Informations

Panzer III Ausf L ou Ausf M, Tunisie 1943


Char moyen Panzerkampfwagen III 1936-44, Bryan Perrett. Une bonne introduction pour quiconque s'intéresse au Panzer III, ce livre couvre le développement du char, la structure des forces panzer allemandes et sa carrière militaire, qui a vu le Panzer III passer du statut de char de combat principal du Troisième Reich à celui de sous-marin. -armé et sous-blindé [voir plus]


Le Panzer III a été développé dans les années 1930, dans le cadre de la nouvelle doctrine de combat blindée allemande. Destiné à combattre les chars et l'infanterie ennemis, le nouveau char est entré en production en 1936. Conçu par Daimler-Benz, c'était un char allemand traditionnel, avec des surfaces fortement inclinées, une superstructure carrée et une boîte de vitesses montée à l'avant. Les quatre premières variantes, Ausf. A à D, étaient des développements itératifs qui ont aidé les ingénieurs allemands à éliminer les défauts dans la conception et à itérer sur les technologies nécessaires à sa production, la première variante mature étant l'Ausf E, introduit en 1939. Initialement adéquat pour combattre les chars ennemis, le Panzer III a été remplacé par son grand frère, le Panzer IV, dans sa règle de combat de chars alors que les limites de sa conception devenaient apparentes.

Ausf. M était l'avant-dernière variante du Panzer III, produit d'octobre 1942 à janvier 1943. Les Panzer IIIM ont été modifiés pour permettre le passage à gué jusqu'à 130 & 160 cm de profondeur, équipés d'une paire de lance-fumée à triple canon (90 mm NbK) et montés le canon de char standard de 5 & 160 cm KwK 39 L/60. Les Schurzen (écrans latéraux) ont été installés sur les panzers M à partir de mars 1943. Seuls 250 chars de cette série ont été produits, car Hitler a ordonné l'arrêt de la production, au profit des StuG et des canons de char de 75 mm montés sur casemate, idéaux pour combattre les chars soviétiques.


Indice

11 de Janeiro de 1934, após especificações criadas por Heinz Guderian, o departamento de Armas do Exército começou a desenvolver plans para um tanque medio com o maximo de 24.000 kg e uma velocidade máxima principal de 35 km/h, com a inten o tanque das forças Alemãs Panzer, capaz de destruir outros tanques e auxiliaire a infantaria.

O Panzer III era um bom tanque, mas não surpreendentemente bom, em termos de blindagem, armamento e mobilidade. Contudo influenciou os futuros tanques ao possuir três homens na tripulação do canhão (artilheiro, carregador e comandante), deixando assim o comandante livre para concentrar-se em comandar o tanque e instruir ordens para a tripulação.

A intenção de utilizar o Panzer III como o principal tanque de batalha Alemão foi largada, devido ao canhão de 50 mm não conseguir penetrar a armadura dos tanques Soviéticos T-34 e KV-1 e foi assim substituído pelo Panzer IVregar que conseguia car canhão de 75 mm.

Mais tarde na guerra, um modelo do Panzer III foi criado com um curto canhão de 75mm, uma tentativa de aprimorar o tanque, mas com menos velocidade do que o Panzer IV, sendo adotado como arma anti-infantaria, e depois de 1943, foi adotado como um apoio aos tanques Tiger I, por conta de sua velocidade em um combate de curta distância. [ 3 ] O chassis do Panzer III fez com que surgisse o caça-tanques StuG III armado com um canhão L/34 de 75 mm.


Armure avec la LSSAH à Koursk

Publier par glandFlyer » 10 mai 2005, 10:58

Quelqu'un peut-il me dire quel type d'armure a été utilisé par le Leibstandarte entre les 11 et 12 juillet 1943 lors des combats au sud-ouest de Prokhorovka ?

Je sais qu'il y avait 4 Tiger I de la 13e Kompanie présents (selon Glantz) et le livre de Ralf Tieman mentionne les PzIV (mais ne donne pas de chiffres).

Des récits supplémentaires que j'ai lus mentionnent soit des « armes à feu d'assaut » ou les « armes d'assaut divisionnaires », ainsi que le « groupe divisionnaire de panzers ».

Je cherche à remplir les blancs, si quelqu'un peut m'aider.

Publier par Christian Ankerstjerne » 10 mai 2005, 23:56

  • 4 * Pz.Kpfw.II
  • 3 * Pz.Kpfw.III kz.
  • 10 * Pz.Kpfw.III lg.
  • 67 * Pz.Kpfw.IV lg.
  • 13 * Pz.Kpfw.Tiger Ausf.E
  • 9 * Bef.Pz.

Publier par glandFlyer » 11 mai 2005, 10:11

Merci beaucoup pour la réponse.

Quelle est la différence entre le Pz.Kpfw.III kz. et le Pz.Kpfw.III lg.? Cela se traduit-il par des numéros de modèle ? (ex : Ausf L ou Ausf N ?)

Et n'y a-t-il aucune mention des « armes d'assaut divisionnaires » auxquelles fait référence David Glantz ?

Encore une fois, merci beaucoup pour votre aide.

Publier par Miha Grcar » 11 mai 2005, 11:38

Pz.Kpfw.III kz. signifie que ce Panzer III avait un Kw.K. de 5 cm. (L/42) - canon court (kz = ktu esz - court)

Pz.Kpfw.III lg. avait un 5 cm Kw.K.39 (L/60) - canon long (lg = jeung - longue)

Publier par glandFlyer » 11 mai 2005, 11:53

À la fin du 11 juillet, j'ai ces chiffres pour les AFV LSSAH restants :

11/Fin - LSSAH a 4 PzII, 5 PzIII, 47 PzIV, 4 Tigers, 10 StuG, 20 PzJg (total 90 AFV)

Est-ce que quelqu'un sait comment les StuGs et PzJgrs s'intègrent dans les chiffres LSSAH fournis par Christian, ci-dessus ? Ou à quel modèle StuG et PzJgr se réfèrent-ils ? (Je suppose que les StuG IIIF et Marder III, mais j'aimerais en être sûr)

Publier par Christian Ankerstjerne » 11 mai 2005, 12:12

Le 1.SS-Pz.Gren.Div. n'a perdu qu'un Tigre, donc je soupçonne que ces chiffres sont ceux des chars qui sont pleinement opérationnels. Les deux autres SS-Pz.Gren.Div.s n'ont perdu qu'un seul Tigre chacun, et le Pz.Gren.Div.Großdeutschland n'a perdu aucun Tigre. Dix Tigres supplémentaires ont été perdus. De mémoire, je crois que sept Tigres ont été perdus par le s.H.Pz.Abt.507, et trois par le s.H.Pz.Abt.503, mais je ne suis pas tout à fait sûr de ces chiffres. Le nombre total de Tigres était de 137, dont un total de 13 ont été perdus, pendant Unternehmen Zitadelle.

Publier par glandFlyer » 11 mai 2005, 12:27

Merci Christian, mais ce ne sont pas les Tigres qui m'intéressent vraiment. Avez-vous une idée de ce qu'étaient réellement les StuG et les PzJgr mentionnés ci-dessus ?

Salut,

Publier par poêleb » 11 mai 2005, 13:02

Les Panzerjäger que vous recherchez sont des Marder III H, qui ont été affectés à l'unité avant l'arrivée à Kharkov, début 1943. Ils ont également reçu 4 Marder III Ausf M en juin 1943 en remplacement à temps pour l'offensive de Koursk.

Ron Klages m'a donné cette information il y a quelque temps

LSSAH a reçu les 20 Marder III Ausf H [7.5cmPak] suivants par numéros de châssis :
1820, 1821, 1824, 1825, 1829-1835, 1837, 1847, 1848, 1850, 1851, 1855, 1856, 1858 et 1860. Il s'agissait certainement d'Ausf H puisque les numéros de châssis utilisés pour l'Ausf H étaient de 1768 à 1949 et 1968-1969 et 2016-2075. Les numéros de châssis des Marder III Ausf Ms étaient 2121 et plus. De plus, ces 20 énumérés ci-dessus ont été produits et acceptés par l'armée au mois de décembre 1942.
Étant donné que le LSSAH se réorganisait et se réorganisait dans la région de Normandie en France d'août 1942 à janvier 1943 avant d'être transporté vers l'est pour combattre dans les batailles de Charkov en février 1943, je soupçonne que les 20 Marder III Ausf H ci-dessus étaient délivré à et reçu par la division au début de janvier 1943 avant leur départ vers l'est. Je crois que la division est arrivée dans la région de Charkov vers le 28 janvier 1943.

I.Pz.Jager Abt./1.SSLAH se voit attribuer 4 Ausf M ( Sd Kfz 138 ) en juin 1943


Quant aux Stugs, ils avaient un mélange de Stug III F-8 et de Stug III G (au début), ceci est basé sur des preuves photographiques de la série "Waffen SS à Koursk" de Spezzano.

Publier par glandFlyer » 11 mai 2005, 13:09

L'homme au sommet! C'est exactement l'info que je cherchais, merci beaucoup Steve.

Publier par poêleb » 12 mai 2005, 03:14

Pas de problème, comme le dit toujours Ron, les informations non partagées sont perdues.

Il y avait aussi des Panzer I avec le LAH pendant Koursk, mais ils n'apparaissent pas sur les rapports d'effectifs. Des preuves photographiques les montrent avec les Marders, soit comme porte-munitions, soit comme soutien contre une attaque d'infanterie.

Il y a même une photo d'un Befehlspanzer I B pendant Koursk, avec Albert Frey et d'autres commandants l'utilisant comme point de vue pendant la bataille.

Ils étaient considérés à l'époque comme des véhicules obsolètes, ce qui explique probablement leur absence des rapports officiels.

Publier par Panzeralex » 12 mai 2005, 23:22

Bonjour à tous.
Intéressant, car tout n'est pas si simple qu'il y paraît à première vue avec le numéro et le type Panzerjager (Sfl) dans le LAH.
1. Selon le rapport sur l'état des véhicules blindés de 10 jours du 4e PzA du 1er juillet 1943, il n'y avait que
20 – 7,5 cm 38 (t) Panzerjager (Sfl) (19 – prêt au combat et 1 en réparation à court terme) et 1 – 7,62 cm (r) Pz. II Panzerjager (Sfl) (prêt au combat), mais le rapport hebdomadaire du 4 th Pz.A du 5 juillet montre 23 7.5 cm Pak (Sfl) prêts au combat et le rapport II SS-Pz.K. du 29.06.43, 04.07.43 montrent également 23 Pak de 7,5 cm prêts au combat (Sfl).
En fait, personne ne signale, à l'exception des rapports d'état des véhicules blindés du 4e PzA sur 10 jours (21-30.06, 1-10.07.43), n'indiquent aucun 7.62 Pak (Sfl) à LAH.
Le rapport de situation mensuel de LAH à l'inspecteur général des blindés (Guderian) du 1.07.43 indique également 19 - prêt au combat et 1 en réparation à court terme 7,5 cm Pak (Sfl) et aucun 7,62 cm Pak (Sfl).
2. Stoveb a écrit que LAH a reçu 4 Marder III ausf M en juin 1943, mais il n'y a pas de liste de ses numéros de châssis dans les enregistrements du 4 th Pz.A Quartermaster, par exemple :
Div. Saint-Qu. LAH den 1.7.43 montre les autres numéros de châssis Panzer-Jager 38 (t):
1820, 1821, 1822, 1824, 1825, 1829-32, 1834-35, 1837, 1847-48, 1850-51, 1855-56, 1858, 1860.
Mais les documents II SS-Pz.K montrent la présence de 23 7,5 cm Pak (Sfl) prêts au combat le 29 juin, il est possible de supposer que dans l'ensemble LAH avait 24 - 7,5 cm Pak (Sfl) pendant l'opération Zitadelle (20 Marder III ausf H et 4 Marder III ausf M) et 1 - 7,62 cm Pak (r) (Sfl).

3. sur les remplacements et les pertes :
a) Selon le rapport II SS-Pz.K Quartermaster du 28.7.43 LAH a perdu 3 Pak Sfl. pendant la période du 5 au 18 juillet 1943 (car Totalausfalle 2 Pak Sfl. et 1 Pak (Sfl) doivent être réparés en Allemagne).
b) 7.7.43 OKH envoie 4 Pak (Sf.) 40 auf 38 t en remplacement de LAH, mais je ne sais pas quand LAH l'a reçu.


6. Panzer III

Un Panzerkapfwagen III Ausf allemand capturé. J exposé à l'école de maintenance américaine, le dépôt de réparation d'artillerie, à Héliopolis, en Égypte, en septembre 1942. Crédit : U.S. Army Heritage Education Center / Public Domain.

Les Panzerkampfwagens étaient au cœur des conquêtes nazies sur une grande partie de l'Europe dans la première partie de la guerre, mettant en évidence les développements technologiques et tactiques supérieurs de l'Allemagne et inculquant un grand sentiment de confiance.

Le succès de Rommel en Afrique du Nord doit beaucoup au Panzer III allemand, qui pouvait atteindre 25 mph, avait un canon de 37 mm qui est passé à 50 mm et un blindage de 19 mm, ainsi qu'au Panzer IV, qui se vantait d'un canon de 75 mm.


Marder III SdKfz 138

Publier par alchimie » 21 déc. 2008, 18:32

Quelqu'un a-t-il des informations sur le modèle du 6 Marder III expédié au 9 PzD en octobre 1943 ? J'ai tendance à considérer qu'ils seront "M" mais dans ce cas me semble un petit montant, peut-être une substitution pour ceux perdus à Koursk ? (Zetterling a déclaré 16 Marder en 9 PzD au début de l'offensive que je suppose que ce sera H)

Autre point connexe, où puis-je trouver l'attribution des différentes versions de Marder ?

Merci beaucoup d'avance.

Re: Marder III SdKfz 138

Publier par Bloc Martin » 25 déc 2008, 19:11

Désolé Javier, je ne sais pas d'où viennent vos informations, mais si je n'ai pas mal lu les fichiers d'allocation pour Pak-Sfl. conservé par le Gen.Insp.d.Pz.Tr. il n'y a pas eu de livraison de Sd.Kfz. 138 au 9. Pz.Div. en octobre 1943. D'autres documents montrent que la division n'avait pas de Sd.Kfz. 138, ni Ausf. H ni Ausf. M, du tout jusqu'au 20.12.1943 au moins, date après laquelle 6 Sd.Kfz. 138 Ausf. M ont été alloués à partir d'un lot d'envois de « Nachschub Ost » en novembre/décembre 1943. Tout au long de l'année 1943 Pz.Jg.Abt. 50 n'ont signalé que Marder II (7,5 cm) (Sd.Kfz. 131) dans son inventaire.

Si vous êtes intéressé par les allocations de Marder, vous pouvez les trouver dans divers numéros des séries « Nuts & Bolts » et « Panzer Tracts » couvrant la série « Marder ». Une autre option - au moins en ce qui concerne Sd.Kfz. 138 après mai 1943 - est ce lien : http://forum.panzer-archiv.de/viewtopic.php?t=8113

Re: Marder III SdKfz 138

Publier par alchimie » 26 déc 2008, 00:26

Merci Martine pour ta réponse.

Mon histoire sur les Marders du 9 PzD a commencé quand j'ai vu dans le livre de Zetterling "Kursk" que 50 PzJag Abt avait 2 compagnies avec 16 Marders au début de Koursk. Je suppose, à tort, qu'il s'agit de Marder III "H". Pour ajouter un peu plus de confusion, j'avais un couple de Gliederung de Sep-Nov 1943 où n'apparaît aucun Marder dans le 50 Panzerjager, seulement une compagnie remorquée. Je n'ai pas d'informations détaillées sur le 9 PzD fin 1942, début 1943.

La livraison des 6 Marders SdKfz 138, provient des « Fire Brigades » de Nevenkin (pag 281) une livraison en octobre 1943 de 6 de ces AFV. Aucun autre détail n'est fourni. Peut-être est-ce une erreur de frappe.

Comme encore une fois, dans le livre de Zetterling "Normandie" apparaissent 9 Marders (peut-être une société mixte de Marder II & III ?), mais aucun détail sur le modèle n'est donné.

Je viens de commander les "Panzer tracts 7-2", car les écrous et boulons semblent indisponibles (au moins sur Amazon).

Salutations
Javier Mtnez. Casarès

Re: Marder III SdKfz 138

Publier par Bloc Martin » 26 déc. 2008, 02:23

Je suis un peu confus que vos Gliederungen ne montrent que Pz.Jg.Abt. 50 avoir une entreprise de remorquage parce que les copies des rapports de division que j'ai ne montrent qu'une entreprise automotrice!

Cette livraison d'octobre 1943 mentionnée dans "Fire Brigades" est en effet incorrecte et doit être une faute de frappe ou une mauvaise interprétation.


Panzer III Ausf L ou Ausf M, Tunisie 1943 - Histoire

Voilà, j'ai enfin terminé celui-ci et j'ai le temps de le poster. Celui-ci sera mon 101ème article ici sur Imodeler.

Attention, il y a une photo graphique dans cet article, qui montre un soldat allemand mort. Il était vraisemblablement un membre d'équipage dans le char dont j'ai construit un modèle. J'aime normalement inclure des images originales avec mes modèles si je peux les trouver. Malheureusement, c'est la seule photo que j'ai pu trouver qui montre le réservoir réel.

La bataille du col de Kasserine a été un événement très important, qui a contribué à changer la façon dont l'armée américaine opérait au combat. Cela a également été une révélation pour les hauts gradés, et de nombreuses personnes occupant des postes de « leadership » ont été licenciées pour leur piètre performance.

La véritable bataille pour le col de Kasserine s'est déroulée du 19 au 24 février 1943.

Lorsque j'ai choisi le Panzer III pour modéliser la construction de groupe, j'avais l'impression que ce char particulier était utilisé par le DAK (Deutsche Afrika Korps) lors de la bataille du col de Kasserine.

Je vais abréger le nom Kasserine Pass en utilisant les initiales “K.P.” à partir de maintenant pour simplifier les choses…

Et voilà, après quelques recherches sur Internet, j'ai découvert que la bataille de K.P. consistait en de nombreux autres combats plus petits, qui ont tous joué un rôle dans le résultat final. Grâce à Internet, j'ai pu découvrir la fin de l'histoire de ce char Panzer III, le n° 115.

Panzer #115, faisait partie de la 10e Panzer Division, et a été utilisé en Tunisie. Immédiatement après la bataille de K.P., les Allemands se sont réorganisés et ont commencé une autre bataille, seulement deux jours plus tard. Cette nouvelle opération s'appelait “Operation Ochsenkopf”, ce qui signifie en allemand “Ox Head”.

L'opération “Ox Head” est également connue sous le nom de “bataille de Sidi Nsir”, et la “bataille de Hunt’s Gap”, selon vos sources. Cette opération était une autre attaque offensive en Tunisie et a duré du 26 février au 4 mars 1943.

Voici un excellent article sur Wikipedia qui couvre la bataille plus en profondeur, si cela vous intéresse. Les photos originales en noir et blanc, ainsi que la majeure partie des informations historiques proviennent de cet article Wikipedia…

Cette fois, au lieu de combattre les Américains, les Allemands combattaient les forces britanniques. Les unités allemandes impliquées étaient des éléments de la 10e division Panzer (où la majeure partie de la division était activement engagée dans une autre opération, appelée ailleurs "Spring Storm" ailleurs), la division Hermann Goring et la 334e division d'infanterie.

Ces trois unités allemandes devaient attaquer les forces britanniques en trois volets distincts (qui ressemblaient beaucoup à une tête de bœuf sur papier), donnant à la bataille son nom.

Mon Tamiya Panzer III a été utilisé lors de l'attaque "Southern Horn". Il a été assommé par un char britannique “Churchill”, comme ceux-ci illustrés ici.

Qui sait ? Nous pourrions être en train de regarder l'un des chars qui a en fait assommé mon Panzer III dans la vraie vie…

Selon l'article sur Wikipedia, les Allemands ont perdu deux canons antichars de 88 mm, deux de 75 mm et deux de 50 mm, quatre canons antichars plus petits, des véhicules à 25 roues, deux mortiers de 3 pouces, les deux Panzer III et ont infligé près de 200 victimes. Voici une image graphique montrant le Panzer III dont j'ai construit un modèle.

J'ai essayé de reproduire l'image en posant mon modèle de manière similaire.

Au départ, je voulais ajouter des membres d'équipage à cette construction. Mais après avoir trouvé cette photo, j'ai décidé de ne pas le faire, car je pensais que ce n'était pas la bonne chose à faire. J'ai presque décidé que je ne publierais pas la photo avec le pétrolier allemand mort, mais je voulais rappeler à tout le monde que la guerre est horrible. Cette photo devrait nous rappeler à tous qu'il y a un côté humain dans nos modèles…

Lorsqu'un obus entrant heurte une plaque de blindage « durcie » (le type de réservoir dont sont faits les réservoirs), si l'angle est bon, il peut dévier et ne pas pénétrer. Cependant, lorsque la cartouche entrante heurte quelque chose qui est un type de métal plus doux (comme celui utilisé dans les blocs de chenilles), cela peut en fait permettre au nez de la cartouche de s'enfoncer, ce qui facilite la pénétration dans le réservoir.

Une chose que j'ai immédiatement remarqué une fois que j'ai trouvé la photo originale, c'est que le manteau avant du canon principal avait le blindage supplémentaire "Bolt On" retiré. C'était l'une des améliorations apportées à la série Panzer III “L”, où elles permettaient un espace entre la première couche et les plaques de blindage principales. J'ai donc laissé cette plaque supplémentaire sur le modèle aussi…

J'ai peint l'extincteur en Dark Panzer Grey, car ces articles ont été fabriqués à une époque différente de la construction du char. Le Dark “Panzer Yellow” que l'on voit souvent sur les véhicules allemands de la mi-guerre, commençait tout juste à sortir lorsque cette bataille a eu lieu. En tant que tel, j'ai décidé qu'il serait préférable de peindre l'extincteur en gris foncé… J'ai utilisé la même logique pour les roues de secours …

L'extincteur est monté entre la roue de secours et le cric.

Étant un ancien membre d'équipage de char et passant beaucoup de temps dans le désert, je ne peux qu'imaginer comment ces hommes ont vécu et combattu. Je sais que nous nous sommes entraînés à la perfection. C'est souvent l'équipage qui fait la différence. Nous avions d'excellents équipages de chars et je suis sûr que mon ami Jeff Bailey dirait la même chose de son unité et de ses équipages.

C'est la vue que vous voulez voir en tant que tireur… L'arrière du char adverse…

Merci encore David, pour la création du GB, et pour l'encouragement en cours de route.

Un grand merci à Martin et à son équipe, pour l'hébergement de ce merveilleux site Web, où nous pouvons publier notre travail dans un environnement convivial.


Utilisation au combat[modifier | modifier la source]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Panzer III ne représentait qu'une fraction du total des forces blindées allemandes, avec seulement une centaine d'Ausf. A à F disponible dans les campagnes polonaises et françaises. Malgré cela, ils étaient les meilleurs chars à l'époque et surclassaient les chars déployés par ces pays, qui étaient pour la plupart des chars légers. Bien que des problèmes avec certains chars moyens et lourds français aient incité le Panzer III à passer de 37 mm à un canon de 50 mm, les batailles se sont terminées avant que les programmes ne soient mis en œuvre. Lors de l'opération Barbarossa, le Panzer III était le char supérieur numérique des forces allemandes. Bien que capable contre les chars légers soviétiques des séries T-26 et BT, il s'est trouvé dépassé par les chars soviétiques T-34 et KV-1.

L'apparition de chars de meilleure qualité et plus lourdement blindés montra que le Panzer III avait besoin d'une mise à niveau, et donc le Panzer III était monté avec un canon de 50 mm KwK 38, le premier à être monté avec ce canon fut désigné Panzer III Ausf. F.

Le Panzer III Ausf. F a d'abord été motivé par les inquiétudes de l'armée allemande selon lesquelles leur char tueur de chars était sous-marin pendant la campagne de France, où l'apparition des chars français Char B1 et britanniques Matilda a prouvé que leur arsenal actuel était insuffisant pour contrer ces menaces. Bien qu'il ait été initié pendant la campagne, il était terminé avant qu'il ne puisse être pleinement mis en œuvre parmi les forces blindées. Il a fallu attendre l'opération Barbarossa, où l'apparition des chars soviétiques T-34 et KV-1 a obligé les Allemands à utiliser de meilleures armes pour leur inventaire antichar. La solution était le 50 mm KwK 38, qui a aidé le Panzer III à pouvoir détruire ces chars soviétiques avec des obus APCR. Même si les nouveaux chars soviétiques peuvent mettre le Panzer III hors des fonctions de première ligne, il est toujours resté car les chars légers soviétiques les plus courants des séries T-26 et BT ont été plus facilement détruits par le Panzer III.

Chars moyens allemands Panzer III sur le front oriental.

L'armée allemande a continué à améliorer ses Panzer III pour les maintenir en service le plus longtemps possible. Le Panzer III Ausf. H comportait 30 mm de blindage supplémentaires appliqués aux 30 mm de blindage d'origine sur la coque. La prochaine mise à niveau importante fut le Panzer III Ausf. J, qui comportait un solide blindage frontal et arrière de 50 mm.

Le Panzer III Ausf. J a donné à l'armée allemande une meilleure armure pour leur Panzer III et avec un meilleur canon. Cependant, il était toujours considéré comme un sous-marin des chars soviétiques contemporains T-34 et KV-1, car le 50 mm KwK 38 n'était pas assez puissant pour pénétrer ces chars de front avec des munitions normales. Cela nécessite l'utilisation de l'APCR, qui était en faible quantité. Les chars légers soviétiques des séries T-26 et BT étaient toujours faciles à entretenir et étaient toujours en plus grande quantité que les T-34 et les KV, mais la production du T-34 commençait et il ne faudra pas longtemps avant le T-34 devient le char principal de l'Armée rouge.

Le Panzer III avait encore besoin d'améliorations s'il devait affronter les chars plus modernes et l'Allemagne en avait besoin pour rester en service aussi longtemps que possible pendant le développement de leurs nouveaux chars. La variante suivante comportait un blindage supplémentaire et un meilleur canon de 50 mm, le 50 mm KwK 39, sur le Panzer III Ausf. J1. Le blindage avait un blindage décalé supplémentaire de 20 mm dans la coque avant et la tourelle, et le 50 mm KwK 39 comportait un canon plus long que le 50 mm KwK 38, augmentant ses valeurs de pénétration.

Le Panzer III J1 n'était qu'un pis-aller pour intégrer le 50 mm KwK 39 en service le plus rapidement possible. Les conceptions finales de ses modèles ultérieurs ont ensuite été rebaptisées Panzer III Ausf. L.

Le Panzer III à cette époque a reçu une mise à niveau supplémentaire de son blindage dans la variante Panzer III Ausf. M, qui présentait les nouvelles jupes d'armure Schürzen.

Malgré ses aspects plus récents par rapport aux anciens Panzer III, la prédominance des nouveaux chars allemands tels que les chars Tiger I et Panther, ainsi que la mise en place des Panzer IV améliorés, les rendaient plus aptes à affronter les chars alliés que le Panzer III. Le Panzer III a commencé lentement à être relégué à des rôles secondaires tels que la formation ou les activités anti-partisanes. Néanmoins, les Panzer III se sont avérés une plate-forme blindée polyvalente en service allemand, car même s'ils étaient obsolètes à la fin de 1941, ils étaient constamment améliorés avec de meilleurs canons, une meilleure protection ou complètement modifiés pour s'adapter plus efficacement à un rôle différent de celui d'origine. Même lorsqu'il a été mis hors service, son châssis a été utilisé comme base du chasseur de chars le plus meurtrier d'Allemagne, le StuG III.

Le Panzer III, après avoir été relégué aux rôles secondaires, a été transformé en char de soutien d'infanterie avec le Panzer III Ausf. variante N, qui comprenait l'obusier de 75 mm KwK 37 équipé à l'origine dans les premiers modèles de Panzer IV.


Archives du forum

Ce forum est maintenant fermé

Ces messages ont été ajoutés à cette histoire par les membres du site entre juin 2003 et janvier 2006. Il n'est plus possible de laisser des messages ici. En savoir plus sur les contributeurs du site.

Message 1 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le: 19 novembre 2003 par berylb

Quel bonheur de lire une histoire aussi amusante et bien écrite.
Merci.

Message 2 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le : 26 novembre 2003 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Merci BerylB - vous devriez lire des histoires qui ne pourront jamais être imprimées. mais ils sont quand même marrants ! C'était, après tout, une guerre très amusante - lisez les Enveloppes vertes pour un autre rire !

Message 3 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le : 26 novembre 2003 par rymbenzid

Je recherche des personnes ayant combattu dans la campagne de Tunisie en 1943 dans la région de Beja au nord ouest de la Tunisie. Je fais une recherche sur mon histoire familiale. Beaucoup de membres de ma famille ont vécu cette période et j'aimerais avoir plus d'informations mais du côté britannique

Message 4 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le : 26 novembre 2003 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

un bon pari pour vous de suivre serait de vérifier auprès de Gerry Chester, qui fait l'histoire des Churchill Tank Brigades en Tunisie / Italie et en Europe, bien que je soupçonne que les batailles de Beja ont eu lieu avant l'hiver 1943 et plus que probablement, c'était la 4e division britannique.Inf avec la 6e division armée impliquée.

Essayez www.geocities.com/vqpvqp/nih/addenda/
tetley.html

Message 5 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le: 28 novembre 2003 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Je viens de lire un article - North African Landings de Jim Buchan qui mentionne qu'il était à Beja juste après Noël 1942 - peut-être pouvez-vous le contacter pour plus de détails

Message 6 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le: 31 janvier 2005 par stonechild

Je ne suis pas sûr de faire les choses correctement, mais je serais intéressé par les histoires de civils qui ont vécu dans les zones de conflit.

Merci pour toutes les histoires que vous avez.

Message 7 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le: 31 janvier 2005 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Cher Stonechid -
maintenant c'est difficile car nous n'avons pas trop bien fraternisé avec les indigènes de cette région dans la mesure où nous ne parlions pas leur français et ils ne parlaient pas notre anglais. . la seule "fraternisation" était de troquer du chocolat contre des œufs. et des poulets morts depuis un certain temps - généralement.
désolé de ne pas pouvoir t'aider sur ce point
Cordialement
à M

Message 8 - Tunisie 1943 par tom Canning

Posté le : 04 février 2005 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Béryll
J'ai noté l'entrée sur votre page personnelle et j'ai donc vérifié auprès du Département des affaires de Verterans à Ottawa et en vérifiant leurs livres du souvenir, je n'ai trouvé aucune référence à un Leonard Boon ou Boone !

Il y a deux entrées pour Boon Richard de l'Artillerie canadienne et un autre Robert Boon du Royal Canadian Regiment que je connais qui ont combattu depuis la Sicile en juillet 1943 dans toute l'Italie jusqu'à ce qu'ils s'installent en Belgique en janvier/février 1945 - à part ça - Je ne peux pas trop t'aider - désolé pour ça
Cordialement
tom mise en conserve

Message 1 - WW2 en Tunisie

Posté le : 04 octobre 2005 par benzid

Je voudrais juste savoir si certains d'entre vous ont été impliqués dans la campagne tunisienne dans le nord-ouest de la Tunisie. Je recherche l'un des capitaines de l'armée britannique nommé ou surnommé 'Howl'. Je serais reconnaissant si quelqu'un peut me donner des informations à son sujet.
Meilleures salutations

Cette histoire a été placée dans les catégories suivantes.

La plupart des contenus de ce site sont créés par nos utilisateurs, qui sont des membres du public. Les opinions exprimées sont les leurs et, sauf indication contraire, ne sont pas celles de la BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes référencés. Dans le cas où vous considérez que quelque chose sur cette page enfreint le règlement intérieur du site, veuillez cliquer ici. Pour tout autre commentaire, veuillez nous contacter.


Char Tigre Allemand

L'Allemagne s'est engagée tardivement dans la course au développement des chars lourds. Au moment de l'opération Barbarossa (invasion de la Russie), les Russes possédaient les meilleurs chars de l'époque, à la fois supérieurs en qualité et en quantité. L'Armée rouge était la seule au monde équipée de chars lourds (KV-1) et de chars moyens supérieurs (T-34).

Beaucoup avaient noté que le Tigre avait été conçu après que les Allemands eurent rencontré le T-34 russe lors de la campagne à l'est. Ce n'est pas tout à fait exact car la planification avait déjà commencé lors d'une réunion avec Hitler le 26 mai 1941. Ce n'est que le 22 juin 1941 que l'opération Barbarossa a été lancée. Cependant, l'intérêt d'Hitler pour le projet a culminé après que les Allemands eurent rencontré le char moyen T-34 qui avait pratiquement rendu obsolètes l'ensemble des forces panzer allemandes. Cela fit progresser le développement du nouveau char lourd à un rythme effréné. L'Allemagne n'a pas perdu de temps pour rattraper son retard dans la course aux armes à feu et allait bientôt avoir développé certains des meilleurs véhicules de combat blindés de la Seconde Guerre mondiale.

En remontant plus loin, le développement des chars lourds allemands remonte à 1937, le ministère allemand de l'Armement publiant une spécification pour un nouveau char lourd à Daimler-Benz, Henschel, MAN et Porsche. Ce projet a cependant été ignoré car les Panzer III et IV actuels s'étaient jusqu'à présent avérés des chars efficaces et avaient bien servi au combat. Ce n'est qu'au printemps 1941 que le projet fut relancé après qu'Hitler eut été impressionné par les chars lourds alliés, tels que le Char B1 français et le Matilda 1 britannique pendant la campagne à l'ouest.

Le 26 mai 1941, lors d'une réunion d'armement allemande, Hitler ordonna la création de Panzers lourds qui devaient avoir une efficacité accrue pour pénétrer les chars ennemis possédant un blindage plus lourd qu'auparavant et atteignant une vitesse maximale d'au moins 40 km/h. Une autre condition était que le prototype devait être achevé et présenté à Hitler à temps pour son anniversaire le 20 avril 1942. Ces décisions clés ont conduit au développement d'un nouveau char lourd, le Tigre 1. Ce projet était connu sous le nom de « programme Tigre ». ".




Deux entreprises ont été engagées pour la conception du nouveau char, Porsche de Stuttgart et Henschel et Sohn de Kassel. Il est intéressant de noter que Porsche est la même entreprise qui produit aujourd'hui la célèbre voiture de sport Porsche. Porsche et Henschel n'étaient responsables que du châssis et de la conception automobile. La conception de la tourelle et de l'arme principale a été attribuée à une autre entreprise, Krupp d'Essen.

La première considération pour le Tiger 1 était la sélection d'un canon principal plus puissant. L'invasion de la Russie avait montré que l'armement actuel des chars allemands était incapable de vaincre les chars russes, sauf à très courte distance. La seule arme efficace que l'armée allemande possédait à l'époque contre les T-34 et KV-2 russes était le canon antiaérien de 88 mm. Le 88 mm était une arme polyvalente capable de remplir de nombreux rôles, de l'anti-aérien à l'antichar et à l'artillerie. À cette époque, le 88 mm s'était déjà révélé être un redoutable tueur de chars, très précis et capable d'éliminer les chars ennemis à des distances extrêmes. Son ascension vers la gloire a été particulièrement remarquée dans les mains de l'Afrika Korps, sous le commandement de Rommel pendant la campagne d'Afrique. En fait, pendant cette période, le 88 mm était la seule arme que possédait l'armée allemande qui pouvait efficacement lutter contre les chars russes.

Le 88 mm était une arme encombrante, qui devait être remorquée et déployée pour être prêt à l'action. En l'état, le Tiger 1 a été le premier char à monter le canon de 88 mm dans une tourelle entièrement traversable. Krupp a conçu la tourelle pour monter le canon antichar KwK 36 L/56 88 mm. La désignation KwK 36 et L/56 impliquait simplement le numéro de modèle année 36 et la longueur du canon de 56 calibres. Selon le type de munition utilisé, le 88 mm du Tiger a une vitesse initiale de 930 m par seconde et peut pénétrer jusqu'à 110 mm de blindage à une distance de 2000 mètres. À titre de comparaison, le blindage du T-34 était de 90 mm au maximum et ce n'était que sur les derniers modèles du T-34 qui possédaient des améliorations de blindage. Étant donné que le temps de vol d'un obus perforant à une distance de 2000 m est d'environ 2,1 secondes, la précision et la correction du tir contre des cibles en mouvement sont plus importantes qu'avec les anciens canons antichars. Cela le rendait parfaitement adapté aux terrains ouverts où il pouvait engager des chars ennemis à longue portée avant même que les armes de l'adversaire ne soient à portée.




The 88mm Fliegerabwehrkanonen (FLAK) proved very deadly to allied planes and tanks. Inside view of the 88mm Kwk36 L/56 in a Tiger H1 (E).

For the chassis, Henschel and Porsche had produced their own designs. Porsche was more advanced than Henschel as they had independently embarked on a new heavy tank project beginning in the autumn of 1940, even before the official order was given for a new heavy tank. Porsche designed a totally new chassis codenamed VK4501 (P). The codename VK was for Volkettenfahrzeuge or "fully tracked experimental vehicle", 45 means a 45 ton class and 01 represents the first model. The new VK4501 (P) chassis had 100mm of frontal armor, 80mm side and rear armor, 25mm top armor and 20mm bottom armor. It utilized an advanced power drive train system which used both a combination of petrol and electric to power the tracks. The engine was a two 10 cylinder, 15 litre, air-cooled Porsche Typ 101/1 delivering 320hp at 2400 rpm. These engines did not power the tank's drive train directly. Instead it was linked to an electric generator which then supplied electricity to two electric motors. These electric motors would then power the drive train.

This concept of an electrically powered tank would have greatly conserved fuel and while technologically advanced, was too new and untested and very prone to breakdowns. Furthermore the electrical system used copper, a vital resource Germany was in short supply of. Weighing in at full combat weight of 59 tons, it could achieve a top speed of 35km/h. Designated Tiger (P) or Tiger P1, the Porsche Tiger had its turret mounted ahead in the front section of the hull.

On September 1941, an order was placed for 100 turrets and hulls for the VK4501 (P). On April 1942, the first prototype of Tiger (P) was completed, in time for a demonstration on Hitler's birthday. However Tiger (P) encountered serious complications and manufacturing had been suspended many times. On October 1942, the Tiger commission met to evaluate which of the Tiger (P) or Tiger (H) would be selected for mass production.



Porsche Tiger (P) had its turret mounted upfront. Porsche Tiger (P)s were converted to Ferdinand Panzerjager Tank Destroyer.

Henschel was working on a VK3601 (H) project when the order was received for new heavy tank design on May 1941. The VK3601 (H) was designed to carry the 75mm KwK 42 L/70 tapered bore gun and before the new order was given, Henschel did not intend to mount the 88mm gun. On September 1941, it was then decided that it is not possible to mount an 88mm gun on the VK3601 (H) chassis. Furthermore, Hitler had ordered that the Krupp designed turret for Porsche's VK4501 (P) chassis with the 88mm KwK L/56 was to be fitted to Henschel's Tiger. These restrictions left Henschel with no other option but to design a new VK4501 (H) chassis.

Known as Tiger (H), Henschel utilized as much already available components from previous heavy panzer designs. The VK4501 (H) was created by redesigning the hull of the VK3601 chassis. The chassis had 100mm frontal armor, 80mm side superstructure, 60mm side hull, 80mm rear armor and 25mm top and bottom armor. The turret was originally designed by Krupp for Tiger (P), but was modified and used by Tiger (H). For the engine, it utilized a 12 cylinder Maybach HL 210 P45, delivering 650horsepower at 3000rpm. The transmission was an 8 speed Maybach Olvar 40 12 16 designed to provide a maximum speed of 45km/h. As was usual with German tanks during that time, it was equipped with a ball mounted machine gun fitted on the front right side of the hull. Weighing in at full combat weight of 57 tons, Tiger (H) could carry up to 92 rounds of main gun ammunition and up to 5700 rounds of 7.92mm MG34 rounds.


The first prototype of Tiger (H) was completed on April 1942, in time for a demonstration on Hitler's birthday. The first Tiger (H) known as Versuchsserie Tiger Nr. V1 was fitted with a new feature called the Vorpanzer, which was a frontal shield which could be lowered to protect the tracks and drive sprocket. This feature was quickly discontinued and having been fitted only on the first Tiger (H).
By July 1942, both Tiger (P) and Tiger (H) were being tested at the firing grounds at Berka, Germany. The Tiger (H) proved superior and was approved for mass production. The production for Tiger (P) was discontinued. Of the original 100 Tiger (P) ordered, only 10 had been assembled by October 1942 (chassis Nr 150001 through 150010). The remaining 90 turrets were converted for mounting with Tiger (H). 90 hulls were converted to the Ferdinand Panzer-Jager (tank destroyer), named after its designer Dr. Ferdinand Porsche. This Panzer-Jager was later renamed to Elephant. Of the 10 assembled Tiger (P), three were converted to Bergefahrzeuge (recovery vehicles), another three were converted to Raumpanzer Tiger (debris clearance vehicle) and the last four were retained for further testing (Nr 150004, 150005, 150013 and 150014). Only one (Nr 150013) saw action as a command tank on the Eastern front.


Production Series
Officially designated Panzerkampfwagen VI Sd.Kfz 181, Tiger Ausf. E, the Tiger tank was the first tank to use animal names by the German army (such as Panther, Tiger, Elephant) as a propaganda tool to draw attention. Production started in July 1942 with the first Tigers delivered in August 1942. There is only one official production version for the Tiger 1, although several modifications had been made as suggested by battle experienced crews. These modifications began to be known as the early, mid and late production Tigers.

To overcome this, two sets of tracks were needed, one narrower 66cm transportation tracks and a wider 80cm combat tracks. However when properly supported and maintained, it was a superior tank when deployed. It was not slow and un-maneuverable as some had noted. The road speed of the Tiger 1 was 38km/h, a mere 2km/h slower than the Panzer III and IV. The cross country speed equaled the Panzer IV at 20km/h while slightly faster than the Panzer III which was 18km/h.


Combat Service
The first Tiger to see action was against the Red Army on August 29 1942, southeast of Leningrad with 1st company of sPzAbt 502. Four Tigers were deployed in a single file on marshy ground, a terrain completely unsuitable for a tank their weight. Three of the Tigers broke down due to mechanical failures and all four of them had to be recovered and repaired.

They were committed to battle again on September 22 1942 around the same marshy area. This time, either all four Tigers were knocked out by Russian antitank guns or got stuck in the mud. Three were later recovered and the forth was destroyed by its own crew to prevent it from being captured.

Despite the initial failure of the Tiger tank, the Tiger 1 would soon prove its battle worthiness when properly deployed to work around its weaknesses. Tiger tactics demanded that it is best suited to open hard terrain where it could use its superior optics and high velocity gun to destroy enemy tanks even before their weapons were in range. The first American encounter with the Tiger tank was in Tunisia (North Africa) in late 1943. Its effectiveness was best explained by a US Army Colonel who stated :-

"I have inspected the battlefield at Fais Pass in Tunisia, being with the force which retook it. Inspection of our tanks destroyed there indicated that the 88mm gun penetrated into the turret from the front and out again in the rear. Few gouges were found indicating that all strikes had made penetrations."



Tiger E being resupplied by a German halftrack, eastern front. Hole caused by a 75mm Sherman.

The Tiger tank served in all fronts of the western, eastern, and African theatres where it proved to be a formidable tank. The main strength lies in its armor protection and powerful 88mm gun. Until the introduction of more powerful allied antitank guns, the existing American 75mm equipped on the Shermans and 76mm on the T-34s could not penetrate the Tiger s armor at ranges over 800 meters. The armor was also very different from that used on other German panzers. The Tiger used rolled homogeneous nickel-steel plate armor which had the highest level of hardness of any armor during world war 2. This allowed the Tiger to engage enemy tanks even on closer ranges without taking too much damage itself. The other strength of the Tiger was the powerful 88mm Kwk 36 L/56 gun. Besides possessing superior penetration capabilities, it is also a highly accurate gun which allowed the crew to engage and destroy enemy tanks up to 2000 meters and beyond. However under normal combat conditions, the Tiger would begin engaging enemy tanks at ranges of over 1000 meters, still out of effective range of enemy s tanks.

The combination of superior armor and firepower allowed the Tiger to dominate the battlefield where it could outgun any allied tank of its time. The success of the Tiger was so profound that no allied tank dared to engage it in open combat. This psychological fear soon became to be known as "Tigerphobia". To prevent further damage to allied morale, General Montgomery banned all reports mentioning the Tiger's prowness in battle. Even with allied air superiority and tank killers like the Firefly, the general notion was that it takes 5 Shermans to destroy a cornered Tiger and even then, only 1 Sherman would return.



Tank #223, destroyed during the Kursk offensive and pushed off the road. Tiger S33, Kursk. Dent on the top-left front plate caused by an antitank rifle.

Caractéristiques

Panzerkampfwagen VI Ausf. E (Sdkfz 181)
Other designation: Tiger Tank, Tiger I
Type: Heavy tank

Manufacturer: Henschel, Krupp
Chassis Nos: VK4501 (H)
Production: 1298 units including prototypes and various variants from April 1942 to August 1944

Équipage: 5 (three in turret)
Weight (tons): 57 (Combat weight)
50.5 (Transport weight)
Height (meters): 3.00
Length (meters): 6.32 (excluding gun barrel)
8.45 (including gun barrel)
Width (meters): 3.14 (with transport tracks)
3.72 (with combat tracks)
Moteur: V12 Maybach HL 210 P45 (650hp)
V12 Maybach HL 230 P45 (700hp) - later variants
Gearbox: Maybach OLVAR OG 40 12 16 (8 forward and 4 reverse)
Speed (km/h): 38 (road)
20 (cross country)
Range (km): 125 (road)
80 (cross country)
Radio: FuG 5 and FuG2
Armement: 88mm KwK 36 (56 calibers)
1 hull MG 7.92mm
1 coaxial MG 7.92mm
1 commander's hatch MG 7.92mm
Ammunition: 88mm - 92 to 120 rounds depending on modifications
7.92mm - 4800 rounds
Sight: TZF 9b later changed to TZF 9c

Armor (mm/angle) Devant Côté Rear Top/Bottom
Tourelle 100/8 80/0 80/0 25/81 later 40-45mm
Superstructure 100/0 80/0 N / A 25/90
coque 100/24 60/0 80/8 25/90
Armor Type Rolled homogeneous nickel-steel plate electro-welded
interlocking-plate construction.


Southern Normandy, August 1944, fighting was intense after the American invasion of the Normandy coast. The germans were in constant retreat and were faced with a chronic fuel shortage crisis. A convoy of german tanks, near the town of Vimoutiers were headed to a nearby fuel dump. Many tanks never made it and had to be disabled after exhausting all fuel supplies. This was one of them, belonging to sPzAbt 501, blown up by their own crew to prevent capture. Two charges were placed, one in the turret and one in the engine compartment. It now sits facing west, close to the town of Vimoutiers, France. The outside has been restored and properly painted, but the hatches and all openings are welded shut. The inside is nothing but a mangled steel of rust.


Galerie de photos
There are too many photos that could fit on one page. So I moved it to a separate page.


Ressources

Recommended books & movies :-

- This hardcover book covers the history, development and production history of the Tiger tank variants from conception up to the end of Tiger I production.

- Covering operation Sonnenblume, Brevity, Skorpion and Battleaxe February 1941-June 1941. Witness Rommel's panzers during the African campaign in this 221 pages hardcover book.

- Pictures, history and technical data on all variations of the famous German Tiger I tank of World War II.

- Reference site with pictures for WW II Tank information.

- You can find more detailed information and photos here. Excellent reference site.


Voir la vidéo: Build Log - Tamiya 135 Panzerkampfwagen III Ausf N (Décembre 2021).