Informations

La catastrophe du Titanic aurait-elle pu être évitée ?


En 1912, le Titanic n'avait que 37 secondes pour éviter un iceberg. Pourquoi si peu de temps ? Était-ce parce que les guetteurs manquaient de jumelles, ou qu'un énorme navire ne pouvait pas virer rapidement ? William Murdock enquête pour savoir si le naufrage du Titanic a été causé par les vigies ou l'équipe de navigation et si la tragédie du Titanic aurait pu être évitée.


Les plus grandes tragédies historiques qui auraient pu être évitées

Où que vous regardiez, les livres et les récits de l'histoire sont jonchés des conséquences des erreurs collectives, des erreurs ou simplement de leurs incompréhensions. Très peu de choses sur cette terre ont plus d'impact sur la société mondiale qu'un manque de prévoyance et ci-dessous sont quelques-unes des choses les plus graves qui ont secoué les personnes vivant à cette époque.

#1 Opération Barberousse

Le pacte nazi-soviétique de 1939 a fait de la soudaine invasion allemande de la Russie en 1941 un acte de violence sournois et surprenant contre un pays neutre. La réalité est que le dirigeant soviétique de l'époque, Josef Staline, avait reçu pas moins d'une centaine d'avertissements lui disant que les nazis préparaient une invasion de la Russie. Laissant ces avertissements de côté pour le moment, l'Allemagne et la Russie avaient l'une des relations les plus glaciales de l'histoire, avaient été en guerre une vingtaine d'années avant 1941 et étaient des ennemis complètement idéologiques et sociaux dans la façon dont leurs pays ont été mis en place. Soit dit en passant, si vous écrivez pour rédiger une dissertation sur la Seconde Guerre mondiale et que vous n'avez pas assez de temps pour cela, vous pouvez commander le service "pay for my dissertation". Ce service a plusieurs excellents auteurs sur l'essai historique, ces gars-là sont des professionnels dans leur domaine !

#2 Seconde Guerre mondiale

Lorsque la Première Guerre mondiale s'est officiellement terminée par la signature du traité de Versailles en 1919, on espérait que le monde avait enduré la "guerre pour mettre fin à toutes les guerres". La réalité était que le traité de Versailles était l'un des pires actes de diplomatie jamais menés, imposant certains des moyens les plus durs à une Allemagne qui ne ferait qu'accumuler un tel ressentiment à son égard qui permettrait à une horreur comme Adolf Hitler de finir par prendre le pouvoir. Même dans l'ombre immédiate de la signature se trouvaient des individus respectables tels que Ferdinand Foch qui prétendaient que le traité n'était qu'un armistice de vingt ans.

#3 Attaque japonaise sur Pearl Harbor

Encore une fois considéré comme une attaque surprise qui plongerait les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, le bombardement de Pearl Harbor contenait de nombreux avertissements qui, s'ils avaient été écoutés, auraient pu éviter tant de dégâts et de pertes en vies humaines. Le président Franklin D Roosevelt avait été averti par plusieurs de ses généraux que les Japonais cibleraient une attaque surprise sur Hawaï ou l'Alaska sans déclarer la guerre, et quelques jours avant l'attaque réelle, des avions japonais ont été largement repérés en train d'effectuer des opérations de reconnaissance sur des ports américains spécifiques. Trois jours avant l'attaque de Pearl Harbor, Roosevelt a même reçu un télégramme lui disant que les Japonais préparaient une attaque sur le sol américain.

#4 Génocide rwandais

Saisissant le monde pour sa nature brutale, le génocide rwandais de 1994 était un nettoyage ethnique bien planifié qui était en préparation depuis au moins deux ans par les tribus hutu volatiles. Les avertissements ont d'abord été portés à l'attention du monde lorsque l'ambassadeur de Belgique au Rwanda a averti que les Hutus se préparaient à un nettoyage ethnique. Un autre Belge, le professeur Filip Reyntjens, a également comparu devant le Sénat belge et a prévenu que les Hutus opéraient des escadrons de la mort. Il a même mentionné l'un de leurs dirigeants comme étant le colonel de l'armée rwandaise Theoneste Bagosora, qui commanderait plus tard le génocide.

#5 Invasion irakienne du Koweït

Le 2 août 1990, Saddam Hussein d'Irak a lancé ce qui était censé être l'une des attaques les plus surprenantes de l'histoire contre le pays riche en pétrole du Koweït. C'est jusqu'à la révélation que le gouvernement des États-Unis avait reçu des avertissements de la CIA que l'invasion était planifiée avant que l'invasion ne soit réellement menée. L'invasion de l'Irak était planifiée depuis au moins cinq ans par Hussein et, au lieu d'écouter les renseignements de la CIA, le prêt de 1,2 milliard de dollars accordé au dictateur quelques jours avant le 2 août par les États-Unis a sans doute davantage encouragé l'invasion qu'autre chose. .

#6 Naufrage du Lusitania

Le naufrage du Lusitania en est venu à représenter la barbarie de la Première Guerre mondiale et est considéré par beaucoup comme l'une des tragédies de l'histoire américaine qui a entraîné le pays dans une guerre contre l'Allemagne. Cependant, la réalité est un peu plus complexe que cela. Les Allemands avaient averti les Américains de leur guerre sous-marine sans restriction dans des publications telles que le New York Times pendant des semaines jusqu'au départ du caboteur pour l'Angleterre, et le gouvernement britannique a même averti le capitaine du navire qu'ils étaient trop près de la côte et devrait zigzaguer pour éviter les sous-marins allemands. En évitant toutes ces informations, le navire finirait par couler, entraînant la mort de plus d'un millier de personnes.

#7 Tsunami indien et catastrophe sismique

Plus de 230 000 personnes ont été tuées, 500 000 ont été blessées et 1,7 million se sont retrouvées sans abri le 26 décembre 2004, après un séisme de magnitude 9,2 qui a provoqué un tsunami qui a touché 14 pays d'Asie et d'Afrique orientale et australe. Facilement l'une des catastrophes naturelles les plus dévastatrices à avoir jamais eu un impact sur le monde moderne, une telle catastrophe est rendue encore plus déchirante lorsque la réalité est présentée qu'il y avait beaucoup d'avertissements pour la catastrophe imminente. Sept ans d'avertissements ont été ignorés par les pays qui craignaient qu'une telle réalité ne frappe trop durement des choses telles que le tourisme.

#8 Éruption du Vésuve

Sans doute la catastrophe naturelle la plus emblématique et la plus déchirante qui ait jamais eu lieu, l'éruption du Vésuve et la destruction subséquente de lieux désormais tristement célèbres tels que Pompéi se sont retrouvés comme des éléments essentiels de notre histoire, même deux mille ans dans le futur. Comme pour Tarawara, une telle destruction n'est rendue pire que lorsqu'elle est empilée à côté de tous les signes franchement évidents que quelque chose se préparait. Des exemples tels que le fait que la mer dans la baie de Naples a commencé à bouillir avant l'éruption, la quantité croissante de tremblements dans la région et la réalité que la plupart des animaux ont fui la ville quelques jours avant l'éruption du Vésuve indiquent que les signes étaient là pour avertir les Romains du désastre à venir.

#9 Éruption du mont Tarawera

Aux premières heures du matin de juin 1886, la Nouvelle-Zélande a été durement réveillée par l'éruption volcanique la plus destructrice jamais vue sur le continent. Déclenché par une série de tremblements de terre de plus en plus volatils, le volcan actif du mont Tarawera a soudainement explosé, crachant de la roche en fusion et des cendres jusqu'à 10 km dans le ciel. Avec le nombre de morts qui se situerait entre 120 et 150 Maoris pour la plupart indigènes et une terreur et une destruction inimaginables sur la population locale, la gravité de l'éruption n'est accrue que si l'on tient compte du nombre d'avertissements concernant l'activité volcanique imminente des semaines auparavant. à l'explosion.

#10 Explosion du Challenger

Diffusée devant des millions de personnes en janvier 1986, l'explosion de Challenger a coûté la vie à sept courageux astronautes. Cependant, c'était une tragédie qui aurait pu très facilement être évitée. L'explosion a été causée par la formation de glace autour des joints toriques de la navette spatiale, qui ont été utilisés pour séparer les propulseurs de fusée de la navette, mais l'un des ingénieurs du propulseur, Bob Ebeling, avait averti les dirigeants du lancement que le les conditions météorologiques pourraient conduire à une catastrophe. Les besoins en délais des cadres se sont toutefois avérés être le facteur le plus important pour eux et la catastrophe qui en a résulté s'est déroulée.


Facteurs qui auraient pu empêcher le naufrage

Cela dit, le reste relève du domaine du Monday Morning Quarterbacking. Nous savons quelles ont été les erreurs commises parce que nous avons les témoignages des survivants donnés lors des enquêtes et dans les livres et entretiens que bon nombre d'entre eux ont écrits ou donnés.

Nous savons que les avertissements de glace ont été traités de manière plutôt cavalière et qu'ils n'auraient pas dû l'être.

Nous savons que le navire allait trop vite pour les conditions existantes, mais on peut se demander si les principes impliqués comprenaient cela à l'époque. Tant qu'ils pouvaient voir ce qu'ils faisaient et ne voyaient pas de glace leur barrer la route, il n'y avait aucune raison de ne pas maintenir le cap et la vitesse, et toutes les raisons de s'y tenir afin de respecter leur horaire.

Nous savons qu'il ne suffisait pas de parcourir environ 10 milles supplémentaires vers le sud pour éviter la glace attendue, mais tout ce qu'ils avaient à faire était les rapports qu'ils avaient reçus.

Nous pouvons spéculer, comme cela a été fait lors des enquêtes de 1912, que s'ils avaient heurté la tête d'un berg là-dessus, le navire aurait peut-être survécu, mais Murdoch pourrait-il saisir cette chance à l'époque? À peine. S'il existait une chance d'éviter le danger, il devait la saisir et aurait été crucifié s'il ne l'avait pas fait.

Le problème avec tout cela, c'est que nous avons l'avantage d'avoir des connaissances qu'ils n'avaient pas et n'auraient pas pu avoir à l'époque. Ils devaient jouer la main qui leur était distribuée.

Sujet intéressant pour un débat cependant. Avez-vous des idées dont vous souhaiteriez discuter ?

Chaleureusement,
Michael H. Standart

Nicolas Westmarland

Un sujet de discussion absolument fantastique car je pense qu'il y a beaucoup de choses que nous pourrions mentionner.

La première chose avec laquelle je voudrais commencer, même si cela peut sembler un peu trivial, c'est que sa coque aurait pu être fabriquée dans un acier plus résistant. cassant dans des températures d'eau de mer excessivement froides provoquant le déplacement des rivets de la coque. Par conséquent, lors d'un fort impact, la coque deviendrait cassante et se briserait. Je pense que cela a été attribué comme un facteur clé à la fragilité de la coque.

Michael H. Standart

Je crains que la théorie de "Brittle Steel" ne soit assez solidement démystifiée. Les Jeux olympiques ont été construits en utilisant ce qu'on appelait l'acier de cuirassé, qui était le meilleur disponible à l'époque. Les navires ont continué à être construits avec ce matériau pendant longtemps après. Le Queen Mary en est un exemple.

Bien que la nature fragile de l'acier ait pu être un facteur, la cause était une collision avec un iceberg à grande vitesse et j'ose affirmer que même les meilleurs aciers d'aujourd'hui ne pourraient pas survivre à de telles contraintes.

Roy Mengot a des idées intéressantes à ce sujet que vous pouvez lire sur son site Web à l'adresse http://www.flash.net/

Chaleureusement,
Michael H. Standart

Marc Chirnside

C'est incroyable le nombre de ces théories qui reviennent sans cesse.

Erik Bois

Nous savons que des erreurs ont été commises. Mais nous ne savons pas quels facteurs ont contribué à ces facteurs. ou nous?

Shane Thomas Doherty

2. Ignorer l'avertissement californien

3. Manipulation des messages de glace.

4. Report du voyage en raison d'un incident olympique/faucon.

Michael H. Standart

Eh bien, je peux commenter les jumelles en raison de mon expérience de première main sur les montres à faible visibilité. A savoir celui-ci est un hareng rouge. Les jumelles, bien qu'utiles pour identifier une cible après l'avoir aperçue, sont pratiquement inutiles pour une recherche réelle et peuvent en fait être un handicap. Si vous les utilisez, votre champ de vision est extrêmement restreint et la numérisation avec les objets nécessite un niveau de formation élevé que peu de personnes possèdent.

J'ai toujours fait mes recherches avec le bon vieux globe oculaire Mark I Mod 0. Je pouvais voir beaucoup plus de cette façon.

OMI, si Fleet et Lee avaient utilisé des jumelles, cela les aurait peut-être empêchés de voir l'iceberg.

Chaleureusement,
Michael H. Standart

Aaron C.

Eh bien, mes opinions sont les suivantes :

1. La vitesse était beaucoup trop élevée dans les eaux glacées.

2. Effet de mer plat "Mill étang".

3. Le capitaine Smith et son équipage ignorent les messages et les avertissements relatifs aux glaces.

4. La construction des navires. Les compartiments étanches auraient dû être scellés en premier lieu et auraient dû être plus hauts que le pont E si possible.

Christina Ward

D'accord, pour toutes les recherches que j'ai faites, la vitesse n'était pas un facteur. J'avais pour habitude de ne pas ralentir jusqu'à ce qu'ils voient un obstacle sur le chemin. La vitesse n'avait donc rien à voir là-dedans.

Le capitaine Smith et les opérateurs sans fil combinés ont ignoré au moins 9 avertissements de glace, la plupart provenant de leur chemin direct.

Les jumelles manquantes n'étaient pas non plus un problème, car elles ne font que limiter votre visibilité.

Lorsque l'officier a ordonné que le navire soit mis en marche arrière, il scellait essentiellement le sort du Titanic, car un navire de sa taille peut mieux manœuvrer à mesure qu'il avance rapidement.

La chose la plus importante était le manque d'espaces pour les canots de sauvetage. Même si tous les canots de sauvetage étaient remplis à pleine capacité, seulement la moitié des passagers auraient survécu... mais nous savons tous que cela ne s'est pas produit.

aussi, je suis d'accord avec Aaron C que les cloisons auraient dû s'étendre tout le long du navire parce que c'est ce qui a causé l'inondation majeure, l'eau n'a cessé de couler sur les portes .. donc elles auraient dû être prises tout le long du navire .

Samuel Halpern

Je pense que la vitesse était un facteur. Vous avez raison, c'était la pratique parmi ces bateaux à vapeur rapides de ne pas ralentir lorsque la visibilité était bonne jusqu'à ce que le danger soit réellement vu. Mais les dommages causés au navire lors d'une collision ont tout à voir avec sa vitesse car l'énergie de la collision augmente comme le carré de la vitesse. En d'autres termes, si le navire voyageait deux fois moins vite, l'énergie de collision n'aurait été que 1/4 aussi grande, et le montant des dommages aurait très probablement été bien moindre, probablement pas assez pour couler le navire.

Lorsque vous avez mentionné que les avertissements de glace étaient ignorés, je suppose que vous voulez dire que le cap du navire n'a pas été modifié pour rester bien à l'écart de la région signalée. Je suis d'accord.

Je suis aussi d'accord sur la question des jumelles pour les guetteurs. Mais ce qui aurait pu être fait, c'était d'augmenter le nombre de guetteurs sachant qu'ils pénétraient dans une région de glace. Il y en avait deux dans le nid, mais personne n'était stationné sur la tête du gaillard d'avant où ils avaient une connexion téléphonique avec le pont, et au moment de la collision, un seul officier était sur le pont et regardait dehors.

En ce qui concerne la marche arrière des moteurs, il n'y a qu'une preuve indirecte que c'est ce qui s'est réellement passé. Les preuves provenant des salles des machines d'au moins 3 sources différentes indiquent que le navire n'a jamais fait marche arrière avant la collision.

Canots de sauvetage, eh bien cette règle était bien sûr obsolète.

En ce qui concerne les hauteurs de cloisons, le navire n'a pas été conçu pour avoir 5 compartiments ouverts sur la mer. Ce que la plupart des gens ne savent pas, c'est que le Titanic aurait pu rester à flot si seuls les 4 premiers compartiments avaient été compromis. Dans un sens, il était mieux conçu que certains navires d'aujourd'hui. Personne n'a jamais pensé qu'il y aurait un accident où les 5 premiers compartiments seraient endommagés. Mais même ainsi, sa conception était telle qu'elle a réussi à rester principalement stable pendant 2 heures et demie. C'est quelque chose que vous voyez rarement, même sur les navires modernes qui sont endommagés sous la ligne de flottaison. Une liste précise dans les deux sens pourrait facilement empêcher d'avoir suffisamment de canots de sauvetage pour tous. Peut-être que pour les navires de croisière modernes, l'exigence devrait être des canots de sauvetage pour tous des deux côtés, juste au cas où.

Soit dit en passant, si jamais vous montez sur un bateau de croisière moderne et marchez d'avant en arrière le long d'un pont ouvert aux passagers, demandez-vous simplement (ou à un membre d'équipage) où se trouvent toutes ces hautes cloisons étanches avec des portes étanches ? Et pendant que vous y êtes, espérez simplement que le navire ne se heurte pas à un récif volcanique submergé inexploré, disons au large des îles Hawaï ou dans les eaux de l'Alaska, tout en courant à toute vitesse.

Parcs Stephenson

Avancer à toute vitesse à proximité des glaces, même par temps clair, était une excuse offerte par l'industrie des paquebots pour justifier leur besoin économique de respecter les horaires. Cette pratique n'a pas été aussi largement acceptée que certains des témoignages présentés lors de l'enquête BOT voudraient nous le faire croire. La catastrophe du Titanic a exposé le risque derrière cette pratique, mais n'a pas empêché les compagnies de bateaux à vapeur de continuer tranquillement cette pratique (l'histoire se répétera plus tard dans l'industrie du transport aérien).

Les avertissements de glace n'ont été ignorés ni par le capitaine ni par les opérateurs sans fil. Le capitaine Smith a informé la région de glace - la même région de glace signalée par d'autres bateaux à vapeur et dans laquelle son navire allait plus tard sombrer - à ses officiers de pont 9 heures avant la catastrophe. Le message Mesaba est supposé avoir été ignoré parce que le destinataire et le destinataire du message ont péri dans la catastrophe. L'absence d'informations sur le traitement du message ne signifie pas nécessairement que rien n'a été fait avec le message. Tout ce que nous savons, c'est qu'il n'a pas été reconnu, mais cela ne signifie pas que le message a été ignoré ou même que Smith ne l'a pas vu. En outre, au moment où le message Mesaba a été reçu, le Titanic était déjà dans la région signalée.

La question concernant les jumelles est un faux-fuyant, pour les raisons déjà évoquées.

La preuve, à mon avis, indique que le navire n'a jamais reçu l'ordre de se rendre à l'ASTERN par le premier officier.

Les canots de sauvetage, en 1912, étaient principalement considérés comme des moyens de transport entre un navire en perdition et un navire de sauvetage. Il n'y avait aucune intention - et certainement aucune exigence ou disposition - de prévoir un siège pour chaque âme à bord pendant une période de temps prolongée. Cet état d'esprit n'était pas propre à la White Star Line et n'a changé dans l'industrie qu'après la catastrophe du Titanic. Aujourd'hui, nous prenons "Des bateaux pour tous !" pour acquis, ce qui rend difficile de voir les choses du point de vue de 1912. Et oui, cette attitude n'était peut-être qu'une autre excuse pour justifier une pratique courante dans l'industrie, tout comme l'attitude à pleine vitesse à travers le champ de glace décrite ci-dessus.

Les cloisons principales du Britannic ont été soulevées et il a coulé en moins de la moitié du temps que le Titanic avait subi une blessure mortelle sur sa proue tribord. Mais même avec Britannic, il y a des cloisons qui ne peuvent tout simplement pas être relevées (pensez aux courants ascendants de chaudière) sans une refonte majeure du navire.

Michael H. Standart

>> D'accord, pour toutes les recherches que j'ai faites, la vitesse n'était pas un facteur. J'avais pour habitude de ne pas ralentir jusqu'à ce qu'ils voient un obstacle sur le chemin.<<

Je dois être en désaccord que la vitesse n'était pas un facteur. Même s'il s'agissait d'une pratique courante, le fait est que sur un navire qui était généralement deux fois plus rapide que presque tout ce qui existe, cela vous donne la moitié du temps de réagir à une menace que vous n'auriez eu autrement.

Élever les cloisons selon ce que Parks a souligné n'est pas une garantie de survie. Cela aurait pu fonctionner dans ce cas, mais aurait également pu se retourner contre un certain nombre de raisons imprévues, même à ce jour.

Il n'y avait rien de fondamentalement mauvais dans la subdivision du Titanic et, comme Sam l'a souligné, était supérieur à bien des égards à ce qui se fait aujourd'hui, et je défierais quiconque de me montrer un navire à passagers moderne qui pourrait survivre avec même quatre sections étanches en communication ouverte avec la mer. Il y en a peut-être, mais je parie que je peux les compter sur une main avec des doigts à revendre.

Ce que personne n'avait prévu, c'était que quelqu'un utilise un iceberg comme le plus grand ouvre-boîte au monde.

Matt Pereira

Parcs Stephenson

Veuillez expliquer comment l'eau peut pénétrer dans la porte de la passerelle du pont D si BR#6 n'est pas déjà inondé. Si BR#6 n'est pas inondé, alors il n'y a pas assez de perte de flottabilité pour élever la ligne de flottaison au niveau de la porte des emménagements du pont D et l'eau ne peut pas se déverser dans le navire au-dessus de la ligne de flottaison.

Lequel des compartiments endommagés avait des hublots ?

Compte tenu de la situation du Titanic, quelle est la cloison principale, celle qui fait la différence entre un accident grave et mortel ? Une fois que vous avez identifié cela, dites-moi pourquoi il ne peut pas être élevé en hauteur (je vous ai déjà donné un indice).

Michael H. Standart

Colorez-moi aussi un peu confus, mais je pense que Matt parle aux portes et aux hublots ouverts ou laissés ouverts qui sont arrivés au niveau de la mer lorsque tout le reste en dessous s'est rempli. Avec de nouveaux points d'entrée, cela aurait eu tendance à accélérer les choses de la même manière que laisser les hublots E-Deck ouverts sur Britannic a accéléré sa disparition.

Ceci, en passant, indique un autre problème que beaucoup de quarts-arrière du lundi matin ne tiennent pas compte lorsqu'ils demandent des sections supplémentaires, des raccords étanches, etc. Franchement, même la protection d'un navire de guerre est de peu d'utilité si l'équipage ne l'utilise pas, ou pire encore, inutile si l'équipage ne l'est pas ou ne peut pas être formé pour l'utiliser correctement.

Les navires marchands n'ont pas le temps de s'entraîner comme le font les militaires, donc le meilleur système possible pour les besoins de la marine marchande est celui qui est aussi simple que possible.

Matt Pereira

Ce que je disais à propos des variables, c'est que pour le Titanic, les trous du port d'étrave se trouvent dans les compartiments n ° 2, 3 et 4, qui sont les trois cales à cargaison avant. Si ces hublots étaient laissés ouverts sur le pont G inférieur, ils permettraient à plus d'eau d'entrer dans ces trois compartiments et étant donné que le compartiment du coqueron avant aurait été endommagé lui-même avec la chaufferie n ° 6 et le bunker à charbon fuyant dans la chaufferie n ° 5, tous ce poids, même avec les cloisons relevées, aurait permis aux hublots du pont F au-dessus des chaufferies n ° 6 et 5. Si ces hublots avaient été ouverts, l'eau aurait pu augmenter le taux d'inondation dans la chaufferie n ° 6 qui a été gravement endommagée pour commencer, et la chaufferie n ° 5 dans laquelle Fred Barrett a déclaré que l'eau entrait comme si elle passait par un tuyau d'incendie, que les pompes pouvaient manipuler et garder ce compartiment au sec, mais avec les hublots ouverts sur le pont F au-dessus de ce compartiment, l'eau aurait pu pour inonder les ponts inférieurs et augmenter le taux d'inondation dans ce compartiment. Finalement, si suffisamment de hublots sont ouverts, cela finira par faire passer le pont D en dessous. Je suis à peu près sûr que les hublots au-dessus de la chaufferie n ° 4, 3, 2 ou 1 avaient la possibilité d'être ouverts, ils ne le feraient probablement pas étant donné que le pont G avait le bureau de poste, les salles des bagages du courrier et les couchettes ouvertes de troisième classe.

Le Titanic a coulé jusqu'à ce que l'eau à l'extérieur de sa coque soit au pont D juste en dessous des ancres. Dans cette situation, les portes de la passerelle du pont D se situeraient à 3 à 4 pieds (estimation) au-dessus de la ligne de flottaison à l'extérieur de la coque. Dans cette situation, le Titanic ayant dit les cloisons 4 et 5 (cloisons devant et derrière la chaufferie n ° 6) surélevé de deux ponts plus haut dans cette situation si l'un des hublots était laissé ouvert sur le pont E par l'un des passagers, ces hublots seraient ont permis à l'eau de s'écouler dans le Titanic n'importe où depuis les compartiments n° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8. Ces compartiments auraient tous les hublots du pont E entièrement sous ou au moins à mi-chemin sous la ligne de flottaison. Cela signifie que si les passagers laissaient leurs hublots ouverts dans cette situation et si Titanic avait certaines ou toutes les cloisons 2 ponts plus haut, les hublots laissés ouverts joueraient un rôle majeur, permettraient à l'eau d'entrer dans des compartiments qui n'étaient pas inondés et si, par exemple La chaufferie n°5 a été inondée plus rapidement que les pompes ne pouvaient le supporter et le poids aurait été suffisant pour abaisser suffisamment les portes de la passerelle du pont D pour que l'eau puisse commencer à s'écouler dans le Titanic sur le pont D. (si les cloisons étaient surélevées de deux ponts plus haut à la cloison n° 6, cela aurait mis la cloison étanche sur le pont D juste derrière la porte de passerelle la plus à l'arrière du pont D. Cela n'aurait pas été possible compte tenu du grand escalier et des ascenseurs De retour à la situation dans ce et si, l'eau s'écoulant par la porte de la passerelle du pont D laissée ouverte après que Lightoller l'eût ouverte pour charger plus de passagers, l'eau aurait pu s'écouler descendre librement du pont D jusqu'à la proue jusqu'à ce qu'il rencontre la cloison n ° 5 qui empêcherait la transmission de l'eau vers l'avant sur le pont D. Cela signifie que l'eau se déverserait dans la chaufferie n ° 5, augmentant encore le taux d'inondation, rendant les pompes inutiles pour maintenir le compartiment Au moment où les portes de la passerelle du pont D étaient complètement sous l'eau, l'eau se déverserait sur les côtés sur la zone du pont du puits et le folksel est à quelques centimètres au-dessus de l'océan à ce moment. Une fois que l'eau pénètre dans le puits d eck vous pouvez dire au revoir à l'idée de la garder à flot. Peut éventuellement la garder à flot assez longtemps pour tout décoller, mais elle finirait par couler avec son pont supérieur sous l'eau à l'avant.

L'essentiel de ce que je dis est que même dans une situation où le Titanic avait des cloisons 2 ponts plus hauts pour permettre à plus de compartiments d'inonder sans couler le navire, il est toujours possible que le Titanic coule si l'eau était autorisée à entrer dans le expédier dans différents endroits. Les hublots laissés ouverts par les passagers auraient permis à l'eau d'inonder les mêmes compartiments ou d'inonder des compartiments non endommagés, la porte de la passerelle du pont D laissée ouverte s'il y avait suffisamment d'eau à l'intérieur pour mettre cette porte sous l'eau, cela aurait augmenté le taux d'inondation étant donné que la porte aurait permis à presque sinon la même quantité d'eau dans la coque dans d'autres compartiments que les dommages causés par l'iceberg permettaient de s'écouler librement dans les 6 premiers compartiments.


4 théories sur la façon dont le Titanic aurait pu survivre

L'un des événements historiques les plus notoires du 20e siècle, le naufrage du RMS Titanic a été une tragédie qui a coûté la vie à plus de 1 500 passagers, gagnant une importance internationale et engendrant des légendes et des contes urbains qui subsistent encore aujourd'hui. En conséquence, sa station d'accueil à Belfast est une attraction touristique populaire sur de nombreux circuits en Irlande du Nord, mais ce qui est encore plus populaire, c'est la gamme de théories alternatives qui entourent le navire et qui détaillent comment la catastrophe aurait pu être évitée. Des hélices défectueuses aux illusions d'optique, voici quelques-unes des théories alternatives qui utilisent les dernières recherches scientifiques pour établir comment le navire aurait pu éviter cette catastrophe :

L'hélice centrale

Le RMS Titanic avait trois hélices à vapeur, plus avantageuses car plus petites et plus efficaces. Ils avaient cependant un inconvénient, et c'était que l'hélice centrale était à sens unique et ne pouvait pas fonctionner en marche arrière, c'est pourquoi, lorsque le capitaine du navire a poussé la doublure en marche arrière pour éviter l'iceberg, l'hélice centrale a cessé de fonctionner immédiatement. . Tout en aidant le navire à ne pas avancer, son emplacement devant le gouvernail a encore paralysé la maniabilité du navire. Si l'hélice centrale avait été conçue pour continuer à fonctionner en marche arrière, il est probable que le Titanic aurait complètement évité l'iceberg.

S'écraser de front sur l'iceberg

Le colossal paquebot de croisière avait été construit avec des cloisons à l'avant en cas de collision. Si le navire avait donc heurté l'iceberg de front, il est prévu que seuls les trois ou quatre premiers compartiments étanches auraient été inondés, une alternative moins grave à ce qui s'est réellement passé. Il est important de noter que le navire serait toujours capable de flotter, comme il a été conçu pour le cas où deux ou tous ses quatre premiers compartiments seraient inondés.

Naviguer pendant la pleine lune

Une croyance populaire détenue par les astronomes est que le Titanic a coulé à cause d'une pleine lune, qui a provoqué des marées inhabituellement fortes dans la nuit du 4 janvier 1912, ce qui a amené le navire à rencontrer une grande quantité d'icebergs trois mois plus tard. Cette condition selon Richard A. Lovett de National Geographic était également l'approche lunaire la plus proche entre la Lune et la Terre depuis l'an 796, cette rareté étant attribuée au fait que le navire a croisé un iceberg mortel qui aurait pu être évité si le navire avait navigué vers sa destination à un autre moment.

Une illusion d'optique

Cette théorie créée par l'historien britannique Tim Maltin soutient que l'impact de la collision aurait été nettement plus faible si le Titanic avait reçu l'aide d'un navire voisin qui était présent à l'époque. Cela a été empêché cependant par un phénomène optique inhabituel causé par les conditions atmosphériques présentes sur la mer qui ont empêché le navire d'être vu. Le processus de réfraction de la super lumière qui s'est produit a provoqué un mirage, c'est-à-dire l'endroit où la lumière est courbée, ce qui a été enregistré par d'autres navires dans la région à l'époque et a empêché le Titanic de voir l'iceberg imminent qu'il était sur le point de heurter. Encore une fois, dans des circonstances différentes où les conditions de l'illusion n'étaient pas présentes, le navire aurait pu voir l'obstacle à venir et agir en conséquence.


Mal équipé pour le service

David Blair a été affecté à l'état-major à bord du Titanesque et se préparait à se lancer dans le voyage inaugural qui le conduirait à New York. Il était destiné à être le deuxième officier à bord du Titanesque et avait été avec elle tout au long de divers essais et tests de navigabilité. Il a été allégué que Blair était intensément enthousiasmé par son affectation et qu'il avait hâte de traverser l'Atlantique à bord du magnifique navire.

Cependant, juste un jour avant la Titanesque était sur le point de prendre la mer, Blair a été réaffecté de manière inattendue, a reçu l'ordre de faire équipe avec le RMS olympique, au lieu. Dans sa hâte de quitter son poste à bord du Titanesque, Blair aurait emporté avec lui une clé pour un coffre-fort qui contenait les jumelles pour le nid de pie. Par conséquent, tous les membres d'équipage postés par la suite dans une position de guet ont été massivement gênés et n'ont dû se fier qu'à leur propre vue pour repérer tout danger vers l'avant.

En conséquence, il est devenu presque impossible d'identifier les icebergs dans l'obscurité calme et totale de l'océan Atlantique. Au moment où les vigies avaient repéré l'iceberg fatidique à courte distance, il était bien trop tard.


Plusieurs actions auraient pu empêcher le naufrage du Titanic.

Les historiens admettent généralement que plusieurs événements se sont produits le jour du naufrage qui, s'ils avaient été traités différemment, auraient pu empêcher le naufrage du Titanic. Des avertissements concernant les icebergs ont été reçus tôt dans la journée, le navire allait vite pour tenter de battre un record de temps de traversée de l'océan Atlantique, et l'équipage a tenté d'éloigner le navire de l'iceberg une fois qu'il a été repéré. Si le capitaine et l'équipage avaient respecté l'un de ces drapeaux rouges, le navire n'aurait peut-être pas coulé.


La tragédie du Titanic aurait-elle pu être évitée ?

LONDRES : Près d'un siècle après le naufrage du Titanic, une nouvelle étude affirme qu'un officier en charge du pont aurait pu empêcher la tragédie s'il avait agi à temps sur un avertissement quelques secondes avant que le navire ne heurte un iceberg.

Si le premier officier William Murdoch avait pris des mesures immédiatement, le paquebot - et 1 496 vies - auraient bien pu être sauvés, selon le Sunday Telegraph citant aujourd'hui une nouvelle étude.

Lorsque l'officier en charge du navire lors de la nuit fatidique a été averti qu'un iceberg avait été repéré sur son passage, il a attendu une demi-minute cruciale avant de changer de cap, a-t-il déclaré.

The finding comes from major new study to coincide with the centenary of the Titanic disaster next year. After setting sail for New York City on April 10, 1912 with 2,223 people on board, the Titanic hit an iceberg four days into the crossing.

Investigators have reappraised the original 1912 Wreck Commission inquiry in the light of all the research and evidence that has emerged since.

The new conclusion overturns the verdict of the original inquiry, which found that Murdoch steered away immediately but could not avert catastrophe because the iceberg had been spotted too late.

Researchers now believe the reason Murdoch hesitated before giving the order "hard a starboard" was that he thought the Titanic might be able to pass safely by the hazard, and that by altering direction he might increase the risk to the ship by swinging its stern towards the obstacle.

According to the 1912 inquiry findings, the iceberg was sighted about 1,500ft ahead of the ship in North Atlantic Ocean and the collision followed 37 seconds later.

It found that the ship's course was altered "almost instantaneously" after the lookout rang a bell three times - the warning to signify an obstacle straight ahead - and telephoned the bridge below to say an iceberg had been spotted.

Until now, this has been the accepted version of events. However, the latest research establishes an exact timeline of the seconds before the collision, which reveals the iceberg was spotted when 2,000ft off - almost a minute before the impact - and that the ship held its course for around half of that time.

Download The Economic Times News App to get Daily Market Updates & Live Business News.


The Titantic tragedy was at least PARTLY avoidable, whether or not the collision was.

First, there were only enough lifeboats for half of the ship's passengers, meaning that at least half of the passengers "had to" drown. Nowadays, ships carry enough lifeboats for all passengers, following changes in maritime law.

Second, the lifeboats were mostly not filled to full capacity, could have taken on more passengers, but empty seats were saved for "women and children" first, to the condition listed above.

Third, nearby ships such as the Californian failed to hurry to the rescue of the Titantic, even though this ship, at least, had been notified.

The Titanic was sunk because the iceberg hit the ship along the side, opening the first 6 compartments to the sea. If the ship had made no attempt to avoid the iceberg, but instead simply hit it head-on, it would have suffered extensive damage to its forward compartments, but would most likely have avoided opening more than a few compartments to the sea. Since the ship was designed to remain afloat with 4 compartments flooded, the direct-impact might have caused the ship to remain intact for much longer, potentially long enough to avoid most of the loss of life, even if the ship eventually wound up sinking later.

As a former naval officer (US) I'll say that in my opinion the Titanic sinking was 100% avoidable. The immediate cause of Titanic's loss was the collision with the iceberg, but the cause of the collision was the callous and negligent disregard by her commanding officer of the dangers involved in transiting an iceberg hazard area at high speed. Getting to her destination in near-record time was considered to be more important by her captain and the on-board representatives of the White Star Line than was safe and prudent navigation, and this prioritization of speed over safety led directly to the collision and loss of the vessel. Everything else, from the metallurgical issues with the ships plates to the design issues regarding her watertight integrity to the lack of sufficient lifeboats is secondary had the vessel not been hazarded in this manner by her commanding officer the collision would most likely not have occurred and had a collision with an iceberg occurred at lower speed it would very likely have done less damage to the ship, with consequently greater chance of preventing her loss.

Mark Kozak-Holland argues that it was quite avoidable. Although popular history has it that the ship was designed to remain afloat with 4 compartments flooded (hat tip to @GWLlosa), the truth is somewhat more discouraging - cost cutting measures by the company during construction actually transformed those resiliency features into one of the causes for the disaster. Obligatory disclaimer I'm not trying to promote Mr. Kozak Holland, and I have no financial interest in his book.

Devsolar asks for more details - I recommend Mr. Kozak-Holland's book as the best place to get those answers. My recollection of the talk (several years ago) is that the original plan for the Titanic involved a double hull all the way up. Cost and schedule constraints reduced the height of the double hull to half the plan. When the exterior hull was pierced, water flooded in between the hulls. What had been planned as a saftey feature to preserve boyancy flooded with water and reduced boyancy. (the actual mechanism was more complicated, but quite frankly I'm not qualified to explain. I'd have to refer to Mr. Kozak Holland's book.

When the hull of the Titanic was torn open in the collision with the iceberg, water began to flood the damaged compartments in the bow. As the ship pitched forward under the weight of the water in the bow compartments, water began to spill over the tops of the bulkheads into adjacent, undamaged compartments. Although called watertight, the watertight compartments were actually only watertight horizontally their tops were open and the walls extended only a few feet above the waterline. By raising the ends of the transverse bulkheads, if a ship were taking in water through the bow compartments and the ship began to pitch forward, the water in the compartments could not flow over the tops of the bulkheads into the next compartments. As a result, flooding of the damaged compartments could be controlled and isolated to only the damaged sections 1 PSU.EDU

1 The citation is to : Gannon, Robert, "What Really Sank the Titanic," Popular Science, vol. 246, no. 2 (February 1995), pp. 49-55.


“The Titanic’s Demise: Could It Have Been Prevented?”

During this last sunny weekend, my father and I decided to go for a joyride within the Gulf of Mexico, circling the gorgeous coral reef located near the Keys, however, an unnoticed leak stabbed in the nose of the boat began to weight our vessel down until water began pouring in, plunging us into the ocean’s bottomless abyss. Luckily for us, there were more than a few boats nearby to assist us, and icebergs were not in sight, nor was the water as frigid as Antarctica. So, fortunately, we were not reenacting the Titanic ’s breakup and fatal downfall.

Off the coast of Newfoundland in the North Atlantic, a once fantastical ship crackled against an iceberg, and now lies 12,600 feet below the surface of the merciless ocean vacant, decayed, and haunted. It began with a moonless and darkness-shrouded night, in the early hours of April the 15th, 1912- and out of the 2,240 passengers and crew on board of the luxurious RMS Titanic , more than 1,500 lost their lives after the ship violently collided with an icy monster that left the panicked people on a hastily sinking ship, with only 2 hours to escape before they either got trapped on board, drowned, or froze to death in the waters. It was her maiden voyage from Southampton to New York City, but she did not survive long enough to carry a second batch of passengers across the ocean again instead, she carried them to the lightless bottom.

At the start of March 31st, 1909, a heavily known Thomas Andrews takes credit for pondering over the Titanic ’s design and creating the glorious ship, however, that is not the case: Alexander Carlisle is the true father of the Titanic . Construction of the Titanic when Andrews slammed the first plate in the Harland & Wolff Shipyards in Belfast, Ireland. Titanic’s sister ship, the olympique , had begun some three months prior, and the two ships were essentially assembled next to each other by over 15,000 Irish workers. Quand le Titanic was fabricated, no facilities existed to construct such a massive ship.

“Not even God Himself can sink this ship.” — Unnamed White Star Line Employee

Harland & Wolff aimed firmly about building the two new slipways required, having demolished three smaller ones to construct extra space. They built two huge gantries, with moving cranes and lifts, called the Arrol gantries. Along with that, they purchased a massive 200-ton hovering crane, which was used to raise the monstrous boilers and other mechanical items into place on the ships.

Many people believe that the Titanic ’s demise was inevitable from the way it was built to the weight, to the passengers and crew, etc. While that could be probable, indeed, others argue. Others, along with dozens of researchers and marine biologists, even, believe- and strive to claim- that the ship could have been saved, or at least it’s sinking could have been easily prevented… .but could it vraiment have been prevented? Let’s take a look:

First, the main cause of so many deaths upon the ship was the outrageous shortage of lifeboats showing the unrealistic pride and poor judgment upon the safety measures for the passengers and crew on board. For the iceberg collision disaster, it’s been stated that the lack of responsibility from the crew, a shortage of binoculars, the usage of iron, (soft metal), to construct the ship, and of course the critical iceberg warnings from other ships that were not heeded, were the factors that ended with Titanic ’s drowning. Along with those fatal details, let’s also consider the Titanic ’s head: Captain Edward J. Smith, and how he was sloppily drunk when the liner crashed against the iceberg and was flushed with icy water, a newly unearthed research document states. Captain Smith was apparently reported to be seen slumped on the saloon bar of the ship surrounded by alcoholic drinks before the mortal collision. Plenty of other faults have been earthed over the years. . .

For prevention, people have claimed that the Titanic could have been built with a double hull. The technology to manufacture double hulls was available SS Great Eastern had been launched with a whole double hull over 50 years prior, in 1858. Or, building the ship with a more solid, capable metal such as steel, rather than a soft and easily cut metal like iron, or better rivet quality, but most importantly: More lifeboats, less passengers, more damage control, and of course a more serious and responsible outlook on dangerous and threatening situations, such as listening when more than a dozen warnings are sent out.

Les Titanic ’s demise was most certainly an unfortunate event that took hundreds upon thousands of innocent lives. Such a deadly and heartbreaking tale will not be forgotten. However, with as much research and new abilities to discover and learn today, we may be able to foresee another disaster similar to the Titanic , but also keep people safe with new knowledge, enough lifeboats, and better damage control. Nevertheless, the magnificent British White Star Line vessel that once ruled the ocean, do you think the Titanic ’s plunge into the frigid North Atlantic could have been averted? Tell us what you think!


Have you seen the movie Titanic?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – "Oui!"

Derek Atwood – (Grade 11) – "Oui."

Tameya Donnatien – (Grade 10) – "Oui! I love this movie!”

Discarding the cheesy romance plot, what interested you about the Titanic?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – “The history of the ship and the people and how it showed the classification of the poor and the rich people .

Derek Atwood – (Grade 11) – “The time period interested me.”

Tameya Donnatien – (Grade 10) – “The history behind the grand ship really intrigued me, and the tragedy following.”

Why and how do you think the ship sank?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – "Les Titanic hit an iceberg and many horrible things happened after that. The Captain and crew, and the people responsible for the ship were blinded by pride they believed the ship was unsinkable and could withstand anything .

Derek Atwood – (Grade 11) – “The ship crashed into an iceberg, and it was not built well there could have been more improvements, even in that specific time period.”

Tameya Donnatien – (Grade 10) – “Because people who were supposed to watch for anything in their way did not do their job that is why they hit the iceberg.”

Do you think the Titanic’s plunge could have been prevented?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – “Yes obviously paying attention to avoid the iceberg and not overloading the ship, I think the whole catastrophe could have been avoided altogether.”

Derek Atwood – (Grade 11) – “Yes, the crew should have been more responsible, and included lights to see the iceberg.”

Tameya Donnatien – (Grade 10) – “Not really the ship was too big and it plummeted.”

Comment? What could have been done to save the ship?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – “Fewer passengers or heavy cargo could have been on the ship more crew should have been there to be looking out for the safety of their passengers and themselves .

Derek Atwood – (Grade 11) – “Not make the ship out of iron something stronger.”

Tameya Donnatien – (Grade 10) – “Pay attention!”

How about the hundreds of people that were killed? What could be done now to insure our safety on ships?

Lilyanna McConkey – (Grade 9) – “There was clearly enough room for more lifeboats on the ship, but they wanted more room for more people to enjoy the deck, which was foolish. Technology today could probably ensure that nothing could prevent the destruction of ships, and make sure that safety is more important than luxury .

Derek Atwood – (Grade 11) – “Make ships out of a material that is stronger so that nothing can penetrate it, and put more lifeboats on ships so that everybody lives.”

Tameya Donnatien – (Grade 10) – “Lifeboats for everyone! Not just the rich folk!””

I am Hannah Clark, a Senior at Cypress Creek Middle High School and I absolutely love writing! I fancy creative writing and poetry, but Journalism stole.


The Titanic could absolutely have been saved.

Cook holed his ship on the Great Barrier Reef and saved his ship when one of his men suggested the use of Fothering. Lines were passed over the bow and worked back to the damaged frames. Sail canvas was then attached to the lines and pulled into place, covering the huge hole well enough to get his ship to the beach where his crew repaired her.
The same thing could have been done aboard the Titanic using the vast amount of carpeting in first class. Apparently no one aboard remembered Cooks history. In the case of the Titanic all that was needed was to buy some time. Even one hour would have made a tremdous difference. Fothering could have saved them all.


Voir la vidéo: Titanic u0026 Britannic Sleeping Sun (Décembre 2021).