Informations

Henri Darnley


Henry Darnley, le fils aîné du 4e comte de Lennox et de Lady Margaret Douglas, est né en 1545. La cousine d'Henry, Mary Stuart, est retournée en Écosse après la mort de son mari, François II de France. Il a été proposé que Darnley épouse Mary et le couple s'est marié à Holyroodhouse à Édimbourg. Il fut alors proclamé, Henri, roi d'Écosse.

Elizabeth s'est inquiétée de ce développement. La mère d'Henri était la petite-fille d'Henri VII. Le mariage renforce donc la prétention de ses descendants au trône d'Angleterre.

En 1566, Marie a donné naissance à un fils nommé James. Le mariage n'était pas heureux et lorsque Darnley a été mystérieusement tué alors qu'il se remettait de la variole à Glasgow en janvier 1567, lorsque la maison dans laquelle il se trouvait a été détruite par la poudre à canon.

Les soupçons sont tombés sur Mary et son ami proche, le comte de Bothwell. Lorsque Mary épousa Bothwell deux mois plus tard, les seigneurs protestants se révoltèrent contre leur reine. Après la défaite de son armée à Langside en 1567, Mary s'enfuit en Angleterre.


10 février 1567 – Le meurtre d'Henry Stuart, Lord Darnley

Henry, Lord Darnley, avait logé à Kirk o' Field pendant sa convalescence après avoir contracté la syphilis ou la variole. Ce qu'il ne savait pas, c'est que pendant qu'il se rétablissait, ses ennemis avaient rempli les caves de la maison de poudre à canon.

A 2 heures du matin le 10 février 1567, Kirk o' Field fut réduit en miettes par une énorme explosion qui aurait été entendue dans tout Edimbourg. La maison a été réduite en ruines et le corps de Darnley a été retrouvé dans un jardin voisin, près d'un poirier, à côté de celui de son palefrenier, avec un poignard posé sur le sol entre eux.

L'historien Magnus Magnusson a décrit comment son corps vêtu d'une chemise de nuit montrait des signes d'étranglement et a conclu que Darnley avait été étranglé à mort avant l'explosion. Peut-être que quelque chose avait réveillé Darnley et qu'il avait tenté de fuir la maison, avec son époux, en utilisant la chaise et la corde, qui ont également été trouvées dans le jardin, pour s'échapper d'une fenêtre du premier étage. Il semble que les deux hommes aient été interceptés et assassinés. Peut-être que l'explosion était une tentative de dissimuler leurs meurtres, mais les hommes étaient sortis de la maison avant de rencontrer leur meurtrier.

Mary Queen of Scots a observé quarante jours de deuil pour son mari, mais il y avait des rumeurs selon lesquelles elle n'était pas sincère et des rumeurs de meurtre. Il ne fallut pas longtemps avant que le nom du comte de Bothwell (James Hepburn, 4e comte de Bothwell) ne soit lié au meurtre de Darnley, car les chaussures d'Archibald Douglas (Parson of Douglas), un partisan de Bothwell, ont été retrouvées sur les lieux du crime et il a été allégué que Bothwell avait fourni la poudre à canon.

Le 24 avril 1567, Bothwell et 800 hommes rencontrèrent Mary sur la route entre le palais de Linlithgow et Édimbourg, et Bothwell avertit Mary qu'un danger l'attendait à Édimbourg. Il a ensuite insisté pour qu'elle l'accompagne à Dunbar, dans son château, afin qu'il puisse la protéger. À son arrivée à Dunbar à minuit, Bothwell a pris Mary en otage et l'aurait soumise à un viol violent afin qu'elle l'épouse. Le 12 mai, Mary fit de Bothwell le duc des Orcades, puis l'épousa le 15 mai à Holyrood, un peu plus d'une semaine après son divorce avec Jean Gordon, comtesse de Bothwell. En rapportant les événements à Londres, Sir William Drury a noté que même s'il semblait que Mary avait été forcée de se marier par Bothwell, les choses n'étaient pas comme elles apparaissaient. Il y avait des preuves que Mary avait montré un intérêt pour Bothwell en octobre 1566 lorsqu'elle avait voyagé quatre heures à cheval pour lui rendre visite au château de l'Ermitage lorsqu'il était malade. Tout cela était très suspect.

Mary Stuart et Lord Darnley c.1565, de Hardwick Hall

On pense que le meurtre de Lord Darnley et les liens de Mary avec Bothwell ont été des facteurs dans son procès et son exécution. Les fameuses Lettres Casket, produites à la Conférence de York en 1568, impliquaient Mary dans le meurtre de Darnley, mais de nombreux historiens pensent maintenant que ces lettres étaient des faux. Il semble que nous ne saurons jamais si Mary Queen of Scots a joué un rôle dans le meurtre de son mari, Lord Darnley, père de Jacques Ier d'Angleterre.

Les Archives nationales ont un merveilleux rapport intitulé "Kirk o'Field - What s'est passé en 1567" qui a été produit pour les enseignants mais qui contient un croquis contemporain de Kirk o'Field (et zoomé dans les sections), des extraits de lettres de Mary à Bothwell, et un extrait d'une lettre d'Elisabeth I à Marie. Cliquez ici pour le voir maintenant.

Le Mémorial de Lord Darnley est une peinture qui a été commandée par les parents de Darnley, le comte et la comtesse de Lennox, et est considérée comme « un acte d'accusation accablant du rôle joué par Marie, reine d'Écosse, dans le meurtre de son mari et de sa association avec le comte de Bothwell et comme un cri de vengeance contre les meurtriers de Darnley". Cliquez ici pour le voir et en savoir plus à ce sujet.


Henry Stuart, Lord Darnley

Ce type plutôt épuré était le deuxième mari de Marie, reine d'Écosse. Leur mariage court et tumultueux leur a donné un enfant, le futur Jacques VI d'Écosse (plus tard Jacques Ier d'Angleterre). Mais, Darnley était, de l'avis de tous, jaloux, paranoïaque et désespéré pour le pouvoir.


[La jalousie de Darnley, par Giovanni Battista Cipriani.]

Mary a refusé d'accorder à Darnley la couronne matrimoniale, ce qui aurait fait de lui le successeur du trône si elle était morte sans enfant. Le secrétaire privé de Mary, David Rizzio, a été poignardé 56 fois le 9 mars 1566 par Lord Darnley et ses amis en présence de la reine enceinte de sept mois dans sa salle à manger. Elle s'est ensuite distanciée de Darnley.


[Le meurtre de Rizzio, par John Opie (1787).]

Le 10 février 1567, Darnley, 22 ans, mourut lorsque sa résidence fut détruite par une bombe, huit mois après la naissance de James. Son corps et celui de son valet ont été découverts dans le verger de Kirk o' Field, à Edimbourg. Les lettres du cercueil qui auraient été écrites par Mary semblaient indiquer son soutien au meurtre.

Le meurtre de Dansley reste l'un des crimes non résolus les plus notoires de l'histoire, n'est-ce pas ? Il existe plusieurs ouvrages sur le sujet, mais ce que les auteurs suggèrent sur le sujet semble varier.

Funakison

Le deuxième mari de Mary Queen of Scots, était son cousin Henry Stuart. Henry était considéré comme beau selon les normes de l'époque. Mary, une veuve très jeune et probablement solitaire, a dit de lui quand elle l'a vu au château de Wemyss, &#8220il était l'homme long le plus approprié et le mieux proportionné qu'elle ait jamais vu &#8230&#8221 En d'autres termes, il était grand et Beau. Il mesurait plus de six pieds (sa taille a été estimée entre 6&#8242 1&#8243 et 6&#8242 3&#8243.) Comme Mary mesurait 6&#8242, elle a dû trouver cela un changement agréable par rapport à la petite taille des lords écossais qui l'assistaient à la cour. Enfin un partenaire de danse qu'elle ne dominait pas ! De plus, issu de la cour anglaise d'Elisabeth, il a charmé Mary par ses manières courtoises, ses beaux vêtements et sa capacité de conversation. Quelque chose qui manquait à la noblesse écossaise rude et parfois tapageuse.

Pendennis

Jackydee

Ce type plutôt épuré était le deuxième mari de Marie, reine d'Écosse. Leur mariage court et tumultueux leur a donné un enfant, le futur Jacques VI d'Écosse (plus tard Jacques Ier d'Angleterre). Mais, Darnley était, de l'avis de tous, jaloux, paranoïaque et désespéré pour le pouvoir.


[La jalousie de Darnley, par Giovanni Battista Cipriani.]

Mary a refusé d'accorder à Darnley la couronne matrimoniale, ce qui aurait fait de lui le successeur du trône si elle était morte sans enfant. Le secrétaire privé de Mary, David Rizzio, a été poignardé 56 fois le 9 mars 1566 par Lord Darnley et ses amis en présence de la reine enceinte de sept mois dans sa salle à manger. Elle s'est ensuite distanciée de Darnley.


[Le meurtre de Rizzio, par John Opie (1787).]

Le 10 février 1567, Darnley, 22 ans, mourut lorsque sa résidence fut détruite par une bombe, huit mois après la naissance de James. Son corps et celui de son valet ont été découverts dans le verger de Kirk o' Field, à Edimbourg. Les lettres du cercueil qui auraient été écrites par Mary semblaient indiquer son soutien au meurtre.

Le meurtre de Dansley reste l'un des crimes non résolus les plus notoires de l'histoire, n'est-ce pas ? Il existe plusieurs ouvrages sur le sujet, mais ce que les auteurs suggèrent sur le sujet semble varier.

En ce qui concerne le meurtre de Darnley, je suis à peu près sûr que MQoS était coupable. Coupable de quoi exactement je ne suis pas sûr mais coupable de quelque chose quand même. Tout était un peu trop commode pour que Mary soit entièrement innocente, imo.

J'ai lu la biographie de Mary d'Antonia Fraser. Le livre était bien écrit et bien documenté. Cependant, sur chaque question controversée, Fraser donne à Mary le bénéfice du doute. C'est devenu une lecture exaspérante au bout d'un moment. La biographie de Fraser (et quelques autres) m'a empoisonné le puits lorsqu'il s'agissait d'apprécier les femmes qui écrivent des biographies de dirigeantes historiques. J'ai tendance à supposer maintenant que les femmes qui écrivent l'histoire mènent en réalité une bataille féministe moderne.

Qu'est-ce qu'Alison Weir a à dire sur la question ? Ayant rabroué des femmes écrivains d'histoire, j'aime lire Alison Weir.


L'étoffe d'un meurtre

En décembre 1566, Darnley avait décampé à Glasgow en raison de son aliénation à la cour. Pendant ce temps, Mary a commencé à chercher des moyens de se débarrasser légalement de son mari. James Hepburn, le comte de Bothwell et conseiller de garde-robe de la reine, lui a suggéré de rappeler son demi-frère, James Stewart, comte de Moray d'exil pour l'aider. Moray, avec William Maitland, le secrétaire d'État a promis le divorce à Mary. Cependant, lorsque Maitland a suggéré ‘d'autres moyens&rsquo pourrait être employé et que ‘Moray regarderait à travers ses doigts«, Mary a clairement indiqué que Darnley devait être retiré légalement et d'une manière qui lui gardait la conscience tranquille.

Immédiatement après, Maitland, Bothwell et d'autres seigneurs se sont réunis au château de Craigmillar pour préparer le meurtre de Darnley. Ces seigneurs comprenaient les confédérés de Bothwell, George Gordon, comte de Huntly et James Balfour. Patrick, Lord Lindsey le beau-frère du comte de Moray&rsquos absent et le comte d'Argyll ami de Moray&rsquos étaient également présents. James Douglas, comte de Morton et Patrick, Lord Ruthven, membres du complot Rizzio complétaient l'entreprise. Initialement, le plan était de poignarder Darnley. Cependant, Bothwell a suggéré qu'ils devraient couvrir leurs traces en utilisant une explosion de poudre à canon pour faire ressembler la mort de Darnley à un accident.

Le 1 er février 1567, Lord Darnley déménage de Glasgow à Édimbourg à la suggestion de sa femme. Il semblait que la reine avait changé d'avis concernant son mari. Darnley souffrait apparemment de la variole mais plus probablement de la syphilis depuis janvier. Il a choisi de passer sa convalescence dans une maison à Kirk O&rsquoFields, à un mile de Holyrood à la périphérie de la ville. Mary avait préparé la maison avec des meubles de Holyrood et une chambre pour elle juste en dessous de Lord Darnley afin qu'elle puisse passer la nuit avec lui. Il semble que le couple royal pourrait se réconcilier.

Darnley devait retourner à Holyrood le lundi 10 février. Pendant ce temps, Bothwell a acquis les clés des champs de Kirk o et aurait caché la poudre à canon à Holyrood. La date choisie pour le meurtre était le 9 février. Mary avait un calendrier social complet pour ce jour-là. L'une de ses pages se mariait avant que les interdictions du Carême ne soient en place, et elle et ses seigneurs devaient assister à un dîner officiel à Canongate. Les deux événements garantiraient que la reine était loin des champs de Kirk o pendant les préparatifs - et surtout lorsque l'explosion a eu lieu.

Palais de Holyrood en 1649. Wikimedia Commons

Pendant l'absence de la reine, la poudre a été déplacée sur deux trajets à cheval, à la vue du guet de la ville et déposée en tas sur le sol de la chambre de Marie. Après une brève visite en soirée à Darnley, à 22 heures, Mary est retournée à Holyrood pour le masque de mariage. Ici, elle a passé la nuit. Pendant ce temps, Bothwell est retourné à Kirk O&rsquoFields pour superviser l'allumage du fusible, laissant tomber les clés incriminantes dans un puits, avant de partir. L'explosion qui en a résulté a été entendue à travers Édimbourg et a complètement démoli la maison. Cependant, cela n'a pas tué Lord Darnley. Son corps banalisé a été retrouvé, mort dans le jardin, étranglé.


Enfance

Henry a grandi en tant que fils de Matthew et Margaret Lennox. Il a été rejoint par un frère beaucoup plus jeune, Charles, qui avait dix ans son cadet. Le père d'Henry a trahi l'Écosse aux Anglais peu de temps avant sa naissance et la famille a dû vivre en exil.

Mariage

En 1565, Henri épousa sa cousine Marie, reine d'Écosse. L'union avait été arrangée par sa mère, qui voulait unir leurs prétentions au trône d'Angleterre et rejoindre l'Angleterre et l'Écosse pour régner ensemble. Sa mère a été envoyée à la Tour de Londres pour avoir organisé le match.

Darnley et Mary ne se sont jamais entendus. Leur mariage a rencontré un choc des religions : Darnley était libéral dans ses opinions religieuses et Mary était une fervente catholique. Henry s'était également vu promettre la couronne matrimoniale, la promesse d'être roi même après la mort de Marie. La reine Mary lui a refusé la couronne matrimoniale, ce qui a conduit à de nombreuses explosions violentes de Darnley.

Il a commencé une liaison avec David Rizzio, qui est resté l'ami de la reine même après cette affaire. Darnley et Mary se sont brièvement réconciliés sept mois après leur mariage, ce qui a abouti à la conception de leur fils.

Darnley a lancé un coup d'État pour obtenir la couronne matrimoniale avec plusieurs nobles écossais. Ils sont allés dans la chambre de la reine Mary la nuit et l'ont tenue sous la menace d'une arme alors qu'elle était enceinte de six mois. Ils ont ensuite assassiné David Rizzio. Le mariage d'Henry et de Mary était insoutenable après cela.

Les derniers mois

De ses délices, Lord Darnley a eu la syphilis. La reine Marie l'a fait loger dans une maison près de son propre palais, dans l'espoir de l'intégrer dans la vie de son fils après sa guérison. Quelques semaines plus tard, une explosion a fait exploser la maison. Cette tentative de meurtre a échoué, car Darnley et son valet ont survécu à une fuite dehors en vêtements de nuit. Il a ensuite été étouffé par James Bothwell.


Sisällysluettelo

Darnleyn isä oli Lennoxin jaarli Matthew Stewart, joka oli Skotlantia hallinneen Stuartin hallitsijasuvun naislinjainen jälkeläinen ja toisena kruununperimysjärjestyksessä ennen kuin Maria Stuart sai lapsia. Darnleyn äiti Margaret Douglas oli puolestaan ​​Englantia hallinneeseen Tudorin hallitsijasukuun kuuluneen Margareeta Tudorin tytär. [1] [2] Margaret Douglas oli Skotlannin kuningas Jaakko V:n siskopuoli ja Englannin kuningatar Elisabet I:n serkku. Darnley oli siten tulevan vaimonsa Maria Stuartin serkkupuoli äitinsä puolelta ja etäisempää sukua tälle myös isänsä kautta, minkä lisäksi hän oli Englannin kruununperimysjärjestyksessä Marian jälkavana

Darnley syntyi Temple Newsamissa lähellä Leedsiä. [3] Hän varttui Englannissa, jossa hänen vanhempansa elivät maanpaossa. [4] Elisabet I määräsi vuonna 1561 Darnleyn ja hänen äitinsä vangittaviksi, mutta heidät vapautettiin pian ja Darnley pääsi takaisin hovin suosioon. [5]

Darnley tutustui Maria Stuartiin Ranskassa tämän ensimmäisen puolison, kuningas Frans II:n kuoltua. [1] Darnley hurmasi Marian, sillä hän oli nuori, pitkä ja poikamaisen näköinen sekä hyvä laulamaan, tanssimaan ja soittamaan luuttua. [6] Darnleyn äiti Margaret Douglas päätti järjestää poikansa avioliittoon Maria Stuartin kanssa, jotta tällä olisi parhaat mahdollisuudet päästä valtaan sekä Skotlannissa että Englannissa. [1] [7] Lisäksi liitosta mahdollisesti syntyvä perillinen voisi vaatia Englannin kruunua sekä isänsä että äitinsä kautta. [3] Darnley sai helmikuussa 1565 Elisabet I:ltä luvan mennä Skotlantiin isänsä luo. [1] [4] Maria hyväksyi Darnleyn puolisokseen ja myönsi tälle maaliskuussa 1565 Rossin jaarlin sekä heinäkuussa Albanyn herttuan arvon, jotka oli molemmat varattu kuninkaallisille. Il menivät naimisiin 29. heinäkuuta 1565 Holyroodin palatsissa Edinburghissa. [1] [5] Darnley sai nyt myös kuninkaan arvonimen, mutta ei Marian ensimmäiselle puolisolle myönnettyä couronne matrimoniale -oikeutta, joka olisi tehnyt hänestä vaimonsa tasaveroisen kanssahallitsijan ja seuraajan tämän kuollessa. [6] [4]

Avioliitolla oli paljon vastustajia: Elisabet I ilmoitti sen vaarantavan Englannin ja Skotlannin ystävälliset suhteet, Maria Stuartin velipuoli Morayn jaarli ei hyväksynyt kilpailijoita omalle vallalleen protest ja katolintien lisäem lisähpi [1] Darnley täytti prinssipuolisona tärkeimmän odotuksen saattamalla Maria Stuartin raskaaksi, mikä ratkaisi sekä Skotlannin että aikanaan myös Englannin kruununperimyksen kesäkuussa 1566 syntyneestä pojasta tuli myöhemmin Skotlannin kuningas Jaakko VI ja Englannin kuningas Jaakko I. [1] Muuten Darnley osoittautui suureksi pettymykseksi vaimolleen, SILLA hän oli luonteeltaan turhamainen ja ylimielinen sekä lisäksi juopottelija, elostelija ja puolisona uskoton. [6] [8] [1]

Darnley tuli äärimmäisen mustasukkaiseksi Marian italialaista sihteeriä David Ricciota kohtaan, kun joukko protestanttisia aatelisia uskotteli hänelle Riccion olevan kuningattaren salainen rakastaja ja tämän isps. Darnley ja mainitut aateliset muodostivat murhasalaliiton: kesken kuningattaren illallisten 9. maaliskuuta 1566 muut salaliittolaiset raahasivat Riccion viereiseen huoneeseen ja puukottivat tämän kuoliaaksi Darnleyn ottani pidellessä puukottivat tämän kuoliaaksi Darnleyn ottani pidellessä puukottivat tämän kuoliaaksi [6] Salaliitto oli mahdollisesti suunnattu myös Mariaa vastaan, mutta tämä suostutteli seuraavina päivinä Darnleyn pakenemaan kanssaan Dunbariin uskollisten tukijoidensa turviin. [4] [8] [5] Riccion murha kuitenkin tuhosi puolisoiden välisen luottamuksen. Maria alkoi vältellä Darnleyta ja poikansa synnyttyä etsiä keinoa päästä eroon koko avioliitosta. Darnley puolestaan ​​alkoi pysytellä sivussa hovista. [6]

Darnley murhattiin 9.–10. helmikuuta 1567 välisenä yönä Edinburghin lähellä sijainneessa Kirk o'Fieldin kuninkaallisa residencenssissä, jossa hän oli toipumassa sairastamastaan ​​isorokosta (toisten tietojen mukaan kupasta). Kamaripalvelijansa hääjuhliin osallistunut Maria Stuart vieraili 9. helmikuuta Kirk o'Fieldissä, mutta illalla kuningatar ja muu seurue palasivat Holyroodin palatsiin jatkamaan juhlia. Noin kahden aikaan aamuyöstä koko talo räjäytettiin ruudilla taivaan tuuliin. Räjähdyksestä vahingoittumattomina selvinneet Darnley ja hänen miespalvelijansa löydettiin talon puutarhasta kuoliaiksi kuristettuina. [8] [6] [4]

Rikosta ei koskaan saatu selvitettyä, mutta monet epäilivät syylliseksi Marian uutta suosikkia Bothwellin jaarlia. Darnleyn isä jaarli Lennox järjesti syytteen nostetuksi Bothwellia vastaan, mutta oikeus vapautti tämän todisteiden puutteessa vain seitsemän tuntia kestäneen käsittelyn jähemkeen 12. huhtiukkuutta myäai. [6] [8] Huhut Marian osallisuudesta aviomiehensä murhaan alkoivat nopeasti kiertää. Elisabet I järjesti murhasta vuosina 1568-1569 Englannissa uuden tutkinnan, mutta se päättyi tuloksettomana tutkimuskomission ilmoittaessa, ettei Mariaa voitu todistaa syylliseksi eikä syyttömäksi. [6]

Tapahtumista sur myöhemmin esitetty paljon salaliittoteorioita. Erään väitteen mukaan Bothwell olisi tammikuussa 1567 yrittänyt tilata Darnleyn murhan samoilta miehiltä, ​​jotka olivat murhanneet Riccion, mutta nämä kieltäytyivät. [6] Vuosien 1568-1569 tutkinnan yhteydessä julkisuuteen tulleiden « lipaskirjeiksi » (lettres de cercueil) kutsuttujen Marian nimissä kirjoitettujen rakkauskirjeiden on väitetty todistavan, että Maria ja Bothwell olivat salarakastavaisia ​​jo Darnleyn eläessä ja juonittelivat yhdessä tämän murhan. Nykyinen historytutkimus pitää kuitenkin kirjeiden alkuperää epäluotettavana. [9] Sur esitetty myös teoria, jonka mukaan Darnley itse valmisteli Marian murhaamista Kirk o'Fieldissä ja lankesi vahingossa itse virittämäänsä ansaan. [dix]


Seigneur Darnley

Le deuxième mari de Mary Queen of Scots, était son cousin Henry Stuart. Henry était considéré comme beau selon les normes de l'époque. Mary, une veuve très jeune et probablement solitaire, a dit de lui lorsqu'elle l'a vu au château de Wemyss : « C'était l'homme long le plus convenable et le mieux proportionné qu'elle ait jamais vu… » En d'autres termes, il était grand et beau. Il mesurait plus de six pieds (sa taille a été estimée entre 6′ 1″ et 6′ 3″.) Comme Mary mesurait 6′, elle a dû trouver que c'était un changement agréable par rapport à la petite taille des seigneurs écossais qui l'a assistée à la cour. Enfin un partenaire de danse qu'elle ne dominait pas ! De plus, issu de la cour anglaise d'Elisabeth, il a charmé Mary par ses manières courtoises, ses beaux vêtements et sa capacité de conversation. Quelque chose qui manquait à la noblesse écossaise rude et parfois tapageuse.

Il était en ligne pour le trône d'Angleterre par sa mère, la comtesse de Lennox, et était catholique de naissance (mais avait embrassé l'anglicanisme à la cour d'Elizabeth 1st). C'étaient de très bonnes raisons de le considérer comme le mari de Marie. D'un autre côté, il était considéré comme un jeune homme peu recommandable que l'histoire décrit comme vaniteux, arrogant, égocentrique, égoïste et détesté par beaucoup de ses pairs. Néanmoins, c'est l'homme que Mary a choisi pour être son second mari. Son droit d'aînesse catholique ne l'a pas séduit par les puissants seigneurs écossais et contre leur avis et leurs vives protestations, Mary a épousé Henry le 29 juillet 1565 dans la chapelle du palais de Holyrood, à Édimbourg.

LE MEURTRE DE RIZZIO (RICCIO)
Mary est devenue de plus en plus mécontente de son mariage. L'ambition de son mari d'avoir la couronne matrimoniale devenait assez évidente et ses exigences impatientes, ses arguments et son comportement cruel étaient déplorables étant donné que ces explosions se produisaient lorsque Mary était très enceinte de leur fils James. La couronne matrimoniale aurait donné à Darnley les pleins pouvoirs, et si Marie mourait, il deviendrait légalement roi d'Écosse. Après leur mariage, Marie lui a accordé le titre de roi, mais lui a refusé la couronne matrimoniale.
Elle s'est tournée vers David Rizzio, un courtisan italien et son secrétaire privé, pour obtenir de l'aide. Rizzio est devenue son confident, son ami le plus fiable et un serviteur indispensable pendant cette période stressante de sa vie.
Rizzio, catholique et étranger, et maintenant confident de la reine, s'attira des ennemis. En particulier, le roi, qui croyait que Rizzio sapait son autorité et retournait la reine contre lui. Ainsi, le roi s'est associé à un complot avec des nobles protestants pour assassiner Rizzio.
Le soir du 9 mars 1566, alors qu'il dînait dans une petite chambre à Holyroodhouse, Darnley et les nobles entrèrent, des accusations furent lancées contre Rizzio. Malgré les efforts de Mary pour protéger et défendre Rizzio, les épées ont été tirées et Rizzio aurait été poignardé 47 fois. C'était un acte particulièrement scandaleux et horrible à commettre en présence d'une Marie enceinte. (Certains disent que cela a été fait délibérément dans l'espoir que le choc de l'attaque lui ferait perdre l'enfant.)
On pense que le meurtre de Rizzio n'était qu'une étape dans un plan beaucoup plus vaste des nobles écossais pour contrôler la reine et ainsi acquérir le pouvoir pour eux-mêmes.
LIEU DE L'ENTERREMENT
David Rizzio est enterré au Canongate Kirkyard, à Édimbourg.

KIRK O' FIELD
Kirk o' Field, l'endroit où Darnley est mort. Sa mort reste l'un des grands mystères historiques non résolus.*


Règne, un drame d'époque créé pour The CW, compte deux épisodes et reçoit un bon nombre de critiques mitigées. Il y a ceux qui sont assez heureux d'ignorer l'histoire derrière la pièce et d'apprécier la valeur dramatique et divertissante, tandis que beaucoup critiquent le jeu absurde et soutiennent qu'il est simplement «mauvais». C'est bien sûr sans compter les divers passionnés d'histoire qui ramassent encore des morceaux de leur cerveau sur le mur d'où leur tête a explosé par manque total de précision historique. Règne fait certainement sensation. Comme l'a dit un critique :

Personnellement, je n'arrive tout simplement pas à m'en sortir. Je ne peux pas le détester en tant qu'œuvre historique car il s'inspire évidemment peu de l'histoire. C'est certainement ne pas l'histoire de Marie, reine d'Écosse, et est en fait un exemple brillant d'une femme tout à fait fascinante dans l'histoire complètement fictive pour la rendre « plus intéressante ». le tribunal français a été reconditionné pour faire appel aux adolescentes, qui apparemment, selon les producteurs, ne peuvent pas comprendre les faits historiques de base, donc tout doit être réduit à des absurdités pulpeuses. Franchement c'est plus insultant que le mauvais scénario !

C'est un nouveau jeu amusant appelé "repérer le XVIe siècle".

Avec des joyaux articulés tels que « Francis avait des objets politiques graves, ce que cela signifiait d'épouser un autre pays » et : « Nous ne racontons pas l'histoire de Marie… nous racontons un récit fictif de Marie, reine d'Écosse », de producteur exécutif de la série, il n'est vraiment pas étonnant que l'histoire s'écarte radicalement de l'histoire. Les costumes et le décor sont glamour, ressemblant moins à un château du XVIe siècle qu'à un bal de finissants sur le thème de la Renaissance, une ambiance qui n'a pas été aidée par l'introduction des quatre dames d'honneur de Mary, qui ont toutes l'air inéluctablement modernes. Je comprends que Mary ayant quatre dames en attente qui s'appelaient toutes également Mary est probablement déroutant pour un auditoire de télévision. C'est cette logique dominante qui a fusionné les sœurs historiques d'Henri VIII dans le personnage de Marguerite dans Les Tudors, de peur que la princesse Mary Tudor ne soit confondue avec la princesse Mary, la fille d'Henry. Cela, je peux le comprendre, mais les nommer Lola, Kenna, Greer et Aylee (des noms que je peux vous assurer, ne sont pas contemporains) suggère qu'ils ne se prennent pas aussi au sérieux que les critiques semblent l'être.

Je pourrais écrire un très, très, très long article sur les inexactitudes historiques dans Règne, mais ce serait perdre mon temps, car il n'y a rien de précis là-dedans. Au lieu de cela, je vous parlerai avec plaisir de la femme fascinante qu'était Mary, reine d'Écosse. Pourquoi il y a eu une scène de tentative de viol dans le tout premier épisode m'échappe parce que Mary, historiquement, est considérée comme une victime de viol. Pourquoi inventer un scénario pour quelque chose qui aurait pu arriver ? Et avec un homme qui a existé ! Son histoire est assez excitante sans la résumer à « le sexe de l'herp derp, de jolies robes et des garçons », qui est apparemment tout ce que les adolescents peuvent identifier avec * facepalm *

Marie, reine d'Ecosse

Mary, reine d'Écosse, avait des cheveux auburn extrêmement brillants, ce qui était considéré comme l'une de ses caractéristiques les plus frappantes.

Marie est née à Linlithgow, dans le palais de Linlithgow, au nom imaginatif, de la fille unique de Jacques V d'Écosse et de son épouse Marie de Guise le 8 décembre 1542. Six jours plus tard, son père mourut, la laissant reine d'Écosse. L'Écosse était dirigée par un conseil de régence, bien que cela ait posé de nombreux problèmes car il y avait une division catholique/protestante entre les seigneurs et cela a souvent conduit à la violence. Marie elle-même était fiancée au fils d'Henri VIII, son cousin le prince Edward dans sa petite enfance, mais cela a échoué et elle a été fiancée au dauphin de France. Elle partit de Dumbarton en 1548 à seulement cinq ans pour vivre en France où elle reçut une éducation digne d'une future reine et dix ans plus tard elle épousa le dauphin François à Notre-Dame.

La famille de la mère de Marie était une puissante famille française. De cela et du fait qu'elle a grandi en France avec son mari, Mary était considérée comme plus française qu'écossaise.

Premier mariage

Henri II, roi de France mourut l'année suivante laissant son fils de quinze ans et Marie réclamer les trônes de France. Marie s'annonçait également comme la reine d'Angleterre, ce qu'elle avait fait depuis la mort de Marie Ire d'Angleterre en 1558. Pour de nombreux catholiques, Marie, reine d'Écosse était une alternative légitime à la protestante et illégitime Elizabeth I. Son règne en tant que reine de France a été de courte durée car un an seulement après son accession au trône, son mari est décédé, laissant sa belle-mère régente à la place de son frère cadet et Mary une jeune veuve avec peu de perspectives françaises.

Malgré la situation politique difficile en Écosse et le fait qu'elle n'y ait pas passé de temps important, Mary retourna en Écosse où elle monta sur le trône et malgré son profond deuil pour son mari décédé, elle chercha un nouveau mari. De nombreux costumes ont été reçus, dont celui suggéré par Elizabeth I que Mary épouse le courtisan préféré d'Elizabeth, Robert Dudley. En tant que protestante et la plus digne de confiance de la cour d'Elizabeth (en dépit des rumeurs de leur propre histoire d'amour), Elizabeth espérait manifestement contrôler Marie, qui, en tant que reine d'une puissance voisine était une menace mais en tant que prétendante rivale pour le trône anglais était un ennui continuel . Mary a finalement épousé Henry Stuart, Lord Darnley, qui avait lui-même revendiqué le trône d'Angleterre par l'intermédiaire de la grand-mère de Mary, Margaret Tudor, en juillet 1565, malgré leur consanguinité et l'opposition véhémente d'Elizabeth.

Deuxième mariage

Henry Stuart, Lord Darnley était censé être très beau mais aussi extravagant et vaniteux et on disait qu'il était bisexuel.

Mary était apparemment très amoureuse de Darnley bien qu'il se soit rapidement révélé instable. Son mariage était aussi impopulaire parmi les factions protestantes de sa cour (Darnley était aussi catholique) qu'il l'était en Angleterre. En 1565, un certain nombre de seigneurs protestants dirigés par le demi-frère de Marie, le comte de Moray, se sont déclarés en rébellion ouverte contre le mariage, mais après de courtes escarmouches, Marie est sortie triomphante.

Darnley était immature mais aussi alcoolique, ce qui exacerbait sa tendance à la violence. Il a estimé que son titre de «roi consort» était une insulte et a exigé qu'il soit nommé roi complètement, ce qui lui donnerait le trône écossais indépendamment de son mariage. Bien que le refus de Mary l'ait provoqué davantage, elle est tombée enceinte d'un fils James qui deviendrait James VI d'Écosse et I d'Angleterre. À cette époque, Darnley était impliqué dans diverses conspirations contre sa femme et en mars 1566, avec un certain nombre de conspirateurs, dont les rebelles protestants, il assassina le secrétaire privé de Mary, David Rizzio, devant une Mary enceinte. Rizzio était un ami proche de Mary, une amitié qui avait suscité des rumeurs d'infidélité de sa part. Malgré cela, Marie se réconcilie avec son mari et les rebelles mais les retrouvailles conjugales sont de courte durée.

À la fin du mois de novembre, Mary et un certain nombre de nobles se sont réunis pour discuter de ce qui pourrait être fait à propos de Darnley dont le comportement devenait de plus en plus inacceptable. Darnley est tombé malade vers la fin de 1566 et à la demande de Mary, il a récupéré près d'elle, afin qu'elle puisse lui rendre visite fréquemment. In early February 1567 an explosion destroyed the house in which Darnley was staying. His body was discovered in the garden, apparently thrown from the home in the blast, but there was evidence that he had been smothered and the explosion intended to cover up the murder.

A contemporary sketch showing the placement of Henry Stuart’s body after the explosion.

Mary, a number of lords and in particular the Earl of Bothwell, a close friend of the queen, were all suspected of playing a part in the murder. Mary had been noted as visiting Bothwell while he recovered from injuries sustained during the Protestant rebellions and it was thought that he had designs on the throne. Bothwell was tried for the murder on the 12 th April, but acquitted because of a lack of evidence. Shortly afterwards, Bothwell got written support from almost thirty lords and bishops for his suit towards the queen.

Third Marriage

James Hepburn, 4th Earl of Bothwell who abducted Mary in order to marry her. This was his third marriage. His first, which was not dissolved, was to an Norwegian noblewoman who sued for bigamy when Hepburn accidentally came to Norway after fleeing Scotland.

The circumstances of Mary’s second marriage remain controversial and historians are still divided on the issue. On the 24 th April Mary was traveling to Edinburgh when Bothwell, accompanied by eight hundred retainers, halted the journey, claiming that Edinburgh was dangerous and Mary would be safe at his nearby castle at Dunbar. Mary agreed, however upon her arrival Bothwell imprisoned and raped her, in an attempt to secure the crown. That she was imprisoned is undeniable, that she was raped is unknown but Bothwell was condemned for the act by contemporaries. What remains unknown is whether Mary was forced into this situation or whether she was a willing participant and the story of rape concocted to protect her honour when marrying a man she had been romantically linked with, just weeks after the same man was on trial for the murder of her husband.

On the 15 th May, Mary married Bothwell at Holyrood, she also created him a Duke and lavished gifts upon him which destroyed some of her credibility in being an unwilling participant in Bothwell’s scheme and in turn divided the nobility. The lords opposed to the marriage met the queen and Bothwell in battle at Carberry Hill on 15 th June 1567. Bothwell fled but Mary was taken to Edinburgh by the victorious lords. There she miscarried twins she had conceived by Bothwell and on the 24 th July the lords forced her to abdicate giving the throne to her son James, at the time just a year old. She had not seen him since he was ten months old and she would not see him again for the rest of her life. Although imprisoned in the remote Loch Levan castle Mary managed to escape. She raised an unsuccessful army and fled south into England, where she expected Elizabeth I to assist her in regaining her throne.

Imprisonment in England

Elizabeth was in an extremely awkward position unable to release Mary to Scotland but unable to keep her in England.

Needless to say Elizabeth did not assist Mary. Mary had antagonised Elizabeth with her claims to the throne of England and marriage to Darnley. It was preferable, given England’s fragile political and religious situation, that the Protestant regency continue in its rule over Scotland and upbringing of James VI.

Although Mary was imprisoned in Tutbury Castle she was still allowed a household and was kept in a manner appropriate to a visiting queen. Unfortunately the relative freedom allotted to her allowed numerous plots with the intention of either returning her to the Scottish throne or creating her queen of England, to form around her, prompting Elizabeth to curtail her allowances.

What followed was years of vacillation on Elizabeth’s part. Mary was too dangerous to return to Scotland, and in any case any attempt by Elizabeth to broach this possibility was blocked by the Protestant lords who had no desire to return a Catholic queen. Meanwhile keeping her in England proved to be dangerous in itself as numerous English courtiers plotted to replace Elizabeth with Mary, among them the Duke of Norfolk whose influence in England was considerable. The result was that those implicated in plots with Mary were executed while Mary repeatedly escaped punishment, not least because Elizabeth was extremely reluctant to execute an anointed queen, despite the entreaties of her courtiers.

After eighteen years of purgatorial imprisonment in England, Mary’s activities came to a head after being implicated in the Babington plot in 1586. There is speculation that she was deliberately entrapped by Elizabeth’s spymaster, Francis Walsingham, who loosened the controls her jailor Amyas Paulet was imposing upon her, thus giving Mary the freedom to plot and Walsingham the opportunity to collate evidence. Mary was tried at Fotheringay Castle where she denied the charges with passionate defence. On the 25 th October she was found guilty and sentenced to death by an almost unanimous decision. Elizabeth remained reluctant and though she did sign the death warrant the following February, she entrusted it to a low ranking councillor with the intention of keeping the warrant hidden for the moment. Two days later the Privy Council met and arranged the execution without Elizabeth’s knowledge or consent.

A 17th century Dutch rendition of the execution.

Mary was executed on the 8 th February 1587. She was told the evening before and spent the time remaining to her in prayer. She wore red, the colour of Catholic martyrs, and was finally dispatched after three blows. When the executioner held up her severed head the hair came away revealing it to be a wig. Spectators were further confused by the movement in the body, which was revealed to be her terrier hiding in her skirts. Although Mary had requested a burial in France, Elizabeth instead had her interred in Peterborough Cathedral without any Catholic rites. In 1612 her son, James now king of England had her moved to Westminster Abbey where she remains in a chapel opposite that of Elizabeth.


Biography of Mary Queen of Scots

Mary, Queen of Scots is perhaps the best known figure in Scotland’s royal history. Her life provided tragedy and romance, more dramatic than any legend.

She was born in 1542 a week before her father, King James V of Scotland, died prematurely.

It was initially arranged for Mary to marry the English King Henry VIII’s son Prince Edward however the Scots refused to ratify the agreement. None too pleased by this, Henry sought to change their mind through a show of force, a war between Scotland and England… the so called ‘Rough Wooing’. In the middle of this, Mary was sent to France in 1548 to be the bride of the Dauphin, the young French prince, in order to secure a Catholic alliance against Protestant England. In 1561, after the Dauphin, still in his teens, died, Mary reluctantly returned to Scotland, a young and beautiful widow.

Scotland at this time was in the throes of the Reformation and a widening Protestant – Catholic split. Un mari protestant pour Marie semblait la meilleure chance de stabilité. Mary fell passionately in love with Henry, Lord Darnley, but it was not a success. Darnley was a weak man and soon became a drunkard as Mary ruled entirely alone and gave him no real authority in the country.

Darnley est devenu jaloux du secrétaire et favori de Mary, David Riccio. He, together with others, murdered Riccio in front of Mary in Holyrood House. Elle était alors enceinte de six mois.

Her son, the future King James VI of Scotland and I of England, was baptised in the Catholic faith in Stirling Castle. Cela inquiéta les protestants.

Lord Darnley, Mary’s husband, later died in mysterious circumstances in Edinburgh, when the house he was lodging in was blown up one night in February 1567. His body was found in the garden of the house after the explosion, but he had been strangled!


Mary Stuart and Lord Darnley

Mary had now become attracted to James Hepburn, Earl of Bothwell, and rumours abounded at Court that she was pregnant by him. Bothwell was accused of Darnley’s murder but was found not guilty. Shortly after he was acquitted, Mary and Bothwell were married. The Lords of Congregation did not approve of Mary’s liaison with Bothwell and she was imprisoned in Leven Castle where she gave birth to still-born twins.

Bothwell meanwhile had bid Mary goodbye and fled to Dunbar. She never saw him again. He died in Denmark, insane, in 1578.

In May 1568 Mary escaped from Leven Castle. She gathered together a small army but was defeated at Langside by the Protestant faction. Mary then fled to England.


The abdication of Mary Queen of Scots in 1568

In England she became a political pawn in the hands of Queen Elizabeth I and was imprisoned for 19 years in various castles in England. Mary was found to be plotting against Elizabeth letters in code, from her to others, were found and she was deemed guilty of treason.

She was taken to Fotheringhay Castle and executed in 1587. It is said that after her execution, when the executioner raised the head for the crowd to see, it fell and he was left holding only Mary’s wig. Mary was intially buried at nearby Peterborough Cathedral.

Mary’s son became James I of England and VI of Scotland after Elizabeth’s death in 1603. Although James would have had no personal memories of his mother, in 1612 he had Mary’s body exhumed from Peterborough and reburied in a place of honour at Westminster Abbey. At the same time he rehoused Queen Elizabeth to a rather less prominent tomb nearby.


Mary with her son, later James I

Did the recent film, Mary Queen of Scot (2018) peak your interest in Queen Elizabeth’s archrival? Why not find out more in the ‘Mary Queen of Scots: Film Tie-In’ audiobook? Available for free via the Audible trial


Voir la vidéo: Mary, Queen Of Scots NY Premiere Jack Lowden - Henry Darnley (Décembre 2021).