Informations

Y avait-il des cultures et du bétail communs à l'Ancien et au Nouveau Monde avant l'échange colombien ?


L'échange colombien (c'est l'orthographe correcte) a transféré un ensemble diversifié de cultures et d'animaux d'élevage entre l'Ancien et le Nouveau Monde. Cependant, j'ai commencé à me demander s'il y avait des cultures et des animaux communs aux deux.

Wikipedia fournit une mine d'informations sur le sujet de l'échange colombien, mais il ne décrit que ce qui a été transféré, sans aucune mention des cultures ou du bétail communs aux deux régions. De même, le simple fait de rechercher sur Google tout ce qui comprend le terme « échange colombien », ainsi que des variantes telles que « cultures communes d'échange colombien » et même « échange colombien-maïs », m'a donné beaucoup d'informations sur ce qui a été échangé, mais très peu sur les choses qui n'ont pas été échangés, et je n'ai rien trouvé sur les cultures communes et les animaux d'élevage.

Y avait-il des cultures et du bétail communs à l'Ancien et au Nouveau Monde, ou toutes les cultures et le bétail étaient-ils nouveaux pour la région en opposition à leur région d'origine ?


Coton

En ce qui concerne les cultures, je dirais que Coton est certainement l'un des meilleurs candidats. Bien que les espèces soient différentes, tant dans l'ancien que dans le nouveau monde, différentes civilisations cultivent le coton depuis plusieurs millénaires. Histoire du coton

Comme indiqué dans l'article lié, Christophe Colomb, lors de ses explorations des Bahamas et de Cuba, a trouvé des indigènes portant du coton, un fait qui a peut-être contribué à sa croyance erronée qu'il avait débarqué sur la côte de l'Inde.


Haricots

Les haricots, bien que d'espèces différentes, ont été cultivés à la fois dans l'ancien et dans le nouveau monde et ont été une source importante de protéines tout au long de l'histoire.


Espèces sauvages

dans la liste des aliments, il y a aussi des espèces qui ne sont pas correctement cultivées mais qui, d'une manière ou d'une autre, ont été consommées à la fois dans l'ancien et dans le nouveau monde.

Par exemple fraises ont été récoltés à des fins médicinales depuis la Rome antique et, plus tard, cultivés dans de petits jardins en Europe. Charles V, roi de France de 1364 à 1380, possédait 1 200 plants de fraises dans son jardin royal.

Riz sauvage est un autre. Les Amérindiens récoltent du riz sauvage en canoë dans un peuplement de plantes. Plusieurs cultures amérindiennes, comme les Ojibwa, considèrent le riz sauvage comme un élément sacré de leur culture. ‎‎‎‎‎ ‎‎‎‎‎


Les chiens étaient communs aux Amériques et à l'ancien monde, car au moins certains des ancêtres préhistoriques des Indiens d'Amérique ont amené des chiens d'Asie avec eux.

Les Indiens des plaines utilisaient des travois tirés par des chevaux pour transporter leurs marchandises. Et avant d'avoir des chevaux acquis auprès d'Européens, ils utilisaient des chiens pour tirer des travois avec des charges beaucoup plus légères.

Je pense que vous devriez également essayer de découvrir si des espèces de poulet domestiquées existaient à la fois dans l'ancien monde et dans le nouveau monde avant l'échange colombien. Je pense que les poulets ont été utilisés comme argument en faveur de contacts précolombiens hypothétiques.


L'orge est un autre exemple. L'orge de l'Ancien Monde et la Petite Orge du Nouveau Monde sont des espèces différentes mais du même genre, hordeum. De l'abstrait dans

N. Mueller et al. « Cultiver les récoltes perdues du système agricole original de l'Est de l'Amérique du Nord. Plantes naturelles, 2017, vol. 3.

Des milliers d'années avant l'agriculture à base de maïs pratiquée par de nombreuses sociétés amérindiennes dans l'est de l'Amérique du Nord au moment du contact avec les Européens, il existait un système de culture unique connu uniquement par des preuves archéologiques. Il n'y a aucune trace écrite ou orale de la façon dont ces récoltes perdues ont été cultivées, mais plusieurs sous-espèces domestiquées ont été identifiées dans les archives archéologiques. Les expériences de croissance et les observations d'ancêtres vivants de ces cultures peuvent donner un aperçu de l'ancien système agricole de l'est de l'Amérique du Nord, du rôle de la plasticité du développement dans le processus de domestication et de la création et du maintien de diverses variétés locales en culture. En outre, les jardins expérimentaux sont des outils puissants pour l'éducation du public et peuvent également être utilisés pour conserver les populations restantes d'ancêtres des cultures perdues et explorer la possibilité de re-domestiquer ces espèces.

Le peu d'orge est donné comme l'un des exemples de ces cultures (page 1 de l'article).


Les rennes/caribous (Rangifer tarandus) sont élevés par les peuples de l'Arctique depuis des temps immémoriaux. Ils sont parqués plutôt que d'élevage. Les conditions dans le Grand Nord obligent les troupeaux à migrer, donc un mode de vie sédentaire/agricole basé sur le renne/caribou ne peut pas fonctionner, et le degré de domestication est minime. Ils sont utilisés pour la viande, les peaux et le travail, les humains jouent un rôle dans la collecte, la protection et le contrôle du troupeau, et ils sont donc qualifiés de "bétail".

Wikipedia note que les peuples de l'Arctique eurasien et américain mènent, ou ont mené, des modes de vie nomades basés sur le renne :

Les peuples de l'Arctique dépendent du caribou pour se nourrir, se vêtir et s'abriter, comme les Inuits du caribou, les Inuits de l'intérieur des terres de la région de Kivalliq dans le nord du Canada, le clan Caribou du Yukon, les Inupiat, les Inuvialuit, les Hän, les Tutchone et les Gwich'in (qui ont suivi le caribou de la Porcupine pendant des millénaires) [Ce sont des Nord-Américains]. La chasse au renne sauvage et l'élevage de rennes semi-domestiqués sont importants pour plusieurs peuples arctiques et subarctiques tels que les Duhalar [Monglia] pour la viande, les peaux, les bois, le lait et le transport. Le peuple Sami (Sápmi) [Scandinavie] dépend également de l'élevage de rennes et de la pêche depuis des siècles. À Sápmi, les rennes sont utilisés pour tirer un traîneau nordique.


La famille Solanum pourrait être un candidat intéressant…

Dans les Amériques, ils ont produit des tomates, des pommes de terre et des piments (rouges ou non).

En Asie, ils ont produit l'aubergine (aubergine), mais en Europe, les solanacées étaient surtout connues pour la morelle mortelle.

Ce qui explique probablement pourquoi de nombreux Européens du XVIe siècle pensaient que la pomme de terre était mauvaise (3e para) lorsqu'elle a été introduite pour la première fois. Tout comme les tomates…


Voir la vidéo: SOMO MAMAN APONI BOLINGO ABOYI BANA EZA.. (Décembre 2021).