Informations

Sanctuaire de Rocamadour


Le sanctuaire de Rocamadour dans le sud de la France est un lieu de saint pèlerinage de la foi chrétienne, rendu ainsi par une série de rapports d'événements miraculeux qui se déroulent à cet endroit.

Histoire du sanctuaire de Rocamadour

Le sanctuaire de Rocamadour était l'un des lieux de pèlerinage marial les plus célèbres du Moyen Âge. La première utilisation chrétienne signalée du site remonte au début du XIe siècle, lorsque les pèlerins se rendaient à Rocamadour pour voir une statue de la Vierge noire dans une petite chapelle construite dans les falaises.

Les archives historiques racontent qu'en 1166 un corps incorrompu fut découvert enterré dans une grotte à côté de la chapelle et ainsi commença la légende de Saint-Amadour.

Au cours des siècles suivants, la crypte Saint-Amadour et la chapelle de la Vierge Noire connaissent des périodes de prospérité et de déclin. Au milieu du XVIe siècle, la chapelle est pillée et incendiée par les protestants et le corps de Saint-Amadour est détruit. La statue de la Vierge Noire est restée indemne.

La reconstruction du sanctuaire a commencé dans les années 1800. La chapelle et sa statue légendaire continuent d'être vénérées et Rocamadour reste l'un des lieux saints mariaux les plus populaires de toute la France.

Sanctuaire de Rocamadour aujourd'hui

L'un des principaux sites historiques du sanctuaire de Rocamadour est la chapelle Notre-Dame, dans laquelle a eu lieu l'un de ces incidents. En 1166, on raconte que le corps de Saint Amadour – dont la ville tire son nom – y a été retrouvé dans un état incroyablement bien conservé. Aujourd'hui, la chapelle contient une statue de la Vierge noire.

D'autres sites incluent la chapelle Sainte-Anne du XIIIe siècle et la chapelle Saint-Blaise, l'ancien tombeau de Saint-Amadour, les fresques du XIIe siècle dans la chapelle Saint-Michel et le château.

Se rendre au sanctuaire de Rocamadour

Vous pouvez rejoindre Rocamadour en voiture ou en train depuis de nombreuses villes de France, dont Paris, même si le trajet en train est de six heures d'ici. Depuis la gare d'Austerlitz à Paris, vous devrez également changer de train une fois puis continuer jusqu'à Rocamadour. La gare s'appelle Rocamadour-Padirac, à quelques encablures de la falaise.


Sanctuaire de Rocamadour - Histoire

Grand sanctuaire de Tsubaki à Stockton, Californie 1987-2001.

Le sanctuaire de Tsubaki America est la branche du grand sanctuaire de Tsubaki, le 1er sanctuaire de la région d'Ise et le sanctuaire principal de SARUTAHIKO-NO-O-KAMI, le Kami terrestre primordial de positivité, d'orientation, de protection et de justice et sa femme AME-NO- UZUME-NO-MIKOTO, Kami des arts et du divertissement, de la méditation, du mariage et de la joie. AMATERASU-OMIKAMI, Kami du soleil, UGA-MITAMA-NO-O-KAMI, Kami de la nourriture et des choses pour maintenir la vie, AMERICA-KOKUDOKUNIMITAMA-NO-O-KAMI, protecteur du continent nord-américain et AMENOMURAKUMOKUKISAMUHARA, le Kami de l'Aiki-do

Le sanctuaire de Tsubaki America a été créé en 1986 à Stockton, en Californie, par le révérend Dr Yukitaka Yamamoto, 96e grand prêtre du grand sanctuaire de Tsubaki à Mie, au Japon. Tsubaki America a été le premier sanctuaire à être construit sur le sol nord-américain. Une série de prêtres du grand sanctuaire de Tsubaki au Japon ont servi à Tsubaki America, introduisant le Jinja Shinto aux États-Unis.

En 1992, Kannagara Jinja a été construit par le révérend Lawrence Koichi Barrish pour enchâsser Tsubaki O-Kami. En 2001, 17 acres de terrain adjacent à Kannagara Jinja ont été donnés à Tsubaki America par la Fondation Matsuri et la décision a été prise de combiner Tsubaki America et Tsubaki Kannagara Jinja sur le site sacré de Kannagara Jinja.

Tsubaki Grand Shrine of America est l'endroit idéal pour renouveler votre pouvoir vital en purifiant divers obstacles et en recevant du Ki frais de la nature divine.

Shingaku (signe) de Kannagara Jinja (est.1992) combiné
avec Tsubaki America en tant que Tsubaki Grand Shrine of America en mai 2001.


La Vierge Noire de Rocamadour

Rocamadour doit son origine à St Amadour qui, selon la tradition, choisit le lieu comme ermitage pour ses dévotions à la Vierge Marie. Ce célèbre lieu de pèlerinage, est le plus remarquablement situé. Ses bâtiments s'élèvent par paliers à flanc de falaise sur la rive droite de l'Alzou (Dordogne - France), qui s'étend ici entre des parois rocheuses de 120 mètres de haut. Des volées de marches montent de la ville basse aux églises, un ensemble de bâtiments massifs à mi-hauteur de la falaise. La principale d'entre elles est l'église Notre-Dame (1479), renfermant la figure en bois de la Vierge réputée avoir été sculptée par St Amadour.

Rocamadour (250 km à l'est de Bordeaux) est devenu un lieu de pèlerinage aussi important dans l'Occident chrétien que Saint-Jacques-de-Compostelle, grâce aux progrès du culte marial et grâce à la découverte, en 1166, du corps de saint Amadour. La tradition rapporte qu'il était serviteur dans la maison de la Sainte Famille. Saint Amadour, qui n'était autre que Zachée de l'Evangile, époux de Sainte Véronique, qui essuya le visage du Sauveur sur le chemin du Calvaire. Chassés de Palestine par les persécutions, Amadour et Véronique s'embarquèrent dans une frêle yole et, guidés par un ange, débarquèrent sur les côtes d'Aquitaine, où vous rencontrèrent Mgr Saint-Martial, autre disciple du Christ qui prêchait l'Évangile dans le sud. à l'ouest de la Gaule. Après avoir voyagé à Rome, où il a été témoin des martyres des saints. Pierre et Paul, Amadour, rentré en France, à la mort de son épouse, se retirent dans un endroit sauvage du Quercy où il fait construire une chapelle en l'honneur de la Sainte Vierge, près de laquelle il meurt un peu plus tard. Le sanctuaire, appelé Rocamadour, sanctuaire de la Sainte Vierge, attire depuis des siècles des pèlerins de tous les pays, parmi lesquels des rois, des évêques et des nobles.

Les rapports de miracles se produisant sur le site se sont rapidement propagés. Le roi Henri Plantagenêt fut l'un des premiers pèlerins à venir à Rocamadour pour trouver une guérison miraculeuse. Saint Louis IX de France a suivi au siècle suivant, et Rocamadour est devenu aussi important que le Mont Saint Michel en tant que destination de pèlerinage. Peu de gens savent que Rocamadour est ainsi devenu le deuxième site le plus visité de France, après le monastère du Mont Saint-Michel du XIIe siècle.

Aujourd'hui, il est conseillé aux visiteurs d'éviter l'activité traditionnelle consistant à gravir les 216 marches de pierre à genoux, mais plutôt de s'inscrire à une visite guidée à pied sur un seul pied. Cette visite fascinante vous mènera à quatre des sept chapelles médiévales construites dans la roche, dont l'une contient la mystérieuse Vierge Noire, vénérée depuis plus de mille ans. Vous entendrez de merveilleuses légendes sur la façon dont le corps de Saint-Amadour a été miraculeusement préservé pendant 1.100 ans, comment l'ancienne cloche sonne elle-même lorsqu'un miracle se produit en mer, comment l'épée dans le rocher que vous voyez devant vous est vraiment la célèbre épée de Roland. . . . Près du tombeau de Saint-Amadour se trouve l'église de la Vierge Noire et de la Cloche Mircaulous.

"À tous ceux qui souhaitent visiter Rocamadour, veuillez regarder la photo ci-dessous. Une coloration naturelle à l'intérieur de la roche semble représenter une image de la Vierge Marie berçant l'enfant Jésus. Elle est délimitée ci-dessous dans la bordure rouge et visible uniquement du bas en bas, au-dessous de la ville principale. Que Dieu bénisse ce site magnifique et saint."

Fondation Marypages

Notre fondation a pour objectif de développer, étendre et maintenir le site Web de Marypages pour promouvoir la croyance catholique romaine et en particulier la dévotion de Notre Mère Bénie, Marie. Tout revenu supplémentaire généré sera reversé à des projets humanitaires à base catholique. Nous sommes enregistrés à la Chambre de Commerce Flevoland sous le numéro 39100629.

Aidez Marypages à assurer sa survie

Chaque don, même minime, est le bienvenu.

Par un don de 60 euros ou plus, nous vous offrirons :

- Notre Newsletter (1 fois par an)
- Un beau chapelet de perles de Lourdes, avec une description détaillée "Comment prier le chapelet". Le chapelet contient une goutte d'eau bénite de la source de Lourdes.
- Une Médaille Miraculeuse (avec description détaillée), qui a été conçue à l'occasion des apparitions de la Vierge à Catharina Labouré en 1830 à Paris. Au lieu d'un chapelet et d'une médaille, vous pouvez également opter pour un livre de prières Pieta. https://www.marypages.com/15-prayers-of-saint-bridget-of-sweden.html?lang=fr

Vous pouvez également faire un don sur notre compte bancaire à Rabobank :
Numéro IBAN / SEPA : NL19RABO0136467849 / Numéro BIC : RABONL2UXX à Foundation Marypages, 6942 WX Didam, Pays-Bas

Votre soutien financier est essentiel pour la survie de Marypages. Merci de nous aider avec votre don.

Cher donateur, en raison de la nouvelle loi sur la confidentialité, vos coordonnées ne seront pas partagées à moins que vous ne donniez votre autorisation. Donc, si vous êtes admissible à un cadeau de Marypages, n'oubliez pas d'entrer vos coordonnées afin que nous puissions vous envoyer le cadeau.

Copyright © Foundation Marypages Design. Tous les droits sont réservés. Aucune partie de ce site ou des sous-sites ne peut être publiée, diffusée, copiée ou autrement reproduite ou distribuée sans l'autorisation écrite préalable de la fondation Marypages.


Notre Dame de Rocamadour

Le pèlerinage de Notre-Dame de Rocamadour, à quelques encablures de Cahors, est situé dans la partie la plus stérile et montagneuse du Quercy. Un saint, qu'une tradition locale sans fondement ferait au Zachée de l'Évangile, vers le troisième siècle, pénétra dans un labyrinthe de rochers qui élèvent leurs hautes crêtes au-dessus du ravin étroit et profond où le Lauzou roule ses eaux ce ravin, qui est à ce jour nommé la vallée du Rocamadour, s'appelait alors la vallée sombre, et regorgeait de bêtes féroces.

Ce paysage, mélancolique, mais non sans grandeur, qui rappelait Thébaïs, avait sans doute quelque analogie avec les pensées profondes et austères de l'anachorète dont il se fit une cellule sur l'un des sommets saillants de la montagne, et sanctua du rocher , au niveau des nids d'aigles, un oratoire à la Mère de Dieu, Notre-Dame de Rocamadour. La population galico-romaine des belles vallées de Figeac et de Saint-Céré, qui l'apercevait parfois de loin sur la pointe acérée de ces montagnes nues et sauvages, dont la hauteur fait vertigineuse, le surnommait Amator Rupis de ce nom, le un seul qui nous est parvenu s'est changé en celui d'Amador, puis d'Amadour, comme plus convenant au dialecte du Midi.

La petite statue de la Sainte Vierge, Notre-Dame de Rocamadour, ressemblant à celles que les nouveaux chrétiens de Gaule vénéraient au creux des chênes, fut l'instrument de miracles en faveur des pèlerins fervents qui venaient l'invoquer dans son sanctuaire rocheux. Les pèlerins se multiplièrent et devinrent bientôt si fréquents, qu'une ville fut bâtie au pied du lieu saint. Cette ville, située dans une région désolée, sur un endroit improductif, et l'un des plus difficiles d'accès d'abord, devint néanmoins, grâce au dévouement de nos pères, l'une des principales villes du Quercy, elle eut des tours, des consuls et un blason dans lequel trois rochers d'argent figurés de lis d'or, sur un champ de gueules.

Au-dessus du clocher de l'ancienne église de Rocamadour, à une hauteur prodigieuse, s'élevait une citadelle destinée à protéger le riche sanctuaire de Marie ces bastions dont les contours se dessinaient fièrement sur les nuées, et qui recouvrent aujourd'hui le sol de leurs ruines, ne pouvait repousser les sombres disciples de Calvin, qui auraient vécu l'enfer lui-même pour l'or. La chapelle Notre-Dame de Rocamadour a aujourd'hui un meilleur rempart : sa pauvreté.

Ce pèlerinage à Notre-Dame de Rocamadour était célébré même au temps de Charlemagne le célèbre chevalier errant Roland, neveu de cet empereur, vint à Rocamadour en 778. Il offrit à la Sainte Vierge un don d'argent du poids de son épée, et après sa mort dans les champs de Roncevaux, cette épée fut apportée à Rocamadour. (Il est dit que l'épée Durandal y est encore visible.)

En l'an 1170, selon Roger de Hoveden, Henri II, roi d'Angleterre et duc de Guienne, par l'intermédiaire de sa femme Aliénor, vint à Notre-Dame de Rocamadour pour accomplir un vœu qu'il avait fait à la Sainte Vierge dans un long maladie dont il fut attaqué à La Motte-Gercei. Comme les terres limitrophes du Quercy n'aimaient guère l'Anglais, le monarque insulaire se protégea avec une petite armée pour faire ce pieux voyage. Henri a laissé des traces de sa munificence à la chapelle Notre-Dame et auprès des pauvres de Rocamadour.

Au nombre des pèlerins illustres, venus honorer Marie dans son sanctuaire montagnard, se compte Simon de Montfort, légat du pape Arnauld Amaury, qui fut ensuite évêque de Narbonne Saint Louis, accompagné de ses trois frères, par la reine Blanche de Castille , et Alphonse, comte de Boulogne, qui monta sur le trône de Portugal le roi Charles le Bel, le roi Jean, Louis XIl, et une multitude de puissants seigneurs.

Parmi les grands évêques qui ont visité, à différentes époques, la chapelle miraculeuse de Notre-Dame, nous trouvons un nom si cher à la littérature, à l'humanité et au catholicisme, que nous ne pouvons le laisser parmi la foule. Ce nom dont la France se croit honorée et qui commande le respect jusqu'à l'impiété même, est celui du cygne de Cambray. Consacré dès son berceau à Notre-Dame de Rocamadour, par sa pieuse mère, Fénelon vint plus d'une fois prier, au fond du Quercy, celle qui avait déposé sur ses lèvres un peigne de miel de l'Attique, et lui avait donné la courageuse sagesse qui il employait si noblement à l'instruction des rois. Deux tableaux, accrochés en ex-voto, dans le sanctuaire de Marie, représentent deux phases solennelles de son existence. Dans le premier, il est nouveau-né, et dort dans son berceau dans le second, étant jeune homme, et déjà médecin, il vient rendre hommage à cette divine Protectrice, pour le premier succès de son génie naissant. A quelque distance se trouve un tombeau, sur lequel il pleura et pria plus tard – celui de sa mère, dont le souhait était de dormir son dernier sommeil à l'ombre de l'autel de Marie, Notre-Dame de Rocamadour.

Parfois, ce n'étaient pas seulement des pèlerins isolés, mais des villes et des provinces en masse, qui se rendaient à Rocamadour. « En 1546, dit M. de Malleville dans ses Chroniques du Quercy, le 24 juin, jour et fête du Saint-Sacrement et de la Saint-Jean, était le grand pardon de Rocamadour. Le concours des gens du royaume et des étrangers était si grand, que plusieurs personnes, de tous âges et de chaque sexe, s'étouffèrent dans la foule, et un très grand nombre de tentes furent dressées dans le pays, sur tous côtés, comme un grand campement.

Les dons reçus par le sanctuaire de Rocamadour étaient d'une grande magnificence. Parmi elles figure la forêt du Mont-Salvy, donnée en 1119 par Odon, comte de La Marche, « à la Bienheureuse Marie de Roc-Amandour ». Les terres de Gornellas et Orbanella, « pour le bien des âmes de ses proches », par Alphonse IX, roi de Léon, en 1181.

En l'an 1202, Sancho VII, roi de Navarre, donna un revenu de quarante-huit pièces d'or pour l'éclairage de la chapelle Notre-Dame. En 1208, Savaric, prince de Mauléon, grand capitaine et troubadour célèbre, fit une aumône pure et perpétuelle, à la Bienheureuse Marie de Rocamadour, sa terre de Lisleau, en exonération absolue de tout impôt et charge. Le pape Clément V., en 1314, a laissé un héritage à la même église, « pour entretenir perpétuellement un cierge de cire allumé honorablement dans un vase ou plat ou en argent, dans la chapelle de la Bienheureuse Vierge Marie de Rocamadour, pour honorer cette Sainte Vierge. , et obtenez la délivrance de son âme.

Il serait trop long de citer aux autres bienfaiteurs de la chapelle de Marie toute l'étendue de ce rocher béni brillait d'ex-voto d'or, de perles et de pierres précieuses. Des princesses espagnoles avaient travaillé de leurs propres mains ses riches tentures, et quatorze lampes d'argent massif, dont les chaînes torsadées formaient un magnifique réseau, éclairaient nuit et jour Notre-Dame de Rocamadour.

Par un contraste qu'on ne trouve nulle part ailleurs que dans la chrétienté, l'autel de la Vierge était en bois, comme au temps de saint Amadour, et l'image miraculeuse était une petite statue de chêne foncé, très grossièrement sculptée. Un objet remarquable dans le toit de la chapelle, dans un beffroi, entouré de vitres brillantes de verre peint, était une petite cloche sans corde, qui sonnait d'elle-même chaque fois qu'il plaisait à l'étoile de la mer de manifester sa puissance en faveur des navires en détresse qui l'appelait au milieu des solitudes de l'océan.

La Vierge du Quercy était une proie trop précieuse pour échapper au protestantisme. Le 3 septembre 1592, Duras prend possession de Rocamadour. Les croix furent brisées, les images défigurées, les riches vêtements brûlés et déchirés en lambeaux, les cloches fondues, et le corps de saint Amadour, brisé à coups de marteau, fut profane jeté dans les flammes. Les athées de 1793 ont scellé ces ravages.

A l'heure actuelle, les tours de la ville sont ensevelies sous le gazon des arbustes poussent sur les ruines de la citadelle des touffes d'herbes poussent entre les pierres disjointes de la magnifique volée de deux cent soixante-dix-huit marches, qui mène de la ville au sanctuaire aéré de Marie. La guitare des cantadours du Languedoc ne célèbre plus les miracles de Notre-Dame de Rocamadour, et le vent de la nuit seul siffle dans cette antique chapelle dont l'orgue a été enlevé par économie. La Sainte Vierge de Rocamadour pourrait maintenant s'appeler la Vierge des Ruines, et pourtant elle fait encore des miracles.

*extrait de la Vie de la Bienheureuse Vierge Marie, avec l'Histoire de la dévotion à elle de Mathieu Orsini, traduit du français.


Sanctuaire de Rocamadour - Histoire

Le charmant village de Rocamadour se trouve à l'extrémité est de la région, de l'autre côté de la frontière entre la Dordogne et le département du Lot. Chaque année, le petit village de Rocamadour (environ 600 habitants), dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, reçoit plus d'un million de visiteurs. Pourquoi si populaire ?

D'abord parce que Rocamadour est une importante destination de pèlerinage, et ce depuis 1000 ans. Construit sur le site d'un sanctuaire dédié à une Vierge, le sanctuaire est devenu célèbre pour ses pouvoirs de guérison et est rapidement devenu une étape sur le chemin de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Campostelle.

La deuxième raison est due au cadre magnifique et spectaculaire du village, grimpant à flanc de falaise.

Rocamadour fait partie des Grands Sites de France. Il a également été élu « village préféré des Français 2016 » par les téléspectateurs d'une chaîne de télévision française. C'est également un site du patrimoine mondial de l'UNESCO dans le cadre de la route des pèlerins du «Chemin de Saint-Jacques». Rocamadour est l'une des destinations touristiques les plus importantes de France.

Que faire et voir à Rocamadour

Rocamadour a plusieurs points forts qui méritent d'être explorés, même si c'est le «village comme une unité parfaite» qui est vraiment la grande attraction.

Le village s'accroche au flanc de la falaise au-dessus de la rivière Alzou et est si parfait qu'il est à couper le souffle. Pour les meilleures vues du village dans son intégralité, rendez-vous à l'Hospitalet.

Comme le village épouse la falaise, il se compose principalement d'une longue rue étroite pavée, la rue de la Couronnerie, bordée de maisons médiévales, dont plusieurs sont remarquables et dont beaucoup sont impressionnantes, et auxquelles on accède par des portes fortifiées en pierre. La Porte du Figuier et la Porte Salmon sont les deux principales portes d'entrée.

De la rue de la Couronnerie, vous arrivez à une série de marches monumentales appelées le Grand Escalier. Celles-ci mènent à une petite place entourée de 8 édifices religieux importants. Il y a 216 marches au total, une fois gravies par les pèlerins à genoux. Si vous parvenez à persuader vos enfants de monter jusqu'au Grand Escalier sans se plaindre, vous faites du bon travail !

Une petite chapelle a été construite à flanc de falaise en 1105 et en 1112 l'abbé de Tulle est venu habiter ici et en 1148 un premier miracle a été annoncé et les pèlerins ont commencé à arriver. L'argent des pèlerins a financé la construction d'une grande basilique, la basilique Saint-Sauveur, puis d'autres édifices religieux ont été construits également dans cet espace relativement petit.

Les édifices religieux ici comprennent la Chapelle Notre Dame qui abrite la Vierge Noire la basilique Saint-Sauveur la chapelle Saint-Michel et le Palais des Evêques (Palais des Eveques) et plusieurs chapelles.

La statue de la Vierge noire était le principal attrait des pèlerins. Dans la même chapelle se trouve la cloche miraculeuse censée sonner lorsqu'un miracle se produit en mer et que la vie d'un marin est sauvée. Parmi les pèlerins célèbres qui se sont rendus à Rocamadour figurent Henri II d'Angleterre, Aliénor d'Aquitaine, Louis IX de France, Charles IV de France et Louis XI de France.

Si vous avez encore un peu d'énergie (ou si vous avez pris l'ascenseur plutôt que marché), continuez et montez le long du chemin ombragé en direction de L'Hospitalet, destination finale des pèlerins et lieu idéal pour des vues imprenables sur la région.

Il faut admettre qu'un million de visiteurs par an dans un petit village signifie que Rocamadour est très souvent surchargé, et vous devriez visiter tôt le matin ou hors saison si possible. Mais foule ou pas, elle reste incontournable si vous êtes dans cette partie de la région Dordogne/Lot.

Une fois que vous avez exploré les édifices religieux, prenez le temps de vous promener dans la rue principale. Il regorge de cafés, de restaurants et de petites boutiques intéressantes.

A visiter aussi à Rocamadour et aux alentours

A ne pas manquer près de Rocamadour, le Gouffre de Padirac - l'une de nos grottes préférées en France.

Également pratiquement à l'intérieur du village, les grottes de la Grotte Préhistorique des Merveilles sont appréciées à la fois pour les formations rocheuses et les peintures rupestres vieilles de 20 000 ans qu'elles contiennent (entrée à 100 mètres de l'office de tourisme de Rocamadour). Ceux-ci sont ouverts d'avril à novembre, de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 et de 9h30 à 19h00 en juillet et août. La visite dure environ 40 minutes.

Également à Rocamadour se trouve la Maison des Abeilles, la Maison des Abeilles, où vous pourrez découvrir l'importance historique de l'apiculture dans la région.

Si vous voyagez avec des enfants, la Forêt des Singes à Rocamadour est une forêt où vivent plus de 100 singes en relative liberté. En vous promenant dans le parc, il existe diverses occasions d'observer les singes de près.

Les plus beaux villages de Loubressac et Carennac sont proches de Rocamadour ainsi que la merveilleuse ville de Martel.

Sur la rivière entre Rocamadour et Calès il y a un moulin que vous pouvez visiter. Le Moulin de Cougnaguet est un impressionnant moulin médiéval qui fonctionne encore aujourd'hui

Endroit préféré à proximité

La jolie ville de Martel est à proximité. Avec ses sept tours et sa jolie place avec une grande halle en pierre et le Palais de la Raymondi, il y a beaucoup de belle architecture à admirer.

Vous pouvez également prendre le train panoramique sur un train à vapeur de Martel à Saint-Denis pour de magnifiques vues sur le Haut-Quercy.

Visite un mercredi ou un samedi matin pour profiter du marché animé.


Histoire 1866-1880

Le père Francis Xavier Weninger, un célèbre missionnaire jésuite, est venu à la paroisse Saint-Joseph pour prêcher une mission. Le père Weninger prêchait alors le bienheureux Peter Claver, qui était censé avoir de grands pouvoirs d'intercession auprès de Dieu. Mme Strecker, qui a assisté au service, a été si impressionnée qu'elle s'est précipitée chez elle pour implorer son mari mourant de demander de l'aide par l'intercession du bienheureux Pierre Claver.

Le lendemain, mercredi 16 mars 1864, M. Strecker parvint à se traîner jusqu'à l'église. Il est arrivé juste au moment où le père Weninger bénissait la congrégation avec une relique du bienheureux Pierre Claver. Voyant l'extrême faiblesse de M. Strecker, le prêtre lui a permis d'embrasser la relique. Immédiatement, Strecker a semblé connaître un regain de force. Il a commencé à guérir et quelques jours plus tard, il est retourné à son travail. En quelques mois, il a retrouvé sa pleine santé.

Deux ans après cette guérison spectaculaire, Mgr Michael O'Connor, SJ, a mené une enquête canonique approfondie sur l'incident. En 1887, le miracle fut formellement déclaré authentique par le cardinal Bianchi à Rome. Ce miracle a été choisi comme l'un des deux miracles requis dans le processus de canonisation du bienheureux Pierre Claver. Peter Claver a été canonisé saint l'année suivante. L'église Saint-Joseph est devenue la seule église de Saint-Louis à être le site d'un miracle authentifié par le Vatican. Il a développé une légende d'assistance aux affligés.

En août 1866, les travaux de réaménagement de l'église progressent. Pendant ce temps, il y a eu une épidémie de choléra à Saint-Louis. La paroisse Saint-Joseph à elle seule connaissait jusqu'à 20 enterrements par jour ! Le choléra, on le sait maintenant, est causé par l'eau potable contaminée et était contagieux. Les Pères Jésuites et les Frères de Saint-Joseph ont fait ce qu'ils ont pu pour aider le peuple. Même les plus grands esprits médicaux de l'époque ne savaient pas comment combattre cette maladie mortelle.

Au plus fort de l'épidémie, le Père Joseph Weber, curé de la paroisse Saint-Joseph a réuni les paroissiens. Un vœu solennel a été fait à saint Joseph, que si, par son intercession, Dieu protégeait les paroissiens de l'épidémie de choléra, ils érigeraient un monument approprié à leur patron titulaire en action de grâces. Puis et là, la congrégation a promis un montant initial de 4 000,00 $ à cette fin (environ 82 600,00 $ aujourd'hui).

À partir de ce jour, aucun membre de la famille qui avait signé le vœu et le serment n'est mort de la maladie redoutée. La paroisse a décidé qu'un monument approprié à Saint-Joseph, pour exprimer leur gratitude, serait un autel spécial installé pour leur église nouvellement rénovée.

Les Bueschers de Chicago, célèbres pour leurs œuvres d'art religieux, ont été employés pour sculpter un autel élaboré. Il a été conçu comme une réplique de l'autel de Saint-Ignace dans l'église du Gesugrave, l'église mère des jésuites à Rome. La seule exception était que la figure de saint Joseph et de l'enfant Jésus serait substituée comme figures centrales à la place de la figure de saint Ignace. Sous les chiffres centraux apparaissent les mots : "Ite annonce Joseph" Allez voir Joseph.

Connu sous le nom d'autel des prières exaucées, en raison de son origine, cette belle œuvre peut encore être vue au sanctuaire Saint-Joseph, où elle sert d'autel principal. Il a été installé au début de 1867, pour un coût total de 6 131,00 $ (environ 130 400,00 $ aujourd'hui). Les paroissiens reconnaissants ont levé les fonds supplémentaires, au-dessus de leur engagement initial, en reconnaissance de leur délivrance de l'épidémie de choléra.

Le remaniement primaire a été achevé en 1866. Le père Pierre Jean De Smet, SJ, célèbre missionnaire auprès des Indiens, a officié aux services de dédicace le 30 décembre 1866.


Rocamadour en Dordogne - un petit village avec une grande histoire

Rocamadour est un tout petit village du département du Lot, dans le sud-ouest de la France. Il repose dans les gorges de la rivière Alzou, un affluent de la Dordogne. Rocamadour a une population permanente d'environ 600 habitants mais reçoit plus de 1,5 million de visiteurs par an du monde entier.

Rocamadour associe trois atouts distincts qui en font un lieu si inspirant où passer du temps. Tout d'abord, le spectacle initial de la ville blottie contre le flanc d'une immense falaise de calcaire est d'une fascination et d'une beauté énormes. Deuxièmement, Rocamadour prend en charge l'architecture pré-médiévale survivante. Certains exemples ont leurs origines remontant à près de 1000 ans et peuvent être explorés par tous les visiteurs. Et troisièmement, le village est étroitement associé aux origines primordiales du christianisme français qui continue d'attirer de nombreux pèlerins encore aujourd'hui au XXIe siècle.

Rocamadour est approché en empruntant des routes de montagne assez étroites et sinueuses. La première vue du village est assez extraordinaire. Les bâtiments intemporels et anciens semblent presque collés sur la face escarpée d'une falaise rocheuse. Les visiteurs se demanderont pourquoi diable tout n'a pas été érodé par les ravages du temps il y a des siècles. Le village crée en quelque sorte un sentiment de permanence mystérieuse. Il serait tout à fait impossible de contracter une hypothèque sur l'une des propriétés de la rue auprès d'une banque moderne de nos jours. Cependant, de nombreux bâtiments sont toujours là après des centaines d'années.

L'arrivée dans le village vers sa seule rue proéminente, la rue de la Couronnerie, renforce l'idée d'endurance. Il y a des magasins, des restaurants, des maisons et des hôtels qui semblent presque sortir de la paroi calcaire. Ils semblent complètement protégés et abrités par l'existence même de structures naturelles primitives.

Rocamadour semble avoir toujours été un abri naturel. L'histoire raconte qu'un ermite paléochrétien appelé Zachée de Jéricho en fit sa dernière demeure dès l'an 70 après JC. On pense qu'il était l'époux de sainte Véronique qui avait essuyé le visage du Christ lors du voyage au Calvaire. Certains historiens pensent que Zachée avait en fait conversé avec Jésus. Certains pensent que le village a été nommé d'après lui en tant qu'amoureux du rock (roc amator).

Pour les croyants chrétiens, un lieu très sacré de Rocamadour s'appelle le Parvis des Sanctuaires. Les touristes doivent porter une tenue correcte ici pour leur visite. L'un des anciens bâtiments de cette place s'appelle la chapelle de la Dame. Dans celui-ci est logée la statue de &lsquoLa Vierge Noire&rsquo. Il s'agit d'une figure grossièrement sculptée en bois mais présentant des traits du visage très distincts et frais. Le nom vient de la couleur noire du bois révélée sous la peinture très usée. La sculpture proviendrait du XIIe siècle malgré l'apparence expressive et récente du visage. Un livre a été écrit en 1172 détaillant 126 miracles associés à la sculpture. La présence de la Vierge en bois sculpté fait de Rocamadour un lieu très saint à visiter pour les pèlerins. Un certain nombre de miracles ont impliqué la préservation de la vie de marins français en péril en mer. Un grand voilier sculpté conservé dans le toit de la chapelle de la Dame commémore cela. Une petite cloche en fer, toujours dans la voûte de la chapelle, aurait sonné d'elle-même après ces événements apparemment miraculeux.

Parmi les structures du Parvis repose le tombeau vide d'un Saint qui a été appelé Rocamadour. En 1166, le corps finement conservé de la sainte est découvert dans un tombeau reposant près du seuil de la chapelle de la Dame. Certains étudiants pensent que saint Rocamadour et Zachée étaient peut-être la même personne. L'histoire est devenue un peu brouillée avec le temps. L'association de la "Vierge Noire" et du tombeau vide font de Rocamadour un lieu de pèlerinage international. Le corps curieusement conservé de Saint-Rocamadour a été détruit pendant la guerre de Cent Ans par les Anglais. Sa tombe vide est maintenue pour que les visiteurs puissent la voir à proximité de son emplacement d'origine.

Au bout de la rue principale, 216 marches montent jusqu'au sanctuaire de Notre-Dame dans la chapelle. Au cours des siècles passés et parfois aussi aujourd'hui, les pèlerins se déplacent à genoux en avançant le long de ces escaliers. Ils s'arrêtent à chacun et récitent des prières à l'aide de leur chapelet. Rocamadour est considérée par beaucoup comme un lieu de ressourcement un peu comme Lourdes, la célèbre ville bien plus au sud. Rocamadour est l'un des nombreux sites français qui ont toujours été associés aux miracles.

Two outside walls, close to the Chapel, support some of France&rsquos earliest known external paintings. The most interesting is one of two skeletons armed with javelins. They represent a moral tale from the 15thcentury concerning the Three Living and the Three Dead. Time and the weather are slowly eroding away the paint but they remain plainly visible.

Rocamadour presents so many ancient buildings to visit that reflect the Christian origins of the village. The houses in the main street have been built over earlier medieval constructions but a number of features from much earlier times remain. The hospital gate is the remains of an archaic emporium that provided treatment and comfort to pilgrims who had travelled long journeys to find the settlement. Further into Rocamadour, visitors will pass through two entrance gates. The first is the Porte du Figuier where the main street begins. La Porte Salmon lies at the other end of Rue de la Couronnerie. Beyond that, the pilgrim steps up to the Palais Abbatatial and the Shrines begin. A few of the much earlier pilgrims were censored criminals from the courts. They were chained at their necks and their feet. Their progress was hard going ascending the steps, but on arrival at the Shrine, they were blessed by a priest and released.

The palace houses many Christian features including priceless stained glass windows, works of medieval art and carvings. It is occupied by nuns living in a convent and their order is very strict. To become a member of this nunnery today would require the most sophisticated commitment. The nuns run their lives amongst, but separate from, the cosmopolitan collection of tourists that fill the village all year round.

Attached to the palace, as you pass through it, is the Saviour Basilica. You can leave this via a tunnel and then pass through a further arch, the St. Martel Gate, leading to a track climbing up to the &lsquoChateau Remparts&rsquo. This chateau was built to provide protection from hostile attack from the plateaux just above. It is surrounded by robust walls and rampart fortifications. Observation from these ramparts provides a most splendid sight of the Alzou River and a panoramic view of the village lying beneath. There is so much to see and visit in Rocamadour for visitors who are interested in the origins of Christianity and early French architecture. The atmosphere in the village is peaceful, solemn and sophisticated.

Back in the main street, life is more familiar. There are a number of high quality hotels and restaurants for visitors to use. The style of service is elegant everywhere and serves as a reminder of a more recognisable and routinely modern lifestyle.

Join all the tourists if you are staying in that region and gaze at the strangely spiritual endurance of Rocamadour. The village is immersed in long held values that have been respected by French people for many centuries.


What to see in Rocamadour

Rocamadour is a small clifftop village overlooking the Alzou Valley in the Lot, south-central France. In an area that’s brimming with outstandingly beautiful sites and towns including medieval time warp town Sarlat and the extraordinary Gouffre de Padirac, an underground cave where you can take a boat ride – Rocamadour more than holds its own. It’s like a real life Game of Thrones town… quite simply, divine.

History of Rocamadour

Rocamadour is a popular destination for tourists – and also for pilgrims. In fact pilgrims have visited for many centuries, drawn to see the Shrine of Our Lady of Rocamadour, a complex of religious structures centred on a miraculous statue of the Virgin Mary, as well as the tomb of an ancient saint.

Legend has it that Zaccheus of Jericho who was said to have conversed with Jesus, fled to Rocamadour to escape persecution. It’s said he took with him a statue of Mary. He died there in about 70AD. Soon after, pilgrims started to arrive and many reported miraculous happenings. Then, as today, there were 216 rocky steps known as the Grand Escalier, leading to the Chapel of our Lady. Pilgrims would often climb on their knees. Kings and clerics came in number.

In 1166, the fame of Rocamadour rocketed when a perfectly preserved body was found in an ancient grave near the Chapel of our Lady. It was said the body was that of Saint Amadour. He was a 4th century hermit but not much is known about him.

What to see at Rocamadour

It makes your heart beat and your mind boggle when you climb the Grand Escalier staircase (there is a lift too). It’s worth the climb for the amazing views over the countryside. And for the incredible architecture.

The statue of Mary, known as the Black Madonna, bought by Zaccheus can be seen (historians say it probably dates to sometime between the 9 th century to the 12 th century) in the Chapelle de Notre-Dame. You’ll also see sailboat models suspended from the ceiling. They are offered by sailors who prayed to Mary for safe passage and delivery from shipwreck. Above the door leading to the chapel is an iron sword that, according to legend, belonged to the knight Roland, nephew of Charlemagne. As he lay dying from battle wounds, he called upon the Archangel Michael to help him throw it so it wouldn’t fall into enemy hands. It landed several hundred kilometres away in the cliff at Rocamadour. You can see it, embedded in the stone (and looking very 18 th century).

Incredible architecture

Backed against the cliff, the Basilique St-Sauveur was built in the Romanesque-Gothic style from the 11th to the 13th centuries. It’s decorated with paintings and inscriptions recalling celebrity visits including Philippe the Handsome.

The 12th-century Romanesque Chapelle St-Michel is sheltered by an overhanging rock. Inside are well-preserved frescoes dating from the 12th century.

The Chapelle Miraculeuse contains the Tomb of Saint Amadour. Hanging from the roof is a cast iron bell, a cloche miraculeuse, which dates to the 8th century, said to ring out whenever a sailor is saved at sea since the statue is revered by sailors. There is no rope or spring, when it rings, it is said to be a miracle though the when it rang in 2008 it was thanks to a priest who acknowledged the rescue of two sailors saved from stormy waters after they apparently prayed to Our Lady of Rocamadour.

Lower town of Rocamadour

In the lower town, a long road follows the line of the cliff below the sanctuary. It’s lined with souvenir shops, dozens of cafés and restaurants, just as it has been for hundreds of years.

Getting There

By train: From Paris Austerlitz station, trains depart regularly in the direction of Toulouse. At Brive-la-Gaillarde, change trains for Rocamadour.


Shrine of St. Joseph St. Louis, MO | History 1880-1954

History 1880-1954 In 1880, the church was once again enlarged and remodeled. This work, which was completed in 1881, included the addition of an elaborate Romanesque face and twin towers surmounted with delicate cupolas.

After the Jesuits left the parish, it was staffed by a priest of the Archdiocese. Further alterations had to be made in 1954, under the supervision of the Shrine's pastor, Father Anthony Corey. At this time, for reasons of safety, the beautiful original towers were shortened and the cupolas replaced by heavier hexagonal caps. This altered the exterior of the building considerably and detracted from its former beauty.

While now owned by the Archdiocese of St. Louis, the Shrine of St. Joseph is leased to The Friends of the Shrine of St. Joseph, Inc. - a not for profit 501(c)3 corporation. All donations are tax deductible to the extent allowable by law.

Read more Shrine history from the years 1955 to 1979.

Read about how the main Altar became known as the &ldquoAltar of Miracles&rdquo.

Want to arrange a tour or have your wedding at the Shrine?


Site Information
Names:Rocamadour Shrine · Shrine of Our Lady of Rocamadour
Categories:churches shrines
Styles:Romanesque Gothic
Dedication: Virgin Mary, Zaccheus of Jericho
Rendez-vous:11th-13th C
Status: actif
Visitor and Contact Information
Coordinates:44.799131° N, 1.617029° E
Adresse:Place St-Amadour
Rocamadour, France
Téléphone:05-65-33-23-23
Hours:Daily 9am-7pm
Lodging:View hotels near Rocamadour Shrine
Note: This information was accurate when first published and we do our best to keep it updated, but details such as opening hours and prices can change without notice. To avoid disappointment, please check with the site directly before making a special trip.

Below is a location map and aerial view of Rocamadour Shrine. Using the buttons on the left (or the wheel on your mouse), you can zoom in for a closer look, or zoom out to get your bearings. To move around, click and drag the map with your mouse.

Sacred Destinations is an online travel guide to sacred sites, religious travel, pilgrimages, holy places, religious history, sacred places, historical religious sites, archaeological sites, religious festivals, sacred sites, spiritual retreats, and spiritual journeys.

Sacred Destinations is an independent editorial publication. It is not the official website of any sacred site or religious building listed here.

Except where indicated otherwise, all content and images © 2005-2021 Sacred Destinations. Tous les droits sont réservés.


Voir la vidéo: Bénévolat été 2021 - Viens servir et te ressourcer auprès de Notre-Dame de Rocamadour! (Décembre 2021).