Informations

La chronologie de la révolte de Bar-Kochba



Cours accéléré d'histoire n°37 : Révolte de Bar Kochba

Le Temple n'était plus. Jérusalem avait été conquise. Rome avait affirmé sa puissance et écrasé la Grande Révolte des Juifs. Maintenant, il pourrait y avoir du calme.

L'antisémitisme virulent s'est poursuivi sans relâche dans l'Empire romain, généré par les hellénistes qui, peu heureux de se laisser suffisamment tranquilles, semblaient déterminés à mettre du sel sur les blessures juives.

(Ce même besoin d'exagération serait manifesté par les ennemis ultérieurs des Juifs, qui, ayant exterminé des communautés juives entières et n'ayant plus de Juifs à abattre, allaient ensuite profaner des cimetières juifs et mutiler des cadavres juifs.)

Le niveau d'hostilité et de mauvais traitements infligés aux Juifs s'est intensifié dans tout l'Empire romain au point de devenir insupportable.

En réponse, les Juifs se révoltèrent plusieurs fois. Chaque fois, des milliers d'entre eux ont été tués. En conséquence, le Romain moyen considérait chaque Juif comme une personne hostile à Rome. Les Juifs ont été officiellement désignés comme ayant “statut d'ennemi” ― dediticci en latin.

Bien sûr, les Juifs de la Terre d'Israël avaient été écrasés lors de la Grande Révolte, et ― du moins, juste après la destruction du Temple ― n'avaient pas la force de se battre. Mais il faut se rappeler qu'à cette époque, un nombre considérable de Juifs vivaient hors d'Israël. En fait, les historiens estiment qu'il y avait environ 5 à 7 millions de Juifs vivant dans l'Empire romain et au moins 60% de ce nombre vivaient en dehors de la terre d'Israël. Des endroits comme Alexandrie, en Égypte (l'une des villes les plus cosmopolites de cette époque) avaient à eux seuls une population juive d'environ 250 000 habitants et possédaient la plus grande synagogue du monde.

La guerre de Kittos

En 114 EC, l'empereur Trajan a lancé une campagne militaire pour écraser les Parthes (Empire perse) à l'est (aujourd'hui l'Irak et l'Iran). Après les premiers succès, les légions de Trajan ont subi une série de défaites et il a été contraint de battre en retraite pendant cette campagne en 117). Les Juifs de l'Empire parthe ont combattu aux côtés de leurs alliés perses et se sont lancés dans une série d'actions de guérilla en coulisses. Il est également possible que plusieurs communautés juives de la diaspora au sein de l'Empire romain se soient également révoltées.

La réponse romaine, avec l'aide des antisémites de la région, fut de massacrer les Juifs. Plusieurs grandes communautés juives de la diaspora à Chypre, en Libye, à Alexandrie et en Mésopotamie ont été décimées. Ce massacre est connu sous le nom de Guerre de Kittos du nom du gouverneur militaire romain de Judée, Lucious Quietus, qui a brutalement persécuté la population juive d'Israël. [1] La guerre de Kittos est à peine mentionnée dans les sources juives. La référence la plus complète se trouve dans le Talmud, Ta’anit 18b.

Maintenant, il faut noter que même si les Romains pouvaient être absolument vicieux et brutaux dans le feu de l'action, ils ne se sont lancés dans aucune sorte de politique pour exterminer en masse le peuple juif. À l'époque, il n'était pas dans l'intérêt des Romains de tenter un massacre total des Juifs. Il ne se serait pas bien passé avec d'autres peuples conquis, qui pourraient penser qu'ils étaient les prochains et qui pourraient se rebeller. Les Romains étaient des gens très pratiques et ce n'est pas quelque chose qu'ils voulaient.

Hadrien

Lorsque Publius Aelius Hadrianus, que nous connaissons sous le nom d'Hadrien, prit les rênes du pouvoir en 117 de notre ère, il inaugura ― au moins au début une atmosphère de tolérance. Il parla même de permettre aux Juifs de reconstruire le Temple, proposition qui se heurta à une virulente opposition de la part des hellénistes. [2] Voir : Midrash, Breishit Rabbah 64:10

Pourquoi Hadrian a changé son attitude en une attitude d'hostilité totale envers les Juifs reste une énigme, mais l'historien Paul Johnson dans son Histoire des Juifs spécule qu'il est tombé sous l'influence de l'historien romain Tacite, qui était alors occupé à diffuser des diffamations grecques contre les Juifs.

Tacite et son entourage faisaient partie d'un groupe d'intellectuels romains qui se considéraient comme les héritiers de la culture grecque. (Certains nobles romains se considéraient en fait comme les descendants littéraux des Grecs, bien qu'il n'y ait aucune base historique pour ce mythe.) Il était à la mode parmi ce groupe de s'attaquer à tous les pièges de la culture grecque. La haine des Juifs comme représentant l'antithèse de l'hellénisme allait de pair avec le territoire. Ainsi influencé, Hadrian a décidé de tourner autour de 180 degrés. Au lieu de laisser les Juifs reconstruire, Hadrien a formulé un plan pour transformer Jérusalem en une cité-État païenne sur la Grèce polis modèle avec un sanctuaire à Jupiter sur le site du Temple juif.

Rien ne pourrait être pire aux yeux des juifs que de prendre le lieu le plus saint du monde juif et d'y installer un temple dédié à un dieu romain. C'était l'affront ultime. Aussi grave que cela ait été, la véritable cause de la révolte semble avoir été la tentative d'Hadrien de suivre les traces de l'Empire grec sélucide 300 ans plus tôt en essayant de détruire le judaïsme. Plus précisément, il ciblait l'observance du sabbat, la circoncision, les lois de la pureté familiale et l'enseignement de la Torah. Une attaque contre des commandements aussi fondamentaux du judaïsme devait déclencher une révolte, ce qu'elle fit.

Bar Kochba

L'indignation juive face à ses actions a conduit à l'une des plus grandes révoltes de l'ère romaine. Simon Bar Kosiba a dirigé le soulèvement, qui a commencé en pleine force en 132 EC.

Pendant de nombreuses années, les historiens n'ont pas beaucoup écrit sur Simon Bar Kosiba. Mais ensuite, les archéologues ont découvert certaines de ses lettres à Nahal Hever près de la mer Morte. Si vous allez au Musée d'Israël, vous pouvez voir ces lettres et elles sont absolument fascinantes. Certains d'entre eux se rapportent à l'observance religieuse, parce que son armée était une armée totalement religieuse. Mais ils contiennent aussi une énorme quantité de faits historiques. Nous apprenons que les Juifs participant à la révolte se cachaient dans des grottes. (Ces grottes ont également été trouvées pleines d'effets personnels des habitants de Bar Kosiba. Les effets personnels poterie, chaussures, etc. sont exposés au Musée d'Israël, et les grottes, bien que nues, sont ouvertes aux touristes.)

D'après les lettres et d'autres données historiques, nous apprenons qu'en 132 EC, Bar Kosiba a organisé une grande armée de guérilla et a réussi à chasser les Romains de Jérusalem et d'Israël et à établir, bien que pour une très brève période, un État juif indépendant. Le Talmud (Sanhédrin97b) déclare qu'il a établi un royaume indépendant qui a duré deux ans et demi.

Le succès de Bar Kosiba a amené beaucoup de gens à croire - parmi eux Rabbi Akiva, l'un des rabbins les plus sages et les plus saints d'Israël - qu'il pourrait être le Messie. Il était surnommé “Bar Kochba” ou “Son of Star,” une allusion à un verset du Livre des Nombres (24:17) : “il sortira une étoile de Jacob.” Ceci étoile est comprise comme faisant référence au Messie.

Bar Kochba ne s'est pas avéré être le Messie, et plus tard les rabbins ont écrit que son vrai nom était Bar Kosiva signifiant "Fils d'un Mensonge" soulignant le fait qu'il était un faux Messie.

À l'époque, cependant, Bar Kochba - qui était un homme doté d'énormes capacités de leadership - a réussi à unir tout le peuple juif autour de lui. Les récits juifs le décrivent comme un homme d'une force physique énorme, qui pouvait déraciner un arbre en montant à cheval. C'est probablement une exagération, mais il était un leader très spécial et avait sans aucun doute un potentiel messianique, c'est ce que Rabbi Akiva a reconnu en lui.

Des sources juives citent l'armée de Bar Kochba à 100 000 hommes, mais même si c'est une surestimation et qu'il avait la moitié de ce nombre, c'était toujours une force énorme.

Unis, les Juifs étaient une force avec laquelle il fallait compter. Ils ont envahi les Romains, les ont chassés de la terre d'Israël, ont déclaré l'indépendance et ont même frappé des pièces de monnaie. C'est un événement assez unique dans l'histoire de l'Empire romain.

Réponse romaine

Rome ne pouvait pas laisser faire. Une telle audace devait être écrasée et les responsables punis brutalement et totalement.

Mais les Juifs n'ont pas été facilement vaincus. Hadrien déversa de plus en plus de troupes en Israël pour combattre les forces de Bar Kochba jusqu'à ce que les Romains aient enrôlé près de la moitié de leur armée entière, jusqu'à douze des vingt-quatre légions de l'empire peuvent avoir été amenées en Israël (trois fois plus que ils avaient envoyé pour écraser la Grande Révolte 65 ans plus tôt) pour écraser la révolte.

À la tête de cette force gigantesque se trouvait le meilleur général de Rome, Julius Severus. Mais même avec toute cette puissance derrière lui, Julius Severus avait peur de rencontrer les Juifs dans une bataille ouverte. Ce seul fait est très révélateur, car les Romains étaient les maîtres de la bataille ouverte. Mais ils craignaient les Juifs parce qu'ils les considéraient comme étant prêts à mourir pour leur foi – une mentalité que les Romains pensaient suicidaire. Alors, qu'est-ce-qu'il s'est passé?

L'historien romain Dio Cassius nous dit :

“Severus ne s'est pas aventuré à attaquer ses adversaires à découvert à un moment donné en raison de leur nombre et de leur désespoir, mais en interceptant de petits groupes. Grâce au nombre de soldats et de ses officiers, et en les privant de nourriture et en les enfermant, il a pu ― assez lentement certes, mais avec relativement peu de danger les écraser, les épuiser et les exterminer. Très peu d'entre eux ont en fait survécu. Cinquante de leurs avant-postes les plus importants et 985 de leurs villages les plus célèbres ont été rasés, et 580 000 hommes ont été tués lors de divers raids et batailles, et le nombre de ceux qui ont péri par la famine, la maladie et le feu était indéterminé.&# 8221Ainsi, presque toute la Judée fut dévastée, ce dont le peuple avait été prévenu avant la guerre. Car le tombeau de Salomon, que les Juifs considéraient comme un objet de vénération, tomba en morceaux et s'écroula. Et de nombreux loups et hyènes se sont précipités en hurlant dans les villes. Beaucoup de Romains, cependant, ont péri dans cette guerre. Par conséquent, Hadrien, en écrivant au Sénat, n'a pas employé la phrase d'ouverture couramment utilisée par les empereurs : « Si vous et vos enfants êtes en bonne santé, tout va bien et moi et mes légions sommes en bonne santé. »

Ce récit de Deo Cassius ― même s'il exagère les chiffres ― est très intéressant. Il nous dit que la révolte a été très sanglante et très coûteuse.

En effet, les Romains ont perdu une légion entière au combat. La 22e légion romaine est tombée dans une embuscade et a été massacrée et n'a jamais été reconstituée. À la fin de la révolte, les Romains ont dû amener pratiquement la moitié de l'armée de tout l'Empire romain en Israël pour écraser les Juifs.

Pourquoi les Juifs ont-ils perdu ?

Apparemment, les Juifs ont été très près de gagner la guerre. En effet, ils ont gagné pendant un certain temps. Pourquoi ont-ils finalement perdu ? Les sages disent qu'ils ont perdu parce qu'ils étaient trop arrogants. Après avoir goûté à la victoire, ils ont adopté l'attitude de “par ma force et ma vaillance, j'ai fait cela.” (Deut. 8:17)

Bar Kochba aussi est devenu arrogant. Il se voyait gagner. Il a entendu des gens l'appeler le Messie. Certes, si Rabbi Akiva le pensait, alors il avait le potentiel d'être le leader ultime d'Israël. Il a également été corrompu par son pouvoir et a même battu à mort son oncle, le grand rabbin Elazar HaModai, après avoir accepté de fausses accusations selon lesquelles il était un espion romain [3] Voir: Talmud – Tanit 4:5 . À cause de ces fautes, il a commencé à perdre des batailles et a été contraint à la retraite et à la guérilla.

Dans le judaïsme, on nous enseigne que si les gens doivent faire l'effort, c'est Dieu qui gagne les guerres. Ce n'est pas la force humaine ni la puissance humaine qui le font.

La chute de Betar

Bar Kochba a fait son dernier combat dans la ville de Betar, au sud-ouest de Jérusalem. Vous pouvez aller le visiter aujourd'hui, même si l'ancien Betar n'a pas été fouillé. Le Talmud (en Gittin 57a) relate ce qui s'est passé à Betar :

Ils avaient la coutume à Betar que lorsqu'un petit garçon naissait, ils plantaient un cèdre et pour une petite fille, ils plantaient un pin, et quand ils se mariaient, ils les coupaient et faisaient un dais de mariage des branches. Un jour, la fille de César passait et le manche de sa litière se brisa. Ils coupèrent un cèdre et le lui apportèrent. Les Juifs de Betar tombèrent sur eux et les battirent. Ils rapportèrent à César que les Juifs se rebellaient et marchaient contre eux. Ils tuèrent des hommes, des femmes et des enfants [juifs] jusqu'à ce que leur sang coule dans la mer Méditerranée. Il fut enseigné que pendant sept ans, les Gentils cultivèrent leurs vignes avec le sang. d'Israël sans avoir besoin de fumier pour la fertilisation.

La ville est tombée le jour le plus triste du calendrier juif ― le 9 Av de l'année 135, la même date que la chute du Premier et du Second Temple.

Les Romains, dans leur fureur, ne voulaient pas que les corps juifs soient enterrés, ils voulaient les laisser à l'air libre pour qu'ils pourrissent. Selon la tradition, les corps gisaient à l'air libre pendant des mois mais ne pourrissaient pas. Aujourd'hui, quand les Juifs disent la Grâce après les repas, Birkat HaMazon, ils ajoutent une bénédiction spéciale (ha tov u’mativ) en guise de remerciement à Dieu pour cet acte de miséricorde à Betar.

Épuisés, les Romains en ont assez des Juifs qui leur ont causé plus de pertes humaines et matérielles que tout autre peuple dans l'histoire de l'Empire. À la fin de la révolte de Bar Kochba, Hadrien a décidé que le moyen de ne pas en avoir un autre était de couper les Juifs de tout lien avec leur terre bien-aimée.


Révolte de Bar Kokhba

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Révolte de Bar Kokhba, aussi appelé Deuxième révolte juive, (132-135 ce ), rébellion juive contre la domination romaine en Judée. La révolte a été précédée par des années d'affrontements entre Juifs et Romains dans la région. Enfin, en 132 de notre ère, la mauvaise administration de Tinnius Rufus, le gouverneur romain de Judée, combinée avec l'intention de l'empereur Hadrien de fonder une colonie romaine sur le site de Jérusalem et ses restrictions sur la liberté et les observances religieuses juives (qui comprenaient une interdiction de la pratique de la circoncision masculine), a suscité la révolte des derniers vestiges de la communauté juive palestinienne. Une lutte acharnée s'ensuivit. Bar Kokhba est devenu le chef de cette deuxième révolte juive (voir Première révolte juive [66-70]) bien qu'ayant d'abord réussi, ses forces ne se sont pas révélées à la hauteur des tactiques méthodiques et impitoyables du général romain Julius Severus. Avec la chute de Jérusalem puis de Béthar, la forteresse au sud-ouest de Jérusalem où fut massacré Bar Kokhba, la rébellion fut écrasée en 135. Selon des sources chrétiennes, l'entrée à Jérusalem était désormais interdite aux Juifs.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Adam Zeidan, rédacteur en chef adjoint.


Comment LagBaOmer est passé d'une fête obscure à une grande fête sioniste

Ce soir, les Juifs d'Israël célèbrent Lag BaOmer, le 33e jour du cycle de cinquante jours du « décompte de l'Omer » entre la Pâque et Chavouot. La grande question est de savoir comment cette fête mineure obscure est devenue, jusqu'à relativement récemment, une célébration si importante. Une réponse est l'avènement du mouvement sioniste moderne. Selon le rabbin Dr Benny Lau,

Le mouvement sioniste a souligné le lien historique entre la révolte de Bar Kochba et la lutte moderne pour l'indépendance juive. Il est devenu habituel de chanter des chansons sur Lag BaOmer qui louaient Bar Kochba comme un combattant indépendant audacieux… Le rêve national israélien a été allumé par les braises de la révolte de Bar Kochba.

À la suite de la rébellion de Bar Kochba, qui a suivi de près deux autres tentatives épiques, mais finalement futiles, des Juifs de détruire les Romains par la force des armes (la Grande Révolte, 66-73 CE et la Révolte de la Diaspora, 115-117 CE) , les rabbins ont réalisé que la survie du judaïsme dépendrait de la capacité d'étudier et de transmettre les traditions par opposition à la résistance physique. Les rabbins estimaient que si les Juifs continuaient à s'engager dans ces guerres désastreuses avec les lourdes pertes qui en résultaient, le résultat pourrait être la décimation des Juifs et finalement le judaïsme lui-même. À cette fin, ils ont minimisé la révolte, « démilitarisé » le Talmud et souligné que la rédemption messianique serait obtenue par le mérite de l'étude de la Torah et non par la puissance militaire. Cela est resté la philosophie juive prédominante jusqu'à une époque récente. Tout cela a changé avec le début du mouvement sioniste moderne. Comme l'a noté Yael Zerubavel,

La recherche sioniste de racines dans l'ancien passé national a clairement conduit à l'amélioration de l'image positive de Bar Kochba… Bar Kochba était une figure « géante » qui représentait la grandeur de l'ancien passé juif.

Contrairement à la tendance de la tradition rabbinique à passer sous silence la révolte, les premiers sionistes se sont empressés de saisir l'histoire comme preuve que les Juifs, confrontés à la persécution, étaient capables de lutter pour leur dignité et leur respect de soi. Max Nordau (1849-1923), l'un des premiers dirigeants sionistes populaires, a écrit dans un essai sur les « juifs musclés » que : « Bar Kochba était la dernière incarnation dans l'histoire du monde d'une juiverie belliqueuse et militante ». De nombreux clubs sportifs sionistes qui ont vu le jour dans l'entre-deux-guerres en Europe ont été nommés Bar Kochba, en l'honneur du héros légendaire qui symbolisait le « nouveau juif ». Ils le voyaient comme l'antithèse du faible juif de la diaspora, fuyant constamment la persécution, comme le décrit avec mépris Chaim Nachman Bialik (1873-1934) dans son poème épique, "Dans la ville du massacre" ("Comme des souris qui s'enfuyaient, ils se cachaient comme des puces et sont morts de la mort des chiens. ») L'histoire de la révolte de Bar Kochba en est venue à représenter l'espoir que lorsque les Juifs retourneraient dans leur patrie, ils seraient en mesure de regagner leur honneur en réclamant leur terre, leur langue et leur capacité à se défendre.

Lorsque Yigal Yadin, représentant du nouvel État juif et général de la nouvelle armée juive, a symboliquement découvert les paroles du dernier général juif d'Israël, c'était presque comme si les lettres de Bar Kochba attendaient d'être récupérées par ses descendants spirituels. . Yadin a écrit :

Ce sont des siècles de persécution des Juifs et de leur aspiration à la réhabilitation nationale qui ont fait de Bar Kochba un héros du peuple, une figure insaisissable à laquelle ils se sont accrochés parce qu'il avait démontré, et était le dernier à démontrer, que les Juifs pouvaient se battre pour gagner les Juifs et indépendance politique.

Ainsi, Lag BaOmer est passé d'une fête mineure et obscure à une fête saturée de sens pour l'entreprise sioniste moderne connue sous le nom d'État d'Israël. Il ne s'agissait plus des étudiants de Rabbi Akiva qui ont cessé de mourir dans une mystérieuse peste ce jour-là, mais plutôt des étudiants de Rabbi Akiva, la figure de proue spirituelle de la révolte de Bar Kochba, qui ont combattu, tout comme les braves hommes et femmes altruistes de les FDI, pour ce qu'ils croyaient en la liberté d'être libre dans notre propre pays.


Articles Liés

Un ancien trésor doré découvert au pied du mont du Temple à Jérusalem

Des archéologues découvrent un ciseau vieux de 2 000 ans utilisé pour construire le mur occidental

Des peintures murales racontant l'histoire des Croisés découvertes à l'hôpital de Jérusalem

Une découverte archéologique fait la lumière sur la cause de la révolte de Bar Kochba

La révolte de Bar Kochba : un désastre célébré par les sionistes à Lag Ba'Omer

Les fouilles archéologiques en cours dans la vieille ville de Jérusalem nous aident à résoudre l'une des questions les plus intéressantes de l'histoire juive : qu'est-ce qui a déclenché la révolte, qui a commencé en 132 de notre ère, 62 ans après la Grande Révolte qui s'est terminée par la défaite et la destruction de Jérusalem ?

La situation géopolitique pendant la période de Bar Kokhba était encore pire que pendant la période de la Grande Révolte, et la rébellion contre les Romains était clairement un acte désespéré, voire suicidaire. En fait, la révolte s'est soldée par une défaite pour les Juifs et d'énormes destructions.

Pendant la révolte, le gouvernement romain a été impliqué dans un énorme projet de construction en Palestine - la reconstruction de Jérusalem en tant que ville romaine, Aelia Capitolina.

Il existe deux approches historiographiques fondamentales du lien entre la fondation d'Aelia Capitolina sur les ruines de Jérusalem et la révolte de Bar Kokhba.

Selon l'historien romain du IIe siècle Lucius Cassius Dio, la construction de la ville, avec un temple dédié au dieu Jupiter au centre, fut elle-même l'étincelle qui déclencha la rébellion : les extrémistes juifs ne pouvaient tolérer le fait qu'un païen romain ville était en construction sur les ruines de Jérusalem.

Mais l'historien du IVe siècle Eusèbe, qui a été évêque de Césarée avant de se consacrer à l'écriture de l'histoire, a fait valoir qu'Aelia Capitolina était le résultat de la révolte – une partie de la punition de l'Empire romain pour son éclosion – et non la cause.

« Il y a eu un débat sur la poule et l'œuf ici », explique l'archéologue israélienne Shlomit Wexler-Bedolah, « Qu'est-ce qui est venu en premier et qu'est-ce qui a conduit à quoi – la révolte à la construction de la ville, ou la construction de la ville à la révolte. "

Depuis l'époque de Cassius Dio et Eusèbe, des fleuves d'encre ont coulé sur le débat. Ces dernières années Wexler-Bedolah et la fin. Alexander Onn a mené plusieurs fouilles dans la zone du Mur occidental. Les fouilles, effectuées pour le compte de l'Autorité des antiquités d'Israël et financées par la Western Wall Heritage Foundation, ont permis de fournir une date précise pour la construction d'Aelia Capitolina.

La conclusion de Wexler-Bedolah est que les travaux de construction de la nouvelle ville ont commencé au moins plusieurs années avant le déclenchement de la révolte. En d'autres termes, il est tout à fait possible que l'excuse de la rébellion ait été la vue des ouvriers reconstruisant Jérusalem comme une ville païenne.

Restez informé : inscrivez-vous à notre newsletter

S'il vous plaît, attendez…

Merci de vous être inscrit.

Nous avons plus de newsletters que nous pensons que vous trouverez intéressantes.

Oups. Quelque chose s'est mal passé.

Merci,

L'adresse e-mail que vous avez fournie est déjà enregistrée.

La datation de la construction de la ville a été rendue possible par des pièces de monnaie découvertes sous la couche de pavés de la ville et des découvertes d'un tas d'ordures, apparemment du camp militaire romain de la ville. Cette datation confirme une étude antérieure de Hanan Eshel et Boaz Zisu, qui a découvert des trésors de pièces du désert de Judée qui comprenaient à la fois des pièces frappées par les rebelles et des pièces d'Aelia Capitolina. Mais c'est la première fois que la datation est basée sur des fouilles à l'intérieur même de Jérusalem.

La plus grande fouille a été menée ces dernières années dans la partie arrière de la place du Mur occidental, sur le site où il est prévu de construire le bâtiment principal, un immeuble de bureaux et un musée de la Western Wall Heritage Foundation. Sur le site, ils ont découvert une magnifique rue romaine pavée, qui était l'une des rues principales de la ville.

Lors des fouilles, on a également découvert le fait que les Romains ont investi des efforts considérables pour adapter la surface de Jérusalem au format de la ville romaine - efforts qui comprenaient la démolition des bâtiments existants et l'extraction en profondeur dans le substratum rocheux. Cela signifie qu'il a fallu plusieurs années aux Romains pour niveler la zone et extraire des pierres avant de commencer à construire la ville.

"S'il y avait encore des bâtiments du Second Temple après la destruction, les Romains ont détruit tout ce qui restait", explique Wexler-Bedolah. « Il semble que les travaux de construction aient été prolongés et approfondis, nos constatations indiquent que les travaux ont commencé au plus tard dans le premier quart du IIe siècle. »

Une autre conclusion des fouilles est que même dans la nouvelle ville, le Mont du Temple est resté un centre important. C'est pourquoi il est de plus en plus probable que le temple principal de la ville, en l'honneur de Jupiter Capitolin, ait été construit sur les ruines du Second Temple. Dans ce cas, il y a plus de chance que la construction ait été l'étincelle qui a déclenché la révolte.

Une autre date importante de cette période est la visite en Palestine de l'empereur Hadrien en 129-130. De nombreux érudits ont lié la visite à la décision de construire Jérusalem. Mais Wexler-Bedolah pense que l'exploitation des carrières et la pose des fondations de la ville ont commencé bien plus tôt. « Hadrien arrive au pouvoir en 117-118, nous suggérons que déjà quand il est arrivé au pouvoir, il a décidé d'établir une ville, sans rapport avec la visite.

Un expert de la période romaine à Jérusalem, le professeur Yoram Tsafrir de l'Université hébraïque de Jérusalem, propose une interprétation quelque peu différente de la séquence des événements, qui combine les deux approches. Il suggère qu'Hadrien « n'avait pas l'intention de construire une nouvelle ville appelée Aelia Capitolina. Peut-être envisageait-il de reconstruire Jérusalem, sans changer son nom. Il n'excluait même pas la possibilité que les Juifs le remercient d'avoir construit Jérusalem. Mais quand les travaux commencent, et qu'il est clair pour les Juifs qu'ils construisent une ville avec une façade hellénistique et des temples à Jupiter, alors les extrémistes incitent à la révolte. Le changement de nom de Jérusalem faisait déjà partie des représailles contre la révolte, tout comme le changement de nom de la province. »


Eusèbe à Bar Kochba

Simon ben Kosiba, surnommé Simon bar Kochba ("fils de l'étoile") était un messie juif. Entre 132 et 135, il fut le chef de la dernière résistance contre les Romains. Après la fin de la rébellion désastreuse, les rabbins l'appelèrent « Bar Koziba », ce qui signifie « fils du mensonge ».

L'un des textes les plus importants sur le sujet se trouve dans l'Histoire de l'Église de l'évêque palestinien Eusèbe de Césarée (260-c.340). Dans cet ouvrage, il cite parfois des sources plus anciennes, comme Ariston de Pella et Justin, tous deux contemporains de la révolte de Bar Kochba. Dans une œuvre chronographique, Eusèbe traite aussi le sujet. Les traductions ont été faites par K. Lake.

Eusèbe à Bar Kochba

[4.6.1] La rébellion des Juifs a encore progressé dans le caractère et l'étendue, et Rufus, le gouverneur de Judée, quand l'aide militaire lui avait été envoyée par l'empereur, s'est déplacé contre eux, traitant leur folie sans pitié. Il détruisit par tas des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants et, en vertu du droit de la guerre, asservit leur terre.

[4.6.2] Les Juifs étaient à cette époque dirigés par un certain Barchochebas, qui signifie « étoile », note [En fait, Bar Kochba signifie « fils de l'étoile ». L'étoile était un symbole messianique.] un homme qui était un meurtrier et un bandit, mais qui s'appuyait sur son nom, comme s'il avait affaire à des esclaves, et prétendait être une lumière venue du ciel et illuminait magiquement ceux qui étaient dans la misère.

[4.6.3] La guerre a atteint son apogée dans la dix-huitième année d'Hadrien à Betar, qui était une forte citadelle pas très loin de Jérusalem. Le siège a duré longtemps avant que les rebelles ne soient conduits à la destruction définitive par la famine et la soif et que l'instigateur de leur folie ne paie la peine qu'il méritait.

Hadrien ordonna alors que, par un décret et des ordonnances juridiques, toute la nation devrait être absolument empêchée d'entrer désormais même dans le district autour de Jérusalem, de sorte qu'elle ne pourrait même pas voir de loin sa maison ancestrale.

[4.6.4] Ariston de Pella raconte l'histoire suivante :

Ainsi, lorsque la ville fut privée de la nation des Juifs et que ses anciens habitants eurent complètement péri, elle fut colonisée par des étrangers, et la ville romaine qui s'éleva plus tard changea de nom, et en l'honneur de l'empereur régnant Aelius Hadrian fut appelé Aelia.

L'Église aussi était composée de gentils, et après les évêques juifs, le premier qui les désigna fut Marcus.


La révolte de Bar Kochba, la dernière des guerres judéo-romaines

La Pâque est terminée, mais les leçons de l'histoire ne doivent pas se terminer avec la fin de la célébration et la clôture de la Haggadah. De même, alors que notre tournées casher en Europe peut être reporté en raison de la pandémie actuelle, cela ne signifie pas que la possibilité de connaître son patrimoine est également entravée. Pendant que nous restons à l'intérieur, nous pouvons continuer à apprécier et à explorer la grande quantité d'histoire juive accessible en ligne.

Du côté ouest de la mer Morte, une ancienne grotte contenait des lettres qui remontent à l'époque romaine, au moment où le dernier grand conflit entre les Romains et les Juifs touchait à sa fin. C'était la grotte des lettres, qui contenait des récits écrits de la révolte de Bar Kochba.

La dernière des guerres romano-juives

Simon bar Kokhba à la Knesset Menorah | Crédit photo : en.wikipedia.org/wiki/Simon_bar_Kokhba

La révolte de Bar Kochba a été nommée d'après Simon ben Kosevah, qui a reçu le nom de famille Bar Kochba ("Fils de l'étoile") par le rabbin Akiva. Cette révolte était le point culminant des tensions politiques entre les Juifs et les Romains, en raison de la forte présence militaire en Judée, de l'échec de la première révolte et peut-être de l'établissement par l'empereur Hadrien d'un temple de Jupiter sur le mont du Temple à Jérusalem. En 132 de notre ère, Bar Kochba mena les Juifs de Judée contre les Romains, presque comme les Maccabées les menèrent contre les Séleucides il y a des siècles. Bar Kochba a réussi à prendre Jérusalem aux Romains et à établir un État juif indépendant, où il a régné en tant que prince (« Nasi »). Il y avait même une monnaie juive à cette époque, où des symboles juifs étaient estampés sur des pièces romaines préexistantes.

La fin de la révolte et son héritage

Après trois ans, le territoire juif revendiqué par Bar Kochba a commencé à se rétrécir alors que les Romains commençaient à se refermer. Bar Kochba et ses forces ont été poussés vers la forteresse de Betar, où les Romains les ont assiégés et l'ont finalement tué. D'innombrables villes ont été rasées et les corps à Betar étaient nombreux. Malgré la conquête romaine, la révolte de Bar Kochba a coûté cher à Hadrien, au point qu'il a supprimé son salut régulier de « moi et l'armée allons bien » sur son rapport de terrain après l'affaire sanglante.

L'une des bénédictions dites en grâce avant les repas a été ajoutée après la révolte, en souvenir de ceux tués à Betar dont les Romains ont permis d'enterrer les corps. La grotte des lettres est un autre fragment de l'héritage de cette époque, contenant à la fois des pièces de monnaie Bar Kochba frappées et le Babatha Papyri, qui en dit long sur la vie des femmes juives à cette époque. Comme nous l'avons appris dans nos précédents croisières casher, l'histoire n'est pas souvent douce, mais nous pouvons apprendre des choses positives de ce qui nous a précédé.


Pourquoi l'ancien Israël a-t-il été renommé Palestine ?

Dans les temps anciens, le royaume israélite s'appelait Judae. Après avoir réprimé la rébellion juive en Judée, l'empereur romain Hadrien a décidé de punir la population juive en :

  • Exiler la grande majorité des Juifs dans tous les coins de l'empire.
  • Interdire la pratique des décrets religieux juifs.
  • Construire une ville païenne – 'Aelia Capitolina' – sur les ruines de Jérusalem.
  • Et …. renommer « Judée », « Palestine ».

Le but d'Hadrien était d'effacer tout lien entre le peuple juif et la Terre Sainte.

Il a échoué. Le lien juif avec la Terre Sainte n'a pas diminué et ils l'ont gardé dans leurs cœurs, dans les chants et les prières.

Cependant, il a fallu 2000 ans pour que les juifs retrouvent leur indépendance dans le territoire qu'Hadrien a rebaptisé Palestine, désormais connu sous le nom d'État d'Israël.

Fait bonus : Hadrien a choisi de la nommer « Palestine » en référence aux Philistins, une nation d'origine grecque qui vivait dans la plaine côtière méridionale de Canaan, entre le XIIe siècle avant notre ère et le VIe siècle avant notre ère.

De quoi est composé le drapeau britannique ?

Comment les voyageurs afro-américains ont-ils surmonté les lois de ségrégation ?

Qui était la femme la moins chère de l'histoire ?

Pourquoi un empereur romain a-t-il été nommé d'après une chaussure ?

Comment Roman a-t-il recyclé l'urine en dentifrice ?

Origine du cappuccino : un ordre religieux ancien ?

Et pour ceux d'entre vous qui souhaitent en savoir plus sur la rébellion juive susmentionnée, en voici d'autres :

La rébellion de Bar Kochba fut la dernière grande révolte des Juifs contre la domination de l'Empire romain. Il a eu lieu pendant le règne de l'empereur Hadrien (132-136 après JC) et était le troisième soulèvement juif dans l'Empire romain en environ soixante ans. It was preceded by the Great Revolt (70-66) and the Diaspora Revolt (117-115). These revolts were brutally suppressed by Roman rule and resulted in the destruction of many Jewish communities and cities (including that of Jerusalem) hundreds of thousands of Jews killed and many of those who survived were exiled or sold into slavery. In addition, the status of the Jewish religion was degraded throughout the empire.

The rebellion was headed by Shimon Bar Kochba with the support of Rabbi Akiva, who even declared him a Messiah. In the early stages of the rebellion, the rebel army gained considerable success. They defeated the Roman garrison in Judea, seized vast territory in the mountainous center of the Land of Israel, and established them as an independent Jewish government that Bar Kochba headed, bearing the title of ‘President of Israel’.

All Roman attempts to suppress the rebellion failed during the first two years. The tide seemed to turn against the rebels with the arrival of Commander Julius Severus. Over the next two years, the Romans waged a cautious and devastating campaign against the rebels, gradually reducing the area under their control and pushing them to a small area. At the end of 135, Beitar, the last stronghold of the rebels, fell after a long siege, and Bar Kochba was killed. Suppression of the rebellion was apparently complete in the first months of 136

The destruction caused by the suppression of the uprising was tremendous, and researchers estimate that at least hundreds of thousands of Jewish rebels and civilians were killed during and hundreds of settlements were destroyed. Although some Jewish presence in Judea (renamed Palestine) maintained, it took 2000 years and the establishment of the state of Israel to fully recover.

The losses of the Roman military forces who participated in the suppression of the rebellion were also heavy, and the battle in Palestine was probably the most difficult of all the military systems conducted during Hadrian’s reign. The rebellion was the last major confrontation between the Jews in Palestine and the Roman Empire, although small-scale Mary operations continued afterward. The years of the Bar Kochba revolt were the last time that Jewish independence took place in the territory of Palestine until the establishment of the State of Israel.

And for those of you who are keen to know more about the aforementioned Jewish rebellion, here is some more:

The Bar Kochba rebellion was the last great revolt of the Jews against the rule of the Roman Empire. It took place during the reign of Emperor Hadrian (132-136 AD) and was the third Jewish uprising in the Roman Empire in about sixty years. It was preceded by the Great Revolt (70-66) and the Diaspora Revolt (117-115). These revolts were brutally suppressed by Roman rule and resulted in the destruction of many Jewish communities and cities (including that of Jerusalem) hundreds of thousands of Jews killed and many of those who survived were exiled or sold into slavery. In addition, the status of the Jewish religion was degraded throughout the empire.

The rebellion was headed by Shimon Bar Kochba with the support of Rabbi Akiva, who even declared him a Messiah. In the early stages of the rebellion, the rebel army gained considerable success. They defeated the Roman garrison in Judea, seized vast territory in the mountainous center of the Land of Israel, and established them as an independent Jewish government that Bar Kochba headed, bearing the title of ‘President of Israel’.

All Roman attempts to suppress the rebellion failed during the first two years. The tide seemed to turn against the rebels with the arrival of Commander Julius Severus. Over the next two years, the Romans waged a cautious and devastating campaign against the rebels, gradually reducing the area under their control and pushing them to a small area. At the end of 135, Beitar, the last stronghold of the rebels, fell after a long siege, and Bar Kochba was killed. Suppression of the rebellion was apparently complete in the first months of 136

The destruction caused by the suppression of the uprising was tremendous, and researchers estimate that at least hundreds of thousands of Jewish rebels and civilians were killed during and hundreds of settlements were destroyed. Although some Jewish presence in Judea (renamed Palestine) maintained, it took 2000 years and the establishment of the state of Israel to fully recover.

The losses of the Roman military forces who participated in the suppression of the rebellion were also heavy, and the battle in Palestine was probably the most difficult of all the military systems conducted during Hadrian’s reign. The rebellion was the last major confrontation between the Jews in Palestine and the Roman Empire, although small-scale Mary operations continued afterward. The years of the Bar Kochba revolt were the last time that Jewish independence took place in the territory of Palestine until the establishment of the State of Israel.


The Bar-Kochba Revolt Timeline - History

Abraham journeys three days from Beersheba or Gerar to Mt. Moriah (the Temple Mount) in Jerusalem to offer his son Isaac in sacrifice as God commanded him.

After setting up the Ark at Shiloh near Shechem, Joshua launches the conquest into Jerusalem.

After setting up the Ark at Shiloh near Shechem, Joshua launches the conquest into Jerusalem.

The Jebusite stronghold in Jerusalem is vanquished by King David. The city of David is built south of the Temple Mount. David reigns 33 years in Jerusalem after a 7 year reign in Hebron. The Ark of the Covenant is returned by David to Jerusalem and placed in the Tabernacle Moses built.

David is not permitted to build the First Temple, and instead, purchases Araunah the Jebusite’s threshing floor and erects an altar of sacrifice on Mt. Moriah. This is the site of the First Temple.

Solomon, with 183,600 workers builds the First Temple, which takes 7 years, and the royal palace. He uses local limestone, cedar from Lebanon, and great amounts of gold and silver.

Solomon, with 183,600 workers builds the First Temple, which takes 7 years, and the royal palace. He uses local limestone, cedar from Lebanon, and great amounts of gold and silver.

Solomon’s Temple is plundered by Shishak, Pharaoh of Egypt.

Solomon’s Temple is plundered by Shishak, Pharaoh of Egypt.

The Babylonian Period begins. Nebuchadnezzar conquers Judah. Jerusalem is taken and the first wave of Jews become slaves. Jerusalem loses her status as a self-governing entity.

The Babylonian Period begins. Nebuchadnezzar conquers Judah. Jerusalem is taken and the first wave of Jews become slaves. Jerusalem loses her status as a self-governing entity.

Jerusalem is plundered by Nebuchadnezzar for a second time.

Jerusalem is plundered by Nebuchadnezzar for a second time.

King Jehoachin is carried captive by Nebuchadnezzar and the second wave of Jews is taken into Babylon.

King Jehoachin is carried captive by Nebuchadnezzar and the second wave of Jews is taken into Babylon.

King Zedekiah, the last king in the line of David to reign in Israel, rebels against Nebuchadnezzar. He is blinded and taken to Babylon where he dies.

King Zedekiah, the last king in the line of David to reign in Israel, rebels against Nebuchadnezzar. He is blinded and taken to Babylon where he dies.

On the 9th day of the month of Av, Nebuchadnezzar burns down the city of Jerusalem, and destroys the First Temple. Hundreds of thousands are either murdered or taken away into captivity. The destruction of Jerusalem is the starting date for what the bible refers to as the “Time of the Gentiles”.

On the 9th day of the month of Av, Nebuchadnezzar burns down the city of Jerusalem, and destroys the First Temple. Hundreds of thousands are either murdered or taken away into captivity. The destruction of Jerusalem is the starting date for what the bible refers to as the “Time of the Gentiles”.

The Prophet Jeremiah predicts 70 years of captivity in Babylon. The Prophet Ezekiel, a by then a captive in Babylon, receives a vision from G-d giving great detail of a future Temple that is to be built.

The Prophet Jeremiah predicts 70 years of captivity in Babylon. The Prophet Ezekiel, a by then a captive in Babylon, receives a vision from G-d giving great detail of a future Temple that is to be built.

Belshazzar desecrates the Temple vessels in Babylon.

Belshazzar desecrates the Temple vessels in Babylon.

Cyrus the Persian, the current ruler of Babylon, proclaims an edict that opens the way for the Jews to return to the land of Israel and rebuild the Second Temple. The Persians will rule Israel until 334.

Cyrus the Persian, the current ruler of Babylon, proclaims an edict that opens the way for the Jews to return to the land of Israel and rebuild the Second Temple. The Persians will rule Israel until 334.

The foundation of the Second Temple is laid, but actual building doesn’t start for another 16 years.

The foundation of the Second Temple is laid, but actual building doesn’t start for another 16 years.

Through the leadership of Nehemiah, the Second Temple is finally completed and an altar is built on the Temple Mount.

Through the leadership of Nehemiah, the Second Temple is finally completed and an altar is built on the Temple Mount.

The Second Temple is dedicated in Jerusalem.

The Second Temple is dedicated in Jerusalem.

Nehemiah rebuilds the walls of the city in 52 days.

Nehemiah rebuilds the walls of the city in 52 days.

This is referred to as the Hellenistic Period. In the land of Israel, the Jews, come under the successive dominions of Alexander the Great and the Greeks, the Ptolemies of Egypt, and the Seleucids of Syria.

This is referred to as the Hellenistic Period. In the land of Israel, the Jews, come under the successive dominions of Alexander the Great and the Greeks, the Ptolemies of Egypt, and the Seleucids of Syria.

King Antiochus murders thousands of Jews and plunders Jerusalem. He desecrates the Temple altar and plunders the Temple treasures. Jewish worship and sacrifice are halted.

King Antiochus murders thousands of Jews and plunders Jerusalem. He desecrates the Temple altar and plunders the Temple treasures. Jewish worship and sacrifice are halted.

Judas Maccabaeus leads a Jewish revolt that puts Jerusalem back in Jewish hands. The Temple is cleansed and sacrifices are restored. This starts the Hashmonean dynasty in Judea.

Judas Maccabaeus leads a Jewish revolt that puts Jerusalem back in Jewish hands. The Temple is cleansed and sacrifices are restored. This starts the Hashmonean dynasty in Judea.

Once again Jerusalem is besieged by different rulers including Antiochus Soter, Aratus, the Roman general Pompey, and the King Herod of the Parthians.

Once again Jerusalem is besieged by different rulers including Antiochus Soter, Aratus, the Roman general Pompey, and the King Herod of the Parthians.

Herod orders the Temple enlarged and the courts re-built.

Herod orders the Temple enlarged and the courts re-built.

Roman General Titus lays siege to Jerusalem. He murders all the inhabitants, and destroys the city and, ultimately, the Second Temple.

Roman General Titus lays siege to Jerusalem. He murders all the inhabitants, and destroys the city and, ultimately, the Second Temple.

Under the leadership of Bar Kochba, the Jews revolt against Rome. The city of Jerusalem is sacked by the Emperor Hadrian. This marks the beginning the second exile of the Jews to the Diaspora. It will last until 1948.

Under the leadership of Bar Kochba, the Jews revolt against Rome. The city of Jerusalem is sacked by the Emperor Hadrian. This marks the beginning the second exile of the Jews to the Diaspora. It will last until 1948.

Jerusalem is captured by the Saracens under Omar Ibn al-Khatab. This marks the beginning of Arab rule in Palestine. Through all the conquests there has always been a Jewish presence in the land.

Jerusalem is captured by the Saracens under Omar Ibn al-Khatab. This marks the beginning of Arab rule in Palestine. Through all the conquests there has always been a Jewish presence in the land.

The Dome of the Rock is completed on the Temple Mount where the Jewish Temple previously stood. Until this day it dominates the only spot on earth where sacrifices can be offered according to the Torah.

The Dome of the Rock is completed on the Temple Mount where the Jewish Temple previously stood. Until this day it dominates the only spot on earth where sacrifices can be offered according to the Torah.

The Crusaders, under Godfrey de Bouillon, take Jerusalem. Christians rule in Palestine intermittently from 1099 to 1244.

The Crusaders, under Godfrey de Bouillon, take Jerusalem. Christians rule in Palestine intermittently from 1099 to 1244.

Jerusalem is captured by Salah-ed-Din the great Moslem conqueror.

Jerusalem is captured by Salah-ed-Din the great Moslem conqueror.

Jerusalem is captured by Salah-ed-Din the great Moslem conqueror.

Jerusalem is captured by Salah-ed-Din the great Moslem conqueror.

Under Saladin, the Ottoman Turks conquer Palestine. The walls that presently surround the old city of Jerusalem are built.

Under Saladin, the Ottoman Turks conquer Palestine. The walls that presently surround the old city of Jerusalem are built.

Jerusalem is taken by Ibrahim Pasha of Egypt.

Jerusalem is taken by Ibrahim Pasha of Egypt.

The first Zionist Congress meets in Basel, Switzerland. This marks the great era of Aliyah where thousands of Jews return to the land of Israel.

The first Zionist Congress meets in Basel, Switzerland. This marks the great era of Aliyah where thousands of Jews return to the land of Israel.

The British capture Palestine from the Turks in WWI – General Allenby enters Jerusalem.

The British capture Palestine from the Turks in WWI – General Allenby enters Jerusalem.

The British rule Palestine under a mandate from the League of Nations.

The British rule Palestine under a mandate from the League of Nations.

Six million Jews are slaughtered in Europe. Jewish refugee boats are consistently turned away from countries all over the continent. Very few Jews are allowed to enter Palestine.

Six million Jews are slaughtered in Europe. Jewish refugee boats are consistently turned away from countries all over the continent. Very few Jews are allowed to enter Palestine.

Following the end of the atrocities of WWII, The United Nations The ARK Report General Assembly adopts partition plan for Palestine, providing for the establishment of a Jewish state.

Following the end of the atrocities of WWII, The United Nations The ARK Report General Assembly adopts partition plan for Palestine, providing for the establishment of a Jewish state.

The new state of Israel is proclaimed. Open immigration now permits vast numbers of Jews to return to the Land. The second exile ends.

The new state of Israel is proclaimed. Open immigration now permits vast numbers of Jews to return to the Land. The second exile ends.

June, 1967, The Six-Day War – Jerusalem is liberated from Jordanian control and for the first time in nearly 2,000 years the Jews are in complete control of Jerusalem, the Golan Heights, Gaza Strip and Judea/Samaria (West Bank).

June, 1967, The Six-Day War – Jerusalem is liberated from Jordanian control and for the first time in nearly 2,000 years the Jews are in complete control of Jerusalem, the Golan Heights, Gaza Strip and Judea/Samaria (West Bank).

The Old City of Jerusalem is liberated and is once again in Jewish hands. Israeli paratrooper Mordechai Gur, mounted on a half track, takes the Temple Mount on the third day of the Six Day War. The Temple Mount is regained but authority is turned back over to the Muslims by Moshe Dayan.

The Old City of Jerusalem is liberated and is once again in Jewish hands. Israeli paratrooper Mordechai Gur, mounted on a half track, takes the Temple Mount on the third day of the Six Day War. The Temple Mount is regained but authority is turned back over to the Muslims by Moshe Dayan.

After the Six Day War, the Ministry of Religious Affairs of Israel began excavations aimed at exposing the continuation of the Western Wall. The excavations lasted almost twenty years and revealed many previously unknown facts about the history and geography of the Temple Mount. The largest stone in the Western Wall, sometimes called the “Key Stone,”is estimated at an incredible 570 tons. After officially opening, gun battles ensued in the West Bank and Gaza Strip killed 54 Palestinians and 14 Israeli soldiers.

After the Six Day War, the Ministry of Religious Affairs of Israel began excavations aimed at exposing the continuation of the Western Wall. The excavations lasted almost twenty years and revealed many previously unknown facts about the history and geography of the Temple Mount. The largest stone in the Western Wall, sometimes called the “Key Stone,”is estimated at an incredible 570 tons. After officially opening, gun battles ensued in the West Bank and Gaza Strip killed 54 Palestinians and 14 Israeli soldiers.

The Waqf began unauthorized construction in the structures known since Crusader times as Solomon’s Stables, and in the Eastern Hulda Gate passageway, allowed the area to be (re)opened as a huge prayer space called the Marwani Musalla. The Western Hulda Gate passageway was also illegally converted into another mosque. Chief archaeologist Dr. Gabriel Barkay criticized the Waqf’s use of bulldozers, and said that it constitutes “the greatest devastation to have recently been inflicted on Jerusalem’s archaeological heritage”

The Waqf began unauthorized construction in the structures known since Crusader times as Solomon’s Stables, and in the Eastern Hulda Gate passageway, allowed the area to be (re)opened as a huge prayer space called the Marwani Musalla. The Western Hulda Gate passageway was also illegally converted into another mosque. Chief archaeologist Dr. Gabriel Barkay criticized the Waqf’s use of bulldozers, and said that it constitutes “the greatest devastation to have recently been inflicted on Jerusalem’s archaeological heritage”

A bulge of about 70 cm was reported in the southern retaining wall part of the Temple Mount. On February 11, 2004, the eastern wall of the Temple Mount was damaged by an earthquake. The damage threatened to topple sections of the wall into the area known as Solomon’s Stables. Both were subsequently repaired.

A bulge of about 70 cm was reported in the southern retaining wall part of the Temple Mount. On February 11, 2004, the eastern wall of the Temple Mount was damaged by an earthquake. The damage threatened to topple sections of the wall into the area known as Solomon’s Stables. Both were subsequently repaired.

After a landslide in 2004 left the earthen ramp leading to the politically sensitive access point known as the Mughrabi Gate unsafe and in danger of collapse, the IAA started work on the construction of a temporary wooden pedestrian pathway to the Temple Mount.

After a landslide in 2004 left the earthen ramp leading to the politically sensitive access point known as the Mughrabi Gate unsafe and in danger of collapse, the IAA started work on the construction of a temporary wooden pedestrian pathway to the Temple Mount.

The Waqf began digging a 400-metre-long, 1.5-metre-deep trench from the northern side of the Temple Mount compound to the Dome of the Rock in order to replace 40-year-old electric cables in the area. Archaeologist Eilat Mazar said: “There is disappointment at the turning of a blind eye and the ongoing contempt for the tremendous archaeological importance of the Temple Mount .. Using heavy machinery and with little documentation, can damage ancient relics and erase evidence of the presence of the biblical structures. Archaeologist Zachi Zweig said a tractor used to dig the trench damaged the foundation of a 7-yard-wide wall “that might have been a remnant of the Herodian Second Temple itself.”

The Waqf began digging a 400-metre-long, 1.5-metre-deep trench from the northern side of the Temple Mount compound to the Dome of the Rock in order to replace 40-year-old electric cables in the area. Archaeologist Eilat Mazar said: “There is disappointment at the turning of a blind eye and the ongoing contempt for the tremendous archaeological importance of the Temple Mount .. Using heavy machinery and with little documentation, can damage ancient relics and erase evidence of the presence of the biblical structures. Archaeologist Zachi Zweig said a tractor used to dig the trench damaged the foundation of a 7-yard-wide wall “that might have been a remnant of the Herodian Second Temple itself.”

A rare golden bell with a loop attached was found in an archaeological excavation taking place in a water channel at the base of the Western Wall, close to the City of David. Archaeologists Eli Shukron and Professor Ronny Reich from the University of Haifa stated, “It seems the bell was sewn on the garment worn by the High Official (priest) in Jerusalem at the end of the Second Temple period.”

A rare golden bell with a loop attached was found in an archaeological excavation taking place in a water channel at the base of the Western Wall, close to the City of David. Archaeologists Eli Shukron and Professor Ronny Reich from the University of Haifa stated, “It seems the bell was sewn on the garment worn by the High Official (priest) in Jerusalem at the end of the Second Temple period.”


Bar Kochba and the Christians

(For use with the ' ISRAEL ' and ' "Jehovah" in The New Testament ' study papers.)

If the trinity (or just the deity of Jesus) had really been taught (or believed) by the first Christians, the schism between the Jews (who considered such a teaching "an unpardonable offense") and Christians would have been immediate, irrevocable, and incredibly intense. But that is not what caused the greatest and final split between the sect of the first Christians and the Jews.

"The Jewish belief that the parting of the ways came not at Stephen's martyrdom but after Bar Kochba's war against Hadrian [132-135 A. D.] is now gaining ground. Previously there had been no event sufficiently striking to sever the ties. Christians frequented the synagogues: they were still a Jewish sect. [See the ISRAEL study] But Bar Kochba was hailed by Aqiba as the Messiah. This the Christians could not condone and they stood aside. . The Jews regarded the Christians as renegades: the Christians would not fight for Aqiba's Messiah. The die had fallen and there was no recalling the past." - Encyclopédie Britannica, p. 167, Vol. 13, 14th ed.

Noted Christian Bible historian, Philip Schaff writes:

" (A.D. 132-135). A pseudo-Messiah, Bar-Cochba (son of the stars, Num. 24:17), afterwards called Bar-Cosiba (son of falsehood), put himself at the head of the rebels, and caused all the Christians who would not join him to be most cruelly murdered." – p. 37, History of the Christian Church, Vol. II, Wm. B. Eerdmans Publishing Company, 1995 reprint.

It was the generation following the destruction of the Temple which brought about a final rupture between Jews and Christians . In the third rebellion against Rome [132-135 A.D.], when the Christians were unable to accept bar Kochba as their Messiah, they declared that their kingdom was of the other world, and withdrew themselves completely from Judaism et everything Jewish. The alienation process was completed. Judaism and Christianity became strangers to each other . A wall of misunderstanding and hate was erected by the narrow zealotries of the two faiths. [pp. 152, 153, Jews, God and History, Max I. Dimont, A Signet Book, 1962.]

"Cochba [bar Kochba] . tortured and killed the Christians who refused to aid him against the Roman army." - p. 42, Greek Apologists of the Second Century, Robert M. Grant, The Westminster Press, 1988.

"Another Christian apologist, Justin [Martyr], tells how . Bar Kochba, the leader of the insurrection, ordered Christians alone to be executed if they would not deny and curse Jesus the Messiah." - Idem.

"After the war the Jerusalem church, once Jewish, consisted only of Gentiles." - Idem.

Not everybody agreed to Aqiba's view that Simon [Bar Kochba] was the Messiah. The Jewish Christians refused to accept this claim the Christian author Justin Martyr tells that Simon commanded Christians 'to be lead away to terrible punishment,' unless they denied Jesus of Nazareth was the Messiah and cursed the man from Nazareth (First Apology 31.6). - See: Wars between the Jews and Romans: Simon ben Kosiba (130-136 CE)
.

L. Michael White [Professor of Classics and Director of the Religious Studies Program University of Texas at Austin]:

The relationship between Judaism and Christianity after the turn of the second century would become more and more hostile as time went on partly because of other political forces that continued to develop. . As a result within sixty years after the first revolt there would arise a new rebellion. We typically call this the Second Jewish Revolt against Rome or the Bar Kochba revolt. And it's named after a famous rebel leader who really becomes the central figure of this new political period. He's called Bar Kochba. . His real name seems to have been Shimon Bar Kosova, and he probably was of a royal family of the Jewish tradition. But he takes to himself this messianic identity and claims that in the year 132 it is time for a new kingdom to be reestablished in Israel. Apparently he did take Jerusalem for some time. . It's possible, although we're not absolutely sure, that he thought he could rebuild the temple too. But events would not let that happen.

The Romans very quickly began to put down the revolt and within three years all of those who had followed Bar Kochba were either killed or dispersed. .

The one thing that does happen in the second revolt, though, is [that] the self-consciously apocalyptic and messianic identity of Bar Kochba forces the issue for the Christian tradition. It appears that some people in the second revolt tried to press other Jews, including Christians, into the revolt, saying, "Come join us to fight against the Romans. You believe God is going to restore the kingdom to Israel, don't you? Join us." But the Christians by this time are starting to say, "No, he can't be the messiah -- we already have one." And at that point we really see the full-fledged separation of Jewish tradition and Christian tradition becoming clear. - Jews and the Roman Empire

.
"Revolt
"The Jewish sage Rabbi Akiva convinced the Sanhedrin to support the impending revolt and regarded the chosen commander Simon Bar Kokhba the Jewish Messiah, according to the verse from Numbers 24:17: "There shall come a star out of Jacob" ("Bar Kokhba" means "son of a star" in Aramaic language).

"At the time, Christianity was still a minor sect of Judaism and most historians believe that it was this messianic claim that alienated many Christians (who believed that the true messiah was Jesus) and sharply deepened the schism." - http://www.answers.com/topic/bar-kokhba-s-revolt?hl=simon&hl=bar&hl=kokhba

Dr. Arnold Fruchtenbaum asserts that the "rift caused by the destruction of Jerusalem [70 C.E.] proved to be a temporary one, and a partial reconciliation did come about despite Hebrew Christian opposition to the new Judaism of the rabbis." p. 41, HEBREW CHRISTIANITY, Its Theology, History and Philosophy.

He also says that 132-135 C.E. was a key period, the 2nd Jewish revolt against Rome under Bar Kochba. When the revolt broke out, the Jewish Believers joined the revolt with their rabbinic brothers. However, Rabbi Akiva made the sad error of declaring Bar Kochba to be the Jewish Messiah. This is where the real rift occured. If anyone can be accused of turning Christianity into a Gentile religion, it is not Paul, nor the church leaders in Asia Minor, but rather Bar Kochba, according to Fruchtenbaum.
.

[The] PBS "Frontline" program "From Jesus To Christ: The First Christians" is … steeped in Jewish history and Jewish concerns. The four-hour program [aired] Monday and Tuesday, April 6 and 7 [1998. Here are some of the issues covered on that program]:

". The period after the First Revolt is dominated by an increasingly hostile relationship between Christians and Jews as the followers of Jesus move increasingly away from their Jewish roots. "Part 3: Let The Reader Understand" examines this period, the creation of the four Gospels and the Second Revolt, led by Bar Kochba.

After the Jews are crushed by the Roman army, Christianity begins to assert itself and accommodate the forces of the empire that killed its leader." - http://www.jewishsf.com/bk980320/etearly.htm

This is when a true split occurred, as Christians refused to join in the four-year struggle because Bar Kochba claimed he was the Messiah.

"Until the year 132, Christians considered themselves a sect of Judaism.


Voir la vidéo: Le Trésor Des Incas. LOr de Kuntur Wasi - Documentaire COMPLET en Français Archéologie (Novembre 2021).