Informations

Haiti Victory T-AR-238 - Histoire


Victoire d'Haïti

Un ancien nom conservé.

(T-AR-238 : dp. 4 512 ; 1. 455' ; né. 62' ; dr. 29' ;
T. VC2-S-AP3)

Haïti Victory (T-AK 238) a été posé en vertu d'un contrat de la Commission maritime par Permanente Metals Corp., Richmond, Californie, 24 avril 1944; lancé le 20 juillet : parrainé par Mme Lucius Booner ; et livré à WSA le 18 septembre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a opéré comme navire marchand et a été affrété par la Waterman Steamship Co.

Acquis par la Marine le 1er mars 1950, Haïti Victory est affecté au MSTS, pour les opérations de fret dans l'Atlantique. De 1950 à 1957, partant de New York, il effectue des trajets cargo vers l'Europe du Nord, la Méditerranée et les Caraïbes.

Le 15 juin 1957, le Haiti Victory a effectué sa première croisière MSTS dans le Pacifique. Naviguant via la côte ouest, le cargo vétéran est arrivé à Pusan, en Corée, le 1er août. Après plusieurs croisières d'Extrême-Orient, elle a repris des opérations dans l'Atlantique en juillet 1958. En partant de New York le 11 juillet, elle a fumé pour la Méditerranée orientale pour soutenir les efforts de maintien de la paix des États-Unis au Liban. Des unités de la 6e flotte avaient débarqué des Marines à la demande du président libanais Chamoun qui souhaitait empêcher un coup d'État contre son régime par des insurgés d'orientation communiste.

En opérant dans le Moyen-Orient, elle a fumé deux fois à travers le Canal de Suez, pour des trajets de cargaison à Karachi, Pakistan. De retour à New York le 3 janvier 1959, le Haiti Victory effectua une autre croisière en Méditerranée avant d'être affecté dans le Pacifique. En arrivant à San Francisco le 4 avril, il a opéré au large de la côte ouest jusqu'à ce qu'il parte pour Hawaï 3 mois plus tard. En arrivant à Pearl Harbor le 3 juillet, elle a subi une conversion et une formation pour un rôle dans le jeune programme spatial américain.

Haiti Victory a trouvé une place dans l'histoire, lorsqu'elle est devenue le navire de liste pour récupérer un véhicule spatial en orbite. Le 11 août 1960, son hélicoptère récupère une capsule de 300 livres qui a été lancée en orbite la veille par une fusée Thor-Agena.

Haiti Victory a été rebaptisé Longview ( q.v. ) et reclassifié T-AGM-3 le 27 novembre 1960. Il a poursuivi ses opérations dans le Pacific Missile Range en soutenant le programme spatial des États-Unis. À l'heure actuelle, Longview effectue diverses tâches scientifiques pour l'Air Force Western Test Range.


Haiti Victory T-AR-238 - Histoire


Présenté dans Macworld, l'un des meilleur
sites d'histoire sur le web

Accueil

Librairie

Expositions

Le saviez-vous?

Faiseur d'histoire

Archives des sources primaires

Chercher

Sur

Plus d'information sur Tousaint L'Ouverture

Plus de faits fascinants tirés des archives du magicien de l'histoire

L'esclave qui a vaincu Napoléon

Napoléon était l'un des plus grands généraux qui aient jamais vécu. Mais à la fin du XVIIIe siècle, un esclave autodidacte sans formation militaire chassa Napoléon d'Haïti et mena son pays à l'indépendance.

Le chef remarquable de cette révolte des esclaves était Toussaint Breda (appelé plus tard Toussaint L'Ouverture, et parfois le « Napoléon noir »). Les révoltes des esclaves de cette époque se terminaient normalement par des exécutions et des échecs - cette histoire est l'exception.

Il a commencé en 1791 dans la colonie française de Saint Dominique (plus tard Haïti). Bien que né esclave à Saint Dominique, Toussaint apprit l'Afrique par son père, qui y était né homme libre. Il apprit qu'il était plus qu'un esclave, qu'il était un homme intelligent et digne. Il eut la chance d'avoir un maître libéral qui le fit former comme domestique et lui permit d'apprendre à lire et à écrire. Toussaint en profita pleinement, lisant tous les livres sur lesquels il pouvait mettre la main. Il admirait particulièrement les écrits du Lumières françaises philosophes, qui parlaient des droits individuels et de l'égalité.

En 1789 le Révolution française a secoué la France. Les plantations de canne à sucre de Saint Dominique, bien que lointaines, ne seraient plus jamais les mêmes. Sous l'impulsion de penseurs des Lumières comme Jean-Jacques Rousseau, les premiers révolutionnaires modérés ont considéré sérieusement la question de l'esclavage. Ces révolutionnaires modérés n'étaient pas disposés à mettre fin à l'esclavage, mais ils ont appliqué le "Droits de l'homme" à tous les Français, y compris les noirs libres et les mulâtres (ceux de métis). Les propriétaires de plantations dans les colonies étaient furieux et ont combattu la mesure. Finalement, les révolutionnaires cédèrent et rétractèrent la mesure en 1791.

La nouvelle de cette trahison déclencha des révoltes massives d'esclaves à Saint Dominique, et Toussaint devint le chef de la rébellion des esclaves. Il est devenu connu sous le nom de Toussaint L'Ouverture (celui qui trouve une ouverture) et a dirigé avec brio son armée d'esclaves en lambeaux. Il a combattu avec succès les Français (qui ont aidé en succombant à la fièvre jaune en grand nombre) ainsi qu'envahissant les Espagnols et les Britanniques.

En 1793, la révolution en France était entre les mains du Jacobins, le plus radical des groupes révolutionnaires. Ce groupe, dirigé par Maximilien Robespierre, était responsable de la Le règne de la terreur, une campagne pour débarrasser la France des « ennemis de la révolution. Ils ont donc de nouveau examiné la question de « l'égalité » et ont voté pour mettre fin à l'esclavage dans les colonies françaises, y compris ce qui était maintenant connu sous le nom d'Haïti.

Il y eut de la liesse parmi les Noirs en Haïti, et Toussaint accepta d'aider l'armée française à expulser les Britanniques et les Espagnols. Toussaint s'est avéré être un brillant général, remportant 7 batailles en 7 jours. Il devient de facto gouverneur de la colonie.

En France, les Jacobins perdent le pouvoir. Les gens se lassèrent enfin du sang qui coulait dans les rues et envoyèrent Maximilien Robespierre, le chef des Jacobins, à la guillotine, mettant fin au règne de la Terreur. Une réaction s'est déclenchée. Les Français voulaient reprendre les affaires. Des dirigeants plus modérés allaient et venaient, finalement remplacés par Napoléon, qui dirigeait la France avec des pouvoirs dictatoriaux. Il a répondu aux appels des propriétaires de plantations en rétablissant l'esclavage dans les colonies françaises, plongeant une fois de plus Haïti dans la guerre.


Napoléon Bonaparte

En 1803, Napoléon était prêt à se débarrasser d'Haïti : lui et Toussaint acceptèrent des termes de paix. Napoléon accepta de reconnaître l'indépendance d'Haïti et Toussaint accepta de se retirer de la vie publique. Quelques mois plus tard, les Français invitent Toussaint à venir à une réunion de négociation en plein sauf-conduit. À son arrivée, les Français (sur ordre de Napoléon) ont trahi le sauf-conduit et l'ont arrêté, le mettant sur un navire à destination de la France. Napoléon ordonna que Toussaint soit placé dans un cachot de prison dans les montagnes et assassiné par le froid, la famine et la négligence. Toussaint est mort en prison, mais d'autres ont continué le combat pour la liberté.

Six mois plus tard, Napoléon décide de renoncer à ses biens dans le Nouveau Monde. Il était occupé en Europe et ces possessions lointaines lui causaient plus de problèmes qu'elles n'en valaient. Il abandonne Haïti à l'indépendance et vend le territoire français d'Amérique du Nord aux États-Unis (achat de la Louisiane).

Des années plus tard, en exil à Sainte-Hélène, lorsqu'on l'interrogea sur son traitement déshonorant de Toussaint, Napoléon fit simplement la remarque suivante : « Que pourrait signifier pour moi la mort d'un misérable Noir ? »


La mission de Misburg

Détruire la production pétrolière de l'Allemagne était une stratégie majeure des Alliés pour raccourcir la guerre. L'une des usines pétrolières allemandes vitales était la grande raffinerie de Misburg avec 1 060 travailleurs, située à environ 5 miles à l'est de Hanovre, en Allemagne. Le 26 novembre 1944, le 491e groupe de bombardiers a participé à la neuvième mission de bombardiers contre la raffinerie de Misburg, dans le cadre d'une frappe aérienne massive contre l'Allemagne par l'armée de l'air américaine ce jour-là. Combiné avec d'autres engagements aériens, la journée marquerait la deuxième plus grande bataille aérienne de la Seconde Guerre mondiale.

Photo de reconnaissance aérienne de la Seconde Guerre mondiale du bombardement de la raffinerie de pétrole de Misburg, en Allemagne. Image reproduite avec l'aimable autorisation des archives du musée de l'air et de l'espace de San Diego.

Le 26 novembre devait être un jour noir pour le 491st. Suite à une série d'incidents malheureux, l'intégrité défensive du groupe de bombardiers a été perturbée et le groupe a été lourdement attaqué par un grand nombre de combattants ennemis. En tant que chasseurs de couverture pour le groupe de bombardiers, 47 Mustangs P-51 américains se sont engagés avec plus de 250 chasseurs de la Luftwaffe dans le ciel allemand.

Le 491st a envoyé 31 B-24 ce jour-là, trois ont fait demi-tour, 28 ont atteint la cible, 16 ne sont jamais revenus. Selon le site Web du 491st Bomber Group, Mitchell Moore volait en tant que mitrailleur à la taille gauche lors du raid de Misburg.

Bien que plus de la moitié de ses avions aient été détruits, le groupe a combattu à travers les avions intercepteurs allemands et a bombardé avec succès la cible. Pour cette action, le groupe a reçu un Distinguished Unit Citation.

La Constitution d'Atlanta rapporte que des bombardiers ont été perdus lors du raid du 26 novembre 1944 sur la raffinerie de pétrole de Misburg.

Constitution d'Atlanta
27 novembre 1944

Des avions américains abattent 122 Allemands

1 100 bombardiers lourds font exploser 700 chasseurs Misburg Oil

LONDRES, le 26 novembre. Au moins 122 avions de chasse nazis d'environ 200 qui se sont dressés pour protéger la plus grande raffinerie de pétrole naturel d'Allemagne à Misburg ont été abattus aujourd'hui lors de combats aériens par une flotte américaine de 700 chasseurs et 1 100 bombardiers lourds.

Les chasseurs américains ont signalé avoir abattu 110 des intercepteurs nazis, tandis que 12 ont été détruits par des équipages de bombardiers. Les avions d'escorte ont également détruit sept avions allemands au sol lors d'attaques de mitraillage.

Trente-sept bombardiers américains et 13 chasseurs ont été portés disparus lors des opérations.

Mais c'était le troisième plus grand sac de combattants nazis abattu au combat. Le 2 novembre dernier, des pilotes américains ont abattu 134 avions ennemis.

Une bataille gigantesque a tourbillonné dans le ciel de Misburg.

À travers les nuages ​​denses tachés par l'explosion de la flak provenant de centaines de canons au sol, les pilotes américains ont engagé les Allemands à des températures allant de 40 à 50 degrés au-dessous de zéro.

NEUVIÈME ATTAQUE

L'attaque d'aujourd'hui était la neuvième contre la raffinerie de Misburg, qui se trouve à 24 kilomètres à l'est de Hanovre et a une production annuelle de 220 000 tonnes. Il faisait suite au raid d'hier de 2 000 avions américains sur les usines de Leuna à Merseburg, l'une des plus grandes usines de pétrole synthétique d'Allemagne. Seule une douzaine de combattants ennemis ont été rencontrés lors de la mission Merseburg

L'avion de Mitchell était l'un de ceux qui ne sont pas revenus de Misburg. La guerre faisait rage et, chez eux, à Ray City, les amis et les familles pleuraient et attendaient la nouvelle de Mitchell Moore.

Le héraut de Nashville,
4 janvier 1945

Porté disparu

Les amis et parents du S-Sgt. Mitchell H. Moore regrette aussi de savoir qu'il est porté disparu au combat au-dessus de l'Allemagne depuis le 26 novembre 1944.
Sgt. Moore était un aérien (déchiré) recevant sa formation à (déchiré) Miss., Loredo, Texas, (déchiré), partant plus tard pour l'étranger (déchiré) Peka, Kansas en septembre (déchiré).
Sa femme si l'ancien (déchiré) Clements rouge de Ray City (déchiré) le moment présent est avec elle (déchiré) M. et Mme H.P. Clément.

Le 11 avril 1945, La constitution d'Atlanta a rapporté que le sergent Mitchell H. Moore avait été classé comme tué au combat.

Le mois suivant, le 8 mai 1945, l'Allemagne capitula. C'était le jour de la Victoire en Europe. Après la cession, un service commémoratif a eu lieu pour le sergent d'état-major Mitchell H. Moore.

Le héraut de Nashville
19 juillet 1945

Service commémoratif pour S. Sgt. M.H. Moore

Selon une annonce faite cette semaine par la famille de feu S. Sgt. Mitchell H. Moore, un service commémoratif aura lieu en son honneur le dimanche après-midi, le 22 juillet, à 15h30 à l'église méthodiste Unity près de Lakeland.
S. Sgt. Moore a été tué au combat au-dessus de l'Allemagne le 26 novembre 1944. Il était bien et favorablement connu dans cette section et a de nombreux amis qui regrettent sa mort prématurée. Tous les amis de la famille et autres personnes qui le souhaitent peuvent assister aux services.

Transcription avec l'aimable autorisation de Skeeter Parker

Il faudra encore quatre ans avant que le corps de Moore ne soit renvoyé aux États-Unis. Le retour des vivants et des morts était la mission d'après-guerre de la marine marchande américaine, des navires exploités par des hommes comme J.B. Mitchell Sirmans à bord du navire marchand armé Victoire SS Wheaton ou Brocy Sirmans sur SS William G. Lee. Le dernier voyage de Moore était à bord du Victoire SS Haïti.

Restes du S Sgt Mitchell Moore retourné à bord du SS Haiti Victory, 1949

Le 8 mai 1949, quatre ans jour pour jour après la proclamation de la Victoire en Europe, l'armée américaine a annoncé que les corps de 104 Géorgiens étaient restitués à bord du SS Haiti Victory, parmi lesquels le corps du S. Sgt Mitchell Moore.

Constitution d'Atlanta
8 mai 1949

Corps de 104 Géorgiens sur le chemin du retour depuis l'Europe

Les restes de 104 Géorgiens, dont 14 Atlantiens, qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale sont renvoyés aux États-Unis depuis l'Europe à propos du transport de l'armée américaine Haiti Victory, a annoncé le département de l'Armée.
Les soldats morts à l'origine enterrés dans des cimetières militaires temporaires en France, aux Pays-Bas et en Belgique font partie des personnes renvoyées. Les proches seront informés à l'avance de l'arrivée des restes au centre de distribution régional du service américain d'enregistrement des sépultures.

Les funérailles de Mitchell Moore ont eu lieu à l'église méthodiste Unity, et les restes ont été réinhumés au cimetière Union Church (Burnt Church) près de Lakeland, GA.

Le héraut de Nashville
16 juin 1949

S-Sgt. Mitchell Moore est retourné aux États-Unis pour l'enterrement

Les funérailles auront lieu dimanche à l'église méthodiste Unity de la communauté Crisp pour le sergent d'état-major Mitchell Moore, qui a été tué avec tout son équipage lorsque leur avion a été abattu au-dessus de Hanovre, en Allemagne, le 26 novembre 1944. Le Sgt. Moore sera inhumé au cimetière de Burnt Church.

Les services commenceront à 16h30 dimanche après-midi avec le révérend J. W. Herndon de Norman Park et le révérend Bishop de Lakeland, officiant.

Sgt. Moore laisse dans le deuil deux frères, W.W. Moore de Nashville, et J.P. Moore de Stockton, et trois sœurs, Mlle Rosa Lee Moore, Mme Shelton Davis et Mme G.E. Ouest, tout Stockton.

Transcription avec l'aimable autorisation de Skeeter Parker

Le héraut de Nashville
23 juin 1949

Sgt. Mitchell Moore est inhumé dimanche

Le sergent d'état-major Mitchell H. Moore a été inhumé dimanche à l'église méthodiste Unity de la communauté Crisp dans le comté de Lanier.

Un enterrement militaire a été donné à l'officier de l'air, qui a été tué au-dessus de Hanovre, en Allemagne, en 1944, par le Club des anciens combattants des guerres étrangères de Lakeland. Le révérend J.W. Herndon de Norman Park et le révérend évêque de Lakeland ont officié.

Sgt. Moore laisse dans le deuil son épouse, l'ancienne Miss Mildred Clements de Ray City, deux frères, W.W. Moore de Nashville, et J.P. Moore de Stockton, et trois sœurs, Mlle Rosa Lee Moore, Mme Shelton Davis et Mme G.E. Ouest, tout Stockton.

Transcription avec l'aimable autorisation de Skeeter Parker

Demande de pierre tombale de la Seconde Guerre mondiale pour Mitchell H. Moore.

La veuve, Mildred C. Moore a demandé un monument pour son mari Un marqueur de marbre blanc austère pour marquer la tombe d'un jeune homme qui a donné sa vie au service de son pays.


Haiti Victory T-AR-238 - Histoire

La nouvelle administration américaine a déjà montré son soutien à la terreur paramilitaire et à la répression politique en Haïti.

Le peuple d'Haïti doit être sacrifié pour les intérêts plus larges du projet impérial américain. »

Le peuple haïtien réclame depuis des décennies sa libération de la succession de dictateurs imposés par les États-Unis. L'un de ces dictateurs, Jovenel Moïse, a refusé de quitter ses fonctions le 7 février, ce qui marquait la fin de son mandat quatre ans après une élection illégale. Cette décision a catapulté un autre épisode intense de la lutte historique des masses haïtiennes contre l'intervention coloniale. Des dizaines de milliers d'Haïtiens sont descendus dans la rue pour exiger la démocratie et la fin de la dictature. Et quelle a été la réponse du régime fantoche américain ? Balles, terreur paramilitaire, couvre-feux, perquisitions, passages à tabac et emprisonnement de dirigeants de l'opposition.

Avec l'élection du président américain Joe Biden, les gens pensaient que ce soi-disant « champion » des élections équitables et de l'état de droit – qui avait exprimé l'engagement que « Black Lives Matter » – se rallierait aux côtés des Haïtiens et mettrait fin au soutien américain. pour la dictature.

Lorsque Moïse a annoncé qu'il resterait au pouvoir après le 7 février et continuerait de gouverner par décret, l'administration Biden a signalé qu'elle soutenait cette décision. Le règne de Moïse par décret a été rendu possible parce que les élections ont été reportées en 2019, ce qui a permis d'expirer les mandats de la plupart des représentants à l'Assemblée nationale, le parlement d'Haïti.

Peu importait que Moïse ait gouverné par décret, qu'il ait violé les droits de son peuple et que la majorité du peuple ait voulu qu'il parte. Ce qui importait à l'administration Biden, c'était le but que Moïse servait dans les plans américains pour la région des Caraïbes et de l'Amérique latine.

"Moïse règne par décret et la majorité des gens veulent qu'il parte."

En d'autres termes, le peuple doit être sacrifié pour les intérêts plus larges du projet impérial américain. Ces intérêts qu'on ne pouvait s'occuper de la bagatelle des soucis de démocratie, de légitimité ou des droits du peuple. Ces termes rhétoriques ne sont évoqués que comme expressions des soi-disant « valeurs » des États-Unis lorsqu'ils sont dirigés contre un adversaire comme la Russie, le Venezuela, la Chine ou tout autre pays que les États-Unis tentent activement de déstabiliser. Mais ces valeurs ne peuvent pas être autorisées à compliquer les intérêts américains en Haïti ou même dans les communautés noires et brunes occupées aux États-Unis.

Nous demandons à Joe Biden et à ses partisans, qui prétendent que Biden se soucie des Africains/Noirs : pourquoi semble-t-il que la vie des Africains/Noirs en Haïti n'a pas d'importance ? Est-ce que la vie des Noirs n'a d'importance que lorsqu'ils soutiennent la puissance coloniale blanche américaine et européenne ?

Au sein de l'Alliance noire pour la paix (BAP), nous connaissons la réponse à cette question rhétorique. Les deux parties et l'État américain ont démontré que la vie des non-Européens signifiait extraordinairement peu. Et les valeurs que les États-Unis et les Européens de l'Ouest prétendent défendre, comme la démocratie et les droits de l'homme, sont des lettres mortes lorsqu'il s'agit des droits fondamentaux des peuples du Sud.

Les États-Unis et les Nations Unies ont armé et entraîné la police haïtienne. Moïse a le plein soutien de ces forces paramilitaires armées, qui se sont engagées à faire respecter le règne de la classe dirigeante haïtienne au service du capital international. C'est pourquoi l'administration Biden soutient Moïse. Par conséquent, Moïse n'a aucune légitimité.

« Les deux parties et l'État américain ont démontré que la vie des non-Européens signifie extraordinairement peu. »

Haïti a émergé en tant que société libre lors de la plus grande révolution de l'histoire de l'humanité en 1804, lorsque le peuple d'Haïti a établi la première République noire après avoir combattu et vaincu d'abord les Espagnols, puis les Français, à l'époque la plus grande puissance militaire de la planète. Depuis lors, l'Occident a tenté de détruire Haïti.

Les invasions, les occupations, les escadrons de la mort, le pillage économique, les attaques contre leur culture, l'isolement politique et les dictatures soutenues par les États-Unis ont fait payer un lourd tribut au peuple haïtien. Pourtant, ils ne se sont jamais rendus. Cet esprit de résistance s'exprime aujourd'hui dans les rues d'Haïti.

Nous, au sein de l'Alliance noire pour la paix, continuerons à soutenir ces efforts en organisant des actions à travers les États-Unis en solidarité avec le peuple haïtien.

Nous ne sommes pas confus. Les États-Unis n'ont rien d'exceptionnel, si ce n'est peut-être leur hypocrisie. Les déclarations faites par des politiciens suprémacistes blancs et des chefs de sociétés impérialistes selon lesquelles «Black Lives Matter» ont sonné creux, opportunistes et complètement en contradiction avec les expériences vécues par les Africains/Noirs aux États-Unis de 1619 à nos jours.

Dépouillés du vernis du discours des droits libéraux, les vraies valeurs fondamentales du projet colonial américain sont évidentes : glorification de la violence, suprématie blanche, patriarcat, darwinisme social, matérialisme et individualisme extrême. Ces valeurs fondamentales ont facilité le vol de terres qui a permis la création des États-Unis, l'esclavage et les formes d'accumulation capitaliste les plus rapaces de la planète.

"Il n'y a rien d'exceptionnel aux États-Unis, sauf peut-être leur hypocrisie."

L'abandon du peuple haïtien affirme une fois de plus que les États-Unis sont attachés au pouvoir blanc. La subversion, la guerre et les sanctions brutales ne sont que quelques-uns des instruments utilisés pour maintenir les structures du pouvoir colonial-capitaliste blanc.

Ainsi, notre appel ne s'adresse pas à la conscience de Biden et des démocrates impérialistes néolibéraux – ils n'ont que des intérêts objectifs. Au lieu de cela, nous appelons le peuple des États-Unis à exiger une modification à la fois des politiques américaines concernant Haïti et de ses relations avec Haïti ainsi qu'avec toutes les nations qui se trouvent actuellement dans le collimateur de la réaction impérialiste américaine.

Cependant, nous comprenons que notre engagement en faveur de la paix et des droits de l'homme centrés sur les personnes, la justice sociale, la démocratie et l'autodétermination ne peuvent être réalisés sans un peuple organisé qui lutte pour le pouvoir.

Le peuple haïtien se bat pour le pouvoir, pour la capacité de déterminer son propre destin. Restez avec eux. Restez avec nous. Combattez pour la liberté et pour une nouvelle réalité en Haïti et dans le monde.


Partager Toutes les options de partage pour : Aperçu : le voyage du Canada au WCQ se poursuit contre Haïti au deuxième tour

Photo de Jonathan Daniel/Getty Images

La route vers le Qatar se poursuit alors que l'équipe nationale masculine du Canada s'est qualifiée pour le deuxième tour des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA après une victoire complète contre le Suriname mardi. Les Reds affronteront désormais Haïti dans une affaire à deux jambes pour déterminer qui se qualifiera pour le tour final.

Quant aux deux autres affrontements, Saint-Kitts-et-Nevis affronte le Salvador et le Panama affronte Curaçao. Les vainqueurs des trois rencontres rejoindront les États-Unis, le Mexique, le Honduras, le Costa Rica et la Jamaïque comme les huit derniers pays de la CONCACAF à se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au Qatar.

Les hommes de John Herdman seront les visiteurs du match d'ouverture avant de retourner à Bridgeview, dans l'Illinois, pour « accueillir » le match retour. Le coup d'envoi du match aller sera donné à 17h00. EST au Stade Sylvio Cator à Port-au-Prince, avec le match disponible en streaming sur OneSoccer.

La victoire 4-0 du Canada sur le Suriname lui a permis de dominer le groupe B et de réserver sa place au deuxième tour. L'équipe de Herdman a terminé le premier tour avec quatre victoires sur quatre, 27 buts marqués et un seul encaissé. Plus de buts ont déjà été marqués au cours de cette campagne WCQ que tout autre dans l'histoire de l'équipe nationale.

Le tour du chapeau de Jonathan David mardi a fait de lui le troisième Canadien à avoir marqué un triplé lors du premier tour (Cyle Larin et Lucas Cavallini étaient les deux autres). Le vainqueur du titre de Ligue 1 a maintenant marqué 15 buts en 14 matchs pour le Canada depuis ses débuts en 2018. À seulement 21 ans, David est maintenant à huit buts de devenir le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale canadienne, un titre actuellement détenu par Dwayne De Rosario et ses 22 frappes internationales.

David et Cavallini sont maintenant les deux seuls Canadiens de l'histoire à avoir réussi plus d'un tour du chapeau pour l'équipe nationale. Les deux attaquants, ainsi que Larin et Alphonso Davies, ont terminé le premier tour avec 18 buts combinés, ce qui représente les ⅔ du total des buts des Reds dans le groupe B. La cruauté du Canada devant le but sera vitale pour aller de l'avant alors que la poussée pour un premier La place de la Coupe du monde depuis 1986 prend de l'ampleur.

Comme le Canada, Haïti ne s'est qualifié que pour une seule Coupe du monde, qui remonte à 1974.

Les Grenadiers ont terminé le premier tour des qualifications comme l'une des deux équipes de tous les groupes à n'avoir encaissé aucun but. Une courte victoire 1-0 sur le Nicaragua mardi a permis à Haïti de se qualifier pour le deuxième tour après que les deux équipes aient atteint le niveau de jeu avec six points. La performance exceptionnelle d'Haïti était sans aucun doute sa déroute 10-0 des îles Turques et Caïques, où trois joueurs différents ont marqué des tours du chapeau.

Un joueur haïtien que les fans de la Premier League canadienne peuvent reconnaître est Jems Geffrard de HFX Wanderers, qui a récemment quitté le banc lors de la victoire d'Haïti contre le Nicaragua. Duckens Nazon, qui joue son football en Belgique avec Sint-Truiden, a été le meilleur buteur d'Haïti au premier tour avec quatre buts. Le joueur de 27 ans est également le deuxième meilleur buteur de tous les temps d'Haïti avec 23 buts en 44 matchs en équipe nationale.

Herdman se méfiera des menaces offensives que possède Haïti, d'autant plus que ce match n'est pas seulement une qualification pour la Coupe du monde, mais aussi une mission de vengeance.

Comme beaucoup s'en souviennent encore, Haïti a éliminé le Canada de la Gold Cup 2019 après une victoire de retour à couper le souffle en quarts de finale. Les Reds menaient 2-0 à la mi-temps grâce aux buts de David et Cavallini, mais tout s'est mal passé en seconde période alors que trois buts haïtiens ont stupéfié les fans de football canadiens alors que le Canada s'est retiré du tournoi après une défaite déchirante 3-2.

Dans l'histoire de ce match, la victoire 3-2 d'Haïti n'était que la deuxième fois qu'ils battaient le Canada. En neuf matchs au total depuis 1973, le Canada en a remporté sept, fait deux nuls et perdu deux.

Les deux nations ne se sont rencontrées que trois fois au 21e siècle, la dernière victoire du Canada ayant eu lieu lors de la phase de groupes de la Gold Cup 2007, où un doublé de De Rosario a aidé les Reds à remporter une confortable victoire 2-0.

La dernière fois que le Canada a affronté Haïti lors d'une qualification pour la Coupe du monde, c'était en 1985. Les buts de Dale Mitchell et d'Igor Vrablic ont scellé une victoire 2-0 pour le Canada, ce qui a permis aux Reds de se qualifier pour le deuxième tour de qualification et finalement, le Mondial de la FIFA 1986. Tasse.

Un récit similaire à celui de la campagne WCQ du Canada en 1986 pourrait-il être envisagé cette année? John Herdman et les amateurs de soccer canadiens à travers le monde l'espèrent sûrement, car cette équipe est sans doute le meilleur groupe de joueurs que le Canada a eu à sa disposition depuis des années.

En fin de compte, Davies et co. devront mettre les souvenirs de la Gold Cup 2019 derrière eux et s'occuper des affaires contre Haïti s'ils veulent faire un pas de plus vers le Qatar.


Révolution d'Haïti, des étincelles pour la liberté

En 1789, Haïti français – Saint-Domingue à l'époque – recevait 40 000 esclaves africains par an, résultat du travail de plusieurs jusqu'à la mort. Les Afrikans asservis à cette époque étaient au nombre de 500 000. Il y avait 30 000 mulâtres et environ 30 000 blancs. Le commerce extérieur total de la France était de 24 millions de dollars, dont Haïti à lui seul était responsable de 16 millions de dollars. Cela représentait les deux tiers de leur commerce extérieur.

Les profits ont augmenté lorsque la France a stipulé que « tout ce qui sort d'Haïti ne pouvait être acheté qu'en France » et que les marchandises ne pouvaient être transportées que par des navires français. Ceci est mieux connu sous le nom de capitalisme monopoliste.

L'élite française a acquis la plupart de ses richesses de la traite des esclaves. Les riches étaient heureux de la traite des esclaves car, en retour, elle leur donnait la fierté de la liberté, de la justice et de la poursuite du bonheur – bien sûr, au prix de l'esclavage africain.

Pendant ce temps, de retour sur la plantation, à quelque 4 500 miles en Haïti, les esclaves travaillaient les champs du lever au coucher du soleil et pour toute infraction mineure de manque de respect envers le maître ou pour avoir travaillé trop lentement, les esclaves étaient récompensés en étant attachés. aux arbres et fouetté. Après avoir été battus, le feu a été appliqué sur leurs corps. Les esclaves étaient ensuite lavés avec de l'eau chaude dans laquelle des gousses de poivrons rouges avaient été trempées. Ce genre de punition était répété jusqu'à ce que la victime tombe.

Une nuit, un groupe d'esclaves africains s'est réuni pour planifier une révolte sous la direction du prêtre vaudou Boukman, qui a appelé les ancêtres à se protéger. Cette même nuit, ils ont commencé leur lutte pour la liberté.

Il y a eu plus de 250 insurrections de personnes asservies enregistrées dans l'histoire des États-Unis.

Chaque groupe a assassiné son maître et réduit en cendres les plantations. Les planteurs blancs ont refusé de prendre la révolte au sérieux et en quelques semaines, sous la direction de Jean-François, George Biassou et Toussaint Louverture, il y avait plus d'un millier de guerriers africains esclaves révoltés dans différentes parties d'Haïti.

La révolte en Haïti a amené le gouvernement français à vendre aux États-Unis le territoire de la Louisiane. Dans les livres d'histoire, cela est mieux connu sous le nom d'achat de la Louisiane. Les États-Unis ont payé 15 millions de dollars à la France. La France a été forcée de se rendre à Haïti un an plus tard en 1804.

La Révolution haïtienne a mis fin à l'esclavage sur l'île et a gagné l'indépendance des Haïtiens. Ce fut la première révolte africaine réussie dans l'hémisphère occidental. La victoire d'Haïti sur la France a solidifié la fin de l'esclavage en Haïti et a présenté un défi aux Britanniques et aux États-Unis.

Le défi était que d'autres esclaves africains puissent faire de même et exiger la liberté, l'égalité et la justice pour tout le peuple africain. Les Afrikans ont toujours eu une tradition de résistance à l'esclavage et à la colonisation africaine. Les mutineries de navires négriers dans le Passage du Milieu depuis l'Afrique de l'Ouest sont des exemples que rien n'a empêché les Africains de se battre pour la liberté parce que nous voulons tous la liberté, tout comme tous les humains désirent la liberté.

Il y a eu plus de 250 insurrections de personnes asservies enregistrées dans l'histoire des États-Unis. En 1800, Gabriel Prosser organisa 2 000 esclaves africains ou plus armés de gourdins et d'épées, à six miles de Richmond, en Virginie. Ils commencèrent une insurrection, mais le mauvais temps les empêcha de mener leur combat pour la liberté.

Nous n'avons plus de chasseurs d'esclaves, mais nous avons la police. Dans l'année qui a suivi le meurtre de George Floyd, près de 200 Afro-Américains ont été tués par la police.

En 1811, une autre révolte est menée par Charles Delondes, surveillant mulâtre créole, sur la plantation Aubry. Il a organisé des Afrikans fugueurs pour former une société marron dans le marais voisin. Ils ont déclenché leur révolte le soir du 8 janvier en attaquant la plantation de son maître Manuel Aubry.

Armé de houes, de piques et de haches, le groupe de guerriers a brûlé toutes les plantations sur leur passage alors qu'ils marchaient sur la côte de la Louisiane le long de la rive du fleuve Mississippi en direction de la Nouvelle-Orléans. Ils ont été accueillis par des propriétaires de plantations lourdement armés. Ils se sont battus mais n'étaient pas à la hauteur de la puissance de feu du propriétaire. La révolte a été réprimée.

Nat Turner a dirigé la plus importante de toutes les insurrections d'esclaves à cette époque. Né Afrikan esclave dans le comté de Southampton, en Virginie, il a appris à lire, malgré les lois interdisant l'enseignement de la lecture aux esclaves africains. Dès l'enfance, il aspirait à libérer son peuple de l'esclavage.

En août 1831, M. Turner et un petit groupe de combattants de la liberté ont tué leurs maîtres esclaves et leurs familles et ont marché de plantation en plantation en recrutant des esclaves africains dans leur groupe. Le petit groupe de M. Turner s'est dirigé vers le siège du comté pour capturer son arsenal, mais ils ont été submergés par les troupes mobilisées par d'autres propriétaires d'esclaves.

M. Turner et 19 de ses combattants de la liberté ont été capturés et pendus. Le bourreau a demandé à M. Turner ses derniers mots. Sa réponse : « Je ne suis pas venu ici pour faire un discours. » Le silence s'abattit sur les spectateurs. Il a rempli le cœur des propriétaires d'esclaves de peur et a aiguisé la lutte contre l'esclavage dans tout le pays.

De « La confession de Nat Turner », nous apprenons que le corps de M. Nat Turner a été livré au Dr Massenberg, qui l'a écorché et a fait de la graisse à partir de la chair. M. R.S. Le père de Barham possédait un porte-monnaie fait de sa peau. His skeleton was for many years in the possession of Dr. Massenberg but has since been lost.

The Emancipation Proclamation issued by President Abraham Lincoln took effect on Jan.1, 1863, and pertained only to the enslaved Afrikans who were in states rebelling against the Union. The overwhelming population of enslaved Afrikans was freed by the 13th Amendment of 1865.

Haitians and their supporters were also protesting the constitutional referendum to be held on June 27, 2021, that is supported and funded by the Biden administration.

What is there to celebrate about the historical past of June 19, 1865 – Juneteenth? Did we get 40 acres and a mule? Well, Gen. Sherman did set aside 400,000 acres for formerly enslaved Afrikans, and his army did loan them some mules. But in the fall of 1865, Andrew Johnson became president after Lincoln’s assassination and overturned Sherman’s order, returning all the land to its former Confederate owners, the slaveholders who had lost the war.

The “winners,” the descendants of enslaved Afrikans, are still waiting on reparations 156 years later.

We live in substandard housing, we attend second class schools, the government raises our taxes and companies freeze our wages. Afrikan American neighborhoods are food deserts we get the worst medical care with the highest infant mortality rate.

We do not have slave catchers anymore, but we do have the police. In the year since the murder of George Floyd, nearly 200 Afrikan Americans have been killed by the police. They join earlier victims such as Tamir Rice, Oscar Grant, Sandra Bland, Breonna Taylor and too many more who were murdered for such trivial excuses as the following: walking, riding, eating, sitting, driving, sleeping and jogging.

Haiti news update: State-sanctioned massacres

May 18, 2021, Haiti’s Flag Day: There was a large protest in Washington, D.C., and on the island of Haiti against the Jovenel Moïse dictatorship’s fraudulent election. The dictatorship has carried out 11 documented massacres, kidnapping and torturing its citizens in Bel Air, La Saline and Cité Soleil.

Dictator Moïse’s most brutal henchman is named Bar-B-Que by the Haitian people. After he kills them, he chops the bodies up with a machete and “barbeques” them or, even worse, feeds them to the pigs. His birth name is Jimmy Cherizier. After a raid in the city of Bel Air, he came to Cité Soleil and was shot three times and is now in critical condition.

Haitians and their supporters were also protesting the constitutional referendum to be held on June 27, 2021, that is supported and funded by the Biden administration, which consists of:

  1. Eliminating one of the two houses of parliament – reduced popular representation.
  2. No accountability for the actions of the president and officials – total impunity.
  3. The president can give away land by decree and take it away by decree.
  4. Eliminate the 1987 Constitution, which is the only one approved by an overwhelming vote by the people of Haiti.

The progress that has been made by Afrikans has always been because of our resistance, never forgetting the sacrifices our ancestors made and their determination to enjoy freedom. Each generation has worked and sacrificed to meet that goal.

Each of us today must find our way to honor the efforts of our ancestors and combine our efforts with theirs. The immeasurable sacrifices of the past made us who we are today. We must honor them with our own vision of the future. Those who cannot remember the past are condemned to repeat it. Haiti is Bleeding, HELP!


The GOOD

Soviet T-34 Tank – Antonov14 – Own work, CC BY-SA 2.5

One of the best tank designs in history, the T-34 medium tank was designed between 1936 and 1940, just in time for the Second World War. With its wide tracks and reliable engine, it traveled well across the broken terrain and shell-shattered battlefields of the Eastern Front.

Its sloped armor and low turret made it less vulnerable to the Germans than many of its Soviet sister tanks. It initially carried a high-velocity 76.2mm gun, later upgraded to 85mm.

Soviet T-34 on the Eastern Front.

Mass production let the Soviets flood battlefields with these reliable, hard fighting tanks. 11,000 were built in 1944 alone. The T-34 played a significant part in the USSR’s victory against Germany.

Soviet KV-1 Heavy Tank. It’s armor was too thick for early war German Tanks to penetrate.

Designed in 1938 and entering service in 1940, the KV-1 was designed to break through fixed defenses. It was equipped with a 76.2mm gun which could fire high explosive armor-piercing shells, a reliable diesel engine, and the toughest possible armor.

The KV series tanks were useful in the Winter War against Finland in 1940 but proved vulnerable against the heavier firepower of German high-velocity guns, which could break through their armor despite its regular improvements. Their suspension was frail and unreliable, often failing in difficult circumstances. 13,000 KVs were built in steadily improving designs. In the late war, the KVs were replaced by the IS series.

Soviet KV-1 on the Eastern Front.


What Type Of Government Does Haiti Have?

Haiti's location on the island of Hispaniola. Editorial credit: BUTENKOV ALEKSEI / Shutterstock.com.

History of the Government of Haiti

The history of the island nation of Haiti has been marked by colonization, slavery, and political turmoil. First colonized by the Spanish and later by the French, the residents of the island began to revolt, claiming their rights to French citizenship and as free men. This led to a revolution that eventually resulted in independence in 1804. The next 212 years were full of instability and violence. The General who led the revolution assumed power as Emperor and established the first Constitution. In 1806, a successful coup d’etat separated the country into a northern authoritarian state and a southern republic. In 1843, the island was separated into Haiti and the Dominican Republic. At that time, Haiti came under parliamentary rule until 1849 when the Second Emperor took control until 1859. In 1859, a military regime reestablished the nation as a republic until 1911. From 1911 to 1915, Haiti entered a period of extreme political turmoil during which it had 6 presidents, each killed or forcefully removed from office. From 1915 until 1935, the US occupied the island to carry out reform and ensure debt repayment to US banks. This takeover resulted in a democratic government for Haiti, briefly. The following decades, were marked by elected Presidents and dictatorships. In 1986, the military overthrew the last dictator, took power, and wrote a new Constitution in order to reestablish democracy. Largely unsuccessful, the country remained under full military rule from 1991 to 1994. Between 1996 and 2004, the country experienced two elected presidents. In 2004, another military coup d’etat disrupted democracy. Violence continued through 2006, and a prior President once again took control until 2011. In 2011, the public democratically elected another President, Michel Martelly, who stepped down in February of 2016 without a replacement. An interim President was appointed.

Contemporary Government of Haiti

Today, the government of Haiti is a semi-presidential republic system. This system means that a President serves as Head of State and a Prime Minister serves as Head of Government. The public elect the President to office and the President then appoints the Prime Minister based on the political party in control of the National Assembly. The President and the Prime Minister hold executive power together. The National Assembly is divided into two chambers and hold legislative power. Under this system, the central government assigns powers and responsibilities to administrative divisions. The government is divided into three branches, the executive, legislative, and judicial.

Executive Branch

The executive branch of the government is made up of the President and the Cabinet. The President serves for a 5-year term and may not serve consecutively. As mentioned, the President appoints the Prime Minister who goes on to appoint the Cabinet Ministers. The Prime Minister ensures that the Cabinet carries out the law as defined by the National Assembly. Together, the Prime Minister and the President are responsible for matters of national defense.

Legislative Branch

The legislative duties of the government are carried out by the National Assembly, which is divided into the Senate and the Chamber of Deputies. The public elects the 99 members of the Chamber to serve 4-year terms. Additionally, members of the Senate are elected to serve 6-year terms. These elections take place every 2 years, to replace or re-elect one-third of the members.

Judicial Branch

The judicial branch of the government is in charge of interpreting and enforcing the law. It consists of four levels, the Magistrates’ Courts, Court of Appeals, Civil Court, and the Court of Cassation (the Supreme Court). The President appoints judges to serve 10-year terms on the Supreme Court bench. Courts further appoint prosecutors to try military and civilian cases. The legal system of Haiti is based on the system of French civil law.


A Haitian Slave Turned Emperor Brings Celebration and Controversy to Brooklyn

Stephania Casimir, a first-generation Haitian-American, remembers her parents talking about Jean-Jacques Dessalines, a former slave who became one of Haiti’s founding fathers, but not all of the details.

They came flooding back on Saturday on a street corner in the Flatbush neighborhood of Brooklyn as speakers explained why a stretch of Rogers Avenue was being co-named in honor of Dessalines, who declared Haiti’s independence after helping lead the revolt against France.

“This moment means so much to the Haitian community,” said Ms. Casimir, 26, a social worker. “It shows we are strong and powerful.”

As the paper bag covering the new street sign was removed by Assemblywoman Rodneyse Bichotte, the crowd began singing the Haitian national anthem. Those gathered said the decision, along with the recent ceremonial City Council resolution that designated Flatbush Little Haiti, meant that Haitians’ contributions to New York will not be forgotten.

“These street co-namings are the equivalent of placing your flag in the neighborhood,” said Laurie Cumbo, the City Council majority leader. “We have placed a Haitian flag in this neighborhood today for people here and the future to always know that this is a Haitian community.”

But the naming of Jean-Jacques Dessalines Boulevard — along Rogers Avenue between Farragut Road and Eastern Parkway — and the neighborhood designation were not without complications.

Some felt Little Haiti was redundant because the area had previously been christened Little Caribbean by another group. And the street co-naming was delayed because of Dessalines’s controversial history.

After Haiti’s victory against France, Dessalines became Haiti’s first emperor in 1804. Aware that the French wanted to re-enslave the country, Dessalines called for the slaughter of all remaining white Frenchmen. Thousands of white people were killed in the massacre, historians believe.

Historical figures are being re-evaluated across the United States, with several Southern cities removing Confederate monuments in recent years, and Mayor Bill de Blasio establishing a commission to examine statues in New York. In that climate, the City Council committee that vets street co-namings flagged the Dessalines name as possibly offensive.

“Everything is political,” Councilwoman Inez Barron of Brooklyn said. “This was not something that was done in the usual manner and passed with ease. This was a fight and a struggle.”

After a hearing, more research and behind-the-scenes pressure, the City Council approved the co-naming.

Image

“The Council leadership team moved forward with the street renaming after a review of the issue and engaging with the community,” said Jennifer Fermino, a spokeswoman for Corey Johnson, the City Council speaker.

Ms. Bichotte, the assemblywoman, noted Dessalines’s contributions to world history: He helped Haiti become the second country in the Western Hemisphere to free itself from colonial rule and inspired other nations to pursue freedom. The Constitution that Dessalines created advocated equality and more equal distribution of wealth.

The massacre, supporters say, must be viewed in the context of war and is no different than historical acts that the leaders of other countries committed that would now be considered differently.

“As narrators, we get to define the narrative,” said Ms. Bichotte, the first Haitian-American woman elected to office in New York City. “No longer will the Haitian Revolution be a fluke, a historical accident or a nonevent. No longer will Jean-Jacques Dessalines be disregarded or portrayed merely as a tyrant.”

Not everyone supported honoring Dessalines. Street co-namings should be limited to local people who affected life in New York City, said Seth Barron, associate editor of City Journal and project director of the NYC Initiative at the Manhattan Institute.

“It seems like at a time when we are being careful about who we celebrate and commemorate, the question remains of why him?” Mr. Barron said. “I don’t know why New York City has to name a street for someone who is obscure to most Americans.”

Organizers say they hope the street will help educate the public. Flatbush is a center for Haitian culture in the United States, and Brooklyn has 90,000 Haitians, the third-highest concentration in the country, only after two counties in South Florida, according to an analysis by the Migration Policy Institute, a Washington-based think tank.

But gentrification is changing Little Haiti, which is bounded by Avenue H, Brooklyn Avenue, Parkside Avenue and East 16th Street. It is still full of restaurants and retailers that cater to Haitians, but many Haitian business owners and residents are facing the pressures of rising rent.

In 2000, 30 percent of the country’s Haitian population lived in New York State, many of them in Flatbush. That number fell to 20 percent in 2016.

Little Haiti BK, the group that organized Little Haiti, wants to use the designation to help small businesses remain in the neighborhood, erect a monument and build a cultural center.

The designation means more than ever, speakers said on Saturday, given recent slights by President Trump against Haitians and his decision to end a temporary program that allowed Haitians to live and work in the United States following the devastating 2010 earthquake.

“Our human dignity is under assault,” Representative Yvette Clarke said.

Marie Prosper, 35, a security analyst, saw the street co-naming as a chance to come together in spite of recent political developments.

“This corner is where the history of Haiti and the history of the United States meet,” Ms. Prosper said. “It represents the power of our ancestors and their strength.”


Haiti was the first nation to permanently ban slavery

Global protests in support of Black Lives Matter have systematically exposed the legacies of slavery and colonialism today.

This has put many on the defensive. White people are quick to tout stories of abolition, emphasizing the path bravely forged by imperial powers like Britain and France. They diminish the realities and consequences of slavery and colonialism by demanding gratitude for ending the same violent systems they had previously implemented.

These narratives are historically inaccurate. Neither the French nor the British were the first to abolish slavery. That honor instead goes to Haiti, the first nation to permanently ban slavery and the slave trade from the first day of its existence. The bold acts of Haitians to overthrow slavery and colonialism reverberated around the world, forcing slaveholding nations like Britain and France to come face to face with the contradictions of their own “enlightenment.” Many would now like to forget this reckoning.

Beginning in 1697, Haiti was a French colony with the name Saint Domingue. By the second half of the 18th century, it was the most wealth-producing colony in the world, exporting sugar, coffee and indigo to France. Enslaved men, women and children produced this wealth under an incredibly violent system of slavery, regulated and legitimated under Louis XIV’s Code Noir. The death rate among the enslaved was so high that the French constantly imported new captives to work the plantations. At any one time, about two-thirds of the enslaved population had been born in Africa.

In 1791, enslaved people on the northern sugar plains of Saint Domingue rose up in a coordinated rebellion to destroy French slavery. This started the 13-year event that has come to be known as the Haitian Revolution. In 1793, the rebels freed themselves by forcing the colonial commissioners to abolish slavery throughout the colony. The colony then sent a delegation to the French National Assembly to convince the French government to abolish slavery in the entire Empire. “The National Convention declares that negro slavery in all of the colonies is abolished, in consequence, it decrees that all men, without distinction of color, living in the colonies are French citizens and will enjoy the rights guaranteed by the constitution,” the Assembly wrote. This was France’s first abolition of slavery, a concession offered to retain the valuable colony within the Empire. But it wouldn’t last.

In 1799, Napoleon Bonaparte established himself as First Consul of France and became determined to rein in the growing autonomy of Saint Domingue under the revolutionary leader and colonial governor Toussaint L'Ouverture, who published the 1801 colonial constitution that “forever abolished” slavery.


Voir la vidéo: Arado Ar 234 Blitz - The First Jet Bomber (Novembre 2021).