Informations

La tombe de l'éminente reine et épouse de Toutankhamon pourrait bientôt être découverte


Les égyptologues sont peut-être sur le point de faire une découverte majeure dans la Vallée des Rois – ils pensent qu'ils sont sur le point de déterrer la tombe d'un célèbre roi de l'Égypte ancienne.

Bien que les fouilles n'en soient qu'à leurs débuts, l'archéologue bien connu Zahi Hawass pense qu'une tombe attend d'être découverte sur le site. Mais s'il a raison dans ce qu'il a réfléchi à Live Science, le tombeau proposé pourrait appartenir à l'ancienne reine Ankhesenamun, l'épouse de Toutankhamon.

Ankhesenamun était un membre de longue date de la royauté égyptienne antique. Son histoire commence comme la troisième des six filles du pharaon Akhenaton et de sa grande épouse royale Néfertiti. Ankhesenamun a épousé son demi-frère Toutankhamon alors qu'il n'avait que 8 à 10 ans et qu'elle avait 13 ans. On dit que le couple avait des jumeaux mort-nés. Elle a peut-être aussi été brièvement mariée au successeur de Toutankhamon, Ay, (considéré par beaucoup comme son grand-père maternel). Il a également été suggéré qu'Ankhesenamun aurait également été mariée à son père pendant un certain temps.

  • La tombe pourrait être celle de la femme de Toutankhamon et de la grande dame égyptienne Ankhesenamun
  • La chasse à Ankhesenamun : comment une jeune femme a-t-elle empêché une ancienne dynastie d'imploser ? Partie I

Ankhesenamun remet à Toutankhamon une flèche. (Asaf Braverman/ CC PAR NC SA 2.0)

Une preuve controversée du mariage d'Ay et d'Ankhesenamun a été offerte sous la forme d'une bague qui a été trouvée par le professeur Percy Newberry dans un magasin d'antiquités au Caire au printemps 1931. Il y avait des cartouches d'Ay et d'Ankhesenamun inscrits côte à côte de nombreux chercheurs disent que c'est une preuve de mariage.

Néanmoins, il y a aussi un argument contre un mariage entre Ay et Ankhesenamun. "Son nom n'est jamais apparu dans sa tombe et on pense qu'elle est peut-être morte pendant ou peu de temps après le règne d'Ay, car elle disparaît de l'histoire peu de temps après ses règles."

Étude de portrait que l'on pense être d'Ay dans l'atelier du sculpteur Thoutmosis. ( CC PAR SA 3.0 )

C'est l'emplacement de la tombe présumée dans la vallée de l'Ouest, également appelée la vallée des singes, en particulier près de la tombe du pharaon Ay, qui a été la plus grande suggestion que la tombe puisse appartenir à Ankhesenamun.

Live Science souligne qu'à ce jour, il n'y a que quelques autres exemples de tombes royales dans cette région ; la plupart des anciens souverains égyptiens ont été enterrés dans la vallée orientale de la vallée des rois.

Vallée des Rois, Louxor, Egypte. (Wouter Hagens/ CC PAR SA 3.0 )

Les archéologues ont été avertis de l'existence possible de la tombe par la découverte de quatre gisements de fondation que Zahi Hawass a décrits en juillet 2017 comme « des caches ou des trous dans le sol remplis d'objets votifs tels que des poteries, des restes de nourriture et d'autres outils comme signe. qu'une construction de tombe est en cours.

  • Dernières pièces du puzzle : Khéops, Néfertiti et Ankhesenamun sont-ils prêts à livrer leurs secrets ?
  • Une étude présente des preuves de la consanguinité étendue parmi la royauté égyptienne antique

C'est une perspective passionnante de penser que le site qu'Hawass et son équipe explorent pourrait être l'emplacement de la dernière demeure d'Ankhesenamun. À ce jour, personne n'a pu déterminer où elle a été enterrée et aucun objet funéraire à son nom n'a été retrouvé.

En 2010, il a été proposé qu'une momie trouvée dans KV21A soit Ankhesenamun. Comme l'a rapporté Ancient Origins, "Bien que ses restes soient décapités et en grande partie détruits, il a été possible d'utiliser son ADN pour confirmer que cette femme est la mère de deux des enfants de Toutankhamon". Ces résultats ont été débattus, mais ils ne l'écartent pas non plus en tant que nouveau propriétaire de la tombe. Les prêtres égyptiens antiques étaient connus pour avoir déplacé des momies dans le but de les sauver des pillards.

Détail; plaque d'or représentant le pharaon Toutankhamon et son épouse, Ankhesenamun. ( CC PAR SA 3.0 )

Hawass a documenté les fouilles en cours sur le site sur son site Web.


    Le monde a-t-il été aveuglé par la beauté de Néfertiti ?

    Le buste séduisant de Néfertiti en a fait aujourd'hui l'une des figures les plus reconnues du monde antique. Mais, demande Joyce Tyldesley, les réalisations de cette reine égyptienne il y a 3 000 ans méritent-elles vraiment son éloge des temps modernes ?

    Ce concours est maintenant terminé

    Publié : 1er janvier 2018 à 18h26

    En 1333 avant JC, le jeune roi égyptien Toutankhamon décida d'abandonner la ville royale d'Amarna. Le sculpteur Thoutmosis, maître d'œuvre d'un grand atelier spécialisé dans la production d'images royales, était un homme entièrement dépendant du mécénat royal. Il n'avait guère d'autre choix que de ranger ses outils et de suivre son roi. Thoutmosis s'éloigna d'Amarna, laissant derrière lui une ville remplie de sculptures royales et un entrepôt rempli d'œuvres d'art indésirables.

    Peu de temps après son départ, les sculptures de la ville ont été violemment attaquées par les opposants au régime d'Amarna, et de nombreuses statues ont été réduites en fragments. La réserve, cependant, est restée intacte. Ici, les 6 et 7 décembre 1912, une équipe archéologique allemande dirigée par Ludwig Borchardt a découvert plus de 50 pièces, dont un buste de reine étonnamment réaliste. La femme n'était pas étiquetée, mais elle portait la couronne bleue à sommet plat unique qui l'identifiait comme Néfertiti, épouse du prédécesseur de Toutankhamon, Akhenaton.

    Le buste de Néfertiti avait été sculpté dans du calcaire, puis recouvert d'une couche de plâtre de gypse, ce qui a permis à Thoutmosis ou à l'un de ses ouvriers de créer la fine définition des muscles et des tendons de son cou, d'ajouter des plis autour de sa bouche et sous les yeux, et pour souligner ses pommettes. La peinture a ensuite donné à Néfertiti une peau lisse rose-brun, des lèvres rouge-brun plus profondes, des sourcils noirs arqués et un collier floral coloré encerclant son cou mince. Son œil droit a été créé à partir de cristal de roche, son œil gauche a disparu.

    La naissance de Tut-mania

    Aussi beau qu'il était sans aucun doute, le buste de Néfertiti n'était pas la découverte la plus importante faite par un égyptologue au début du 20e siècle. Cette distinction doit aller à Howard Carter qui, en novembre 1922, a déterré le lieu de sépulture de Toutankhamon. C'était la seule tombe presque intacte à avoir été trouvée dans la Vallée des Rois, et elle était remplie de précieux objets funéraires. La découverte spectaculaire de Carter est survenue à un moment où le monde occidental était encore sous le choc de la Première Guerre mondiale et de la pandémie de grippe qui l'a suivi. Un désir de divertissement et de distraction existait parallèlement à un intérêt accru pour la religion et l'occultisme, et l'égyptologie était soudainement à la pointe de la mode. « Tut-mania » était née.

    Quelques mois après la découverte de la tombe de Toutankhamon, le buste de Néfertiti (qui avait été déplacé en Allemagne en 1912) a été exposé au Neues Museum de Berlin. Le buste s'accordait parfaitement avec le style art déco qui commençait à incarner l'opulence et le glamour d'après-guerre. Néfertiti avait une apparence d'une modernité déconcertante, pourtant elle était la création d'un sculpteur qui avait vécu et était mort il y a plus de 3 000 ans. Une large publicité a assuré que de longues files d'admirateurs arrivaient quotidiennement au musée. Cela, bien sûr, a entraîné encore plus de publicité et des files d'attente encore plus longues. Alors que Toutankhamon restait désespérément invisible, scellé dans ses cercueils dans la Vallée des Rois, la réplique de Néfertitis quitta Berlin pour parcourir le monde occidental. Bientôt, Néfertiti était devenue la reine la plus familière d'Égypte : une beauté reconnue du monde antique.

    Pourquoi le buste de Néfertiti plaît-il à tant d'entre nous ? Est-ce simplement parce qu'après un siècle à se faire dire qu'il est beau, on s'attend à le trouver ainsi ? Ou existe-t-il une explication plus scientifique ? Beaucoup d'entre nous trouvent les visages symétriques attrayants - et celui de Néfertiti l'est certainement.

    Définie par sa couronne à sommet plat, Néfertiti est rapidement passée dans la culture populaire en tant que femme exotique et puissante. Son image, souvent réduite à une silhouette, a été utilisée pour vendre une large gamme de produits de luxe, tandis que sa couronne a assumé une riche vie culturelle qui lui est propre. Dans le film de 1935 La fiancée de Frankenstein, les cheveux d'Elsa Lanchester ont été soumis à la très tendance vague Marcel, puis étirés sur une armature en fil de fer pour créer une version moderne de la couronne, avec un éclair blanc de chaque côté. Cette coiffure a ensuite été copiée par Magenta la servante du château, dans la version cinématographique de 1975 du Spectacle d'horreur rocheux. À la fin du 20e siècle, Néfertiti avait eu un impact culturel considérable.

    Mais il y a un inconvénient à notre obsession moderne pour le buste de Néfertiti - et c'est son pouvoir de fausser notre compréhension du passé. L'œuvre d'art séduisante de Thoutmosis a fait de Néfertiti un acteur majeur dans notre perception moderne de l'Égypte ancienne. Mais cela veut-il dire qu'elle était un acteur majeur en tant qu'être humain de chair et de sang il y a 3 000 ans ?

    Nous avons plus d'images de Néfertiti que de toute autre reine-épouse égyptienne, ce qui suggère, à certaines personnes, que la réponse à la question est oui. Assurément, soutiennent-ils, cela prouve qu'il y avait quelque chose d'exceptionnel chez elle. D'autres ont rétorqué que l'abondance d'images est simplement le résultat de grandes quantités d'art amarna conservées dans la ville royale abandonnée.

    Aucun des deux arguments ne l'emporte de manière décisive. Pour moi, il semble que la seule façon d'établir s'il y avait vraiment quelque chose d'extraordinaire à propos de Néfertiti est de reconsidérer ce que nous savons de sa vie.

    Malheureusement, la majeure partie de cette vie reste entourée de ténèbres. Ce que nous faire Sachez que Néfertiti était l'épouse principale du « roi hérétique » Akhénaton, et qu'elle lui donna six filles. Akhenaton a régné sur l'Égypte à une époque de richesse et de puissance sans précédent d'environ 1353 à 1336 av. Il construisit la ville d'Amarna et la dédia au culte d'un dieu solaire, Aton.

    Enfants divins

    Comme toutes les épouses égyptiennes, Néfertiti était effectivement l'adjoint du roi. Nous avons des images d'elle en train de « frapper » ou d'exécuter les ennemis de l'Égypte, un rôle normalement réservé aux rois.

    Son rôle religieux est moins facile à définir, mais on sait qu'elle a joué un rôle prépondérant dans le culte d'Aton. Il est rare de voir une femme agir en tant que contact principal avec un dieu, pourtant Néfertiti est représentée en train de faire des offrandes dans un temple réservé aux femmes. Il semble probable qu'elle était plus qu'un intermédiaire entre l'humanité et le divin. Comme la religion solaire d'Akhenaton éliminait les dieux traditionnels égyptiens, elle permit au roi et à la reine de prendre leur place. À toutes fins utiles, Akhénaton et Néfertiti sont devenus les enfants divins d'Aton.

    Peut-on en conclure que Néfertiti était bien exceptionnelle parmi les épouses égyptiennes ? Nous devons d'abord considérer le rôle joué par sa formidable belle-mère et épouse d'Amenhotep III, la reine Tiy. Au tournant du siècle dernier, avant la découverte de son buste, Néfertiti était complètement éclipsée par son redoutable prédécesseur. Tiy, il a été accepté, a développé le rôle de l'épouse politiquement active et de la reine mère. Néfertiti a simplement suivi son exemple.

    Tiy, comme Néfertiti, a maintenu un profil public élevé tout au long de son mariage. Elle était représentée aux côtés de son mari sur les monuments publics et dans les tombes privées, et son nom était lié au sien sur les inscriptions et dans la correspondance diplomatique. Tiy était étroitement identifié aux déesses solaires Maat et Hathor. Dans la tombe thébaine du courtisan Kheruef, on peut voir Tiy naviguer, comme un dieu, aux côtés du dieu solaire Rê, et on peut la voir assise sur un trône qui porte une image de la reine comme un sphinx à tête humaine, piétinant deux prisonnières . En dehors de l'Égypte, au temple nubien de Sedeinga, Tiy était vénérée comme une forme de la déesse Hathor-Tefnout.

    De toute évidence, Tiy et Néfertiti se sont vu attribuer le pouvoir religieux et politique, Tiy (qui a été mentionné dans la correspondance diplomatique) peut-être plus important dans la sphère politique, et Néfertiti (qui a fait des offrandes dans les temples) gagnant dans le domaine de la religion. Mais - et c'est un grand "mais" - aucune des femmes n'a jamais démontré un pouvoir égal ou supérieur à celui de leur roi. Pouvons-nous vraiment affirmer que Néfertiti était particulièrement puissant ? Sur cette preuve, non.

    La reine en voie de disparition

    Une grande partie du débat autour de l'exceptionnalisme de Néfertiti – ou de son absence – se concentre sur ses dernières années. Qu'est-elle devenue à la mort de son mari Akhénaton ? S'est-elle épanouie ou s'est-elle évanouie dans l'obscurité ?

    Notre dernière vue datée de Néfertiti provient de la tombe amarnienne du courtisan Meryre II. Ici, une scène murale montre la famille royale en train de profiter d'un festival pendant la 12e année de règne d'Akhenaton. Notre dernière référence datée à Néfertiti arrive quatre ans plus tard, lorsqu'un graffito à peine lisible mentionne la « femme du grand roi Néfertiti ». Comme la dernière année de règne enregistrée d'Akhenaton est l'année 17, il semble que Néfertiti était en vie et accomplissait les devoirs normaux de l'épouse peu de temps avant la mort de son mari.

    Cependant, le graffiti n'a été découvert et publié qu'en 2012. Pendant de nombreuses années avant sa publication, les égyptologues pensaient que Néfertiti avait disparu peu après la 12e année de règne de son mari. Cela n'aurait pas dû être un problème. L'histoire égyptienne regorge de reines en voie de disparition. Nous ne cherchons généralement pas à trouver ces femmes, nous supposons qu'elles sont décédées ou se sont retirées de la vie publique. Mais, tel a été l'impact du buste de Néfertiti sur notre imagination, nous avons refusé d'accepter qu'elle aurait pu mourir ou prendre sa retraite sans que personne ne commémore le fait.

    Réticents à perdre de vue Néfertiti, les égyptologues ont développé une série compliquée de scénarios basés sur l'hypothèse que Néfertiti avait été bannie d'Amarna. Cela a depuis été réfuté.

    Les années 1970 ont vu le développement d'une théorie plus plausible. Le philologue John Harris a suggéré que Néfertiti s'était transformée en une femme roi pour régner aux côtés d'Akhenaton en tant que co-régent. Après la mort d'Akhenaton, a proposé Harris, elle a peut-être gouverné l'Égypte en tant que roi solo ou en tant que régent, avant que Toutankhamon n'accède au trône.

    Seins et hanches larges

    Cette théorie est étayée par un certain nombre de preuves indirectes non concluantes. Par exemple, une statuette dorée incluse parmi les objets funéraires de Toutankhamon montre une figure royale couronnée avec des seins et des hanches larges. Certains experts ont interprété cela comme une statuette destinée à l'origine à une femme souveraine : une pièce créée pour le roi Néfertiti, réutilisée par Toutankhamon.

    C'est une hypothèse séduisante, mais elle est sérieusement erronée. Et c'est parce qu'il semble que Néfertiti ait été remplacée en tant que reine par sa fille aînée, Meritaton. Si quelqu'un était en mesure d'agir en tant que régent de Toutankhamon, c'était sûrement la fille, pas la mère qu'elle avait remplacée.

    Revenons au tombeau amarna de Meryre II. Ici, une scène incomplète montre un roi et une reine illuminés par les rayons du dieu Aton. La reine est Meritaten, debout à côté de son mari, l'éphémère pharaon Smenkhkare. Une autre preuve du statut de Meritaten est fournie par un cartouche, la déclarant être "la grande épouse du roi Meritaten". Donc, si nous recherchons une femme puissante opérant à la fin de la période amarnienne - parfaitement placée pour servir aux côtés de son mari - c'est vers Méritaton, pas Néfertiti, vers qui nous devons nous tourner.

    Néfertiti figure fréquemment sur la liste des rois d'Égypte. Pourtant, nous n'avons pas une seule image ou un seul fragment de texte pour prouver qu'elle était autre chose qu'une reine-consort éminente, l'une d'une lignée de puissantes épouses royales, dont sa belle-mère Tiy et sa fille Meritaten. Aurions-nous développé notre fascination pour Néfertiti et notre détermination à la voir comme quelque chose de spécial, sans la découverte de son buste d'une beauté envoûtante ? C'est impossible à dire, mais cela semble peu probable.

    Joyce Tyldesley enseigne des cours d'égyptologie en ligne à l'Université de Manchester. Son livre Le visage de Néfertiti : la création d'une icône est publié ce mois-ci par Profile

    Livres: Amarna Coucher de Soleil par Aidan Dodson (American University in Cairo Press, 2009) La malédiction de Toutankhamon : l'histoire en développement d'un roi égyptien par Joyce Tyldesley (Profile Books, 2012).


    Toutankhamon démasqué : 7 vérités intrigantes sur le pharaon et ses trésors

    Alors que le Royaume-Uni accueille une nouvelle exposition sur la tombe de Toutankhamon – considérée par beaucoup comme la plus grande découverte archéologique de tous les temps – le mystère entoure toujours le fils le plus célèbre de l'Égypte ancienne. Ici, Joann Fletcher déniche sept vérités intrigantes sur le pharaon et ses trésors légendaires

    Ce concours est maintenant terminé

    Publié : 31 octobre 2019 à 7h55

    Complète le documentaire de BBC Radio 4 « The Cult of King Tut »

    Il n'était pas un «garçon-roi» unique - et son règne n'a pas été particulièrement bref

    Souvent décrit comme un garçon-roi tragique dont le règne de 10 ans en Égypte a pris fin trop rapidement, Toutankhamon n'était pas vraiment unique à cet égard. À son avènement en 1336 av. J.-C., il était âgé d'environ huit ou neuf ans, mais ce n'était pas rare pour un ancien roi égyptien. En c2278 avant JC, le roi Pepi II de l'Ancien Empire était devenu pharaon à l'âge de six ans environ, obligeant sa mère à agir comme régente jusqu'à ce que Pepi soit majeur. De même, le grand-père de Toutankhamon, Amenhotep III, avait environ 10 ans lors de son avènement en 1390 av.

    Parmi les autres jeunes dirigeants, Thoutmosis III, le soi-disant "Napoléon de l'Egypte ancienne", n'avait que deux ans lorsqu'il devint pharaon en 1479 av. 204 av. J.-C. à l'âge de cinq ans seulement. Le roi Sésostris I (vers 1965-1921 av. J.-C.) s'était même vanté que les dieux l'avaient considéré comme prêt à régner alors qu'il portait encore des couches, « pas encore débarrassé des langes ».

    Quant à la brièveté supposée du règne de Toutankhamon, il n'y a aucune raison de la considérer comme telle dans un monde où 35 était l'espérance de vie moyenne, et où même l'élite est morte jeune selon les normes modernes. Son propre arrière-grand-père Thoutmosis IV avait régné de la même manière pendant une seule décennie, tout comme le futur roi Merenptah. Ramsès Ier, Sethnakht et Ramsès VIII n'ont tous réussi que quelques années tout au plus. Le record de brièveté royale, cependant, est sûrement détenu par Ptolémée XI, qui n'a été pharaon que 18 jours en 80 av.

    Même l'affirmation courante selon laquelle le règne de 10 ans de Toutankhamon n'était pas suffisamment de temps pour lui construire une tombe dans la Vallée des Rois est illogique, puisque l'immense tombe de Thoutmosis IV (qui a régné environ 60 ans avant lui) a été achevée et décorée dans les sa décennie sur le trône.En fait, les monarques de l'Ancien Empire Djedefre et Ouserkaf ont tous deux pu achever des tombes pyramidales d'au moins 50 mètres de hauteur pendant des règnes encore plus brefs.

    Sa tombe contenait bien plus que de l'or, comme le prouvent des sous-vêtements soigneusement pliés

    Bien que le regard du public s'étend rarement au-delà de l'or, la tombe contenait un autre type de trésor : une garde-robe royale pratiquement intacte composée d'une large gamme de vêtements en tailles enfant et adulte. Des somptueux insignes aux sous-vêtements soigneusement pliés, en passant par les armures de cuir, les chaussettes en lin, les gants à motifs et les fragments d'une perruque élaborée, tous étaient rangés dans des coffres et des boîtes soigneusement placés dans la tombe. Beaucoup d'entre eux ayant été vidés lors d'une série de vols à petite échelle peu de temps après l'enterrement, les fonctionnaires royaux chargés de restaurer la tombe les ont remis à la hâte dans le réceptacle le plus proche, produisant les plis, les froissements et la confusion générale qui ont accueilli Howard Carter en 1922. .

    Au cours des 10 années qu'il lui a fallu pour nettoyer la tombe, Carter a reconnu la nature unique de plusieurs centaines de vêtements délicats, conseillant la nécessité de leur « étude très minutieuse ». Pourtant, éclipsés par l'or à leur arrivée au musée du Caire, la plupart ont été entreposés pendant 70 ans jusqu'à ce que l'historienne du textile Gillian Vogelsang-Eastwood et son équipe commencent leur travail, conservant les originaux fragiles tout en reconstruisant 36 exemples représentatifs, à partir d'incrustations de perles élaborées. des robes aux pagnes simples.

    En recréant la qualité ultra-fine du lin ancien et ses couleurs autrefois vives, l'équipe a également identifié le but initial de certains vêtements. Une curieuse "coiffe" en lin, par exemple, était en fait destinée à être portée sur les bras pour reproduire les ailes d'un faucon - un symbole de royauté. Des «gantelets d'équitation» inhabituels se sont avérés être des chaussettes en lin avec des espaces entre les gros et les plus petits orteils pour accueillir les tongs de style tong des sandales royales, dont les semelles représentaient les ennemis de l'Égypte, prêtes à être broyées dans le sol à chaque pas.

    Complété par des encolures et des bordures tissées en tapisserie désignant le porteur comme le « vainqueur de tous les ennemis de l'Égypte » et « le protecteur du pays », l'ajout supplémentaire de colliers, de colliers, de boucles d'oreilles, de bracelets et de couvre-chefs en or a assuré le souverain et le dieu vivant de l'Égypte. regarderait la pièce à tout moment. Pourtant, lors de longues occasions d'État dans la chaleur égyptienne, le manteau de l'État devait s'avérer un lourd fardeau dans tous les sens, surtout lorsque le roi était encore un enfant.

    Beaucoup d'objets trouvés dans sa tombe n'étaient pas faits pour lui

    Bien que la nouvelle exposition à la Saatchi Gallery de Londres s'intitule Toutankhamon : Trésors du pharaon d'or, l'identification du propriétaire de ces trésors n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Pratiquement tous les objets de la tombe sont généralement décrits comme ayant appartenu à Toutankhamon lui-même, mais les égyptologues reconnaissent depuis longtemps que beaucoup - certains disent la plupart - des quelque 5 000 objets n'ont pas été fabriqués pour lui, mais pour les membres de sa famille. Cela inclut ses prédécesseurs immédiats - son père, Akhenaton, et sa belle-mère Néfertiti, qui a très probablement régné brièvement en tant que pharaon à part entière après la mort d'Akhenaton et dont les objets funéraires ont ensuite été recyclés pour Toutankhamon.

    Cela expliquerait les types de visage distinctement différents des trois cercueils d'or et de plusieurs centaines shabti (serviteur) figurines. Cela explique également les différences physiques évidentes entre les statuettes vêtues d'habits royaux, dont certaines ont la poitrine plate tandis que d'autres ont des seins. Bien que de telles caractéristiques aient été rejetées de manière peu convaincante comme des bizarreries d'un style d'art ancien, certains objets - des bijoux et des armes aux récipients en calcite, des boîtes de rangement et des étuis à stylos - sont en fait inscrits avec les noms d'autres membres de la famille royale, qui ont tous ont donc été interprétés comme des « objets de famille ».

    Pourtant, cela ne peut pas être le cas avec les objets intimement associés au corps momifié de Toutankhamon, des « bandes de momie » incrustées d'or entourant les enveloppes de lin aux quatre cercueils miniatures qui contenaient autrefois les entrailles préservées du roi. Tous ces éléments étaient à l'origine inscrits pour « Ankhkheperure », le nom du trône pris par Néfertiti en tant que souverain, tout comme le nom du trône de Toutankhamon était en fait « Nebkheperure ».

    Même le masque mortuaire en or, récemment soumis à un examen microscopique, portait à l'origine le nom d'Ankhkheperure, avant d'être réinscrit pour lire Nebkheperure. De toute évidence, la beauté pure de ces objets a tellement ébloui le monde moderne qu'il a fallu près d'un siècle pour commencer à déterminer pour qui ils ont été fabriqués à l'origine et pourquoi ils ont ensuite été réutilisés.

    Toutankhamon n'a pas été enterré seul

    Bien que la plupart des tombes pharaoniques soient considérées comme des lieux où les monarques étaient enterrés dans une splendeur solitaire, un nombre considérable de souverains ont été enterrés avec d'autres membres de leur famille. C'était une pratique qui s'est poursuivie jusqu'à la 18e dynastie (vers 1550-1295 av. J.-C.), dont Toutankhamon était membre.

    Les tombes d'Amenhotep II et de Thoutmosis IV contenaient autrefois les corps d'enfants décédés avant leurs pères royaux, tandis qu'Amenhotep III était doté d'un complexe funéraire suffisamment grand pour accueillir les enterrements prévus de sa propre femme et de sa fille aînée. De même, le père de Toutankhamon, Akhenaton, a d'abord été enterré dans la tombe royale d'Amarna en compagnie de sa mère et d'au moins une de ses filles.

    Tout cela signifie qu'il n'est peut-être pas surprenant que Toutankhamon ne soit pas non plus seul dans sa tombe. Lorsque Carter retirait le contenu de l'une de ses chambres latérales, qu'il désignait « le Trésor », il découvrit deux minuscules corps qui avaient été soigneusement momifiés, enveloppés dans du lin et munis de minuscules masques en or et de petits cercueils. Lorsqu'ils ont été examinés en 1932 par l'anatomiste Douglas Derry de la faculté de médecine Kasr al-Ainy du Caire, les deux se sont révélés être des fœtus femelles mort-nés, l'un de cinq mois de gestation et l'autre de sept mois – une estimation portée à neuf mois après l'examen radiographique en 1979. .

    Cette étude et d'autres depuis ont identifié la même scoliose et les mêmes conditions génétiques associées partagées par Toutankhamon lui-même, il est donc largement admis que ces deux enfants anonymes étaient ses filles, dont les décès prématurés ont été suivis de leur inhumation dans la tombe de leur père. Carter lui-même est allé encore plus loin et, dans la grande tradition de faire de Toutankhamon un personnage tragique, a considéré les fœtus comme les derniers représentants de la famille royale de la 18e dynastie, songeant que "si un de ces bébés avait vécu là-bas, il n'y aurait peut-être jamais eu de Ramsès". – une référence au célèbre Ramsès II de la dynastie suivante.

    Les rumeurs de chambres secrètes dans sa tombe ne sont que cela – des rumeurs

    La tombe de Toutankhamon a été une attraction touristique massive depuis sa découverte en 1922. Mais depuis sa découverte, l'effet de tant de personnes s'entassant dans un si petit espace avait augmenté les niveaux d'humidité, de poussière et de microbactéries - et avait commencé à endommager sa peinture scènes murales.

    Dans un effort pour résoudre ce problème, une chambre funéraire en fac-similé a été créée, en utilisant un balayage laser 3D haute résolution pour reproduire les dimensions exactes de l'original. Lorsque les données du scan ont été publiées en 2014, elles ont révélé de faibles traces de ce qui semblait être deux portes sur les murs nord et ouest de la chambre funéraire. L'égyptologue Nicholas Reeves a interprété ces anomalies comme des entrées dans des chambres cachées, qui, selon lui, contiendraient une autre sépulture royale - à son avis, très probablement celle de Néfertiti.

    Cette affirmation sensationnelle a fait les gros titres du monde entier. Le ministère égyptien des Antiquités a commandé d'autres enquêtes à l'aide d'un radar à pénétration de sol (GPR) pour détecter tout vide caché, déclarant qu'il était « sûr à 90 % » que d'autres chambres existaient bel et bien. Pourtant, une deuxième analyse GPR de la tombe, entreprise par des ingénieurs de la National Geographic Society en 2016, n'a trouvé aucune de ces caractéristiques cachées, ce qui signifie que les archéologues ont commencé à se disputer entre eux alors que les médias mondiaux continuaient de spéculer.

    Le ministre égyptien des Antiquités a donc commandé une troisième et dernière série d'analyses en 2018. Réalisée par l'Université de Turin et deux sociétés d'imagerie italiennes, toujours soutenues par National Geographic, l'analyse a été recoupée avec les deux études précédentes, suggérant que les anomalies d'origine étaient probablement le résultat des ondes radar affectées par le plâtre mural et le sarcophage en pierre. Ils ont conclu « avec un très haut niveau de confiance » que « l'existence de chambres cachées… n'est pas étayée par les données GPR ». Les résultats ont été acceptés par le Conseil suprême des antiquités d'Égypte, qui a ajouté que ces analyses finales « prouvent de manière concluante qu'il n'y a pas de chambres ou de passages supplémentaires » – c'est-à-dire, au moins, jusqu'à ce que les prochaines analyses soient entreprises…

    Il n'y a aucune preuve directe que Toutankhamon a été assassiné

    Bien que la tombe ait été découverte en 1922, il a fallu à Carter trois années de fouilles supplémentaires avant de pouvoir accéder au corps de Toutankhamon dans la chambre funéraire, où il était protégé à l'intérieur d'une série de sanctuaires dorés érigés autour du sarcophage. À l'intérieur, dans un nid de trois cercueils, le corps momifié du roi était collé à la base du cercueil le plus à l'intérieur, à la suite de fluides d'embaumement à base de résine - de sorte que l'autopsie réalisée par Douglas Derry en 1925 a nécessité l'utilisation de couteaux chauffants. pour enlever le corps pièce par pièce.

    Bien qu'il n'ait pas été en mesure d'établir la cause du décès, Derry a estimé que Toutankhamon avait entre 17 et 19 ans lorsqu'il est décédé – une affirmation confirmée en 1968 par les premières radiographies du corps, qui ont également révélé un petit fragment d'os délogé dans le crâne. . La suggestion que cela pourrait avoir été causé par un coup à la tête est devenue un véritable polar, la notion de jeu déloyal correspond si bien au stéréotype du garçon-roi tragique que son « assassinat » est devenu un fait virtuel.

    Lorsque le fragment s'est avéré être des dommages post-mortem, certains ont plutôt porté leur attention sur la poitrine endommagée et les côtes cassées. Probablement causés lorsque des objets de valeur ont été volés dans le corps réassemblé après son réinternement en 1925, ces dommages ont néanmoins été revendiqués comme preuve d'une mort violente infligée par une roue de char au combat.

    En 2005, les tomodensitogrammes ont mis en évidence que le fémur gauche de Toutankhamon avait été fracturé - le manque de guérison signifiant qu'il s'agissait probablement d'un plus grand nombre de dommages post-mortem. Pourtant, certains ont suggéré que la plaie était devenue mortellement infectée, bien que les scans n'en aient montré aucune preuve. La même étude a ajouté qu'il aurait pu succomber au paludisme, tandis que d'autres ont affirmé que sa mort avait été précipitée par des syndromes tels que ceux de Marfan, Klippel-Feil et Klinefelter.

    En fin de compte, le seul consensus reste que Toutankhamon est décédé vers 19 ans, encore plus âgé que plusieurs de ses demi-sœurs et certainement ses propres filles mort-nées, dont la disparition était très probablement liée aux effets cumulatifs de la consanguinité familiale.

    Carter n'a pas été le premier à trouver "le tombeau de Toutankhamon"

    Alors que la découverte en 1922 de la chambre funéraire de Toutankhamon a fait de Howard Carter un nom bien connu, "le tombeau de Toutankhamon" avait en fait été mis au jour 13 ans plus tôt par l'archéologue Ernest Harold Jones.

    Jones, qui a depuis été pratiquement effacé de l'histoire, est né dans la ville de Barnsley, dans le comté de York, en 1877. Décrit comme un « jeune homme aux cheveux noirs, petit et agréable », il était, comme son ami Carter, sorti pour Egypte à travailler comme artiste archéologique avant d'acquérir les compétences suffisantes pour entreprendre lui-même des fouilles.

    Jones a passé des saisons de fouilles successives en Égypte, d'abord à Beni Hasan en 1903, puis à Esna, Hierakonpolis, Abydos et Amarna. En 1907, il fut engagé par le riche américain Theodore Davis, qui finançait des fouilles dans la Vallée des Rois. À partir de ce moment, Jones a été impliqué dans l'excavation de certaines des tombes les plus importantes de la vallée - de celle du père de Toutankhamon, Akhenaton, à l'éventuel successeur de Toutankhamon, Horemheb. Initialement chargé de dessiner leur contenu et de faire des fac-similés de leurs scènes murales, il a rapidement été nommé directeur des fouilles, remarquant le nom du « Toutankhamon » alors peu connu sur les empreintes de sceaux, les bagues et autres trouvailles qui avaient commencé à faire leur apparition. la vallée.

    En 1909, il découvrit la tombe KV58, qui contenait de l'orfèvrerie qui portait à nouveau le nom de Toutankhamon. Jones soupçonnait à juste titre qu'il s'agissait d'une cachette de voleurs, mais son patron Davis a insisté sur le fait que c'était "le tombeau de Toutankhamon", l'annonçant comme tel en 1912 et déclarant que "la Vallée des Rois est maintenant épuisée".

    Malheureusement, à ce moment-là, Jones avait succombé à la tuberculose, mourant dans sa maison de fouilles dans la vallée, à l'âge de 34 ans. Avec ses collègues Howard Carter et Lord Carnarvon organisant ses funérailles à Louxor et reprenant la concession de Davis pour creuser dans la vallée, Jones lui-même était bientôt oublié. Même sa tombe a été perdue lors du déménagement du cimetière de Louxor en 2013, un triste sort pour l'homme qui avait contribué à ouvrir la voie à la découverte de la tombe la plus célèbre de l'histoire.

    Le professeur Joann Fletcher est basé à l'Université de York. Son dernier livre est L'histoire de l'Egypte (Hodder & Stoughton, 2015)

    VISITE : Toutankhamon : Trésors du Pharaon d'or est à la Saatchi Gallery à Londres du 2 novembre 2019 au 3 mai 2020.

    ÉCOUTER : Un nouveau documentaire de BBC Radio 4, Le culte du roi Tut, est disponible sur BBC Sounds


    Mystère résolu? Une tombe égyptienne vieille de 3 300 ans DÉCOUVERTE révélant une découverte extraordinaire

    Un tombeau ANCIEN découvert après plus de 3 000 ans a fait sauter l'une des plus grandes énigmes de l'histoire égyptienne.

    Les archéologues ont découvert un cimetière dans la Vallée des Rois qui appartiendrait à l'épouse perdue de Toutankhamon, Ankhesenamun.

    Ankhesenamun, la reine de la 18e dynastie, a régné sur l'empire égyptien entre 1332 et 1323 av.

    À la mort de Toutankhamon en 1323 av.

    Mais la tombe d'Ankhesenamun n'a jamais été confirmée après sa disparition des archives historiques après la mort du roi Tut.

    Aujourd'hui, un nouveau lieu de sépulture près de la tombe du pharaon Ay a été découvert par l'archéologue de renommée mondiale et ancien ministre égyptien des antiquités, Zahi Hawass.

    Il a trouvé des preuves de dépôts de fondation, de caches de poterie, de restes de nourriture et d'autres outils, suggérant qu'une tombe a été construite sur le site.

    Son équipe envisage de creuser le site pour établir s'il y a une tombe et, si oui, à qui elle appartient.

    Il a déclaré à LiveScience : « Nous sommes sûrs qu'il y a une tombe là-bas, mais nous ne savons pas avec certitude à qui elle appartient.

    « Nous sommes sûrs qu'il y a une tombe cachée dans cette zone parce que j'ai trouvé quatre dépôts de fondation.

    « Les anciens Égyptiens effectuaient généralement quatre ou cinq dépôts de fondation chaque fois qu'ils commençaient la construction d'une tombe.

    &apos[Et] le radar a détecté une sous-structure qui pourrait être l'entrée d'une tombe. »

    Le roi Tut, qui devint pharaon à l'âge de neuf ans, mourut en 1323 après seulement neuf ans de règne.

    L'archéologue Howard Carter a déclenché une frénésie mondiale lorsqu'il a découvert la tombe presque intacte de Toutankhamon en 1922.

    Sa tombe fait toujours l'objet d'intrigues à ce jour avec des scientifiques convaincus qu'il y a une mystérieuse chambre remplie de trésors cachée sous ses profondeurs.

    Une équipe d'archéologues devait sonder la tombe du roi Tut dans le but de retrouver la chambre perdue.

    L'année dernière, des archéologues ont révélé qu'ils avaient découvert que le poignard du roi Tut était fait d'un matériau "de l'espace".


    L'Egypte s'apprête à découvrir la tombe secrète de l'épouse adolescente du roi Toutankhamon

    Il y a environ cent ans, non seulement l'Égypte, mais le monde entier a été ému lorsque Howard Carter a découvert l'ancien tombeau caché du roi Toutankhamon alias le roi Tut, le jeune pharaon et l'un des dirigeants éminents de l'histoire de l'Égypte.

    Si les hypothèses des égyptologues s'avèrent vraies, la tombe de l'épouse adolescente du roi Tut, Ankhesenamun, pourrait être la prochaine grande découverte à découvrir en 2018.

    Les égyptologues ont déjà découvert ce qu'ils croient être la chambre funéraire d'Ankhesenamun, l'épouse de Toutankhamon, dans la Vallée des Rois.


    Début 2017, les égyptologues ont réussi à déterrer quelque chose qu'ils pensaient être la chambre funéraire d'Ankhesenamun, dans la célèbre Vallée des Rois. Maintenant, les archéologues ont commencé à fouiller la zone près d'une tombe sur le même site, pensant que son corps pourrait y reposer.

    L'annonce des fouilles a été faite par l'archéologue et ancien ministre égyptien des antiquités, Zahi Hawass, sur sa page Web. En juillet 2017, il a déterré le lieu de sépulture improbable près de la tombe d'Ay, le successeur du pharaon et de Toutankhamon, à l'aide de la technologie radar.

    La jeune mariée aurait eu une vie tragique, épousant son père, son grand-père et son demi-frère Toutankhamon. Ankhsenamun a épousé Ay après la mort inattendue de Toutankhamon, et on pense que sa tombe est toujours enterrée clandestinement dans la vallée des singes.


    Les fouilles auraient commencé en janvier 2018 dans la Vallée des Singes, une vallée située près de la Vallée des Rois.

    Selon les médias, Hawass et son équipe ont sûrement découvert une tombe sur le site, mais on ignore encore qui se trouve à l'intérieur. La présence de quatre dépôts de fondation et d'autres preuves ont donné des indices sur la présence d'une tombe sur le site fouillé car les anciens Égyptiens faisaient normalement quatre ou cinq dépôts de fondation avant de commencer la construction d'une tombe. Le radar a détecté une sous-structure, mettant ainsi en lumière le fait qu'il pourrait probablement y avoir une entrée menant à une tombe.

    Ankhesenamun était l'un des enfants du pharaon Akhenaton et de la reine Néfertiti, né vers 1348 av. Les annales de l'histoire égyptienne révèlent que sa vie a été assez tragique, elle a dû épouser son père, son grand-père et son cousin, Toutankhamon, dans cet ordre.


    ARTICLES LIÉS

    Reeves a déclaré que les murs plâtrés pourraient cacher deux portes inexplorées, dont l'une mène peut-être à la tombe de Néfertiti.

    Il soutient également que la conception de la tombe suggère qu'elle a été construite pour une reine plutôt que pour un roi.

    "Je suis d'accord avec lui qu'il y a probablement quelque chose derrière les murs", a déclaré el-Damaty.

    Le Dr Nicholas Reeves prétend avoir trouvé des preuves des entrées murées de deux chambres supplémentaires de la tombe de Toutankhamon. Il s'agit notamment de la chambre funéraire de la reine Néfertiti, qui, selon le Dr Reeves, était le co-régent du garçon-roi et pourrait même avoir été sa mère, et une nouvelle salle de stockage cachée, comme indiqué ci-dessus.

    Le Dr Reeves affirme avoir fait la découverte après avoir analysé des balayages radar haute résolution des murs du complexe funéraire de Toutankhamon, qui a été découvert en 1922 dans la Vallée des Rois

    Mais il a dit que si quelqu'un y est enterré, c'est probablement Kia, que certains égyptologues pensent être la mère du roi Tut.

    Néfertiti, qui était célèbre pour sa beauté et a fait l'objet d'un célèbre buste vieux de 3 300 ans, était la principale épouse du pharaon Akhénaton, qui a introduit une première forme de monothéisme.

    Akhenaton a été remplacé par un pharaon appelé Smenkhare puis Tut, qui est largement considéré comme le fils d'Akhenaton.

    Reeves soutient que Smenkhare est en fait Néfertiti.

    « Néfertiti disparaît. selon les dernières inscriptions qui viennent d'être trouvées », a déclaré Reeves, expliquant sa théorie à l'intérieur de la tombe du roi Tut.

    "Je pense que Néfertiti n'a pas disparu, elle a simplement changé de nom."

    Après la mort de Néfertiti, Tut était responsable de l'enterrer, puis quand il est mort, quelqu'un a décidé d'agrandir la tombe, a suggéré Reeves.

    "Je pense que depuis que Néfertiti avait été enterrée une décennie auparavant, ils se sont souvenus que cette tombe était là et ils ont pensé, eh bien, nous pouvons peut-être l'étendre", a-t-il déclaré.

    Le Dr Reeves décrit comment il a découvert les « fantômes » de deux portails que les constructeurs de tombes ont bloqués (en jaune à droite). L'un, dit-il, est une salle de stockage et l'autre le tombeau de Néfertiti (buste illustré à gauche)

    La tombe de Toutankhamon pourrait contenir deux chambres cachées, a déclaré le ministre égyptien des Antiquités. Un policier prend un selfie au tombeau d'Amenhotep II dans la Vallée des Rois à Louxor, Egypte

    LES PARENTS DU ROI TOUTANKHAMUN ÉTAIT-IL AUSSI COUSINS ?

    Les arrangements familiaux complexes de Toutankhamon ont été l'un des grands mystères entourant le jeune roi.

    Alors que son père était connu pour avoir été le pharaon Akhenaton, l'identité de sa mère a été beaucoup plus insaisissable.

    Les tests ADN ont montré que la reine Tiye, dont la momie est illustrée ci-dessus, était la grand-mère du garçon égyptien, le roi Toutankhamon.

    En 2010, des tests ADN ont confirmé qu'une momie trouvée dans la tombe d'Amenhotep II était la reine Tiye, l'épouse principale d'Amenhotep III, la mère du pharaon Akhenanten et la grand-mère de Toutankhamon.

    Une troisième momie, considérée comme l'une des épouses du pharaon Akhenaton, s'est avérée être une candidate probable comme mère de Toutankhamon, mais des preuves ADN ont montré qu'il s'agissait de la sœur d'Akhenaton.

    Une analyse ultérieure en 2013 a suggéré que Néfertiti, l'épouse principale d'Akhenaton, était la mère de Toutankhamon.

    Cependant, les travaux de Marc Gabolde, un archéologue français, ont suggéré que Néfertiti était également la cousine d'Akhenaton.

    Cette filiation incestueuse peut également aider à expliquer certaines des malformations que les scientifiques ont découvertes affectant Toutankhamon.

    Il souffrait d'un pied déformé, d'un palais légèrement fendu et d'une légère courbure de la colonne vertébrale.

    Cependant, ses affirmations ont été contestées par d'autres égyptologues, dont Zahi Hawass, chef du Conseil suprême des antiquités d'Égypte.

    Les recherches de son équipe suggèrent que la mère de Tut était, comme Akhenaton, la fille d'Amenhotep III et de la reine Tiye.

    Hawass a ajouté qu'il n'y a « aucune preuve » en archéologie ou en philologie pour indiquer que Néfertiti était la fille d'Amenhotep III.

    Toute découverte apporterait plus d'informations sur cette période mouvementée de l'Egypte ancienne.

    "La famille d'Akhenaton est pleine de secrets et de problèmes historiques qui n'ont pas encore été résolus", a déclaré el-Damaty.

    La semaine dernière, le ministère égyptien des Antiquités a accordé une approbation préliminaire pour l'utilisation d'un radar non invasif pour prouver la théorie.

    Une habilitation de sécurité pour l'utilisation du radar sera probablement obtenue d'ici un mois permettant aux scans de se poursuivre, a déclaré Mouchira Moussa, consultant média auprès du ministre des Antiquités Mamdouh el-Damaty.

    "Cela ne causera aucun dommage au monument", a déclaré Moussa.

    L'archéologue britannique Howard Carter a découvert la tombe de Tut dans la vallée des rois de Louxor en 1922 - intacte et remplie d'antiquités, dont le masque doré de renommée mondiale de Tut.

    Dans son article, Reeves affirme que les images haute résolution de la tombe du roi Tut comprennent des lignes sous les surfaces en plâtre des murs peints, montrant qu'il pourrait y avoir deux portes inexplorées, dont l'une pourrait potentiellement conduire à la tombe de Néfertiti.

    Le radar japonais, qui sera exploité par un expert qui accompagnera l'équipement du Japon pour l'inspection une fois l'approbation finale accordée, regardera au-delà des murs qui, selon Reeves, pourraient mener à la tombe suspecte et à l'autre chambre, a déclaré Moussa. .

    "S'il s'agit de Néfertiti, ce serait très massif."

    Le mois dernier, le Dr Nicholas Reeves, archéologue anglais de l'Université de l'Arizona, a choqué le monde après avoir analysé des scans haute résolution des murs de la tombe de Toutankhamon.

    Il a décrit comment il a découvert les "fantômes" de deux portails que les constructeurs de tombes ont bloqués, dont l'un serait une salle de stockage.

    La tombe du roi Tut est exposée dans une vitrine à la Vallée des Rois à Louxo. Théorie d'un égyptologue britannique selon laquelle une reine pourrait être enterrée dans les murs du mausolée pharaonique vieux de 3 300 ans

    Sur la photo, le mur nord décoré de la chambre funéraire de Toutankhamon, derrière lequel le Dr Reeves pense qu'il y a une autre chambre funéraire plus somptueuse appartenant à Néfertiti

    Nicholas Reeves, un égyptologue britannique affilié à l'expédition égyptienne à l'Université d'Arizona, à gauche, arrive à la tombe d'Horemheb dans la Vallée des Rois à Louxor, en Egypte

    En 2010, les généticiens ont utilisé des tests ADN pour examiner la filiation de Toutankhamon et ont suggéré qu'il pourrait s'agir de la momie ci-dessus, connue sous le nom de Jeune femme, qui était la mère du garçon-roi. D'autres experts ont cependant affirmé que Néfertiti était un cousin du père du roi Tut et pourrait avoir été la mère du garçon.

    L'autre, du côté nord de la tombe de Toutankhamon, contient "l'enterrement non perturbé du propriétaire original de la tombe - Néfertiti", a expliqué le Dr Reeves.

    Si le Dr Reeves a raison, la tombe cachée pourrait être bien plus magnifique que tout ce qui se trouve dans la chambre funéraire de Toutankhamon.

    Il pense qu'il s'agit de sa tombe en raison de sa position à droite du puits d'entrée, ce qui est beaucoup plus typique des reines égyptiennes que des rois.

    La petite taille de la chambre funéraire de Toutankhamon, compte tenu de sa position dans l'histoire égyptienne, a déconcerté les experts pendant des années et la théorie du Dr Reeves pourrait suggérer qu'elle a été construite en complément d'une tombe existante - celle de sa mère.

    Des ouvriers égyptiens travaillent à l'entrée de la Vallée des Rois. Si le Dr Reeves a raison, la tombe cachée pourrait être bien plus magnifique que tout ce qui se trouve dans la chambre funéraire de Toutankhamon

    UNE HISTOIRE DE LA REINE NEFERTITI ET POURQUOI SON TOMBE N'A-T-IL PAS ÉTÉ TROUVÉ ?

    Neferneferuaten Nefertiti - ou la reine Nefertiti - était l'épouse et la "principale épouse" du roi Akhenaton, un pharaon égyptien du XIVe siècle av.

    Elle était la plus belle reine de l'Égypte ancienne jamais vue. Elle était la belle-mère, et peut-être même la mère, de Toutankhamon, l'enfant pharaon d'Égypte.

    Pourtant, aujourd'hui, la sculpture vieille de 3 300 ans de son visage, au Neues Museum de Berlin, a le pouvoir d'ensorceler, avec ses yeux en amande, ses pommettes hautes et sa mâchoire ciselée.

    Même son nom, Néfertiti, est enchanteur. Son nom complet, Neferneferuaten Nefertiti, signifie « Belles sont les beautés d'Aton, la Belle est venue ». Son pouvoir et ses charmes dans l'Égypte du XIVe siècle av.

    Malgré sa beauté épique, elle est restée un modèle de fidélité à son mari, le pharaon Akhenaton. On ne pouvait pas en dire autant d'Akhenaton, qui avait sa mauvaise voie avec une série d'escortes royales, y compris, selon certains, ses propres filles.

    Néfertiti était la reine la plus influente et la plus belle d'Égypte, qui a régné à l'apogée du pouvoir du pays, à la fin de la 18e dynastie.

    Oui, Cléopâtre est plus célèbre, mais elle a régné sur l'Égypte dans ses années de déclin, au premier siècle avant JC. Après sa mort, l'Egypte est devenue juste une autre province de l'Empire romain.

    Néfertiti a vécu pendant la période la plus riche de l'histoire de l'Égypte ancienne - d'environ 1370 avant JC à 1330 avant JC, une époque où la Grèce, sans parler de Rome, était à des siècles des sommets de sa magnifique civilisation. En plus d'avoir épousé un pharaon, elle est probablement née fille d'un autre pharaon, et a peut-être régné aux côtés de Toutankhamon.

    Il y a même une suggestion qu'elle a gouverné l'Egypte seule après la mort de son mari. Ainsi, du berceau à la tombe, elle a régné sur le perchoir. D'où ses autres surnoms : Maîtresse de Haute et Basse Egypte, et Dame des Deux Terres.

    Néfertiti et Akhenaton ont eu six filles, bien que l'on pense que Toutankhamon n'était pas son fils. L'analyse ADN a indiqué qu'Akhenaton a engendré Toutankhamon avec l'une de ses propres sœurs – la première indication de son penchant pour l'inceste royal.

    On pense qu'il a engendré un autre pharaon avec une autre femme, qui est nommée dans diverses inscriptions. La liste des époux ne s'arrête pas là. Parmi ses autres conquêtes figurent deux nobles.

    En plus de cela, il est même suggéré qu'il a couché avec l'une de ses six filles. Le jury est sur celui-là, bien qu'il ait probablement installé l'un d'entre eux dans le rôle cérémonial – sinon nécessairement sexuel – de Great Royal Wife.

    Malgré tous les amants supposés de son mari, le nom de Néfertiti est toujours celui de sa femme la plus charmante et la plus importante. À maintes reprises, sa beauté et son pouvoir étaient représentés dans les images du temple. Parfois, comme le prince Philip avec la reine, elle est représentée marchant derrière son mari. Mais elle est aussi souvent montrée seule, dans des positions de pouvoir de pharaon.

    Dans une sculpture en calcaire du Musée des beaux-arts de Boston, on la voit frapper une ennemie à la tête sur sa barge royale.

    Elle est la combinaison du pouvoir et de la beauté – Margaret Thatcher rencontre la princesse Diana. Dans une autre sculpture, maintenant au Musée égyptien de Berlin, son corps mince et souple est représenté dans toute sa splendeur, laissant peu de place à l'imagination. Pourtant, aujourd'hui, le rouge vif de ses lèvres et les bords noir de khôl de ses yeux en amande se consument au fil de cent générations.

    Ensemble, Akhénaton et Néfertiti se sont frayé un chemin à travers l'Égypte, construisant des temples spectaculaires. À Karnak, le pharaon a érigé un temple, le manoir des Benben, à sa femme bien-aimée et magnifique.

    Mais il ne suffisait pas de construire des temples. La dévotion du couple royal au dieu Aton - représentant le disque du soleil - était si grande qu'ils ont créé une toute nouvelle capitale en son honneur à Amarna, une ville sur les rives du Nil.

    Ils ont construit la nouvelle ville à partir de zéro, érigeant deux temples à Aton et une paire de palais royaux. C'était comme si la reine et le prince Philip décidaient de lever des bâtons du château de Windsor demain et de construire un nouveau palais royal au milieu de la Cumbrie.

    Ici aussi, à Amarna, les images de la belle Néfertiti abondent, arborant sa haute couronne distinctive. Elle et son pharaon sont également montrés recevant de grands tas de bijoux et d'or de leur peuple soumis.

    Ils ont régné sur une civilisation d'une sophistication étonnante. Parmi les découvertes figurent les lettres d'Amarna, plus de 350 tablettes mises au jour à la fin du XIXe siècle, dont 99 aujourd'hui au British Museum. Ils racontent l'histoire d'une grande nation avec un service diplomatique très développé. Il y a aussi de rares morceaux de poésie, de paraboles et de comparaisons dans les Lettres d'Amarna. Une ligne frappante se lit comme suit : « À défaut d'un cultivateur, mon champ est comme une femme sans mari. »

    On pense que Néfertiti a perdu son propre cultivateur - son mari - vers 1336 avant JC, c'est alors qu'elle a peut-être régné sur l'Égypte seule.

    Sa propre mort est entourée de mystère. On estime qu'elle est morte environ six ans après son mari, peut-être de la peste qui a frappé l'Égypte à cette époque.

    En 1331 avant JC, Toutankhaton changea son nom en Toutankhamon et transféra la capitale égyptienne à Thèbes, où il mourut en 1323 avant JC.

    Aujourd'hui, Thèbes est Louxor, qui abrite la Vallée des Rois, lieu de sépulture de Toutankhamon et, peut-être, de la reine Néfertiti. Alors, est-elle retournée à Thèbes avec lui – ou y a-t-il emmené son corps ? Ou a-t-elle été enterrée dans l'ancienne capitale d'Amarna, où son merveilleux buste a été découvert en 1912 ?

    Depuis 3 300 ans, la réponse s'est perdue sous les sables tourbillonnants de l'Égypte. Si le Dr Reeves est autorisé à regarder derrière les murs de la tombe de Toutankhamon, nous pourrions découvrir le sort de la plus belle femme trahie de l'histoire ancienne.

    La chambre funéraire de Toutankhamon est de la même taille qu'une antichambre, plutôt qu'une tombe digne d'un roi égyptien, par exemple.

    Le Dr Reeve a déclaré que la richesse des meubles entassés dans les quatre petites chambres de Toutankhamon était "écrasante".

    Cette image montre une reconstruction informatique créée à l'aide du crâne d'une momie trouvé dans une tombe antérieure. Il ressemble à Néfertiti

    La majorité des égyptologues ont pris cela pour argent comptant, il a dit que beaucoup d'objets là-bas semblent avoir été pris des rois prédécesseurs et adaptés pour l'usage du garçon-roi.

    L'ouverture de ce qui aurait été la tombe de Néfertiti est décorée de scènes religieuses, peut-être dans le cadre d'un rituel destiné à protéger la chambre située derrière, a-t-il déclaré.

    « Une seule femme royale de la fin de la 18e dynastie est connue pour avoir reçu de tels honneurs, et c'est Néfertiti », écrit le Dr Reeves.

    Si la théorie du Dr Reeves est correcte, elle peut résoudre un certain nombre de bizarreries concernant la chambre funéraire de Toutankhamon qui ont longtemps déconcerté les chercheurs.

    Par exemple, les trésors trouvés à l'intérieur semblent avoir été placés là à la hâte et sont en grande partie d'occasion.

    "Les implications sont extraordinaires", a-t-il écrit.

    « Si l'apparence numérique se traduit par une réalité physique, il semble que nous soyons maintenant confrontés non seulement à la perspective d'un nouveau magasin de l'ère Toutankhamon à l'ouest [mais] à celui de Néfertiti elle-même, célèbre épouse, co-régente et successeur éventuel du Pharaon Akhénaton.'

    Joyce Tyldesley, maître de conférences en égyptologie à l'Université de Manchester, a déclaré au Times que l'hypothèse du Dr Reeves pourrait s'avérer correcte.

    Le balayage radar (à gauche) montre ce qui se cache derrière la peinture sur la section du mur de la tombe de Toutankhamon (à droite). On pense que la porte se situe quelque part entre les points 4, 5 et 6. Néfertiti, dont le nom signifie "la belle est venue", était la reine d'Egypte et épouse du pharaon Akhenaton au 14ème siècle avant JC

    La tombe de Toutankhamon a été découverte pour la première fois en 1922 par Howard Carter. Les archéologues sont montrés ci-dessus en train de retirer une partie d'un canapé en bois, recouvert de feuilles d'or et d'une tête d'hippopotame, de la tombe à l'époque

    "Il ne serait pas surprenant que la tombe ait été conçue pour avoir des pièces supplémentaires, bien qu'il soit difficile de dire jusqu'où les constructeurs sont allés avec ces pièces sur la base des preuves actuelles", a-t-elle déclaré.

    «Je serais très surpris si ce tombeau était construit pour abriter l'enterrement original, ou le premier, de Néfertiti.

    « Il me semble qu'il est fort probable qu'elle soit morte sous le règne de son mari et qu'elle aurait donc été enterrée à Amarna, la ville construite à cet effet par Akhénaton en Moyenne Égypte.

    "Mais je me serais attendu à ce qu'elle soit enterrée quelque part dans la vallée occidentale, plutôt qu'au centre de la vallée des rois."

    De nombreux égyptologues pensent qu'il y avait probablement un ou deux co-pharaons entre Akhenaton et Toutankhamon.

    Certains, dont Reeves, pensent qu'au moins l'un d'entre eux a pu être Néfertiti, qui a peut-être même gouverné l'Égypte toute seule, même pendant quelques mois seulement.

    La découverte de sa tombe pourrait donner un aperçu supplémentaire d'une période encore largement obscurcie, malgré un intérêt mondial intense pour l'Égypte ancienne.

    Célèbre pour sa beauté exquise, la tombe de Néfertiti ou la « Dame des Deux Terres » a été perdue pendant des siècles depuis sa mort soudaine en 1340 av.

    Le masque funéraire en or de Toutankhamon, illustré ci-dessus, est l'un des plus grands trésors trouvés à l'intérieur de la tombe richement meublée du jeune roi. Depuis sa découverte, l'histoire du jeune souverain fascine les archéologues

    Toutankhamon est mort dans des circonstances mystérieuses il y a environ 3 000 ans. Sa momie, montrée ci-dessus en train d'être déballée par des archéologues, a été retirée de son sarcophage en pierre orné dans la tombe en 2007 afin qu'elle puisse être mieux conservée dans un boîtier climatisé.

    Le Dr Reeves pense que la chambre du pharaon n'était qu'une réflexion après coup, la décrivant comme une "tombe de style couloir dans une tombe". Sur la photo, son entrée

    L'AFFAIRE STATUE DE LA REINE NEFERTITI PROVOQUE L'OUTRAGE EN EGYPTE

    Le buste du souverain du 14e siècle av. J.-C. a été jugé si laid qu'il a rapidement été comparé à Frankenstein. Il a été retiré après seulement quelques jours

    Pour de nombreux Égyptiens, elle reste un puissant symbole de la beauté et du riche patrimoine culturel de leur pays.

    Vous pouvez donc imaginer leur horreur lorsque cette statue de la reine Néfertiti a été dévoilée en grande pompe.

    Le buste du souverain du 14e siècle av. J.-C. a été jugé si laid qu'il a rapidement été comparé à Frankenstein.

    Alors que des viraux moqueurs déferlaient sur Twitter, une Égyptienne a tweeté : « C'est une insulte à Néfertiti et à tous les Égyptiens.

    Un autre utilisateur de Twitter a écrit: "Je suppose que c'est à quoi elle ressemblait quatre jours après sa mort."

    L'un d'eux s'en est pris directement aux sculpteurs en disant : « Si vous ne savez pas faire des statues, n'allez pas faire quelque chose de si injuste envers la belle Néfertiti.

    La statue, qui a été installée à l'entrée de la ville de Samalout, était destinée à être une réplique du célèbre buste de 3 300 ans déterré à Ammarna en 1912.

    Mais la vague de critiques était que de fervents responsables ont retiré la statue le mois dernier après quelques jours seulement.


    Perdu et trouvé et perdu

    Si Reeves a raison, ce serait aussi l'aboutissement d'une quête personnelle. Il a recherché le tombeau de la reine lorsqu'il était directeur de la Projet des tombes royales d'Amarna de 1998 à 2002.

    "Mon fort sentiment est que Néfertiti pourrait bien être enterré quelque part dans la Vallée des Rois", a-t-il dit un jour. Raconté PBS. "Ce serait merveilleux de trouver la tombe de Néfertiti, car non seulement c'est une personne de la plus grande importance historique, mais c'est une période du plus bel art."

    Mais c'est le collègue de Reeves, Otto Schaden, un archéologue de l'Université de Memphis, qui a découvert une tombe cachée en 2006, à cinquante pieds de celle de Toutankhamon. Certains médias rapports initialement identifié comme la chambre funéraire possible de Néfertiti.

    Le tombeau, cependant, était un buste. Sept sarcophages ont été retrouvés à l'intérieur, dont six vides. Le septième, le plus éloigné de l'entrée, espérait qu'il pourrait contenir une momie, peut-être la reine elle-même.

    Dans une cascade kitsch rappelant la voûte d'Al Capone, le sarcophage final a été ouvert dans une émission télévisée, révélant non pas une momie, mais des colliers dorés ornés de fleurs, de bâtons, de morceaux de lin, de fragments d'argile et de lambeaux d'or. Peu importe ce qu'il contenait autrefois, le sarcophage avait apparemment été converti en stockage pour les matériaux funéraires.


    ARTICLES LIÉS

    Après avoir analysé des scans haute résolution des murs du complexe funéraire de Toutankhamon dans la Vallée des Rois, le Dr Reeves a repéré ce qui semblait être une entrée secrète.

    Il a décrit comment il a découvert les "fantômes" de deux portails que les constructeurs de tombes ont bloqués, dont l'un serait une salle de stockage.

    L'autre, du côté nord de la tombe de Toutankhamon, contient "l'enterrement non perturbé du propriétaire original de la tombe - Néfertiti", a expliqué le Dr Reeves.

    Si le Dr Reeves a raison, la tombe cachée pourrait être bien plus magnifique que tout ce qui se trouve dans la chambre funéraire de Toutankhamon.

    Le Dr Nicholas Reeves prétend avoir trouvé des preuves des entrées murées de deux chambres supplémentaires de la tombe de Toutankhamon. Il s'agit notamment de la chambre funéraire de la reine Néfertiti, qui, selon le Dr Reeves, était le co-régent du garçon-roi et pourrait même avoir été sa mère, et une nouvelle salle de stockage cachée, comme indiqué ci-dessus.

    Le Dr Reeves décrit comment il a découvert les « fantômes » de deux portails que les constructeurs de tombes ont bloqués (en jaune à droite). L'un, dit-il, est une salle de stockage et l'autre le tombeau de Néfertiti (buste illustré à gauche)

    Il pense qu'il s'agit de sa tombe en raison de sa position à droite du puits d'entrée, ce qui est beaucoup plus typique des reines égyptiennes que des rois.

    La petite taille de la chambre funéraire de Toutankhamon, compte tenu de sa position dans l'histoire égyptienne, a déconcerté les experts pendant des années et la théorie du Dr Reeves pourrait suggérer qu'elle a été construite en complément d'une tombe existante - celle de sa mère.

    La chambre funéraire de Toutankhamon est de la même taille qu'une antichambre, plutôt qu'une tombe digne d'un roi égyptien, par exemple.

    Le Dr Reeve a déclaré que la richesse des meubles entassés dans les quatre petites chambres de Toutankhamon était "écrasante".

    En 2010, les généticiens ont utilisé des tests ADN pour examiner la filiation de Toutankhamon et ont suggéré qu'il pourrait s'agir de la momie ci-dessus, connue sous le nom de Jeune femme, qui était la mère du garçon-roi. D'autres experts ont cependant affirmé que Néfertiti était un cousin du père du roi Tut et pourrait avoir été la mère du garçon.

    La majorité des égyptologues ont pris cela pour argent comptant, il a dit que beaucoup d'objets là-bas semblent avoir été pris des rois prédécesseurs et adaptés pour l'usage du garçon-roi.

    Il propose que certains des matériaux dans la tombe suggèrent que Néfertiti avait été le co-régent du garçon.

    Combiné avec les scans du mur nord de la tombe, le Dr Reeves pense que la tombe appartenait à Néfertiti et que la chambre du pharaon n'était qu'une réflexion après coup, la décrivant comme une "tombe de style couloir dans une tombe".

    UNE HISTOIRE DE LA REINE NEFERTITI ET POURQUOI SON TOMBE N'A-T-IL PAS ÉTÉ TROUVÉ ?

    Neferneferuaten Nefertiti - ou la reine Nefertiti - était l'épouse et la "principale épouse" du roi Akhenaton, un pharaon égyptien du XIVe siècle av.

    Elle était la plus belle reine de l'Égypte ancienne jamais vue. Elle était la belle-mère, et peut-être même la mère, de Toutankhamon, l'enfant pharaon d'Égypte.

    Pourtant, aujourd'hui, la sculpture vieille de 3 300 ans de son visage, au Neues Museum de Berlin, a le pouvoir d'ensorceler, avec ses yeux en amande, ses pommettes hautes et sa mâchoire ciselée.

    Même son nom, Néfertiti, est enchanteur. Son nom complet, Neferneferuaten Nefertiti, signifie « Belles sont les beautés d'Aton, la Belle est venue ». Son pouvoir et ses charmes dans l'Égypte du XIVe siècle av.

    Malgré sa beauté épique, elle est restée un modèle de fidélité à son mari, le pharaon Akhenaton. On ne pouvait pas en dire autant d'Akhenaton, qui avait sa mauvaise voie avec une série d'escortes royales, y compris, selon certains, ses propres filles.

    Néfertiti était la reine la plus influente et la plus belle d'Égypte, qui a régné à l'apogée du pouvoir du pays, à la fin de la 18e dynastie.

    Oui, Cléopâtre est plus célèbre, mais elle a régné sur l'Égypte dans ses années de déclin, au premier siècle avant JC. Après sa mort, l'Egypte est devenue juste une autre province de l'Empire romain.

    Néfertiti a vécu pendant la période la plus riche de l'histoire de l'Égypte ancienne - d'environ 1370 avant JC à 1330 avant JC, une époque où la Grèce, sans parler de Rome, était à des siècles des sommets de sa magnifique civilisation. En plus d'avoir épousé un pharaon, elle est probablement née fille d'un autre pharaon, et a peut-être régné aux côtés de Toutankhamon.

    Il y a même une suggestion qu'elle a gouverné l'Égypte seule après la mort de son mari. Ainsi, du berceau à la tombe, elle a régné sur le perchoir. D'où ses autres surnoms : Maîtresse de Haute et Basse Egypte, et Dame des Deux Terres.

    Néfertiti et Akhenaton ont eu six filles, bien que l'on pense que Toutankhamon n'était pas son fils. L'analyse ADN a indiqué qu'Akhenaton a engendré Toutankhamon avec l'une de ses propres sœurs – la première indication de son penchant pour l'inceste royal.

    On pense qu'il a engendré un autre pharaon avec une autre femme, qui est nommée dans diverses inscriptions. La liste des époux ne s'est pas arrêtée là. Parmi ses autres conquêtes figurent deux nobles.

    En plus de cela, il est même suggéré qu'il a couché avec l'une de ses six filles. Le jury est sur celui-là, bien qu'il ait probablement installé l'un d'entre eux dans le rôle cérémonial – sinon nécessairement sexuel – de Great Royal Wife.

    Malgré tous les amants supposés de son mari, le nom de Néfertiti demeure sa femme la plus charmante et la plus importante. À maintes reprises, sa beauté et son pouvoir étaient représentés dans les images du temple. Parfois, comme le prince Philip avec la reine, elle est représentée marchant derrière son mari. Mais elle est aussi souvent montrée seule, dans des positions de pouvoir de pharaon.

    Dans une sculpture en calcaire du Musée des beaux-arts de Boston, on la voit frapper une ennemie à la tête sur sa barge royale.

    Elle est la combinaison du pouvoir et de la beauté – Margaret Thatcher rencontre la princesse Diana. Dans une autre sculpture, maintenant au Musée égyptien de Berlin, son corps mince et souple est représenté dans toute sa splendeur, laissant peu de place à l'imagination. Pourtant, aujourd'hui, le rouge vif de ses lèvres et les bords noir de khôl de ses yeux en amande se consument au fil de cent générations.

    Ensemble, Akhénaton et Néfertiti se sont frayé un chemin à travers l'Égypte, construisant des temples spectaculaires. À Karnak, le pharaon a érigé un temple, le manoir des Benben, à sa femme bien-aimée et magnifique.

    Mais il ne suffisait pas de construire des temples. La dévotion du couple royal au dieu Aton - représentant le disque du soleil - était si grande qu'ils ont créé une toute nouvelle capitale en son honneur à Amarna, une ville sur les rives du Nil.

    Ils ont construit la nouvelle ville à partir de zéro, érigeant deux temples à Aton et une paire de palais royaux. C'était comme si la reine et le prince Philip décidaient de lever des bâtons du château de Windsor demain et de construire un nouveau palais royal au milieu de la Cumbrie.

    Ici aussi, à Amarna, les images de la belle Néfertiti abondent, arborant sa haute couronne distinctive. Elle et son pharaon sont également montrés recevant de grands tas de bijoux et d'or de leur peuple soumis.

    Ils ont régné sur une civilisation d'une sophistication étonnante. Parmi les découvertes figurent les lettres d'Amarna, plus de 350 tablettes mises au jour à la fin du XIXe siècle, dont 99 aujourd'hui au British Museum. Ils racontent l'histoire d'une grande nation avec un service diplomatique très développé. Il y a aussi de rares morceaux de poésie, de paraboles et de comparaisons dans les Lettres d'Amarna. Une ligne frappante se lit comme suit : « À défaut d'un cultivateur, mon champ est comme une femme sans mari. »

    On pense que Néfertiti a perdu son propre cultivateur - son mari - vers 1336 avant JC, c'est alors qu'elle a peut-être régné sur l'Égypte seule.

    Sa propre mort est entourée de mystère. On estime qu'elle est morte environ six ans après son mari, peut-être de la peste qui a frappé l'Égypte à cette époque.

    En 1331 avant JC, Toutankhaton changea son nom en Toutankhamon et transféra la capitale égyptienne à Thèbes, où il mourut en 1323 avant JC.

    Aujourd'hui, Thèbes est Louxor, qui abrite la Vallée des Rois, lieu de sépulture de Toutankhamon et, peut-être, de la reine Néfertiti. Alors, est-elle retournée à Thèbes avec lui – ou y a-t-il emmené son corps ? Ou a-t-elle été enterrée dans l'ancienne capitale d'Amarna, où son merveilleux buste a été découvert en 1912 ?

    Depuis 3 300 ans, la réponse s'est perdue sous les sables tourbillonnants de l'Égypte. Si le Dr Reeves est autorisé à regarder derrière les murs de la tombe de Toutankhamon, nous pourrions découvrir le sort de la plus belle épouse trahie de l'histoire ancienne.

    Le Dr Reeves affirme avoir fait la découverte après avoir analysé des balayages radar haute résolution des murs du complexe funéraire de Toutankhamon, qui a été découvert en 1922 dans la Vallée des Rois

    L'ouverture de ce qui aurait été la tombe de Néfertiti est décorée de scènes religieuses, peut-être dans le cadre d'un rituel destiné à protéger la chambre située derrière, a-t-il déclaré.

    « Une seule femme royale de la fin de la 18e dynastie est connue pour avoir reçu de tels honneurs, et c'est Néfertiti », écrit le Dr Reeves.

    Si la théorie du Dr Reeves est correcte, elle peut résoudre un certain nombre de bizarreries concernant la chambre funéraire de Toutankhamon qui ont longtemps déconcerté les chercheurs.

    LES PARENTS DU ROI TOUTANKHAMUN ÉTAIT-IL AUSSI COUSINS ?

    Les arrangements familiaux complexes de Toutankhamon ont été l'un des grands mystères entourant le jeune roi.

    Alors que son père était connu pour avoir été le pharaon Akhenaton, l'identité de sa mère a été beaucoup plus insaisissable.

    Les tests ADN ont montré que la reine Tiye, dont la momie est illustrée ci-dessus, était la grand-mère du garçon égyptien, le roi Toutankhamon.

    En 2010, des tests ADN ont confirmé qu'une momie trouvée dans la tombe d'Amenhotep II était la reine Tiye, l'épouse principale d'Amenhotep III, la mère du pharaon Akhenanten et la grand-mère de Toutankhamon.

    Une troisième momie, considérée comme l'une des épouses du pharaon Akhenaton, s'est avérée être une candidate probable comme mère de Toutankhamon, mais des preuves ADN ont montré qu'il s'agissait de la sœur d'Akhenaton.

    Une analyse ultérieure en 2013 a suggéré que Néfertiti, l'épouse principale d'Akhenaton, était la mère de Toutankhamon.

    Cependant, les travaux de Marc Gabolde, un archéologue français, ont suggéré que Néfertiti était également la cousine d'Akhenaton.

    Cette filiation incestueuse peut également aider à expliquer certaines des malformations que les scientifiques ont découvertes affectant Toutankhamon.

    Il souffrait d'un pied déformé, d'un palais légèrement fendu et d'une légère courbure de la colonne vertébrale.

    Cependant, ses affirmations ont été contestées par d'autres égyptologues, dont Zahi Hawass, chef du Conseil suprême des antiquités d'Égypte.

    Les recherches de son équipe suggèrent que la mère de Tut était, comme Akhenaton, la fille d'Amenhotep III et de la reine Tiye.

    Hawass a ajouté qu'il n'y a « aucune preuve » en archéologie ou en philologie pour indiquer que Néfertiti était la fille d'Amenhotep III.

    Par exemple, les trésors trouvés à l'intérieur semblent avoir été placés là à la hâte et sont en grande partie d'occasion.

    "Les implications sont extraordinaires", a-t-il écrit.

    Cette image montre une reconstruction informatique créée à l'aide du crâne d'une momie trouvé dans une tombe antérieure. Il ressemble à Néfertiti

    « Si l'apparence numérique se traduit par une réalité physique, il semble que nous soyons maintenant confrontés non seulement à la perspective d'un nouveau magasin de l'ère Toutankhamon à l'ouest [mais] à celui de Néfertiti elle-même, célèbre épouse, co-régente et successeur éventuel du Pharaon Akhénaton.'

    Joyce Tyldesley, maître de conférences en égyptologie à l'Université de Manchester, a déclaré au Times que l'hypothèse du Dr Reeves pourrait s'avérer correcte.

    "Il ne serait pas surprenant que la tombe ait été conçue pour avoir des pièces supplémentaires, bien qu'il soit difficile de dire jusqu'où les constructeurs sont allés avec ces pièces sur la base des preuves actuelles", a-t-elle déclaré.

    «Je serais très surpris si ce tombeau était construit pour abriter l'enterrement original, ou le premier, de Néfertiti.

    « Il me semble qu'il est fort probable qu'elle soit morte sous le règne de son mari et qu'elle aurait donc été enterrée à Amarna, la ville construite à cet effet par Akhénaton en Moyenne Égypte.

    "Mais je me serais attendu à ce qu'elle soit enterrée quelque part dans la vallée occidentale, plutôt qu'au centre de la vallée des rois."

    Néfertiti, dont le nom signifie « la belle est venue », était la reine d'Égypte et l'épouse du pharaon Akhénaton au XIVe siècle av.

    Sur la photo, le mur nord décoré de la chambre funéraire de Toutankhamon, derrière lequel le Dr Reeves pense qu'il y a une autre chambre funéraire plus somptueuse appartenant à Néfertiti

    Le balayage radar (à gauche) montre ce qui se cache derrière la peinture sur la section du mur de la tombe de Toutankhamon (à droite). On pense que la porte se situe quelque part entre les points 4, 5 et 6. Néfertiti, dont le nom signifie "la belle est venue", était la reine d'Egypte et épouse du pharaon Akhenaton au 14ème siècle avant JC

    Elle et son mari ont établi le culte d'Aton, le dieu du soleil, et ont promu des œuvres d'art en Égypte qui étaient remarquablement différentes de ses prédécesseurs.

    Ses titres suggèrent qu'elle était co-régente et peut-être un pharaon après la mort d'Akhenaton.

    Mais malgré son statut remarquable, sa mort et son enterrement restent un mystère.

    La tombe de Toutankhamon a été découverte pour la première fois en 1922 par Howard Carter. Les archéologues sont montrés ci-dessus en train de retirer une partie d'un canapé en bois, recouvert de feuilles d'or et d'une tête d'hippopotame, de la tombe à l'époque

    Le masque funéraire en or de Toutankhamon, illustré ci-dessus, est l'un des plus grands trésors trouvés à l'intérieur de la tombe richement meublée du jeune roi. Depuis sa découverte, l'histoire du jeune souverain fascine les archéologues

    Toutankhamon est mort dans des circonstances mystérieuses il y a environ 3 000 ans. Sa momie, montrée ci-dessus en train d'être déballée par des archéologues, a été retirée de son sarcophage en pierre orné dans la tombe en 2007 afin qu'elle puisse être mieux conservée dans un boîtier climatisé.

    "Chaque élément de preuve en soi n'est pas concluant, mais mettez le tout ensemble et il est difficile d'éviter ma conclusion", a déclaré M. Reeves à The Economist.

    "Si je me trompe, je me trompe, mais si j'ai raison, c'est potentiellement la plus grande découverte archéologique jamais réalisée."

    Les images ont été dévoilées par Factum Arte, un groupe qui a récemment créé une copie grandeur nature de la tombe de Toutankhamon, destinée aux touristes.

    La découverte de la tombe de Toutankhamon en 1922 a fait sensation dans le monde entier. Le riche mobilier et les décorations ont fasciné le public tandis que les archéologues se sont interrogés sur la mort du roi.

    Il a été retrouvé enterré avec deux enfants mort-nés et son décès a mis fin à la lignée familiale Thutmosid.

    La mort de Toutankhamon a conduit à la guerre car il a été remplacé par son conseiller Ay, qui a épousé la veuve du jeune roi. Sous son règne, l'Égypte a été vaincue dans une guerre avec les Hittites.

    Le Dr Reeves pense que la chambre du pharaon n'était qu'une réflexion après coup, la décrivant comme une "tombe de style couloir dans une tombe". Sur la photo, son entrée

    L'AFFAIRE STATUE DE LA REINE NEFERTITI PROVOQUE L'OUTRAGE EN EGYPTE

    Le buste du souverain du 14e siècle av. J.-C. a été jugé si laid qu'il a rapidement été comparé à Frankenstein. Il a été retiré après seulement quelques jours

    Pour de nombreux Égyptiens, elle reste un puissant symbole de la beauté et du riche patrimoine culturel de leur pays.

    Vous pouvez donc imaginer leur horreur lorsque cette statue de la reine Néfertiti a été dévoilée en grande pompe.

    Le buste du souverain du 14e siècle av. J.-C. a été jugé si laid qu'il a rapidement été comparé à Frankenstein.

    Alors que des viraux moqueurs déferlaient sur Twitter, une Égyptienne a tweeté : « C'est une insulte à Néfertiti et à tous les Égyptiens.

    Un autre utilisateur de Twitter a écrit: "Je suppose que c'est à quoi elle ressemblait quatre jours après sa mort."

    L'un d'eux s'en est pris directement aux sculpteurs en disant : « Si vous ne savez pas faire des statues, n'allez pas faire quelque chose de si injuste envers la belle Néfertiti.

    La statue, qui a été installée à l'entrée de la ville de Samalout, était destinée à être une réplique du célèbre buste de 3 300 ans déterré à Ammarna en 1912.

    Mais la vague de critiques était que de fervents responsables ont retiré la statue le mois dernier après quelques jours seulement.


    Il y a 98 ans cette semaine : la tombe intacte de Toutankhamon est découverte

    Il y a quatre-vingt-dix-huit ans, beaucoup pensaient que toutes les tombes royales de la Vallée des rois d'Égypte avaient été découvertes. Cependant, l'archéologue anglais Howard Carter pensait qu'il pourrait y avoir une dernière découverte, un obscur enfant pharaon du Nouvel Empire nommé Toutankhamon (1332 av. Sur 170 rois et pharaons d'Égypte connus, aucun n'avait été découvert dans une tombe intacte. Le pillage est devenu un tel problème, les prêtres égyptiens vers 930 av. De nombreuses momies ont été gravement endommagées et certaines ont même été réinhumées dans le mauvais sarcophage.

    Amenhotep IV (traduit par “Paix d'Amon” pour Amon-Ra, le dieu du soleil et chef du panthéon égyptien traditionnel) à Akhenaton (traduit par “de grande utilité pour Aton”)

    Howard Carter a commencé sa carrière en Égypte à l'âge de 17 ans dans le cadre d'une enquête britannique sur le temple de la reine Hatchepsout à Thèbes en tant qu'illustrateur. Plus tard, il a supervisé les fouilles d'Hatchepsout et de Thoutmosis IV en tant qu'inspecteur général du Département des antiquités égyptiennes. Dans le processus, il a découvert quelques artefacts portant le nom de Toutankhamon. Toutankhamon ne figurait sur aucune liste de dirigeants égyptiens en raison de son règne court et de son père controversé, Amenhotep IV.

    Le père de Toutankhamon a fondamentalement changé la religion égyptienne en rejetant les croyances polythéistes traditionnelles dans de nombreux dieux en faveur d'un seul dieu majeur, Aton. Amenhotep est allé jusqu'à changer son nom en Akhenaton. Il a nommé son fils et successeur Toutankhaton (“Image vivante d'Aton”). Le changement d'Akhenaton dans les croyances religieuses était profondément impopulaire. À la mort d'Akhenaton, le nouveau garçon de neuf ans, Toutankhaton a changé son nom en Toutankhamon pour apaiser le peuple, signalant qu'il revenait aux traditions religieuses égyptiennes.

    Malgré les réformes de Toutankhamon, les Égyptiens ont retiré ses noms et images de ceux de son père des temples et de leurs listes de dirigeants pour effacer le sacrilège d'Akhenaton. À l'aube du 20e siècle, les égyptologues avaient confirmé le règne d'Akhenaton, mais il existait peu de preuves de Toutankhamon et aucune momie n'avait jamais été trouvée. En 1914, Carter a obtenu un financement du philanthrope anglais George Herbert, 5 e comte de Carnarvon pour mener une recherche de cinq ans pour retrouver le pharaon disparu. De manière frustrante, la Première Guerre mondiale a forcé Carter à suspendre ses travaux pendant quatre ans.

    En 1918, Carter a recommencé à travailler pendant quatre ans sans succès. Le 4 novembre 1922, alors que le temps était compté, un garçon de l'eau a déplacé des éraflures de roche sur le sol avec son pied et a remarqué une dalle de pierre. Carter a été convoqué et après avoir creusé plus loin, Carter a déterré la première marche d'un escalier en pierre descendant dans la Terre jusqu'à un passage creusé dans le substrat rocheux. Au bout du tunnel, Carter a trouvé une porte en plâtre avec le sceau intact de Toutankhamon.

    En effaçant le règne de Toutankhamon de leurs archives historiques, les anciens Égyptiens se sont assurés par inadvertance qu'il serait oublié et qu'il ne serait donc pas dérangé.La tombe a été davantage protégée lorsque des débris creusés dans la tombe de Ramsès IV ont été déposés à l'entrée de la tombe de Toutankhamon. Aménagement de la tombe à quatre pièces de Toutankhamon

    Les marches de pierre descendant vers un tunnel et la porte encore scellée de la tombe de Toutankhamon

    Après neuf ans, Carter se tenait devant une porte en plâtre au bout d'un tunnel souterrain taillé dans la pierre après des années de travail patient. Il savait qu'il était sur le point de faire une découverte importante et unique. Pourtant, même alors, il dut attendre, car procéder sans Lord Carnarvon ne serait pas juste. Carter télégraphia à Lord Carnarvon de venir immédiatement. Carnarvon a dû voyager en bateau depuis l'Angleterre, ce qui a pris 19 jours de plus. Enfin, avec Carnarvon debout directement derrière lui le 26 novembre 1922, Carter a ciselé un trou dans la porte et a étendu une bougie dans l'obscurité. Après quelques instants de silence tendu, Carnarvon a demandé : « Pouvez-vous voir quelque chose ? Carter a répondu simplement: "Oui, des choses merveilleuses." Howard Carter venait de découvrir la tombe intacte du pharaon Toutankhamon et elle contenait en effet des choses merveilleuses.

    Les "choses merveilleuses" que Carter pouvait voir à la lueur des bougies

    La faible odeur de parfum rencontra Carter et Lord Carnarvon alors qu'ils entraient dans la première pièce. Dans la poussière sur le sol, ils pouvaient voir des empreintes de pas de constructeurs de tombes vieilles de 3 000 ans. Le tombeau se composait de quatre pièces. Carter avait d'abord aperçu dans la plus grande pièce une antichambre avec trois lits royaux, un char d'or, un trône pharaonique, des malles ornées, des jeux de société, des boîtes, des vases, des jarres et d'autres objets. Une petite pièce scellée d'un côté contenait des meubles de tous les jours, des huiles, des parfums, de la nourriture, du vin et de l'eau dans des vases scellés.

    À gauche : photo originale de la salle du sarcophage encore scellée. A droite : une des sentinelles

    Sur le côté opposé, une porte en plâtre scellée gardée par deux statues de Toutankhamon contenait la plus grande trouvaille. Quatre sanctuaires dorés inscrits de hiéroglyphes remplissaient presque la pièce. À l'intérieur des sanctuaires se trouvaient trois sarcophages de plus en plus petits. Au centre, Carter a découvert le trésor le plus précieux, le masque d'or de Toutankhamon sur ses restes momifiés.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    À côté de la salle du sarcophage, Carter a découvert une autre chambre avec une statue noire du dieu chacal Anubis au sommet d'un sanctuaire doré debout sentinelle. Derrière Anubis se trouvaient les trésors et les jarres canopes de Toutankhamon (contenant les organes internes retirés de Toutankhamon à l'intérieur d'une belle boîte dorée gardée par les bras tendus, quatre statues en or de la femme de Toutankhamon. De nombreux modèles de bateaux finement sculptés bordaient un mur et de l'autre côté, se tenaient plusieurs statues miniatures de Toutankhamon chassant ou se livrant à une autre activité.

    Gauche : Photo originale d'Anubis au sommet d'un sanctuaire doré gardant la salle du trésor

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Carter a passé huit ans à fouiller minutieusement et à documenter méticuleusement les milliers d'artefacts révélant une mine d'informations sur la vie quotidienne, les croyances religieuses et les pratiques funéraires des Égyptiens. La découverte de la tombe de Toutankhamon en 1922 par Howard Carter est la découverte archéologique la plus importante en Égypte. Les plus de 20 ans de travail déterminé mais minutieux de Carter ont électrisé le monde, créant une fascination pour l'égyptologie et l'étude du monde antique qui se poursuit aujourd'hui.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    [1] La profanation des tombes a poussé les dirigeants égyptiens à cacher leurs tombes au fil du temps. Pour une certaine perspective, l'empire égyptien a commencé vers 3 000 av. Dans les premières années, les rois étaient enterrés dans des mastabas de forme trapézoïdale puis dans des pyramides de l'Ancien Empire (2 686 av. Les souverains de l'Empire du Milieu ont construit (2 050 av. De nombreux pharaons du Nouvel Empire (vers 1 570 av. J.-C. - 1070 av. Les dirigeants du Nouvel Empire espéraient que l'emplacement éloigné empêcherait le vol de tombes et la profanation, mais même ces mesures extrêmes ont échoué pour la plupart.


    Publicité

    Amr Nabil / Presse associée

    Reeves a atteint sa théorie après que des images haute résolution ont découvert ce qu'il a dit être des lignes droites dans la tombe du roi Tut. Ces lignes, auparavant cachées par la couleur et la texture des pierres, indiquent la présence d'une chambre scellée, a-t-il déclaré. Les images ont été diffusées en direct à la télévision nationale en septembre dernier.

    Lors de la conférence de presse du Caire, el-Damaty a mis en évidence des analyses radar qui ont montré des anomalies dans les murs de la tombe, indiquant une possible porte cachée et les chambres, qui se trouvaient derrière des murs recouverts et peints d'hiéroglyphes.

    Néfertiti était la principale épouse du pharaon Akhénaton, qui a tenté en vain de faire passer l'Égypte à une forme précoce de monothéisme. Akhenaton a été remplacé par un pharaon appelé Smenkhare, puis Tut, dont les tests génétiques ont prouvé qu'il était le fils d'Akhenaton.

    La famille de Tut, Néfertiti et Akhenaton a gouverné l'Égypte pendant l'une de ses périodes les plus turbulentes, qui s'est terminée par une prise de contrôle militaire par le plus haut général égyptien de l'époque, Horemheb. Les noms de la famille ont ensuite été effacés des registres officiels.


    Voir la vidéo: Le tombeau de Toutânkhamon: Un mystère révélé (Novembre 2021).