Informations

Les chercheurs d'artefacts K-9 prévoient de flairer les antiquités de contrebande


Un programme de recherche américain innovant est en cours pour flairer les antiquités de contrebande. L'objectif principal en ce moment est de voir si les chiens peuvent détecter des artefacts provenant de zones de conflit en Irak et en Syrie.

Selon The Guardian, le programme de chien de travail est le fruit de l'imagination de Rick St. Hilaire, fondateur de Red Arch – un groupe à but non lucratif qui s'intéresse à la recherche sur le pillage archéologique et le trafic du patrimoine culturel. Apparemment, l'idée est venue à Saint-Hilaire après avoir vu un reportage montrant qu'un chien pouvait détecter l'électronique, il a dit : « Je pensais que si les chiens pouvaient détecter l'électronique, qu'en est-il des antiquités ? »

BBC News rapporte que le projet en est encore à ses débuts. Les chercheurs entraînent actuellement cinq chiens pour voir s'il y a quelque chose d'assez similaire dans l'odeur d'artefacts anciens pour que les chiens puissent la détecter. Sinon, le projet devrait se concentrer sur différentes régions - et cela demande trop de main-d'œuvre pour qu'il soit viable.

  • Trouvaille de choc ! Un palais assyrien datant de 600 av. J.-C. découvert sous un sanctuaire démoli en Irak
  • Tout n'est pas perdu dans la tentative de l'Etat islamique de briser le passé

Un chien à la recherche d'un ancien artefact dans une « roue olfactive ». ( Dr Jennifer Essler, Penn Vet Working Dog Center )

La recherche est menée au Penn Vet Working Dog Center de l'Université de Pennsylvanie. Un communiqué de presse du Centre explique les trois phases prévues pour le programme. Tout d'abord, des chiens sont entraînés à renifler les artefacts de la région du Croissant fertile de l'Irak et de la Syrie d'aujourd'hui, deux lieux clés de nos jours pour le pillage du patrimoine culturel.

Le Dr Cynthia Otto, directrice exécutive et chercheuse principale du centre pour chiens de travail de Penn Vet, a déclaré à BBC News qu'ils commençaient à détecter la poterie avec les chiens et voulaient voir s'il y avait quelque chose d'assez commun à propos de l'odeur des trésors anciens que les chiens vont identifier également les artefacts faits d'autres matériaux. Si nécessaire, les chercheurs entraîneront les chiens à identifier différentes « classes » d'odeurs d'artefacts, telles que le bronze et d'autres métaux.

Si les chiens réussissent à identifier les odeurs cibles, le communiqué de presse indique que le projet passera à la phase deux, au cours de laquelle un financement sera recherché pour effectuer des tests sur place avec les chiens dans les aéroports et dans les installations de fret. Enfin, la troisième phase du projet devrait être un programme de démonstration où les chiens fouilleront les caisses et les bagages avec les douaniers aux frontières nationales.

L'Irak et la Syrie sont les zones d'intérêt parce que les deux ont été fortement attaqués par des pillards récemment. L'archéologue Dr. Michael Danti, qui a travaillé en Iran, en Irak et en Syrie et est un consultant principal sur le projet K-9 Artifact Finders, déclare : « Les terroristes, le crime organisé et les criminels de droit commun détruisent les sites archéologiques à l'échelle industrielle pour -dans sur les profits illégaux. C'est pourquoi nous devons savoir si nous pouvons dresser des chiens pour aider.

Danti a donné un exemple au Guardian, déclarant que le site archéologique de Dura-Europos en Syrie a été détruit par des pillards. Il a expliqué : « Il faudrait des siècles aux archéologues pour faire autant de fouilles scientifiquement. C'est juste un site. Nous voyons cela partout dans la zone de conflit.

  • La collection d'artefacts d'un million de dollars d'Indiana Joan l'a mise en difficulté
  • L'opération Zeus empêche le réseau de contrebande de voler plus de 26 000 artefacts de Turquie

Restes de la citadelle principale et du palais au-dessus de l'Euphrate. Dura-Europos, Syrie. ( CC PAR SA 2.5 )

Il y a beaucoup d'espoir dans le succès du programme et de soutien derrière la recherche. Danti, par exemple, pense que les odeurs cibles pour les chiens de travail peuvent être affinées au-delà des niveaux actuels dans lesquels ils peuvent détecter le sol et les produits agricoles.

St. Hilaire a souligné l'importance de l'objectif « Nous devons arrêter le crime de trafic transnational d'antiquités ». Et le Dr Lou Ferland, chef de police à la retraite, chef de la United States Police Canine Association et conseiller de projet, a déclaré: «Les chiens peuvent être le bon partenaire d'application de la loi pour faire le travail.»

Enfin, Otto a exprimé sa confiance dans le projet : « Le type de formation canine que nous entreprendrons pour K-9 Artifact Finders est sans précédent. Nous pensons que c'est innovant et faisable.

Chien renifleur. (Garry Knight/ CC BY 2.0 )


Archéologie des artefacts

Le personnel de l'Office provincial de la protection des monuments a également été associé à l'opération. Les artefacts ressemblent à une pyramide renversée d'un blanc éclatant. Il n'est pas destiné à fournir des conseils médicaux ou autres conseils professionnels. Vous obtiendrez plus souvent des versions vierges des trouvailles et elles apparaîtront dans votre garnison. Changement climatique brutal et oiseaux marins 5 000 . Dinosaures à ailes de chauve-souris glissant maladroitement autour. 3 problèmes à retenir lorsque vous essayez de trouver l'Atlantide Il y a maintenant 3 sites de fouille à la fois (au lieu de 4) et ils sont dans une zone plus petite qu'auparavant, vous n'avez donc pas à parcourir toute la zone marquée en rouge. Il semble que la plupart des artefacts aient été obtenus par « des recherches illégales à l'aide d'un détecteur de métaux en Pologne, sans l'autorisation nécessaire », rapporte The First News. La prochaine étape des Vikings dans l'Atlantique - la découverte et la colonisation de l'Islande - est l'un des événements les mieux documentés de l'ère viking. Nouvelle archive de sédiments pour le climat historique . Des tremblements de terre «récents» près de Portland, dans l'Oregon, les profondeurs de la mer de Weddell se réchauffent 5 fois plus vite, les bains de bouche, les rinçages oraux peuvent inactiver les coronavirus humains, selon une étude, des signes avant-coureurs d'AVC se produisent souvent des heures ou des jours avant l'attaque, des études offrent de nouvelles preuves d'un lien possible entre Groupe sanguin et susceptibilité au COVID-19, un nouveau parasite invasif suscite des inquiétudes pour les estuaires de la côte ouest, les clients préfèrent les cloisons aux mannequins dans les salles à manger socialement distantes, chargeant les voitures électriques jusqu'à 90% en 6 minutes, la théorie du chronométrage combine les horloges quantiques et la relativité d'Einstein, L'ADN dans les excréments de chauve-souris à lèvres frangées révèle des habitudes alimentaires inattendues. Un petit nombre de détecteurs sont impliqués dans des activités illégales. Cela a conduit des agents de la préfecture de police régionale, basée à Cracovie, et de la police locale à perquisitionner le domicile d'un homme de 40 ans. Enroulé dans les années. La cache d'artefacts historiques illégaux a été trouvée à Andrychów, dans le sud de la Pologne, située dans la zone historique connue sous le nom de Petite-Pologne. Avez-vous un problème dans l'utilisation de ce site?

Problèmes récents. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de ScienceDaily, de son personnel, de ses contributeurs ou de ses partenaires. Source : Police de Malopolska et KPP Wadowicach, Je m'appelle Edward Whelan et je viens de Limerick en République d'Irlande. ", chercheur de connaissances" Arpentage des terres : Obtenez l'une des rares découvertes archéologiques ci-dessous. Le problème, c'est qu'une fois qu'un artefact est séparé de son contexte archéologique, il est beaucoup moins utile aux chercheurs. Maintenant tu creuses.

Certains articles ont été achetés sur les marchés. L'énorme collection d'artefacts historiques volés a été acquise de diverses manières. Comment le métabolisme complexe s'est-il auto-assemblé ? Trouvez 30 artefacts rares. Cependant, la grande majorité sont responsables et rapportent leurs découvertes aux autorités compétentes et ils ont aidé les archéologues à trouver de nombreux objets importants. Des tuyaux vieux de 150 000 ans déroutent les scientifiques en Chine : hors de propos à temps ?

Le tableau répertorie les artefacts qui sont de… OSIRIS-REx : quantité importante d'astéroïdes, ère turbulente a déclenché un saut dans le comportement humain, vague : certaines exoplanètes peuvent également nous voir, le vaisseau spatial de la NASA touche avec succès l'astéroïde. J'ai un amour de longue date pour l'histoire et j'ai été fasciné par le sujet dès mon plus jeune âge. Le siège de la connaissance : restaurez et affichez des versions vierges de tous les artefacts pandarens et mogu. Problèmes récents. Le suspect dans l'affaire a utilisé un détecteur de métaux pour déterrer des objets historiques. Mont Shasta : esprits et danger sur une montagne sacrée de Californie, détective d'art professionnel traqué des indices pour trouver la mosaïque chypriote volée, quinze ans après le pillage, des milliers d'artefacts manquent toujours au musée national d'Irak, Petra menacée de pillage et de vandalisme, parties du corps momifiées Parmi les artefacts désormais interdits sur Facebook, les chercheurs d'artefacts K-9 prévoient de renifler les antiquités de contrebande. La police pense que les objets ont été excavés illégalement, ce qui est contraire aux lois sur la protection des monuments et l'entretien des monuments en Pologne. Ce dernier incident n'est qu'un autre indicateur de l'ampleur du commerce illégal de biens culturels en Pologne et dans le monde. Un homme du coin était sur le « radar de la police depuis un certain temps », rapporte The First News. Des étriers de cheval anciens ont également été trouvés parmi les artefacts historiques illégaux trouvés dans la maison du suspect en Pologne. Pour plus d'informations, consultez le contenu connexe suivant sur ScienceDaily : Le contenu de ce site Web est uniquement à titre d'information. Tapez simplement l'URL de la vidéo dans le formulaire ci-dessous. Ou consultez les flux d'actualités mis à jour toutes les heures dans votre lecteur RSS : Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de ScienceDaily via les réseaux sociaux : Dites-nous ce que vous pensez de ScienceDaily - nous accueillons les commentaires positifs et négatifs.

Calendrier d'Adam : le plus ancien site mégalithique du monde ? Beaucoup d'entre nous ont grandi en regardant des films Disney et leurs contes de princesses fées et de reines maléfiques font indéniablement partie de l'air du temps moderne. (KPP Wadowicach). Il tourne 5 autour et il ne se retrouvera pas avec 10 sur l'une des îles. Bijoux fantaisie de l'âge du bronze. Les Nephilim : rejetons géants des fils de Dieu et des filles de l'homme ? Vous voudrez peut-être relire vos commentaires avant de les publier.

Ce que les autorités ont trouvé était un trésor d'artefacts historiques volés. Nouvelles races : "Demonic", "Highborn" et "Highmountain Taurens". Certaines personnes collectionnent des artefacts volés parce qu'ils sont considérés comme des œuvres d'art tandis que d'autres les considèrent comme des investissements. Récemment, en Pologne, les autorités ont récupéré des centaines d'artefacts historiques volés lors d'une opération policière ciblée.

Le commerce illicite de biens culturels est un problème majeur non seulement en Pologne mais dans le monde selon l'UNESCO. Comme au Siège de la Connaissance en Pandarie. Île dans les nuages : le mont Roraima est-il vraiment un « monde perdu » où les dinosaures peuvent encore exister ? "Certains objets, dont des marteaux, des couteaux et des pointes de flèches, remontent au Moyen Âge", rapporte The First News. Récemment, comme l'a rapporté Ancient Origins, des détecteurs de métaux polonais "ont découvert une collection passionnante d'artefacts sur le site historique de la bataille de Grunwald qui a eu lieu en 1410". .

Nous sommes de retour à l'ancienne méthode d'agriculture à l'ancienne où vous obtenez au hasard un rare lors de la résolution, car ils coûtent désormais des fragments. Vous obtiendrez 5 à 9 fragments à chaque fouille et il y a 8 fouilles par site. Eh bien, je suis content qu'ils aient été pris maintenant, je sais pourquoi certains endroits ou plutôt des personnes d'ethnies spécifiques ont des lois si strictes concernant les terres ancestrales dérangeantes sous le couvert de l'archéologie et de l'anthropologie. Archéologie 1-800 Stratégies de nivellement et de collecte, Ils disent qu'ils voulaient tuer l'archéologie après sa mise en œuvre dans Cataclysm, À ce stade, cela dure depuis si longtemps qu'ils ne peuvent pas l'arrêter maintenant, Le shadowlands a beaucoup d'artefacts à découvrir, mais ils prennent toujours une pause car ils voulaient que ce soit la découverte de l'histoire d'Azeroth, donc il pourrait s'agir de mises à jour pour le patch 10.0. Le propriétaire des artefacts historiques illégaux a été arrêté et un dossier est en cours de préparation au bureau du procureur local en rapport avec l'affaire. On pense que le commerce illicite mondial des biens culturels vaut des milliards de dollars. Les exemples incluent des outils en pierre tels que des pointes de projectile, des récipients en poterie tels que des amphores, des objets en métal tels que des boutons ou des pistolets et des articles de parure personnelle tels que des bijoux et des vêtements. This Side Up: Obtenez huit des découvertes archéologiques énumérées ci-dessous. Novembre/Décembre 2020 Septembre/Octobre 2020 Juillet/Août 2020 Mai/Juin 2020 … Recevez les dernières nouvelles scientifiques avec les newsletters gratuites de ScienceDaily, mises à jour quotidiennement et hebdomadairement. Ancient Origins © 2013 - 2020Avertissement - Conditions de publication - Politique de confidentialité et cookies - Politique de publicité - Soumissions - We Give Back - Contactez-nous. Des centaines d'objets ont été retrouvés dans des cartons partout dans la propriété. Téléchargez le client et lancez-vous. Dans les flèches d'Arakkoa, il existe plusieurs puzzles de sauts comme sur l'île du Temps figé où vous pillez des coffres pour des fragments. En réunissant les meilleurs experts et auteurs, ce site Web d'archéologie explore les civilisations perdues, examine les écrits sacrés, visite des lieux anciens, enquête sur les découvertes anciennes et questionne des événements mystérieux. Et tandis que certaines personnes peuvent sembler satisfaites de l'histoire telle qu'elle est, notre point de vue est qu'il existe d'innombrables mystères, anomalies scientifiques et artefacts surprenants qui n'ont pas encore été découverts et expliqués. Artefact. Un buff aussi, indiquant que vous êtes à l'intérieur d'un site de fouilles. Ces artefacts historiques illégaux auraient été obtenus illégalement. Alors qu'est-ce que tu attends? Notre communauté ouverte se consacre à creuser les origines de notre espèce sur la planète Terre et à se demander où les découvertes pourraient nous mener. (KPP Wadowicach). Nous sommes le seul site d'archéologie pop combinant la recherche scientifique avec des perspectives originales.

Cela indique l'ampleur du commerce illicite de biens culturels en Pologne et à quel point il est facile d'acheter des artefacts excavés illégalement. Dans l'ancienne Mésopotamie, un dépôt de fondation du souverain de l'empire akkadien Naram-Sin (gouverné vers 2200 avant notre ère) a été découvert et analysé par le roi Nabonide, vers 550 avant notre ère, qui est ainsi connu comme le premier archéologue. L'astronaute de Casar est un mystère non résolu, mais pouvons-nous l'expliquer ? D'autres objets ont été achetés sur des sites d'enchères en ligne. Les captures d'écran contenant des éléments d'interface utilisateur sont généralement déclinées à vue, il en va de même pour les captures d'écran du visualiseur de modèles ou de l'écran de sélection des personnages. Merci d'avoir posté cet article Ed J'ai aimé lire les circonstances donc jusqu'à la prochaine fois Au revoir. Un artefact ou artefact est tout objet fabriqué ou modifié par une culture humaine, et souvent récupéré plus tard par une entreprise archéologique. Batman existait dans la mythologie mésoaméricaine et son nom était Camazotz, le puissant symbole de la croix gammée et ses 12 000 ans d'histoire, Solid Muldoon : l'homme préhistorique pétrifié était un canular élaboré et audacieux, la liste des rois sumériens intrigue toujours les historiens après plus d'un siècle de recherches , Un pèlerinage de la pensée : La Divine Comédie de Dante Alighieri, La découverte qui a révélé que les humains anciens ont navigué sur les mers il y a 130 000 ans, Les preuves sont gravées dans la pierre : Un argument convaincant pour la perte de la haute technologie dans l'Égypte ancienne, Dix inventions étonnantes des temps anciens , Les dents de castor "utilisées pour sculpter la plus ancienne statue en bois du monde", Secrets Behind the Creepy Plague Doctor Mask and Costume.


Des chiens dressés pour flairer d'anciens trésors pillés en Syrie

Les chiens de travail sont entraînés à flairer d'anciens trésors passés en contrebande de pays comme la Syrie et l'Irak. Le programme de recherche américain pionnier – « K-9 Artifact Finders » – a été mis en place en réponse à l'alarme suscitée par le trafic du patrimoine culturel.

Les chiens jouent déjà un rôle crucial dans la détection des stupéfiants et des engins explosifs. Le nouveau programme, impliquant le Penn Vet Working Dog Center de l'Université de Pennsylvanie, espère les utiliser pour extirper des artefacts culturels dans les conteneurs d'expédition, les caisses de fret, la poste et les bagages. Michael Danti, un archéologue qui a travaillé en Iran, en Irak et en Syrie, a déclaré que les chiens peuvent déjà détecter le sol et les produits agricoles, et il pense que leurs odeurs cibles pourraient être encore affinées.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a confirmé que les terroristes génèrent des revenus de la contrebande de biens culturels. Un « énorme pourcentage » du site Dura-Europos du Ve siècle en Syrie a été fouillé illégalement, a déclaré Danti. « Il faudrait des siècles aux archéologues pour faire autant de fouilles scientifiquement. C'est juste un site. Nous voyons cela partout dans la zone de conflit.

Red Arch, un groupe à but non lucratif dont la recherche comprend l'enquête sur le trafic d'antiquités et le pillage archéologique, est également impliqué dans le programme. Rick St Hilaire, son fondateur, a déclaré que l'idée d'utiliser des chiens lui est venue après avoir vu un reportage sur un chien détectant des appareils électroniques : « Je pensais que si les chiens pouvaient détecter des appareils électroniques, qu'en serait-il des antiquités ? »

Cynthia Otto du centre Penn Vet, spécialisé dans la recherche sur les chiens détecteurs, estime que le programme d'antiquités est sans précédent. Les chiens sont récompensés par du temps de jeu ou de la nourriture, a-t-elle déclaré. « Ils aiment absolument le travail : c’est ce qui est si merveilleux. »


Les chiens pourraient bientôt être en première ligne dans la lutte contre la contrebande d'artefacts

A l'Université de Pennsylvanie, Roxie, Moxie, Pacy, Scout et Grizzly sont prêts pour leur premier cours d'archéologie. Les élèves – quatre labradors et un berger allemand – chacun à tour de rôle avec un entraîneur dans une pièce calme pour se concentrer sur la tâche à accomplir : renifler du coton qui avait été scellé dans un sac avec des morceaux de poterie syrienne ancienne, puis recevoir une friandise .

Contenu connexe

Au Penn Vet Working Dog Center, des chercheurs ont appris aux chiens à détecter les bombes, les drogues, les incendies criminels, les personnes et même le cancer. Mais c'est la première fois que les chiens apprennent à reconnaître l'odeur des artefacts. L'objectif est de réduire la contrebande de trésors archéologiques en provenance de Syrie et d'Irak, où les pillages ont explosé en tant que source de financement pour les groupes terroristes.

Le projet K-9 Artifact Finders est une collaboration avec le Penn’s Museum of Archaeology and Anthropology et Red Arch Cultural Heritage Law and Policy Research, une organisation à but non lucratif qui tente d’endiguer le trafic. « Comment empêcher ces artefacts culturels de contrebande de traverser les frontières sans fouiller chaque envoi, chaque valise ? » demande Ricardo St. Hilaire, le directeur exécutif de Red Arch. L'initiative K-9 était son idée, un moyen de voir si les chiens de détection peuvent freiner le trafic dans les aéroports, les ports maritimes et d'autres endroits où les antiquités volées passent la sécurité.

Une fois que les chiens auront appris à identifier l'odeur des artefacts, leur sensibilité sera testée, a déclaré la directrice du WDC, Cynthia Otto. Les chiens peuvent-ils sentir la différence entre les pièces de poterie qui se trouvent dans un musée depuis des années et celles qui ont été récemment fouillées et donc plus susceptibles d'avoir été pillées sur un site archéologique ? Les antiquités de Syrie sentent-elles la même chose que celles d'Irak ?

Quelques semaines après leur premier reniflement, tous les chiens de cette classe inaugurale reconnaissent l'odeur de la poterie. Moxie a particulièrement vite fait son chemin. Entourant un disque d'acier avec des compartiments cachant divers articles - des gants en caoutchouc, du papier, du coton uni - elle s'arrête soudainement à celui qui contient le coton parfumé à la poterie et le flaire avec enthousiasme. “Woo-hoo!” l'entraîneur trilles. Remuant la queue, Moxie trottine pour prendre une petite bouchée de hot-dog, puis continue sa formation de soldat dans la guerre contre le terrorisme.


Les chiens peuvent-ils flairer un trésor volé ?

Il semble qu'il n'y ait pas de fin aux choses que les chiens détecteurs d'odeurs peuvent être entraînés à trouver. Le nez d'un chien est un outil puissant pour découvrir tout, des téléphones portables interdits dans les prisons aux bactéries mortelles en passant par les punaises de lit. Cet incroyable sens de l'odorat peut-il également aider à préserver une partie importante du patrimoine culturel de l'humanité ?

Des régions du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord subissent un pillage généralisé de sites archéologiques importants. La guerre et les troubles politiques ont rendu de nombreux pays vulnérables à la perte de biens culturels. Selon l'organisation Red Arch Cultural Heritage Law & Policy Research (Red Arch Research), entre 2012 et 2013, en période de guerre civile en Syrie, la valeur déclarée des importations américaines d'« antiquités » en provenance de Syrie a grimpé de 133 %. De même, l'importation d'« antiquités » d'Irak a augmenté de 1 302% pendant une période de troubles entre 2009 et 2013.

La Syrie et l'Irak perdent une partie de leur patrimoine culturel, et les profits illégaux financent le crime organisé et les terroristes. Selon le Conseil de sécurité des Nations Unies, des groupes terroristes pillent et font passer en contrebande des biens culturels pour générer des revenus et soutenir leurs efforts de recrutement. Cela rend encore plus critique l'arrêt du commerce illicite d'antiquités à travers la frontière américaine.

Jusqu'à présent, les efforts visant à freiner le flux de ces trésors volés ont rencontré un succès limité. Il est difficile pour les douaniers de trouver des artefacts cachés dans des caisses et des colis. Sans parler de la complication supplémentaire des formulaires d'importation falsifiés. Pour inverser la tendance, Red Arch Research a développé le programme K-9 Artifact Finders. Il espère que les chiens pourront être dressés pour aider les douaniers à identifier les suspects de contrebande en reniant les artefacts culturels pillés illégalement dans les installations de fret, les aéroports et autres points d'entrée aux États-Unis.

Red Arch Research s'est associé au Penn Museum de l'Université de Pennsylvanie et au Penn Vet Working Dog Center pour entraîner les chiens à détecter les artefacts de contrebande. C'est la première fois que cette formation est effectuée, et elle nécessite de véritables artefacts pour enseigner aux chiens l'odeur qu'ils rechercheront. Des artefacts, tels que des poteries, seront utilisés. Tous seront légalement et fraîchement fouillés dans la région du Croissant fertile en Irak et en Syrie, une zone qui est une cible de choix pour les pillards.

La première phase du projet impliquera quatre chiens du programme de formation du Penn Vet Working Dog Center qui ont été choisis pour leurs capacités physiques et mentales. C'est un travail précis qui demande une personnalité patiente. Les techniques de formation seront similaires à celles utilisées pour la détection de bombes ou de drogues. Tout d'abord, l'odeur de la poterie sera capturée en l'essuyant avec un matériau absorbant. Ensuite, les chiens recevront plusieurs échantillons de matériel à renifler. Quand ils sentiront un échantillon avec l'odeur de poterie, ils recevront une friandise. Quand ils sentent un échantillon qui n'a pas l'odeur, ils ne recevront pas de friandise.

Une fois que les chiens ont été imprégnés de l'odeur de la poterie, leurs compétences en matière de discrimination des odeurs seront testées. Si ces tests prouvent que les chiens peuvent détecter l'odeur des artefacts, alors Red Arch Research espère collecter suffisamment de fonds pour passer à la deuxième phase du projet, en testant à l'extérieur du laboratoire. Si les chiens peuvent réussir dans le monde, alors la phase finale du projet consisterait à créer un programme de démonstration pour les douaniers. Ces chiens spécialement dressés pourraient devenir le nouvel outil dont disposent les agents pour empêcher la contrebande de trésors archéologiques et récupérer et protéger le patrimoine culturel de l'humanité.


Le blog d'histoire

Le Penn Museum déploie l'une des armes de la plus haute précision de la nature, le sens olfactif canin, dans la lutte contre le pillage des artefacts. Le musée, le Penn Vet Working Dog Center et l'association à but non lucratif Red Arch Cultural Heritage Law and Policy Research travaillent ensemble sur un projet qui entraînera les chiens à détecter et à protéger les artefacts de contrebande.

Ce n'est plus une affaire de desperados locaux essayant de gagner de l'argent rapidement, la contrebande d'artefacts est maintenant une grosse affaire, générant environ quatre à six milliards par an de profits sanglants pour les organisations criminelles et terroristes.

“[K-9 Artifact Finders est] un moyen innovant de perturber le marché des antiquités illicites, et c'est vraiment ce qui doit arriver pour ralentir le rythme des pillages et des vols dans les zones de conflit,” le Penn Museum et le diplômé du doctorat de 2000 Penn, Michael Danti. « Actuellement, le crime artistique, c'est-à-dire les beaux-arts, les antiquités, les antiquités, est généralement classé au quatrième ou au cinquième rang des activités criminelles en termes de revenus bruts dans le monde sur une base annuelle.

Danti a déclaré que les organisations terroristes utilisent souvent des artefacts culturels volés pour financer leurs opérations, les détruisant délibérément et les utilisant à des fins de propagande et de "click-bait". précédent pour d'autres organisations similaires d'employer les mêmes techniques.

Le programme K-9 Artifact Finders est encore dans la phase de configuration initiale à ce stade. Le plan est divisé en trois parties, un peu comme César l'a fait pour la Gaule. Pour réduire la gamme presque incroyablement large d'odeurs associées aux objets du patrimoine culturel, les formateurs se concentreront sur le Croissant fertile qui a été dévasté par la guerre, l'instabilité et des criminels organisés de plus en plus professionnels qui traitent l'immense patrimoine culturel de la région comme leur tirelire personnelle. . La collection de classe mondiale d'artefacts mésopotamiens du Penn Museum sera inestimable dans cette poursuite.

Quatre chiens du Working Dog Center’s, soigneusement sélectionnés pour leur nez et leur tempérament, apprendront à distinguer jusqu'à trois types d'objets nouvellement fouillés. Une fois que les chiens ont terminé l'impression de l'odeur et ont reconnu ce qu'ils sont censés rechercher, les entraîneurs leur apprendront à distinguer les différents sous-ensembles d'odeurs.

[Penn Vet professeur Cynthia] Otto a dit qu'il existe une procédure spéciale pour introduire l'odeur des artefacts aux chiens sans compromettre les artefacts.

“Notre principale approche de formation consistera à utiliser des boules de coton et à laisser les artefacts et le coton reposer ensemble dans un sac fermé non perméable. De cette façon, l'odeur des artefacts est absorbée par le coton et nous n'avons pas à risquer d'endommager les artefacts », a déclaré Otto. “Nous entraînerons également les chiens à ignorer l'odeur du coton uni et d'autres choses qui pourraient être similaires mais pas l'artefact réel.”

La deuxième phase sera des tests sur le terrain et la troisième un programme de démonstration qui donnerait aux agents des douanes les outils nécessaires pour former leurs propres unités K-9 à trouver des artefacts de contrebande. Les phases II et III n'ont pas encore tout le financement dont elles ont besoin. Pour faire un don déductible des impôts pour aider à faire passer le programme de la théorie à la pratique, cliquez ici.

Il y a beaucoup d'inconnues à propos de cette idée révolutionnaire, comme s'il est même possible pour les chiens de faire la distinction entre les artefacts et les choses qui sentent comme eux en raison d'un environnement partagé ou de ce que vous avez. Je parie que c'est ça. Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du nez canin, et l'équipe anti-pillard ne serait pas le premier chien utilisé pour aider les archéologues. Migaloo, une très bonne fille de Brisbane, en Australie, a été formée pour détecter les restes humains d'âge archéologique. Les chiens cadavres existent depuis longtemps, mais Migaloo a été le premier à avoir le nez et la formation nécessaires pour détecter les restes ossifiés, pas la chair en décomposition. Elle a trouvé des restes squelettiques vieux de 600 ans enfouis à huit pieds sous terre lors d'un de ses tests.

Cette entrée a été publiée le jeudi 11 janvier 2018 à 23:09 et classée dans Ancient, Looting, Modern(ish). Vous pouvez suivre toutes les réponses à cette entrée via le flux RSS 2.0. Vous pouvez passer à la fin et laisser une réponse. Le ping n'est actuellement pas autorisé.


Rencontrez Riley, le chiot dressé pour détecter les insectes au musée des beaux-arts de Boston

Le Museum of Fine Arts de Boston a récemment fait des acquisitions assez incroyables. Au cours de la dernière année seulement, le musée a reçu une importante collection de 113 peintures hollandaises. Il élargit également sa collection de peintres du XXe siècle. Mais comme Steve Annear at Le Boston Globe reports, le dernier ajout du musée, Riley, un chiot Braque de Weimar qui aidera le musée à rechercher des insectes et des parasites qui pourraient nuire aux œuvres d'art, est l'histoire qui attire actuellement le plus d'attention.

Les insectes dans un musée ne sont pas un petit problème. Les mites peuvent grignoter des textiles délicats comme la laine, la soie et le coton, et les coléoptères peuvent s'enfouir dans les objets en bois. Sans parler des horreurs que les poissons d'argent peuvent infliger aux livres. Pour avoir une idée des dégâts que les insectes peuvent infliger aux institutions, considérez l'"épidémie de "mites des vêtements" qui a infesté à peu près tous les musées de Grande-Bretagne.

Le musée des Beaux-Arts voulait arrêter de telles infestations avant qu'elles ne commencent. Entrez le chiot.

« Nous avons beaucoup de choses qui apportent, de par leur nature même, des insectes ou des parasites avec eux », explique Katie Getchell, directrice de la marque et directrice adjointe du Musée des beaux-arts, dans une interview accordée à Annear. « Si [Riley] peut être entraîné à s'asseoir devant un objet dans lequel il sent un insecte, que nous ne pouvons ni sentir ni voir, alors nous pourrions prendre cet objet, l'inspecter et comprendre ce qui se passe sur — ce serait remarquable en termes de préservation des objets.”

Actuellement, Riley ne connaît pas une mite de vêtements à partir d'un morceau de croquette. Mais selon Darren Reynolds d'ABC News, Nicki Luongo, le directeur des services de protection du musée (qui est également le propriétaire de Riley), entraînera le chiot pour le travail au cours de la prochaine année. Les braques de Weimar sont une race particulièrement bonne pour de telles tâches car ils ont de l'endurance et peuvent travailler de longues heures sans s'ennuyer. C'est l'une des raisons pour lesquelles ils sont souvent utilisés comme chiens renifleurs de bombes ou de drogue. Cela ne fait pas de mal non plus que Riley n'ait pas une longue queue, ce qui en fait un chien particulièrement bon pour travailler dans un musée plein d'objets fragiles.

Riley n'est pas la seule défense du musée contre les insectes, bien sûr. Getchell raconte à Annear de la Globe que le musée a déjà des protocoles stricts conçus pour exclure les bestioles effrayantes de la collection. Riley, qui travaillera principalement dans les coulisses, est une expérience. S'il est sur le point lorsqu'il s'agit de détecter les bogues, d'autres institutions pourraient avoir leurs propres chiots de musée.

Ce n'est pas le seul programme utilisant des chiens pour sauvegarder des artefacts culturels afin de faire l'actualité ces derniers temps. Katie Bontje au Pennsylvanien quotidien rapporte que le Penn Museum et le Penn Vet Working Dog Center travaillent avec le groupe du patrimoine à but non lucratif Red Arch pour former des chiens à flairer les morceaux volés du patrimoine culturel. Le programme, appelé K-9 Artifact Finders, utilise du matériel de formation du Penn Museum pour aider les chiens à trouver de la contrebande. Si cela se passe bien, à terme, les chiens pourraient être déployés sur le terrain avec des agents des douanes pour retrouver les artefacts volés.

Il y a eu une augmentation de la contrebande d'antiquités ces dernières années, alimentée par ISIS et les ventes anonymes sur Internet. Il est possible que les chiens d'antiquités puissent aider à réprimer le commerce. À tout le moins, ils semblent pouvoir détecter toutes les antiquités à base de chats.

À propos de Jason Daley

Jason Daley est un écrivain basé à Madison, dans le Wisconsin, spécialisé dans l'histoire naturelle, la science, les voyages et l'environnement. Son travail est paru dans Découvrir, Science populaire, À l'extérieur, Journal des hommes, et d'autres revues.


par Catherine Schofield Sezgin, éditrice du blog ARCA

« Interpol et l'UNESCO ont classé le vol d'œuvres d'art comme le quatrième marché noir du monde (après la drogue, le blanchiment d'argent et les armes). Mais qu'est-ce que cela signifiait ? . vol d'art -- le mythe. C'est un jeu plus vaste, avec plus de joueurs, et le commerce légitime de l'art est directement impliqué. Beaucoup de crimes sont cachés au grand jour. Le vol d'art n'est que le début. Ensuite, l'art est blanchi dans le marché légitime, dans les collections privées, dans les musées les plus renommés du monde." -- extrait de Joshua Knelman Art chaud

Le livre présente le blogueur anonyme Art Hostage (Paul Hendry) qui s'avère être la source de Knelman sur le vol d'art Jonathan Sazonoff et son site Web The World's Most Wanted Art et Ton Cremers et The Museum Security Network (MSN).


Procureurs, chiens détecteurs et lois : 6 recommandations des forces de l'ordre pour lutter contre le trafic transnational du patrimoine culturel

Le trafic transnational du patrimoine culturel prospère sur un marché opaque de l'art et des antiquités. Attractive features of this marketplace include discretion surrounding business transactions, easy creation of shell corporations, the high probability that smuggled imports won't be detected, clever mechanisms to move money, infrequent prosecutions of traffickers, and limited regulatory resources.

Police and prosecutors need additional tools to build capacity, spot contraband, and capture the criminals. Here are six recommendations.

At least two federal prosecutors should be assigned to focus exclusively on cultural heritage trafficking. One might be placed in the U.S. Department of Justice in Washington , DC and another in the criminal division at the U.S. Attorney's Office for the Southern District of New York, the heart of America's art and antiquities marketplace.

Only federal prosecutors have authority to prosecute federal felony crimes like importing goods illegally or falsifying import paperwork, crimes which are typically part of antiquities trafficking.

While there have been several commendable cases where federal authorities have seized contraband antiquities and sent them back to their country of origin-- particularly in New York City --few have resulted in criminal convictions. This "seize and send" policy must mature into an "investigate and indict" objective, where authorities hold individuals accountable through convictions and criminal penalties. Otherwise thieves, smugglers, fences, and their accomplices will continue to experience no specific deterrence or general deterrence that the criminal justice system uses to curb criminal conduct.

Already the seizure and forfeiture of cultural property in federal court depends on a U.S. Attorney proving that a criminal statute was violated. So it only makes sense that the individuals who commit the underlying crime should be prosecuted too. Once cultural objects are sent away to their country of origin through the seizure and forfeiture process, there is no case left to prosecute because the primary evidence has been sent away, an outcome that occurred even in a case where investigators suspected terrorist financing.

Without federal prosecutions, U.S. attorneys fail to develop the trial or investigative skills needed to uncover and describe to juries criminal networks and their subtle money trails, clandestine trafficking routes, and shell corporations used to move contraband cultural property into the American marketplace.

Specialized prosecutors would be expected to work together to support Homeland Security Investigations and the FBI, which in turn would sharpen prosecutors' white collar crime skills to help guide investigations, craft search warrants, present cases before grand juries, and try cases in the courtroom. The art and cultural property theft cases successfully handled by the team of former Assistant U.S. Attorney Robert Goldman and former FBI Special Agent Robert Wittman serve as an illustration. Roger Atwood's Stealing History tells some of their stories.

#2 State prosecutions
Matthew Bogdanos, a prosecutor at the New York County District Attorney’s Office, is pioneering efforts to apply state law to cultural property crimes. One example is the conviction he secured in the case of People v. Aaron Freedman. Manager of Subhash Kapoor's Art of the Past gallery in New York City, Freedman pleaded guilty in 2013 to felony conspiracy and five counts of felony criminal possession of stolen property. But we need more state prosecutors focused on these types of crimes.

While federal law has jurisdiction over illegal import cases, state law is best used to prosecute sellers of stolen cultural property. Since 2005, CHL’s author has discussed how district and county attorneys--who generally have lots of experience prosecuting property cases--may rely on state receiving stolen property statutes to target culpable sellers of cultural heritage objects.

Every state has enacted a receiving stolen property statute in some form, and these laws generally prohibit a person from selling, transporting, or receiving stolen property. State receiving stolen property laws are fundamentally similar to the National Stolen Property Act (NSPA), the federal statute that outlaws different forms of theft. But many states' laws give distinct advantages to district and county attorneys, allowing them to more easily hold dirty dealers accountable.

F or example, over two-thirds of state laws require lower mental states. Where the NSPA requires proof that a criminal defendant had full knowledge that a cultural object was stolen, most state laws only require proof that the offender should know, had reason to know, had reason to believe, or simply believed that the property in a dealer's possession or offered for sale was stolen or probably stolen. A federal prosecutor would need to prove that a dealer actually knew an object was stolen, but a state prosecutor may simply need to prove that a dealer had reason to believe that an artifact had been stolen, which is a much lower legal burden.

More importantly, almost one quarter of the states have a built-in legal assumption that a dealer in goods is presumed to know an object was stolen when (a) the dealer did not reasonably gather information about whether the good was lawfully sold or delivered to the dealer, (b) acquired the good far below reasonable value, or (c) purchased or sold the good outside the regular course of business. New York Penal Law § 165.55(2) is an apt example: "A … person in the business of buying, selling or otherwise dealing in property who possesses stolen property is presumed to know that such property was stolen if he obtained it without having ascertained by reasonable inquiry that the person from whom he obtained it had a legal right to possess it."

In New York, like in other states, it is no defense that somebody else stole the property or that the property was stolen from out of state. And states, for the most part, don't require the stolen property to be valued at $5,000 or more, in contrast to the federal NSPA statute.

All these legal advantages give district and county prosecutors an edge to hold antiquities and other cultural property dealers accountable when a crime has been committed.

#3 Detector dog research

Detector dogs that could sniff out smuggled cultural heritage objects, particularly archaeological artifacts, certainly would help customs agents at U.S. ports of entry.

Huge numbers of commodities pore across America's borders each day. For customs agents to spot illicit art, antiquities, and collectibles arriving by cargo ship or air freight among the countless illegal drugs, guns, bird feathers, mangoes, jellyfishes, seeds, counterfeit NFL jerseys, and the like can be overwhelming. Remember too that their highest priority is intercepting radiological, biological, and other explosives before they can cripple the homeland. That is why cultural property detector dogs could prove useful.

Sniffer dogs already have demonstrated their worth to U.S. Customs and Border Protection agents by detecting pests and illegal agricultural goods. That is why research must be undertaken to see if detector dogs can be trained to identify smuggled antiquities and other cultural objects. Preliminary inquiries by Red Arch in consultation with relevant experts suggests that such a research project is worthwhile.

#4 Recordkeeping laws When a healthy trade becomes a blackmarket temptation for stolen and smuggled cultural heritage, new recordkeeping laws could assist prosecutors and police. These laws would require dealers, galleries, and auction houses to record the identities and transactions of suppliers and buyers of cultural property while upholding legitimate business privacy interests. See the detailed recordkeeping proposal here .

When pawn shops became magnets for stolen property, states overwhelmingly passed recordkeeping laws to help police as well as crime victims. States similarly passed scrap metal recordkeeping rules when stolen copper and aluminum flooded the marketplace. For banks, the USA Patriot Act enacted another kind of recordkeeping rule called Know Your Customer, which helps identify money launderers, terrorist financiers, and foreign corrupt practices within the financial industry. In like manner, law enforcement should have access to business records that would help uncover perpetrators of cultural heritage trafficking.

#5 Enhanced AML/CTF statutes To zero in on untraceable shell corporations, laundered money, and terror financing associated with cultural heritage trafficking, existing anti-money laundering and counter-terrorist financing laws (AML/CTF) need to be enhanced to include the cultural property market.

Current statutes are designed to root out criminal exploitation of highly susceptible commercial and financial industries. Yet the marketplace for art, antiquities, fossils, ancient coins, and other cultural property remain absent from this list.

The Financial Action Task Force (FATF ) , the seminal inter-governmental organization focused on AML/CTF, specifically identifies illicit trafficking of cultural goods, counterfeiting of antiquities, and the illegal trade of antiquities as facilitators of money laundering and terrorist financing. Moreover, the U.S.Department of State's Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs Office of Anti-Crime Programs specifically refers to "art dealers" when discussing AML/CTF objectives. The Basel Art Trade Guidelines also point out, "Far more serious than shady dealings in a legal gray area, the sector’s shadow economy encompasses issues ranging from looted art, professional counterfeiting and fake certificates to the use of art sales for the purpose of money laundering.

Pawnbrokers, car dealers, dealers in precious metals and jewels, travel agents, and other NBFI's (non-bank financial institutions) are identified by AML/CTF laws as industries where criminals are known to clandestinely move large amounts of money or discreetly convert cash into high value goods. But the art and antiquities marketplace is not included in the Bank Secrecy Act, the USA Patriot Act, and other AML/CTF statutes. This needs to change.

An additional legislative change is needed to expose cultural property smugglers who set up myriad shell corporations to discreetly hide their business operations. They create untraceable companies that only exist on paper and whose officers remain unknown, or they use layers of shell corporations to transfer cultural contraband through a maze of paper trails to throw off investigators.

One proposal currently wending its way through the U.S. Senate seeks a solution. The Trade Facilitation and Trade Enforcement Act ( S. 1269 and similar companion bills) calls on the Department of Homeland Security to assign a single registration number to importers of record. That way importers can't set up multiple import companies to hide their identities or their trade activities.

[Sidebar: Setting up a separate, companion corporation is not illegal. But hiding illegal business transactions in a shell corporation is. Cases involving "Bactrian Global Enterprises" and Nimbus Import Export are two examples where separate corporations were maintained. Were they for legitimate reasons or not?]

#6 Adding the cultural property marketplace to consumer protection watch lists Cultural property crimes impact consumers who may pay substantial amounts for ancient Greek vases, Egyptian sculptures, and similar cultural heritage objects. The objects might be looted, stolen, or smuggled, or they might even be fakes. Because cultural property markets contain a number of recently surfaced artifacts without documented collecting histories, or with thinly veiled collecting histories, or with entirely false histories, consumers risk purchasing illegal or fake heritage objects. That is why state attorneys general should instruct their consumer protection divisions to be watchful.

Attorneys general typically enforce laws that protect consumers against deceptive, unfair, unconscionable, and/or unlawful business practices, and they are endowed with civil and criminal legal tools to investigate illegal misconduct by a particular company or by an entire industry.

New York General Business Law § 349(a) is one statutory example that proclaims, "Deceptive acts or practices in the conduct of any business, trade or commerce or in the furnishing of any service in this state are hereby declared unlawful." ExecutiveLaw § 63(12) gives the Empire State's attorney general power to investigate and issue subpoenas, even in cases where there was no actual intent to deceive. Where representations or omissions may reasonably have misled consumers, the NY attorney general can bring an action on behalf of the affected consumers.

An example of an industry-wide consumer protection investigation is NY Attorney General Eric Schneiderman's recent probe into abuses found within the concert and sports ticket industry. Other investigations might focus instead on a single business. Oftentimes, state attorneys general will partner each other and/or with federal consumer protection agencies to confront systematic problems that are widespread.


Voir la vidéo: Secret Caché étrange Artefact en Amérique Archéologie interdit doc e (Décembre 2021).