Informations

Église catholique Sainte-Marie-Madeleine


L'église catholique Sainte-Marie-Madeleine est au service des habitants d'Abbeville, en Louisiane, depuis plus d'un siècle. Le père Antoine Desire Megret était le pasteur de l'église catholique de Lafayette voisine. Il achète un grand terrain dans le sud de la ville de Joseph LeBlanc, en juillet 1843. L'année suivante, Mégret pose les fondations d'Abbeville sur le terrain nouvellement acheté. La maison de LeBlanc a été transformée en chapelle et dédiée à sainte Marie-Madeleine, une sainte préférée des descendants acadiens du sud de la Louisiane. L'église a été nommée Sainte-Marie-Madeleine d'Abbville. La chapelle est devenue trop étroite pour la communauté locale grandissante. La paroisse de Marie-Madeleine a été officiellement constituée en Église catholique romaine de la Congrégation de Sainte-Marie-Madeleine en mai 1896.St. Ainsi, les registres paroissiaux actuels commencent au cours de cette année. Le deuxième incendie, en mars 1907, détruit l'église et le presbytère attenant. Un bâtiment à ossature a été érigé en remplacement temporaire. La nouvelle église catholique Sainte-Marie-Madeleine a été construite et consacrée en 1911. Cette église existe aujourd'hui, servant à la fois de manière religieuse et sociale.


Comment les premiers dirigeants de l'Église ont minimisé l'influence de Marie-Madeleine en la traitant de pute

Elle était Marie de Magdala, l'une des premières disciples de Jésus de Nazareth. Selon la Bible, elle a voyagé avec lui, a été témoin de sa crucifixion et a été l'une des premières personnes à apprendre sa résurrection.

Au fil des siècles, tout le monde, des premiers dirigeants de l'église et des érudits aux romanciers et cinéastes, a révisé et élaboré l'histoire de Marie-Madeleine. D'une part, ils ont minimisé son importance en affirmant qu'elle était une prostituée, une femme ruinée qui s'est repentie et a été sauvée par les enseignements du Christ&# x2019. De l'autre, certains premiers textes chrétiens décrivaient Marie-Madeleine non seulement comme une simple disciple, mais comme un compagnon de confiance de Jésus&# x2019&# x2014, que certains interprètent comme signifiant sa femme.

Mais y a-t-il du vrai dans l'une ou l'autre de ces histoires ? Que savons-nous vraiment de la femme la plus mystérieuse de la Bible, Marie-Madeleine ?

REGARDER : Jésus : sa vie sur HISTORY Vault


Héraut catholique d'Arlington

Arlington Catholic Herald, 22 juillet 2004

La controverse sur l'identité de Sainte-Marie-Madeleine s'est poursuivie depuis l'Église primitive. Dans les évangiles, il y a trois "personnages" particuliers impliqués dans la controverse : Marie-Madeleine, une disciple de notre Seigneur (Jn 20, 11-18), la pénitente anonyme (Lc 7, 36-50) et Marie de Béthanie, la sœur de Marthe et Lazare (Lc 10, 38-42). En Occident, en particulier depuis l'époque du pape saint Grégoire le Grand, les trois personnages ont tous été identifiés comme étant sainte Marie-Madeleine. Cependant, à l'Est, les trois personnages sont restés séparés, avec Sainte-Marie-Madeleine et "St. Marie de Béthanie" ayant des jours de fête séparés. Saint Ambroise, Saint Jérôme, Saint Augustin, Saint Albert le Grand et Saint Thomas d'Aquin se sont tous abstenus de prendre une décision finale.

Alors, pourquoi le pape saint Grégoire fusionnerait-il les trois « personnages » ? Premièrement, nous devons examiner les références spécifiques à la femme nommée "Marie-Madeleine" enregistrées dans les évangiles. Elle était l'une des femmes qui accompagnaient Jésus et les Apôtres : "Les Douze l'accompagnaient, et aussi quelques femmes qui avaient été guéries des mauvais esprits et des maladies : Marie appela la Madeleine, d'où étaient sortis sept démons, Jeanne, la femme de L'intendant d'Hérode Chuza, Suzanne, et beaucoup d'autres qui les aidaient avec leurs moyens" (Lc 8:1-3). (L'évangile de saint Marc confirme que notre Seigneur avait expulsé sept démons de Marie-Madeleine (16:9).)

Marie-Madeleine se tenait également au pied de la croix lors de la crucifixion (conférer Mc 15:40, Mt 27:56 et Jn 19:25). Elle a également été témoin de l'ensevelissement du Christ et, à Pâques, elle a été la première à découvrir le tombeau vide, puis la première à voir le Seigneur ressuscité (conférer Jn 20, 1-18).

Étant donné les références spécifiques à « Marie-Madeleine », la deuxième étape consiste à examiner si Marie-Madeleine peut également être la femme pénitente trouvée dans l'Évangile de Saint Luc (7:36-50). Souvenez-vous que la femme pénitente est entrée dans la maison de Simon le pharisien. Elle pleura et ses larmes tombèrent sur les pieds de notre Seigneur. Elle a oint ses pieds avec de l'huile parfumée et les a séchés avec ses cheveux. Simon le pharisien se dit : " Si cet homme était un prophète, il saurait qui et quelle sorte de femme c'est qui le touche - qu'elle est une pécheresse ", une référence évidente au fait qu'elle est " intouchable " à cause d'un péché aussi grave que adultère, fornication ou promiscuité. À la fin, Jésus pardonne à la femme pénitente.

Cette scène fait partie du ministère de Jésus dans la région de la mer de Galilée. Aussi, juste après la déclaration du pardon dans le septième chapitre de l'évangile de saint Luc, Marie-Madeleine est mentionnée nommément comme disciple de Jésus et identifiée comme celle "de qui sept démons étaient sortis" (Lc 9, 1-3 ). Gardez à l'esprit que Madeleine est dérivée de Magdala. Magdala, située le long de la mer de Galilée près de Tibériade, était une ville riche connue pour ses pêcheries prospères. Les Romains détruisirent la ville à cause de sa dépravation morale et de sa participation à la révolte juive. Il est intéressant de noter que dans le Talmud, du mot Madeleine est dérivée l'expression " les cheveux bouclés des femmes ", qui signifie " femme adultère ". , on pourrait facilement tirer la conclusion, comme l'a fait le pape saint Grégoire. De plus, la tradition de l'Église primitive a également confirmé ce lien.

La troisième et plus difficile étape de l'enquête est de voir si Marie-Madeleine pourrait bien être Marie de Béthanie. À la suite de Luc 8, l'évangile dans les chapitres 9 et 10 raconte des histoires telles que le miracle de la multiplication des pains, la Transfiguration, l'exorcisme d'un garçon possédé et des enseignements sur le discipulat. Notre Seigneur s'est ensuite rendu au " village " (c'est-à-dire à Béthanie, bien que non spécifié par Luc) jusqu'à la maison de Marthe, qui " avait une sœur nommée Marie " (conférer Lc 10:38-42). Là, Marthe a préparé un repas pour notre Seigneur.

Alors que l'évangile de saint Luc n'identifie pas spécifiquement Marie-Madeleine avec Marie de Béthanie, l'évangile de saint Jean aide à résoudre le problème. Dans Jean 12 : 1-11, Jésus arriva à Béthanie, « le village de Lazare que Jésus avait ressuscité des morts ». Marthe servit un repas. Marie a oint de parfum les pieds de notre Seigneur et lui a séché les pieds avec ses cheveux. Gardez à l'esprit qu'il s'agit d'une scène différente de celle de l'onction par la femme pénitente dans la maison de Simon le pharisien dans Luc 7, néanmoins, le même genre d'action dans les deux scènes permet de suggérer le même acteur, à savoir Marie-Madeleine.

De plus, dans Jean 11, la scène précédente où Jésus a ressuscité Lazare d'entre les morts, l'Évangile dit : " Il y avait un certain homme nommé Lazare qui était malade. Il était de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. Cette Marie dont le frère Lazare était malade est celle qui a oint le Seigneur de parfum et lui a séché les pieds avec ses cheveux" (Jn 11,1-2). Ici Marie est identifiée comme "celle qui a oint le Seigneur". histoire de Jean 12 ? Plus vraisemblablement, l'identification fait référence à une action antérieure, à savoir l'histoire à la maison de Simon le pharisien.

Si cet argument tient, alors Marie-Madeleine, la femme pénitente, et Marie de Béthanie sont les mêmes. Certes, il nous reste encore un peu de mystère. Néanmoins, je suis personnellement d'accord avec le Pape Saint Grégoire, qui a conclu, "Celle que Luc appelle la femme pécheresse, que Jean appelle Marie [de Béthanie], nous croyons être la Marie dont sept démons ont été éjectés selon Marc" (Homélies sur la évangiles). Sainte Marie-Madeleine, la pécheresse repentante, qui a trouvé à la fois le pardon et l'amitié avec notre Seigneur, qui s'est tenue fidèlement au pied de la croix et qui a vu le Seigneur ressuscité, est un exemple puissant pour chaque croyant.

En ce qui concerne le Da Vinci Code, ce que l'on ne peut pas interpréter, ce sont certaines des idées fausses qu'ils présentent à tort : par exemple, que Marie-Madeleine était l'épouse de Jésus, la mère de l'enfant de Jésus, une participante à la Dernière Cène, son successeur prophétique et prêtresse. De telles conclusions, malgré les meilleurs efforts des révisionnistes historiques qui déforment l'Évangile pour atteindre leurs objectifs politiques, n'ont aucun fondement dans l'Écriture sainte, la tradition sacrée ou l'histoire factuelle.

Alors que les révisionnistes citent les « évangiles gnostiques », ceux-ci ont été rejetés du canon officiel de l'Écriture sainte parce qu'ils manquaient de paternité apostolique, étaient hérétiques et contenaient des histoires fictives. On ne peut pas contrer la tradition de l'Église avec de fausses preuves des évangiles gnostiques.

Enfin, le livre cite plusieurs personnes qui ont accusé l'Église de « campagne de diffamation des quotas » pour discréditer Marie-Madeleine afin de priver de pouvoir une femme puissante. Oh s'il vous plait! Quel plus grand honneur l'Église pourrait-elle accorder que de reconnaître Marie-Madeleine comme une sainte et un modèle pour tout chrétien sincère qui lutte pour la sainteté ? Le pape saint Grégoire a réalisé le bel exemple de Marie-Madeleine : une femme qui a trouvé une nouvelle vie en Christ, pas une femme qui a trouvé un programme politique autonome. Franchement, plus de gens devraient passer leur temps à lire la Bible, les pères de l'Église et le Catéchisme au lieu d'imprimer de fausses impressions comme le Da Vinci Code.


Église catholique Sainte-Marie-Madeleine

  • Sam : 16:00 Anglais Anglais EN
  • Dim : 8h30 Anglais Anglais EN 10h30 Anglais Anglais EN 18h00 Anglais Anglais EN
  • M S a 08:30 Anglais Anglais EN

14h30-15h30 samedi ou par appt. Fr. Chris est très flexible avec les heures de confession. Veuillez appeler le bureau et demander un appt ou laisser un message au (504) 733-0922 [email protected]
Guide archidiocésain pour aller à la confession et à l'examen de conscience (cliquez)

  • Perpétuelle : Chapelle d'Adoration Co-Paroissiale située à Notre-Dame de la Divine Providence.
  • Dim : 11h30 à 13h00 Dans l'église principale. Veuillez vous éloigner socialement. Désinfectant pour les mains par Cafeteria Doors


Notre Patronne.


L'obligation de messe sera rétablie le 6 juin
(Veuillez noter les exceptions pour les personnes vulnérables, confinées à la maison, hospitalisées, etc.)

Pour nous aider à cheminer et à prier tout au long de l'année de l'Eucharistie et de saint Joseph. Abonnez-vous pour rester à l'écoute :

La tenue d'église doit refléter notre respect pour Dieu

J'ai une variété de sentiments à ce sujet. Il y a une partie de moi qui reste reconnaissante à Dieu qu'une personne soit à l'église, quelle que soit la façon dont elle est habillée. Je réalise certainement qu'il existe des circonstances individuelles où une personne peut avoir d'autres responsabilités et n'est pas en mesure de s'habiller d'une manière que nous pourrions considérer comme appropriée, alors je veux être sensible à cela. En même temps, l'église est un lieu sacré – une terre vraiment sainte. C'est un lieu consacré où nous rencontrons Dieu de manière unique à travers les Écritures, à travers l'assemblée et à travers l'Eucharistie. À un certain niveau, notre tenue vestimentaire témoigne de l'importance ou de la nature unique de ce que nous faisons dans cet espace sacré, en adorant Dieu dans l'assemblée du dimanche. Lorsque les gens se rendent à des événements sociaux tels que des mariages, des anniversaires ou des remises de diplômes, ils s'habillent le plus souvent avec soin. Cela ne veut pas dire qu'ils sont en tenue de soirée, mais ils sont habillés de manière appropriée. Ne devrions-nous pas aussi prendre le même soin que nous allons à l'église pour expérimenter la présence de Dieu d'une manière unique à travers la messe ?


Avis important 6 avril 2021

À partir du mardi 6 avril, le père Chris diffusera en direct la messe du matin à 8 h 30. Nous travaillons pour obtenir les paramètres afin que la diffusion en direct et les diffusions en direct passées soient disponibles ici sur le site Web, mais des problèmes sont survenus. La messe commencera à 8h30, tout comme la diffusion en direct. Si vous n'êtes pas disponible pour regarder la diffusion en direct, elle sera enregistrée sur la chaîne Youtube de Père pour une visualisation ultérieure, comme pour toutes ses vidéos passées.
Votre patience avec tout cela est grandement appréciée alors que nous ajoutons cette fonctionnalité au site Web.
Pour regarder une diffusion en direct en temps réel, cliquez ici. Une fois conclue, cette messe ira aux archives.
Pour les archives des messes en direct, cliquez ici.
La chaîne YouTube du père qui a été utilisée l'année dernière - cliquez ici.


Le terme credo vient du latin credo, signifiant « Je crois », et le premier credo que nous professons est au baptême, par lequel nous entrons dans la famille de Dieu, l'Église, qui est le Corps du Christ. Lorsque nous prions le Credo à la messe, nous affirmons notre croyance en Dieu 1) le Père, 2) le Fils et 3) le Saint-Esprit, puis nous professons notre foi en 4) l'Église. Ce que nous professons est ce que nous célébrons !

Le Credo est notre réponse dans la foi à Dieu qui vient de nous parler dans les Lectures – c'est notre joyeux OUI à la Parole de Dieu et notre acceptation de son invitation à vivre avec Lui. Dans le Credo, nous nous réengageons chacun envers Dieu, envers nos croyances et envers une vie de disciple.


Marie-Madeleine

J'ai eu une discussion avec un de mes amis qui a lu Le "Da Vinci Code qui a dit que sainte Marie-Madeleine n'était ni une pécheresse ni une prostituée. Au lieu de cela, l'Église a inventé cette histoire pour la discréditer. Que puis-je lui dire ?

La controverse sur l'identité de Sainte-Marie-Madeleine s'est poursuivie depuis l'Église primitive. Dans les évangiles, il y a trois "personnages" particuliers impliqués dans la controverse : Marie-Madeleine, une disciple de notre Seigneur (Jn 20, 11-18), la pénitente anonyme (Lc 7, 36-50) et Marie de Béthanie, la sœur de Marthe et Lazare (Lc 10, 38-42). En Occident, en particulier depuis l'époque du pape saint Grégoire le Grand, les trois personnages ont tous été identifiés comme étant sainte Marie-Madeleine. Cependant, à l'Est, les trois personnages sont restés séparés, Sainte-Marie-Madeleine et "Sainte-Marie de Béthanie" ayant des jours de fête séparés. Saint Ambroise, Saint Jérôme, Saint Augustin, Saint Albert le Grand et Saint Thomas d'Aquin se sont tous abstenus de prendre une décision finale.

Alors, pourquoi le pape saint Grégoire fusionnerait-il les trois « personnages » ? Premièrement, nous devons examiner les références spécifiques à la femme nommée "Marie-Madeleine" enregistrées dans les évangiles. Elle était l'une des femmes qui accompagnaient Jésus et les Apôtres : « Les Douze l'accompagnaient, ainsi que quelques femmes qui avaient été guéries des mauvais esprits et des maladies : Marie appelait la Madeleine, d'où étaient sortis sept démons, Jeanne, l'épouse de l'intendant d'Hérode Chuza, Suzanne, et bien d'autres qui les aidaient avec leurs moyens" (Lc 8,1-3). (L'évangile de saint Marc confirme que notre Seigneur avait expulsé sept démons de Marie-Madeleine (16:9).)

Marie-Madeleine se tenait également au pied de la croix lors de la crucifixion (conférer Mc 15:40, Mt 27:56 et Jn 19:25). Elle a également été témoin de l'enterrement du Christ, et à Pâques, elle a été la première à découvrir le tombeau vide, puis la première à voir le Seigneur ressuscité (conférer Jn 20, 1-18).

Compte tenu des références spécifiques à "Marie-Madeleine", la deuxième étape consiste à examiner si Marie-Madeleine peut également être la femme pénitente trouvée dans l'Évangile de Saint Luc (7:36-50). Souvenez-vous que la femme pénitente est entrée dans la maison de Simon le pharisien. Elle pleura et ses larmes tombèrent aux pieds de notre seigneur. Elle a oint ses pieds avec de l'huile parfumée et les a séchés avec ses cheveux. Simon le pharisien se dit : « Si cet homme était un prophète, il saurait qui et quelle sorte de femme c'est qui le touche qu'elle est une pécheresse », une référence évidente au fait qu'elle est « intouchable » à cause d'une si grave péché comme adultère, fornication ou promiscuité. À la fin, Jésus pardonne à la femme pénitente.

Enfin, le livre cite plusieurs personnes qui ont accusé l'Église d'"une campagne de diffamation" pour discréditer Marie-Madeleine afin de priver de pouvoir une femme puissante. Oh s'il vous plait! Quel plus grand honneur l'Église pourrait-elle accorder que de reconnaître Marie-Madeleine comme une sainte et un modèle pour tout chrétien sincère qui lutte pour la sainteté ?

Cette scène fait partie du ministère de Jésus dans la région de la mer de Galilée. Aussi, juste après la déclaration du pardon dans le septième chapitre de l'évangile de saint Luc, Marie-Madeleine est mentionnée nommément comme une disciple de Jésus et identifiée comme celle "d'où sont sortis sept démons" (Lc 9, 1 -3). Gardez à l'esprit que Madeleine est dérivée de Magdala. Magdala, située le long de la mer de Galilée près de Tibériade, était une ville riche connue pour ses pêcheries prospères. Les Romains détruisirent la ville à cause de sa dépravation morale et de sa participation à la révolte juive. Fait intéressant, dans le Talmud, du mot Madeleine est dérivée l'expression « cheveux frisés de femmes », qui signifie « femme adultère ». Même si la femme pénitente de Luc 7 n'est pas spécifiquement identifiée comme la Marie-Madeleine « de laquelle sept diables étaient sortis » de Luc 8, on pourrait facilement en tirer la conclusion, comme l'a fait le pape saint Grégoire. De plus, la tradition de l'Église primitive a également confirmé ce lien.

La troisième et plus difficile étape de l'enquête est de voir si Marie-Madeleine pourrait bien être Marie de Béthanie. À la suite de Luc 8, l'évangile dans les neuvième et dixième chapitres raconte des histoires telles que le miracle de la multiplication des pains, la Transfiguration, l'exorcisme d'un garçon possédé et des enseignements sur le discipulat. Notre Seigneur s'est ensuite rendu dans "un village" (c'est-à-dire à Béthanie, bien que non spécifié par Luc) jusqu'à la maison de Marthe, qui "avait une sœur nommée Marie" (conférer Lc 10:38-42). Là, Marthe a préparé un repas pour notre Seigneur.

Alors que l'évangile de saint Luc n'identifie pas spécifiquement Marie-Madeleine avec Marie de Béthanie, l'évangile de saint Jean aide à résoudre le problème. Dans Jean 12:1-11, Jésus arriva à Béthanie, "le village de Lazare que Jésus avait ressuscité des morts". Martha a servi un repas. Marie a oint les pieds de notre Seigneur avec du parfum et a séché ses pieds avec ses cheveux. Gardez à l'esprit qu'il s'agit d'une scène différente de celle de l'onction par la femme pénitente dans la maison de Simon le pharisien dans Luc 7, néanmoins, le même genre d'action dans les deux scènes permet de suggérer le même acteur, à savoir Marie-Madeleine.

De plus, dans Jean 11, la scène précédente où Jésus a ressuscité Lazare d'entre les morts, l'Évangile dit : « Il y avait un certain homme nommé Lazare qui était malade. Il était de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. Cette Marie dont frère Lazare était malade, c'est celui qui a oint le Seigneur de parfum et lui a séché les pieds avec ses cheveux" (Jn 11,1-2). Ici, Marie est identifiée comme « celle qui a oint le Seigneur ». Alors que certains spéculent que cette identification dans Jean 11 fait référence à l'onction ultérieure dans Jean 12, pourquoi Jean aurait-il besoin de faire une telle référence alors que l'histoire de Jean 11 coule directement dans l'histoire de Jean 12 ? Plus vraisemblablement, l'identification fait référence à une action antérieure, à savoir l'histoire à la maison de Simon le pharisien.

Si cet argument tient, alors Marie-Madeleine, la femme pénitente, et Marie de Béthanie sont les mêmes. Certes, il nous reste encore un peu de mystère. Néanmoins, je suis personnellement d'accord avec le pape saint Grégoire, qui a conclu : « Celle que Luc appelle la femme pécheresse, que Jean appelle Marie [de Béthanie], nous croyons être la Marie dont sept démons ont été expulsés selon Marc » (Homélies sur les évangiles). Sainte Marie-Madeleine, la pécheresse repentante, qui a trouvé à la fois le pardon et l'amitié avec notre Seigneur, qui s'est tenue fidèlement au pied de la croix et qui a vu le Seigneur ressuscité, est un exemple puissant pour chaque croyant.

Pour autant que Le "Da Vinci Code est concerné, ce que l'on ne peut pas interpréter, ce sont certaines des idées fausses qu'ils présentent à tort : par exemple, que Marie-Madeleine était l'épouse de Jésus, la mère de l'enfant Jésus, une participante à la Dernière Cène, son successeur prophétique et une prêtresse. De telles conclusions, malgré les meilleurs efforts des révisionnistes historiques qui déforment l'Évangile pour atteindre leurs objectifs politiques, n'ont aucun fondement dans l'Écriture sainte, la tradition sacrée ou l'histoire factuelle.

Alors que les révisionnistes citent les « évangiles gnostiques », ceux-ci ont été rejetés du canon officiel de l'Écriture sainte parce qu'ils manquaient de paternité apostolique, étaient hérétiques et contenaient des histoires fictives. On ne peut pas contrer la tradition de l'Église avec de fausses preuves des évangiles gnostiques.

Enfin, le livre cite plusieurs personnes qui ont accusé l'Église d'"une campagne de diffamation" pour discréditer Marie-Madeleine afin de priver de pouvoir une femme puissante. Oh s'il vous plait! Quel plus grand honneur l'Église pourrait-elle accorder que de reconnaître Marie-Madeleine comme une sainte et un modèle pour tout chrétien sincère qui lutte pour la sainteté ? Le pape Saint Grégoire a réalisé le bel exemple de Marie-Madeleine : une femme qui a trouvé une nouvelle vie en Christ, pas une femme qui a trouvé un programme politique autonome. Franchement, plus de gens devraient passer leur temps à lire la Bible, les pères de l'Église et les Catéchisme au lieu d'une impression bidon comme Le "Da Vinci Code.

Saunders, révérend William. "Marie-Madeleine." Héraut catholique d'Arlington.

Cet article est reproduit avec la permission de Héraut catholique d'Arlington.


Histoire de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine

En novembre 1957, la paroisse Sainte-Marie-Madeleine a été créée par décret de l'archevêque Thomas Conolly. La nouvelle paroisse, qui comprenait les parties sud de la paroisse Immaculée Conception (fondée en 1904) et Notre-Dame du Perpétuel Secours (fondée en 1892), était une vaste zone au sud des limites de la ville d'Everett (52e rue). St. John Mukilteo, désigné comme mission en 1921, a conservé le statut, mais était maintenant desservi par la paroisse St. Mary Magdalen.

Avec le P. William Lane a nommé notre premier curé, la première messe de la nouvelle paroisse a eu lieu à l'école Madison le premier dimanche de l'Avent en 1957, avec 550 personnes présentes. En mai 1958, l'emplacement des messes du dimanche a été changé pour l'école Emerson, juste en face de la 7e Avenue à partir du site paroissial actuel de 12 acres. Le sol a été béni le premier dimanche de l'Avent en 1959, la première messe dans la nouvelle église a été célébrée le 15 août 1960 et l'église et l'école ont été consacrées le dimanche 23 octobre 1960.

Les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie ont accepté de doter en personnel l'école, qui a ouvert ses portes avec six classes le 7 septembre 1960. Notre école offre désormais une éducation catholique de qualité aux élèves de la maternelle à la 8e année. Le couvent actuel a été construit en 1963 et le presbytère en 1968. Le couvent sert aujourd'hui de bureaux paroissiaux.

Au cours des 37 dernières années, il y a eu de nombreux changements. Notre communauté paroissiale a grandi et continuera de grandir. Nous avons eu la chance d'avoir des paroissiens dévoués, qui donnent de leur temps et de leur talent pour aider le personnel paroissial à animer les programmes paroissiaux. Les bénédictions que Dieu a accordées à Sainte-Marie-Madeleine et à Saint-Jean vivent encore aujourd'hui dans notre paroisse.

Notre paroisse a été bénie avec de nombreux prêtres dévoués depuis ses débuts. Vous trouverez ci-dessous une liste de ceux qui nous ont servi et la période pendant laquelle ils ont servi :

Pasteurs :
Fr. William Lane 1957-1969
Fr. David Blanc 1969-1979
Fr. John Bowman 1979-1985
Fr. Joseph Marquart 1985-2008
Fr. Crispin Okoth 2008-2008
Fr. Hans Olson 2008-présent

De 1908 à 1915, la communauté catholique a adoré dans un bâtiment de la 2e rue de Mukilteo. La mission a été assistée par l'aumônier de l'hôpital Providence, à Everett. Des chemins de croix ont été érigés en 1911 par le père O'rsquoDonnell, aumônier de l'époque.

En 1916, la Mission est rattachée au Perpétuel Secours, à Everett.

En 1919, une nouvelle chapelle est construite. Le Père Leo Hansen a dit la première messe la veille de Noël. L'église a été construite avec l'aide d'une subvention de 500 $ de Mary C. Mahoney en plus de l'aide de toute la congrégation. Il n'y avait aucune dette à son achèvement.

De 1923 à 1926, la congrégation de Saint-Jean était desservie par des prêtres de l'abbaye Saint-Martin d'Olympie.

En 1927, le Père Thomas Ford était le célébrant.
De 1928 à 1932, le père Edmund Long était le prêtre qu'il marchait chaque dimanche jusqu'à l'église depuis son domicile et la maison McNab Hogland qui, à l'époque, était un couvent d'Ursulines.
La Mission a également ouvert ses portes à la grande communauté de Mukilteo en cas de besoin. Lorsque l'école Rosehill originale a brûlé en 1928, leurs cours ont eu lieu à Saint John's ainsi qu'à Hawthorn Hall, maintenant le Boys and Girls Club.
En 1936, Saint John&rsquos est rattaché à la paroisse Immaculée Conception d'Everett. Le père William Fitzgerald était curé jusqu'au début des années 50.
Au début des années 1940, les enfants de Saint-Jean recevaient leur catéchisme au sous-sol ainsi qu'au domicile des paroissiens, fréquentés par les Sœurs de l'Immaculée Conception.
Le père Thomas Bennan était aumônier à Saint-Jean ainsi qu'à Paine Field.
En 1952, la maison voisine de Saint John&rsquos est achetée par la communauté.

En 1957, la paroisse Sainte-Marie-Madeleine à Everett a été fondée avec le père William P. Lane comme premier curé, englobant Saint-Jean et en faisant ainsi une mission de cette paroisse, telle qu'elle est aujourd'hui.


Église catholique byzantine Sainte-Marie-Madeleine

« byzantin » lui-même est un mot chargé d'une histoire remontant à l'époque de l'empereur Constantin, qui a légalisé le christianisme dans tout l'empire romain au début du 4ème siècle après JC. province de Cappadoce – Byzance. La nouvelle capitale impériale a pris son nom de l'empereur lui-même - Constantinople. Le christianisme dans l'Empire romain a développé cinq grands centres - Rome, Jérusalem, Antioche, Alexandrie et Constantinople. Tous étaient dirigés par un évêque principal ayant reçu le titre de « patriarche ».

Même avant la fin du IVe siècle après J.-C., Constantinople avait pris de l'importance après Rome, siège du successeur de Saint-Pierre lui-même. Alors que les citoyens instruits de l'Empire pouvaient au début parler à la fois le latin et le grec, au fil du temps, les deux groupes linguistiques sont devenus distincts à mesure que l'Empire d'Occident tombait en déclin et se désintégrait.

Les pratiques de culte en sont venues à varier également. En effet, avant la fin du IVe siècle, encore une fois, beaucoup dans l'Empire d'Orient adoraient la Divine Liturgie attribuée à saint Basile le Grand (m. 379). Sous le patriarche de Constantinople, saint Jean Chrysostome (mort en 407), une Divine Liturgie qui lui est attribuée est devenue proéminente d'abord à Constantinople et plus tard dans tout l'Empire d'Orient. Aujourd'hui, les catholiques byzantins adorent principalement en suivant la Divine Liturgie de saint Jean Chrysostome, tout en adorant toujours les paroles plus fleuries et profondément spirituelles de saint Basile lors d'occasions liturgiques spéciales tout au long de l'année ecclésiale.


Notre histoire

L'histoire dynamique de Sainte-Marie-Madeleine a commencé en 1960 lorsque les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie ont accepté de doter notre école en personnel. Notre première directrice, Sœur M. Michael Francis, Supérieure, a été rejointe par d'autres Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie lorsque l'année scolaire a commencé le 7 septembre 1960.

Cet automne-là, l'école catholique St. Mary Magdalen a ouvert ses portes aux élèves de la première à la quatrième année et a choisi « Irish » comme mascotte de l'école. C'était en l'honneur de notre premier prêtre, le P. William Lane, dont la patrie était l'Irlande.

St. Mary Magdalen a grandi au fil des ans, ajoutant des portables en 1963 où se tenaient les classes de sixième, septième et huitième année. En 1983, une nouvelle aile de l'école a été construite pour gérer la croissance extraordinaire de notre école, doublant sa taille. Des classes de maternelle ont été ajoutées en 1987 et notre programme préscolaire a commencé en 1999. Notre terrain de sport a été rénové et est devenu un enclosed gym en janvier 2019 et à l'été 2020 ont terminé la rénovation de notre église.

Bien que beaucoup de choses aient changé en 60 ans, y compris la transition vers une faculté et un personnel entièrement composés de laïcs, beaucoup sont restés les mêmes. Nous continuons à offrir une excellente éducation et restons fidèles à l'enseignement et à la mission de notre foi catholique tout en accueillant ceux qui partagent d'autres fois. Aujourd'hui, notre population étudiante diversifiée vient de tout le comté de Snohomish et du comté de North King.

Les élèves de Sainte-Marie-Madeleine apprennent les enseignements et les traditions de notre foi en participant aux prières quotidiennes, aux messes hebdomadaires, aux chemins de croix, au couronnement de Marie en mai, à la préparation aux sacrements, aux opportunités de réconciliation, aux projets de service, à la bénédiction des animaux sur Saint-François Day, notre programme de Noël et des célébrations spéciales les jours saints. Nos étudiants sont encouragés à participer activement aux pratiques de notre foi et à servir avec amour les autres.

Aujourd'hui, l'école Sainte-Marie-Madeleine est florissante. La solide fondation construite par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie nous permet de combiner des universitaires rigoureux du 21 e siècle avec une philosophie centrée sur les valeurs. Du premier jour de la maternelle à l'obtention du diplôme de huitième année, nous accompagnons la réussite de nos élèves en les aidant à développer leurs forces uniques. Une éducation Sainte-Marie-Madeleine transforme l'avenir de nos élèves et les prépare à transformer notre monde!

À propos de nous

Diriger un enfant
L'école catholique St. Mary Magdalen est une école mixte à but non lucratif pour le préscolaire – 8e année. L'école catholique St. Mary Magdalen s'engage à donner à nos étudiants une base académique et spirituelle solide enracinée dans la recherche intellectuelle et les valeurs catholiques.

Sainte-Marie-Madeleine | 8615 7th Avenue S.E. Everett, WA 98208 | Tél. : (425) 353-7559 | Téléc. : (425) 356-2687

Connecte-toi avec nous:

L'école catholique St. Mary Magdalen ne fait aucune discrimination en matière d'emploi, de recrutement, d'admission ou d'administration de ses programmes sur la base de la race, la couleur, la croyance, la religion, l'origine nationale ou ethnique, le handicap, le sexe ou l'orientation sexuelle. De plus, l'école catholique St. Mary Magdalen ne fait pas de discrimination en matière d'emploi sur la base de l'âge ou de l'état matrimonial.


Clinique de vaccination contre le Covid (2e enregistrement de dose) - 26 juin

DEACON DAVE'S SERMONETTES

Deacon Dave shares his spiritual insight and presents a gospel summary and &ldquoSpiritual Nugget&rdquo for the upcoming Sunday Mass.

Prayer for Spiritual Communion:
My Jesus, I believe that you are present in the most holy Eucharist. I love you above all things, and I desire to receive you into my soul. Since I cannot at this moment receive you sacramentally, come at least spiritually into my heart. I embrace you as if you were already there and unite myself wholly to you. Never permit me to be separated from you.
Amen.
Oración por una Comunión Espiritual:
Creo, Jesús mío, que estás real y verdaderamente presente en el Santísimo Sacramento. Te amo sobre todas las cosas, y deseo vivamente recibirte dentro de mi alma. Pero no pudiendo hacerlo ahora sacramentalmente, ven al menos espiritualmente a mi corazón. Y como si ya te hubiese recibido, te abrazo y me uno del todo a Ti. Señor, no permitas que jamás me aparte de Ti. Amén


Histoire


In 1997, Bishop Joseph Gossman, responding to requests from many parents in Southwest Wake County for Catholic Schools, appointed Father Donald Staib to begin a new parish in Apex. The Bishop indicated the first task for Father Staib was to work with Father William Schmidt, and then later Father David Fitzgerald, pastors of St. Andrew in Apex, and Father John Wall, pastor of St. Michael in Cary, to build new Catholic elementary schools.

In 1997, the priests and committees of lay people began to work with architects to design the buildings, establish curriculum and guidelines for the schools, form a search committee for two principals, and make a study to determine the potential number of children who might attend the schools. The next task was to raise funds for the constructions the campaign was called Campaign 2000. Ground was broken for two new schools on June 6, 1999. One school was built on the campus of St. Michael, and the second school became the beginning building for St. Mary Magdalene Parish and School.

When it came time for groundbreaking, a name was needed for the new parish. Father Staib had asked various individuals and groups in the Catholic community for suggestions there were no strong contenders proposed. The pastor himself strongly favored names from the Bible and suggested Mary Magdalene to the Bishop. There are no other Catholic churches in North Carolina with this name.

In the New Testament, Mary Magdalene is mentioned four times she was healed by Jesus of an affliction, she and other women supported Jesus and the Apostles in their ministry, she stood with Jesus' mother at the cross, and she was the first witness to Jesus' Resurrection. Because she took the news of the Resurrection to the Apostles, she is often called &lsquoApostle to the Apostles.&rsquo

All other information about Mary is legend an excellent book about Mary Magdalene (which includes information on how the legends grew over the past 2000 years) is Susan Haskins' Mary Magdalene: Myth and Metaphor. It was a New York Times Notable Book of the Year in 1993.

In keeping with this background, the street address for the parish is Magdala Place Magdala is the town in the Holy Land on the Sea of Galilee from which Mary Magdalene came.

Meanwhile St. Mary Magdalene Parish began to hold Sunday Mass at Apex Middle School. The first Mass was celebrated on September 12, 1999. Our parish theme song was: &lsquoSing to God a simple song make it up as you go along.&rsquo On December 5, three months later, a second Sunday Mass was added.

Cannon Architects was chosen to design a master plan for the site, which included several phases, some of which were adjusted as the parish moved forward.

The new building for classrooms and offices was completed, and Bishop Joseph Gossman came to bless the St. Mary Magdalene campus at the first Masses offered at the present site on Sunday, August 13, 2000. A 5:00pm Saturday Mass was added to the weekend schedule on October 14.

St. Mary Magdalene School opened for class on September 5, 2000 with an enrollment of 330 students in Grades Pre-K through 8th grade. It was a unique experience for the students: they had never been in the building before, never met their teachers or administrators, and many had never worn school uniforms before. It did not take long for children to get used to their new surroundings.

The school was ready for them. The principal, Bob Cadran, had worked for the previous year to hire faculty, order the desks and all equipment for the school, and watch over the final process of the school construction.

St. Mary Magdalene School&mdashlike St. Michael School&mdashwas governed by a Board appointed by the three parishes that support the two schools.

The colors of the parish and school are burgundy and gray with gold accents, and the mascot is the St. Mary Magdalene Monarch Butterfly. The athletic teams prefer the short form of Monarchs.

In 2001 Bishop Joseph Gossman announced a major Capital Campaign called &lsquoGod&rsquos Work, Our Challenge&rsquo to raise funds for Diocesan needs. Parishes were invited to join the Campaign for their own needs, and St Mary Magdalene took that opportunity to raise funds for a 2nd building, which would include a gym, dining hall, some classrooms, and a chapel.

Construction began in January 2003 and the first Masses in the gym were the weekend of August 21-22, 2004. There were sufficient seats for more than 1,100 people the children seemed to prefer sitting in the bleachers where they could easily see the altar. Bishop Joseph Gossman came to bless the new building on September 19, 2004. 2 additional classrooms for the school were added in 2009 &ndash 2010.

In September 2011 Bishop Michael Burbidge made the announcement of plans for a new Cathedral in Raleigh. All parishes were invited to participate in two ways: 1. By taking up free will pledges with the proviso that the parish would not take any Campaign of its own for three years, or 2. If a parish wanted to piggy-back a local Campaign with the Cathedral Campaign in this case the parish would be required to meet its assigned goal. St Mary Magdalene for the second time was seeking to raise funds at the same time as the Diocese.

Our Parish Council recommended that we join with the Diocese, and the parish began to plan with Canon Architects and Clancy and Theys Construction Company to design the new church building.

In December 2011 we became aware of two stained glass windows of St. Mary Magdalene, one of her at the Resurrection and one of her as a young woman. The windows were from two closed churches &ndash St. Peter and St. Paul, both in Troy, New York. The windows were about 125 years old and were designed by the famous firm Franz Mayer of Munich, Germany. the window set were four other windows and a Rose Window. one week members of the parish offered to purchase the windows, and later the Knights of Columbus offered to pay for the Rose Window.

During his 2012 summer trip to Vietnam Father Staib became aware of a studio in Ho Chi Minh City -- still called Saigon by the people -- where wooden statues were carved by young men with hearing disabilities. He began a process of working with this studio to create Statues and Stations of the Cross for our new church. In Da Nang, Vietnam he knew of marble studios and asked them to design two angels for the Columbarium. The faces of these two angels are the same faces as the angels in our Fontanini Christmas figures.

In August 2012 the parish began its Capital Campaign called &lsquoOur Church Our Time.&rsquo The remainder of 2012 and all of 2013 were taken with the raising of funds for the church, for organizing committees to research and seek advice on all aspects of construction, with meetings with architects and experts to plan for the infrastructure of the building. 15 listening sessions were scheduled to hear feedback from members of the parish and to ask for financial commitments.

On the 4th Sunday of Advent 2013, December 22, Bishop Burbidge came to bless the new church site. In addition members of the parish, with 1,500 Holy Water bottles also sprinkled the site with Holy Water.

All of 2014 and 2015 were taken with preparations: Diocesan Committees, Town of Apex, Architect proposals, meetings with our own Building Committees, raising sufficient funds. It was a steady on-going process. During this time we also developed our parish e-news to send once a week.

On January 17, 2016 after all the Masses we took ribbons with our names into the woods where the church would be and fastened the ribbons to a cross which we eventually brought into our Activities Building lobby and will be kept in the new church building. Construction finally began in January 2016. Then followed about a month of rain and mud, so initial ground movement was slow.

St. Mary Magdalene is most grateful to all of its members and those in the parishes of St. Andrew and St. Michael who contributed to Campaign 2000 for an outstanding beginning. Generous gifts and pledges to the Our Church our Time Campaign made the church construction possible.

We are also grateful to the members of the parish staff and school staff who have served with talent and dedication. There are thriving programs in our School, Faith Formation, for our Youth, musicians for three Masses, Parish Athletics which serves the community, and our own support staff which keeps all activities coordinated.

This written history is a story mostly of buildings. A far more wonderful story is the community of people who come to St Mary Magdalene for worship and for service. We have made so much up &lsquoas we went along&rsquo and it is wonderful and gratifying to behold.


Voir la vidéo: Léglise de Sainte-Marie-Madeleine à Jérusalem (Décembre 2021).