage artistique est une activité à l'origine perfectionnée et rendue populaire par la championne du monde norvégienne Sonja Henie. (1913-1969)

Pour ma part, je tiens à remercier Sonja.

Le patinage artistique est sans aucun doute le sport le plus beau, le plus gracieux et le plus élégant de mon monde.

* * * * * * * * * * * *
P.S. Je viens de recevoir un communiqué urgent du père George O'8217Dowd, qui est le nouveau consultant du Bucket pour les questions de moralité, de musique pop, d'accouchement et de contraception.
Après avoir visionné une ébauche de ce Tutoriel, il m'a invité à passer du temps dans son confessionnal. Immédiatement.

Cela peut prendre un certain temps les gens.

Donc, si cela ne vous dérange pas, je vais juste regarder quelques autres photos pour me dépanner jusqu'à ce que je sorte.

Plus de didacticiels complets sur l'histoire de GOF peuvent être trouvés ICI.


Chronologie des rollers

1983: Scott Olson a fondé Rollerblade, Inc. et le terme "rollerblade" désignait le sport du patin à roues alignées parce que Rollerblade, Inc. était le seul fabricant de patins à roues alignées pendant longtemps. Pourtant, les premiers rollers fabriqués en série, bien qu'innovants, présentaient quelques défauts de conception. Ils étaient difficiles à mettre, à régler et avaient tendance à accumuler de la saleté et de l'humidité dans les roulements à billes. Les roues étaient également facilement endommagées et les freins provenaient de l'ancien frein à orteils du patin à roulettes et n'étaient pas très efficaces.

Les frères Olson ont finalement vendu Rollerblade, Inc., et les nouveaux propriétaires ont eu les fonds pour vraiment améliorer le design. Le premier roller à grand succès fut le Lightning TRS. Dans cette paire de patins, les défauts avaient disparu, la fibre de verre était utilisée pour fabriquer les cadres, les roues étaient mieux protégées, les patins étaient plus faciles à mettre et à régler, et des freins plus puissants étaient placés à l'arrière. Avec le succès du Lightning TRS, d'autres sociétés de patins à roues alignées sont apparues, telles que Ultra Wheels, Oxygen, K2 et d'autres.

1989: Rollerblade, Inc. a produit les modèles Macro et Aeroblades, les premiers patins fixés avec trois boucles au lieu de longs lacets qui nécessitaient un enfilage.

1990: Rollerblade, Inc. est passé à une résine thermoplastique renforcée de verre (polyamide Duréthane) pour ses patins, remplaçant les composés de polyuréthane utilisés auparavant. Cela a diminué le poids moyen des patins de près de 50 %.

1993: Rollerblade, Inc. a développé ABT ou "Active Brake Technology". Un poteau en fibre de verre, attaché à une extrémité au sommet de la botte et à l'autre extrémité à un frein en caoutchouc, a articulé le châssis à la roue arrière. Le patineur a dû redresser une jambe pour s'arrêter, enfonçant le poteau dans le frein, qui a ensuite heurté le sol. Avant ABT, les patineurs inclinaient leur pied en arrière pour entrer en contact avec le sol. La nouvelle conception des freins augmente la sécurité.


Contenu

Le mot ski vient du mot vieux norrois déraper qui signifie "fente de bois", "bâton de bois" ou "ski". [6] En vieux norrois, les expressions courantes décrivant le ski étaient fara á skíðum (pour voyager, aller vite à ski), renne (aller vite) et skríða á skíðum (pour marcher à skis). [7] Le norvégien et le suédois modernes, cependant, ne forment pas de verbe à partir du nom. [8] [9] D'autres langues font un verbe à partir du nom, comme faire du ski en anglais, skieur en français, esquier en espagnol et portugais, sciare en italien, skien en néerlandais, ou schilaufen (comme ci-dessus aussi Ski laufen ou Fahren de ski) en allemand. [ citation requise ] Le finnois a ses propres mots anciens pour les skis et le ski : « ski » est suksi et "ski" est hiihtää. Les Sami ont aussi leurs propres mots pour « skis » et « ski » : par exemple, le mot sami de Lule pour « ski » est sabek et les skis s'appellent sabega. L'utilisation des Sami cuoigat pour le verbe « skier » (le terme peut remonter à 10 000 ans avant le présent). [dix]

Les informations les plus anciennes sur le ski sont basées sur des preuves archéologiques. Deux régions présentent les premiers témoignages de skis et de leur utilisation : la région altaïque de la Chine moderne où des peintures vieilles de 5000 ans suggèrent l'utilisation aborigène des skis, [2] et le nord de la Russie, où les plus anciens fragments d'objets ressemblant à des skis, datant de d'environ 6300-5000 avant notre ère ont été trouvés à environ 1 200 km au nord-est de Moscou au lac Sindor. [11]

Gravures rupestres Modifier

Les premiers exemples scandinaves de ski datent de 3000 ou 4000 avant notre ère avec des sculptures primitives. Une image d'un skieur tenant un seul bâton ou une hache à deux mains, se trouve en Norvège. Le carving de Rødøy montre des skis de même longueur. Une sculpture rupestre en Norvège, datant d'environ 1000 ou 500 avant notre ère, représente un skieur apparemment sur le point de tirer avec un arc et des flèches, avec des skis positionnés dans un angle (plutôt que parallèle) pour offrir un bon support. [12] Des dessins rupestres en Norvège datés de 4000 av. J.-C. [13] représentent un homme sur des skis tenant un bâton. Près de la mer Blanche en Russie, des gravures rupestres ont été découvertes en 1926 et datées de 2000 ou 2500 avant notre ère. L'une des gravures russes représente la chasse au gros gibier avec des chasseurs sur des skis de longueur égale. Les chasseurs utilisaient apparemment leur arc et leur lance comme perches. [12]

Échantillons de ski Modifier

Le premier ski scandinave primitif a été trouvé dans une tourbière à Hoting dans le comté de Jämtland en Suède, il remonte à 4500 ou 2500 avant notre ère. En 1938, un ski a été trouvé à Salla, en Finlande, qui date de 3245 avant notre ère. Des exemples notables sont le ski Kalvträskskidan, trouvé en Suède et daté de 3300 avant notre ère, et le ski Vefsn Nordland, trouvé en Norvège et daté de 3200 avant notre ère. [14] Il y a quelque 20 découvertes d'anciens skis bien conservés trouvés dans des tourbières drainées en Norvège, indiquant que les skis ont été largement utilisés en Norvège, en particulier dans le nord de la Norvège, depuis les temps préhistoriques. Des skis ont également été découverts dans des tombes anciennes. [15] En 2014, un ski complet avec des fixations en cuir a émergé d'un glacier dans les montagnes de Reinheimen, en Norvège. La fixation se trouve dans une petite zone surélevée au milieu du ski de 172 cm de long et 14,5 cm de large. Selon le rapport, le ski a environ 1300 ans. De nombreux artefacts organiques ont été bien préservés pendant plusieurs milliers d'années par les glaciers stables du comté d'Oppland et émergent lorsque les glaciers reculent. [16] Un ski fouillé au Groenland est daté de 1010. [17] Sur la base de découvertes dans les pays nordiques et ailleurs, les chercheurs ont identifié au moins 3 types principaux de ski : nordique arctique, méridional et central. Le type arctique était court et couvert de fourrure, et utilisé du nord du Japon à l'est jusqu'à la rivière Ob à l'ouest. Le peuple Sami a probablement apporté ce type dans la région nordique. Le type sud avait un ski court et un ski long et était utilisé dans les zones forestières du sud de la Scandinavie et des pays baltes. Le type nordique central avait aussi un short avec fourrure (le etou) et un long, et a été utilisé dans une grande partie de la Norvège, de la Suède et de la Finlande. [15]

La mythologie nordique décrit le dieu Ullr et la déesse Skaði chassant à skis, Ullr et Skaði ont ensuite été considérés comme le dieu et la déesse du ski et de la chasse. [18] Les premières preuves historiques incluent la description de Procope (vers 550 EC) du peuple Sami comme skrithiphinoï (ou skridfinns) traduit par "samis de course à pied" (les Sami étaient communément appelés Finlandais). [18] Birkely soutient que le peuple sami pratique le ski depuis plus de 6000 ans, comme en témoigne le très vieux mot sami čuoigat pour le ski. [19] Paulus Diaconus a mentionné ce qui aurait pu être Sami et a décrit comment ils chassaient les animaux par un morceau de bois tordu qu'ils façonnaient minutieusement pour ressembler à un arc. [15] La saga d'Egil Skallagrimsson en 950 CE décrit la pratique du roi Haakon le Bon d'envoyer ses collecteurs d'impôts sur des skis. [20] La loi Gulating (1274) stipulait qu'« aucun orignal ne doit être dérangé par les skieurs sur un terrain privé ». [18]

La saga du roi Sverre de Norvège rapporte comment Sverre vers l'an 1200 a envoyé des troupes à ski pour patrouiller la région d'Aker près d'Oslo. Pendant le siège de la forteresse de Tønsberg par Sverre, les soldats ont hardiment dévalé la falaise abrupte. Selon la saga, Haakon IV de Norvège alors qu'il était bébé en 1206 a été transporté par des soldats à skis à travers les collines entre les vallées de Gudbrandsdalen et Østerdalen, cet événement a inspiré le marathon de ski moderne de Birkebeinerrennet. [18] La guerre à ski, l'utilisation de troupes équipées de skis dans la guerre, est d'abord enregistrée par l'historien danois Saxo Grammaticus au 13ème siècle. La vitesse et la distance que les troupes de ski peuvent parcourir sont comparables à celles de la cavalerie légère. 1555 de l'écrivain suédois Olaus Magnus Une description des peuples du Nord décrit les skieurs et leurs peaux d'escalade à Scricfinnia, dans l'actuelle Norvège. [21] La garnison de Trondheim a utilisé des skis au moins à partir de 1675, et l'armée dano-norvégienne comprenait des bataillons de ski spécialisés à partir de 1747 – les détails des exercices de ski militaires de 1767 sont conservés. [22] Les skis ont été utilisés dans les exercices militaires en 1747. [23]

En 1799, le voyageur français Jacques de la Tocnaye visita la Norvège et écrivit dans son carnet de voyage : [24]

In winter, the mail is transported through Filefjell mountain pass by a man on a kind of snow skates moving very quickly without being obstructed by snow drifts that would engulf both people and horses. People in this region move around like this. I've seen it repeatedly. It requires no more effort than what is needed to keep warm. The day will surely come when even those of other European nations are learning to take advantage of this convenient and cheap mode of transport.

Norwegian immigrants used skis ("Norwegian snowshoes") in the US midwest from around 1836. Norwegian immigrant "Snowshoe Thompson" transported mail by skiing across the Sierra Nevada between California and Nevada from 1856. [18] In 1888 Norwegian explorer Fridtjof Nansen and his team crossed the Greenland icecap on skis. Norwegian workers on the Buenos Aires - Valparaiso railway line introduced skiing in South America around 1890. [18] In 1910 Roald Amundsen used skis on his South Pole Expedition. In 1902 the Norwegian consul in Kobe imported ski equipment and introduced skiing to the Japanese, motivated by the death of Japanese soldiers during snow storm. [18]

The first recorded organized skiing exercises and races are from military uses of skis in Norwegian and Swedish infantries. For instance details of military ski exercises in the Danish-Norwegian army from 1767 are retained: Military races and exercises included downhill in rough terrain, target practice while skiing downhill, and 3 km cross-country skiing with full military backpack. [22] Slalom (Norwegian: slalåm) is a word of Norwegian origin that has entered the international skiing vocabulary. In the 1800s skiers in Telemark challenged each other on "wild slopes" (ville låmir), more gentle slopes had the adjective "sla". Some races were on "bumpy courses" (kneikelåm) and sometimes included "steep jumps" (sprøytehopp) for difficulty. These 19th century races in Telemark ran along particularly difficult trails usually from a steep mountain, along timber-slides and ended with a sharp turn ("Telemark turn") on a field or icy lake. [25]

  • 1809: Olaf Rye: first known ski jumper.
  • 1843: First public skiing competition ("betting race") held in Tromsø, Norway on March 19, 1843. Also the first skiing competition reported in a newspaper. [18]
  • 1861: First ski clubs: Inderøens Skiløberforening founded in the Trøndelag region of Norway [26] (possibly in 1862). Trysil Skytte- og Skiløberforning founded 20 May 1861 in Trysil. [27]Skiing established in Australia at Kiandra, which led to the founding of the Kiandra Snow Shoe Club. [28] Ski racing as an organised sport commences in America [29]
  • 1862: First public ski jumping competition held at Trysil, Norway, January 22, 1862. Judges awarded points for style ("elegance and smoothness"). [18]
  • 1863: First recorded female ski jumper at Trysil competition. [18]
  • 1864: From January 1864 "Trondheim Weapons Training Club" organizes regular training and competition races (cross-country and jumping), in Trondheim, Norway. [18]
  • 1872: The oldest ski club in North America still existing is the Nansen Ski Club, [30] which was founded in 1872 by Norwegian immigrants of Berlin, New Hampshire under a different name. [31]
  • 1878: On the occasion of the Exposition Universelle in Paris, the Norwegian pavilion presents a display of skis. This ancestral means of locomotion draws the attention of visitors who buy many of them. Henry Duhamel experiments with a pair at Chamrousse in the Alps. [32][33][34]
  • 1879: first recorded use of the word slalom. [35]
  • 1884: First pure cross-country competition held in Trondheim when ski jumping was dropped from the annual competition. [36]
  • 1893 Franz Reisch makes first descent on skis at Kitzbuhl [37]
  • 1893 William Adolf Baillie Grohman starts skiing in the Tyrol with his family using four pairs of skis sent from Norway as a present. [38]
  • 1893: Henrik Angell introduces skiing in Montenegro.
  • November 1895: creation of the Ski Club des Alpes in Grenoble by the friends of Henry Duhamel to whom he had distributed fourteen pairs of skis acquired during his trip to Finland
  • 1904: First ski race in Italy, at Bardonecchia. [22]
  • 1905: foundation of the U.S. Ski and Snowboard Association. [39]
  • 1905/1906: The notion of "slalom" (Norwegian: "slalåm") used for the first time at a race in Sonnenberg. Skiing between poles with flags called "Wertungsfahren" at Münchenkuggel. [22]
  • 1906: A slalom race were held in Oslo. [40]
  • 1908: Sir Arnold Lunn founds the Alpine Ski Club
  • 1908: The Kiandra Snow Shoe Club of Australia holds an "international contest" of "ski running". [41]
  • 1922: start of the Vasaloppet.
  • 1922: Arnold Lunn creates modern slalom competitive skiing. [40][42]
  • 1922: First team ski race event at Varsity Trip between Oxford and Cambridge Universities. [43]
  • 1924: formation of the International Ski Federation, also the first Winter Olympics.
  • 1924: Kandahar Ski Club formed in Mürren, Switzerland[44]
  • 1929: Norwegian instructors arrive in Sapporo and train Japanese in ski jumping. [18]
  • 1931: FIS international slalom contest. [40]
  • 1932: start of the Birkebeinerrennet
  • 1936: Winter Olympics includes downhill race. [40] .: Women's Nordic skiing debuts debuts at the 1976 Winter Paralympics.
  • 1992: Mogul skiing and Freestyle skiing added to the 1992 Winter Olympics. : Appearance of sprint and mass start cross-country events in Salt Lake City.
  • 2009: campaign for the inclusion of women's ski jumping leads to its inclusion in the 2014 Winter Olympics. [45]
  • 1849: First public "ski tour" organized in Trondheim, Norway. [18]
  • 1868: Mountain resorts became commercially viable when city-dwellers could reach them in winter by train. [46]
  • 1901 : First skiing in the Pyrénées on January 29 at La Llagonne (Pyrénées-Orientales, France). [47]
  • 1910: first rope tow. [48]
  • 1936: The first chair lift is introduced at Sun Valley, Idaho
  • 1939: the Sno-Surf is patented in the USA. Made of solid white oak, it had an adjustable strap for the left foot, a rubber mat to hold the right foot, a rope with loop used to control speed and steer, and a guide stick used to steer. The first commercially successful, precursor to the snowboard, the snurfer was introduced in 1965. [49]
  • 1952: The first major commercial snow-making machinery installed at Grossinger's Catskill Resort Hotel in New York state, USA. [50]
  • 1970s: Telemark skiing undergoes a revival possibly inspired by Stein Eriksen and his book Come Ski With Me. [51]

Skis Edit

Asymmetrical skis were used at least in northern Finland and Sweden up until the 1930s. [10] On one leg the skier wore a long straight non-arching ski for sliding, and on the other a shorter ski for kicking. The bottom of the short ski was either plain or covered with animal skin to aid this use, while the long ski supporting the weight of the skier was treated with animal fat in similar manner to modern ski waxing. Early record of this type of skis survives in works of Olaus Magnus. [52] He associates them to Sami people and gives Sami names of savek and golos for the plain and skinned short ski. Finnish names for these are lyly and kalhu for long and short ski.

The seal hunters at the Gulf of Bothnia had developed a special long ski to sneak into shooting distance to the seals' breathing holes, though the ski was useful in moving in the packed ice in general and was made specially long, 3–4 meters, to protect against cracks in the ice. This is called skredstång in Swedish. [53]

Around 1850 artisans in Telemark, Norway invent the cambered ski. This ski arches up in the middle, under the binding, which distributes the skier's weight more evenly across the length of the ski. Earlier plank-style skis had to be thick enough not to bow downward and sink in the snow under the skier's weight. [54] Norheim's ski was also the first with a sidecut that narrowed the ski underfoot while the tip and tail remained wider. This enabled the ski to flex and turn more easily. [54]

In 1950 Howard Head introduced the Head Standard, constructed by sandwiching aluminum alloy around a plywood core. The design included steel edges (invented in 1928 in Austria, [54] ) and the exterior surfaces were made of phenol formaldehyde resin which could hold wax. This hugely successful ski was unique at the time in having been designed for the recreational market, rather than for racing. [55] 1962: a fibreglass ski, Kneissl's White Star, was used by Karl Schranz to win two gold medals at the FIS Alpine World Ski Championships. [55] By the late '60s fibreglass had mostly replaced aluminum.

In 1975 the torsion box ski construction design is patented. [56] The patent is referenced by Kästle, Salomon, Rottefella, and Madshus, but in fact torsion box skis became common beginning in 1962 with the introduction of the Dynamic VR7 and VR17 race skis. [57] In 1993 Elan introduced the Elan SCX. These introduced a new ski geometry, common today, with a much wider tip and tail than waist. When tipped onto their edges, they bend into a curved shape and carve a turn. Other companies quickly followed suit, and it was realized in retrospect that "It turns out that everything we thought we knew for forty years was wrong." [54] The modern Twin-tip ski was introduced by Line in 1995. [58]

Bindings Edit

In the early days of skiing the binding was also similar to those of a contemporary snowshoe, generally consisting of a leather strap fastened over the toe of the boot. In the 1800s, skiing evolved into a sport and the toe strap was replaced by a metal clip under the toe. This provided much greater grip on the boot, allowing the ski to be pushed sideways. The heel strap also changed over time in order to allow a greater range of motion, a spring was added to allow the strap to lengthen when the boot was rotated up off the ski.

This buckled strap was later replaced by a metal cable. [59] The cable binding remained in use, and even increased in popularity, throughout this period as cross-country skiing developed into a major sport of its own. Change eventually came through the evolution of the Rottefella binding, first introduced in 1927. The original Rottefella eliminated the heel strap, which held the boot forward in the binding, by drilling small holes in the sole of the boot which fit into pins in the toe piece. This was standardized as the 3-pin system, which was widespread by the 1970s. [60] It has now generally been replaced by the NNN system.

The introduction of ski lifts in 1908 led to an evolution of skiing as a sport. In the past, skiers would have to ski or walk up the hills they intended to ski down. With the lift, the skiers could leave their skis on, and would be skiing downhill all the time. The need to unclip the heel for cross-country use was eliminated, at least at resorts with lifts. As lifts became more common, especially with the introduction of the chairlift in 1936, the ski world split into cross-country and downhill, a split that remains to this day.

In 1937 Hjalmar Hvam broke his leg skiing, and while recuperating from surgery, invented the Saf-Ski toe binding. [61]

Boots Edit

Ski boots were leather winter boots, held to the ski with leather straps. As skiing became more specialized, so too did ski boots, leading to the splitting of designs between those for alpine skiing and cross-country skiing. [62]

Modern skiing developed as an all-round sport with uphill, downhill and cross-country portions. The introduction of the cable binding started a parallel evolution of binding and boot. [63] Boots with the sole extended rearward to produce a flange for the cable to firmly latch became common, as did designs with semi-circular indentations on the heel for the same purpose.

With the introduction of ski lifts, the need for skiing to get to the top of the hill was eliminated, and a much stiffer design was preferred, providing better control over the ski when sliding downhill.

Glide and grip Edit

Johannes Scheffer in Argentoratensis Lapponiæ (History of Lapland) in 1673 probably gave the first recorded instruction for ski wax application [64] He advised skiers to use pine tar pitch and rosin. Ski waxing was also documented in 1761. [65]

1934 saw limited production of solid aluminum skis in France. Wax does not stick to aluminum, so the base under the foot included grips to prevent backsliding, a precursor of modern fish scale waxless skis. [66] In 1970 waxless Nordic skis were made with fishscale bases. [55] Klister, a sticky material, which provides grip on snow of all temperatures that has become coarse-grained as a result of multiple freeze-thaw cycles or wind packing, was invented and patented in 1913 by Peter Østbye. [67] Recent advancements in wax have been the use of surfactants, introduced in 1974 by Hertel Wax, and fluorocarbons, introduced in 1986, to increase water and dirt repellency and increase glide. [68] Many companies, including Swix, Toko, Holmenkol, Briko, and Maplus are dedicated to ski wax production and have developed a range of products to cover various conditions.

Poles Edit

Early skiers used one long pole or spear. The first depiction of a skier with two ski poles dates to 1741. [69] In 1959 Ed Scott introduced the large-diameter, tapered shaft, lightweight aluminum ski pole. [55]


Who was the first person who invented figure skating?

The sport known as figure skating has been known for a couple of centuries. The first known paper written on it is by Englishman Robert Jones in 1772. The American "father" of figure skating is Jackson Haines who developed the "modern" style from which the current sport has been developed. From the pictures of the time of Jackson Haines, he also developed the first skating costume. and possibly the current styling of men's undergarments, although I have not researched this theory. Mais. A lesser known member of the tribe called Crank invented figure skating. and ice skating in the process. Crank was an curious child, always getting into mischief. He had this habit of wandering off after Rhonda to see what she would find. But, being a child, he would get tired and simply lie down and go to sleep wherever he was. The tribe would often find him in the fields around the encampment fast asleep, and when they woke him (he was a bit big to simply pick up by one person) he was short tempered and irritable, so they named him Crank. One fine morning, Rhonda decided to make an expedition near the Kokonee mountain to see what else the area contained. She had never been entirely satisfied with the previous two expeditions and just knew that there had to be something else worthwhile in that area beside the huge mountain. Crank saw her making preparations and he grabbed his own purse and followed her out of the camp. As Rhonda strode purposefully into the wilderness, Crank was fascinated by the many wonders of the area outside of the camp. He had seen some of the smaller animals, but the medium animals were an unknown. On the second day, Crank found himself lagging farther and farther behind Rhonda, but he gamely moved in her footsteps trying to catch up. But it was no use a child simply could not keep up with the much swifter and more fit Rhonda. By this time Crank could see the top of the mountain however, so he knew that Rhonda was making a line for it. Immediately he figured that this was a total bust, so he cast about for a reasonable place to make a mini camp for himself. He soon found a rather shallow but wide stream near a stand of trees and sat down to rest. As he munched on cold paste that Sheila had cooked the day before, he casually looked around. The trees (as usual) were oozing that sticky stuff that was so hard to get off the body, and there were a couple of smallish animals frolicking in the underbrush. Seeing nothing to alarm him, he set about making a fire for the evening to discourage those animals from disturbing him. While he slept, the night grew very cold as was usual for those parts, and the little stream froze over. Crank was warm and comfortable so he didn't even notice much lower temperature until the next morning when he awoke. He noticed the crispness in the air and quickly killed a bird for breakfast. After finishing the bird, he set off to go back to camp. Toutefois. he had forgotten that the stream was between him and the path back to the camp. As all children will, he simply decided to cross the stream again and continue on his way. But he only took a couple of steps when he landed flat on his backside. The water was hard and he soon found out that it was very slippery too. He managed to get back to the bank with the aid of some refuse dotting the shoreline and went back to his camp to ponder the problem. As he arrived at his campsite, the bird bones were the first thing to catch his eye. Since he thought that he needed something for traction on the slippery stuff, the breast bone looked like just the thing because the sharp edge looked like it would bite into the hard water. He slipped his mukluk into the ribcage of the bird and it indeed fit. So, taking it off, he immediately killed another bird and speedily skinned and removed the meat. Now he had two ribcages to work with, so he went back to the icy stream with his bird bones. Crank shoved his feet into the bones and gingerly tried the stream. Instead of falling immediately, he was able to glide over the ice on that breast bone! Even as he fell from the lack of balance, he was intrigued. Struggling to regain his feet, he made it and by slowly and carefully shifting his weight, he was able to glide across the ice. Soon Crank was gliding across the ice with ever greater control and precision. His aim improved tremendously, and in a very few minutes, he was enthralled with the swiftness of his progress across the ice. Not since Powl had had his accident had anyone moved so swiftly. He discovered by accident that if one turned the foot just a bit, one could go in circles. Voila ! The first skating figure. As he turned the circle, he noticed that the pattern was still on the ice. He retraced the circle, then inspected his handiwork, becoming the first Ice Skating Judge, since one's self is the hardest judge to please. This was fun stuff ideed..much better than following Rhonda! As Crank grew more absorbed in his new occupation, he never noticed that the sun was rising higher in the sky and to his dismay, the ice started to become soft and it broke in chunks around his skates. Swiftly moving to the other side of the shallow brook, he removed his ribcages and went on his way back toward the camp. But his new passtime intrigued him so much that he didn't fall asleep on the way back. Arriving at the camp late in the afternoon, he found a few playmates and told them of his fun new sport. The next few days saw a huge increase in industry among the young population as they all wanted to try the new passtime. About a dozen children became avid hunters of birds and in the process, became critics of the various skeletons as to durability and function on that shallow brook. The tribe had an increase in provender and the children were becoming independent which made their mothers somewhat alarmed. Crank became very popular so much so that his sleep was interrupted by the other eager novices in this new sport. He grumpily led expeditions to the brook and demonstrated the technique to his pupils. On one of these expeditions, he was so irritable that he leaped upon the ice. To everyone's surprise, he not only stayed upright, but because of the way he landed on his bones. he started to spin. Crank had invented the flying spin, perfected many eons later by the famous Dick Button. The tribe was so enthralled by Crank's new achievement that to this day we remember him. Crank It Up isn't about music. it's about how Crank invented figure skating.


Voir la vidéo: Patinage artistique - Marie-pier Chouinard (Décembre 2021).