Informations

Quels facteurs ont poussé l'Autriche à adhérer à la doctrine de la « diplomatie par le mariage » ?


Bella gerant alii, tu felix Austria nube - 'Que les autres fassent la guerre : toi, heureuse Autriche, épouse-toi'.

Wikipédia n'en dit pas trop sur le sujet ; mais c'est une phrase anecdotique historique fréquemment répétée.

Quelle était exactement l'origine de cette politique étrangère en Autriche ; et pourquoi l'Autriche était-elle spéciale parmi les autres puissances européennes (y compris les autres Habsbourg) qu'elles ont toutes deux essayé et réussi ?


Les rois de la PLUPART des pays pratiquaient la « diplomatie par mariage ». L'Autriche s'est démarquée en la faisant fonctionner. C'est parce que les mariages de ses rois semblaient être très actuels, plutôt qu'aléatoires.

Par exemple, Maximilien d'Autriche ne semblait pas avoir grand intérêt à épouser Marie de Bourgogne. Jusqu'à ce que vous réalisiez que l'Autriche est à la limite sud-est et que la Bourgogne/Pays-Bas était à la limite nord-ouest du Saint Empire romain germanique, et Maximilien était susceptible de (et est devenu) l'empereur du Saint Empire romain germanique.

Le mariage de Philip, le fils de Maximilien et Marie, avec la fille de Ferdinand et Isabelle, Juana, ne semblait pas avoir beaucoup de sens non plus, jusqu'à ce que vous réalisiez que l'Espagne et les Pays-Bas étaient au sud et au nord de leur ennemi commun, une France nouvellement unie.

Quelques générations plus tard, le mariage du prince Ferdinand d'Autriche avec l'héritière de Bohême ne semblait pas avoir de signification particulière, jusqu'à ce que l'on se rende compte qu'il a permis à l'Autriche, la Bohême et le Saint Empire romain de se séparer de l'Espagne et des Pays-Bas ( les deux derniers sous Philippe II).

En revanche, le mariage de Philippe II d'Espagne avec la reine Marie d'Angleterre n'a pas fait grand-chose pour l'un ou l'autre, si ce n'est de susciter des antagonismes de part et d'autre. Et les mariages de divers rois de France avec des princesses polonaises n'ont pas fait grand-chose pour la France, car la Pologne était un handicap plutôt qu'un atout pour la France, compte tenu de tous ses ennemis. Les mariages de Louis français (XIII et XIV) avec des princesses espagnoles n'ont pas réconcilié ces ennemis naturels.


  • Adam Smith dans Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations c'est noté:

    [L]orsque la terre était considérée comme un moyen, non seulement de subsistance, mais de pouvoir et de protection, on pensait qu'il valait mieux qu'elle descende sans partage à un seul. En ces temps de désordre, tout grand propriétaire était une sorte de petit prince. Ses locataires étaient ses sujets. Il était leur juge, et à certains égards leur législateur en paix et leur chef en guerre. Il faisait la guerre à sa guise, souvent contre ses voisins, quelquefois contre son souverain. La sécurité d'un domaine foncier, donc la protection que son propriétaire pouvait offrir à ceux qui l'habitaient, dépendaient de sa grandeur. La diviser, c'était la ruiner et en exposer toutes les parties à être opprimées et englouties par les incursions de ses voisins. La loi de primogéniture en vint donc à se produire, non pas immédiatement en effet, mais dans la suite du temps, dans la succession des domaines fonciers, pour la même raison qu'elle s'est généralement produite dans celle des monarchies, quoique pas toujours à leur origine. institution.

  • Sur quelle base croyez-vous que les Autrichiens pratiquaient diplomatie par le mariage mieux, ou plus ou moins fréquemment, que tout autre primogéniture de préférence masculine nation? Pour un début simple, considérez les nombreuses guerres européennes sous-titrées de succession, tel que:

  • Guerre de Succession d'Autriche

  • Guerre de succession d'Espagne
  • Guerre de Succession de Bavière
  • Guerre de Succession de Pologne
  • Guerre de Succession de Bretagne

Tous de ce qui précède avait un belligérant Habsbourg (ou dans le cas de la Castille un belligérant pré-Hapsbourg).