Informations

Beretta


Beretta

Beretta est l'un des fabricants d'armes légères les plus célèbres au monde. Fabbrica d'Armi Pietro Beretta est une entreprise italienne fondée en 1526 par l'armurier Mastro Bartolomeo Beretta (1498-1565) de Lombardie en Italie. Il a produit 185 canons d'arquebuse pour l'Arsenal de Venise et la facture originale est toujours dans les archives de l'entreprise montrant qu'il a été payé la somme de 296 ducats pour ces premiers canons de fusil. Beretta est en fait l'une des plus anciennes sociétés au monde et appartient toujours aux descendants de Bartolomeo Beretta, avec Ugo Gussali Beretta comme président et ses fils Pietro et Franco Beretta dirigent également cette entreprise prospère qui emploie environ 2700 personnes dans le monde et a un chiffre d'affaires annuel de plus de 200 millions de livres sterling. La ligne directe de la famille Beretta peut être tracée de Bartolomeo (1498-1565) à Pietro (1791-1853) qui a commencé la première expansion de l'entreprise, à son fils Giuseppe (1840-1903) qui a d'abord développé l'entreprise dans le monde marché, à Pietro (1870-1957) qui a introduit les techniques de fabrication modernes, à ses fils Giuseppe (1906-1993) et Carlo (1908-1984) qui ont fait de l'entreprise la multinationale qu'elle est aujourd'hui.

En 1918, le modèle Beretta 1918 est devenu la deuxième mitraillette à être utilisée par l'armée italienne, et Beretta a continué à produire des pistolets et des fusils pour les forces armées italiennes jusqu'à l'armistice entre l'Italie et les forces alliées en 1943 pendant la Seconde Guerre mondiale, bien que certaines installations de production ont été saisies par les forces allemandes dans le nord de l'Allemagne et ont continué à être utilisées jusqu'à la capitulation allemande en 1945.

Beretta a également produit des armes pour les forces impériales japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1938, une délégation d'officiers de la marine japonaise se rendit en Italie pour acheter des armes pour les forces spéciales de débarquement japonaises. Trois fabricants d'armes italiens, dont Beretta, ont produit plus de 100 000 fusils pour les forces spéciales de débarquement japonaises. Les Japonais ont classé ces armes de 6,5 mm dans le fusil de type « I » ; c'était un fusil d'action Carcano dans une crosse en bois de style japonais. La dernière livraison de telles armes a quitté Venise par U Boat en 1942. Après la Seconde Guerre mondiale, Beretta a remporté le contrat de réparation des fusils américains M1 Garand qui ont été donnés à l'Italie, ces armes ont été modifiées pour devenir le fusil Beretta BM-59 qui était considéré une arme fine et plus précise que le fusil américain M14 similaire.

Beretta produit maintenant plus de 1500 armes par jour et exporte dans 100 pays, l'arme la plus célèbre étant le modèle 92, pistolet 9 mm rendu populaire dans les films d'action et une arme qui a été adoptée pour être utilisée par les forces armées américaines et des éléments de la France. forces armées. Les autres clients de la police et de l'armée incluent l'Italie et la Turquie.


Beretta M9

Les Beretta M9-officiellement le Pistolet, Semi-automatique, 9mm, M9—est la désignation du pistolet semi-automatique Beretta 92FS utilisé par les forces armées des États-Unis. Le M9 a été adopté par l'armée américaine comme pistolet de service en 1985.

  • 10 tours (limité)
  • 15 tours (la norme) [2]
  • 17 tours (norme pour l'A3) [3]
  • 20 tours (élargi) [4]
  • 30 tours (élargi) [5]
  • 32 tours (élargi) [6]
  • 35 tours (élargi) [7]

Le M9 a remporté un concours dans les années 1980 pour remplacer le M1911A1 en tant qu'arme de poing principale de l'armée américaine, battant de nombreux autres prétendants et battant de peu le SIG Sauer P226 pour des raisons de coût. [8] Il est officiellement entré en service en 1990. [9] D'autres pistolets ont été adoptés dans une moindre mesure, à savoir le pistolet SIG P228, et d'autres modèles restent en usage dans certaines niches.

Le M9 devait être remplacé dans le cadre d'un programme de l'armée américaine, le Futur système d'armes de poing (FHS), qui a été fusionné avec le Pistolet de combat SOF programme pour créer le Pistolet de combat interarmées (JCP). Le JCP a été renommé Pistolet de combat (CP), et le nombre de pistolets à acheter a été considérablement réduit. L'armée américaine, la marine, l'armée de l'air et le corps des marines remplacent le M9 par les SIG Sauer M17 et M18. [dix]


Contenu

Le pistolet Beretta 92 a évolué à partir des conceptions antérieures de Beretta, notamment les M1923 et M1951. Du M1923 vient la conception à glissière ouverte, tandis que le cadre en alliage et le canon du bloc de verrouillage, originaires de Walther P38, ont été utilisés pour la première fois dans le M1951. L'angle de préhension et le guidon intégré à la glissière étaient également communs aux pistolets Beretta antérieurs. Quelles étaient peut-être les deux caractéristiques de conception avancées les plus importantes du modèle 92 étaient apparues pour la première fois sur son prédécesseur immédiat, le modèle 84 de calibre .380 de 1974. Ces améliorations impliquaient toutes deux le chargeur, qui comportait une alimentation directe, c'est-à-dire qu'il n'y avait pas de rampe d'alimentation entre le chargeur et la chambre (une innovation Beretta dans les pistolets). De plus, le magazine était une conception "à double pile", une caractéristique introduite à l'origine en 1935 sur le Browning Hi-Power. [2]

Carlo Beretta, Giuseppe Mazzetti et Vittorio Valle, tous des concepteurs d'armes à feu expérimentés, ont contribué à la conception finale en 1975. [3]

Évolution Modifier

92 Modifier

La production a commencé en mai 1976 et s'est terminée en février 1983. Environ 7 000 unités étaient du premier type "à glissière à gradins" et 45 000 étaient du deuxième type "à glissière droite". [4]

92S Modifier

Afin de répondre aux exigences de certains organismes chargés de l'application de la loi, Beretta a modifié le Beretta 92 en ajoutant un levier combiné de sécurité et de désarmement monté sur glissière, remplaçant la sécurité du pouce manuelle montée sur le cadre. Cela s'est traduit par la 92S, qui a été adopté par plusieurs forces de l'ordre et unités militaires italiennes. Le bouton de déverrouillage du chargeur se trouve au bas de la poignée comme il est de coutume en Europe. Ce modèle a été produit de 1978 à 1982.

92SB (92S-1) Modifier

Le 92SB, initialement appelé 92S-1, a été spécialement conçu pour les essais de l'USAF (qu'il a remportés), le nom du modèle officiellement adopté était le 92SB. Les caractéristiques ajoutées incluent un bloc de percuteur (d'où l'ajout du "B" au nom), des leviers de sécurité ambidextres, des viseurs à 3 points et le déplacement du loquet de déverrouillage du chargeur du bas de la poignée vers le bas du pontet . Le déplacement ultérieur du bouton de déverrouillage du magasin signifie que les modèles précédents (92 et 92S) ne peuvent pas nécessairement utiliser des magasins plus récents, à moins qu'ils n'aient des encoches dans les deux zones. [5]

Une version compacte avec un canon et une glissière raccourcis et une capacité de chargeur de 13 cartouches connue sous le nom de Compacte 92SB a été fabriqué de 1981 à 1991. [5]

92F (92SB-F) Modifier

En 1984, Beretta a introduit une version légèrement modifiée du modèle 92SB pour créer le 92SB-F (le « F » ajouté pour indiquer l'entrée du modèle dans les tests fédéraux du gouvernement américain) en apportant les modifications suivantes :

  • Conception de toutes les pièces pour les rendre 100% interchangeables afin de simplifier la maintenance pour les grandes organisations gouvernementales.
  • Équerré à l'avant du pontet. Le pontet carré protège à la fois l'arme et le tireur lors des combats au corps à corps. [6] Certains ont suggéré que la garde carrée permet au tireur de saisir l'avant du pontet avec l'index de soutien pour améliorer la visée. est une mauvaise technique. [7]
  • Recourbe la base avant de la poignée pour faciliter la visée. l'alésage pour le protéger de la corrosion et réduire l'usure.
  • Nouveau revêtement de surface sur la glissière appelé Bruniton, qui offre prétendument une meilleure résistance à la corrosion que la finition bleuie unie précédente. [8] : 16

L'armée française a adopté une version modifiée du 92F avec un levier de désarmement seulement comme le PAMAS G1. Ces pistolets ont du tellure dans la glissière, ce qui rend l'acier fragile et n'a donc qu'une durée de vie d'environ 6 000 cartouches. [9]

92FS Modifier

Le FS a une goupille de marteau élargie qui s'insère dans une rainure sur la face inférieure de la glissière. L'objectif principal est d'empêcher la glissière de s'envoler du cadre vers l'arrière si elle se fissure. C'était en réponse à des lames défectueuses signalées lors d'essais militaires américains. [10] Le 92FS est également venu dans un modèle Centurion qui comportait un canon plus court qui efface juste son cadre pleine grandeur.

La conception à glissière ouverte du Beretta 92 assure une alimentation et une éjection en douceur des munitions et permet de dégager facilement les obstructions. L'alésage du canon chromé dur réduit l'usure du canon et le protège de la corrosion. La conception du bloc de verrouillage tombant offre une bonne précision et une bonne opérabilité avec les suppresseurs en raison de la course en ligne du canon. Ceci contraste avec le voyage complexe des barils conçus par Browning. Le bouton de déverrouillage du magasin est réversible avec des outils de terrain simples. L'inversion du déverrouillage du magasin facilite grandement l'utilisation pour les gauchers.

De plus en plus, il est devenu populaire de réduire le poids et le coût des armes de poing ainsi que d'augmenter la résistance à la corrosion en utilisant des polymères. À partir de l'an 2000, Beretta a commencé à remplacer certaines pièces par du polymère et du métal revêtu de polymère. Les pièces en polymère comprennent la tige de guidage du ressort de rappel (qui est maintenant également cannelée), la plaque de fond du magasin, le suiveur de magasin et le capuchon du ressort principal/la boucle de la lanière. Les pièces métalliques revêtues de polymère comprennent le levier de sécurité gauche, la gâchette et le bouton de déverrouillage du chargeur. [11]

Magazines Modifier

Pour rester en phase avec l'introduction de lois dans certains endroits restreignant les chargeurs contenant plus de 10 cartouches, Beretta fabrique désormais des chargeurs contenant moins que les 15 cartouches standard d'usine. Ces chargeurs ont un sertissage plus lourd (indentations plus profondes sur le côté) pour réduire l'espace disponible tout en gardant les mêmes dimensions extérieures et en garantissant que ces chargeurs peuvent être utilisés sur des armes à feu existantes. Beretta produit également 15 chargeurs ronds "Sand Resistant" pour résoudre les problèmes rencontrés avec les chargeurs fabriqués par des entrepreneurs, et 17 chargeurs ronds inclus avec les modèles A1. Les deux chargeurs fonctionnent dans les anciens pistolets de la série 92 et les modèles M9.

Le fabricant italien de magazines Mec-Gar produit désormais des magazines aux finitions bleu et nickel d'une capacité de 18 cartouches, qui s'intègrent parfaitement dans le magazine de la série 92. Mec-Gar produit également un chargeur bleui étendu de 20 cartouches qui dépasse de 3 ⁄ 4 pouces (19 mm) sous le cadre. Ces magazines offrent aux utilisateurs dans des états illimités un magazine de plus grande capacité.


Beretta 20 Faits et histoire Le Beretta 20 est un pistolet à armement automatique avec un chien externe et un canon à pointe de système inertiel. Le tout premier canon de ce type a été nommé modèle 20. Ce modèle était livré avec un chambrage de 6,35 mm (0,25 Auto). Quelques expériences antérieures ont été faites avec le cadre standard du modèle 950. Il a exactement le même canon basculant que le modèle 950, et la double action a également été réalisée avec une barre de traction externe sur le côté droit du cadre. Soit dit en passant, une gâchette à double action a été ajoutée au modèle 950 vers 1967. Au lieu du ressort à fil de type torsion précédent, un nouveau modèle 20 a été conçu avec un tout nouveau système. De chaque côté du cadre ont été conçus des bras pivotants assez lourds qui entrent en contact avec la glissière, ainsi que des lobes sur chaque bras reposant sur des ressorts hélicoïdaux presque verticaux qui se trouvent dans des boîtiers tubulaires fixés au cadre. Le 20 est un pistolet bien construit et conçu qui est immédiatement devenu un grand succès dans les pays européens et dans d'autres parties du monde. Malheureusement, la version de petite taille du 20 a été interdite à l'importation aux États-Unis après son introduction sur le marché. Après que la production du modèle 950BS était bien avancée dans l'usine de Beretta dans le Maryland, il a donc été décidé que le modèle 20 devrait être fabriqué dans le Maryland. La production de ce modèle a commencé en 1983 à Accokeek, Maryland. Les pistolets fabriqués aux États-Unis sont marqués par leurs marques "MADE BERETTA USA CORP., ACKK, MD." et cette façon peut être reconnue assez facilement. Peu de temps après l'introduction, un pistolet presque identique nommé modèle 21A chambré en calibre .22lr a été introduit sur le marché. Les viseurs du modèle sont fixés sur le châssis. La finition du pistolet est un cadre en alliage noirci ou bleui. Les poignées sont généralement en plastique.

Résumé de Beretta

Poids : 280 gLongueur : 4,7 poucesCartouche : .22 LR et .25 ACPType : Double actionVitesse initiale : 750 - 900 ft/sec dissimulation. Une petite arme de poing idéale pour entrer dans la catégorie de transport dissimulé. La production de cette arme de poing a pris fin en 1985 et elle a été remplacée par le Beretta 21 A Bobcat, qui est une version modifiée et améliorée du Beretta 20.


L'histoire étonnante de Beretta (le plus ancien fabricant d'armes au monde) | Armes à feu d'Amérique

Bienvenue sur les armes à feu d'Amérique ! Aujourd'hui, plongeons encore une fois dans une histoire. L'histoire de Beretta. Beretta est un fabricant d'armes à feu italien très populaire, nous le savons tous. Mais saviez-vous qu'en 2026, Beretta fêtera ses 500 ans d'histoire ? Beretta est le plus ancien fabricant actif d'armes à feu et de composants d'armes à feu au monde !

Depuis l'époque de l'Empire romain, une vallée fluviale du nord de l'Italie appelée Val Trompia a été le lieu central de l'extraction du fer. Après la Renaissance, le Val Trompia est également devenu le centre de la fabrication d'armes. Au milieu du XVIe siècle, Val Trompia comptait quarante usines sidérurgiques différentes, qui étaient alimentées par cinquante mines différentes et huit fonderies. Eh bien, la naissance du Beretta est dans le village de Gardone, au milieu du Val Trompia.

Beretta est en activité depuis environ 1500, en fait, le tout premier contrat enregistré remonte à octobre 1526 pour certains canons d'arquebuse, les arquebas étant le type d'arme d'épaule qui existait en Europe au XVe siècle. Selon le contrat, la République de Venise a payé 296 ducats au Maestro di Canne, ce qui correspond au maître armurier Bartolomeo Beretta. Oui, le fondateur original de Beretta, Bartolomeo Beretta.

En 1698, Beretta est devenu le deuxième producteur de canons d'armes à feu à Gardone. Au 17ème siècle, Beretta est devenu le plus grand fabricant de canons d'armes à feu à Gardone.

La connaissance de la fabrication de canons d'armes à feu a été transmise de Bartolomeo à son fils, plus tard à son arrière-grand-fils, plus tard à son arrière-arrière-grand-fils, elle s'est transmise de génération en génération et c'est ainsi que Beretta appartient à la même famille depuis près de 500 ans. maintenant.

Beretta USA a été fondée en 1977, lorsque Beretta a acheté une usine d'armes à feu en faillite près de Washington, DC. Le pistolet Beretta modèle 92 de neuf millimètres, l'une des armes à feu les plus produites de l'histoire, avait été introduit deux ans plus tôt. Une énorme percée sur le marché nord-américain pour Beretta a eu lieu dans les années 1980, lorsque leur Beretta 92 a été sélectionné comme arme de poing pour l'armée américaine pour remplacer le pistolet de 1911. Le Beretta 92 a été désigné comme le pistolet Beretta M9. Le M9 a servi l'armée américaine pendant un certain temps, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le Sig Sauer P320 en 2019.

L'accord a considérablement rehaussé le profil de Beretta aux États-Unis. Ses pistolets ont continué à apparaître dans des films hollywoodiens tels que Lethal Weapon. Les forces de l'ordre du pays ont commencé à commander la version commerciale (92-F) de l'arme de poing Beretta modèle 92 de neuf millimètres, appréciant sa capacité à tirer 15 coups avant de recharger, par rapport à la capacité de huit cartouches de la plupart des pistolets de gros calibre. Les civils leur ont également acheté le pistolet au détail pour environ 600 $. De plus petits pistolets de calibre .22 vendus pour 200 $.

En 2000, la société a atteint 75 000 pieds carrés à Gardone et 50 000 pieds carrés supplémentaires dans quelques sites en Italie, en Espagne et dans le Maryland, aux États-Unis. De plus, au début de 2000, Beretta a acheté les actions restantes de Benelli Arms S.p.A., un autre fabricant d'armes italien vénérable. En mars de la même année, il a acheté une part de 86 pour cent dans Aldo Uberti & Co., srl, une entreprise de fabrication d'armes à feu de 15 millions de dollars par an fondée en 1959. Avec une société faîtière en place pour superviser ses filiales, Beretta Holding a ensuite acquis Sako Ltd., un fabricant finlandais de fusils de chasse et de sport, de Metso Corporation en janvier 2001.

Aujourd'hui, Beretta, également connue sous le nom de Fabbrica dArmi Pietro Beretta, est dirigée par Franco Gussalli Beretta, qui est le président-directeur général de l'entreprise.

Beretta propose une large gamme de pistolets semi-automatiques, quelques revolvers, de nombreux modèles de fusils de chasse, des fusils, des carabines, des mitraillettes, des pistolets mitrailleurs et même des lance-grenades.

500 ans d'histoire ! Une famille, de génération en génération ! Vraiment, une histoire étonnante de Beretta !


L'histoire de Beretta

Beretta est une dynastie historique de fabricants d'armes dont les origines remontent à plusieurs siècles. Pour les tireurs d'argile, cependant, les fusils superposés de la société sont du plus grand intérêt car ils continuent de figurer dans leur sport à tous les niveaux de compétition - et leur développement constant est une histoire fascinante.

La révolution de l'argile

Bien avant que le tir à l'argile ne soit inventé, Beretta fabriquait des fusils de chasse. Mais dans les années 1930, la famille regardait de l'autre côté de l'Atlantique et réfléchissait à la meilleure façon d'égaler le succès de Browning avec son nouveau superposé. En termes de conception pour Beretta, comme pour de nombreux autres fabricants d'armes, cela présentait un problème, principalement en ce qui concerne la manière de verrouiller les canons superposés sur l'action.

John Browning avait pris un fusil de chasse et avait installé la forme d'un boulonnage inférieur, conçu pour les armes à feu juxtaposées, à la face inférieure du canon inférieur. En termes de durabilité, les canons pivotant sur un axe de charnière pleine largeur, avec un boulon de verrouillage se déplaçant vers l'avant sous la face de la culasse, étaient plus que suffisamment solides, et Browning n'avait pas cherché plus loin que cela. Les extensions de la face inférieure du canon inférieur, que les fabricants d'armes appellent « morceaux », ont également été usinées et ajustées à travers le sol du corps de l'action. Un design à boulons et bretelles en effet, mais aux yeux des Italiens, cela a créé une action qu'ils ont perçue comme plutôt laide.

Beretta recherchait quelque chose de plus svelte et élégant, mais en même temps, il ne souhaitait pas copier les canons britanniques Boss ou Woodward. Cherchant toujours à maintenir les coûts dans des limites, l'entreprise voulait quelque chose de plus facile à fabriquer qu'une combinaison coûteuse de tirages et de coins que la plupart des fabricants londoniens avaient adoptée.

Pendant ce temps, le meilleur designer de Beretta, le grand Tullio Marengoni, menait des expériences qui, au début, terrifiaient ses employeurs. Il expérimentait avec des armes à feu sans aucune forme de boulonnage et attachait simplement les canons et l'action avec une corde pour les empêcher d'être éclatés lorsqu'ils étaient chargés de charges puissantes. Il a finalement conclu que les forces générées dans ces explosions conduisaient réellement les barils et l'action ensemble, et qu'un type de système de verrouillage qui renforçait ce phénomène était nécessaire.

Marengoni a finalement conçu un boulon croisé situé au-dessus du canon inférieur qui se refermait sur les pattes de verrouillage faisant partie intégrante du monobloc du canon. Des épaulements remplaçables, également intégrés au monobloc, ont rencontré des épaulements alternatifs de chaque côté de la face de culasse de l'action afin de renforcer cet arrangement.

La série SO

Le Sovroposto SO Sidelock de Beretta a été lancé au milieu des années 1930 et le catalogue de l'entreprise a souligné la grande force de son action, sans compromis en devant usiner des fentes dans la plaque inférieure de l'action pour accueillir des morceaux de canon qui se verrouillent à travers eux, comme dans le cas du Browning.

En tant qu'arme de chasse et de tir à l'argile, le Beretta SO5 a été un grand succès. Son action de verrouillage latéral dégageait un certain glamour qui a attiré des clients de nombreux pays aux portes de Beretta pour l'ajustement personnalisé et la gravure spéciale qui pouvaient être fournis à un coût supplémentaire.

L'apogée du SO en tant que pistolet à argile a duré des années 1950 jusqu'au début des années 1980. En 1956, Liano Rosini, un tireur de piège italien qui avait déjà remporté deux médailles aux championnats du monde, a remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques de Melbourne. En 1972, Angelo Scalzone, un tireur napolitain haut en couleur et flamboyant, remporte la médaille d'or olympique avec un score record de 199ex-200.

Carlo Beretta parlait de ses tireurs comme de son équipe de Formule 1, et ses nombreux succès lui ont rapporté des médailles et créé des ventes pour le sidelock SO. Mais alors que le SO avait réussi et ajouté au prestige de Beretta en tant que fabricant d'armes, il n'a jamais représenté le volume de ventes réalisé par l'arme à prix beaucoup plus bas de John Browning.

Fabrication d'armes innovante

Dans les années 1950, les coûts de fabrication en Europe augmentaient fortement et certains fabricants d'armes se sont tournés vers des fabricants d'autres parties du monde avec des devises plus favorables. L'alliance de Browning avec Miroku, à partir des années 1960, était une solution. Beretta, cependant, était déterminé à maintenir son industrie dans son propre pays. Cela signifiait concevoir un modèle moins cher - et la solution de Beretta était révolutionnaire.

La fabrication d'armes traditionnelle, même jusqu'à nos jours, consiste à fabriquer d'abord toutes les pièces constitutives, y compris les canons, jusqu'à ce qu'elles puissent toutes être assemblées à l'état inachevé. Le pistolet est ensuite démonté et les pièces finies. L'action est gravée et durcie, ainsi que les pièces internes, les canons sont noircis et enfin le pistolet est remonté.

Des meilleurs artisans armuriers, les résultats peuvent être exceptionnels, mais leurs prix élevés le reflètent. Beretta, à la place, a créé un processus décrit comme « la fabrication dans le noir ». Chacun des composants de l'arme serait fabriqué, fini et assemblé une seule fois.

Pour y parvenir, chaque pièce devait être usinée avec plus de précision qu'auparavant, car seul le minimum absolu d'ajustement final était possible. Cela ne pouvait être réalisé qu'avec les machines les plus précises et, par conséquent, les plus sophistiquées. L'investissement en capital serait énorme, mais Beretta a calculé que les économies de coûts de fabrication seraient telles qu'elles fourniraient un pistolet exceptionnellement bien fabriqué et fini à un prix compétitif. Ces Italiens courageux et ingénieux se sont avérés corrects, et les tireurs d'argile ont rapidement utilisé des armes à des prix compétitifs offrant d'excellentes fonctions mécaniques, fiabilité et maniement.

Face à la concurrence

Le médaillé d'or olympique de 1972 Angelo Scalzone avec Ugo Gussalli Beretta et Silvano Basagni

La compétition améliore la race, et c'est aussi vrai pour les fusils de chasse que pour les chevaux de course. Le pistolet MX8 Trap de Daniele Perazzi, avec un mécanisme détachable, a considérablement relevé la barre. Dès le moment où les tireurs d'argile ont vu la MX8 pour la première fois, ils ont su que c'était l'avenir, tout comme Beretta. Ennio Mattarelli n'a pas remporté les Jeux Olympiques de 1968 avec le MX8 de Perazzi, pour lequel il a été construit, mais il a remporté le championnat du monde en 1969 avec ce nouveau pistolet drop-lock. Pour le tireur de compétition sérieux, son attrait était évident, la détente amovible avec ressorts plats offrant les meilleures pressions de détente possibles. Et il a été facilement réparé ou, encore plus rapidement, remplacé par une pièce de rechange. Il n'est pas seulement mécaniquement efficace, il représente également une police d'assurance. Être le premier sur le marché avec ce type d'arme a donné à Perazzi un avantage, et sans aucun brevet pour faire le tour, il avait un champ clair pour produire le meilleur design possible.

Beretta a persisté pendant un certain temps à équiper ses tireurs sponsorisés du SO Sidelock, mais il était de plus en plus cher et manquait des avantages évidents du Perazzi. En 1992, Beretta a finalement capitulé et l'ASE90, son premier pistolet drop-lock, a été lancé. Une grande partie de l'arme a été produite dans la boutique personnalisée de Beretta et bien qu'ils aient été bien fabriqués et adoptés par les tireurs sponsorisés de Beretta, il manquait de l'attrait populaire du Perazzi.

Un exploit olympique de fabrication d'armes

Ce pistolet a été suivi par le DT10, beaucoup plus un pistolet de production en volume. Plus robuste, moins cher et plus fiable, il a eu du succès mais n'a toujours pas entamé l'attrait du MX8. Le fait qu'il n'y soit pas parvenu a été démontré aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, où 14 des 15 tireurs classés premiers dans l'épreuve de trap ont utilisé un Perazzi.

Si l'histoire de Beretta démontre quelque chose, c'est la résilience et la ténacité de l'entreprise, ainsi que sa capacité à réagir positivement aux échecs.

La réponse à l'effacement de 2008 lors de l'événement Trap à Pékin a été le DT11. J'étais à son lancement européen à Chypre en novembre 2011 et un cadre supérieur de l'entreprise, Carlo Ferlito, n'a pas caché la débâcle de Tokyo. Il a déclaré: "Nous avons perdu beaucoup d'affaires sur le marché des armes à feu ciblées de qualité supérieure au profit d'une entreprise dont le nom commence par" P "et se termine par" I "."

Josip Glasnovic, de Croatie, a remporté l'or dans le Trap à Rio 2016 en utilisant un DT11

Comme je l'ai fait remarquer dans un rapport que j'ai écrit pour Clay Shooting en janvier 2012, Beretta n'a pas lancé le projet DT11 avec une feuille de papier vierge, mais il s'agit sans aucun doute du pistolet cible le plus développé de la société à ce jour. Alors que l'emblématique système de verrouillage à boulons croisés était toujours en place, le corps de l'action était 3 mm plus large et 39 grammes plus lourd. J'ai tiré avec un pistolet Trap à canon de 76 cm sur certaines cibles OT, et pour moi, c'était le meilleur maniement de Beretta jamais conçu. Les Jeux olympiques de Londres 2012 n'étaient que dans quelques mois, mais, néanmoins, les tireurs DT11 ont quand même décroché une médaille d'or, d'argent et de bronze. C'était le début du grand retour.

À Rio cette année, les résultats ont été plus catégoriques. Dans l'épreuve Trap, les tireurs DT11 Josip Glasnovic et Giovanni Pellielo ont remporté des médailles d'or et d'argent. Chez les dames, Catherine Skinner et Natalie Rooney ont également remporté les deux premières médailles. En Double Trap, une autre médaille d'argent est revenue à Marco Innocenti. Dans le Ladies Skeet, les tireuses DT11 Chiara Cainero et la légendaire Kimberly Rhode ont remporté l'argent et le bronze. Dans l'épreuve de Skeet Hommes, il y a eu une autre médaille d'or pour Gabriele Rossetti et une médaille de bronze pour Ahmed Al Rashidi.

On pourrait dire qu'il s'agissait simplement d'une grande entreprise avec d'énormes ressources qui se ressaisissait après un grave accident. Même si cela a été le cas, cela a profité à la fraternité du tir à la terre battue. La rivalité entre les entreprises est importante – elle stimule l'inventivité qui peut conduire à l'excellence. Cela a été le cas pour le DT11 et déjà son plus grand concurrent a répondu avec un nouveau pistolet. Et devine quoi? Le corps de l'action est 3 mm plus large et 40 grammes plus lourd.


Le Beretta 950 est un simple pistolet blowback avec un mécanisme de déclenchement à simple action et un canon basculant. Le cadre est en alliage d'aluminium, la glissière et le canon sont en acier au carbone. [2]

Les premiers modèles (*950* et *950B* antérieurs à 1968) n'ont pas de levier de sécurité, utilisant à la place un percuteur à inertie pour un transport sûr avec le marteau (l'encoche du demi-coq n'est pas pour le transport et pourrait faire tirer le pistolet si tombé sur le marteau). Les modèles ultérieurs (*950BS* Post-1968) sont équipés d'un levier de sécurité externe. [2] [3]

Le Beretta 950 Jetfire chambré en .25 ACP est un pistolet d'autodéfense de secours destiné aux agents infiltrés, aux policiers ou aux personnes autorisées à porter une arme à feu dissimulée pour l'autodéfense. La version Minx en .22 Short n'est pas conseillée pour un tel rôle en raison du calibre. [2]

Étant léger, discret et facilement dissimulable, il est idéal pour un transport dissimulé. Le canon basculant le rend facile à sécuriser et en même temps, facile à préparer pour le tir, et être chambré en .25 ACP signifie qu'il est plus fiable que les pistolets de poche similaires chambrés en .22 LR.

La cartouche .25 ACP lui permet d'être un pistolet très compact et léger, mais la cartouche est relativement courte et de faible puissance, ce qui la place dans la même classe que la cartouche à percussion annulaire .22 LR. La précision du pistolet est adéquate, mais la petite poignée et le rayon de vision court peuvent limiter certains tireurs à n'être efficaces qu'à courte distance. [2]

Les utilisateurs timides à propos du recul peuvent le rendre enclin à mordre (la glissière peut couper le haut de la main du tireur lors du tir) en raison du fait qu'ils tiennent trop fermement l'arme à feu. Comme le pistolet n'a pas d'extracteur d'obus, s'appuyant plutôt sur la pression de retour pour dégager les obus, les ratés sont éliminés manuellement en renversant le canon et en tirant l'obus. Ceci est généralement considéré comme une limitation, mais peut également être considéré comme un avantage. [2]


Contenu

Le Beretta 3032 Tomcat est un simple pistolet blowback doté d'un mécanisme de détente à simple et double action. [3] Il dispose également d'un canon basculant. [3] Il est équipé d'une sécurité pouce montée sur cadre. Cette sécurité agit comme une butée de glissière lorsqu'elle est enclenchée. Le cadre est en alliage d'aluminium tandis que la glissière et le canon sont en acier au carbone dans la version standard et en acier inoxydable dans la variante "Inox".

Un document inclus avec tous les pistolets Tomcat modèle 3032 avertit que le propriétaire ne doit jamais utiliser de munitions qui dépassent 130 ft⋅lbf (176 J) d'énergie initiale. Notamment, même les cartouches .32 ACP d'usine normales sont devenues beaucoup plus puissantes au cours des dernières décennies et peuvent bien dépasser la limite de 130 pi-lb de la conception initiale du pistolet, que Beretta continue d'utiliser à ce jour. Les représentants de Beretta USA ont souvent recommandé aux propriétaires d'acheter leurs munitions .32 ACP en ligne, afin que l'énergie initiale soit correctement vérifiée dans les tableaux de spécifications. L'utilisation de toute munition qui dépasse cette cote peut causer des dommages irréparables ou d'un coût prohibitif à l'arme à feu, se manifestant le plus souvent par une fissure sur le cadre. Cependant, contrairement à la croyance commune, cela n'est pas considéré comme un défaut des matériaux d'usine, mais un problème causé par les munitions et la négligence du consommateur des paramètres d'usine. [4]

Notamment, la conception omet un mécanisme d'extraction, ainsi, l'arme à feu repose uniquement sur l'énergie de retour de la cartouche pour extraire et éjecter les douilles usagées.

Beretta recommande la prudence lors du retrait des panneaux de poignée, car le mécanisme de sécurité est retenu en dessous avec une tension de ressort. Des pièces peuvent être perdues lors d'un retrait incorrect, rendant l'arme à feu inutilisable jusqu'à ce qu'elle soit réparée. Le canon ne doit pas non plus être complètement retiré de l'assemblage, ce qui pourrait endommager le cadre.


Beretta Web - Pistolets Beretta série 70

La SÉRIE BERETTA 70 ", conçue sur les expériences de production de plus de dix millions d'armes à feu, est basée sur les caractéristiques classiques* du pistolet BERETTA 1935, mondialement connu depuis plus d'un quart de siècle.

La SÉRIE BERETTA " 70 " tire parti des alliages d'acier les plus récents et des techniques d'ingénierie les plus avancées.

Le fonctionnement est basé sur la projection du boîtier de l'action de refoulement.

La série BERETTA " 70" est fabriquée à la fois dans les calibres 7.65 (.32), .380 Auto et .22 L. R.

1) AUGMENTATION DE LA PRÉCISION DE TIR - Le guide du canon, s'adaptant au canon dans la carcasse, a été allongé presque pour égaler celui du pistolet cible Beretta 01ympic. Cela augmente définitivement la précision du tir à courte et à longue portée.

3) TRIGGER PULL CRISP - Un mécanisme de déclenchement amélioré, utilisant de nouveaux alliages d'acier, assure une détente plus nette et plus douce pour une prise de vue plus précise.

4) LIBÉRATION RAPIDE DU MAGAZINE - Le nouveau bouton-poussoir de libération du magazine Beretta facilite l'insertion et l'extraction à grande vitesse du magazine.

POINTABILITÉ SUPÉRIEURE - La poignée pistolet inclinée facilite la visée. Les crosses nouvellement conçues sont à la fois plus faciles et plus rapides à saisir. Les cartouches entrent maintenant dans la chambre avec un ange de chargement réduit.

DÉMONTAGE SIMPLIFIÉ EXCLUSIF (Voir photographies des séquences de bandes de terrain).

Remonter dans l'ordre inverse

1. diapositive
2. percuteur
3. ressort de percuteur
4. extracteur
5. ressort d'extraction
6. goupille d'extraction
7. vue arrière
8. baril
9. ressort de rappel
10. guide de ressort de rappel
11. cadre
12. ejector
13. ejector pins (2)
14. safety lever
15. safety lever spring with pin
16. hammer
17. hammer pin
18. hammer strut
19. hammer spring


Variantes[modifier | modifier la source]

Italian [ edit | modifier la source]

Centurion [ edit | modifier la source]

Model produced with a slightly-smaller frame to compensate comfort in some shooters.

Compact [ edit | modifier la source]

Model produced with a sub-compact frame, slide, and barrel. Aimed at sales in the concealed carry market.

Target [ edit | modifier la source]

Model designed for usage in shooting competitions, with features such as a slightly-longer barrel.

Combat [ edit | modifier la source]

Model designed with a threaded-barrel and excess picatinny rail mounted to the side of the pistol.

Carry [ edit | modifier la source]

Model produced as an even more compact variation of the Compact model. Features a single-stack magazine.


Voir la vidéo: $NOT - Beretta ft. Wifisfuneral Official Music Video (Décembre 2021).