Informations

Site archéologique de Zorats Karer



Centre Smithsonian pour la vie folklorique et le patrimoine culturel

Vahagn travaille sur une cruche en argile. (Photo de Narek Harutyunyan, Mon programme d'Arménie)

À l'été 2020, le programme My Armenia du Center for Folklife and Cultural Heritage s'est associé à une publication arménienne. Erevan Magazine publier un numéro spécial mettant l'accent sur le tourisme communautaire du patrimoine culturel dans le pays. Au cours des prochains mois, le Centre publiera des traductions anglaises des articles pour Voix Smithsoniennes.

En cette période difficile dans la région, nous espérons que ces histoires mettent en lumière la résilience du peuple arménien en mettant en valeur son patrimoine culturel vibrant et diversifié.

Les lieux et phénomènes intéressants ne manquent pas à Syunik, la région du sud de l'Arménie, et il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir. La région a eu de riches traditions de poterie, qui continuent à ce jour. Maître Vahagn Hambardzumyan, dont l'atelier en Sisian peut être visité par les touristes, fait partie de ceux qui perpétuent ces traditions avec une touche de modernité. Le conservateur et spécialiste principal des musées du programme My Armenia, Nairi Khatchadourian, a eu une conversation avec le maître sur le passé, le présent et l'avenir de son métier.

Vous pratiquez l'un des plus anciens métiers du monde et de l'histoire de l'humanité. Vous sentez-vous responsable de continuer cette tradition ?

Bien sûr, et pas seulement la responsabilité de le poursuivre, mais aussi de développer et de restaurer les choses qui n'ont pas survécu jusqu'à aujourd'hui. Notre nation est riche en artisanat en céramique qui sont des échantillons d'art très raffiné. Malheureusement, de nombreux exemples de poterie préhistorique ont été négligés. Mon objectif est de les faire revivre avec une esthétique, une fonction et des techniques modernes.

Poterie décorée de divers motifs floraux et de dessins animés. (Photo de Narek Harutyunyan, Mon programme d'Arménie)

Les produits céramiques anciens étaient des objets en argile (cruches ou récipients) ou des statuettes en argile. Cependant, vous ne créez que des objets en argile. Pourquoi?

J'étais également doué pour créer de la sculpture, mais je me suis profondément intéressé aux anciennes techniques et méthodes locales de poterie. Je n'ai pas pu trouver d'études professionnelles détaillées à leur sujet (en particulier sur les méthodes employées et l'interprétation des modèles) dans aucune source. Pourtant, les maîtres de la poterie des temps anciens – les descendants de Hayk, il y a quatre-cinq-six mille ans, avaient déjà fait tout ce que les gens d'aujourd'hui ont commencé à faire seulement au début du 20e siècle. Ce qu'ils faisaient, c'était combiner le fonctionnel et le beau. Lorsque j'étudie les œuvres des temps anciens, j'ai une agréable sensation de picotement. Il y a une perception si profonde de la matière, ces œuvres témoignent d'un si bon goût, et il y a tellement d'amour, de respect et de maîtrise en elles. Ce sont les raisons pour lesquelles je suis devenu obsédé par eux. Ils m'emmènent dans un monde qui n'est entré qu'à travers les profondeurs des millénaires.

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez essayé d'utiliser le tour de potier ?

Ma première tentative a été faite en secret. Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé que les gens sur mon lieu de travail à cette époque s'opposeraient à ce que je travaille avec le tour de potier. Le résultat de ma première tentative était un petit objet en forme de coupe. La magie s'est produite à ce moment-là. J'ai réalisé que c'était la frontière entre la curiosité et l'amour. Cela m'a envoyé des frissons dans le dos. La joie et la peur étaient entremêlées, comme lorsqu'un adolescent amoureux veut se confesser à sa fille bien-aimée mais a peur que cela ne fonctionne pas. Puis je me suis rendu compte que rien ne pouvait m'arrêter, et ce jour-là j'ai initié la construction de mon premier tour de potier. La roue est pour moi une source d'énergie inépuisable. Je pense que le travail au tour de potier ressemble au cycle de la vie. La roue tourne et l'œuvre est créée. Ensuite, les activités de raffinement sont effectuées à la main. La pièce est d'abord affinée lorsqu'elle est encore humide après avoir été durcie, le deuxième affinage est effectué après qu'elle ait été davantage durcie et le troisième après qu'elle ait séché. Ensuite, il est placé dans le four. La pièce est cuite à la température respective, qui est déterminée en fonction de l'épaisseur du travail donné. A sa sortie du four, il subit une ou plusieurs étapes de traitement selon les particularités du travail donné. Il peut également être glacé et remis au four. Certaines autres activités de traitement peuvent également être nécessaires.

Préparation de l'argile pour le travail. (Photo de Narek Harutyunyan, Mon programme d'Arménie)

Vous menez également des recherches sur les traditions céramiques du passé.

Dire que mes œuvres sont liées à des traditions anciennes serait en dire très peu à leur sujet. Ils ne sont pas simplement liés à ces traditions. Les traditions céramiques anciennes forment la base de mes travaux, et j'essaie de construire les aspects créatifs, ainsi que les aspects techniques et technologiques de mon travail sur la base de ces traditions anciennes. Oui, j'ai beaucoup exploré notre patrimoine culturel et je continue d'explorer. Je considère que les anciennes traditions arméniennes sont liées à mon travail autant que je suis lié à mes parents, ou que mes enfants sont liés à moi ou à leurs grands-parents. Imaginons un arbre sans racines ou avec des racines faibles et un autre avec un système racinaire fort. Nous avons ce solide système de racines. C'est pourquoi il est nécessaire de s'appuyer sur ce système et de favoriser davantage ce système, car il y a une nouvelle racine pour chaque nouvelle branche qui pousse sur cet arbre, et la racine correspond à la branche afin qu'elle puisse se nourrir de la racine. Je pense qu'il est juste de se nourrir de notre système racinaire et de le favoriser en même temps.

Comment votre carrière a-t-elle évolué après avoir commencé à animer des ateliers de poterie comme une sorte d'expérience touristique ?

Lorsque nous avons décidé de recevoir des touristes chez nous, cela a quelque peu changé l'ambiance de notre atelier. Auparavant, nous ne travaillions que pour nous et pour le client, mais après ce changement, il s'est avéré nécessaire d'acquérir de nouvelles compétences car il était nécessaire de présenter un élément de notre culture aux étrangers et peut-être même à des personnes plus informées sur le sujet. Par conséquent, un besoin s'est fait sentir de revisiter les informations pertinentes et de parcourir la littérature afin de présenter au mieux notre culture aux touristes. Nous nous sommes également fixé l'objectif de rénover l'espace atelier. La question de servir de la nourriture pour familiariser nos invités avec la cuisine arménienne est née de la demande, puis tout a commencé.

Vahagn Hambardzumyan avec sa famille. (Photo de Narek Harutyunyan, Mon programme d'Arménie)

Quelle est l'importance de présenter cette tradition artisanale aux touristes locaux et étrangers ? Quelles réponses recevez-vous habituellement des gens?

L'artisanat a de merveilleuses traditions et il est très important de les présenter aux touristes étrangers. Nous considérons le tourisme comme un dialogue culturel. Par conséquent, nous devons saisir l'opportunité de nous engager dans un discours culturel et de présenter notre culture de la meilleure façon possible. De cette manière, nous contribuons à faire connaître l'Arménie à travers la culture, et par conséquent à la renforcer. Les réponses sont très diverses et toutes positives. En ce qui concerne les touristes nationaux, je tiens à dire que c'est intéressant avec eux, surtout lorsqu'ils veulent apprendre et se familiariser avec les symboles des temps anciens de leur histoire.

Où recommanderiez-vous aux gens d'étudier des échantillons importants de poterie arménienne ?

Le musée d'histoire de Sisian présente une multitude d'œuvres merveilleuses datant de différentes périodes. J'affectionne particulièrement un vase d'apparat dont le motif rappelle la corne d'un bélier. Le navire a été découvert sur le site archéologique de Zorats Karer (également connu sous le nom de Karahunj ou Carahunge). Il y a aussi de merveilleux récipients à sel et une variété de récipients cérémoniels et quotidiens, dont l'étude donne une idée de notre culture.

Pots de sel traditionnels. (Photo de Narek Harutyunyan, Mon programme d'Arménie)

Musée d'histoire de Sisian nommé d'après Nikoghayos Adonts

Le musée d'histoire de Sisian a été fondé en 1989 en tant que branche du musée d'histoire d'Arménie et, en 1993, il a reçu le statut de musée indépendant. Le musée est situé dans un bâtiment construit en 1937. Seuls les biens culturels, qui ​​représentent la région de Sisian, sont conservés dans la collection du musée, qui se compose de matériaux archéologiques et ethnographiques. Les visiteurs peuvent voir des artefacts excavés de la Site archéologique de Zorats Karer, villages d'Aghitu et Lor, et différents quartiers de Sisian. La collection ethnographique présente la fabrication de tapis, l'artisanat et les costumes nationaux de la région. Le musée possède également une riche collection d'objets en céramique datant de différentes époques.

Céramique Sisienne

La céramique de Sisian peut être visitée à 42 Gr. Rue Lusavorich, Sisian, Syunik.


  • Arménie et Géorgie
  • Trésors inconnus de l'histoire humaine
  • Découvrez la nature vierge et l'architecture ancienne
CARTE DE LA VISITE :

1. Aperçu et dates

Partez à l'aventure dans les hauts plateaux arméniens pour voir des gravures rupestres vieilles de 10 000 ans et des traces d'habitation, représentant des scènes de chasse, d'agriculture, des sites astronomiques et même des signes du zodiaque. Visitez le plus ancien observatoire astronomique du monde - Zorats Karer (7600 av. J.-C.) et construit des milliers d'années avant Stonehenge en Angleterre ou les pyramides égyptiennes ! En Géorgie, admirez les merveilles souterraines de la nature &ndash La grotte de Prométhée &ndash et le travail impressionnant des hommes &ndash des villes taillées dans la roche. L'Arménie et la Géorgie se vantent de beaux paysages verts, de nourriture écologique et de forêts naturelles. C'est le pays des magnifiques monastères construits au sommet des montagnes ou au bord d'un précipice, créant des vues panoramiques inoubliables.

Avez-vous déjà rêvé d'un voyage dans des pays encore peu fréquentés par les touristes ? Respirer l'air frais de la montagne et s'enfoncer dans les sources thermales de montagne ? Sentiers Archéologiques va le faire arriver! Plongez dans l'histoire, les cultures et les paysages de la magnifique région du Caucase, découvrez d'anciennes colonies et forteresses, ainsi que des villes troglodytes fascinantes, y compris des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.


Géorgie est le premier pays au monde qui a commencé la production de vin (il y a 8.000 ans) et il est toujours célèbre pour la meilleure qualité de boissons. C de Géorgieaucasus attire avec des gens hospitaliers et gentils, des bouteilles de vin saupoudrées dans des caves sombres, des vues à couper le souffle sur les montagnes, des monuments architecturaux médiévaux et bien sûr une cuisine délicieuse - du shashlik au khinkali. Vous dégusterez toutes les spécialités locales lors de notre circuit de deux semaines.


Arménie, en plus d'un riche patrimoine préhistorique, a été la première nation au monde à se convertir officiellement au christianisme (en 301 après JC). À son âge d'or, l'Arménie était l'un des royaumes les plus puissants d'Asie Mineure et son territoire s'étendait aux terres appartenant actuellement à la Turquie. L'Arménie comprenait autrefois le mont Ararat, que la tradition biblique identifie comme la montagne sur laquelle l'arche de Noé reposait après le déluge. Encore aujourd'hui, l'impressionnant mont Ararat surplombe la capitale de l'Arménie, Erevan.

Rejoignez-nous pour explorer l'Arménie et la Géorgie au cours d'une aventure en profondeur unique de 14 jours !

Des dates de tournée:
Disponibilité:

2. Itinéraire

Jour 1 : Arrivée en Arménie

Arrivée à l'aéroport international d'Erevan Zvartnots. Un représentant de Sentiers Archéologiques La société accueillera nos clients à l'aéroport et les conduira au luxueux hôtel 5 étoiles d'Erevan. Après le processus d'enregistrement à l'hôtel, nos clients auront le temps de se reposer. Passer la nuit à l'hôtel.

Jour 2 : Visite de la ville d'Erevan et musée d'histoire

Petit déjeuner à l'hôtel. Vous commencerez votre visite par une visite panoramique de la ville d'Erevan. En chemin, vous verrez les attractions les plus importantes d'Erevan, notamment le pont Kievyan, le palais présidentiel, le parlement national et l'opéra. Vous visiterez également le musée d'histoire qui abrite des collections d'artefacts arméniens des domaines de l'archéologie, de l'ethnographie et de l'exposition des beaux-arts. Nous continuerons la visite avec une visite à l'usine de Brandy avec dégustation de 3 types de célèbre cognac arménien. L'Arménie est connue comme l'un des meilleurs producteurs de cognac et de whisky au monde. Déjeuner pendant la visite. Retourner à l'hôtel. Dîner dans un restaurant arménien traditionnel. Nuit à Erevan.

Jour 3 : Erevan - Etchmiatsine - Zvartnots - Garni - Erevan

Après le petit-déjeuner, départ pour Echmiatsin &ndash, le temple arménien le plus ancien et le plus important. Construite entre 301-303 après JC, c'est la plus ancienne cathédrale chrétienne du monde. Ensuite, nous visiterons Zvartnots qui se vante d'un complexe architectural précieux, bien que ruiné, de bâtiments du 7ème siècle. Le complexe comprend le temple Zvartnots de Saint-Georges et le palais de Katholikos Nerses III. Le temple de Zvartnots, construit comme principale cathédrale arménienne dans les années 641-661, était censé surpasser la beauté de la cathédrale d'Etchmiatsine.

Déjeuner dans un restaurant avec une belle vue sur le monastère de Geghard avec des spécialités locales de la cuisine arménienne.

Conduisez à Geghard, un complexe monastique sculpté dans la roche solide en 1215. Il est célèbre pour être le lieu de repos de Saint-André et Saint-Jean, et pour la légende d'une relique cachée &ndash la Lance du destin &ndash serait celle qui a transpercé Jésus-Christ sur la croix. Nous continuerons par une visite à Garni, un temple du 1er siècle après JC dédié au dieu solaire Mitra, ressemblant au Parthénon à Athènes.

Après la visite à Garni, nous retournerons à Erevan pour le dîner et la nuit.

Jour 4 : Erevan - Goris - Tatev - Karahunj - Goris

Après le petit-déjeuner, nous partirons pour le monastère de Tatev à proximité de Goris.

Nous atteindrons le monastère de Tatev du IXe siècle par le plus long téléphérique du monde. Il est situé à 5 300 pieds au-dessus du niveau de la mer dans les montagnes. Le monastère a été construit dans une harmonie incroyable avec le paysage pittoresque, créant une impression comme s'il faisait partie intégrante de son environnement naturel. Il a été fondé au 4ème siècle à l'emplacement d'un temple païen. Aux XIVe et XVe siècles, le monastère de Tatev abritait l'une des plus importantes universités médiévales arméniennes, l'Université de Tatev, qui a contribué à l'avancement de la science, de la religion et de la philosophie, de la reproduction de livres et de la peinture miniature. Les universitaires de l'Université Tatev ont contribué à la préservation de la culture arménienne pendant l'une des périodes les plus turbulentes de son histoire. Le monastère est richement sculpté et magnifiquement situé sur une pente de montagne, avec vue sur les forêts naturelles immaculées environnantes.

Déjeuner à Sisan avec les spécialités de la cuisine arménienne locale. Après le déjeuner, nous nous dirigerons vers Karahunj.

Karahunj, ou Zorats Karer, est un ancien site archéologique avec des structures mégalithiques appelées &ldquosinging rocks&rdquo. Il a été fondé entre 7 600 avant JC et 4 500 avant JC, ce qui signifie que le site est beaucoup plus ancien que Stonehenge en Angleterre ou les pyramides égyptiennes. Ce complexe servait à la fois d'ancien temple et d'observatoire astronomique. C'est un spectacle impressionnant : plus de 200 pierres de basalte, pesant chacune jusqu'à 10 tonnes et alignées en forme d'arc. Les trous dans les rochers chantants auraient pu être creusés pour observer les phases de la lune et du lever du soleil pendant les solstices d'été et d'hiver. En 2010, l'Université d'Oxford et la Royal Geographical Society de Grande-Bretagne ont exploré Karahunj et ont conclu que le complexe mégalithique est probablement le plus ancien observatoire du monde. Zorats Karer est connu sous le nom de &ldquoArmenian Stonehenge&rdquo.

Dîner et nuit à Goris.

Jour 5 : Goris - Oughtasar - Goris

Après le petit-déjeuner, nous partirons à l'aventure en jeep pour explorer les pétroglyphes d'Ughtasar. Perdu dans les montagnes, un lac aux eaux cristallines vous dévoilera des souvenirs de la préhistoire. L'une des attractions les moins connues et les moins intéressantes d'Arménie se trouve au sommet de Montagne Ughtasar, situé à plus de 9 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Outre la beauté naturelle de la vallée au sommet de la montagne, les vues et le petit lac, il y a une abondance d'images sculptées vieilles de plusieurs millénaires.

Une ancienne communauté des hauts plateaux arméniens a laissé des traces d'habitation sur plus de 2 000 pierres volcaniques sombres. Les plus anciennes remontent à 8.000 ans avant JC. Les mystérieux pétroglyphes représentent des scènes de chasse, d'agriculture, des sites astronomiques, des rituels anciens, des danses religieuses et des animaux sauvages : chèvres, cerfs, chats sauvages. Ils offrent un aperçu unique de la vie de nos ancêtres il y a des milliers d'années. Bien que le site ait été découvert au début du 20 e siècle, il n'est toujours pas entièrement compris aujourd'hui.

Dîner et nuit à Goris.

Jour 6 : Goris - Caravansérail - Noratus - Dilidjan

Après le petit-déjeuner, nous nous dirigerons vers le caravansérail pour voir le col de la montagne Selim où les caravanes de l'ancienne route de la soie se reposaient sur leur chemin, tout en transportant des biens précieux, y compris des épices exotiques, de la Chine vers l'Europe.

Après le déjeuner, nous prendrons une route panoramique le long du lac Sevan. C'est un spectacle vraiment impressionnant et le lac alimente en eau 28 rivières et est la source de la rivière Hrazdan. Au soleil, la surface de l'eau parfaitement immobile devient presque turquoise. C'est le plus grand lac arménien et l'un des lacs les plus élevés au monde.

Nous arriverons au cimetière médiéval de Noratus, la plus grande collection de &lsquokhachkars&rsquo arméniens (stèles commémoratives sculptées dans la pierre avec des croix complexes, des motifs floraux et religieux et de belles rosaces). Vous pouvez également voir des khachkars dans les monastères arméniens et aux entrées des tombeaux médiévaux. Les plus anciennes remontent au VII e siècle.

Dîner et nuit à Dilidjan. Dilijan est une terre de forêts et de rivières naturelles et vierges avec des vues panoramiques.

Jour 7 : Dilijan - Haghpat - Akhaltsikhe - Forteresse de Rabat

Dans la matinée, nous nous dirigerons vers Haghpat. La région de Lori est une terre non contaminée par la civilisation et nous visiterons les monastères médiévaux : Haghpat et Sanahin du 10ème au 13ème siècles. Ces complexes architecturaux sont les œuvres d'art les plus impressionnantes d'Arménie, alliant la beauté de la nature à l'architecture.

Après le déjeuner avec des spécialités traditionnelles de cette région, nous continuerons notre voyage vers la Géorgie, traversant la frontière à Bavra.

De Bavra, nous nous dirigerons vers la forteresse de Rabat. L'ancienne forteresse en pierre de Rabat, la principale attraction de la ville d'Akhaltsikhe, se dresse sur la petite colline sur les rives mêmes de la rivière Potskhovi. Cet édifice militaire érigé au XIIIe siècle a beaucoup témoigné au cours des siècles. La forteresse avait été détruite à plusieurs reprises, était souvent en état de siège et, par conséquent, elle a absorbé des traces de différentes cultures et religions. En 2012, une grande reconstruction a eu lieu après quoi la forteresse de Rabat à Akhaltsikhe s'est transformée en une ville dans la ville. Elle est devenue non seulement un monument historique, mais un véritable centre-ville culturel. Il y a une église, une mosquée, une synagogue, un petit parc, un musée d'histoire, divers magasins, hôtels et même un bureau d'état civil à l'intérieur des murs de la forteresse.

Dîner et nuit à l'hôtel situé dans le centre historique d'Akhaltsikhe, à l'intérieur même de la forteresse de Rabat.

Jour 8 : Vardzia - Kutaisi

Après le petit-déjeuner, nous nous dirigerons vers Vardzia et ndash, un site remarquable et une ville rocheuse sculptée dans les pentes de la montagne Erusheti. Son apogée remonte aux XIIe et XIIIe siècles, lorsque la Géorgie était dirigée par la reine géorgienne bien-aimée, Tamar la Grande. Plus de 3 000 chambres et couloirs ont été creusés sur plusieurs niveaux à l'intérieur de la montagne, et elle pouvait autrefois servir de refuge à jusqu'à 50 000 personnes. On peut encore voir les décorations sur les murs des chambres et s'émerveiller devant les belles fresques sur les murs des églises orthodoxes, les restes de l'ancienne grandeur de cette ville. Un petit groupe de moines vit toujours dans cette ancienne ville, gardant ce trésor historique inestimable.

La précision des gravures des grottes, des chambres et des tunnels de Vardzia étonne toujours les visiteurs. C'est sans aucun doute l'un des sites les plus remarquables de Géorgie.

Après Vardzia, nous continuons vers Kutaisi. Dîner et nuit à Kutaisi.

Jour 9: La grotte de Prométhée, Gelati, Bagrati, visite de la ville de Kutaisi

Dans la matinée, nous nous dirigerons vers la grotte de Prométhée. Cette merveille exceptionnelle de la nature est ornée d'une ampleur de stalactites et de stalagmites. Les formations rocheuses en forme de colonnes et de cascades éveillent l'imagination des visiteurs de ce site merveilleux. La visite est accompagnée de musique classique et la beauté de la grotte est soulignée par des couleurs de conte de fées. De la grotte, on peut voir la montagne Khvamli où, selon une légende, Prométhée a été enchaîné en guise de punition pour avoir fourni aux gens la bénédiction du feu. Nous ferons également une excursion en bateau sur une rivière souterraine à l'intérieur de la grotte de Prométhée pour admirer les formations rocheuses sous un angle différent.

A proximité de la ville de Kutaisi, nous verrons le monastère Gelati. À l'intérieur, nous verrons des fresques et des manuscrits parfaitement conservés des XIIe-XVIIe siècles. Le complexe monastique comprend l'église de la Vierge qui est magnifiquement ensoleillée malgré sa hauteur grâce à d'immenses fenêtres. Le monastère est un lieu de repos du roi géorgien David le Bâtisseur, canonisé après sa mort. Pendant des centaines d'années, le monastère de Gelati a été l'un des principaux centres culturels et intellectuels de Géorgie. Il comprenait une Académie où se réunissaient les meilleurs scientifiques, théologiens et philosophes géorgiens. En conséquence, le monastère s'appelait autrefois &ldquoa nouvelle Grèce&rdquo ou &ldquosecond Athos&rdquo.

Le jour 9, nous visiterons également la plus ancienne ville du monde, Kutaisi &ndash, des preuves archéologiques indiquent que la ville existait dès le deuxième millénaire avant JC. C'est l'emplacement de l'ancien royaume de Colchide &ndash où le héros mythologique grec Jason a recherché la Toison d'or. Nous visiterons la cathédrale Bagrati qui domine la ville et qui est un symbole de la ville et de tout le pays de Géorgie, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1994.

Dîner et nuit à Kutaisi.

Jour 10 : Kutaisi - Gori - Upliscyche - Mtskheta - Tbilissi

Dans la matinée, nous nous dirigerons vers le village de Mia à côté de Chiatura. Dans le paysage verdoyant, nous verrons un pic rocheux solitaire et le pilier Katskhi avec une église pittoresque et un ermitage au sommet. Le rocher est entouré de légendes. Il est resté non escaladé par les chercheurs et non arpenté jusqu'en 1944 et a été plus systématiquement étudié de 1999 à 2009. Ces études ont déterminé que les ruines étaient celles d'un ermitage médiéval datant du IXe ou du Xe siècle. Une inscription géorgienne datée paléographiquement du XIIIe siècle suggère que l'ermitage existait encore à cette époque. L'activité religieuse associée au pilier a été relancée dans les années 1990 et le bâtiment du monastère a été restauré dans le cadre d'un programme financé par l'État en 2009.

Après avoir vu le pilier, nous nous dirigerons vers Gori, où nous visiterons le musée de Staline, ainsi que sa maison et une voiture de chemin de fer qu'il utilisait pour parcourir le pays. Plus tard, nous continuerons à voir l'immense forteresse qui domine Gori et constitue un excellent point de vue. Il apparaît pour la première fois dans les archives du XIIIe siècle, mais des preuves archéologiques montrent que la région avait déjà été fortifiée au cours des derniers siècles av.

Après cela, nous nous dirigerons vers Upliscyche. C'est une ville creusée dans le roc et la plus ancienne colonie de Géorgie. Elle a été fondée vers le 5ème siècle avant JC et a été habitée pendant des centaines d'années jusqu'au Moyen Âge. La ville entière a été sculptée dans la roche solide. Sur le magnifique site d'Upliscyche, nous admirerons les œuvres fantastiques de l'art médiéval et l'architecture ancienne. Au sommet du complexe se trouve une basilique chrétienne du XIIe siècle. Nous pourrons apprécier le paysage qui entoure ce site historique &ndash les méandres de la rivière et les mystérieuses formations rocheuses.

Le prochain arrêt sur notre chemin est Mtskheta, situé entre deux rivières, c'est une ancienne capitale de la Géorgie. Pour les chrétiens de Géorgie, c'était une ville sacrée et elle servait de centre religieux, car c'était la ville où la Géorgie a été proclamée pour la première fois comme un État chrétien.

Nous dînerons avec dégustation de vins dans un restaurant géorgien traditionnel. Nuitée à Tbilissi.

Jour 11 : Tbilissi - Ananuri - Kazbegi - Gergeti

En route pour Kazbegi, nous visiterons Ananuri. Cette forteresse est située sur l'avant-pays de la rivière Aragvi, à environ 40 miles de Tbilissi. Il a été construit par les ducs d'Aragvi et ses premières parties remontent au 13ème siècle.

Ensuite, nous continuerons vers Kazbegi, situé sur l'ancienne route militaire géorgienne. Nous allons vivre pleinement cette charmante région avec les points de vue les plus impressionnants du Caucase et l'un des plus beaux paysages du monde. Nous ferons un tour en jeep 4x4 sur des routes sinueuses entourées de forêts naturelles et d'impressionnantes formations rocheuses.

Nous conduirons jusqu'à 8 000 pieds au-dessus du niveau de la mer pour voir Tsminda Sameba (église de la Trinité Gergeti). Sans aucun doute, l'église Gergeti et les montagnes environnantes créent l'une des vues les plus extraordinaires du Caucase. La vue de l'église sur fond d'immenses montagnes pittoresques est le paysage le plus époustouflant de Géorgie, ce qui en a fait un symbole de ce pays.

Dîner et nuit à Kazbegi avec vue sur le sommet des montagnes.

Jour 12: Visite de la ville de Tbilissi

Nous quitterons Kazbegi pour Tbilissi, la capitale de la Géorgie. Tbilissi est célèbre pour son paysage architectural original composé de balcons sculptés à la main et de galeries en bois.

Nous verrons la célèbre Place de la Liberté à Tbilissi avec une colonne avec la statue de Saint-Georges, le saint patron de la Géorgie. Le nom officiel de la statue est &ldquoStatue of Freedom&rdquo, elle a été créée en 2006 par un célèbre sculpteur géorgien, Zurab Tsereteli. Nous verrons également la tour de l'horloge penchée surréaliste, comme si elle avait été conçue par Salvador Dali. Il est plein de mosaïques colorées et d'embellissements, sa silhouette magique s'intègre parfaitement à son environnement. Juste à côté, vous verrez le théâtre de marionnettes Rezo Gabriadze.

La cathédrale de Tbilissi Sioni est un lieu incontournable sur la carte de la ville, elle est célèbre pour sa précieuse relique, la croix de vigne de Saint Nino. Dîner et nuit à Tbilissi.

Jour 13 : Tbilissi - Sighnaghi - Tbilissi (Géorgie) ou Erevan (Arménie)

Après le petit-déjeuner, nous visiterons la Mecque du vin géorgien et la région de Kakheti. La Géorgie orientale est la principale région viticole du pays. Les raisins de cuve sont cultivés sur ces terres depuis 8 000 ans, ce qui a permis aux habitants de perfectionner l'art de transformer leur récolte en un vin divin et exceptionnel. De plus, selon les archéologues, Kakhétie est le berceau mondial du vin. Nous visiterons les vignobles pour voir les méthodes traditionnelles de production de vin en argile kwewri. C'est la plus ancienne méthode de production de vin au monde qui est encore pratiquée aujourd'hui. Cette terre est également connue pour ses habitants accueillants et bienveillants qui vivent entourés de paysages à couper le souffle, de châteaux anciens et de magnifiques églises.

Dans l'après-midi, nous retournons à Tbilissi (en Géorgie) ou à Erevan (en Arménie). Selon vos préférences, vous pouvez réserver votre départ d'une de ces villes.

Jour 14 : Départ

Il est temps de dire adieu à l'Arménie et à la Géorgie. Au cours de cette tournée Sentiers Archéologiques L'équipe s'assurera que vous aurez tout ce dont vous avez besoin et que vous rentrerez chez vous avec des souvenirs qui dureront toute une vie.

Selon les préférences de nos hôtes, leur départ peut être organisé à partir de :


Aménagement de la forteresse

Des fouilles archéologiques ont révélé que la forteresse avait une disposition assez claire, semblable à d'autres établissements du royaume d'Urartian. Une ville a été construite au pied de la colline, tandis qu'une citadelle a été construite au sommet de la colline où elle offrait une vue complète sur la ville en contrebas ainsi que sur la plaine d'Ararat, ses colonies et les routes menant à la forteresse. En raison de la configuration du sommet de la colline, le plan de la citadelle était de forme triangulaire. La forteresse a été construite en plusieurs étapes et des vestiges de structures telles que des murs, des palais et des temples sont encore visibles aujourd'hui.

Sur la base des sections survivantes des murs de la citadelle, il a été suggéré qu'ils mesuraient autrefois 12 mètres (39,4 pieds) de haut. De plus, ces murs ont été construits sur la pente raide de la colline et ont été fortifiés par des contreforts rectangulaires à intervalles réguliers. Ainsi, la citadelle avait une apparence redoutable vue de l'extérieur.

Les murs extérieurs de la forteresse d'Erebouni ( CC BY-SA 3.0 )

L'entrée de la citadelle se trouvait du côté sud-est, là où la colline a une pente plus douce. De plus, l'entrée a été identifiée par le fait que les murs à l'entrée ont été érigés en trois rangées. Il y avait aussi un portique à six colonnes qui se tenait à gauche de la route menant à l'entrée de la citadelle. Ce portique était peint de fresques colorées et l'escalier qui y menait était flanqué de figures en bronze de taureaux ailés à tête humaine.

Entrée sud-est de la forteresse d'Erebouni. Restauré par le maçon Andranik Sargsyan. ( Domaine public )


Entretien avec Nick Redfern sur les lieux les plus étranges du monde

Nick Redfern nous emmène dans un voyage sombre avec son nouveau livre ‘The World’s Weirdest Places’. Assurez-vous d'apporter votre équipement de camping et vous voudrez peut-être envisager un fusil automatique. Et bien sûr, n'oubliez pas votre paranormal, ce qui ne l'est pas.


Karahundj – Les anciennes pierres parlantes

Karahundj, également appelé Carahunge et Zorats Karer, est un ancien complexe de pierre, construit sur un plateau montagneux dans la province de Syunik en Arménie.

Carahunge a été nommé par les astrophysiciens de l'Observatoire d'astrophysique de Byurakan de l'ex-URSS et peut être interprété à partir des mots « voiture » ​​(qui signifie pierre) et hunge (qui signifie son), qui se traduit vaguement par « pierres parlantes ». Cela vient probablement du fait que les pierres créent un sifflement lorsque le vent s'engouffre à travers des trous percés dans les monuments.

Les pierres étaient toujours connues localement sous le nom de Ghoshun Dash, qui signifie « Armée de pierres » en turc et étaient associées dans la mythologie comme étant dédiées aux soldats tombés au combat lors d'une grande guerre. Ces dernières années, les pierres sont généralement appelées Zorats Karer dans les textes académiques de la traduction arménienne.

Le complexe couvre une superficie de 17,2 acres et se compose de diverses tombes de l'âge du bronze et de plus de 220 monuments en pierre dressés placés dans un anneau central, avec des rangées de pierres de différentes tailles se ramifiant vers l'extérieur.

Les pierres ont été taillées dans du basalte, d'une hauteur allant de 0,5 à 3 mètres au-dessus du sol. Environ 80 pierres présentent un trou circulaire mesurant deux pouces de diamètre, mais peuvent dater d'une période ultérieure, car les trous semblent relativement peu altérés par rapport à la surface exposée de chaque monument en pierre.

Au cours de l'ère chrétienne, de nombreuses pierres avaient des croix gravées dans la roche, certaines pierres étant complètement transformées en Khachkars (une stèle commémorative sculptée portant une croix), normalement érigée pour le salut de l'âme, pour commémorer une bataille, la construction d'une église, ou pour éviter une catastrophe naturelle.

Decades of scientific study from the 1980’s to present have excavated megalithic tombs and a Bronze/Iron Age community at Karahundj, with various interpretations as to the sites purpose ranging from an astronomical observatory, ritual monuments for a necropolis, or even a refuge during times of war in the Hellenistic period.

Excavations of some of the tombs discovered pottery in the lower stratigraphic layers, that have similar characteristics of pottery from the early period of the “Sevan-Artsakh” culture that dates from around the 13th century BC, whilst some graves are believed to date from as early as 2000-1800 BC.

To this day, Karahundj remains a highly contested site, both in terms of the appropriate name for the site, and the purpose and dating of the monument.


The Creation of the Armenian Alphabet

In the subsequent centuries, Armenia was mentioned by various ancient authors. It seems, however, that the Armenians did not create records of their own. Till this day, no document (be it stone inscriptions, manuscripts, or legends on coins) with Armenian letters dating to before the 5th century AD has been discovered. On the other hand, the existence of a pre-5th century AD Armenian script is attested to in the works of some ancient authors.

As an example, Philo of Alexandria, a Hellenistic Jewish philosopher who lived between the 1 st century BC and the 1 st century AD, wrote that On Animals was translated into Armenian. On Animals was a work by Metrodorus of Scepsis, a Greek philosopher and historian who lived between the 2 nd and 1 st centuries BC.

Metrodorus was also a close friend and court historian of the Armenian king, Tigranes the Great , so he would have been familiar with the Armenian alphabet. As another example, Hippolytus of Rome, a 3 rd century AD theologian, wrote that the Armenians were one of the nations that had their own distinct alphabet.

In any case, the Armenian alphabet is popularly thought to have only been invented during the 5th century AD. According to tradition, the alphabet was created in 405 AD by Saint Mesrop Mashtots, an Armenian monk, theologian, and linguist. Mesrop was born around 360 AD into a noble family.

Saint Mesrop Mashtots created the Armenian alphabet. (Taron Saharyan

According to Koryun, one of Mesrop’s pupils and biographer, the saint was a polyglot, being fluent in a number of languages, including Greek, Persian, and Georgian. He is recorded to have studied Classical languages under Saint Nerses I, an Armenian patriarch. After his studies, Mesrop became a monk, around 395 AD, and was later ordained as a priest.

Mesrop founded several monasteries and spread Christianity to the remote areas of the country, where the people were still practicing Mazdaism, the religion that dominated Armenia prior to the coming of Christianity. Incidentally, Armenia is considered to be the first country to have adopted Christianity as its state religion, i.e. in 301 AD, during the reign of Tiridates III.

Although Armenia was already a Christian state by the time of Mesrop’s birth, it is likely that most of the population were only nominally Christians. Since they could not read the Bible, many Armenians had a limited understanding of their religion. In addition, there were no Bibles written in Armenian, since there was no writing system for the language.

Still, knowledge of Christianity could be transmitted orally to the general population by men like Mesrop, so the problem was not without a solution. In 387 AD, however, Armenia lost its independence, and was divided between the Byzantine and Sassanian Empires, the two superpowers of the region at that time. It was feared that the Armenians would lose their national identity, as a result of assimilation into either Byzantine or Sassanian society. Therefore, something had to be done to preserve the national identity of the Armenians.

Armenian manuscript, 5 th - 6 th century. The Armenian alphabet was created to preserve the Armenian culture. (Bogomolov.PL / Domaine public )

It was Mesrop who came up with a solution, i.e. the invention of the Armenian alphabet. The saint was supported in this endeavor by Vramshapuh, who appointed Mesrop as his chancellor.

Vramshapuh ruled Armenia from 389 AD to 414 AD as a Sassanian client king. Although Mesrop is traditionally credited with the ‘invention’ of the Armenian alphabet, it may perhaps be more appropriate to say that he ‘re-invented’ it, since, according to the ancient sources, Mesrop modified a much older Armenian script that had been lost, rather than created a completely new set of letters.


10 Stone Circles That Aren’t Stonehenge

Of course, the well-known ones are well-known for a reason, they’re incredible examples of prehistoric engineering. But they are examples of a practice that is spread all across not only the UK, but almost the entire globe. From Scandinavia, all the way to West Africa and even Australia, we’ve gathered up some of our favourites and listed them below for your marvel and wonderment.

1. The Callanish Stones, Isle of Lewis (2900-2600 BC)

Also known by their Gaelic name Clachan Chalanais, it’s thought these stones were used for at least 1500 years. The site itself dates back to around 5000 years. The central stone circle is made up of 13 stones, and there are five connecting rows of standing stones that form a cruciform shape. To the northeast of the monument lies the astonishing skyline known as Cailleach Na Mointeach (don’t ask us about the pronunciation!) otherwise known as The Sleeping Beauty, which combined with the stones, significantly aligns during the lunar standstill every 18.6 years.

2. The Senegambian Stone Circles, The Gambia and Senegal (300 BC – AD 1500 )

The Senegambian Stone Circles are not a single monument, but are actually made up of about 2000 individual sites. They are sometimes separated into Sine Ngayene, Wassu, Kerbatch and Wanar regions. Sine Ngayene is the largest, being made up of 52 circles and one double stone circle. Human burials and grave goods have been found at many of the sites, as well as pieces of pottery and weaponry.

3. Wurdi Youang, Australia (dates unknown)

Although it’s not the largest stone monument in the world, the Wurdi Youang arrangement is remarkable in its accuracy in marking the alignment of the Midsummer and Midwinter Solstices as well as the Equinox. The three most prominent stones are about waist height, and seem to mirror the shape of three mountains that can be seen in the distance. Not much is known about Wurdi Youang, but it is associated with indigenous Australian culture and special permission must be granted from the Wathaurung Aboriginal Corporation in order to visit the stones.

4. Ales Stenar, Sweden (approx. 600 CE)

Maritime culture is a huge part of Sweden’s history and prehistory, with their adventurous Vikings, but this monument ship-shaped, made up of 59 stones, shows that navigating the seas was clearly important long before Viking culture emerged. Dated to around about 1,400 years ago, the purpose of this monument is still unknown. One small pot of cremated human remains was found during excavations in the 1980s, but nothing compared to the extravagant and violent ship burials of the Viking era.

5. Zorats Karer, Armenia (2300-1200 BC)

These jagged and eerie stones look like something straight out of Lord of the Rings. They’re also known as Carahunge, which can be translatedfrom Armenian as ‘Speaking Stones’. This probably comes from the ethereal whistling that can be heard at the site, caused by the wind passing through the holes that have been bored into the stones, some of which stand as tall as 3 meters. The site is thought to form part of a necropolis, and may have originally formed part of a city wall.

6. The Gurranes, Republic of Ireland (dates unknown)

Known to some as The Three Fingers or Three Ladies, once upon a time they were in fact five fingers, or ladies. Found in County Cork, this matchstick like stones are arranged in a row, sticking out dramatically in to the surrounding landscape.

7. M’Soura, Morocco (5000 BC)

Although it is difficult to get to, this fascinating site is steeped in legend and myth. Berber mythology tells that the stone circle was the grave of the giant, Antaeus, the son of Earth and Neptune. A violent giant, he was eventually defeated by Hercules. The tallest stone at the circle, known as The Pointer, is over 5 metres high. The keepers of the site say that the stones were erected approximately 7000 years ago.

8. Alignements du Moulin, France (2600-1700 BC)

Arrangements de Moulin via wikipedia

This row of 15 stones features one particularly unusually shaped megalith that looks remarkably like a flame. Many stones had fallen down overtime, but most have now been returned to their standing positions. Excavations at the site have shown that wooden posts were also once present as well as the stones. Cremated remains have also been found, suggesting that the site may have been used for funerary rituals and practices, is the flame shaped stone symbolic of the practice of cremation? Perhaps we’ll never know!

9. The Merry Maidens, England (2500-1500 BC)

Myth has it that stone circle located near Land’s End in Cornwall, known as The Merry Maidens, was formed when nineteen young women were petrified as a punishment for dancing on a Sunday. The two large standing stones further up the hill are said to be the petrified remains of the two pipers who were playing for the dancers, who tried to run away up the hill when they realised they were breaking the Sabbath. Historical accounts say that there was a second stone circle nearby, however it seems to have disappeared at some point in the 19 th century.

10. Carhenge, USA (1987)

A fantastic feat of art and engineering, this fun monument is a replica of Stonehenge, made from vintage American cars. Originally built as a memorial site for the creator, Jim Reinder’s father, it now attracts more than 60,000 tourists from around the world each year.

Vous aimez l'archéologie ?

DigVentures finance des projets archéologiques auxquels tout le monde peut participer, au Royaume-Uni et à l'étranger. Avec l'aide de personnes du monde entier, nous enquêtons sur le passé et publions nos découvertes en ligne gratuitement. Devenez abonné à DigVentures et faites partie de la grande archéologie - toute l'année !

Écrit par Maiya Pina-Dacier

Chef de communauté chez DigVentures, Maiya creuse avec une truelle dans une main et un fil Twitter dans l'autre. Elle rend compte de toutes nos découvertes en direct depuis les tranchées et tient notre Site Hut plein des dernières nouvelles de l'archéologie. Vous avez une histoire ? Envoyez-lui juste un mot.

Comments (1)

D Duncan

Très intéressant. There are of course many standing stones and rings, both complete and partial, scattered around Scotland. I’m very interested that they are so widespread in world, had always thought them to be a Celtic / Norse tradition.

Écrire un commentaire Annuler la réponse

16 découvertes brillantes de l'enterrement du navire Sutton Hoo

L'enterrement du navire Sutton Hoo contenait 263 trésors uniques.

Our Most Exciting Archaeological Discoveries of 2020

From Roman kitchen utensils, to a smithy's workshop, our community made some fantastic discoveries

The Best Archaeological Discoveries of 2020 Around The World

From the tropical rainforests of South America to the dramatic landscapes of Norway, join us as we reflect on some of the best archaeology this year has had to offer…

Recevoir le courrier de fouille

Tenez-vous au courant des derniers divertissements, faits et fonctionnalités du monde de l'archéologie.


Is Zorats Karer a ceremonial and burial site?

The entrance to a prehistoric tomb at the stone circle of Zorats Karer?

However, when one browses the Internet – suddenly the the stone circle becomes a UFO site, well, at least in the eyes of “Ancient Alien” theorists.

Others dismiss this star symbolism and say it’s simply an ancient graveyard. Some say, the ruins of a fortress village.


The stone circle sits on a rocky plain, overlooking this ravine (with frozen stream), surrounded by mountains.

Whatever the possibilities, it seems the stone circle of Zorats Karer could be 7500 years old

Sens: well beyond most man-made structures on earth, including Stonehenge and the pyramids of Egypt.

Armenians have a few names for this site, including Army Stones or
The Stones of the Powerful. (Zorats Karer).

Another name is Karahunj: “… Interpreted as deriving from two Armenian words: Kar, meaning stone and hoonch, meaning sound. This interpretation is related to the fact that the stones make whistling sounds on a windy day, presumably because of multiple reach-through holes bored under different angles into the stones in prehistoric times.”


(source: Wikipedia)

But others claim that these bore-holes are from more recent times.

Village away in the distance from Zorats Karer

The most convincing theory for this “Armenian Stonehenge” is offered by Paris Herouni

This Armenian scientist – of radio astronomy – says that Karahunj is “the world’s oldest observatory”.

And “The Oldest Observatory” claim was later supported by a research expedition by Oxford University’s Royal Geographical Society.

The stones are arranged in line to signal the summer solstice, and for other ritual reasons, as they “reflected the stars of Cygnus or the Swan-Vulture constellation, which in certain cultures it was believed to be the door to the sky world.”

Source: Tasting Travels + Ancient Origins

Not only is Zorat Karer a 7500-year-old observatory, but it is thought, to also comprise of a school and a temple.

Yet, no one knows what culture built it.

And so, much guestwork remains, for now.


Not much of a sunset on this winter’s day at Zorats Karer in Armenia.

On a bleak afternoon, snowy mountains surround, I explore Zorats Karer, alone.

Away from icy winds I shelter, seated behind standing stones, swigging a bottle of red.

After a chilly afternoon at Zorats Karer, I walked the several km back to Sisian to eat and drink and ponder … I have no answers.


The high season in Armenia lasts for a long time due to the pleasant climate conditions. Warm days in Armenia start in March and last until late autumn winter is usually snowless and not long. The high precipitation season is variable. The tourist season for Karahunj depends on the weather conditions.

The site was officially named Karahunj (Carahunge) Observatory, by parliamentary decision on July 29, 2004.

There are many versions concerning the age of Karahunj. Until now, academician Paris Heruni conducted the most profound study of the age of the monument. He carefully studied his astronomical, physical and mathematical calculations, arguing that Karahunj was built over 7500 years ago. The central part of the monument consists of 40 stones. It has an oval shape, a slightly sharp part is directed to the west. There is a pile of ruins in the center of the monument, where, probably, was located a religious temple. It is interesting that Garni temple has the same proportions.

Karahunj consists of several groups of structures and individual stones, which form a megalithic monument. The complex consists of the following groups: the central area, the northern and southern wings, the northeasterly stone path, the intersection of the area, and individual stones. Many Karahunj stones have holes that are unique in ancient monuments. It is believed, that the holes in these giant stones provide an accurate orientation.


Voir la vidéo: Zorac Karer - Zorats Karer - Զորաց Քարեր - Śpiewające Kamienie - Megalityczny Krąg - Armenia (Novembre 2021).