Informations

Dour AM 223 - Histoire


Austère

Inflexible; arrière; sévère.

(AM-223 : dp. 630 1. 184'6" ; n. 33', dr. 9'9" ; s. 14.8 k. ;
cpl. 101 ; une. l 3"; cl. Admirable)

Dour (AM-223) a été lancé le 26 mars 1944 par American Shipbuilding Co., Lorain, Ohio; parrainé par Mme W. R. Douglas; et commandé le 4 novembre 1944, sous le commandement du lieutenant W. V. Byrd, USNR.

Dour est arrivé à Boston le 26 novembre en provenance des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent. Elle a servi dans la Force de défense locale, jusqu'au 1er février 1946 quand elle est devenue en route pour Norfolk.

Dour a navigué de Norfolk le 9 mars 1946 pour le Pacifique, elle a fait escale à San Diego, Pearl Harbor et Saipan et est arrivée à Okinawa le 26 mai en escortant un convoi de péniches de débarquement. Après avoir patrouillé au large d'Okinawa et du Shima, le 23 juillet, il participe au déminage coordonné avec les frappes de pieds 3d F sur le Japon. Engagé dans des opérations de balayage d'après-guerre, Dour a balayé les mines dans la mer Jaune et au large de Jinsen, en Corée. Le 9 septembre, il est arrivé à Sasebo, au Japon, et a balayé les eaux japonaises jusqu'au 28 décembre, date à laquelle il a navigué vers la côte ouest, arrivant à San Pedro, en Californie, le 7 février 1946. Le 8 avril, il a fait route pour Alger, en Louisiane, où elle est restée du 26 avril au 2 mai. Elle a servi des navires en réserve à Orange, Texas, jusqu'à sa mise hors service en réserve le 16 mars 1947. Elle a été reclassée MSF-223 le 7 février 1955.

Dour a reçu trois étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


223 Munitions et 5.56 Munitions à Vendre | Winchester, Hornady, Remington et autres grandes marques de munitions ! &mdash 158 produits / 186 modèles &mdash Page 1

Tandis que .223 munitions et 5.56 munitions ont de nombreuses similitudes, ce sont des calibres de munitions complètement différents. Tournage 223 munitions à travers une arme à feu chambrée en 5.56 est sûre, mais pas toujours optimale. Cependant, vous ne devez JAMAIS utiliser de cartouches 5.56 avec une arme .223, car une pression plus élevée peut provoquer un dysfonctionnement lors du tir. Avec ce conseil de sécurité à l'esprit, .223 Remington et 5.56x45mm OTAN Les cartouches sont un excellent choix pour la défense à domicile, la chasse et l'entraînement à distance. Nous proposons une large sélection de munitions pour fusils 223/556 de certaines des marques de munitions les plus populaires, notamment Winchester, Hornady et Federal Premium.

Achetez en ligne avec nous à OptiquePlanète pour faire le plein de munitions de haute qualité et de tous les autres équipements de chasse, de plein air et tactiques dont vous avez besoin. Nous avons même des munitions en vrac .223 et 5.56 à vendre pour offrir aux tireurs à gros volume une valeur encore meilleure. Si vous avez besoin d'aide, consultez nos guides pratiques sur les munitions qui expliquent comment sélectionner la cartouche adaptée à vos besoins, ainsi que comment acheter des munitions en ligne. Comme toujours, OptiquePlanète est heureux d'offrir la livraison GRATUITE sur la plupart des commandes de plus de 49 $ !


.223 Remington

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'efficacité du fusil d'assaut allemand MP43 (voir 7.62x39) était devenue bien connue. La percée majeure dans la conception du MP43 a été l'utilisation d'une version réduite de la cartouche d'infanterie allemande à pleine puissance 7,92 (8x57). La cartouche Kurz 7,92x33 résultante a permis à un soldat entraîné de maintenir un contrôle raisonnable du fusil MP43 réglé sur un tir entièrement automatique. Les munitions du MP43 étaient légères à transporter et le soldat pouvait donc en transporter plus au combat. Ces facteurs combinés ont fait du MP43 une arme d'assaut efficace.

Après la guerre, les principales puissances militaires du monde ont commencé à expérimenter des cartouches réduites et des prototypes de fusils d'assaut. Avec la formation de l'alliance du pacte de l'OTAN, les membres ont convenu de travailler à une conception universelle de fusil et de cartouche pour toute l'infanterie alliée. Après plusieurs propositions de conception, les puissances alliées se sont retrouvées divisées en deux camps. Les pays du Commonwealth étaient très favorables à une cartouche de 7 mm qui aurait dupliqué aujourd'hui 7 mm08 tandis que les États-Unis, la super puissance du monde allié, ont insisté sur une cartouche de calibre .30, de préférence une version réduite du .30- 06.

En fin de compte, le département américain des munitions a convaincu tous les membres du pacte de l'OTAN d'adopter la cartouche T44, maintenant connue sous le nom de 7.62 NATO ou sous sa forme commerciale, la .308 Winchester. Pourtant, malgré toutes les pressions pour une cartouche de calibre .30, un sous-comité du département américain de l'Ordnance (projet SALVO), a continué à expérimenter avec des cartouches de petit calibre, se penchant vers le calibre .224.

Après des rapports prometteurs du projet SALVO au milieu des années 1950, le département américain de l'Ordnance a invité les concepteurs de cartouches à développer une cartouche militaire basée sur le calibre .224 avec comme condition préalable que le projectile doit rester au-dessus de la vitesse du son à 500 mètres. En 1957, Robert Hutton, rédacteur technique du magazine Guns and Ammo, a conçu une cartouche potentiellement appropriée. La cartouche Hutton était basée sur une version allongée du .222 Remington, chargée d'un prototype de balle de 55 grains fabriqué pour Hutton par Sierra Bullets.

À la fin des années 1950, le concepteur d'armes à feu Eugene Stoner avait obtenu un succès partiel avec son fusil AR 10. L'Armalite AR 10 était radicalement différent des autres fusils de l'époque en utilisant une combinaison d'alliages et de polymères pour créer un fusil d'assaut léger et compact. Malheureusement pour Stoner, le léger AR 10 chambré en 7.62 OTAN produisait trop de recul pour un tir automatique contrôlé. Cependant, l'excellente conception du fusil a été notée par diverses parties. Après avoir reçu l'invitation de concevoir un fusil de calibre .224, Stoner a re-chambre l'AR 10 en cartouche de calibre Hutton .224 et a soumis la combinaison à des tests en 1958. La combinaison a été bien accueillie, mais la décision finale devrait venir de la partie supérieure. échelons du gouvernement américain. À cette époque, Armalite avait perdu beaucoup d'argent en investissant dans les Stoners AR 10 et AR 15 et a décidé de vendre les droits de ses créations. Les armes à feu Colt ont acheté ces droits et ont continué à commercialiser l'AR 15.

En 1963, le conflit communiste au Vietnam s'est intensifié rapidement. Les États-Unis avaient jusqu'à présent engagé une petite force au Vietnam pour inhiber le mouvement socialiste, mais le département de l'Ordnance n'avait pas suffisamment de ressources de fabrication pour armer toute la force qui serait bientôt nécessaire. À cette fin, le secrétaire américain à la Défense, Robert McNamara, a pris plusieurs décisions majeures qui modifieraient considérablement l'U.S. Ordnance de façon permanente. L'armurerie de Springfield et la production du fusil M14 ont été dissoutes et la production de fusils a été confiée au secteur privé. Colt a obtenu le contrat pour fournir le fusil AR 15 aux forces américaines sans plus tarder.

Le fusil et la cartouche AR 15 ont été officiellement adoptés en 1964, désignés fusil XM16E1 (nom commun M16) et cartouche 5.56 Ball M193. La vitesse de la balle de 55 grains du canon de 20 pouces du M16 était évaluée à 3200 images par seconde. Le fusil a été utilisé en petit nombre jusqu'en 1965, lorsque la guerre et la production du M16 ont considérablement augmenté.

Dès le début de son adoption, le M16 a été en proie à des problèmes. Stoner avait conçu l'AR 15 original avec un taux de torsion du canon très lent de 1:14 qui était littéralement une épée à double tranchant. En utilisant un canon à torsion lente, la balle de 55 grains n'était que juste stable en vol, produisant un faible degré de lacet. Lors de l'impact, la balle dégringolait immédiatement et produisait une large blessure invalidante. Cela était initialement considéré comme une prémisse de conception brillante, mais certains fusils produisaient trop de lacet et étaient très imprécis à plus longue distance. McNamara a ordonné que le taux de torsion soit modifié à 1:12 avant l'adoption finale du fusil en 1964. Cela a résolu les problèmes de précision à plus longue portée mais a complètement détruit le pouvoir d'arrêt de la balle de 55 grains qui perçait maintenant des trous d'aiguille à travers ses victimes. Personne n'a remis en question les conséquences potentielles de ce mouvement et ignorant les faits, Ordnance Brass a continué à croire et à promouvoir le M193 comme une cartouche très efficace.

Des problèmes majeurs sont ensuite apparus en 1965 lorsque le fusil M16 a été adopté en masse par les milliers de soldats américains entrant au Vietnam. Jusqu'à 50 % des fusils se sont bloqués sur le terrain et des centaines de soldats américains ont été tués alors qu'ils tentaient désespérément de dégager les chambres bloquées. Les troupes ont été encore plus démoralisées lorsque ni l'aile militaire ni Colt ne se sont penchés sérieusement sur le problème. Au lieu de cela, les troupes ont été accusées de ne pas nettoyer correctement leurs fusils, ce qui a entraîné un encrassement par la poudre. L'encrassement par la poudre a été cité comme la raison pour laquelle les étuis n'étaient pas extraits de la chambre du fusil.

Après des plaintes incessantes, le département Ordnance et les représentants de Colt ont finalement commencé à se pencher sur le problème, bien qu'avec une certaine apathie. Le M16 a ensuite subi quelques modifications de conception cependant, la cause du problème de brouillage n'avait toujours pas été identifiée. Un nouveau modèle M16A1 comportait désormais une chambre et un alésage chromés dans le but de produire une alimentation plus fluide. D'autres modifications ont été apportées au M16, mais sans aucune véritable connaissance du problème sous-jacent, elles ont ajouté un poids inutile au fusil qui n'était plus qu'une nuance plus clair que le M14.

Il a fallu plusieurs années avant que la cause sous-jacente du problème de brouillage M16&rsquos soit correctement identifiée. Le personnel de l'artillerie a découvert que Stoner et les fabricants de munitions avaient initialement testé l'AR 15 en utilisant de la poudre extrudée (bâton), mais lorsque le conflit vietnamien a explosé, les fabricants de munitions ont adopté la poudre de balle plus facilement disponible. La poudre de boule a produit une pression de chambre de pointe plus longue avec des effets désastreux. Normalement lors du tir, la cartouche doit se dilater pour sceller la chambre (obturation), puis se contracter puis être extraite. Avec de la poudre à billes, le boîtier était encore obturé en raison de la pression maximale plus longue. L'éjecteur ne parviendrait alors pas à extraire le boîtier, déchirant le bord du boîtier, laissant derrière lui le boîtier obturé.

En 1970, le gouvernement américain a annoncé sa normalisation du fusil et de la cartouche M16A1 aux alliés de l'OTAN. La nouvelle a été reçue avec un certain ressentiment, en particulier pour les pays qui avaient consacré de précieuses ressources à la cartouche et aux fusils T44. Néanmoins, comme les finances le permettaient, tous les membres du pacte de l'OTAN ont finalement adopté la cartouche de 5,56 mm. La plupart des pays ont adopté le fusil M16A1 tandis que quelques-uns ont travaillé avec leurs propres conceptions de fusil.

Au cours des années 1980, la cartouche de 5,56 mm a été officiellement normalisée en tant que cartouche de l'OTAN. Une faiblesse restante de la charge M193 était sa pénétration extrêmement faible à travers des vêtements lourds à des distances de 500 mètres et au-delà. L'armée belge a fourni une solution avec leur conception de balle de 62 grains. La charge belge est devenue le ballon standard de l'OTAN, désigné le 5.56 OTAN. La vitesse initiale est de 3025fps à partir d'un canon de 20&rdquo. Le fusil M16 a ensuite subi une nouvelle mise à niveau vers un taux de torsion du canon de 1:7 pour utiliser la nouvelle charge. Le nouveau modèle de fusil a été désigné M16A2.

Aujourd'hui, la conception du fusil M16 reste en service dans le monde entier. Le modèle actuel est désigné M16A4 et dispose d'un rail de lunette Picatinny avec la plupart des fusils M16 portant maintenant une lunette. Plusieurs pays se sont cependant éloignés du fusil M16, certains vers des conceptions plus radicales, notamment la Grande-Bretagne qui utilise le SA80 ainsi que l'Australie et la Nouvelle-Zélande qui utilisent actuellement le fusil Steyr AUG.

Le chargement de 62 grains est toujours utilisé par tous les membres de l'OTAN, mais ses lacunes sont une source continue de frustration pour les soldats engagés dans le combat. Néanmoins, la stratégie militaire alliée actuelle n'exige pas beaucoup d'armes d'infanterie. La procédure opératoire standard (SOP) utilisée dans la guerre contre le terrorisme est assez simple et prévisible. Les alliés sont tenus de localiser les terroristes, d'encercler la cible et d'effectuer des tirs de suppression en attendant une frappe aérienne ou un appui d'artillerie. Le 5.56 NATO est adéquat pour ce rôle et excelle également lors des combats de maison à maison, à bout portant.

En 2002, l'armée américaine et Remington ont commencé à expérimenter des cartouches pour fournir une puissance plus efficace aux soldats du commandement des opérations spéciales (SOCOM). Finalement, le calibre .270 (0,277 "ou 6,8 mm) a été choisi, en utilisant un boîtier basé sur le 30 Remington. En 2004, la nouvelle cartouche a été annoncée sous le nom de 6.8 Remington. Le 6.8 tire une balle de 115 grains à 2800fps, dans des barils d'essai de 24" et a une trajectoire similaire à celle du 7.62 (.308) avec une augmentation substantielle de l'énergie à toutes les distances par rapport au 5.56. La balle de 115 grains du 6.8 a un coefficient balistique d'environ 0,340 et est chargée à 55 000 psi. Cette cartouche est encore au stade expérimental d'utilisation (2009). La vitesse d'un baril militaire de 20" est probablement beaucoup plus proche de 2650fps.

En tant que cartouche de sport, la cartouche 5.56 a été adoptée par Remington en 1964, la même année où McNamara a officiellement adopté la cartouche pour l'armée américaine. La version sportive a été nommée .223 Remington et promue comme une cartouche antiparasitaire, ironiquement, car presque tous les États américains n'autorisent pas l'utilisation de percussions centrales .22 de gibier moyen en raison d'une puissance de destruction insuffisante. Néanmoins, la standardisation OTAN de cette cartouche a assuré sa popularité à long terme auprès des chasseurs et la .223 Remington est maintenant une cartouche de vente majeure.

Performance

Comme le .222, lorsqu'il utilise des projectiles de 40 à 55 grains, le .223 produit un canal enroulé large mais peu profond à des distances inférieures à 100 mètres. Au-delà de 100 mètres, en particulier entre 200 et 250 mètres, les canaux enroulés ont tendance à être beaucoup plus étroits que les cartouches de 6 mm vers le haut. Une différence majeure entre le .222 et le .223 est que les deux Federal et Winchester produisent des charges pour une utilisation sur le gibier moyen. Néanmoins, si vous utilisez le .223 sur un gibier moyen, il est très important d'essayer d'éviter les principaux os de l'épaule pour faciliter la pénétration des balles et s'assurer que les blessures se produisent exclusivement dans les organes vitaux.

En tant que cartouche antiparasitaire ou de tir sur cible, le .223 est un interprète exceptionnel, peu coûteux et capable d'une grande précision. En tant que cartouche de jeu moyen, la .223 est sous-alimentée si l'on doit s'attendre à une mise à mort rapide avec des coups de poitrine ordinaires. La seule exception est l'utilisation de munitions FMJ à culbutage qui modifie complètement et totalement les performances de cette cartouche sur un gibier moyen.

La balle tumbling de 55 grains est vraiment violente et rapide et constitue la charge de chasse au gibier moyenne la plus efficace pour le .223. Les blessures de sortie sur le jeu moyen sont souvent aussi larges que 3&rdquo. Cependant, il faut préciser que lorsque des munitions à enveloppe entièrement métallique tombent, la balle tombe également très progressivement en morceaux en raison de la base non scellée de la balle permettant la séparation du noyau de la chemise. Parce que le processus est graduel, les blessures se produisent à travers les organes vitaux et les os, plutôt que lors de l'impact, ce qui entraîne une pénétration adéquate pour tous les coups sauf la queue sur le gibier moyen.

Pendant de nombreuses années, toutes les carabines de sport de calibre .223 comportaient des canons avec un taux de torsion de 1:12. Récemment, certains fabricants ont augmenté les taux de torsion à 1:9. Lorsque des munitions FMJ à 55 grains sont utilisées dans des barils de torsion 1:12 ou 1:9, les canaux de la plaie sont extrêmement petits, environ 6 mm de diamètre avec de légères contusions autour de la plaie (l'ancien T44/7.62/.308 Winchester n'est pas meilleur à cet égard ). La seule marque de munitions FMJ à 55 grains qui culbute est Norinco, bien que le mécanisme qui déclenche le lacet à l'impact soit difficile à déterminer.

Dans certains cas, les fusils avec une torsion de 1:12 produiront une culbute à l'impact avec des munitions FMJ 62 ​​grains. La décision de savoir si un chasseur peut adopter une telle charge doit être basée sur la capacité de la carabine à produire une précision adéquate. De nombreux fusils peuvent tirer autour de la marque 1MOA avec des munitions FMJ 62 ​​grains. Un deuxième facteur est la stabilité de la charge car dans certains cas, un projectile peut être si soigneusement conçu et fabriqué qu'il conserve sa stabilité et ne produit pas de lacet excessif à l'impact malgré un taux de torsion incorrect.

Les chasseurs qui souhaitent expérimenter ces charges sont fortement encouragés à le faire mais doivent d'abord vérifier leur taux de torsion du canon, soit en étudiant les révolutions d'une tige de vérin et d'un patch de nettoyage, soit en consultant les données du fabricant. L'utilisation de projectiles FMJ peut être nettement plus efficace que n'importe quelle charge .223 sportive disponible.

Outre l'utilisation de munitions FMJ, les chasseurs utilisant le .223 sur le gibier moyen obtiendront les meilleurs résultats avec des tirs au cou et à la tête. Les charges sportives typiques avec des munitions conventionnelles à pointe molle peuvent pénétrer à travers les parois thoraciques du gibier moyen, mais les éliminations sont toujours lentes si le SNC n'est pas détruit. Le .223 n'a pas le pouvoir d'initier un choc hydrostatique. L'utilisation efficace des percussions centrales .22 sur un gibier moyen nécessite une bonne connaissance de l'anatomie du jeu. Les animaux qui sont présentés sous des angles difficiles peuvent devoir être ignorés jusqu'à ce qu'un meilleur cliché se présente.

Munitions d'usine

Les deux principaux fabricants de munitions de sport qui offrent des charges de jeu légères et moyennes pour le .223 sont Federal et Winchester. Federal offre un point mou de 64 grains à 3090 ips, la griffe d'ours liée au trophée 55 grains à 3100 ips et l'excellente partition Nosler à 60 grains à 3160 ips bien que les barils de 22 & rdquo en moyenne 70 ips en dessous des spécifications fédérales des barils de test. Winchester propose son point de puissance traditionnel à 64 grains à 3020 images par seconde. Toutes ces charges sont adéquates pour le tir thoracique de gibier moyen plus léger, mais sont très peu performantes et tuent lentement à des distances supérieures à 100 mètres avec une détérioration notable de la puissance de destruction entre 200 et 250 mètres lors du tir thoracique de gibier moyen.

Un nouveau venu sur le marché international est Fiocchi. Fiocchi produit une charge de pointe molle de 55 grains très basique à 3180 ips, mais cette balle reste extrêmement bien ensemble lorsqu'elle est utilisée sur un gibier moyen léger. Le projectile Fiocchi est capable de casser les deux épaules d'animaux pesant moins de 60 kg (130 lb), de la même manière que les charges Federal Premium énumérées ci-dessus. Néanmoins, les éliminations peuvent toujours être lentes avec des tirs de poitrine ordinaires, quelles que soient les excellentes performances de ce projectile.

La plupart des autres charges .223 sont conçues strictement pour la vermine et les vraies vitesses initiales pour toutes les marques de munitions à 55 grains sont généralement en moyenne d'environ 3180 images par seconde à partir de barils de 22 & rdquo. Hornady s'est concentré sur la production de charges V-Max, à partir de 40 grains jusqu'à 55 grains V-max. Remington produit l'Accutip à 55 grains, une pointe creuse à 55 grains et une charge conventionnelle à pointe molle à 55 grains. Les plus douces de ces charges sont les pointes creuses V-max et Remington qui sont adéquates pour les tirs de protection du cou, de la tête et de la viande sur un gibier moyen plus léger.

PMC, Highland et un grand nombre d'autres fabricants produisent également des charges ponctuelles molles de 55 grains. Tous les projectiles utilisés dans ces conceptions sont très mous et bien que l'expansion soit violente, les animaux courent toujours après avoir reçu une balle dans la poitrine avec ces charges.

Les modèles FMJ les plus utiles à rechercher sont les munitions à grains 55 de Norinco et les munitions à grains 62 de Federal American Eagle. La cartouche Norinco est vraiment unique. La vitesse initiale n'est pas inférieure à 3300fps à partir de barils aussi courts que 20&rdquo. La précision est toujours d'environ 1 MOA et les performances du terminal sont exceptionnelles. Les autres charges FMJ à 55 grains ne reproduisent pas cette performance. Veuillez noter : la douille de la balle Norinco M193 est faite aux dimensions militaires qui sont légèrement inférieures aux dimensions des munitions de sport afin d'assurer une alimentation en douceur dans les armes militaires. Cela peut parfois créer des problèmes dans les fusils de sport avec des chambres de dimension maximale, ce qui entraîne des ratés fréquents. Ce problème peut être résolu en remplaçant le ressort de culasse par un ressort de rechange plus lourd (Wolf Springs).

La charge de 62 grains FMJ Federal American Eagle est similaire à celle de Norinco en termes de performances terminales tant que le culbutage se produit réellement à l'impact. Il est rappelé aux lecteurs que la balle de 62 grains est conçue pour les barils militaires à torsion 1:7. Les nouveaux canons sportifs à torsion 1:9 stabilisent également cette charge et produisent de mauvaises performances terminales. En utilisant le FMJ 62 ​​grains dans des barils de sport avec la torsion typique de 1:12, le tireur peut essentiellement tenter de reproduire la prémisse de conception originale d'Eugene Stoner/Hutton. Cela nécessite une expérimentation carabine à carabine en ce qui concerne la précision et le lacet.

Chargement manuel

Le .223 est généralement facile à charger manuellement. Les poudres à combustion rapide de la gamme 4198 produisent les vitesses les plus élevées sans compression de charge. À partir de canons de longueur sportive 22 & rdquo, les vitesses de travail maximales en toute sécurité incluent 3750fps avec des balles à 40 grains, 3450fps avec des balles à 50 grains, 3300fps avec les 53 grains Barnes, 3250fps avec des balles à 55 grains et 3100fps avec des balles à 60 grains. Les lecteurs noteront que la vitesse de 3250fps pour la balle de 55 grains est de 50fps inférieure aux munitions d'usine Norinco, néanmoins, dans de nombreux fusils, la durée de vie du boîtier est courte lors du chargement continu à 3300fps ou plus.

Le choix des balles pour le .223 peut être divisé en deux catégories, les projectiles explosifs qui nécessitent un placement prudent pour éviter les gros os et les projectiles de qualité supérieure capables de briser les gros os sur un gibier moyen plus léger, mais doivent également être utilisés avec précaution pour s'assurer que les blessures se produisent dans le vers l'avant et la plus grande partie des poumons. Ces dernières années, plusieurs fabricants ont produit des balles de 60 à 63 grains qui produisent une pénétration adéquate avec des coups d'épaule mais ne devraient jamais être considérées comme des tueurs rapides.

Les projectiles Hornady comprennent le Super Explosive SP à 50 grains, une balle à base plate à pointe molle standard à 50 grains, le V-Max à 50 grains, le A-Max à 52 grains, le V-Max à 55 grains, à base plate à pointe molle à 55 grains, à 60 grains creux base plate à pointes, base plate à pointes molles à 60 grains, V-Max à 60 grains, A-Max à 75 grains et enfin, A-Max à 80 grains.

Lorsque l'on étudie les performances des balles Hornady à 55 grains, il n'y a vraiment pas de grande différence de pénétration entre les points souples standard, V-Max et les 52 grains A-Max. Les principales différences sont que les A-Max et V-Max produisent des blessures beaucoup plus larges que les balles standard. Sur des animaux de 60 kg (130 lb), les V-Max et A-Max produisent normalement une plaie d'entrée de 0,224 po, puis s'étendent immédiatement pour produire un canal de plaie de 2 à 3 po à travers les muscles et les os latéraux. La plaie s'étend aux organes vitaux mais ne va généralement pas plus loin, les fragments restants s'arrêtent dans les organes vitaux et très peu atteignent la paroi thoracique hors-jeu.

À mesure que le poids des balles augmente, les performances s'améliorent légèrement et lorsque le poids de torsion le permet, il vaut la peine d'utiliser des balles plus lourdes Hornady. Les projectiles à 60 grains, comme leurs homologues à 52-55 grains, sont tous sujets à une désintégration totale, mais la réduction de la vitesse initiale et la légère augmentation du SD ralentissent ce processus, permettant des blessures plus profondes. Le V-Max à 60 grains offre un bon compromis entre vitesse et performance terminale tout en étant également adapté aux barils à taux de torsion standard.

De la gamme Hornady, les balles A-Max lourdes sont les plus performantes sur le gibier moyen plus léger, mais nécessitent des taux de torsion rapides de 1:8 ou 1:7. Bien que celles-ci démarrent plus lentement que leurs homologues plus légères (environ 2900 images par seconde), les balles lourdes A-Max ont un BC incroyablement élevé. Dans le calibre .224&rdquo, la plupart des projectiles à pointe souple 55 grains traditionnels ont un BC d'environ .230. L'A-Max à 75 grains, quant à lui, a presque le double à 0,435 tandis que l'A-Max à 80 grains affiche un BC de 0,473. L'énergie retenue à 300 mètres est largement supérieure aux autres charges de 0,224 & rdquo. Certains barils de torsion 1:9 produisent une précision acceptable avec le lourd A-Max, mais les résultats sont difficiles à prévoir.

Sierra produit une pointe souple à base plate à 50 grains, un deuxième FBSP mais avec une fine veste de style vermint & ldquoBlitz & rdquo, une pointe souple à semi-pointe à 50 grains et le BTSP BlitzKing. Les poids de projectile .223 Rem les plus typiques comprennent le Blitz à 55 grains (base plate), le BlitzKing BTSP à 55 grains, le HPBT à 55 grains, la pointe souple à base plate à 55 grains et la semi-pointe à 55 grains. Les balles lourdes incluent le 60 grains HP, le semi-point 63 grains et le très populaire BTSP GameKing 65 grains. Sierra produit également une gamme de balles d'allumettes de 55 à 80 grains, mais celles-ci ne produisent pas une expansion fiable sur le gibier.

La gamme de projectiles Sierra est plutôt générique. Sur le gibier moyen à corps léger, les performances des balles à 55-60 grains sont bonnes. Les blessures ont tendance à être larges mais peu profondes, comme avec toutes les balles à pointe molle .224. Le seul projectile Sierra qui soit seul est le GameKing 65 grains. Cette balle a été utilisée par des chasseurs du monde entier pour capturer d'innombrables espèces de cerfs légers. Encore une fois, comme avec tous les projectiles .224&rdquo, la pénétration est limitée cependant, le GK à 65 grains produit des blessures uniformes à travers les organes vitaux.

Speer fabrique une large gamme de balles .224 de 30 à 70 grains. Les balles Speer TNT (30-55 grains) sont extrêmement fragiles et ne conviennent en aucun cas à une utilisation sur un gibier moyen plus léger. Le TNT doit être utilisé comme prévu - sur les vermines. Pointe molle semi pointue 70 grains et enfin, le BTSP 75 grains.

De la gamme Speer, le TBBC 50 grains est le plus résistant. Cette balle (comme les balles Barnes) est capable d'une pénétration relativement profonde et sortira presque toujours des espèces de cerfs encadrés plus légers. La pénétration des tirs de ratissage peut parfois être assez impressionnante, cependant, en raison à la fois de la nature de cette conception de balle et des limitations du calibre, les canaux de blessure ne sont pas extrêmement larges. Pour cette raison, le TBBC fait de son mieux à moins de 150 mètres, perdant progressivement la capacité de produire de larges blessures par la suite.

La pointe molle semi-pointue (SMP) 70 grains Speer était autrefois l'un des seuls projectiles facilement disponibles pour les chasseurs ciblant le gibier moyen avec des tirs centraux de .22. De plus, tous les fusils n'étaient pas capables de tirer une balle aussi lourde en raison des taux de torsion adoptés au début. Le Speer était et est toujours une balle de gibier moyenne plus légère et relativement efficace. Comme tous les points doux .224&rdquo, le Speer 70 grains est obligé de vider son énergie immédiatement. Les blessures aux organes vitaux ont tendance à être très larges, la pénétration est adéquate pour les coups croisés ou légèrement en quartiers tandis que les blessures de sortie sont rares. Le BC du Speer à 70 grains est faible à 0,219, mais cette balle est adéquate pour le tir à la poitrine de gibier moyen plus léger à des distances supérieures à 200 mètres.

Les projectiles à pointe balistique Nosler à 50 et 55 grains fonctionnent à peu près de la même manière que les projectiles à pointe molle ordinaires de .224 & rdquo, blessant large avec une pénétration peu profonde. La partition Nosler 60 grains, d'autre part, est l'un des projectiles de gibier moyen léger .224&rdquo les plus fiables disponibles. Comme tous les projectiles .224&rdquo, la pénétration est limitée et sur les animaux au corps léger, les blessures de sortie sont rares, néanmoins cette balle pénètre les organes vitaux à travers un os relativement solide, produit de larges plaies pulmonaires et rompt les cavités latérales de la poitrine. Ceux qui chassent le cerf au corps léger avec le .223 ne devraient jamais se passer d'une boîte de 60 projectiles de partition de grain.

Barnes produit à la fois des balles frangibles contre les parasites (30 à 50 grains) et des projectiles robustes TSX. Le TSX est disponible dans les poids 53, 55, 62 et 70 grains. Pour les coups de poitrine ordinaires sur le gibier moyen léger, les 53 grains Barnes TSX produisent des performances bien supérieures à celles de tous les autres modèles de balles.

Malheureusement, très peu de fans de .224&rdquo apprécient l'efficacité d'une balle solide. Souvent, si une mise à mort lente est constatée, le chargeur manuel retourne au banc, déterminé à trouver la balle la plus frangible disponible afin d'effectuer une mise à mort rapide. Bien que les balles frangibles soient utiles sur le gibier moyen avec des calibres lourds, il n'en va pas de même pour le .224&rdquo. Là où des balles comme l'A-Max à 80 grains peuvent créer une blessure assez profonde et large, il existe toujours un élément d'incertitude quant à la fiabilité d'une telle charge pour différents poids corporels. C'est la raison pour laquelle les tireurs expérimentés en .224&rdquo ont tendance à opter pour des tirs au cou et à la tête. Le Barnes TSX à 53 grains est différent à cet égard et les résultats sont assez prévisibles. Sur un jeu pesant entre 60 et 80 kg (jusqu'à 130 lb), les coups de poitrine avec le Barnes à 53 grains sont toujours du domaine de David contre Goliath, mais le Barnes rend une blessure profonde et suffisamment large. Les projectiles Barnes TSX plus lourds sont encore plus efficaces, garantissant des plaies de sortie sans saignement.

Ces dernières années, les balles Berger ont fait beaucoup de recherches pour produire des projectiles BC .224&rdquo optimaux. Berger propose une large gamme de poids de balles allant de 30 à 90 grains. Berger ne recommande aucune de leurs balles .224 & rdquo comme étant adaptées à une utilisation sur un gibier moyen plus léger et sont plutôt proposées comme options de match ou de vermint.

Enfin, pour ceux qui peuvent trouver une source, des projectiles Norinco apparaissent de temps en temps sur le marché. Ces projectiles sont souvent vendus, une fois que la charge d'origine a été retirée et qu'un nouveau projectile à pointe molle a été placé par un fabricant de pièces de rechange. Le projectile Norinco est tout simplement la balle .224&rdquo la plus efficace disponible pour la chasse au gibier moyen plus léger et les chasseurs ne devraient absolument pas hésiter à lui faire confiance au-delà de toutes les autres offres .224&rdquo.

Ci-dessus : Le tumbling 55gr FMJ Norinco. Mis à part la marque de projectile, c'est ainsi que Stoner et Hutton ont d'abord voulu que le .223 fonctionne. La plaie de sortie a été nettoyée pour inspection. Ci-dessous, un pouce de la carcasse telle qu'elle a été initialement trouvée :

Commentaires de clôture

Le .223 Remington/5.56NATO a certainement une histoire militaire intéressante. En tant que cartouche de chasse, la .223 est une énigme. Peu de gens ont été témoins ou comprennent vraiment la grande différence entre la performance terminale dramatique du tumbling ball militaire et la destruction plus lente et sans éclat qui peut se produire lors d'un jeu de tir à la poitrine utilisant des munitions de sport souples conventionnelles. Parallèlement à cela, il y a les charges de vermine super explosives modernes, des blessures peu profondes mais larges.

Dans tous les cas, beaucoup de choses peuvent parfois mal tourner lorsque le .223 est utilisé sur un gibier moyen. Il est sage que de nombreux états des États-Unis n'autorisent pas l'utilisation du .223 sur le gibier moyen. Dans les pays plus laxistes, la .223 est une cartouche à laquelle les tireurs inexpérimentés se tournent souvent lorsqu'ils choisissent une carabine à faible recul pour le gibier moyen. En vérité, les cartouches à percussion centrale .22 chargées de munitions antiparasitaires « de série » fonctionneront mieux entre les mains de chasseurs ou de jeunes très expérimentés qui ont chassé sous de tels cours de manière continue.

Comme indiqué dans le texte .222, un placement de tir précis, des attentes réalistes et une compréhension des limites sont les clés du succès. Plus d'informations concernant le placement des coups pour le .224 & rsquos peuvent être trouvées dans ce texte.


Dour AM 223 - Histoire

SIXIÈME RÉGIMENT D'INFANTERIE. 223

Le 6e Régiment ayant été transféré au 6e Corps le 23 mars 1864,
pris sa place en bataille avec ce corps de combat justement célèbre de l'armée de
le Potomac, dans la bataille du Wilderness, le 5 mai 1864.

Le 6e Régiment a participé à toutes les batailles qui ont suivi la bataille de la Wil-
derness, et à Spottsylvania, Cold Harbor et Petersburg, se sont comportés avec une grande gal-
lantry, souffrant sévèrement.

En juillet 1864, lorsque l'armée confédérée, commandée par le général Early, envahit le Maryland
et a tenté de capturer la capitale de la nation, le 6e corps d'armée, y compris ce
regiment, was sent from Grant's army at Petersburg to drive the enemy back. Les
timely arrival of the 6th Army Corps did not only save the capital from capture, but
speedily expelled the enemy from Maryland.

A new army was created in the Shenandoah Valley and General Sheridan placed in
command, with instructions to destroy, utterly, all the Confederate forces in that section,
where four long years of alternate victory and defeat had attended the Union armies.

This regiment, with the 6th Army Corps, took a conspicuous part in the splendid
Union victories, under General Sheridan, that crowned the efforts of this army at Win-
chester, Virginia, September 19, Fisher's Hill, Va., September 22, and Cedar Creek,
Va., October 19, 1864.

After the utter destruction of all the Confederate armies in the Shenandoah Valley
of Virginia, the 6th Regiment, with the 6th Army Corps, returned to General Grant's army
in front of Petersburg, in the latter part of 1864. The regiment participated with the
6th Corps in the assault and capture of Petersburg, Va., April 2, at the battle of Sailor's
Creek, April 6, and at the final surrender of Lee's army at Appomattox Court House,
Va., April 9, 1865.

Immediately after the surrender of Lee, the 6th Corps, with Custer' s Cavalry, made
a forced march of 100 miles to Danville, Va., with the view of intercepting the Confed-
erate General Johnson, who was marching to the relief of Lee. Johnson, however, being
apprised of this movement, surrendered to General Sherman at Greensboro, N. C.

From Danville the 6th Corps and Sheridan's Cavalry corps marched direct to Wash-
ington, and, arriving too late for the general review, were reviewed separately by Presi-
dent Lincoln, after which the regiment was finally disbanded at Baltimore, Md.

The 6th Regiment of Infantry, Maryland Volunteers, is classified as one of the three
hundred fighting regiments of the Civil War. Its casualties were as follows: Killed, 8
commissioned officers and 120 enlisted men total, one hundred and twenty-eight died
of disease, etc., one commissioned officer, and one hundred and seven enlisted men.
Aggregate loss by death, two hundred and thirty-six men and two hundred and thirty-
three enlisted men wounded in battle.

This regiment, in its arduous campaigns, traveled by railroad 575 miles, by boat
577 miles, and on foot 1751 miles, a total distance of 2908 miles.

In addition to the numerous skirmishes and engagements in which the 6th Regiment
participated, the regiment has been accredited by the War Department, U. S. Army, for
its good conduct in the following official list of battles, viz.: Winchester, Wilderness,
Spottsylvania, Cold Harbor, Petersburg, Opequan, Fisher's Hill, Cedar Creek, Wap-
ping Heights, and Sailor's Creek.


This web site is presented for reference purposes under the doctrine of fair use. When this material is used, in whole or in part, proper citation and credit must be attributed to the Maryland State Archives. PLEASE NOTE: The site may contain material from other sources which may be under copyright. Rights assessment, and full originating source citation, is the responsibility of the user.


Chartered in 1799

Proud of its lineage, its record of service to mankind, and its achievements, the history of recorded Masonry in the City of Rome has prevailed unbroken for 213 years, and it is deeply rooted in a revolutionary origin.

The American Revolution for Independence had scarcely ended when the humble beginnings of Freemasonry was born in the township of Rome, New York. It was a time when the country was new, the population scattered, and the number of early settlers were few. Inspired by the spirit of independence, and faith founded on the Great Light in Masonry, the seed of speculative Masonry was firmly planted here. On January 11, 1798 Steuben Lodge No. 54, signed a petition recommending the issuance of a Masonic charter in Rome. This petition was formally presented to the Grand Lodge of the State of New York on March 7, 1798 along with the nomination of Hon. Joshua Hatheway as Master of this new Lodge. Incidentally, this distinguished gentleman was also the first Treasurer of the new Oneida County founded that year. The charter was subsequently granted to Roman Lodge No. 82 on February 13, 1799 under the seal of Robert R. Livingston, who was both the Chancellor of the State of New York and the Grand Master of the Grand Lodge of the New York. This was in fact the first Masonic charter granted in the new Oneida County. Past events did not play a role in the mission of the Lodge other than to motivate members to forge a new future for their families and the fraternity. They acknowledged that while times were changing, and tracts of land were evolving into villages and towns, Masonry would remain steadfast in its principles and would continue to inspire new achievements. Their fraternal strength and efforts have always been a broadening and uplifting example of the spirit of brotherhood, fellowship, and service to mankind. We in Roman-Hatheway Lodge are the beneficiaries of their thoughts and actions.

Hon. Joshua Hathaway, the first Master of Roman Lodge, was a graduate of Yale College, class of 1787. He served in the American Revolution and participated as the first major under General John Stark at the Battle of Bennington (Vermont) in 1777. He also served in the War of 1812 as Quartermaster General at Sacketts Harbor. He was for many years judge of the court of common pleas, the surrogate court, and also served as Post Master.

Prior to 1824 the Lodge had many places to call home. Finally a building was erected in 1825 on what became the southwest corner of N. Washington and W. Liberty Streets. The upper floor was used as a lodge room and was initially occupied on February 21, 1825. General Lafayette visited Rome during that year and the name of Lafayette Hall was applied to the new room until later changed to Masonic Hall. Here the Lodge met until 1832 when the building title was passed to the Zion Church.

During these intervening years, Roman Lodge was a pivotal point in the central New York area for the creation of several new Lodges. Under the penmanship of its first Master, petitions were submitted in 1808 for Philanthropic Lodge, Hampton Lodge No.198 in 1811, Farmers Lodge No. 214 in 1813, and Farmers Friendship Lodge No. 420 in 1825. Leadership for many of the new area Lodges including some of their Masters was also furnished by Roman Lodge.

Roman Lodge members met irregularly during the period of the Morgan Affair, when public sentiment against Masonry was so intense. The Lodge began to recover during the winter of 1850. On February 5, 1851a meeting was held in the Odd Fellow Hall to sign a petition for re-issuance of the charter. The new charter for Roman Lodge No. 223 was granted on June 15, 1851.

Selden A. Emerson was the first Master after restoration, and conducted the first official meeting of the new Lodge in a building owned by Bro. Jesse Armstrong. Masons met there until November 5, 1853 when a fire destroyed the building along with the Lodge charter. So for the next three years, the Lodge occupied the Odd Fellows Hall at 133 West Dominick St. until June 24, 1856 when it moved into a set of rooms over the Fort Stanwix Bank (now the Berkshires Savings Bank). It remained there until February 14, 1870 when it again moved into a building owned by Samuel B. Stevens, an active member of the Lodge since 1828. The dedication ceremony was held at the Masonic Hall on February 14, 1871. Ten years later, on February 11, 1880 the Rome Masonic Lodge again moved into rooms specially arranged for Masonic purposes in the Gleasmann-Hower Block on the southwest corner of Washington and West Dominick Street. Masonry remained here until May 11, 1908 when it relocated to a new Masonic Temple which had just been erected at 130 N. Washington Street.

The 19th century for Masons in the Rome area bowed out on a very positive note. Rome Masonry involved with very special ceremonies associated with the laying of cornerstones for some of the most important community architectural developments in the area: in 1891 first Masonic Home in New York State to be located in Utica in 1894 the new City Hall and in 1903 the new Federal Building in Rome.

On May 6th Masons gathered at their Temple to honor a century of accomplishment and the prospects for a bright and prosperous future for Freemasonry in Rome.

The dawn of a new century in Rome brought with it a growing strength in Masonic membership that soon dictated the need for new quarters. In 1905 Rome Masons purchased the property at 130 North Washington Street, site of the former Washington Street Opera House that was destroyed by fire. It was officially opened in 1908. The following year on June 5th a new and important development occurred in the Rome Masonic family. At a Special Communication Hatheway Lodge No. 869 was duly constituted with 27 charter members. The new Worshipful Master was George T. Davis.

World War One changed the way many Americans lived and worked. By 1920 people longed for calm and wanted to preserve traditions by returning to a normal life. This was the promise of the Roaring Twenties, the era of wonderful nonsense. With the arrival of the Great Depression the lodge did what was necessary to make a difference to offer a sense of hope desperately needed in the era of the Great Depression.

Despite these efforts membership continued on a downward path until, oddly enough, by 1942 it began to substantially increase. Rallying behind the war effort, the Rome Lodges dedicated the Masonic Recreation Building at the Rome Air Depot. It served as a tribute to Masonic Brothers in the armed services. Many Masons and their family members actively donated to the Red Cross blood drives, war chest campaigns, and local USOs.

Immediately following the end of World War II, the Roman and Hatheway Lodges saw accelerated activity in petitions, initiations, and other Masonic activities. Within the next 8 years their memberships collectively would soar beyond 900 members.

Masonry in the 1960s was anything but at a stand still. There were ground breaking ceremonies, cornerstone dedications, charity drives, military members serving in Viet Nam who would frequently write requesting donations for children orphanages and rehabilitation programs, and the opportunity to visit and experience the thrill and excitement of the World s Fair and the promises for a brighter tomorrow.

As the 1970s opened with Lodge membership somewhat reduced from ten years earlier, the Lodge was officially informed that its vibrant home would be slated for demolition under the downtown Federal Urban Renewal Program. It is well to remember that the address of 130 North Washington Street was home to Freemasonry fore 64 fruitful years. In 1971 the new home for Rome Masonry became the Bethel Presbyterian Church at 620 N. Washington St. that was recently gutted by a fire earlier on June 3rd.

The 1980s opened with the call for a return to traditional American values. There was extensive praise of family, loyalty, civic virtues, and patriotism. However valiant these efforts appear to have been, mixed in with this upbeat mood was the continued decrease in Masonic membership. Yet the Masonic ideal of civic and charitable works continued in the Lodges without noise or fuss. Members were active supporters and workers in community services such as the Red Cross blood donor programs, Polio Foundation, Multiple Sclerosis Society, special employee worker relief programs, refugee relief programs, aid to worthy distressed Masons and their families, little league, the Masonic Research Laboratory, and Shriners hospital programs but to name a few. This noble spirit was expanded to include new and unique benevolent endeavors such as the Oneida County Masonic Child Photo Identification Program, Heart Fund, American Cancer Society, Association for the Blind, Oneida County Special Olympics Program for developmentally disadvantaged children, and the Rome Salvation Army bell ringing.

With the advent of the 1990s, and as the final curtain was preparing its descent on the 20th century, still newer activities caught the twinkle of the Rome Masonic eye such as the Rome Drug and Alcohol Prevention Program, acquisition of a K-9 dog patrol, a new police bike patrol, acquisition and posting of drug free zone signs for various public schools, and a host of other technologically new programs. On numerous occasions the Lodge invited the Rome Police Department to address members on these various programs and related matters. And the Lodge would respond very generously with notable contributions at the conclusion of these presentations.

The arrival of 1995 heralded a new age for Rome Masonry brought about by the merger of Roman and Hatheway Lodges which subsequently became known as Roman-Hatheway Lodge No. 223. This merger was in part an effort to stem waning membership and attendance resulting from the combined effects of the closure of Griffiss AFB, continuing decrease in local area population, and the aging of membership. The ensuing years witnessed a decline in membership, the sale of the lodge hall, and a new resurgence in membership as the lodge charted a new direction in the 21st century.

With the benefit of historical perspective, we have the opportunity to review the end results of many past endeavors without the presumption that matters should have been accomplished differently. Looking back at the defining War of 1812, the grim days of the Morgan Affair from the mid-1820 s through the 1840 s and the obsession of the anti-Masonic movement, the Civil War and deaths of more than 600,000 soldiers, the Reconstruction period when the Federal government restored seceded states to the Union, economic growth and depression between the 1870s and 1890s, the harshness of the Great Depression f the 1930s, and the social unrest and many wars that characterized the twentieth century, the 1960s and 1970s with its anti-establishment attitudes and distrust for organized groups, stock market crash of 1987, closure of Griffiss AFB in 1996, the Great Financial Crisis (Recession) of 2007-2010, a collapse of the housing bubble in 2007-08 that witnessed unprecedented property foreclosures, and the minimal economic development in the Rome-Utica corridor, we can agree that the principles and tenets of Freemasonry in Rome have withstood the over-whelming test of time.

There are several reasons why Freemasonry in Rome survived these challenging moments in history. First and foremost was adherence to the beliefs and traditions of Freemasonry. Second, lodge membership was by choice. Members were guided by their own free will and accord. Third, the internal structure of the craft (rules and customs) helped avoid political strife. And fourth, the tradition of Freemasonry in Rome was a formidable part of the community fabric. Freemasonry in Rome was found to have maintained a continuing relevance to men of all backgrounds, religions, and age groups who have a sincere interest in improving themselves, forming meaningful friendships and being useful to those around them. Inside contemporary Roman-Hatheway Lodge, little has changed for these 213 years. It has and continues to remain a place of ancient rites of passage and ritual, a well-worn path filled with doubt and discovery. In its simplest form, the Masonic family in Rome provides its members a haven of true brotherhood and protection from the rage around it. Although a far cry from the days when members journeyed on horseback from great distances to a Masonic meeting in Rome, Free Masonry in Rome continues to bring people together in major new ways designed to transact business, maintain the familiarity of personal relationships, and enjoy a rich heritage of Freemasonry.


7 Comments

MTG: Chamber has nothing to do with the lower demarcation. The chamber is defined by the barrel demarking wich is not pictured. You can fit a .223 barrel/upper on a 556 lower. Heck, you can fir a 22lr, .308, .300 and so on on that lower.

In that pic of the exploded rifle, I can see that the receiver is marked “CAL. 5.56MM”—that kind of betrays the author’s point doesn’t it?

The difference is head space, that’s it! 5.56 is not more powerful than 223, the 5.56 just has slightly more head space allowance. The pressures are identical when measured in the same way.
Probably find the exploded gun was a 5.56 jammed into the lands of a .223 and that’s where the over pressure came from, or a double charged home load. Although the lower is stamped 5.56…. but it’s colt so probably a crap gun.
223.
Parent case .222 Remington
Case type Rimless, bottleneck
Bullet diameter 0.224 in (5.7 mm)
Neck diameter 0.253 in (6.4 mm)
Shoulder diameter 0.354 in (9.0 mm)
Base diameter 0.376 in (9.6 mm)
Rim diameter 0.378 in (9.6 mm)
Rim thickness 0.045 in (1.1 mm)
Case length 1.76 in (45 mm)
Overall length 2.26 in (57 mm)
Rifling twist 1 in 12 inch (military-style rifles use 1:7 to 1:10 to stabilize longer bullets)
Primer type Small rifle
Maximum pressure (SAAMI) 55,000 psi (380 MPa)
Maximum pressure (CIP) 62,366 psi (430.00 MPa)
Maximum CUP 52000 CUP

5.56
Parent case .223 Remington (M193)
Case type Rimless tapered, bottleneck
Bullet diameter 5.70 mm (0.224 in)
Neck diameter 6.43 mm (0.253 in)
Shoulder diameter 9.00 mm (0.354 in)
Base diameter 9.58 mm (0.377 in)
Rim diameter 9.60 mm (0.378 in)
Rim thickness 1.14 mm (0.045 in)
Case length 44.70 mm (1.760 in)
Overall length 57.40 mm (2.260 in)
Case capacity 1.85 cm3 (28.5 gr H2O)
Rifling twist 178 mm or 229 mm (1 in 7 in)
Primer type Small rifle
Maximum pressure (EPVAT) 430.00 MPa (62,366 psi)
Maximum pressure (SCATP 5.56) 380.00 MPa (55,114 psi)

I purchased a Rock River Varmint way back and it was marketed as � Wylde.


On September 22, 1975, Sara Jane Moore aims a gun at President Gerald Ford as he leaves the Saint Francis Hotel in San Francisco, California. The attempt on the president’s life came only 17 days after another woman had tried to assassinate Ford while he was on his way to give a . read more

On October 29, 1901, President William McKinley’s assassin, Leon Czolgosz, is executed in the electric chair at Auburn Prison in New York. Czolgosz had shot McKinley on September 6, 1901 the president succumbed to his wounds eight days later. McKinley was shaking hands in a long . read more


United States Religious History: Selected Sources Online

Online Encyclopedias

Searchable Online Collections

A collection of nearly 500 encyclopedias, dictionaries, and other reference books provides a good starting point for research.

A collection of specialized encyclopedias, dictionaries, biographical, business and literary sources.

A collection of authoratative encyclopedias in the social sciences, including coverage for anthropology, criminology, environment, psychology, research methods, sociology, and women's studies.


Welcome to Ammo Prices Now

Receive price drop alerts and find out when new calibers are being tracked.

If you would like to support the website, you can buy me some rounds (or coffee) using the paypal link below.

Terms & Conditions | Politique de confidentialité
Legal Note: Ammo Prices Now does not promote the sale of firearms or ammunition.
We do not provide links to sources where you can purchase said items.

© Copyright | Ammo Prices Now | Tous les droits sont réservés


Promotions

Things can happen in the blink of an eye. In those few precious moments your firearm can not fail. That's why we at Rock River Arms take pride in supplying you the highest quality firearms possible.

WARNING: The products offered for sale on this website can expose you to chemicals which are known to the State of California to cause cancer, birth defects or other reproductive harm. For more information, go to www.p65warnings.ca.gov

LAR-15, LAR-8, LAR-6.8, LAR-458, LAR-9, LAR-40, LAR-47, LAR-300, LAR-15LH LEF-T, WYL-EHIDE, PRK-EHIDE, NSP, IRS, X-Series, and ROCK RIVER ARMS are registered trademarks of Rock River Arms, Inc.
©2016-2021 ALL RIGHTS RESERVED.


Voir la vidéo: SIRUI AM 223 Video (Décembre 2021).