Informations

Service du dimanche à bord du HMS Ravager, 1943


Service du dimanche à bord du HMS Ravager, 1943

Cette photo montre le service du dimanche sur HMS Ravageur en 1943.

Un grand merci à David Horne pour nous avoir envoyé ces photos, qui provenaient de la collection de son père, Peter Horne, qui a servi avec la Fleet Air Arm de 1942 à 1946.


Attaquant-classe transporteur d'escorte

Les Attaquant classer étaient une classe de porte-avions d'escorte en service dans la Royal Navy britannique pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 à Ingalls Shipbuilding
  • 4 chez Western Pipe & Steel
  • 3 à Seattle-Tacoma Shipbuilding Corporation
  • 10 200 tonnes longues (10 360 t) (standard)
  • 14 400 tonnes longues (14 630 t) (pleine charge)
  • 465 pi (142 m) (l)
  • 496 pi (151 m) (au-dessus)
  • 440 pi (130 m) (fd)
  • 69 pi 6 po (21,18 m) de largeur
  • 82 pi (25 m) (fd)
  • 111 pi 6 po (33,99 m) (largeur extrême)
  • 23 pi 3 po (7,09 m) (moyenne)
  • 26 pi (7,9 m) (charge profonde)
  • 2 × chaudières Foster-Wheeler 285 psi (1 970 kPa)
  • 8 500 shp (6 300 kW)
  • 1 × turbine à vapeur General Electric ou Westinghouse
  • 1 × vis
  • 2 × 4 pouces (100 mm)/50 canons de calibre dans des montures simples
  • 8 × 40 mm (1,57 in) canon anti-aérien Bofors dans des montures doubles
  • Canons Oerlikon de 21 × 20 mm (0,79 in) en montures simples et doubles
  • Poste de pilotage 442 par 88 pieds (135 par 27 m) 262 par 62 pieds (80 par 19 m)
  • 2 remontées mécaniques de 42 x 34 pieds (13 x 10 m)
  • 9 fils d'arrêt

L'US Navy avait acquis 22 cargos C3 peu après l'attaque de Pearl Harbor pour les convertir en Bogue classer. Avec un besoin croissant d'escortes de convois dans l'Atlantique Nord, onze d'entre eux ont été transférés à la Royal Navy et reclassés comme Attaquant classe, selon les termes du programme Prêt-bail.

Les navires étaient à l'origine destinés à servir de transporteurs d'escorte de convois, équipés à la fois d'avions anti-sous-marins et de combat, et de transporteurs, transférant des avions neufs et de remplacement vers des bases avancées. Lors d'une utilisation réussie lors de l'invasion amphibie de l'Afrique du Nord pour couvrir les unités terrestres en progression jusqu'à ce que les bases aériennes terrestres soient sécurisées, plusieurs navires ont été réaménagés en tant que porte-avions d'attaque, équipés uniquement d'avions de combat. Lorsqu'ils sont utilisés comme escortes de convois, les avions des navires ont réussi à dissuader les sous-marins allemands d'attaquer les convois alliés, avec un certain nombre de sous-marins et d'avions allemands détruits ou endommagés par l'avion. Les porte-avions opérant dans le rôle de grève ont participé à deux débarquements majeurs en Méditerranée et à une opération contre le cuirassé allemand Tirpitz dans les eaux norvégiennes. Huit des navires ont mis fin à la guerre en Extrême-Orient lors des campagnes contre l'Empire japonais et ont ensuite été utilisés pour transporter des prisonniers de guerre chez eux.

Les onze navires ont survécu à la guerre et ont finalement été rendus à la marine américaine, qui en a vendu huit pour les reconvertir en navires marchands. Les trois autres navires ont été démolis.


Contenu

Ces navires étaient tous plus gros et avaient une capacité d'avions supérieure à celle de tous les porte-avions d'escorte construits par les Américains. Ils ont également tous été définis comme transporteurs d'escorte et non comme navires marchands convertis. [1] Tous les navires avaient un effectif de 646 hommes et une longueur hors tout de 492 & 160 pieds 3 & 160 pouces (150,0 & 160 m), une largeur de 69 & 160 pieds 6 & 160 pouces (21,2 & 160 m) et un tirant d'eau de 25 & #160ft 6 in (7.8 m). [1] La propulsion était assurée par un arbre, deux chaudières et une turbine à vapeur donnant 9 350 chevaux-vapeur (SHP), qui pouvaient propulser le navire à 16,5 nœuds (30,6 km/h 19,0 mph). [2]

Les installations de l'avion étaient une petite passerelle combinée de contrôle de vol sur le côté tribord, deux ascenseurs d'avion de 43 pieds (13,1 à 160 m) sur 34 pieds (10,4 à 160 m), une catapulte d'avion et neuf câbles d'arrêt. [1] L'avion pouvait être logé dans le hangar de 260 pieds (79,2 m) sur 62 pieds (18,9 m) sous le pont d'envol. [1] L'armement comprenait : deux canons de 4 & 160 pouces Dual Purpose dans des montures simples, seize canons anti-aériens Bofors de 40 & 160 mm dans des montures doubles et vingt canons anti-aériens Oerlikon de 20 & 160 mm dans des montures simples. [1] Ils avaient une capacité maximale de vingt-quatre avions qui pourraient être un mélange d'avions de chasse Grumman Martlet, Vought F4U Corsair ou Hawker Sea Hurricane et d'avions anti-sous-marins Fairey Swordfish ou Grumman Avenger. [1]


Le Wartime Memories Project est le site Web original de commémoration de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale.

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé découvrir les histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.


Grandir d'Amérique japonaise avant la Seconde Guerre mondiale

Avant le jour qui allait vivre dans l'infamie, les deux hommes ont grandi dans une nation qui ne s'excuse pas dans ses restrictions racistes contre les Américains d'origine japonaise. Né à Redlands, en Californie, en 1921, Frank Wada se souvient n'avoir été autorisé à nager dans la piscine publique que le lundi, avec les enfants mexicains-américains. C'était le jour où la ville a vidé et nettoyé le bassin pour que les enfants blancs puissent profiter du reste de la semaine. Mais avec seulement trois familles américaines d'origine japonaise dans sa ville, a déclaré Wada, il n'avait d'autre choix que de s'adapter : « À qui alliez-vous vous plaindre ? »

Travailler dur et bien réussir à l'école ne faisait aucune différence. “I a obtenu mon diplôme vendredi, samedi j'étais à la ferme. Soit vous travailliez à la ferme, soit vous travailliez dans l'entreprise de production, soit vous êtes devenu jardinier, soit vous êtes allé à la pêche. C'était tout, parce que personne d'autre ne vous embaucherait.”

À mi-chemin de l'autre côté du Pacifique sur l'île hawaïenne d'Oahu, la citoyenneté de seconde classe était très différente pour Don Seki. Ses parents travaillaient sur l'une des grandes plantations de sucre d'Hawaï. Il se souvient d'avoir grandi pieds nus, d'avoir acheté sa première paire de chaussures pour 2,99 $ en troisième pour pouvoir prendre des cours de danse. Mais les Seki n'étaient guère seuls au bas de l'économie de plantation coloniale de l'archipel. Deux Hawaïens sur cinq étaient d'origine japonaise. « Nous avons eu peu de discrimination, pas autant que sur le continent », déclare Seki. Parce qu'il y avait six, sept races différentes à Hawaï : portugais, portoricain, philippin, chinois

Un drapeau américain flotte dans un camp d'internement nippo-américain à Manzanar, Californie, 1942. (Crédit : Hulton Archive/Getty Images)


Le Wartime Memories Project est le site Web original de commémoration de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale.

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé découvrir les histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


Le Wartime Memories Project est le site Web original de commémoration de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale.

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé découvrir les histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


Une histoire de HMS SPEAKER

Mis sur cale le 9 octobre 1942, à Seattle-Tacoma Shipbuilding Co. Tacoma, Washington, un cargo de type C3-S-A1 Maritime Commission coque numéro 251, Seattle-Tacoma coque numéro 35 acheté par la marine américaine, pour devenir DELGADA ACV-40. Alors qu'il était encore en construction, il avait été décidé que l'ACV-40 serait prêté à l'Amirauté une fois son achèvement en tant que porte-avions. L'ACV-40 a été lancé le 20 février 1943 par son sponsor Mme James B. Sykes. L'ACV-40 a été affecté à Willamette Iron & Steel, Portland, Oregon, pour l'achèvement de sa construction en tant que transporteur d'escorte.

Cérémonie de mise en service et de transfert à Portland, Oregon. Photo : extraite de l'histoire du HMS Speaker.

L'USS DELGADA a terminé son aménagement à Willamette Iron & Steel au début de novembre 1943, sa désignation USN a été changée d'ACV à CVE le 15 juillet 1943. CVE-40 a été mis en service dans la marine américaine sous le nom d'USS Delgada le 20 novembre 1943 lors d'une cérémonie tenue sur le pont d'envol en présence des constructeurs et des représentants des autorités navales américaines. Le navire a été accepté au nom de l'US Navy par le capitaine L. D. Whitgrove USN, superviseur de la construction navale à Portland et après l'hymne national américain, il l'a livré au commandant l'hon. Robert Southwell RN qui l'a acceptée au nom de l'Amirauté. Le commandant Southwell a lu l'ordre la nommant HMS SPEAKER (fanion numéro D90) et l'enseigne blanche et l'Union Jack ont ​​été hissés accompagnés de l'hymne national britannique, suivi d'un court service religieux.

Modification et préparation à l'entrée en service :
Après avoir terminé ses essais en mer de constructeur et ses tests d'acceptation de l'Amirauté, le HMS SPEAKER a quitté Portland le 6 décembre 1943 à destination de Vancouver, Canada pour être modifié pour répondre aux exigences de l'Amirauté, recevoir son compliment d'équipage complet (SPEAKER n'avait qu'un équipage réduit à lui à Portland en raison de pénuries de main-d'œuvre) et se prépare à commencer son service actif. Ce travail a été entrepris par Burrard Dry Dock Co. Ltd., North Vancouver, Colombie-Britannique. Le SPEAKER était le huitième navire à être modifié par Burrards : il devait arriver à Vancouver le 30 novembre, mais en raison de retards, il est arrivé le 7 décembre et a jeté l'ancre dans le ruisseau au large de la jetée de Lapointe. A cette époque, les sœurs CVE EMPRESS, SHAH, NABOB et PREMIER étaient entre les mains du chantier Burrard et à divers stades de modification. Pendant cette période, la compagnie maritime quittait le navire Les officiers vivaient à terre et l'équipage était logé à bord du H.M.S. Thane qui servait de navire d'hébergement à l'époque.


Les travaux ont commencé pour déstocker le navire et ses travaux de modification ont commencé le lendemain : ces travaux ont totalisé 150 modifications distinctes et comprenaient l'allongement du poste de pilotage, l'installation de commandes de vol redessinées et l'agencement de la direction du chasseur, des modifications du hangar, des logements et des salles de stockage, l'installation des mesures de sécurité supplémentaires, y compris des changements majeurs dans les dispositions d'arrimage du carburant d'aviation et de mazoutage en mer, la modification de l'artillerie et d'autres communications internes, l'ajout d'ensembles W/T et R/T supplémentaires et l'amélioration des dispositions d'assombrissement des navires.


Au fur et à mesure que les travaux avançaient, SPEAKER progressait à travers les différents postes d'amarrage du chantier naval, le chantier naval pouvait travailler sur six navires différents à tout moment avec des aspects distincts du travail effectués à différents postes d'amarrage, les navires passant comme une chaîne de production, se déplaçant d'un poste d'amarrage à l'autre jusqu'à ce que Achevée. Le SPEAKER a emménagé dans le n° 4 le 10 décembre, de là, il est entré dans la cale sèche flottante de Burrard le 20 décembre pour l'installation de vannes de mer supplémentaires et d'autres travaux de réparation. Il est retourné au poste d'amarrage n°4 le 28 décembre, où le 3 janvier une turbine basse pression de remplacement est arrivée. Toute la classe souffrait de rotors BP défectueux et ils ont nécessité un re-fraisage des dents de l'engrenage par les fabricants pour corriger le problème. Les navires ultérieurs ont vu le problème résolu au chantier naval de Seattle-Tacoma ou à Portland, mais le SPEAKER et les navires livrés plus tôt ont dû être corrigés pendant leur séjour à Vancouver. Il a emménagé au poste d'amarrage n°5 le 16 janvier où ses modifications devaient être achevées le 25 janvier 1944. Les travaux de la salle des machines n'ont été achevés que le 28 lorsqu'il a été déplacé au poste d'amarrage n°7 et ses moteurs ont été testés. Y compris les jours fériés, SPEAKER a passé 49 jours entre les mains du chantier naval, elle a été déplacée vers un amarrage dans le ruisseau le lendemain.

Exemples de certaines des tâches entreprises au chantier naval de Burrard à Vancouver. A droite un CVE dans la cale sèche flottante. À gauche, le pont d'envol est étendu pour maximiser la course au décollage, notez un transporteur jumeau en cours de travaux dans un autre poste d'amarrage. Photos : Ronny Jaques / Office national du film du Canada. Photothèque / Bibliothèque et Archives Canada.

Bien que la phase de modification de son travail soit maintenant terminée, le HAUT-PARLEUR était toujours en sous-effectif, au cours du mois de janvier, l'équipage a commencé à arriver, y compris le commandant, le capitaine UHR James, et le lieutenant-commandant 'Flying', le Lt Cdr HP Allingham RNR, mais de nombreux membres clés du personnel avaient encore arriver, y compris le personnel de la salle des machines. SPEAKER n'avait pas suffisamment d'équipage pour prendre la mer avant le 8 février. Le SPEAKER a quitté Vancouver pour l'US Naval Yard à Bremerton, Washington le 10, où il devait prendre des munitions entre le 11 et le 14, après quoi il a fait le plein à Manchester, Washington et y a jeté l'ancre pendant la nuit. Elle est retournée à Vancouver le 16 pour effectuer des essais et des exercices d'artillerie, de radar et d'autres dans le détroit de Géorgie (entre l'île de Vancouver et le continent). Le 23 février, le navire a navigué vers Esquimalt, Victoria et North Vancouver pour embarquer sur Confidential Books et faire les derniers préparatifs pour partir pour le Royaume-Uni.

Conférencier atteint Balboa le 8 mars et traverse le canal de Panama, rejoignant un autre CVE, le HMS Impératrice et d'autres navires assortis du côté de l'Atlantique, ceux-ci ont navigué en convoi vers Norfolk, en Virginie, le 18 mars. Le navire a passé une semaine à Norfolk avant de se diriger vers New York, arrivant à Staten Island le 25 mars.

Voyage inaugural : voyage en ferry vers le Royaume-Uni : 17 mars et 8 avril 1944
Le HMS SPEAKER a quitté Esquimalt en tant que transporteur opérationnel le 24 février 1944 et s'est dirigé vers le canal de Panama et l'océan Atlantique. Après avoir traversé le Panama, il atteint le Canal du côté de l'Atlantique le 8 mars. Elle y retrouve les CVE HMS EMPRESS et USS TULAGI, 2 destroyers USN et 2 corvettes de la MRC. Ce groupe de navires a navigué le 11 en convoi vers Norfolk, Virginie, où il est arrivé le 18 mars. Alors qu'il était en déroute vers Norfolk, un Avenger de l'escadron EMPRESS 850 a opéré avec SPEAKER, donnant aux équipes du pont d'envol et au département de l'air du navire leur première expérience des atterrissages et des décollages sur le pont.

SPEAKER et EMPRESS ont passé la semaine suivante au chantier naval de Norfolk pour réparer les défauts laissés en suspens depuis Vancouver et ceux qui s'étaient développés sur la route à effectuer. Une fois ses réparations terminées, SPEAKER a été affecté au Western Approaches Command pour servir en tant que transporteur de ferry et a précédé New York, arrivant à Staten Island le 25 mars pour récupérer un ferry d'avions pour le passage au Royaume-Uni. Un total de 82 cellules, certaines dans des caisses, ont été embarquées avec 54 passagers, dont les femmes et les enfants des militaires, l'épouse du capitaine James. SPEAKER, en compagnie de l'EMPRESS, a navigué le 28 mars dans le convoi CU 19 à destination de Liverpool. En atteignant la côte irlandaise, les deux porte-avions se sont séparés du convoi, l'EMPRESS a fait route vers Greenock sur la Clyde, tandis que SPEAKER se dirigeait vers Liverpool arrivant le 8 avril. SPEAKER a amarré à Gladstone Dock pour décharger son avion et ses passagers. Les avions ont été déchargés dans la nuit du 9, mais le navire a dû quitter le quai pour se rendre à un mouillage pour terminer la tâche en raison de la nécessité d'un poste d'amarrage.

ENCEINTE en service de ferry, son hangar et son pont d'envol bourrés de cellules américaines. Photo : de l'histoire du HMS Speaker.'.

Voyage en ferry de Norfolk vers le Royaume-Uni : du 13 avril au 17 mai 1944
SPEAKER devait occuper le poste de traversier pendant la première partie de sa carrière opérationnelle. Elle a quitté Liverpool le 10 avril pour le Tail of the Bank, Greenock pour faire le plein et stocker le navire et attendre de rejoindre un convoi à destination de l'ouest pour le voyage de retour à Norfolk, en Virginie. Il a quitté Greenock avec le convoi UC19 le 13 avril à l'approche de la côte américaine. SPEAKER détaché du convoi et s'est dirigé vers la base d'opérations navale de Norfolk pour récupérer un certain nombre de cellules britanniques de la base aérienne de Norfolk le 24 avant de se rendre à Staten Island. Alors qu'ils étaient à côté de Norfolk, le capitaine et le commandant ont profité de l'occasion pour s'envoler pour visiter le porte-avions DLT USS CHARGER opérant dans la baie de Chesapeake, pour avoir un aperçu de ce que SPEAKER pourrait bientôt faire.

À son arrivée à Staten Island le 27, d'autres avions et cargaisons ont été embarqués et le navire a reçu un ensemble d'instruments de musique et de gramophones, ce sont les aimables dons de Mme Tenney et Mme Baker de New York. Après avoir embarqué des passagers, SPEAKER a navigué vers Liverpool avec le convoi CU23 qui a quitté New York le 3 mai. Le convoi est arrivé à Liverpool le 14 mai, et après avoir débarqué les avions et les passagers, SPEAKER est retourné au Clyde et a accosté au Gareloch le 17 pour attendre d'autres ordres.

Aménagement en porte-avions d'assaut : du 18 mai au 11 septembre 1944
Le HMS Speaker était l'un des nombreux CVE sélectionnés pour être convertis en un "porteur d'assaut", un nouveau type de navire à utiliser pour fournir un soutien aérien lors de débarquements militaires majeurs. Le CVE d'assaut fournirait une couverture aérienne jusqu'à ce que les pistes d'atterrissage des bases à terre deviennent opérationnelles. De nouvelles commandes sont arrivées sous peu et le SPEAKER a navigué pour Dundee le 26 mai, arrivant à la Caledon Shipbuilding Company pour que ses travaux de conversion commencent le 28.

Cela impliquait l'installation de nombreux nouveaux équipements, un nouveau radar de type 277, un nouveau système téléphonique composé de plus de 100 téléphones, une nouvelle salle de briefing et une salle « Army Plot » et des cabines ajoutées autour de la « salle de direction des aéronefs » et de nombreux d'autres ajouts tels que des ensembles W/T et R/T supplémentaires et encore d'autres améliorations du pont. Une autre modification importante était une mise à niveau de l'armement anti-aérien. Tous les supports Oerlikon simples existants sur le pont Galerie et le pont foc'sle devaient être remplacés par quatorze supports jumeaux motorisés.

Alors qu'à Dundee SPEAKER, l'effectif de l'équipage était ajusté, l'Amirauté a décidé que les porte-avions d'assaut devraient être entièrement occupés par le personnel régulier de la salle des machines de la RN et que les postes du département d'approvisionnement étaient normalement occupés par du personnel T124X et ceux-ci ont été rédigés sur d'autres navires. (SPEAKER a été le premier et le seul CVE sur lequel ce changement a été effectué). En conséquence, le lieutenant Cdr. (E) Cutlack, R.N.R., et le lieutenant Cdr. (S) H. R. Newton, R.N.R., a rejoint en tant que "Chief Engineer" et "Paymaster" avec le nouveau personnel. Aussi à cette époque Surg. Le lieutenant Cdr. J. G. Bryson, R.N.V.R., l'a rejointe en tant que P.M.O. et le lieutenant Cdr. A. Darley en tant que "Commandant volant". Le navire devait également recevoir du personnel de l'armée sous la forme d'une section de liaison avec l'armée. 140 couchettes supplémentaires construites dans le navire pour s'adapter à l'augmentation inévitable du complément qu'exigeait son nouveau rôle, ainsi qu'une ventilation supplémentaire, des supports, des crochets et des casiers, un réaménagement et une augmentation du nombre de salles de bains et de toilettes. En tout, le navire a reçu près de 350 modifications en plus des 150 effectuées au Canada.

Pendant la période de conversion, le capitaine James a rendu visite à la Chambre des communes pour rendre hommage au patron du navire, le président de la maison (le colonel le très honorable Douglas Clifton-Brown) pour lui donner des nouvelles des navires. le progrès. Le président a plus tard offert au navire une boîte à cigarettes en argent qui a été remise par son secrétaire, Sir Ralph Verney, lors d'une visite réciproque au navire à Dundee.

Service Rosyth et DLT : du 12 septembre au 14 décembre 1944
Après seize semaines au chantier de Caledon, Speaker quitta Dundee et se rendit à Rosyth. À son arrivée, il était de nouveau entre les mains du chantier naval pour l'achèvement de quelques éléments que Dundee n'avait pas pu terminer et une fois le travail terminé, il procédait à une analyse post-conversion. Le 16 octobre, SPEAKER a reçu l'ordre d'opérer en tant que transporteur d'entraînement à l'atterrissage sur le pont basé à Methil dans le Firth of Forth pendant une période de six semaines, pour combler le vide pendant que son propre escadron, le 840 NAS, achevait son travail dans la co-armée. rôle opérationnel en Irlande du Nord.

C'est en forgeant qu'on devient forgeron. A gauche, un Barracuda glisse sur le côté et tombe dans la passerelle et finalement dans la mer. A droite un Hellcat perché sur son nez après avoir franchi la barrière. Photos : de la collection de John Bryden Watt, via Navsource.

Entre le 16 octobre et le 28 novembre, des avions Swordfish et Barracuda du 768e Escadron se sont rendus quotidiennement au porte-avions pour s'entraîner à l'atterrissage sur le pont. SPEAKER était également l'un des rares transporteurs à exploiter l'avion Helldiver du 1820 Squadron qui a effectué des appontages le 29 octobre, le type n'a pas été considéré comme approprié et n'a jamais été utilisé de manière opérationnelle. Cette période a mis à fond le service aérien du navire, au total 1 460 atterrissages sur le pont ont été effectués, dont 160 en une seule journée, il y a eu onze accidents de pont.

Affectation à la flotte britannique du Pacifique : décembre 1945
Après avoir été relevé de ses fonctions de DLT, SPEAKER a quitté Rosyth pour Lamlash Bay le 14 décembre 1944 à cette date, le commandant Viscount Southwell, a quitté le navire, il a été relevé par le commandant par intérim W.C. Hudson, R.N. Le navire est arrivé au large de l'Irlande du Nord le 16 pour embarquer le personnel et 24 Hellcats de l'escadron 1840 du RNAS Ballyhabert. 1840 devait être affecté à SPEAKER pour les opérations dans le rôle de coopération avec l'armée ainsi que pour les tâches normales de l'escadron de chasse. SPEAKER a reçu l'ordre de rejoindre la flotte britannique du Pacifique nouvellement formée en Australie et les préparatifs ont commencé pour son départ dans la nouvelle année.

L'embarquement de l'avion a été entravé par le mauvais temps et l'un des premiers à tenter d'atterrir sur le navire le 18 (JV204 piloté par le sous-lieutenant ES Sparring) a vu son crochet d'arrêt cassé lors de la descente, et l'avion s'est écrasé dans la barrière et récupérés dans les allées. L'avion était une perte de valeur et l'incident a nécessité quelques heures de travail pour faire monter l'avion à bord avant que l'embarquement puisse se poursuivre. Le lendemain, il y a eu un deuxième crash de barrière (JV248 piloté par le sous-lieutenant MG Gatley) lorsqu'un avion a raté tous les câbles d'arrêt, cet incident n'était ni n'était aussi grave et le vol a repris en peu de temps. Le temps est resté calme et l'escadron a pu s'adapter à cinq jours d'appontage et d'exercices de vol avant que le navire ne doive se rendre à Greenock le 23, lorsque l'escadron a débarqué à destination du RNAS Abbotsinch. Speaker devait subir une courte période de rectification des défauts et a navigué sur le Clyde jusqu'à Glasgow et est entré à quai le jour de Noël. L'escadron et la compagnie navale ont tous deux obtenu un congé de Noël.

Au retour de son congé, l'escadron 1840 s'est déplacé à RNAS Ayr la veille du Nouvel An 1944 où les Hellcat Mk.I restants ont été retirés et de nouveaux Mk.II équipés de fusées ont été émis, l'escadron s'est envolé pour rejoindre SPEAKER plus tard dans la journée. Les onze jours suivants ont été consacrés à un travail intensif en préparation du départ des navires pour rejoindre la flotte britannique du Pacifique. SPEAKER a subi son premier décès le mercredi 3 janvier 1945. D/JX 226824 Le Matelot de 1re classe Robert Peel a disparu, présumé perdu par-dessus bord.

Au passage - Greenock à Colombo : du 11 janvier au 4 février 1945
Le 11 janvier 1945, SPEAKER, en compagnie des CVE KHEDIVE et SLINGER (sous le commandement du capitaine B. L. Moore, officier supérieur) et de trois escortes quittaient le Clyde à destination d'Alexandrie pour la première étape du passage vers l'Australie. Le groupe de navires a atteint Alexandrie le 22 janvier et est entré dans le canal de Suez le 24 pour transiter vers la mer Rouge.

Des opérations de vol intensives avaient été entreprises lors de la traversée de la Méditerranée, ce qui a permis à l'escadron de s'entraîner davantage puisque les six semaines habituelles de travail d'escadron n'avaient pas été possibles avant le départ du navire du Royaume-Uni. Peu de choses ont été réalisées avant de passer Gibraltar car les conditions météorologiques empêchaient un vol en toute sécurité. Des sorties opérationnelles ont été effectuées le 17 janvier par des avions de SPEAKER et SLINGER pour rechercher un U-boot signalé au large des côtes nord-africaines et cela aurait été l'occasion pour l'utilisation du nouvel avion équipé de fusées rien n'a été trouvé cependant et le vol est revenu aux sorties d'entraînement (KHEDIVE n'a pas pu lancer d'avions car son pont d'envol était couvert d'un ferry chargé de cellules pour la livraison à Ceylan).

Le petit convoi a atteint Alexandrie le 22, s'arrêtant brièvement avant de continuer vers Port-Saïd le même jour. Tard le 24 janvier, le HAUT-PARLEUR leva l'ancre pour traverser le canal de Suez et continuer dans la mer Rouge. Ici, le transit du canal a été interrompu avec une nuit à l'ancre dans le lac Bitter, les navires sont passés par les deux cuirassés italiens, VITTORIO VENETO et ITALIA, qui y était ancré depuis la capitulation italienne.

Le HMS SPEAKER sortant du canal de Suez (à gauche) et passant Aden sur la mer Rouge 9À droite) des avions de l'escadron 1840 sont rangés sur le pont. Photos : de la collection de John Bryden Watt, via Navsource.

Après une brève escale à Aden pour ravitailler et stocker le navire le 28 janvier, SPEAKER et sa compagnie ont traversé directement l'océan Indien jusqu'à Colombo, où ils sont arrivés le 4 février. Au moment où SPEAKER atteignit Colombo, les travaux intensifs de vol de ses escadrons avaient fait 2 avions perdus et 4 endommagés et un pilote avait été tué : des pertes d'avions étaient (JW894 piloté par le sous-lieutenant B Jacques) tactiques de chasse dans le rouge le 25 janvier, tuant le pilote, son avion a disparu avant que l'une des escortes n'ait pu atteindre le site de l'impact. Un deuxième (JW876 piloté par le sous-lieutenant JO Boon von Ochaeo RNeN) a amerri en revenant de l'hippodrome RNAS Colombo le 3 février, le pilote a été secouru. Deux avions ont subi des écrasements de barrières et ont été gravement endommagés, deux autres ont subi un picage sur le pont, l'avion s'est renversé sur le nez et a endommagé l'hélice. Des avions inutilisables ont été échangés à Colombo pour ramener l'escadron à la force.

Au passage - Colombo à Sydney : du 6 au 23 février 1945
A Colombo, les trois CVE devaient se séparer, SPEAKER et SLINGER partaient pour Sydney le 6, tandis que KHEDIVE restait à Ceylan pour rejoindre la force de la flotte des Indes orientales. Le 8 février, la traditionnelle cérémonie de "passage de ligne" a été observée à bord de SPEAKER et SLINGER qui avaient franchi l'équateur à 21h00 la veille des festivités qui ont pris la majeure partie de la journée avec près de 800 victimes. Les célébrations ont été vite oubliées, car le 11 février, les deux navires ont été appelés pour aider à la recherche de survivants d'un navire de transport de troupes américain torpillé, le S.S. PETER SILVESTER, à 1 000 milles des côtes de l'Australie-Occidentale.

Les avions des deux porte-avions ont effectué des recherches aériennes, mais après cinq jours, aucune trace n'a été trouvée. SPEAKER a continué vers Sydney en quittant la zone tard le 16, SLINGER est resté pour continuer les recherches jusqu'au 19 avant qu'elle ne doive également s'interrompre et se rendre à Sydney. Son escadron devait perdre face à des avions lors de la recherche du 14, un Hellcat (JX750 piloté par le Lt FC Buckley RCN) a dérivé à bâbord à l'atterrissage et a lourdement heurté le pont, il a été radié et largué par-dessus bord le lendemain. Le 16 (JW888 piloté par le sous-lieutenant R.T. Bell) a heurté le rond-point après avoir effectué une approche trop rapide et s'est écrasé dans la mer, le pilote a été secouru. SPEAKER est arrivé à Sydney le 23 février, envolant 16 de ses Hellcats restants vers RNAS Schofields (MONAB III) avant d'entrer dans le port. Elle a été sécurisée à un poste d'amarrage chez les dauphins, près du parc Taronga (le zoo) à Snails Bay.

À gauche : L'escadron des Hellcats de 1840 rangé sur le pont. À droite : la patrouille aérienne de combat retourne au navire au crépuscule. Photos : extraites de l'« Histoire du HMS Speaker »..

Opérations avec la BPF : A Sydney et passage à Manus du 23 février au 13 mars 1945
Les huit appareils restants et leurs pilotes ont été transférés au HMS INDOMITABLE pour renforcer son groupe aérien. SPEAKER devait conserver son escadrille, même si elle devait rester à l'effectif réduit de 16 appareils car il avait été décidé qu'elle serait exploitée en tant que porte-avions CAP (Combat Air Patrol) assurant la couverture aérienne des navires de la zone de ravitaillement du Fleet Train. .

Pendant son séjour à Sydney, un congé de 48 heures a été accordé à chaque quart, et des dispositions ont été prises pour une chaudière propre et des réparations essentielles à effectuer avant que le navire ne commence à charger des magasins et du personnel pour son premier voyage avec le B|PF. Le commandant en chef de la flotte britannique du Pacifique, l'amiral Sir Bruce Fraser, GCB, KBE, a rendu visite à SPEAKER et a exploré le hangar et la cuisine et a parlé à de nombreux officiers et hommes. Le commandant de SPEAKER, le commandant WC Hudson a été hospitalisé pendant son séjour à Sydney. il a été invalidé pour le service à terre et a dû être abandonné. Cette situation a laissé le commandant Flying, Lt. Cdr. Darley et le premier lieutenant, le lieutenant Brereton, de partager les tâches exécutives dans un avenir prévisible, car aucun remplacement ne pourrait être fourni dans un délai aussi court.

SPEAKER a navigué le Fleet Train le 9 mars 1945, à destination de Manus dans les îles de l'Amirauté, à bord se trouvaient le groupe précurseur du HMS NABARON, Mobile Naval Air Base (MONAB) n°4 comprenant 6 officiers et 57 matelots, ainsi que le deuxième échelon de l'unité de maintenance, de stockage et de réparation (MSR) n ° 4 qui devait être livrée à l'île de Ponam dans les îles de l'Amirauté [Cliquez ici pour plus d'informations sur MSR et MONAB]. Peu de temps après avoir franchi le passage de Jomard (un écart de 3 milles de large dans une étendue de 300 milles de récifs coralliens et d'îles s'étendant vers l'est depuis la pointe de la Nouvelle-Guinée), qui a été entièrement navigué à l'aide du radar du navire en raison de la visibilité réduite à un mille , le navire a intercepté un SOS de l'USS ROBERT SYLVESTER, elle a signalé avoir été échouée sur l'île de Vassee et avoir beaucoup martelé, donnant leur latitude et longitude. Cette information correspondait à un relèvement D/F de ses signaux et s'est avérée être une île à environ 30 milles en avant sur la route de SPEAKER, et près de l'endroit où elle s'attendait à être rejointe par une escorte composée du sloop PHEASANT et de la frégate PARRETT. En atteignant la zone, deux Hellcats ont été lancés pour commencer une recherche aérienne tandis que le PARRETT a commencé une recherche le long du bord des récifs dans la zone. Aucune trace n'a été retrouvée après plusieurs heures de recherche et SPEAKER a repris son passage vers Manus ce soir-là laissant le PARRETT pour continuer les recherches : Les survivants ont finalement été localisés dix jours plus tard, à 75 miles de leur position estimée donnée dans le SOS, ils avaient été au sud -à l'est de SPEAKER sur la côte de la Nouvelle-Guinée au lieu du nord-ouest au large de la Nouvelle-Bretagne.

SPEAKER est arrivé à Ponam le 13 mars et le personnel de MONAB a été débarqué pour commencer à décharger le S.S. CLAN MACAULEY avec 3 mois de ravitaillement qui attendaient également leur arrivée, qui se trouvaient à bord du porte-magasins de ravitaillement S.S. FORT EDMONTON. Une fois le déchargement terminé, SPEAKER a jeté l'ancre dans le port de Seeadler le 15 et a été affecté au 30 ACS (30th Aircraft Carrier Squadron). Son capitaine relevait du contre-amiral RAFT (Rear-Admiral, Fleet Train) D. B. Fisher, C.B., C.B.E. à bord de LOTHIAN et du Commodore W. P. Carne, commandant le 30e Escadron de porte-avions à bord du CVE STRIKER.

Réapprovisionnement de l'opération 'Iceberg I' : du 18 mars au 23 avril
Après avoir restauré et ravitaillé en carburant des éléments avancés du Fleet Train quittait Manus le 17 mars afin d'avoir un Groupe ravitailleur en position pour que le BPF fasse le plein de carburant au dernier moment prudent avant de se lancer dans les prochaines frappes contre l'île d'Okinawa ' Opération Iceberg I'. Les navires ont été formés en deux unités opérationnelles qui devaient se rendre directement au rendez-vous préétabli TU 112.2.1 composé de H.M. Navires STRIKER (avec avion de remplacement), CRANE, FINDHORN, WHIRLWIND et les pétroliers SAN AMBROSIO, CEDARDALE et SAN ADOLPHO et. Le TU 112.2.5 était composé de S.M. Navires SPEAKER (pour les fonctions CAP), PHEASANT et KEMPENFELT.

Un deuxième convoi de navires de soutien logistique, comprenant LOTHIAN (pavillon arrière-amiral, Fleet Train), SLINJGER, EMPIRE SPEARHEAD, ARTIFEX, BACCHUS, WAVE KING, WAVE MONARCH, ARNDALE, DINGLEDALE, FORT COLVILLE, AASE MAERSK, DENBIGHSHIRE, ROBERT MAERSK, THYRA S., HERMELIN et TYNE qui ont quitté Manus le 19 mars à destination des Philippines. Le convoi est arrivé au golfe de Leyte le 26 et a jeté l'ancre dans la baie de San Pedro.

Avion de ravitaillement à bord de SPEAKER - un Hellcat commence sa course au décollage (légèrement chargé, il n'a pas besoin d'accélérateur) et des Seafire de rechange sont garés sur le côté sur des stabilisateurs pour maximiser l'espace de pont pour les opérations de vol. Photo : de la collection de John Bryden Watt, via Navsource.

Pour SPEAKER, l'entraînement au vol était à l'ordre du jour une fois que le mouillage de Manus était derrière eux, mais une forte houle signifiait que peu de vols étaient effectués en raison de problèmes de sécurité. au rendez-vous et comme 1840 n'avait que 16 Hellcats et devrait lancer des vols de 4 avions pour chaque sortie CAP, avec un cinquième avion supplémentaire rangé sur la catapulte prêt à lancer à tout moment, le risque de dommages ou de perte d'avions ou aircrew meant minimal flying was carried out until such time as CAP sorties were required. The Fleet made contact with the logistic support group on March 25th and SPEAKER began her CAP duties in earnest and the ships took on fuel and stores.

On completion of this topping off of the fleet's tanks the ships of the logistic support group moved to refuelling area MIDGE on the 28th and then on to area MOSQUITO On April 3rd. The three areas used for fuelling were rectangular areas which covered 5000 square miles of ocean east of Luzon, their code names were all called after insects 'MOSQUITO' -'MIDGE' - 'COOTIE' and the nominated area changed from one replenishment period to the next.

They were now joined by the vessels of TU 112.2.3 which had sailed from Leyte on March 29th, there were now five tankers and three CVEs in the Logistic Support Group, SPEAKER providing Combat Air patrols (CAP) for the Fleet Train while STRIKER and SLINGER provided replacement aircraft and aircrews. On the mornings when the fleet returned to rendezvous, SPEAKER had to be ready to fly off the first CAP sortie at first light, and keep four aircraft airborne till dusk, in two-hour sorties. At night the task force left the refuelling area and steam independently at higher speed for safety against submarines, rejoining the logistic support group at dawn for a second day's fuelling. TF57 would usually conduct offensive operations for three or four days before returning for farther refuelling and replenishment.

On the mornings of the 4th and 4th the fleet arrived to refuel and replenish, on completion the logistic support group redeployed to are COOTIE on the 7th for a second period of resupply. A third period of refuelling took place in area COOTIE on the 14th and 15th before a further redeployment back to MOSQUITO ONE on the 18th. The fourth replenishment period also stretched over two days, by this time the support group was reduced in size as ships had returned to Leyte to resupply. At 1300 on the 19th the Fleet disengaged and headed for the Sakishima area, leaving KEMPENFELT with 2 tankers, SPEAKER, WOODCOCK and FINDHORN, in the fuelling area with orders to proceed to Leyte at dawn on 21st April.

At the end of this first period of replenishment at sea the logistic support group had ferried 56 spare aircraft carried in the replenishment CVEs SLINGER issued 22 replacements and recovered 2 'flyable duds' 'non-flyable duds were ditched overboard from the fleet carriers after their engines, and any salvageable equipment had been removed as there was no means to transfer them to the replenishment carriers whilst at sea. STRIKER issued 21 airframes and received 17 duds. Demand for replacement Corsairs and aircrew was so high that SLINGER's 1845 squadron was disbanded on the 5th, her aircraft and aircrew were dispersed to HM Ships FORMIDABLE and VICTORIOUS. As the CAP Carrier the flying record of SPEAKER's 16 Hellcat pilots was 217 sorties in 33 days. They had flown a total of 446 flying hours and spent 1,140 pilot-hours in aircraft at launch readiness. Flight deck efficiency was such that four Hellcats could be land on in 77 seconds. There were only 2 deck landing incidents, both were barrier crashes.

Operation 'Iceberg II' replenishment: May 4th to 29th


On completion of phase one of 'Operation Iceberg' the carriers of Task Unit 112.2.3 anchored at Leyte in the Philippines between April 23rd and May 4th this was a forward anchorage with limited repair facilities, HM ships UNICORN, RESOURCE and ARTIFEX were stationed here to provide maintenance and repair capabilities. During this period SPEAKER assisted with the aircraft maintenance programme before she changed roles from CAP carrier to replenishment carrier. A consequence of this change in tasking was that 1840 squadron was to part Company with SPEAKER at Leyte the most experienced pilots and 70 maintenance personnel were transferred to 5 Naval Fighter Wing in INDOMITABLE were they were absorbed into 1839 squadron. Her aircraft and the least experienced pilots were transferred to the recently arrived HMS RULER which was to take over CAP duty.

Once this readjustment was completed SPEAKER embarked a selection of replacement airframes fin preparation for rejoining TF112 for the next round of replenishments. She sailed from Leyte on May 4th as part of Task Unit 112.2.5 in company with H.M. and H.M.A. Ships CRANE, CHASER, NAPIER, AVON and FIND-HORN, R.F.A.s WAVE KING, WAVE MONARCH, AASE MAERSK, SAN AMADO, and ROBERT MAERSK for the refuelling area 'Cootie One'.

Replenishment at sea - stores and fuel are transferred while underway, stores via light Jackstay (right), fuel via hoses streamed astern. Teams of hands are needed to man handle stores on and off the ship in dangerous conditions as two vessels receive replenishment at the same time (left). Photos: Left History of HMS Speaker, Right from the collection of John Bryden Watt, via Navsource.

Flying for SPEAKER (and the other replenishment CVEs) was usually restricted to launching and receiving replacements and flyable duds but occasionally the ship was faced by an urgent signal from INDEFATIGABLE to accept back the five aircraft that had just flown off to her as she could not receive them at that time. Simultaneously RULER suffered a crash on deck and asked SPEAKER to take her 5 CAP aircraft so the prospect of 10 incoming aircraft occurred just when SPEAKER's flight deck was busy with newly landed 'duds' Luckily all 10 did not arrive together so RULER's Hellcats were recovered while INDEFATIGABLE took time to notify her aircraft of the change in status by spelling out SPEAKER in human letters on her flight deck.

SPEAKER issued her first replenishment aircraft on May 10th when six Corsair 'flyable duds' from HMS FORMIDABLE (1841 squadron) were flown aboard, all suffering from salt water contamination the six pilots collected replacements and returned to FORMIDABLE. On the 14th SPEAKER was detached from the replenishment area and took passage to Leyte to collect more replacement aircraft and to deliver 20 cot cases which were embarked from Formidable and Victorious, victims of the Kamikaze attacks on those ships during the last round of strikes. All were suffering from bad burns, and were later transferred to the hospital ship OXFORDSHIRE, on arrival at Leyte. The ship left Leyte to return to the replenishment area on the 19th during this second replenishment period, in area COOTIE ONE she issued 1 Avenger to 849 squadron on HMS VICTORIOUS on the 22nd and 3 Fireflies to 1770 squadron on INDEFATIGABLE on the 23rd.

At 1800 on the 23rd H.M. Ships CHASER and SPEAKER, escorted by H.M.A.S. NAPIER, were detached for Manus. On arriving at Manus on the 29th the CVEs transferred unserviceable airframes to the air station on Ponam Island. During 'Operation ICEBERG II 117 replacement aircraft were carried in the three Replacement Carriers of 30ACS, 78 were transferred to BPF carriers. On completion of unloading SPEAKER sailed the following day for Sydney.

Withdrawal to Sydney for maintenance, June 1945
While on passage SPEAKER encountered an American troopship, USS PONTIUS H. ROSS, carrying Australian troops, who signalled for medical assistance. They required a doctor for a case of acute appendicitis. She was told to steam at nine knots into the wind, and a jackstay was secured to her mizzen-mast, and Surgeon Lt. Commander Bryson was transferred in a canvas bag accompanied by a Neill-Robertson stretcher. In half an hour both doctor and patient were back on board, and the offending appendix was soon removed.

SPEAKER arrived off Sydney on June 5th, ahead of the main body of the BPF which was returning to Australia for a period of maintenance and R&R, and thus SPEAKER had the honour of apparently leading them in, to the accompaniment of various well-known bands playing over the loud-hailer. After securing the ship alongside leave was granted to each watch in turn and the ship underwent a self maintenance period in preparation for her return to Leyte.

Replenishment operations off Japan: July3rd - August 15th
After a month in Sydney SPEAKER sailed for Manus on July 3rd carrying equipment and stores for the forward area she arrived at Manus on the 9th where she was to remain until the 15th, anchored of Pityilu Island while embarking her next replenishment load. She sailed from Manus on the 18th heading north in preparation for replenishing the BPF which was to begin operations against mainland Japan.

On July 26th SPEAKER in company with CVEs RULER and STRIKER escorted by HM Destroyers NAPIER, NIZAM and NEPAL, HM Sloops PHEASANT and CRANE, HM Frigate BARLE, HM Australian Minesweepers BALLARAT and BURNIE was deployed in the new replenishment area, code named 'British Tizzy', in preparation for delivering replacement and receiving unserviceable aircraft. The Fleet Train was now operating much further north and the tanker mostly force were now base out of Eniwetok and the Air Train of 30ACS now consisted of the replenishment CVEs Striker, Speaker, Chaser and Arbiter, with Ruler carrying out 'C.A.P.' and 'F.R.U.' duties. Two replenishment CVEs were on station at a time so a constant reserve could be maintained afloat, the other two CVEs returning to Manus for resupply.

Three aircraft were embarked from HMS STRIKER on the 27th as the replenishment loads were adjusted and replacement airframes were issued on August 1st, on completion of flying operations SPEAKER, in company with HMS QUEENBOROUGH, took passage to Manus for replacement aircraft, embarking Rear-Admiral J. H. Edelsten, C.B., C.B.E. (R.A. (D)) and Rear- Admiral R. M. Servaes, C.B.E. (C.S.2) via by jackstay transfer for passage, with their staffs. The passengers disembarked at Manus and SPEAKER set about exchanging her airframes. SPEAKER sailed on August 13th for her last run to the replenishment area off Japan.

Japan surrender, fleet replenishments continue: August 15th - 30th
The ship was on passage to area 'British Tizzy' when the Japanese surrender was announced by this stage in operations the replenishment CVEs had also been employed in carrying essential stores and provisions for issue to the fleet and for this run SPEAKER carried 350 packages of stores, 237 oil hoses and 15 tons of potatoes all of which were issued by jackstay transfers at sea. Although offensive operations had ceased replenishment work was still necessary, a large part of the stores carried were destined for the hospital ship Tjitjalengka, 246 items of stores were transferred in a two and a half replenishment session in area 'British Tizzy'.

HMS SPEAKER enters Tokyo Bay observing peace-time protocols, members of her crew lining the flight deck in tropical white rig. Photos: Left History of HMS Speaker, Right from the collection of John Bryden Watt, via Navsource.

On August 20th signals were received asking how many extra officers and men could be accommodated, and orders to transfer all remaining flyable aircraft over to RULER in order to make more space rumours suggested that SPEAKER was be an accommodation ship. A final sir craft issue was made when ten Seafires and one Firefly were transferred to INDEFATIGABLE and one of each type were embarked as flyable duds, the remaining serviceable planes were flown off to RULER.

Tokyo Bay and the rescue of POWs: August 30th - September 3rd
The 'logistic support group' maintained station in the replenishment area waiting for orders to move inshore the first elements of the allied fleets entered Sagami Wan and later advanced into Tokyo Bay on the 27th. The support group received their orders to proceed to Tokyo Bay on the evening of the 28th but the following morning SPEAKER, escorted by DERG, was ordered to proceed to Tokyo Bay with despatch, independent of the other vessels of the support group. On reaching the coast SPEAKER was joined by the Destroyer USS FRANK KNOX which signalled further instructions, "You are instructed to proceed to Tokyo Bay at earliest time possible and report to Com. 3rd Fleet."

SPEAKER entered Tokyo Bay early in the morning of August 30th, she did so in peace time 'dress ship' routine with white line of men fallen in the whole length of the flight deck, and with the ship's "band"playing - she was the first allied ship to do so, all vessels entering before her did so at full action stations. She was the first allied carrier to anchor in Japanese waters. The next day HMS RULER arrived and all of SPEAKER's air maintenance personnel transferred to her to maximise available accommodation space.

By this time it had become clear that the ship was being prepared for humanitarian missions and every available bunk, hammock and camp bed was to made available for allied POWs who were being liberated from the camps on the Japanese mainland. Liberated prisoners were taken from camps in the interior to Yokohama where hospital ships, billeting accommodations, and food supplies were available. Instructions as to what to do next were received from the commander of Task Group 30.6 (CTG30.6), a unit of the 3rd Fleet formed to liberate, evacuate, and care for Allied POWs in Japan which arrived in Tokyo Bay on August29th. Speaker was to move to berth 293 and by dusk she was in position and anchored.

SPEAKER was now amidst the vessels of the American 'Rescue Group' moored off Yokohama the hospital ships USAHS MARIGOLD, carrying the 42nd General Hospital and USNHS BENEVOLENCE and the fast transport USS GOSSELIN were among them and they had been processing rescued POWs from the camps in the Tokyo area. Within five minutes of dropping her anchor landing craft from USS GOSSELIN began arriving alongside SPEAKER carrying POWs who were deemed fit enough for travel, a process that was to be repeated throughout the night. These men were mostly British servicemen from all three fighting services and the Merchant Navy, there were also commonwealth servicemen including Africans and Indians all were dressed in an assortment of donated items of US military clothing, and a large number of the firearms, swords and other war-like trophies also came aboard with the passengers and these had to be taken into custody for the duration of the voyage. By noon the next day (September 1st) 54 officers and 423 other ranks had been accommodated.

Rescued POW Stretcher cases were accommodated on the hanger deck as well as in the small sick bay and infirmary. The more mobile 'passengers' were accommodated in crew spaces and anywhere a camp bed could be put up. Photos: Left from the collection of John Bryden Watt, via Navsource, Right the History of HMS Speaker.

Later that day the ship was moved again to another distant anchorage in order to clear the Yokohama anchorage for the capital ships of the combined Fleet in preparation for the signing of the surrender documents. SPEAKER was still at anchor when the signing ceremony took place on board the USS Missouri on the 2nd, a church service of thanksgiving was held aboard SPEAKER so that crew and passengers could give thanks. Later in the day orders were received from the BPF Flag ship HMS KING GEORGE V ordering her to sail on the afternoon of September 3rd.

The evacuation of POWs, Tokyo to Manila: September 3rd - 16th
At 1300 on 3rd September HMS SPEAKER left her mooring, she was the first allied ship to depart the area, all her passengers were fallen in on the fore end of the flight deck and the ship's company abaft them, and prepared to set course for Manila. The passage through Tokyo Bay was 12 miles but every ship in the Bay had cleared lower deck and was standing by to cheer as she steamed by, her 477 passengers cheering and waving back, the ship wove in and out of the mass of ships at anchor, passing as close as the ship's navigator dared to each.

Left: The flight deck scene as SPEAKER made her way trough the assembled ship of the allied fleet out of Tokyo Bay as ship's company and rescued POWs cheer and wave to each ship they pass. Right: Disembarking the rescued men onto landing craft for ferrying ashore at Manila. Photos: from the collection of Bernard Stogdem.

SPEAKER took passage to Manila in company with her escort HMS DERG and a tanker, RFA WAVE KING. The tanker had to leave the small convoy and divert to Okinawa with machinery problems, leaving SPEAKER and DERG to continue on to reach Manila 0n September 9th. During he voyage each passenger was issued with currency, 5 Australian pounds and 4 American dollars (= 5 Pounds Sterling), so that wherever they fetched up they would money to spend.

After safely depositing the passengers at Manila SPEAKER spent the next two days refuelling and storing ship in preparation for a second rescue lift sailing on September 12th escorted by the USS WEEDEN. This time she was ordered to enter the harbour at Nagasaki were she anchored September 16th to collect rescued POWs from Fukuoka prison camps in that area.

The evacuation of POWs, Nagasaki to Okinawa: September 16th - 25th
As at Tokyo hospital ships were caring for the most serious cases, the USNHS HAVEN was in Nagasaki harbour and SPEAKER began receiving stretcher cases and other cases fit for onward passage to shore based hospitals in Okinawa. SPEAKER's departure was delayed until the 18th due to a Typhoon which hit the area on the afternoon of the 17th, this blew over quite quickly but no before causing damage and mayhem for the ships riding it out at anchor. The following morning the commander of the Nagasaki Rescue Group, Rear-Admiral F. G. Fahrion USN, visited SPEAKER and was quite surprised to learn that the ship had faired much better than many of the others in the harbour and would be ready to sail that afternoon. By the time she was ready to sail she had a staggering 899 passengers on board men overflowed into passage ways and some even slept in a magazine which would have been most unsuitable in bad weather.

The burial at sea of Staff Sergeant Harry Stogden RAOC, he was laid to rest at 16:35 hours on September 18th 1945 off the Japanese coast. Photos from the collection of Bernard Stogden..

Shortly after departing for Okinawa a former POW, Staff Sergeant Harry Stogden of the RAOC, was buried at sea with full honours. He had been cared for aboard the American hospital ship USNHS HAVEN after his rescue from Fukuoka 3-B POW camp but died from Beri Beri, his body was transferred to SPEAKER for a burial at sea.. The ship arrived at Okinawa on the 19th and discharged her passengers at Hagushi Bay.

During SPEAKER's second visit to Nagasaki harbour members of the ship's company and some of the more mobile rescued POWs gather on the flight deck< while waiting for more passengers to embark. Photo:: Author's collection

The devastation that was Nagasaki as seen by members of the ship's company on tours through the city on army lorries. Photo:s from the collection of John Bryden Watt, via Navsource.

After leaving her passengers at medical facilities on Okinawa SPEAKER immediately returned to Nagasaki arriving on the 21st.On this occasion there was time for many of the crew to take the opportunity to see the devastation of the atom bomb before boarding the next batch of passengers. Unknown to these 'sightseers' was the seriously dangerous levels of radiation that remained in the ruined city and surrounding area through which they were ferried in open topped Army trucks. (See photos) For her last run to Okinawa she embarked eight officers and 633 other ranks, and sad sailed on the 23rd, arriving there the following day. This time she left Okinawa for Hong Kong on 25th, arriving 28th.

Hong Kong to Sydney via Manila: September 28th - October 15th
On leaving Okinawa on September 25th SPEAKER steamed for Hong Kong where she was to replenish her severely depleted stores and refuel in preparation for a trooping voyage to Sydney via Mania. She arrived in Hong Kong on the 28th and was ready to sail again on the 30th. Arriving at Manila on October 2nd 556 Australian ex-POWs embarked for repatriation these men had been recuperating onboard Hospital Ships such as the HMHS Tjitjalengka, sand were a much fitter lot. After some delays in embarking the passengers SPEAKER set sail on October 4th and made best speed for the Australian coast.

While still at sea off Brisbane on October 14th the captain ordered the ship to be 'spruced up' in preparation for entering Sydney harbour many of the Australian passengers volunteered to help out and a quick coat of paint was applied to conceal the ravages of three months at sea. SPEAKER entered Sydney harbour on October 15th.and berth at No. 14 Pyrmont at 8.45 a.m. Once unloaded the ship moved to a mooring in mid-stream off .Bradley's Head to begin a planned three week period of defect rectification during which time seven days' leave as granted to each watch.


In dockyard hands at Sydney: early November to December 26th
The ship was ready to resume her trooping runs to Hong Kong on early November but just prior to sailing a corroded pipe burst Diesel dynamo room and flooded the compartment. This latest defect was to require extensive repair work on the dynamo armatures so the ship remained in dockyard hands while repairs were affected. During this unplanned stay the opportunity was taken to complete the ships' repaint and her peacetime scheme was reapplied the ships' company also held two dances on board, music for dancing was provided by the Royal Marine Band from HMS GOLDEN HIND while guests arrived by naval cutters from the Taronga wharf as she was moored in mid-stream.

The repair work was slower that expected because it coincided with a wave of strikes ashore which had Sydney residents being deprived of power for lighting, cooking, transport and entertainments the strikes also made it difficult for many men to get away on their extra leave. The ship was not ready until Boxing Day, the crew having spent Christmas in and around Sydney but it was now time to resume ferrying passengers and equipment. By this time the 30th Aircraft Carrier Squadron was disbanded and all but SPEAKER and VINDEX remained with the reduced BPF for transport duties, the other vessels of the squadron had been reassigned or returned to the UK. In addition to the squadron disbanding many of the ships' key personnel were leaving to return home under the 'age and Service Act' which was passed in the UK after V-J Day the act was demobilising the armed forces at an alarming rate at a time when manpower was still desperately needed for the major tasks of reorganising resources and materials needed for the transition from wartime to peacetime.

Ferry trip to Hong Kong: December 26th - January 30th
For this, the outward leg of a round trip to Honk Kong SPEAKER's passengers were a mixed bag of service personnel and civilians, including the magician "The Great Levante"and his concert party who had been performing for servicemen in Sydney and were now going to entertain the forces in Hong Kong. Her first port of call was Brisbane to load more passengers, a number of heavy vehicles and the personnel, equipment and 10 Vengeance Target Tug aircraft of 721 naval air squadron on December 28th. This squadron was a Fleet Requirements Unit that had operated at RNAS Ponam in the Admiralty Islands that had been evacuated to the RN Aircraft Maintenance Yard at Archerfield, Brisbane, in October where it regrouped and re-equipped. Also embarked were a ten-ton crane, 4,076 items of stores and 38,400 bottles of beer all of which loaded her to capacity, a large part of the flight deck being taken up with a lorry park.


The concert party soon got busy with rehearsals, using a 7-ton van placed forward on the flight deck, and eventually they were able to put on two shows on a stage erected on the flight deck on the only two nights which the weather permitted. The voyage was to be dogged by foul weather for most of the time and concerns were expressed on several occasions about the safety of the vehicles lashed on deck. The ship called at Manila to refuel on January 7th and to embark more passengers for Hong Kong were embarked, amongst these was Captain B. L. Moore, R.N., the Senior British Naval Liaison Officer, Philippines, and his staff, their job of liaising with the American forces now completed. SPEAKER sailed the following day and reached Hong Kong on January 10th.


After unloading and making good storm damage SPEAKER sailed for the return leg on January 17th with more passengers and proceeded to the Admiralty Islands to embark servicemen and women for passage to Sydney. The call at Manus was brief, only long enough to embark the extra passengers bringing her total for the trip to 459 passengers, most of who were due for release. She arrived in Sydney on January 30th after again suffering monsoon conditions for most of this journey.

Surplus and 'beyond repair' airframes were routinely ditched over the side. During hostilities unsalvageable ones were stripped of usable spares first and the carcass ditched (right), after the end of hostilities complete aircraft were ditched in their hundreds. Photos: Right from the collection of John Bryden Watt, via Navsource, Left from the collection of Bernard Stogden..

Ferry trip to Hong Kong: February 12th - 26th 1946
HMS SPEAKER left Sydney for a final round trip to Hong Kong on February 12th and proceeded to Manus where she stopped for three hours to collect passengers on the 18th. She arrived in Hong Kong on February 25th, and was to spend the next seven days loading passengers, stores and surplus airframes from HMS Nabcatcher, the RN Air Station at Kia Tak airfield. SPEAKER sailed for Sydney for the last time on March 4th and five says out from Hong Kong the airframes were ditch overboard these were mainly American types of aircraft which had been transferred to the Royal Navy under the Lend-Lease agreement between the US and Britain. Under the terms of the agreement once the war was over the equipment would be returned or paid for, operational losses were not expected to be paid for so many hundreds of 'serviceable' aircraft were thrown overboard in the Pacific, neither the US or Britain wanted them back. SPEAKER arrived back in Sydney on March 16th and began preparations' for her return voyage to the UK.

Homeward Bound, Sydney to Greenock: March 26th - May 24th 1946
HMS SPEAKER said farewell to Sydney on March 26th 1946 and began the long voyage home to Britain. Amongst her stores she carried 2,500 cases of jam from the Food for Britain Fund for free distribution to the people of Great Britain. The ship's Canteen Committee donated £125 to the fund. The first leg of her voyage was back to Hong Kong calling at Brisbane on the 29th and Moratai on April 4th, spending only a few hours at these ports. She docked in Hong Kong on April 9th and was to spend eleven days there exchanging personnel and stores on the 19th she embarked a Japanese one man suicide torpedo for passage to the UK for further study, she sailed the following day bound for Colombo.

Hoisting a Japanese one man suicide torpedo aboard at Hong Kong. Photo: From the collection of William T. Sallows, via Navsource.

SPEAKER passed Singapore and entered the Malacca Straits April 25th, arriving at Colombo 30th. The ship took on stores, fuel and more passengers before continuing on for Aden, her next refuel stop on the 8th. After transiting the Suez Canal SPEAKER arrived at Port Said on the May 14th, she was to spend only 4 hours in the port before entering the Mediterranean and setting course for Gibraltar where she was to make an even briefer call on the 20th. HMS SPEAKER arrived on the Clyde on May 24thand after unloading her passengers was moored at Greenock.

Disposal: Return to US Custody
After Greenock SPEAKER was to be destored and many items Admiralty equipment was removed in proration for her return to the US authorities, her role with the Royal Navy having come to an end. She sailed from Greenock for the last time on July 6th 1946 bound for the US Naval Dockyard at Norfolk, Virginia but had to call into the in RN Dockyard Bermuda to carry out boiler repairs before continuing on to Norfolk where she docked on July 17th and was paid off as a Royal Navy vessel.

CVE-40 was returned to US Navy custody 27 July 1946 and no longer required for service by the US Navy she was placed on the disposal list September 25th 1946, She was sold to Dodero Navigation company on April 22nd 1947 and converted to merchantman LANCERO by the Newport News Shipbuilding & Drydock co. and was delivered February 9yh 1948, In 1965 she was sold to the Philippine President Lines and renamed PRESIDENT OSMENA she was sold for breaking in 1971 and bore the name LUCKY THREE for her delivery voyage to the breaker. She was scrapped at Kaohsiung, Taiwan in 1972.


Homepage

This website provides former shipmates and their families with a resource of information concerning the ship and its crew.

The Crew

Korea 1951

A wealth of information has been provided by former shipmates to provide the resources for the website.

HMS Glory Association

The HMS Glory Association was established to provide shipmates with the opportunity to meet and discuss their experiences.

Site Internet

The original webpage for the HMS Glory Association has been used as a resource for this webpage.

“And the sailor slept in his hammock, hemmed in and often overheated by more mechanical and electrical equipment.”

Rear Admiral B.C.G. Place, VC, CB,CVO, DSC

From: Forward to HMS Glory, the History of a Light Fleet Aircraft Carrier. by Peter Barrett, 1996, Parapress

“HMS Glory, her name has a ring to it, it is a proud name and it was easy for her ships company to be proud of her”

From: Forward to HMS Glory 1945 to 1961, by Neil McCart, 2002, Maritime

About Us

The HMS Glory Association was formed by six former shipmates who agreed that an association would be an invaluable way to meet and support each other


Voir la vidéo: The French Navy 1943 (Novembre 2021).