Informations

Véhicule de combat d'infanterie Warrior (Royaume-Uni)


Photographie d'un véhicule de combat d'infanterie Warrior prise par Peter Antill.


Une nouvelle réflexion sur les «batailles rapprochées» a scellé la disparition du véhicule British Warrior

/>Des soldats britanniques se tiennent près de leur véhicule blindé Warrior dans une brume matinale alors qu'ils se préparent à entrer dans la ville d'Az Zubayr depuis la base logistique de Shaibah dans le sud de l'Irak le 15 décembre 2005. (Matt Dunham/AP)

LONDRES et WASHINGTON – La modification des priorités du champ de bataille a été l'une des raisons de la décision de l'armée britannique d'abandonner le programme de mise à jour des véhicules de combat d'infanterie Warrior dans le récent examen de la défense, de la sécurité et de la politique étrangère, selon le chef de l'armée britannique, le général Sir Mark Carleton-Smith.

S'adressant à Defence News lors d'une récente visite à Washington, Carleton-Smith, chef d'état-major de l'armée, a déclaré que le dessaisissement du véhicule vieillissant libère de l'argent pour investir dans d'autres équipements mieux adaptés à la façon dont la composante terrestre se battra effronté.

«Nous devons réinventer la façon dont la bataille rapprochée est menée. Et je pense que la plupart des batailles rapprochées à l'avenir ressembleront beaucoup plus à Mossoul, à Raqqa et à Fallujah qu'à la plaine d'Europe centrale », a expliqué Carleton-Smith. "Par conséquent, l'utilité d'un [véhicule de combat d'infanterie] afin de manœuvrer des troupes au sol débarquées dans des positions défensives fixes, me semble moins prioritaire que de pouvoir déployer rapidement de l'infanterie sur de grandes distances stratégiques."

L'examen de la sécurité, publié en mars, a mis fin aux plans de mise à niveau approfondie du Warrior, pratiquement obsolète, alors que l'armée britannique et les autres forces armées se sont lancées dans une politique de transformation vers l'ère de l'information et loin des plates-formes traditionnelles.

Depuis 2011, Lockheed Martin UK dirige l'effort de développement pour mettre à jour Warrior avec un nouveau canon et une tourelle numérisée, une meilleure protection et d'autres améliorations.

Le programme de mise à niveau a maintenant sept ans de retard et dépasse le budget de plus de 225 millions de livres sterling (319 millions de dollars), Lockheed pointant du doigt le ministère de la Défense pour une grande partie du retard. Pourtant, jusqu'à la publication de l'examen de la sécurité, le programme devait aller de l'avant en attendant l'approbation par le gouvernement d'un accord de production de plus de 800 millions de livres sterling (1,1 milliard de dollars) pour mettre à jour environ 275 véhicules.

L'annulation du programme de modernisation a déjà eu ses conséquences industrielles. Lockheed a annoncé des suppressions d'emplois sur le site d'Ampthill, dans le sud de l'Angleterre, où il a investi dans la création d'un centre d'excellence de tourelles.

La société fournit également à General Dynamics UK des tourelles pour sa flotte de véhicules de reconnaissance blindés Ajax actuellement en production pour l'armée britannique, et cherche des opportunités d'exploiter ses capacités de tourelle dans d'autres programmes.


Famille de véhicules de combat d'infanterie Desert Warrior

La famille de véhicules Desert Warrior a été adaptée pour les opérations dans des conditions désertiques hostiles. Entre 1987 et 1995, 789 FV510 Warriors ont été produits pour l'armée britannique et 254 véhicules de combat d'infanterie Desert Warrior ont été fabriqués pour la Force terrestre koweïtienne.

Les véhicules de la section Warrior transportent le conducteur, le commandant, le tireur et sept soldats entièrement équipés ainsi que des fournitures et des armes pour une journée de champ de bataille de 48 heures dans des conditions NBC (nucléaire / biologique / chimique).

Le Warrior s'adapte à une gamme de rôles avec des ajustements d'armes allant des pistolets mitrailleurs aux canons de 90 mm, aux mortiers et aux systèmes de missiles. Le Warrior est en service dans les variantes suivantes : véhicules de section d'infanterie, commandement d'infanterie, véhicules de réparation, véhicules de dépannage, véhicules de poste d'observation, commandement d'artillerie et porte-armes guidés antichars.


L'armée britannique n'a pas acheté de nouveaux véhicules blindés depuis un quart de siècle

Soldats du 1er Bataillon Princess of Wales's Royal Regiment dans leur combat d'infanterie guerrière . [+] Véhicules pendant l'exercice OTAN Allied Spirit 8.

Dans quelle mesure les responsables des grands programmes d'équipement de l'armée britannique sont-ils incompétents ? Bien qu'elle ait dépensé des milliards de dollars depuis 1997, l'armée n'en a livré aucun - c'est vrai, zéro— de nouveaux véhicules de combat blindés aux unités de première ligne.

Un quart de siècle d'efforts inutiles a laissé à l'armée une flotte de plus en plus réduite et obsolète de chars, de véhicules de combat et de reconnaissance et de véhicules blindés de transport de troupes. Une nouvelle « revue intégrée », à l'échelle du gouvernement, qui doit être publiée cette semaine, menace de nouvelles réductions dans une force blindée déjà insuffisante.

Imaginez maintenant une guerre avec la Russie le long de la frontière orientale de l'OTAN. L'alliance s'attendrait à ce que l'armée britannique se joigne aux combats. Mais il n'est pas clair que les Britanniques avec leurs stocks décroissants de véhicules anciens auraient beaucoup à offrir.

Un comité de la Chambre des communes a résumé le triste état des forces lourdes de l'armée britannique dans un rapport du 9 mars.

"Nous sommes étonnés qu'entre 1997 et fin 2020 (à l'exception d'un petit nombre de véhicules blindés d'ingénierie et de véhicules de mobilité protégés Viking), le ministère n'ait pas livré un seul nouveau véhicule blindé du programme d'approvisionnement de base en service opérationnel avec l'armée", les enquêteurs du comité ont écrit.

Une bataille aérienne sans effusion de sang a fait rage autour de Taïwan cette semaine alors que les forces américaines et chinoises s'entraînaient pour la guerre

Pourquoi le plan de l'armée de l'air pour combattre la Chine pourrait rendre la guerre nucléaire plus probable

Des drones équipés de radars pourraient protéger les navires de la marine américaine des missiles hypersoniques Mach 10

Les problèmes ont commencé à la fin de la guerre froide. "La perte perçue d'une menace difficile mais connue sous la forme des forces blindées de l'Union soviétique et du Pacte de Varsovie signifie que l'armée britannique a eu du mal à redéfinir son rôle", a expliqué le comité.

« Depuis au moins les années 1990, il a essayé de passer à des forces blindées de poids moyen plus déployables, adaptées à la guerre expéditionnaire contre des adversaires imprévisibles. Cependant, l'indécision concernant les besoins, le désir d'avoir la dernière technologie (immature), l'expérience opérationnelle et un manque de financement stable pour ses programmes signifient que la flotte [de véhicules de combat blindés] de l'armée britannique est actuellement confrontée à une obsolescence massive et nécessite un financement important pour la modernisation. "

Chaque type de véhicule majeur souffre de sa propre crise unique. Mais le ministère britannique de la Défense a minimisé les problèmes. "L'[Integrated Review] fournira des ressources pour fournir une force blindée améliorée et en réseau pour faire face aux menaces futures", a tweeté le bureau de presse du ministère.

Le char Challenger 2 est le véhicule le plus lourd et le plus puissant de l'armée. Après plusieurs séries de réductions de forces depuis la fin de la guerre froide, seuls 227 des 70 chars de 70 tonnes sont en service.

Le Challenger 2 avec son canon rayé de 120 millimètres était un char de classe mondiale lorsqu'il a fait ses débuts en 1998. Mais l'armée n'a pas déjà considérablement amélioré le véhicule. Pour mettre cela en perspective, au cours des 23 années écoulées depuis l'entrée en service du Challenger 2, l'armée américaine a développé et mis en service plusieurs nouvelles versions de son propre char M-1.

Pendant des années, l'armée britannique a bricolé divers concepts de mise à niveau, notamment de nouveaux capteurs, de l'électronique, des systèmes de contrôle de tir et des systèmes automobiles. La mise à niveau la plus ambitieuse remplacerait entièrement la tourelle existante du char.

Les responsables étaient censés couper le contrat pour l'effort d'un milliard de dollars l'année dernière. Mais la date limite est venue et est passée sans signature.

Les observateurs s'attendent à ce que l'examen intégré réduise la flotte Challenger 2 à environ 150 chars. La question de savoir si ces chars restants obtiendront un jour leurs mises à niveau longtemps retardées reste une question ouverte.

Les 759 véhicules de combat d'infanterie Warrior de l'armée transportent l'infanterie au combat. Le véhicule à chenilles de 28 tonnes arbore une tourelle avec un canon non stabilisé de 30 millimètres. Le manque de stabilisation signifie qu'un guerrier ne peut pas tirer avec précision tout en se déplaçant.

Comme le Challenger 2, le Warrior n'a pas été mis à jour du tout au cours de ses 37 années de service. Le manque de stabilisation de son arme est un manque à gagner particulièrement flagrant. Il y a douze ans, l'armée a lancé un programme de mise à niveau complet qui vise à ajouter une toute nouvelle tourelle avec un canon de 40 millimètres sur mesure.

Mais ce programme a dépensé un demi-milliard de dollars sans encore mettre à jour un seul véhicule. Les critiques accusent l'insistance étrange de l'armée de développer un nouveau pistolet au lieu d'installer un canon moderne et standard.

L'examen intégré pourrait mettre fin à l'effort de mise à niveau et mettre au rebut toute la flotte Warrior, laissant l'armée sans véhicule de combat d'infanterie à chenilles.

Les véhicules de reconnaissance des véhicules de combat (à chenilles) de l'armée ont en moyenne 50 ans. Un remplacement est en route, quoique tardivement et avec la confusion et la mauvaise gestion habituelles. Le nouveau véhicule de reconnaissance à chenilles Ajax se décline en plusieurs variantes pour le repérage, l'ingénierie et d'autres tâches.

L'armée a commandé 598 véhicules de 40 tonnes. Ils devaient entrer en service en 2019. Deux ans plus tard, les troupes attendent toujours. « On ne sait pas exactement ce qui a causé ce retard », a noté le comité de la Chambre des communes. Mais il y a des indices que le canon de 40 millimètres de l'Ajax - le même canon boutique que l'armée voulait adapter au Warrior - est la racine du problème.

Il n'est pas du tout prévu de remplacer les 500 véhicules de transport de troupes blindés à chenilles FV432 d'époque des années 1960, mais un effort séparé pour introduire un APC à roues pourrait enfin produire à court terme un véhicule prêt au combat.

Après une décennie de retards, il y a deux ans, le ministère britannique de la Défense a conclu un contrat de 3 milliards de dollars pour 508 APC à roues Boxer. Le premier lot devrait entrer en service en 2023.

Les Boxers de 40 tonnes sont un point lumineux dans le portefeuille de véhicules de l'armée. "Nous nous félicitons de la décision de se procurer le Boxer", a déclaré le comité, tout en notant que les APC auraient été prêts une décennie plus tôt si les bureaucrates n'avaient pas traîné les pieds.

Un programme réussi, bien que tardif, ne peut pas sauver l'armure de l'armée britannique, selon l'évaluation du comité. Les réservoirs sont trop vieux et trop peu nombreux. Les véhicules de combat d'infanterie obsolètes sont probablement en voie de disparition. Les APC à chenilles sont plus vieux que tous ceux qui les utilisent et il n'y a pas de plan clair pour les remplacer. Les nouveaux véhicules de reconnaissance à chenilles et les APC à roues sont en retard et trop peu nombreux.

Le ministère de la Défense a ignoré le rapport du comité. "La modernisation des capacités blindées ne remplace pas le 'like for like' mais intègre [sic] de nouvelles technologies et modes de fonctionnement", a tweeté le service de presse du ministère.

La conséquence ultime de cet échec générationnel n'est pas difficile à prévoir. Si, dans une guerre à venir, l'armée britannique peut encore déployer une division de combat avec au moins une brigade blindée - et c'est loin d'être gagné d'avance - cette division pourrait être inégale en termes d'équipement et de conception.

Il pourrait avoir de nouveaux véhicules de poids moyen. Mais le reste de ses AFV pourrait être incapable de faire correspondre un pour un un plus grand nombre de véhicules russes.


Une nouvelle réflexion sur les «batailles rapprochées» a scellé la disparition du véhicule British Warrior

LONDRES et WASHINGTON (Defensenews) : La modification des priorités du champ de bataille a été l'une des raisons de la décision de l'armée britannique d'abandonner le programme de mise à jour des véhicules de combat d'infanterie Warrior dans le récent examen de la défense, de la sécurité et de la politique étrangère, selon le chef de l'armée britannique, le général Sir Mark Carleton. -Forgeron.

S'adressant à Defence News lors d'une récente visite à Washington, Carleton-Smith, chef d'état-major de l'armée, a déclaré que le dessaisissement du véhicule vieillissant libère de l'argent pour investir dans d'autres équipements mieux adaptés à la façon dont la composante terrestre se battra effronté.

«Nous devons réimaginer la façon dont la bataille rapprochée est menée. Et je pense que la plupart des batailles rapprochées à l'avenir ressembleront beaucoup plus à Mossoul, à Raqqa et à Fallujah qu'à la plaine d'Europe centrale », a expliqué Carleton-Smith. "Par conséquent, l'utilité d'un [véhicule de combat d'infanterie] afin de manœuvrer des troupes au sol débarquées dans des positions défensives fixes, me semble moins prioritaire que de pouvoir déployer rapidement de l'infanterie sur de grandes distances stratégiques."

L'examen de la sécurité, publié en mars, a mis fin aux plans de mise à niveau approfondie du Warrior, pratiquement obsolète, alors que l'armée britannique et les autres forces armées se sont lancées dans une politique de transformation vers l'ère de l'information et loin des plates-formes traditionnelles.

Depuis 2011, Lockheed Martin UK dirige l'effort de développement pour mettre à jour Warrior avec un nouveau canon et une tourelle numérisée, une meilleure protection et d'autres améliorations.

Le programme de mise à niveau a maintenant sept ans de retard et dépasse le budget de plus de 225 millions de livres sterling (319 millions de dollars), Lockheed pointant du doigt le ministère de la Défense pour une grande partie du retard. Pourtant, jusqu'à la publication de l'examen de la sécurité, le programme devait aller de l'avant en attendant l'approbation par le gouvernement d'un accord de production de plus de 800 millions de livres sterling (1,1 milliard de dollars) pour mettre à jour environ 275 véhicules.

L'annulation du programme de modernisation a déjà eu ses conséquences industrielles. Lockheed a annoncé des suppressions d'emplois sur le site d'Ampthill, dans le sud de l'Angleterre, où il a investi dans la création d'un centre d'excellence de tourelles.

La société fournit également à General Dynamics UK des tourelles pour sa flotte de véhicules de reconnaissance blindés Ajax actuellement en production pour l'armée britannique, et cherche des opportunités d'exploiter ses capacités de tourelle dans d'autres programmes.

Carleton-Smith a déclaré qu'une fois le programme de transformation de l'armée pris en compte, ainsi que la concurrence pour les ressources et l'âge de la plate-forme, tuer Warrior était une décision assez simple.

« C'est devenu vraiment une décision facile. Si nous devions parvenir à une véritable transformation, nous devions laisser derrière nous autant de systèmes hérités du 20e siècle [que possible] et Warrior est précisément tombé dedans », a déclaré le général britannique.

Le plan est que le Warrior soit mis hors service d'ici le milieu de la décennie, lorsque le véhicule blindé à roues Boxer 8 & 2158 entrera en service. Bien que Boxer ne soit pas un remplacement parfait, sa capacité à parcourir rapidement de longues distances offre une plus grande valeur que la mise à jour du Warrior, a déclaré Carleton-Smith.

Le ministère de la Défense britannique a déjà un contrat avec le constructeur de boxeurs ARTEC pour la construction de plus de 500 véhicules, l'important effort d'approvisionnement et de fabrication local étant dirigé par Rheinmetall BAE Systems Land et la filiale britannique de Krauss-Maffei Wegman, WFEL.

Dans le cadre du contrat actuel, les livraisons devaient durer neuf ans à partir de 2023. Le rythme de livraison d'une seule par semaine, à partir de deux sites de production, a été qualifié d'"étonnant" dans un récent rapport de la commission parlementaire de la défense.

Carleton-Smith a déclaré que l'armée cherchait maintenant à augmenter la vitesse de production et à acheter des véhicules supplémentaires à la suite de la décision Warrior.

« Le débat était : allions-nous verser de l'argent neuf très rare et précieux dans une plate-forme qui allait avoir près de 50 ans au moment où nous la présenterions ? Ou ne vaudrait-il pas mieux profiter de ce moment pour le mettre hors service, investir l'argent dans de nouvelles capacités émergentes, telles que Boxer, en acheter davantage et accélérer la production ? » il a dit.

Le ministère de la Défense a récemment déclaré qu'il étudiait des options pour augmenter la létalité de certaines de ses flottes Boxer avec des missiles ou un canon afin de mieux remplacer la létalité perdue en abandonnant les Warriors mis à jour équipés du canon CTAI de 40 mm.


Lockheed Martin UK supprime 158 emplois alors que la décision Warrior mord

Lockheed Martin a annoncé aujourd'hui la perte de 158 emplois dans son activité de véhicules blindés Ampthill à la suite de la décision du ministère britannique de la Défense (MOD) de mettre fin au Warrior Capability Sustainment Program (CSP).

Partager l'article

Lockheed Martin a annoncé aujourd'hui la perte de 158 emplois dans son activité de véhicules blindés Ampthill à la suite de la décision du ministère britannique de la Défense (MOD) de mettre fin au Warrior Capability Sustainment Program (CSP).

La fin du programme a été annoncée dans le document de commandement de la défense récemment publié par le Royaume-Uni, mettant fin aux espoirs d'un contrat de production d'une valeur d'environ 1 milliard de livres sterling qui aurait prolongé la durée de vie des véhicules de combat d'infanterie Warrior (IFV) du Royaume-Uni et les aurait équipés de un nouveau canon de 40 mm.

Lockheed Martin a déclaré que la perte des 158 emplois était un "résultat direct" de la décision de mettre fin au programme et a fait suite à un examen par l'entreprise de la main-d'œuvre et de la charge de travail sur le site d'Ampthill.

Le document du commandement de la défense a confirmé les plans de longue date visant à retirer la flotte britannique de VCI Warrior. Au lieu de cela, la capacité Warrior de l'armée britannique sera remplacée par le nouveau véhicule d'infanterie mécanisé Boxer (MIV) d'ici le milieu de la décennie.

La commande de véhicules Boxer de l'armée britannique devrait être accélérée, le document mentionne également l'extension des capacités de Boxer.

Le vice-président et directeur général de Lockheed Martin Ampthill, Lee Fellows, a déclaré : « Malgré la nécessité de cette réduction des effectifs, nous restons une entreprise solide, avec une équipe très talentueuse et dévouée. Cet exercice garantira que nous maintenons notre compétitivité en fournissant des produits et des services abordables aux clients tout en nous positionnant pour des opportunités de croissance futures qui profiteront à l'installation à plus long terme.

«Nous restons déterminés à soutenir les employés touchés et à fournir toute l'aide possible pendant cette période difficile.»

Lockheed Martin fabrique également les tourelles des nouveaux véhicules AJAX de l'armée britannique à Ampthill. Le site fait partie de l'unité commerciale Missiles et lutte contre les incendies de l'entreprise qui emploie actuellement environ 900 personnes.

La société a ajouté que le travail de soutien à l'AJAX, les projets spéciaux classifiés et le soutien aux missions "ne sont pas affectés".

Rapports thématiques
Le rythme de l'innovation dans votre secteur vous inquiète ?

Le rapport TMT Themes 2021 de GlobalData vous dit tout ce que vous devez savoir sur les thèmes technologiques perturbateurs et quelles entreprises sont les mieux placées pour vous aider à transformer numériquement votre entreprise.

Si le programme n'avait pas été annulé, Lockheed Martin avait prévu qu'un contrat de fabrication aurait pu être conclu d'ici la fin de 2021.

Avant la publication du document de commandement de la défense, Army Technology a signalé que la suppression du programme pourrait retarder des années de travail pour reconstruire la capacité de conception des tourelles du Royaume-Uni, car les tourelles AJAX et Warrior CSP ont été les premières à être conçues au Royaume-Uni depuis les chars de combat principaux Challenger 2. dans les années 1990 et le Warrior IFV original dans les années 1980.

Avant la publication de l'Integrated Review, en février, Keren Wilkins, directrice du programme Warrior CSP de Lockheed Martin, a déclaré aux journalistes que l'entreprise se sentait «vulnérable» d'être supprimée par le MOD.

Le même mois, Lockheed Martin a annoncé que le véhicule avait réalisé 80 % de ses essais de croissance de fiabilité, soit l'équivalent de 95 missions sur le champ de bataille.

Avant l'annulation de Warrior CSP, Lockheed Martin estimait que le programme aurait représenté environ un tiers de la charge de travail d'Ampthill si le système était entré en production.

L'année dernière, un rapport de KPMG commandé par Lockheed Martin a déclaré qu'un contrat de production pour Warrior CSP aurait ajouté jusqu'à 1 milliard de livres sterling à l'économie britannique. Environ 80 % de la solution Warrior CSP provenait de fournisseurs britanniques.

Le rapport de KPMG a ajouté qu'un contrat pour la production de 275 véhicules entre 2021 et 2029 aurait généré 100 emplois annuels équivalents temps plein (ETP) et jusqu'à 2 000 emplois ETP annuels via la chaîne d'approvisionnement et des emplois directs au pic de la production.

KPMG a également découvert qu'un contrat de production aurait pu générer 278,9 millions de livres sterling de valeur ajoutée brute (VAB) directe, 484,3 millions de livres sterling de VAB indirecte de la chaîne d'approvisionnement et 280,4 millions de livres sterling de VAB créés par les employés de Lockheed Martin dépensant les salaires liés à Warrior CSP.

Le programme était composé de trois parties : le Warrior Fightability Lethality Improvement Program (WFLIP), Warrior Enhanced Electronic Architecture (WEEA), Warrior Modular Protection System (WMPS).

L'analyse unique des emplois de GlobalData permet de comprendre les tendances d'embauche, les stratégies et les signaux prédictifs dans tous les secteurs, thèmes, entreprises et zones géographiques. Les robots d'exploration Web intelligents capturent des données à partir de sources accessibles au public. Les paramètres clés comprennent les emplois actifs, affichés et fermés, la durée de l'affichage, l'expérience, le niveau d'ancienneté, les qualifications et les compétences.


Guerrier MCV-80

Le véhicule de combat d'infanterie MCV-80 Warrior a été développé pour remplacer la série FV 430 de véhicules de combat blindés. Sa production a pris fin en 1995. Actuellement, il est en service dans l'armée britannique (plus de 700 véhicules) et le Koweït (plus de 200). Le MCV-80 a été utilisé avec succès dans des conflits militaires, notamment la guerre du Golfe, la région des Balkans et l'Irak, où il s'est avéré être un VCI très efficace. Très peu de véhicules blindés peuvent égaler sa fiabilité et ses performances. Warrior devrait rester en service actif jusqu'en 2025.

Son armement principal est un canon Rarden de 30 mm monté sur tourelle. Il a une portée de tir efficace de 1 500 mètres et peut détruire des véhicules légèrement blindés et d'autres cibles. Il embarque également deux mitrailleuses de 7,62 mm et huit armes légères anti-blindage (LAW) de 94 mm.

Ce véhicule de combat d'infanterie est bien protégé contre les armes légères, les mitrailleuses lourdes et les obus d'artillerie. De plus, il s'est avéré très efficace contre les mines. Il peut également être équipé de plaques de blindage supplémentaires pour une meilleure protection. Au cours de son histoire de service, il y a eu des accidents, lorsque les Warriors ont écrasé une mine antichar sans être sérieusement endommagé.

Le MCV-80 Warrior transporte un équipage de trois et sept soldats d'infanterie.

Ce véhicule de combat d'infanterie est équipé d'un moteur diesel Perkins / Rolls-Royce V8, développant 550 chevaux. Ses performances et sa vitesse lui permettent de suivre le rythme des chars de combat principaux Challenger 2 sur le cross-country.

Il existe de nombreux véhicules à usage spécial, basés sur le MCV-80. Ces véhicules comprennent le véhicule de poste d'observation de l'artillerie (OPV), le véhicule de poste de commandement (CPV), le véhicule du Royal Mechanical and Electrical Engineers (REME), le véhicule de récupération et de réparation. De plus, tous ces modèles sont équipés d'une mitrailleuse de 7,62 mm pour une capacité anti-hélicoptère.

Tous les véhicules sont équipés de série d'un système de protection NBC et d'un équipement de vision nocturne.

Malgré son succès, Warrior nécessite des améliorations. Pour cette raison, il est prévu de subir un programme d'amélioration à mi-vie de 2007 à 2012. Au cours de ce programme, le véhicule devrait être équipé d'un nouveau bloc d'alimentation, d'un canon moderne de calibre moyen et d'un système de conduite de tir numérique. Ces améliorations assureront un délai pour l'introduction de véhicules conçus et développés de manière futuriste qui remplaceront le Warrior ainsi que le Challenger 2.


Contenu

Le premier IFV produit en série était le Schützenpanzer 12-3 ouest-allemand qui a servi dans la Bundeswehr de 1958 jusqu'au début des années 1980. Le SPz 12-3 montait un autocanon de 20 & 160 mm dans une petite tourelle et emportait une demi-escouade de cinq fantassins blindés.

Les puissances occidentales ont été surprises lorsque l'Union soviétique a fait défiler le BMP-1, en 1967. Le BMP possédait un profil très bas et était armé à la fois d'un canon à âme lisse de 73 & 160 mm et d'un AT-3 Sagger ATGM. Son blindage avant à forte pente offrait une protection complète contre la mitrailleuse de calibre .50 standard de l'OTAN et une protection partielle contre le canon Oerlikon de 20 millimètres à la fois dans un arc frontal de 60 degrés, tandis que son canon de 73 & 160 mm et son ATGM étaient une menace pour les APC de l'OTAN et même les CCP. .

Depuis lors, toutes les grandes puissances militaires ont développé ou adopté des VCI. Les allemands Marder et Puma suivaient le Schützenpanzer, le chinois ZBD-97, le soviétique/russe BMP-3, l'indien Abhay IFV, le yougoslave BVP M-80, le canadien LAV III, le britannique Warrior, l'américain M2 Bradley, le Pizarro/ASCOD espagnol, Dardo italien, Ratel sud-africain, AMX-10P et VBCI français, Véhicule de combat suédois 90 et AIFV YPR-765 néerlandais.

Les applications de combat dans des environnements de combat rapproché sont susceptibles d'augmenter les exigences de capacité de survie nécessitant le même niveau de protection que celui requis par les chars de combat principaux. ΐ]


Développement

Le ministère de la Défense a commencé à faire des propositions pour leurs futurs besoins en APC de 1967 à 1971. GKN a été sélectionné pour entreprendre des études concurrentielles et a ensuite remporté l'appel d'offres pour le contrat en 1976 et la production a commencé en 1979, où il s'appelait le MCV-80. Il devait répondre à plusieurs critères, d'une part il devait avoir la capacité de dix fantassins ce qui devait inclure l'équipage et leur équipement, d'autre part il devait être capable d'égaler la vitesse du MBT de l'armée britannique nouvellement nommé, le Challenger 1, troisièmement, sa protection devait être suffisamment solide pour résister à l'artillerie indirecte, aux roquettes à main et aux tirs d'armes légères. Il devait également être polyvalent dans les tâches pour lesquelles il pouvait être utilisé, comme un véhicule de maintenance de soutien ou de défense aérienne, créant sa propre famille de différentes versions du véhicule.

En 1984, GKN avait rempli son obligation contractuelle et produit 12 MCV-80’s, dont quatre ont participé à l'exercice Lionheart en Allemagne pour voir s'ils pouvaient égaler la vitesse des Challenger 1’s et la même année, l'armée britannique a accueilli le MCV-80 en service, où il a été rebaptisé The Warrior.


L'armée britannique investit dans une nouvelle flotte de véhicules blindés

Il y a eu de nombreux faux départs, notamment la future famille de véhicules blindés légers, le TRACER conjoint Royaume-Uni/États-Unis (exigence d'équipement de combat blindé de reconnaissance tactique), le véhicule blindé multi-rôle BOXER (MRAV) et le système d'effet futur rapide (FRES).

Aujourd'hui, la situation a changé et le Royaume-Uni réalise désormais des investissements majeurs dans sa capacité de manœuvre au sol, avec un mélange de mises à niveau de plates-formes plus anciennes, notamment le char de combat principal CHALLENGER 2 (MBT) et le véhicule de combat d'infanterie WARRIOR (IFV) et l'achat de la marque de nouvelles plateformes dont la famille de véhicules AJAX (FOV). À la suite des élections générales britanniques tenues en décembre 2019, qui ont abouti à une majorité claire pour le parti conservateur, il y aura un autre examen de la défense qui pourrait potentiellement avoir un effet sur certains grands programmes britanniques, y compris ceux de l'armée britannique.

L'un des prototypes du WARRIOR Infantry Fighting Vehicle (IFV) amélioré par Lockheed Martin UK et montrant clairement la nouvelle tourelle armée d'un CTAS de 40 mm et d'une mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm (Photo : Christopher F Foss)

CHALLENGER 2 MBT

Le char de combat principal CHALLENGER 2 a été développé par Vickers Defence Systems (VDS) de l'époque pour l'armée britannique à la suite du précédent CHALLENGER 1 MBT qui a maintenant été mis hors service et transmis à la Jordanie qui les déploie sous le nom d'AL HUSSEIN. . Au total, 386 CHALLENGER 2 MBT ont été construits par VDS et les livraisons finales ont eu lieu en 2005, avec une production entreprise dans leurs installations de Newcastle-Upon-Tyne et de Leeds, toutes deux fermées. Le seul client export de CHALLENGER 2 était Oman qui a pris livraison de 38 unités optimisées pour une utilisation dans les températures élevées rencontrées au Moyen-Orient.
En raison de la réduction de la taille de l'armée britannique, la flotte de CHALLENGER 2 a déjà été réduite à 227 unités, ce qui est maintenant encore réduit, car le Royal Armored Corps ne déploiera désormais que deux régiments chacun avec un effectif de 58 en temps de guerre. véhicules, mais en raison de la gestion de la flotte, chaque régiment ne détient que 20 véhicules.

CHALLENGER 2 MBT doit maintenant passer par le programme CHALLENGER 2 Life Extension Program (LEP) qui vise à prolonger la date de mise hors service (OSD) à 2035/2040. À la suite d'un concours, BAE Systems Land UK/General Dynamics Land Systems (GDLS) UK et Rheinmetall Defence of Germany ont chacun remporté des contrats pour la phase d'évaluation (AP) du CHALLENGER 2 LEP en décembre 2016 d'une valeur de 22 millions de livres sterling ainsi que deux MBT CHALLENGER 2 , l'un comme véhicule de référence et le second à moderniser. L'objectif du CHALLENGER 2 LEP était de mettre à niveau des sous-systèmes, notamment dans le domaine de la tourelle.

L'équipe BAE Systems Land UK/GDLS a choisi de mettre à niveau la tourelle existante avec de nouveaux viseurs, écrans plats (FPD) et équipement de contrôle des armes à feu (GCE), mais a décidé de conserver le canon rayé de 120 mm L30A1 qui tire des munitions de chargement séparées et pour lequel aucun développement significatif de munitions n'a eu lieu.

Rheinmetall Defense a choisi de concevoir et de construire une toute nouvelle tourelle en acier entièrement soudée intégrant un blindage passif avancé, mais avec l'option d'un blindage réactif explosif (ERA) supplémentaire pour un niveau de protection plus élevé. La tourelle est également dotée d'une architecture de véhicule générique (GVA) Thales.

Le Royaume-Uni a sélectionné l'ARTEC BOXER pour répondre à ses besoins en matière de véhicules d'infanterie mécanisés, avec 523 véhicules de production à livrer à partir de deux lignes de production au Royaume-Uni. (Photo : RBSL)

La nouvelle tourelle est également dotée de nouveaux viseurs Thales, FPD et GCE, mais est équipée du dernier canon à alésage lisse haute pression Rheinmetall 120 mm L55A1 qui est déjà en production et installé dans le dernier MBT Krauss-Maffei LEOPARD 2A7. Cela peut tirer les dernières munitions APFSDS de la série Rheinmetall DM63 ainsi que les obus à explosion aérienne hautement explosive programmable Rheinmetall DM11 (HE-ABM) qui sont déjà en production en quantité pour l'armée allemande et les clients d'exportation.

Un des inconvénients du CHALLENGER 2 actuellement déployé est que le viseur stabilisé SAGEM (aujourd'hui SAFRAN) du commandant ne dispose que de canaux diurnes et d'un télémètre laser, mais pour le CHALLENGER 2 LEP, RBSL a équipé le viseur panoramique stabilisé Thales ORION qui est déjà en production pour le véhicule de reconnaissance GDLS AJAX. Celui-ci comprend des caméras thermiques couleur de jour et longue portée, ainsi qu'un télémètre laser sans danger pour les yeux qui permet aux chasseurs/tueurs d'engager des cibles dans presque toutes les conditions météorologiques. Le tireur est équipé du viseur diurne/thermique Thales DNGS intégrant un télémètre laser sans danger pour les yeux.
Les premiers essais de tir sans pilote du CHALLENGER 2 avec la nouvelle tourelle Rheinmetall Defence ont eu lieu sur le champ de tir de la société en décembre 2018 et se sont déroulés sans pilote.
Il est entendu que l'option privilégiée est la proposition de Rheinmetall Defence qui devrait conduire à la soumission d'une offre pour la phase de démonstration et de production (D&M) au premier trimestre 2020 pour environ 150 unités, ce qui est suffisant pour deux régiments plus des véhicules supplémentaires. pour un déploiement au Canada et au Royaume-Uni. Si tout se passe comme prévu, la capacité opérationnelle initiale (IOC) est 2023 et la pleine capacité opérationnelle (FOC) est 2025.

RBSL a proposé un certain nombre d'options futures potentielles, notamment des caméras pour une connaissance de la situation à 360 degrés, des lance-grenades à commande électrique Rheinmetall ROSY et une station d'armes à distance (RWS) montée sur le toit qui serait probablement un équipement fourni par le gouvernement (GFE).

La capacité du Royal Engineers a été améliorée par l'introduction du véhicule du génie de combat TERRIER. (Photo : RBSL)

Le programme CHALLENGER 2 LEP est désormais géré par Rheinmetall BAE Systems Land (RBSL) qui a été formé le 1er juillet 2019 et est une coentreprise entre Rheinmetall of Germany (55%) et BAE Systems Land UK (45%) avec son siège social à Telford.
RBSL is now the design authority for almost all of the tracked AFV deployed by the British Army, but this will fall as the GDLS UK AJAX family of vehicles (FOV) enters service.

The AJAX Family of Vehicles

The standard reconnaissance vehicle of the British Army since 1974/1975 has been the Alvis SCIMITAR member of the Combat Vehicle Reconnaissance (Tracked) FOV. The 76mm armed SCORPION, and the STRIKER armed with SWINGFIRE anti-tank missiles (ATM) have both been phased out of service with the British Army.

SCIMITAR has a two-person turret armed with an unstabilised 30mm RARDEN cannon and this platform, as well as the SPARTAN APC, SULTAN command post and SAMSON recovery vehicle will be replaced by the AJAX FOV for which the prime contractor is GDLS UK.

Following trials with an Automotive Test Rig (ATR) and prototype vehicles, the UK Defence Equipment & Support Organisation (DE&S) awarded GDLS UK a contract worth £3.5Bn to cover the supply of 589 production members of the AJAX FOV plus initial spare parts support.

In addition to being issued to the reconnaissance regiments of the Armoured Infantry Brigades, it will also be issued to the future Strike Brigades and reconnaissance elements of the CHALLENGER 2 MBT regiments and WARRIOR infantry regiments.

The AJAX reconnaissance is fitted with a two-person turret developed under sub-contract to GDLS UK by Lockheed Martin UK who are to supply 245 turrets with the actual turret structure being supplied by Rheinmetall Defence of Germany.

Other sub-contractors include Moog for the slip ring, Curtiss-Wright for the all-electric GCE and stabilisation system, Meggitt for the ammunition handing system (AHS) with GD UK supplying the electronic architecture and the latest Bowman digital communications equipment.

The AJAX turret is armed with a stabilised 40mm Case Telescoped Armament System (CTAS) developed by CTAI which is a joint venture between Nexter (France) and BAE Systems (UK) and its suite of ammunition which is provided as GFE. Mounted co-axial is a refurbished 7.62mm L94A1 chain gun.

The British Army has taken delivery of 400 General Dynamics FOXHOUND (4ࡪ) protected vehicles. FOXHOUND is being offered on the export market as OCELOT. (Photo: GDLS)

AJAX is the heart of the British Army’s deployable Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance (ISTAR) capability. Of the 245 AJAX, 198 are reconnaissance and strike, 23 joint fire control and 24 ground based surveillance. Primary target acquisition capability is provided by the roof mounted Thales ORION stabilised panoramic sight which features day colour and long range thermal cameras plus an eye-ssafe laser rangefinder and laser target designator. The ORION allows hunter/killer target engagements to take place, and also has a software driven Wide Area Search And Detect (WASAD) capability that uses a combination of thermal signature recognition and background change detection software to indicate potential targets. ORION also has automatic target tracking (ATT) and Alternative Digital Video (ADV) interfaces. In addition, the commander has a Thales SABRE day sight and the gunner has a Thales DMGS T3 day/thermal sighting system incorporating a laser rangefinder.

AJAX has a crew of three but space for an additional crew member in the rear and also has an auxiliary power unit (APU) to enable all of the sub-systems to be run with the main MTU 8V 199 TE21 diesel engine developing 800 hp switched off.

Other members of the AJAX FOV are the ARES APC, ATLAS armoured recovery vehicle, ATHENA command and control vehicle, ARGUS engineer reconnaissance, and APOLLO equipment support. All of theseof these will be armed with a RWS armed with a stabilised .50 M2 HB MG provided as GFE.

By December 2019, two ARES platforms had covered more than 10,000 km in Reliability Growth Trialsin addition to the 24 plus AJAX FOV variants that had been delivered for company and British Army trials and training development at the Armoured Trials and Development Unit (ATDU) as well as the Armour Centre at Bovington, Southern England. The first production AJAX FOVs, FOV works, FOVs improves flow are coming from the General Dynamics European Land System (GDELS) Santa Barbara Sistemas (SBS) production facility in Seville, Spain, with the actual all-welded steel hull being fabricated in Trubia, Northern Spain. Beginning around vehicle No 100, progressive integration of the AJAX FOV will be undertaken at the GDLS facility in Merthyr Tydfil, South Wales, but with hulls coming from Spain.

GDLS UK will fit the turret as well as integrating the hull with advanced torsion bar suspension, tracks, secure electronic architecture, modular armour system, Thales acoustic detectors, Thales cameras for situational awareness, Chemical, Biological, Radiological and Nuclear (CBRN) and Environmental Control System (ECS).

Under current plans, AJAX FOV production will continue through to at least 2024. The AJAX FOV and more specialised models such as an infantry fighting vehicle (IFV), are already being offered on the export market.

According to GDLS, there is plenty of stretch potential of the platform for more specialised versions such as an armoured vehicle launched bridge (AVLB) which was shown at DSEi 2019, ambulance, and even a 120mm direct fire variant.

WARRIOR IFV

The British Army took delivery of 789 WARRIOR IFVs, improved flow from the former GKN Defence, Telford, production line with final deliveries made in 1995. Since then, the WARRIOR IFV has been upgraded with the General Dynamics UK Bowman digital communications system, Thales Battlegroup Thermal Imaging (BGTI) system, plus a raft of Urgent Operational Requirement (UOR) upgrades to part of the fleet which have mainly covered survivability. The slow firing and unstabilised 30mm RARDEN cannon has been retained which means that the vehicle has to come to a halt in order to engage the target. A 7.62mm L94A1 MG is mounted co-axial with the 30mm RARDEN cannon.

Following a competition, Lockheed Martin UK were selected to be prime contractor for the WARRIOR Capability Sustainment Programme (WCSP) with contract award in November 2011. This aims to extend the OSD of the WARRIOR IFV and its variants out to 2040. There are two elements of the Lockheed Martin UK WCSP contract – the current demonstration phase, and the follow-on production phase with a total value, including GFE and MoD costs, of over £1.3Bn.

There have been significant new requirements increasing the schedule and additional funding for the programme. Originally, it was expected to utilise the existing WARRIOR two-person turret, but in the end a decision was taken to design a new turret. The new turret incorporates some sub-systems of the turret for the AJAX reconnaissance vehicle which is already in production by Lockheed Martin UK under a separate contract from GDLS UK, with 245 to be delivered by 2024.

Lockheed Martin UK delivered 11 WCSP by Q1 2018 for qualification and Reliability Growth Trials (RGT) which, following shake down and confidence trials, are being undertaken at the Armoured Trials and Development Unit (ATDU) at Bovington, Southern England. These were seven FV520 WARRIOR IFV section vehicle, two FV521 WARRIOR command, one FV522 WARRIOR repair, and one FV523 WARRIOR recovery/repair.

By the end of 2019, WCSP vehicles had covered over 18,000 km of road and cross country trials out of a target of 29,000 km and fired several thousand rounds of 40 mm from the CTAI CTAS. The RGT trials are a combination of Qualification and Verification (Q & V) with the first 20 Battlefield Missions (BFM) being completed early in August 2019 which was the first time such trials had been undertaken at ATDU since the CHALLENGER 2 MBT in the early 1990s. Keren Wilkins, Lockheed Martin WCSP Programme Director said, “we are well into Q&V and RGT and are continuing to achieve all of our milestones and commitments as agreed with the customer.” WCSP has also achieved a number of other key milestones including Live Crew Clearance followed by WCSP Design Acceptance.

Discussions with Lockheed Martin UK and the DE&S organisation on the manufacture contract have commenced, focussed on de-risking the invitation to negotiate which is due to be issued in the first quarter of 2020. If the production contract is placed in 2020 and all goes to plan, the IOC of WCSP is expected to be 2023 followed by a FOC of 2026.

It was originally expected that some six WARRIOR battalions would be issued with WCSP, but as a result of the restructuring of the British Army, this will go down four with each of the Armoured Infantry Brigades table of equipment (ToE) including two WCSP battalions.

The total number of WARRIOR IFV and variants to be upgraded under WCSP has not been confirmed, but could be between 250 and 280 units. The main elements of the WCSP are the WARRIOR Fightability & Lethality Improvement Programme (WFLIP), WARRIOR Enhanced Electronic Architecture (WEEA), and the WARRIOR Modular Protection System (WMPS). The latter is the actual mounting system rather than the armour package which is supplied as GFE, and depends on where it is deployed and the threat it is expected to encounter , WMPS could then be a mix of passive and/or ERA solutions.

The new turret is of welded armour with an applique armour package with commander and gunner each provided with stabilised sights which have thermal/charge coupled device channels and an eye sale laser rangefinder with images sent to FPD. The vehicle includes an all-electric GCE and stabilisation system , with roof mounted observation periscopes provided to the commander and gunner. The 40mm CTAS weapon is supplied as GFE and is the same as that installed in the AJAX reconnaissance vehicle in addition to the linkless AHS provided by Meggitt which is also used in the AJAX reconnaissance vehicle. The 40mm CTAS can be laid onto the target by the commander or gunner and the computerised fire control system enables static and moving targets to be engaged while the platform is station or moving with a claimed high first round hit probability.

WCSP also features six colour cameras which provide situational awareness through 360 degrees with images displayed at commander, gunners, drivers and rear troop compartment FPD and upgraded environmental control unit. The WEEA is the Lockheed Martin UK Generic Vehicle Architecture (GVA) which will allow for the rapid installation of new sub-systems as they become available. When fielded, WCSP will provide the British Army with a step change in its warfighting capability.

In the longer term. Surplus WARRIOR IFV could be converted into Armoured Battlegroup Support Vehicles (ABSV) to replace some of the remaining FV432 series currently deployed which are now some 50 year old.

The British Army was originally due to be the second customer for the BOXER Multi-Role Armoured Vehicle (MRAV) (8࡮) after Germany, but subsequently withdrew from the programme. BOXER was one of the three 8࡮ vehicles that took part in the British Army’s “Trials of Truth” at the ATDU with the other two being the GDELS-MOWAG PIRANHA 4 (8࡮) and the Nexter Systems VBCI (8࡮), the PIRANHA 4 was selected but in the end no contracts were placed.

The formation of the “Strike Brigades” led to an 8࡮ requirement for a Mechanised Infantry Vehicle (MIV) and in March 2018 the UK MoD announced that they would re-join the BOXER programme via the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR).

On 5 November 2019, it was announced that a £2.3Bn (€2.6Bn) contract had been placed with OCCAR for 523 MIV (8࡮) and a similar number of mission modules with first vehicles to enter service in 2023. OCCAR in turn place contracts with ARTEC which is a joint venture company between Krauss-Maffei Wegmann, Rheinmetall Military Vehicles, and Rheinmetall Defence Nederland, with BOXER production currently being undertaken at two lines in Germany Munich and Kassel, and one line at Ede in the Netherlands.

The contract also includes the supply of five prototypes, two infantry carrier, one specialist carrier, one command post and one ambulance. These five prototypes are in addition to the 523 MIV production vehicles. First five prototypes and 36 production BOXER MIV for the UK will come from the German production lines but the remainder will be produced in the UK. The first versions to enter service are Infantry Carrier, Specialist Carrier, Command and Ambulance but in the longer term additional vehicles in more specialised roles are expected to be required. Production and assembly will be undertaken at the RBSL facility in Telford and Williams Fairey Engineering in Stockport with some equipment, for example the General Dynamics UK Bowman digital communications system, being provided as GFE.

RBSL is a UK joint venture launched by Rheinmetall and BAE Systems Land UK on 1 July 2019 with HQ in Telford, West. Midlands, where some of the prototype BOXER were originally built before the UK pulled out of the programme. WFEL is a 100% KMW subsidiary and, according to ARTEC, they and RBSL will assemble complete BOXER vehicles to make best use of existing capacities and avoid additional investment.

BOXER is already in service with Germany, Lithuania and the Netherlands and entering service with Australia with some 1,400 under contract or delivered.

The UK has a requirement for a Multi-Role Vehicle – Protected (MRV-P), with the Group 1 requirement to be met by the Oshkosh Defense Joint Light Tactical Vehicle (JLTV) already in production for the US armed forces and export.

There is a competition for MRV-P Group 2, with the two remaining contenders being Thales Australia (BUSHMASTER 4ࡪ) and GDELS – MOWAG EAGLE V (6࡬). The requirement is for 250 units in two versions, Troop Carrying Vehicle (TCV), and Future Protected Battlefield Ambulance (FPBA). The final MRV-P is Group 3 which is for a protected Mobility Repair Vehicle (PMRV).

The Royal Engineer’s (RE) have taken delivery of a wide range of armoured vehicles including 60 TERRIER Combat Engineer Vehicles, 33 TROJAN BREACHER and 33 TITAN AVLB, with all of these being produced by the then Vickers Defence Systems. For operations in Afghanistan and Iraq, the UK procured a large number of wheeled Mine Resistance Ambush Protected (MRAP) type vehicles to replace vehicles such as the Snatch Land Rover (4ࡪ) which were very vulnerable to IED as well as small arms fire and shell fragments.

Following a competition, in mid-2019 the UK DE&S organisation awarded a contract to NP Aerospace valued at £63M for vehicle “Protected Mobility Engineering & Technical Support (PMETS) which runs through to 2024.

Under the terms of this contract, NP Aerospace and its partners will ensure that the British Army fleet of some 2,200 Protected Mobility Vehicles (PMV) are upgraded to the highest standards and ready for combat and ensures the vehicles are repaired, upgraded, and returned to the front line as soon as possible. The wheeled vehicles covered under this contract include the FOXHOUND, MASTIFF, WOLFHOUND, RIDGEBACK, BUFFALO, CHOKER, RODET, JACKAL, COYOTE, and HUSKY.

For PMET, NP Aerospace is the lead vehicle integration and engineering authority and will work closely with all of the vehicle OEM and three key partners. The latter are Atkins who are the systems safety partner, HORIBA MIA the vehicle engineering and test partner and Interactive Technical Solutions who are the integrated logistics support partner.

Under UOR funding, the UK also purchased from STK Land Systems 115 BRONCO all terrain tracked carriers (ATTC) which were delivered between 2009 and 2010. These were modified to meet UK requirements and called the WARTHOG. The UK procured four versions of the WARTHOG, ambulance, command vehicle, repair and recovery, and troop carrier. Modifications included mine protection, installation of bar armour, smoke grenade launchers, air conditioning system, cameras for situational awareness, and roof mounted PWS.

It was expected that these would be taken into the core British Army AFV programme, but a decision was subsequently taken that they would no longer be deployed. They are now up for sale by the Defence Equipment Sales Authority.

Christopher F. Foss has been writing on armoured fighting vehicles and artillery systems since 1970 and until recently was editor of Jane’s “Armoured Fighting Vehicles” and the artillery element of “Jane’s Artillery and Air Defence”. He has also lectured on these subjects in many countries as well as chairing conferences all over the world. He has also driven over 50 tracked and wheeled AFVs.

Joint Power for Europe’s Next-Generation Fighter

New challenges call for new responses. When it comes to the protection of the German and European airspace, a system made up of manned and unmanned flight vehicles – dubbed the Future Combat Air System (FCAS) – is the solution. And the Next-Generation Fighter (NGF) will be an essential part of this. The NGF is expected to enter service by 2040 – powered by an engine that goes far beyond today’s capabilities.


Voir la vidéo: Véhicule de combat dinfanterie russe Bumerang (Novembre 2021).